POUR QUI RAME MACRON AU LIBAN?

tourtaux-jacques Par Le 09/12/2021 1

Dans LIBAN

 

Pour qui rame Macron au Liban?

Thursday, 09 December 2021 5:52 PM  [ Last Update: Thursday, 09 December 2021 5:52 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Emmanuel Macron et le prince héritier saoudien Mahammed ben Salmane, le 4 décembre 2021. ©Reuters

Le Liban attend toujours les résultats de la récente intervention française pour résoudre la crise entre Beyrouth et Riyad, mais les experts ont mis en garde contre des résultats inverses qui pourraient plonger le pays dans de nouveaux conflits et le mettre dans un cycle de crises politiques et d'effondrement économique.

Il est vrai que le président français Emmanuel Macron a réussi samedi à « garantir » le contact entre le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane et le Premier ministre libanais Najib Mikati, mais les experts estiment que derrière cela se trouvent des « objectifs internes et externes » que recherche Macron.

Najib Mikati a estimé, dans un communiqué, que le contact était une « étape importante » pour relancer les relations avec Riyad, après leur détérioration à un niveau sans précédent, suite aux déclarations sur la guerre au Yémen faites par Georges Kordahi, ancien ministre de l’Information du Liban.

Examinant la déclaration conjointe franco-saoudienne, à l'issue de la visite de Macron à Djeddah, certains experts politiques estiment que le président français « vend des illusions aux Libanais », compte tenu de la difficulté de la mise en œuvre de ce que la déclaration contient sur le terrain au Liban. Ce qui pourrait ouvrir une nouvelle porte à l'affrontement politique au Liban.

Lire aussi : Ventes d'armes: le sale commerce de la France

Déclaration conjointe

Au lendemain de la démission de Kordahi, et à l'issue de la visite de Macron dans la ville saoudienne de Djeddah samedi, une déclaration conjointe a été publiée entre Riyad et Paris qui a abordé la question libanaise et incluait « la nécessité de limiter les armes à l'État institutions, et l’affirmation des résolutions internationales de 1559, 1701 et 1680. »

Ces résolutions émises par le Conseil de sécurité de l'ONU remontent aux années 2004 et 2006, et une partie de leur contenu constitue un sujet litigieux parmi les forces politiques au Liban, notamment celles qui stipulent le désarmement des groupes libanais.

Le Hezbollah, allié de l'Iran, possède un important arsenal d'armes et de missiles, et a mené pendant de nombreuses années des affrontements contre Israël, qui s'est retiré en 2000 de la plupart des régions qu'il occupait dans le sud du Liban.

Les forces politiques libanaises accusent généralement le Hezbollah de menacer l'arène interne avec ces armes, tandis que le groupe affirme qu'il se consacre exclusivement à la défense du Liban contre Israël, qui continue d'occuper les terres libanaises.

Macron a piégé Ben Salmane?

Macron a piégé Ben Salmane?

Khashoggi: où en sont les relations entre Paris et Riyad ?

Historiquement, des relations chaleureuses ont prévalu entre Riyad et Beyrouth, mais elles se sont tendues depuis 2016, lorsque l'Arabie saoudite a accusé le Hezbollah (un allié du président libanais Michel Aoun) d’influencer les décisions politiques et sécuritaires dans le pays, et d’une intervention au Yémen  avec le soutien de groupes travaillant contre Riyad.
L'Arabie saoudite dirige, depuis 2015, une coalition qui mène des opérations militaires au Yémen en soutien aux forces pro-gouvernementales, face aux forces d’Ansarallah, qui contrôlent depuis 2014 certains gouvernorats, dont la capitale yéménite, Sanaa (nord du pays).

Lire aussi : Jupiter au pays de Ben Zayed

Choc pour l'Iran et le « Hezbollah »

Les pays occidentaux et régionaux, dirigés par l'Arabie saoudite, prétendent que l'Iran a un programme expansionniste dans la région et cherche à produire des armes nucléaires, tandis que Téhéran affirme qu'il est attaché à des relations de bon voisinage et que son programme nucléaire est conçu à des fins pacifiques.

Munir al-Rabaie, écrivain et analyste politique, a déclaré à Anatoli : « La position de Macron reflète un choc sur les Iraniens et le Hezbollah, alors que l'administration française était récemment en contact avec le Hezbollah et en pleine coordination avec Téhéran, la récente déclaration a pour but de cibler ce parti. »

Il a poursuivi : « Avec cela, Macron, s'appuyant sur le Liban et ses relations avec le golfe Persique et son enthousiasme pour la signature de l'accord nucléaire entre les grandes puissances et l'Iran, mène sa bataille présidentielle à l'intérieur de la France et cherche à renforcer sa présence dans le Moyen-Orient. »

En avril 2022, débuteront les élections présidentielles au cours desquelles Macron cherche à remporter un second mandat.

Lire aussi : Bouleversement majeur, la Résistance yéménite manie hélico et avions de chasse...

Grosse escalade

Al-Rabie, expert politique,estime à cet égard que « s'il y a du sérieux et une insistance franco-saoudienne sur la mise en œuvre des dispositions de la déclaration commune, cela reflétera une escalade majeure au Liban ».

« Le premier à en payer le prix est le Premier ministre Najib Mikati, à la lumière des soupçons du Hezbollah sur ces développements, qui conduiront à une nouvelle crise politique et à une division supplémentaire. Mais si la position française n'est que verbale et formelle, cela maintiendra le Liban sur la voie actuelle, c'est-à-dire sur la voie de l'effondrement économique », a-t-il expliqué. 

Depuis deux ans, le Liban connaît la pire crise économique de son histoire, avec l'effondrement de la monnaie locale, la lire, et la raréfaction des médicaments, du carburant et autres produits de base, en plus d'une forte baisse du pouvoir d'achat. Les experts disent que le boycott saoudien du Liban a de graves répercussions économiques et financières, à la lumière de la baisse des investissements des Etats du golfe Persique dans le pays et de la décision de Riyad d'arrêter toutes les importations en provenance du Liban.

L'initiative précédente a échoué

Ce n'est pas la première fois que Macron tente d'intervenir par le biais d'une soi-disant « initiative » pour résoudre une crise politique libanaise, comme il y a eu une tentative quelques jours après l'explosion du port de la capitale, Beyrouth, le 4 août 2020.
A cette époque, Macron a lancé une « initiative » pour résoudre la crise dans le pays après la démission du gouvernement d'Hassan Diab, sur fond de l'énorme explosion qui a tué 217 personnes et blessé environ 7.000 autres, et à la lumière d'une grave crise économique.

Cependant, les observateurs ont considéré plus tard que « l'initiative » a échoué et que le vide gouvernemental s'est poursuivi pendant 13 mois avant la formation du gouvernement Mikati, en septembre dernier, et après environ un mois, la crise diplomatique avec l'Arabie saoudite a éclaté.

Des armes françaises qui tuent?

Des armes françaises qui tuent?

Les bombes fournies par la France à Riyad et Abou Dhabi sont utilisées au Yémen.

Gagnants et perdants

Selon le politologue Faisal Abdel-Sater, ce qui a été qualifié dans les médias d'« initiative française pour résoudre la crise entre l'Arabie saoudite et le Liban » a été précédée d'une condition, qui est la démission de Kardahi, et c'est ce qui s'est réellement passé, avec l'objectif d'ouvrir la porte à la résolution de la crise par Macron.

Lire aussi : Ansarallah venge le sang des Yéménites

Cependant, Abdul Sater, proche du Hezbollah, a exprimé sa conviction, dans une interview à l'agence Anadolu, que « la démission de Kardahi n'est peut-être pas le début de la résolution de la crise, car tout le monde sait que le problème ne vient pas des déclarations de Kardahi, mais plutôt Au-delà de ça. 

Il a poursuivi : « Les Américains et le monde entier sont déjà intervenus et ont publié des résolutions du Conseil de sécurité concernant les armes du Hezbollah par le biais des résolutions 1559 et 1701, et elles sont toujours en suspens, en particulier concernant le désarmement du parti ou la confiscation des armes au Liban entre les mains de l'armée. »
Il a ajouté : « Le résumé de ce qui s'est passé est que le président Macron nous vend des illusions, et la politique qu’il suit peut restaurer sa présence dans la région, mais sans que cela ait un impact positif sur le Liban. »

La visite de Macron est la première d'un dirigeant occidental en Arabie saoudite depuis le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, à l'intérieur du consulat de son pays à Istanbul, en Turquie, en octobre 2018, qui a suscité l'opinion publique mondiale.

Quant à l'activiste politique Samir Skaf, il a déclaré à l'agence Anadolu que « le rôle de Macron au Liban, quelle que soit son intention, conduit à l’instabilité de la même autorité contre laquelle le peuple s'est soulevé lors des manifestations massives qui ont éclaté fin 2019 et ont duré plusieurs mois. »

Lire aussi : Golfe Persique : que cherche Jupiter ?

Ce dernier a ajouté qu'« un soutien international est requis pour le Liban, mais ce soutien doit être directement destiné à la population, tant sur le plan économique que sur les conditions de vie, en plus d'aider à organiser et à surveiller des élections équitables. »
Et il a ajouté : « Nous pensons que cette autorité doit être changée ; parce que c'est ce qui a conduit le Liban à l'enfer dans lequel nous sommes. »

http://french.presstv.ir/Detail/2021/12/09/672322/Beyrouth-Riyad%C2%A0a-quoi-mene-l%E2%80%99intervention-francaise

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires

  • Tourtaux

    1 Tourtaux Le 10/12/2021

    La valse des faux-culs!

Ajouter un commentaire