LIBYE

Dans LIBYE

LABORATOIRE LIBYE : LE FRONT MECONNU

Par Le 14/06/2022

Laboratoire Libye : le front méconnu

Par Manlio Dinucci

Mondialisation.ca, 13 juin 2022

Byoblu

Région : 

Thème: 

 9   0  0  20

Tandis que l’Europe est prise dans la morsure de la crise énergétique, les puits de pétrole en Libye sont fermés depuis février dernier. En Italie et en Europe on n’en parle pas, pour ne pas devoir aller dans les détails d’une guerre dont nous sommes les promoteurs, mais dont, par chance pour le gouvernement italien, personne ne s’est aperçu. Jusqu’à présent.

Mais comment est-on arrivé à cette situation ?

En décembre dernier les élections en Libye avaient été mystérieusement effacées à une semaine du scrutin. Pourquoi ? Saïf Kadhafi, fils du colonel, était donné à plus de 50% dans les sondages et serait devenu président de la Libye.

En riposte à cette brutale ingérence dans la vie politique libyenne, en février dernier le parlement libyen vote alors la confiance à Fathi Bashagha, après que celui-ci a à son tour reconnu l’autorité de l’Armée Nationale Libyenne de Khalifa Haftar.

Mais le premier ministre sortant, Abdulhamid Dabaiba, soutenu par l’Occident mais désormais sans plus de légitimité politique, reste à son poste à Tripoli, protégé par les milices, auxquelles s’est joint aussi dernièrement l’Isis.

Cela a poussé le peuple libyen, avec les unions syndicales, à fermer les puits de pétrole, quasi totalement dans les 2/3 de la Libye contrôlés par l’Armée Nationale Libyenne de Haftar. Cette décision extrême est motivée par la crainte fondée que les revenus du pétrole ne servent à financer un nouveau dispositif militaire répressif à Tripoli, sponsorisé par l’OTAN, contre la volonté populaire.

À un moment où le débat en Italie (et en France ndt) est centré sur la guerre et la cherté de la vie, débloquer le pétrole libyen par la pleine reconnaissance de la souveraineté libyenne et non pas par le financement de milices et le soutien à un premier ministre “illégal”, pourrait procurer à l’Italie (et autres pays européens, ndt) ces ressources nécessaires pour combattre la vie chère.

Qui est prêt à défier le gouvernement Draghi (et autres, ndt) sur cette bataille ?

Nous en parlons avec Michelangelo Severgnini, auteur du film “L’Urlo”, en contact depuis plusieurs années avec des centaines de libyens et migrants du sol libyen.

Manlio Dinucci

Brève présentation de Dentro la notizia (À l’intérieur de l’information) 

émission de lundi 13 juin à 20h30 sur Byoblu

par Pangea Grandangolo

En direct sur https://www.byoblu.com/diretta-tv/

ou disponible après l’émission sur le site :

https://www.byoblu.com/category/grandangolo-pangea/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

La source originale de cet article est Byoblu

Copyright © Manlio DinucciByoblu, 2022

https://www.mondialisation.ca/laboratoire-libye-le-front-meconnu/5668913

Dans LIBYE

MANLIO DINUCCI : NARRATION ET REALITE DE LA CRISE LIBYENNE

Par Le 06/01/2022

Narration et réalité de la crise libyenne 

L’Art de la guerre

Par Manlio Dinucci

Mondialisation.ca, 04 janvier 2022

ilmanifesto.it

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 0   0  0  New

L’OTAN se déclare préoccupée pour la crise en Libye, qui “a des implications directes pour la stabilité régionale et la sécurité de tous les Alliés”. Elle assure donc qu’elle “reste engagée à fournir du conseil à la Libye pour la défense et la sécurité”. Les gouvernements des États-Unis, France, Allemagne, Italie et Royaume-Uni déclarent que “des élections libres permettront au peuple libyen de renforcer sa propre souveraineté” et qu’ils sont “prêts à demander des comptes à ceux qui menacent la stabilité de la Libye”. Ils réaffirment ensuite “le plein respect et engagement pour la souveraineté et l’indépendance de la Libye”.

Paroles solennelles prononcées par ces puissances mêmes qui, après avoir démoli dans les années 90 la Yougoslavie en la désagrégeant de l’intérieur et en l’attaquant de l’extérieur, avec la même technique démolirent en 2011 l’État libyen. D’abord ils financèrent et armèrent à l’intérieur des secteurs tribaux et groupes islamistes hostiles au gouvernement, et infiltrèrent des forces spéciales en particulier qataris, pour propager les affrontements armés. Puis ils l’attaquèrent de l’extérieur  : en sept mois, l’aviation USA/OTAN effectua 30 mille missions, dont 10 mille d’attaque, avec plus de 40 mille bombes et missiles. À la guerre -dirigée par les États-Unis, d’abord via le Commandement Africa, puis via l’OTAN sous commandement USA- participa l’Italie avec 7 bases aériennes, chasseurs bombardiers et un porte-avions.

Ainsi se trouvait démoli cet État africain qui -documentait en 2010 la Banque Mondiale- avait “de hauts niveaux de croissance économique et de développement humain”, et où trouvaient du travail environ deux millions d’immigrés, en majorité africains. Grâce à l’export énergétique l’État libyen avait investi à l’étranger environ 150 milliards de dollars. Les investissements libyens en Afrique étaient déterminants pour le projet de l’Union Africaine de créer des organismes financiers, un marché commun et une monnaie unique de l’Afrique. Les e-mails de la secrétaire d’État de l’Administration Obama, Hillary Clinton, mis à jour par la suite par WikiLeaks, démontrent que les États-Unis et la France voulaient éliminer Kadhafi avant qu’il n’utilisât les réserves d’or de la Libye pour créer une monnaie pan-africaine alternative au dollar et au franc CFA (monnaie imposée par la France à 14 ex-colonies). Avant que n’entrassent en action les bombardiers, entrèrent en action les banques : elles séquestrèrent les 150 milliards de dollars investis à l’étranger par l’État libyen, dont ensuite la majeure partie a disparu, bloquant de cette façon tout le projet africain.

Tout cela se trouve effacé par la narration politico-médiatique de la crise libyenne, permettant aux principaux responsables de la catastrophe sociale provoquée par la guerre contre la Libye de se présenter comme ses sauveurs. Aujourd’hui en Libye les recettes de l’export énergétique sont accaparés par milices et multinationales. De grandes quantités de pétrole libyen sont vendues à des pays de l’Union européenne, par l’intermédiaire de sociétés maltaises qui les recyclent en en camouflant la provenance. Le niveau de vie de la population s’est effondré. La Libye est devenue la principale voie de transit d’un flux migratoire chaotique qui a provoqué plus de victimes que la guerre de 2011. Selon les données de l’Organisation Internationale pour les Migrations, se sont noyés en Méditerranée en 2021 environ 1.500 migrants, mais ils sont certainement plus nombreux car beaucoup de cas ne sont pas signalés. Environ 30 mille migrants, en 2021, ont été interceptés en mer et ramenés en Libye par les garde-côtes “libyens”, créés, entraînés et financés par l’Italie avec 33 millions d’euros. Beaucoup de ces migrants ont fini dans des centres de détention aussi bien du “gouvernement” de Tripoli que des milices. Sont aujourd’hui pris au piège en Libye plus de 600 mille migrants d’environ 45 nationalités, pratiquement réduits en esclavage, contraints de travailler sans paye et sous les coups. De plus en plus nombreux sont ceux qui demandent non pas à être amenés en Europe, mais à rentrer dans leur pays pour échapper à cette condition. Particulièrement dramatique est le sort des jeunes femmes, vendues aux enchères, violentées et obligées de se prostituer. 

Tout cela grâce à l’opération “Protecteur Unifié” qui, informe le Ministère de la Défense, fut effectuée par l’OTAN en 2011 pour “la protection des civils en Libye”.

Manlio Dinucci

 

Article original en italien :

Narrazione e realtà della crisi libica

Edition de mardi 4 janvier 2022 d’il manifesto

https://ilmanifesto.it/narrazione-e-realta-della-crisi-libica/ 

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

 

 

Rappel pour la version française :

“En 5 mois d’opération, la France a engagé jusqu’à 4 200 militaires, une quarantaine d’avions, une vingtaine d’hélicoptères et une trentaine de bâtiments qui ont réalisé plus de 5 500 sorties aériennes, une quarantaine de raids d’hélicoptères et neutralisé plus de 1 600 objectifs”

https://www.defense.gouv.fr/web-documentaire/retrospective2011/fr/0037_Libye_fin_OUP.html

“Les Britanniques et surtout les Français font un travail superbe. Non seulement à l’attaque, mais aussi dans les têtes. Les hélicoptères opèrent la nuit, subrepticement, et la seule chose que voit l’adversaire, c’est le missile qui lui tombe dessus sans prévenir. L’effet est unique, la peur casse ce qui reste de la volonté de combattre chez les partisans de Kadhafi. C’est tellement efficace qu’on utilise aujourd’hui l’image des hélicoptères dans les tracts de propagande largués au-dessus de la Libye. «Regardez ce qui vous pend au nez, arrêtez les violences !»

https://www.lefigaro.fr/international/2011/06/16/01003-20110616ARTFIG00720-l-otan-ira-au-bout-de-sa-mission-en-libye.php

La source originale de cet article est ilmanifesto.it

Copyright © Manlio Dinucci, ilmanifesto.it, 2022

https://www.mondialisation.ca/narration-et-realite-de-la-crise-libyenne/5663831

Dans LIBYE

LIBYE : LA CANDIDATURE DE SAÏF EL-KADHAFI RETABLIE

Par Le 13/12/2021

La candidature de Saïf el-Islam Kadhafi rétablie

RÉSEAU VOLTAIRE | 3 DÉCEMBRE 2021

DEUTSCH ENGLISH ESPAÑOL ITALIANO РУССКИЙ TÜRKÇE

La cour d’appel de Sebha (capitale de la région du Fezzan, dans le désert à 650 km au Sud de Tripoli) a annulé l’annulation de la candidature de Saïf el-Islam Kadhafi à l’élection présidentielle libyenne du 24 décembre 2021.

Durant plusieurs jours, la Cour a été obligé de reporter son verdict car elle était assiégée par des miliciens du maréchal Khalifa Haftar, lui aussi candidat à l’élection présidentielle.

Saïf el-Islam Kadhafi est toujours sous le coup d’un mandat d’amener de la Cour pénale internationale qui, contrairement aux déclarations de son procureur de l’époque, ne l’a jamais arrêté. La Cour était apparue alors comme un organe de propagande de l’Otan contre la Jamahiriya arabe libyenne.

C’est pourquoi cette candidature est en soi un camouflet à la fois pour l’Otan et pour la Cour pénale internationale.

https://www.voltairenet.org/article214916.html

Dans LIBYE

LIBYE : LE PROCUREUR MILITAIRE EXIGE L'ARRESTATION DE HAFTAR SUR FOND DE CINQ AFFAIRES

Par Le 27/11/2021

Libye : le procureur militaire exige l’arrestation de Haftar sur fond de cinq affaires

 Depuis 5 heures  27 novembre 2021

haftar

 Libye - Maghreb - Monde arabe

 

Le procureur militaire libyen a exigé, jeudi, l’exécution de sanctions disciplinaires contre le général de division à la retraite Khalifa Haftar, sur fond de cinq affaires, dont sa violation de la loi militaire, selon les médias locaux.

C’est ce qui ressort d’une correspondance adressée par le procureur général près le parquet militaire, Mohamed Gharouda, à l’Agence des enquêtes criminelles, et relayée par la suite par la chaîne « Libya Al-Ahrar ».

Le parquet militaire a également appelé à « appliquer les ordres de saisie émis par le ministère public à travers l’huissier de justice compétent, sur fond de cinq affaires en date de 2019 et 2020 ».

Concernant la violation de la loi militaire en se présentant aux élections présidentielles, le ministère public a déclaré que « Haftar est un officier de l’armée libyenne et est passé par la Haute Commission électorale nationale pour entamer les procédures ».

« Quiconque organise ou participe à des réunions politiques, appartient à un corps politique, participe à des manifestations, des troubles ou des campagnes électorales, ou écrit des articles politisés sous couvert d’anonymat, ou prononce des discours politiques ou incite, sera puni de cinq ans d’emprisonnement », a-t-il ajouté.

La Haute Commission électorale libyenne a indiqué, mercredi, que les dossiers de candidature qui lui sont soumis pour les élections présidentielles et législatives prévues le 24 décembre prochain ne seront pas nécessairement acceptés, car il s’agit uniquement d’une procédure de dépôt.

Les Libyens espèrent que les élections contribueront à mettre fin au conflit armé qui sévit dans ce pays riche en pétrole. Avec le soutien de pays arabes et occidentaux, de mercenaires et de combattants étrangers, la milice de Haftar a combattu pendant des années l’ancien gouvernement d’entente nationale reconnu par la communauté internationale.

Dans la même optique et selon le correspondant de l’Agence Anadolu, Haftar est accusé dans des affaires liées au meurtre de 63 migrants irréguliers dans le bombardement contre un centre d’accueil des migrants dans la ville de Tajoura (est de Tripoli) en juillet 2019, et l’assassinat de deux citoyens dans une attaque visant la ville d’Al-Zawiya (nord-ouest) en décembre, de la même année.

Outre l’assassinat de 26 étudiants lors d’un raid aérien ayant ciblé une école militaire à Tripoli en janvier 2020, et l’assassinat de citoyens dans la ville de Sbei’a (sud de Tripoli) par le groupe armé russe  « Wagner », en septembre 2019.

Source: AA

 

https://french.almanar.com.lb/2199771

Dans LIBYE

PRESIDENTIELLE LIBYENNE : REJET DE LA CANDIDATURE DE SAÏF AL-KADHAFI, LE FILS DE L'EX-PRESIDENT LIBYEN MOUAMMAR KADHAFI

Par Le 25/11/2021

Libye : la candidature du fils de Kadhafi rejetée

 

 Nathan Liam

 -

 25 novembre 2021

Libye : la candidature du fils de Kadhafi rejetée

Libye : la candidature du fils de Kadhafi rejetée

Saïf al-Islam Kadhafi s’est vu rejeter sa candidature à la présidentielle libyenne sur fond d’un jugement définitif rendu par la justice à son encontre, à indiqué Agence Anadolu.

Notre source annonce que « les autorités judiciaires ont pris la décision de rejeter la candidature de Saïf al-Islam, – fils de l’ex-président libyen Mouammar Kadhafi -, à l’élection présidentielle » qui aura lieu le 24 décembre 2021.

Le rejet de sa candidature survient sur fond « d’un jugement définitif rendu par la justice libyenne à l’encontre de Saïf al-Islam pour crimes de guerre.», précise le même média qui souligne que Saïf al-Islam Kadhafi n’a pas présenté de preuve attestant que la décision de justice a été annulée ou abandonnée.

Saïf al-Islam Kadhafi a été épinglé par un groupe armé de la Libye fin 2011 et écroué dans la ville de Zintan. Le fils de l’ancien guide libyen avait comparu, le 27 avril 2014, devant la cour pénale de Tripoli.

Il a été condamné à mort par peloton d’exécution pour crimes de guerre pendant la répression de la révolte qui a fait chuter son père. Mais il faut noter que la sentence n’a pas été exécutée.

https://www.lavraieinfo.com/societe/libye-la-candidature-du-fils-de-kadhafi-rejetee-2/

Dans LIBYE

LIBYE : SAIF AL-KADHAFI, LE FILS DU MARTYR MOUAMMAR KADHAFI EST OFFICIELLEMENT CANDIDAT A LA PRESIDENTIELLE DU 24 DECEMBRE

Par Le 14/11/2021

Politique

Libye : Saïf al-Islam Kadhafi candidat à la présidentielle du 24 décembre

Libye : Saïf al-Islam Kadhafi candidat à la présidentielle du 24 décembre

Date de création: 14 novembre 2021 15:53

EMAIL

FACEBOOK

LINKEDIN

TWITTER

 

 

 

(Agence Ecofin) - Saïf al-Islam, le fils de l’ancien guide libyen Mouammar Kadhafi, vient d’officialiser sa candidature à l’élection présidentielle de fin 2021. Une nouvelle qui suscite déjà des réactions diverses dans tout le pays.

Il l’avait déclaré en juillet dernier, Saïf al-Islam Kadhafi vient officiellement de poser sa candidature pour l’élection présidentielle du 24 décembre en Libye. Le fils de Mouammar Kadhafi a fait valider, il y a environ 3 heures son dossier au bureau de la Haute Commission électorale de Sebha dans le sud du pays, où il s’est également vu délivrer sa carte d’électeur, bureau de vote numéro 21021.

Personnellement présent sur les lieux pour remplir les démarches légales, Saïf al-Islam, 49 ans, arborait comme un symbole, une tenue très similaire à celle officielle de son père, tué il y a maintenant une décennie lors du printemps arabe. L’annonce de sa candidature a immédiatement été relayée par les médias locaux.

Et elle suscite déjà des réactions diverses. Si d’aucuns voient en lui l’homme capable de ramener la Libye sur la voie d’une paix durable, d’autres rappellent qu’il est encore sous le coup d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale et d’Interpol, qui l’accusent de crimes contre l’humanité et crimes de guerre.

Arrêté en octobre 2011, il avait été condamné à mort en 2015 par le Conseil national de transition, avant d’être libéré en 2017.

https://www.agenceecofin.com/politique/1411-93162-libye-saif-al-islam-kadhafi-candidat-a-la-presidentielle-du-24-decembre

Dans LIBYE

EN LIBYE, DES HUMAINS ONT ETE "POURCHASSES" PAR DES ROBOTS TUEURS TURCS, SELON L'ONU

Par Le 31/05/2021

En Libye, des humains ont été «pourchassés» par des robots tueurs turcs, selon l’Onu

 Depuis 2 heures  31 mai 2021

kargu

 Libye - Maghreb - Monde arabe

 

La guerre contre les machines vue dans Terminator devient-elle une réalité? C’est ce que laisse croire un passage du rapport de 500 pages de l’Onu sur la situation en Libye, publié en mars dernier.
Tout juste un an plus tôt, des drones Kargu-2, fabriqués par la société turque STM, auraient ciblé des humains sans qu’aucun ordre ne soit donné derrière.

«Les convois de logistique et les unités des forces affiliées à Haftar qui battaient en retraite ont été pourchassés et pris à partie à distance par des drones de combat ou des systèmes d’armes létaux autonomes», indique le rapport.

Ces systèmes «avaient été programmés pour attaquer des cibles, sans qu’il soit besoin d’établir une connexion des données entre l’opérateur et la munition, et étaient donc réellement en mode d’autoguidage automatique», précise-t-il.

Le texte n’indique toutefois pas si cette attaque a fait des victimes ou des blessés, mais les experts de l’Onu affirment que le «harcèlement constant de la part des drones de combat, conjugués aux systèmes d’armes létaux autonomes», a «entraîné la défaite des forces affiliées à Haftar dans l’ouest libyen».

«Kargu peut être utilisé efficacement contre des cibles statiques ou mobiles grâce à ses capacités de traitement d’images en temps réel et à ses algorithmes d’apprentissage automatique intégrés à la plateforme», décrit le concepteur du drone.

Vers leur interdiction?

La question des armes de guerre autonomes inquiète l’organisation depuis des années. En 2017, l’Onu s’est associée à Human Rights Watch (HRW) pour ouvrir les discussions en vue de leur interdiction. Cette ONG avait déjà lancé en 2013 une campagne «Stopper les robots tueurs» pour exprimer sa préoccupation sur ces avancées technologiques sans cadre législatif.

En 2018, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, avait qualifié ces armes de «politiquement inacceptables et moralement répugnantes» et avait appelé les États-membres à les interdire. En août 2020, HWR a publié un rapport sur les points de vue de 97 pays, affirmant qu’une majorité d’entre eux reconnaît la nécessité de la décision, du contrôle et du jugement humain pour la manipulation d’armes.

Toutefois, aucun instrument juridique contraignant n’est encore mis en place, puisque les États-Unis, la Russie, la Corée du Sud, Israël et l’Australie s’y sont opposés. Quant à la Chine, elle souhaite interdire leur utilisation, mais pas leur développement et production. Autant de pays qui continuent de développer ou d’investir massivement dans l’intelligence artificielle et les systèmes d’armes autonomes.

Source: Sputnik

https://french.almanar.com.lb/2085503

Dans LIBYE

MANLIO DINUCCI : POURQUOI L'OTAN A DETRUIT LA LIBYE IL Y A DIX ANS

Par Le 16/03/2021

Pourquoi l’OTAN a détruit la Libye il y a dix ans

Par Manlio Dinucci

Mondialisation.ca, 16 mars 2021

ilmanifesto.it

Région : 

Thème: 

 0   0  0 

 

  New

Il y a dix ans, le 19 mars 2011, les forces USA/OTAN initiaient le bombardement aéronaval de la Libye. La guerre fut dirigée par les États-Unis, d’abord via le Commandement Africa, puis par l’OTAN sous commandement USA. En sept mois, l’aviation USA/OTAN effectue 30 mille missions, dont 10 mille d’attaque, avec plus de 40 mille bombes et missiles. L’Italie -avec le consensus multi-partisan du Parlement (Partito democratico au premier rang)- participe à la guerre avec 7 bases aériennes (Trapani, Gioia deL Colle, Sigonella, Decimomannu, Aviano, Amendola et Pantelleria) ; avec des chasseurs bombardiers Tornado, Eurofighter et d’autres, avec le porte-avions Garibaldi et d’autres navires de guerre. Avant même l’offensive aéro-navale, avaient été financés et armés en Libye des secteurs tribaux et groupes islamistes hostiles au gouvernement, et infiltrées des forces spéciales notamment qataris, pour propager les affrontements armés à l’intérieur du pays.

Ainsi est démoli cet État africain qui, comme documentait la  Banque Mondiale en 2010, maintenait “de hauts niveaux de croissance économique”, avec une augmentation annuelle du PIB de 7,5%, et enregistrait “de hauts indicateurs de développement humain” parmi lesquels l’accès universel à l’instruction primaire et secondaire et, pour plus de 40% aux universités. Malgré les disparités, le niveau de vie moyen était en Libye plus haut que dans les autres pays africains. Environ deux millions d’immigrés, en majorité africains, y trouvaient du travail. L’État libyen, qui possédait les plus grandes réserves pétrolifères de l’Afrique plus d’autres en gaz naturel, laissait des marges de profit limitées aux compagnies étrangères. Grâce à l’exportation énergétique, le balance commerciale libyenne avait un excédent de 27 milliards de dollars annuels. Avec de telles ressources l’État libyen avait investi à l’étranger environ 150 milliards de dollars. Les investissements libyens en Afrique étaient déterminants pour le projet de l’Union Africaine de créer trois organismes financiers : le Fonds monétaire africain, avec siège à Yaoundé (Cameroun) ; la Banque centrale africaine, avec siège à Abuja (Nigeria) ; la Banque africaine d’investissement, avec siège à Tripoli. Ces organismes auraient servi à créer un marché commun et une monnaie unique de l’Afrique.

Ce n’est pas un hasard si la guerre OTAN pour démolir l’État libyen commence moins de deux mois après le sommet de l’Union Africaine qui, le 31 janvier 2011, avait donné son feu vert pour la création dans l’année du Fonds monétaire africain. Le prouvent les e-mails de la secrétaire d’État de l’Administration Obama, Hillary Clinton, mis en lumière ensuite par WikiLeaks : États-Unis et France voulaient éliminer Kadhafi avant qu’il n’utilise les réserves en or de la Libye pour créer une monnaie pan-africaine alternative au dollar et au franc CFA (la monnaie imposée par la France à 14 de ses ex-colonies). Ceci est prouvé par le fait que, avant qu’en 2011 n’entrent en action les bombardiers, ce sont les banques qui entrent en action : elles séquestrent les 150 milliards de dollars investis à l’étranger par l’État libyen, dont la plus grande partie disparaît. Dans la grande rapine se distingue Goldman Sachs, la plus puissante banque d’affaires étasunienne, dont Mario Draghi a été vice-président.

Aujourd’hui en Libye les entrées de l’export énergétique se trouvent accaparées par des groupes de pouvoir et des multinationales, dans une situation chaotique d’affrontements armés. Le niveau de vie moyen de la majorité de la population s’est effondré. Les immigrés africains, accusés d’être “des mercenaires de Kadhafi”, ont été emprisonnés jusque dans des cages de zoo, torturés et assassinés. La Libye est devenue la principale voie de transit, aux mains de trafiquants d’êtres humains, d’un chaotique flux migratoire vers l’Europe qui a provoqué beaucoup plus de victimes que la guerre de 2011. À Tawerga les milices islamistes de Misrata soutenues par l’OTAN (celles qui ont assassiné Kadhafi en octobre 2011) ont accompli un véritable nettoyage ethnique, contraignant presque 50 mille citoyens libyens à fuir sans pouvoir y revenir. De tout cela est responsable aussi le Parlement italien qui, le 18 mars 2011, engageait le Gouvernement à “adopter toute initiative (c’est-à-dire l’entrée en guerre de l’Italie contre la Libye) pour assurer la protection des populations de la région”.

Manlio Dinucci

Article original en italien :

Perché la Nato dieci anni fa demolì la Libia

Édition de mardi 16 mars 2021 d’il manifesto

https://ilmanifesto.it/perche-la-nato-dieci-anni-fa-demoli-la-libia/ 

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

 

Note pour la version française :

“Déclaration du Gouvernement sur l’intervention des forces armées en Libye et débat sur cette déclaration”, séance du 21 mars 2011 à l’Assemblée Nationale : Fillon, Juppé, Ayrault etc. “tous ensemble, tous ensemble…”  

https://www.assemblee-nationale.fr/13/cri/2010-2011/20110144.asp 

La source originale de cet article est ilmanifesto.it

Copyright © Manlio Dinucci, ilmanifesto.it, 2021

https://www.mondialisation.ca/pourquoi-lotan-a-detruit-la-libye-il-y-a-dix-ans/5654519

Dans LIBYE

SELON LE PENTAGONE, LES EAU FINANCENT UN GROUPE RUSSE EN LIBYE

Par Le 01/12/2020

Pentagone : les EAU financent le groupe Wagner russe dans la guerre en Libye

 Depuis 3 heures  1 décembre 2020

groupe_wagner

 Libye - Maghreb - Monde arabe - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Un rapport de l’inspecteur général du Pentagone pour les opérations antiterroristes en Afrique, publié par le journal Foreign Policy, a accué les Emirats Arabes Unis de financer le groupe Wagner de mercenaires russes dans la guerre en Libye.

Il a expliqué que « les Américains sont convaincus que les EAU emploient d’anciens entrepreneurs militaires russes pour déguiser leur rôle dans la crise ».

« En juillet, le Commandement de l’Afrique au Pentagone a accusé le groupe de poser des mines au hasard autour de Tripoli et de mettre en danger la vie de civils », indique le rapport.

Le journal a estimé que « la révélation que ces mercenaires russes pourraient avoir été financés par l’un des plus proches alliés militaires de l’Amérique au Moyen-Orient complique davantage les calculs de Washington ».

Le groupe Wagner s’est déployé en Libye dans le cadre d’un accord avec le maréchal Khalifa Haftar qui occupe l’est du pays et combat les forces du Gouvernement d’entente nationale, reconnue par l’Onu.

Le rapport de l’inspecteur général du Pentagone coïncide avec les pressions exercées sur le président élu Joe Biden pour qu’il suive la campagne des démocrates au Congrès qui s’opposent au contrat de ventes d’armes aux EAU, proposé par l’administration Trump, d’une valeur de 23 milliards de dollars.

La commission sénatoriale des affaires étrangères devait tenir une séance à huis clos pour discuter de l’accord sur les armes lundi soir.

Selon Foreign Policy, 9 pays ont fourni un soutien militaire aux factions belligérantes en Libye, et jusqu’à 10.000 mercenaires et combattants étrangers ont participé au soutien des parties en guerre.

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/1949026

 

Dans LIBYE

LIBYE : SOUS L’EGIDE DE L’ONU, LES DEUX PARTIES RIVALES ONT SIGNE UN ACCORD DE CESSEZ-LE-FEU PERMANENT AVEC EFFET IMMEDIAT

Par Le 24/10/2020

 

Libye: les parties rivales s’accordent sur un « cessez-le-feu permanent »

 
sarraj_haftar

Les deux parties rivales en Libye ont signé vendredi un accord de cessez-le-feu permanent avec « effet immédiat », après cinq jours de discussions à Genève organisées sous l’égide de l’ONU qui a salué un « tournant » pour la paix.

« Aujourd’hui est un bon jour pour le peuple libyen. Les deux délégations libyennes (…) ont signé un accord de cessez-le-feu complet, national et permanent avec effet immédiat » au siège de l’ONU à Genève, a déclaré Stephanie Williams, cheffe par intérim de la Mission d’appui de l’ONU en Libye (Manul).

Plongée dans le chaos depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi dans la guerre de l’OTAN, la Libye est déchirée aujourd’hui entre deux pouvoirs rivaux: le Gouvernement d’union nationale (GNA), reconnu par l’ONU et basé à Tripoli, et les autorités de l’Est alliées du maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’Est soutenu par une partie du Parlement élu et son président, Aguila Saleh.

Les deux parties ont des parrains internationaux.
Le maréchal Haftar est soutenu militairement par l’Egypte, la Russie, et les Emirats arabes unis. Le GNA de Fayez al-Sarraj reçoit lui l’appui de la Turquie.

Les deux parties ont convenu que « toutes les unités militaires et les groupes armés sur la ligne de front doivent retourner dans leurs camps », a ajouté Mme Williams. Cela sera « accompagné du départ de tous les mercenaires et combattants étrangers de tout le territoire libyen, terre, air et mer, dans un délai maximum de trois mois à partir d’aujourd’hui », a-t-elle encore dit.

Depuis l’annonce des deux rivaux libyens en août de la cessation des hostilités, les négociations inter libyennes se sont accélérées ces dernières semaines en vue de définir les conditions d’un cessez-le-feu durable.

Doute sur la mise en œuvre

D’avril 2019 à juin 2020, le maréchal Haftar a tenté de conquérir militairement Tripoli, sans succès. Ces combats ont fait des centaines de morts et poussé à la fuite des dizaines de milliers de personnes.
Pour la population, épuisée par les combats et les divisions, ce cessez-le-feu permanent est une lueur d’espoir.

Aux yeux de l’analyste libyen Mohamed Eljarh, la signature de cet accord de cessez-le-feu est un « aboutissement fructueux » des efforts déployés par l’ONU et la commission militaire conjointe (5+5) réunie à Genève, avec cinq membres représentant le GNA et cinq autres le maréchal Haftar.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a salué « une étape fondamentale vers la paix et la stabilité en Libye », appelant « les acteurs régionaux à respecter les dispositions de l’accord de cessez-le-feu et de s’assurer de son application sans retard », lors d’une conférence de presse au siège de l’ONU à New York.

Car le diable est dans les détails… dans la mise œuvre », a souligné M. Eljarh.

La Turquie, acteur clé en Libye par son soutien militaire au GNA, a ainsi mis en doute vendredi la viabilité du cessez-le-feu entre les belligérants.
« L’accord de cessez-le-feu de ce jour n’a pas été conclu au plus haut niveau mais à un niveau moindre », a déclaré M. Erdogan à des journalistes à Istanbul. « Pour moi, (cet accord) semble manquer de crédibilité », a-t-il ajouté.

De son côté, l’Union européenne a salué comme une « bonne nouvelle » l’annonce du cessez-le-feu, « mais sa mise en œuvre est aussi importante, car elle sera la clef pour la reprise des négociations politiques », a déclaré Peter Stano, le porte-parole du chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell.

Pour l’Allemagne, en première ligne dans la recherche d’un règlement politique du conflit en Libye, c’est un « premier succès décisif », a réagi le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, qui voit dans cet accord « une bonne base pour le développement prochain d’une solution politique ».

L’Italie, ancienne puissance coloniale en Libye, a qualifié cet accord de « tournant d’une importance cruciale pour la stabilité de la Libye ».

Et dans une première réaction libyenne, le chef du GNA, Fayez al-Sarraj a salué le rôle de la Manul dans l’aboutissement de cet accord pour « une paix basée sur la justice et des garanties qui éloignent le spectre de la guerre et des troubles dans notre pays ».

Source: Avec AFP

https://french.almanar.com.lb/1909074

 

Dans LIBYE

LIBYE : REPRISE DE LA PRODUCTION SUR LE CHAMP PETROLIER MAJEUR DE AL-CHARARA

Par Le 12/10/2020

Libye: reprise de la production sur un champ pétrolier majeur

 
 Depuis 21 heures  11 octobre 2020
 
 

La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a annoncé dimanche 11 octobre la levée de l’état de force majeure permettant la reprise de la production pétrolière à al-Charara, un champ pétrolier majeur, après plus de 9 mois d’arrêt.

La Libye, qui dispose des réserves les plus abondantes d’Afrique, est déchirée par un long conflit entre pouvoirs rivaux, avec le GNA d’un côté, et de l’autre, le maréchal Khalifa Haftar qui règne sur l’Est et une partie du Sud, mais notamment les zones où se trouvent les principales installations pétrolières.

Al-Charara, dans la région d’Oubari (900 km au sud de Tripoli), produit en temps normal 315.000 barils par jour, sur une production nationale de plus d’un million de barils par jour, selon la NOC.

Il est géré par la société Akakus, une joint-venture entre la NOC, l’Espagnol Repsol, le Français Total, l’Autrichien OMV et le Norvégien Statoil.

La NOC a annoncé « la levée de la force majeure à compter du dimanche 11 octobre 2020 », et donné ses instructions à la compagnie Akakus, l’opérateur du champ, pour « initier la production », a-t-elle indiqué dimanche.

La « force majeure », invoquée dans des circonstances exceptionnelles, permet une exonération de la responsabilité de la NOC en cas de non-respect des contrats de livraison de pétrole.

Dans un communiqué sur son site, la NOC a fait savoir qu’elle a conclu « un accord d’honneur » avec les groupes armés qui occupaient le site afin qu’ils « lèvent tous les obstacles » et évitent tout acte menaçant la sécurité des personnels et des opérations.

Le site avait été bloqué à plusieurs reprises par les Gardes des installations pétrolières (GIP), ayant fait allégeance au camp du maréchal Haftar.

Le 18 septembre, le maréchal Haftar, qui a tenté sans succès pendant 14 mois de conquérir Tripoli, a accepté de lever le blocus imposé sur les sites pétroliers pour dénoncer une répartition inéquitable des recettes entre l’Ouest et l’Est.

La NOC, qui a déploré près de 10 milliards de dollars (8,5 milliards d’euros) de pertes à cause du blocus, avait exigé le départ des groupes armés avant la reprise de la production sur des sites « sûrs ».

Samedi 10 octobre, l’ONU a annoncé la reprise début novembre en Tunisie du dialogue politique inter-libyen pour un règlement de la crise dans ce pays, en proie aux violences et au chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

Source: AFP

http://french.almanar.com.lb/1896941


 

Dans LIBYE

LE COLONIALISTE MACRON ENVOIE L'ARMEE FRANCAISE EN LIBYE

Par Le 05/10/2020

Une troupe française est arrivée sur la base aérienne de Tamnhant dans le sud de la Libye

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Une troupe française a débarqué en Libye. (Archives AFP)

C'est dans le sud de la Libye, à Tamenhant, une base aérienne à 30 km de Sebha que des militaires français ont débarqué, assurent des sources, dignes de foi déployés dans cette même base, où ont également été transférés un groupe d’hommes armés du groupe russe Wagner.

Les forces armées russes ont été transférées de la base aérienne d’al-Jafra vers les deux bases aériennes de Barak al-Chati (300 km au sud de Tripoli) et de Tamenhant dans le sud de la Libye, a rapporté le site web al-Khalij al-Jadid.

« Ces hommes armés étaient équipés d’armes lourdes et des hélicoptères assuraient leur sécurité », indique le rapport.

Ces agissements interviennent alors que le Maroc a accueilli des séances de dialogue entre deux délégations du Conseil suprême d’État et du Parlement Tobrouk-Anatolie.

En Libye, la Turquie, suivie des pays tels que le Qatar et l’Italie, soutient le Gouvernement d'union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj, face aux forces du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est soutenu notamment par l’Arabie saoudite, la Russie, l'Égypte et les Émirats arabes unis.

La France, bien qu'elle s'en défende publiquement, est également accusée de soutenir Haftar, qui a récemment subi de lourdes défaites sur le terrain.

Face à Face Turquie/France?

Face à Face Turquie/France?

La France dénonce la manœuvre des frégates de la Turquie en mer Méditerranée.

Depuis 2011, la Libye est confrontée à une division politique et est dominé par deux gouvernements parallèles dont le Gouvernement d'union nationale (GNA), à Tripoli dans l’ouest de la Libye présidé par Fayez al-Sarraj soutenu par la Turquie et à Tobrouk dans l’est dirigé par le général Khalifa Haftar, chef l’autoproclamé de l'Armée nationale libyenne (ANL), soutenue par la Russie.

Malgré la formation du Gouvernement d'union nationale (GNA) en 2015 sous la supervision des Nations unies, les forces du général Khalifa Haftar, qui est soutenu par le Parlement de Tobrouk, ne reconnaissent pas ce gouvernement et depuis le 4 avril 2019, ont lancé une opération pour occuper la ville de Tripoli mais elles ont échoué en raison du soutien de la Turquie à al-Serraj.

https://french.presstv.com/Detail/2020/10/05/635690/Libye-France-troupe-fran%C3%A7aise-Turquie-Russie-soutien-Fayez-al-Serraj-g%C3%A9n%C3%A9ral-Khalifa-Haftar


 

Dans LIBYE

LIBYE : UNE VRAIE-FAUSSE TRÊVE ?

Par Le 23/08/2020

Potion choc pour le Grand Sahel-Maghreb : une guerre, une normalisation et un coup d'État

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Une vraie-fausse trêve en Libye ou la mission accomplie de l'axe Turquie-EAU. (Illustration)

Le Grand Sahel-Maghreb, comme à son époque le Grand Moyen-Orient, est d’une simplicité effrayante dans la tête de ceux qui l’ont conçu : pour ce faire il a fallu que la Turquie atlantiste une fois défaite à Idlib par l’axe Résistance-Russie, exporte ses terroristes, armes et munitions en Libye, pourtant une première fois réduite en ruine en 2011.

Libye : l'OTAN menace l'Algérie

Libye : l’OTAN menace l’Algérie

Pourquoi Londres complimente les "drones turcs" particulièrement aptes "à la guerre moderne et intelligente" ?

Puisque les émirats s’y activent aidés par l’Égypte, eux aussi de fervents États arabes atlantistes. Cette pseudo-guerre ayant pour l’objectif non pas le pétrole, mais bel et bien l’encerclement des pays nord-africains hostiles au sionisme que sont l’Algérie et la Tunisie. La guerre libyenne ayant débouché sur l’implantation de deux bases de l’OTAN à al-Watiya et à Mistrata, n’avait plus aucune utilité à se perpétuer si ce n’est le fait de répandre instabilité sur la frontière algéro-tunisienne. La trêve annoncée de façon unilatérale ce vendredi par le frérriste Serraj a été donc planifié de sorte qu’elle coïncide avec la normalisation des liens Émirats-Israël.

Libye : la fatale erreur d'Alger?

Libye : la fatale erreur d’Alger ?

Alger craint non plus une Syrie bis mais une Somalie bis. Pourquoi ?

Aussi et puisque l’axe Abou Dhabi-Tel-Aviv est désormais un axe militaire sécuritaire, personne ne reprochera plus à Haftar ses flirts pro-Israël. Mais ce Grand Sahel-Maghreb made in officine pro-sioniste a aussi un volet sahélien où la Turquie a déjà fait infiltrer ses mercenaires par Niger imposé et où le grand Mali vient d’être précipité dans le chaos par un semblable coup de force, et ce, sous les yeux complices de Barkhane au bout de sept ans d’occupation du pays par les forces occidentales juste au moment où les Maliens s’apprêtaient à expulser Barkhane. Évidemment, une junte malienne à la soudanaise n’irait ni demander le départ de Barkhane ni ne s’opposer à la normalisation avec Israël et s’engagerait de même à agir sur l’ordre US/OTAN et déstabiliser ses longues frontières avec le Niger l’Algérie et le Tchad.

Lire : Tel-Aviv compte-t-il embourber la Turquie à sa manière ?

De nombreuses preuves pertinentes témoignent du fait que ces évolutions pourraient faire partie d’un projet bien plus vaste, celui qui pivote en réalité autour de la protection des intérêts d’Israël dans le bassin méditerranéen. L’accord Athènes/Le Caire et peu après le traité Abou Dabi/Tel-Aviv se complètent avec le projet turc qui a pour ambition de contourner les Russes, en tant que fournisseur majeur européen en gaz (47 %), avant la Norvège (34 %) et les deux pays arabo-africains Algérie/Libye (8,9 %) qui fournissent l’énergie gazière du vieux Continent. 

La Turquie se serait intéressée au gaz israélien

La Turquie se serait intéressée au gaz israélien

Le 15 décembre, la radio officielle israélienne a annoncé que la Turquie était prête à négocier avec Tel-Aviv un éventuel gazoduc vers l’Europe.

Et cela ne déplaît ni à Israël, ni son nouveau partenaire émirati dans le golfe Persique – qui a fait des investissements gigantesques dans la zone de la Méditerranée Est, ni à ses alliés européens, la Grèce et Chypre à la faveur desquels Tel-Aviv tente de remplacer la Russie et de concrétiser son illusion de devenir un maillon important de la chaîne d’approvisionnement énergétique du Continent vert.

Israël annonce sa future entrée sur le marché européen

Mais il manque à ce tableau de chasse quasi parfait un élément qui fait souvent échec aux projets US, mais dont les États-Unis refusent obstinément de tenir compte : les peuples. Mis à part d’une Russie qui n’attendra pas que l’axe US/Israël/OTAN lui tire dessus et la prive de son marché gazier, les Maliens des Maghrébins les Sahéliens ne donnent nullement l’impression d’être des peuples « soumis ». Sinon pas besoin de cette infernale série guerre (Libye)- Coup d’État (Mali)- Normalisation (EAU-Israël) pour faire avaler la pilule...

https://french.presstv.com/Detail/2020/08/22/632326/Libye-Sahel-Maghreb-Isra%C3%ABl-Guerre


 

Dans LIBYE

LIBYE : LA RUSSIE FRAPPE LA TURQUIE !

Par Le 06/07/2020

Al-Watiya bombardée, officiers turcs tués, MIM-23 Hawk US pulvérisé

Mon Jul 6, 2020 9:52AM

La batterie de la DCA turque MIM-23 Hawk frappée par les MiG-29 russes à al- Watiya. ©Mashregh News

La batterie de la DCA turque MIM-23 Hawk frappée par les MiG-29 russes à al- Watiya. ©Mashregh News

Le coup est de taille et il est signé "Russie" : une frappe aérienne a été menée contre la base aérienne d'al-Watiya en Libye que l'OTAN occupe depuis peu par Ankara interposé et où il détenait les batteries de missiles américaines MIM-23 Hawk, en prévision évidemment des attaques visant les MiG-29S russes chargés de contrer l'avancée de l'axe Turquie-OTAN vers Syrte. Ce premier coup royal qui pourrait aussi avoir impliqué l'Egypte, intervient alors que le chef d'état-major algérien s'était rendu voici peu en Russie pour participer à la fête de la victoire. Ce fut une visite peu commentée mais qui est néanmoins intervenue presque simultanément avec un vaste exercice aérien, terrestre et naval de l'ANP sur ses frontières avec la Libye.

Les dégâts infligés à la base aérienne al-Watiya par les chasseurs de l'armée de l'air du GNA du général Haftar. ©AA

Il faut dire que le déplacement vendredi en Libye du ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, dans le cadre d'une visite inopinée et soldée, selon les médias, par d'importants accords militaires, avait été compris dans le camp d'en face comme un déclic à une bataille visant la prise de Syrte. Le général Akar accompagné du chef d’état-major de l’armée turque s'étaient affichés dans les bases aériennes de Misrata et d’al-Watiya, quelques heures avant qu'une frappe ne pulvérise le système de la DCA. 

Mais à al-Watiya, occupée en printemps par l'OTAN, il y a eu aussi très probablement les chasseurs F-16 de l’armée de l’air turque, histoire de faire accompagner les unités de DCA  MIM23 Hawk d'une force de frappe offensive. Les images en ont d'ailleurs été diffusées via les réseaux sociaux. Mais depuis dimanche, ces batteries avec quoi, la Turquie cherchait à faire en Libye ce qu'elle a échoué à faire en Syrie, à savoir une zone non-fly propre à abattre l'aviation égyptienne et russe, n'est plus. 

Des images qui envahissent la toile montrent l’intérieur de la base et confirment, se référant aux sources proches de l’armée turque, la destruction de ces systèmes de défense antiaérienne ou au moins des dégâts importants. Mais ce n'est pas tout.

undefined

undefined

undefined

Chose nouvelle : c’est la première fois que le lieu où sont déployés le personnel et les équipements de l’armée turque sur le territoire libyen a été visé directement par les forces de Haftar ou plutôt par la Russie et l'Egypte qui toute raison garder, bénéficierait d'un certain soutien algérien. Pourquoi? car Il y a là une brèche qui s'ouvre dans le camp atlantiste, dans la mesure où des tentatives pour viser les bateaux de la marine turque, se trouvant sur la côte de Tripoli ou les conseillers militaires turcs, en mission dans la base aérienne de Mitiga, avaient jusqu'ici échoué. L'appui d'une force "locale" se fait sentir dans le succès de cette opération alors que le président Tebboun avait mis en garde quelques heures plutôt contre une "somalisation" de la Libye. 

Scud-B en Libye : l'Algérie, menacée?

Scud-B en Libye : l'Algérie, menacée?

1ère bataille balistique urbaine de l'histoire épargnera-t-elle l'Algérie?

Avia.pro, site militaire russe, évoque le tir de 9 missiles, contre les quatre complexes de défense aérienne turcs, tous détruits, tandis que deux chars et l'un des abris ont été détruits, où, selon les données préliminaires, des drones d'attaque turcs auraient été stationnés. Bref, il s'agit d'une contre-offensive majeure, une première qui intervient après des échecs successifs face à l'axe USA/OTAN. Les médias affiliés à l'ANL ont également signalé plusieurs pertes parmi le personnel militaire, dont certains officiers de renseignement turcs qui auraient été intégrés aux forces du GNA.

Libye: un front russo-algérien?

Libye: un front russo-algérien?

Les terroristes "syriens" déployés à al-Watya, l'Algérie peut-elle envisager une alliance anti-OTAN avec Poutine?

Ce lundi, Ankara a fait sa première déclaration : lL'agence d’information turque Anadolu a cité une "source dans l'armée qui a préféré ne pas être nommée", affirmant que la base "a été bombardée par des avions de guerre non identifiés" tout en promettant une cinglante riposte. La source a souligné que c'était la première fois que la base était bombardée depuis que les forces du Gouvernement d'union nationale (GNA) basées à Tripoli et qui servent de paravent à l'OTAN et aux USA, ont saisi l'installation le 18 mai. Une chose est sûre : la violente frappe contre al-Watiya pourrait retarder le début de la grande bataille à Syrte où sont déployées des unités de Scud-B des pro-Haftar. Ce dernier se fait d'ailleurs de moins en moins parler de lui, retenu qu'il serait selon des sources en Egypte. L'axe Russie/Egypte vient-il de recevoir un appui militaire de poids d'Alger? 

Libye: à quoi rime le retrait de la France ?

Libye: à quoi rime le retrait de la France ?

Sur fond de son bras de fer avec la Turquie, la France a suspendu sa participation à une mission de l’OTAN en Méditerranée.

http://french.presstv.com/Detail/2020/07/06/629003/Libyepremier-coup-dur-a-la-Turquie


 

Dans LIBYE

LIBYE : LES KADHAFI MENACENT D'OCCUPER ISTANBUL

Par Le 27/06/2020

Le cousin de Kadhafi met en garde Erdogan contre ses politiques en Libye

Sat Jun 27, 2020 5:30PM

Des forces de l'Armée nationale libyenne se rassemblent dans la ville de Benghazi. ©AFP

Des forces de l'Armée nationale libyenne se rassemblent dans la ville de Benghazi. ©AFP

Le responsable politique du Front national de lutte libyen et cousin de l’ancien dirigeant libyen, Ahmed Kadhaf Al-Dam, a déclaré jeudi que l’Égypte avait le droit de se défendre, soulignant que bon nombre des attentats à la bombe qui avaient eu lieu à l’intérieur du pays provenaient de Libye.

Dans une interview accordée à Sky News Arabia, Kadhaf Al-Dam a souligné que les efforts du président turc Recep Tayyip Erdogan pour interférer en Libye échoueraient. 

Lire aussi: Libye : Sissi abattra les chasseurs US ?

« L’Égypte est soumise à une guerre organisée en tant que pays arabe, et elle a le droit de se défendre lorsque ses lignes rouges sont franchies. Quant à nous, nos lignes rouges sont à Zuwara et Tobrouk, et si les Turcs étendent leur présence en Libye, nous pourrons atteindre Istanbul, d’autant plus que nous avons des alliés en Turquie », a-t-il affirmé. 

Libye : face à l'Égypte Erdogan perdra

Libye : face à l’Égypte Erdogan perdra

Un éventuel face-à-face entre la Turquie et l’Égypte en Libye pourrait coûter très cher à Ankara.

Kadhaf Al-Dam a estimé que « la Turquie a été entraînée dans un piège en Libye » : « Des politiques stupides menées par Erdogan dans l’espoir de rétablir l’Empire ottoman et de devenir le calife ont été appliquées sans rendre compte qu’ils détruisaient le monde islamique. »

Il a également estimé qu’Ankara mettait en œuvre des plans élaborés par l’Occident ajoutant que « les frères en Turquie » avaient perdu la raison. « Je plains la Turquie parce que la Libye reviendra, car nous avons la volonté et la force, et nous sommes un pays qui revient et se rétablit », a-t-il ajouté.

« Nos forces armées reviennent et uniront leurs forces à l’est, à l’ouest et au sud. Ils ne pourront pas résister à nos tribus, et il n’y a pas d’autre légitimité en Libye que la légitimité du peuple libyen », a-t-il indiqué.

Il a ajouté : « L’Occident ne permettra pas à la Turquie d’exister militairement dans la région de la mer Méditerranée ou d’obtenir la richesse de la Libye, mais l’insouciance d’Erdogan et l’encouragement de ceux qui l’entourent, lui a fait croire qu’ils seraient victorieux, mais il pourrait plonger dans un bourbier. »

Libye: les F-16 turcs pris de panique!

Libye: les F-16 turcs pris de panique!

Bases permanentes turques en Libye: la "riposte" Algérie-Russie, possible?

http://french.presstv.com/Detail/2020/06/27/628382/Les-Kadhafi-menacent-doccuper-Istanbul


 

Dans LIBYE

LIBYE : LES F-16 TURCS PRIS DE PANIQUE!

Par Le 13/06/2020

Sat Jun 13, 2020 8:44AM

La multiplication des frappes contre les forces libyennes a fait de la coalition internationale le bras armé de l'opposition en permettant à des rebelles désorganisés de poursuivre leur contre-offensive vers l'ouest pour renverser Mouammar Kadhafi. (Photo d’illustration)

La multiplication des frappes contre les forces libyennes a fait de la coalition internationale le bras armé de l'opposition en permettant à des rebelles désorganisés de poursuivre leur contre-offensive vers l'ouest pour renverser Mouammar Kadhafi. (Photo d’illustration)

Alors qu'en Libye, les troupes takfiristes d'Ankara se sont fixées l'objectif de s'emparer de Syrte, les observateurs politiques s'attendent à ce qu'un coup de théâtre brise un peu ce triomphalisme précoce US/OTAN en Méditerranée: le fils de Kadhafi est sorti des limbes affirmant qu'il s'opposerait net à ce que la Turquie et donc l'OTAN s'emparent de la Libye. Cité par Al-Mayadeen, le responsable politique du «Front de lutte libyen», Ahmed Qaddaf al-Dam, l'un de ses proches, a souligné que Saif al-Islam Kadhafi, "ne resterait pas les bras croisés à assister au naufrage de la Libye". Une nouvelle carte vient d'être rabattue?

Alors que la presse atlantiste ne cesse de vanter les vertus des drones turcs qui auraient cloué au sol les Pantsir russes et apporté à Erdogan et à l'OTAN une méga victoire en Libye, dont les répercussions, espère cette même presse, devraient se faire sentir aussi en Syrie, le ministre turc de la Défense s'est entretenu vendredi avec le secrétaire général de l'OTAN de la Syrie, de la Libye.

Hulusi Akar et Jens Stoltenberg ont également abordé des coopérations mutuelles Ankara/ Alliance et leur perspective future, en vue de la réunion ministérielle de l'OTAN qui se tiendra les 17 et 18 juin 2020 par téléconférence et on devine contre qui ces coopérations sont orientées : il y a d'abord la Russie contre qui l'OTAN annonce, par la voix turque, vouloir se doter de deux bases permanentes au bord de la Méditerranée. 

Libye: et si le

Libye: et si le "Sultan" s'était fait piéger?!

En envoyant des milliers de mercenaires d'Idlib à la Libye, Erdogan n'at-il pas commis une grave erreur militaire?

Selon Yeni Safak, la Turquie se prépare à transformer la base d'al-Watiya en une base permanente pour y déployer des systèmes de défense aérienne et des drones de combat. Ce ne serait évidemment pas cette fois des MIM-23 Hawk, identiques à celles qu'Erdogan possède à Idlib qui feraient leur apparition à al-Watiya : on s'en doute bien que les Patriot américains finiront par débarquer à al-Watiya avec tout ce que cela comporte en termes de menaces contre les intérêts russes dans la gazifère en Méditerranée. Yeni Safak évoque une autre base, celle que OTAN/Turquie comptent ériger dans le port de Misrata, où des "navires de la marine turque" seront stationnés et avec eux évidement les navires de guerre US/atlantistes. 

« L'OTAN avance en Libye, il est temps d'en finir avec en Syrie » (experts)

« L'OTAN avance en Libye, il est temps d'en finir avec en Syrie » (experts)

 

Tout ceci fera de la Turquie, le "copropriétaire d'entreprises libyennes" produisant du pétrole à partir de champs offshore dans la zone économique exclusive de la Libye. Ce qui, d'après Ankara, explique le caractère parfaitement "indispensable" de "la présence de navires de guerre turcs pour garantir la sécurité des opérations de forage". C'est une perspective de tensions permanentes que fait brandir la Turquie et qui implique non seulement la Russie contre l'OTAN mais aussi des pays de l'OTAN entre autres (Grèce, Chypre d'une part, Turquie de l'autre...).

Ce vendredi, Ankara en a d'ailleurs donné un avant goût : les forces armées turques ont organisé des exercices en mer Méditerranée pour ce que le ministère turc de la Défense a appelé "le fait de tester et de développer la capacité de la Turquie à commander et exécuter des opérations à longue distance". Les médias mainstream n'ont évidement pas évoqué qu'au QG des opérations, les officiers américains et britanniques et israéliens dirigeaient les opérations, préférant comme depuis le début de l'affaire libyenne, occulter ce facteur US/OTAN derrière le masque du Sultan. 

N'empêche que le communiqué du ministère turc qui ne fait d'ailleurs aucune mention de la Libye, souligne que les exercices ont couvert un itinéraire de 1 050 milles marins ou 2 000 kilomètres des eaux territoriales de la Turquie et se sont poursuivis pendant huit heures. « Huit frégates et corvettes, ainsi que 17 avions ont participé jeudi à ces exercices, baptisés «Haute mer» que la Turquie dit avoir «mené avec succès», enfin presque. Le ministère qui diffuse des photos montrant des chasseurs F-16 et des avions-radars en train de décoller, et des navires de guerre escortés par des hélicoptères, se gardent bien de rapporter comment les F-16 escortant les avions cargo turcs évitent d'entrer dans le ciel libyen par crainte d'avoir à faire face à des surprises anti-aériennes russes, selon des sources militaires comme Avia.pro. Les lieux de l'exercice n'étant pas précisés, certaines sources arabes en Afrique du Nord ont estimé que la manœuvre s'est déroulée près de la Libye.

Libye : les hélicoptères égyptiens bombardent les pro-Ankara

Libye : les hélicoptères égyptiens bombardent les pro-Ankara

"Les chasseurs F-16 turcs n'ont pas pu pénétrer dans l'espace aérien contrôlés par les systèmes de défense aérienne russes. Après avoir reçu des notifications d'entrée dans la zone touchée, les avions de combat turcs ont dû se retirer d'urgence et partir dans la direction opposée, se rendant compte que chacun des avions qui se trouvaient dans le rayon de destruction de la défense aérienne de L'ANL pourraient être visé. L'ANL dispose des systèmes Buk-M2E, qui ont une portée de destruction considérablement plus grande que les missiles armés de chasseurs F-16 turcs"; dit Avia.pro.

undefined

undefined

undefined

Mais la manœuvre aérienne et navale de l'axe atlantiste ne vise pas tant la Russie qui ne fait pas partie de la zone que l'Algérie et la Tunisie. Les deux bases aérienne et navale que l'OTAN va ériger en méditerranée auront une emprise totale sur le ciel et l'espace maritime de l’Algérie et ce dont on aurait aimé que le président algérien parle lors de son allocution du jeudi soir 11 juin largement diffusé dans la presse. Cité par Yabiladi, le président algérien s'est exprimé sur le dossier libyen, défendant une contribution des pays voisins à la solution de la crise. Mais le président Tebboune a aussi très clairement affirmé que l'ANP (armée nationale populaire) pourrait participer à une opération extraterritoriale si la sécurité algérienne était en jeu : «La participation de notre armée hors des frontières ne veut nullement signifier faire partie des coalitions militaires dirigées contre un Etat spécifique ou devenir le gendarme du monde, mais plutôt se tenir en permanence pour défendre la souveraineté nationale et les intérêts de l’Algérie». Un premier avertissement algérien vient d'être lancé...

Libye : un avion cargo bourré d'armes intercepté

Libye : un avion cargo bourré d'armes intercepté

http://french.presstv.com/Detail/2020/06/13/627332/LOTAN-planifie-dintervenir-en-Libye-


 

Dans LIBYE

LIBYE : L’ARMÉE ÉGYPTIENNE FRAPPE L’ARMÉE TURQUE!

Par Le 08/06/2020

Libye : les hélicoptères égyptiens bombardent les pro-Ankara

Mon Jun 8, 2020 5:46PM

Le Caire a envoyé un convoi de chars lourds en Libye se préparant pour un combat au sol. (Photo de Twitter)

00:0000:28HD

SHARETwitterEmbed

CLOSED CAPTIONSNo subtitles

QUALITYAuto480p (244k)480p (444k)720p (844k)1080p (2244k)

Le Caire a envoyé un convoi de chars lourds en Libye se préparant pour un combat au sol. (Photo de Twitter)

Les hélicoptères Mi-24 de l'armée de l'air égyptienne ont porté un coup dur à l’armée turque en frappant ses positions et celles de ses alliés en Libye, a rapporté le site russe Avia.Pro.

« Soutenant les forces de l'armée nationale libyenne (ANL), l'Égypte a entamé des opérations militaires à grande échelle en Libye contre les forces du gouvernement d'entente nationale, les militaires turcs et les terroristes pro-turcs. L'attaque de l'armée de l'air égyptienne a été menée à l'aide d'hélicoptères Mi-24. Au moins 10 hélicoptères de combat ont participé aux attaques », a-t-il indiqué.

Sur une photo publiée par la source russe, on peut voir plusieurs hélicoptères de l'armée de l'air égyptienne, y compris des Mi-24 de fabrication russe et des Apache AH-64 de fabrication américaine.

Le nombre exact d'hélicoptères de combat qui ont participé à l'attaque contre les forces du gouvernement d'entente nationale et l'armée turque n'a pas été mentionné, mais le site russe citant ses propres sources parle d’au moins 10 à 12 hélicoptères d'attaque, ce qui correspond à des photos préalablement diffusées sur la présence des équipements de l'armée égyptienne en Libye.

L'Égypte a décidé de modifier l'équilibre des pouvoirs en Libye en y envoyant ses chars lourds.

Les autorités égyptiennes, dans le contexte de l'intervention turque dans la guerre en Libye, ont décidé de soutenir l'armée nationale libyenne, en envoyant des dizaines de chars lourds pour apporter aide au maréchal Khalifa Haftar. Avec de tels armements, l'Armée nationale libyenne pourrait obtenir un avantage très important et en quelques jours reprendre le contrôle de territoires précédemment perdus.

Libye: l’armée égyptienne débarque

Libye: l’armée égyptienne débarque

L'armée égyptienne s'est déplacée vers la frontière libyenne pour affronter la Turquie.

Il n'y a pas de déclarations officielles du ministère égyptien de la Défense à ce sujet, cependant, plus tôt, les autorités de ce pays ont averti la Turquie de leur disponibilité à intervenir.

Les photos publiées sur les réseaux sociaux montrent des chars Abrams de l’armée égyptienne sur le territoire de Tobrouk libyen, ce qui indique la reprise imminente des combats intenses en Libye.

Il convient de préciser que deux jours plus tôt, les forces du gouvernement d'entente nationale ont tenté sans succès de prendre d'assaut la ville de Syrte. Un énorme convoi militaire a été détruit par des avions inconnus. Selon certaines sources, l’attaque avait été menée par des MiG-29 et des bombardiers Su-24 qui sont apparus un peu plus tôt en Libye. Cependant, il n'y a jusqu’à présent aucun commentaire officiel à ce sujet.

Libye : nouveau terrain d’affrontement Russie/Turquie (Débat)

Libye : nouveau terrain d’affrontement Russie/Turquie (Débat)

Après avoir décidé de geler les combats, juste à la dernière minute avant la victoire à Idlib, l’armée russe compte-t-elle laisser passer un tel affront ?

http://french.presstv.com/Detail/2020/06/08/627036/Larme-gyptienne-frappe-larme-turque


Dans LIBYE

L’ARMÉE EGYPTIENNE DÉBARQUE EN LIBYE

Par Le 08/06/2020

Les troupes égyptiennes face à l'OTAN ?

Mon Jun 8, 2020 8:16AM

Le président égyptien Abdel Fatah al-Sissi rencontre des pilotes et des équipages à la suite des frappes aériennes du pays contre des terroristes de Daech en Libye, le 18 février 2015. ©Reuters

Le président égyptien Abdel Fatah al-Sissi rencontre des pilotes et des équipages à la suite des frappes aériennes du pays contre des terroristes de Daech en Libye, le 18 février 2015. ©Reuters

A peine deux jours après son initiative pour l'établissement d'une trêve en Libye, le président égyptien a envoyé un convoi militaire vers les frontières ouest de la Libye.

Les internautes égyptiens et libyens ont mis en ligne des vidéos sur des réseaux sociaux selon lesquels l'armée égyptienne avait dépêché du matériel militaire lourd à ses frontières occidentales avec la Libye.

Le gouvernement égyptien, dirigé par le président Abdel Fattah al-Sissi, aurait ordonné à l'armée d'envoyer des armes lourdes à la frontière libyenne et d'être prête à mettre en application les ordres des commandants.

Libye: le ciel algérien menacé?

Libye: le ciel algérien menacé?

Face aux frappes incessantes de l’armée de terre turque secondée par les Américains lesquelles frappent violemment les positions des pro-Haftar, les Émirats viennent de déployer leurs Mirage-2000 dans une base en Égypte.

À la suite d'une réaction négative du gouvernement d'union nationale (GNA), dirigé par Fayez al-Sarraj, à l'initiative d'un cessez-le-feu en Libye, Le Caire est arrivé à cette conclusion que si l'autre partie n'était pas d'accord avec le cessez-le-feu, il n'y avait d'autre option que d'intervenir militairement en Libye pour sauver le maréchal Khalifa Haftar. Les films montrent qu’une grande quantité d'équipements tels que des chars ont été transférés à la frontière entre l'Égypte et la Libye.

Cependant, certaines sources ont également expliqué le pourquoi de cette décision de l'armée égyptienne suggérant que cette démarche à la frontière occidentale visait à intimider le gouvernement du GNA libyen.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a eu des entretiens ce samedi au Caire avec la présidente du Parlement libyen, Aqila Saleh, et le maréchal Khalifa Haftar, commandant en chef de l'armée nationale libyenne (LNA), selon un porte-parole de la présidence égyptienne.

Abdel Fattah al-Sissi a présenté une nouvelle initiative de paix pour la Libye en proposant, aux côtés du maréchal Khalifa Haftar, qui contrôle l'est du pays, la création d'un conseil élu et l'instauration d'un cessez-le-feu à partir du lundi 8 juin.

La proposition du Caire a été saluée par plusieurs pays arabes, dont l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et Bahreïn.

Émirats/Turquie achèvent leur partition, l'OTAN s'installe aux portes de l’Algérie

Émirats/Turquie achèvent leur partition, l'OTAN s'installe aux portes de l’Algérie

Après avoir laissé l’OTAN s’emparer de la base d’al-Watiya et de l’aéroport de Tripoli, Haftar se réfugie en Égypte, appelle à une trêve qui est rejetée.

Le GNA a rejeté l’initiative du Caire et mis l’accent sur la libération de toutes les régions libyennes des mains des éléments du LNA.

Récemment, les forces du GNA ont réussi à enregistrer une série de succès dans le sud et l'est de la capitale libyenne, ce qui a inquiété des partisans arabes de Haftar, dont l'Égypte.

« Nos forces héroïques ont étendu leur contrôle sur toute la ville de Tarhouna, après avoir anéanti "les milices terroristes de Haftar", à 80 km au sud de la capitale Tripoli », a annoncé Mohamad Gnounou, porte-parole des forces du GNA, reconnu par l'ONU.

L'Algérie va-t-elle s'engager militairement aux côtés du

L'Algérie va-t-elle s'engager militairement 

Le conflit a connu ces derniers mois une implication croissante des puissances étrangères. 

Le 19 décembre 2019, le président al-Sissi a ordonné un transfert de chars T-72 et de véhicules de transport de troupes vers la Libye, dans le but de soutenir les forces de Khalifa Haftar et endiguer l'intervention militaire turque dans la ville de Tripoli.

Un certain nombre de forces égyptiennes en tant que conseillers militaires combattent également aux côtés des éléments de Haftar. 

Les Égyptiens se disent inquiets d'un conflit avec la Turquie et le gouvernement d'Union nationale libyen

http://french.presstv.com/Detail/2020/06/08/626988/Libye-larmee-egyptienne-debarque


Dans LIBYE

SYRTE (LIBYE) : LA TURQUIE ESSUIE UN COUP MORTEL

Par Le 07/06/2020

Libye: des MiG-29 frappent un convoi de l'armée turque et du GNA près de Syrte

Sun Jun 7, 2020 10:17AM

Des MiG-29 ont visé un convoi de l'armée turque et des forces du GNA près de Syrte, en Libye. (Capture d'écran d'une vidéo publiée par Last Defender)

00:0000:28HD

SHARETwitterEmbed

CLOSED CAPTIONSNo subtitles

QUALITYAuto480p (244k)480p (444k)720p (844k)1080p (2244k)

Des MiG-29 ont visé un convoi de l'armée turque et des forces du GNA près de Syrte, en Libye. (Capture d'écran d'une vidéo publiée par Last Defender)

À peine un jour après la réunion du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi avec le chef de l’Armée nationale libyenne (ANL), le maréchal Khalifa Haftar, au Caire, où les deux parties ont fait état d’une nouvelle initiative visant à établir une trêve en Libye, et ce après l’échec de l’offensive lancée en avril 2019 par Haftar sur Tripoli, des MiG-29 ont bombardé un énorme convoi de forces militaires turques et du gouvernement d’union nationale (GNA) de Libye près de Syrte. Fort de ses récentes victoires sur les hommes de Khalifa Haftar, le gouvernement d’union nationale (GNA), reconnu par la communauté internationale, a décidé samedi 6 juin d’attaquer la ville de Syrte, située à 450 km à l’est de la capitale libyenne. Prendre le contrôle de cette ville aurait pu lui ouvrir les portes des terminaux pétroliers contrôlés par Haftar. 

Libye: le méga jeu de dupe?

Libye: le méga jeu de dupe?

Après avoir laissé l’OTAN s’emparer de la base d’al-Watiya et de l’aéroport de Tripoli, Haftar se réfugie en Égypte, appelle à une trêve qui est rejetée.

Il y a quelques heures, des avions de combat inconnus ont infligé un coup puissant à l'immense convoi militaire de l’armée turque et des forces du gouvernement d’union nationale (GNA) qui ont tenté de prendre d'assaut la ville de Syrte. Selon Avia.Pro, il s’agit des chasseurs MiG-29 qui ont été précédemment repérés sur le territoire libyen.

Sur les images vidéo présentées, vous pouvez voir qu'un énorme convoi militaire composé de dizaines de véhicule et de plusieurs centaines de personnes, a été éliminé par une frappe aérienne.

Le convoi militaire a été complètement détruit par une frappe aérienne qui a contrecarré l'opération offensive sur la position des forces de l'Armée nationale libyenne (ANL) menée par le général Khalifa Haftar.

undefined

undefined

undefined

Le compte Twitter « Last Defender », ayant publié les photos du convoi militaire détruit, convoi qui préparait une attaque contre la ville de Syrte, s'est voulu rassurant sur le fait qu'il s'agissait des avions MiG-29, « probablement dû au fait que ces avions de combat ont considérablement dépassé les capacités des systèmes de défense aérienne utilisés par les forces du GNA, et si d'autres avions de combat avaient été utilisés, ces derniers auraient presque certainement été abattus ».

Syrie : la Russie s'est-enlisée...?!

Syrie : la Russie s'est-enlisée...?!

Plan US/Turquie : Idlib s'est-il transformé en un terrain de mine anti-russe?

Entre autres, il y a quelques jours, le compte Twitter de « the Syrian Military Capabilities » a rapporté que les avions de combat russes MiG-29 livrés à la Syrie effectuaient des vols mystérieux en Afrique du Nord, couvrant évidemment l'Armée nationale libyenne du général Haftar après que celle-ci eut subi une série de défaites dévastatrices, ayant perdu deux bases aériennes et un grand nombre d'armes.

undefined

undefined

undefined

Pour l’armée de Haftar, le contrôle de la Syrte permet de faire peser une menace constante sur la cité ennemie de Misrata, à 250 km à l’ouest, dont sont issus les principaux groupes pro-Tripoli. Posséder la ville de Syrte, c’est donc prendre un ascendant territorial. Enfin, Syrte est un point d’accès au désert libyen. C’est d’ailleurs au sud de Syrte que seraient regroupés les derniers partisans de Daech qui avaient fait main basse sur la ville de 2015 à 2016. Syrte était alors le premier bastion du groupe terroriste en dehors de la zone irako-syrienne.

http://french.presstv.com/Detail/2020/06/07/626926/Libye-Khalifa-Haftar-Turquie-attaque



 

Dans LIBYE

LIBYE : LA GROSSE ARNAQUE "US"?!

Par Le 20/05/2020

Base d'al-Watiaya, première base grandeur nature de l'OTAN aux portes de l'Algérie!

Tue May 19, 2020 11:51AM

La base d'al-Watiya tombée entre les mains de la Turquie et de ses alliés libyens/AA

La base d'al-Watiya tombée entre les mains de la Turquie et de ses alliés libyens/AA

En Libye, la donne militaire vient-elle de changer? Après des semaines de cuisants échecs militaires face à la puissance armée de Haftar que les Emirats, Israël, l'Arabie saoudite et la Russie ont soutenu dans l'objectif, dit-on, de mettre au pas la Turquie et ses mercenaires et d'enterrer les velléités gazières d'Ankara, une importante base aérienne vient d'être reprise par le gouvernement de Serraj et donc par la Turquie. l'effet d'annonce et l'impact stratégique sont dont garantis : ces milliers de terroristes fréristes qu'Ankara faisait trafiquer jusqu'ici à bord de bateaux et en passant par la Tunisie voisine vers la Libye, il saura désormais les faire transiter par avion tout comme en Syrie de 2011, le but étant entre autre d'ouvrir grand le ciel des pays nord-africains à l'OTAN et aux USA.

Mais les Emirats sont-ils réellement un rival stratégique pour la Turquie comme veut nous le faire croire la presse atlantiste? Dimanche 18 mai, des sources d'information ont fait état des batteries de missiles russes Pantsir-S acheminé par Abou Dhabi à la base d’al-Watiya qui vient de tomber entre les mains d'Ankara. Un jeu croisé inter OTAN, visant à doubler la Russie et par dessus le marché, les amis de Moscou en Afrique du nord? Une chose est sûre: sans l'Amérique, la Turquie ne saurait s'emparer d'al-Watiya. Raï al-Youm y revient. 

Libye: les Émirats trahissent la Russie!

Libye: les Émirats trahissent la Russie!

Il a été prouvé une fois de plus que l’argent et la liberté dans l’achat d’armes militaires ne peuvent à eux seuls apporter la victoire aux grandes armées inexpérimentées des pays riverains du golfe Persique.

« La reprise  d'al-Watiya par le gouvernement d’union nationale a porté un coup sévère au général Khalifa Haftar et à ses alliés, en particulier l'Égypte, la Russie, les Émirats arabes unis, la France et l'Arabie saoudite et pourtant à y regarder de près on y voit un jeu de dupe. Comment? le couloir aérien que les Emirats ont établi depuis un an entre l'Asie centrale et la Libye par où armes, avions, DCA sont transité se connecte de la sorte au camp turc. la presse s'en est étonné de voir juste avant la chute de la base, des Pantsir-S russes y être acheminés mais pas nous puisqu'au Yémen, les Emirats nous ont habitués à ces fluctuations et ces jeux de girouettes. la base militaire d'al-Watiya est située à 140 km au sud-ouest de Tripoli. Construite par les Américains sur une superficie de 50 km² dans les années 40 du siècle précédent, elle abrite une piste d'aéroport, un dépôt d'armes et qu’elle a une capacité d’accueil de plus de 7 000 soldats. Une manne pour le trafic de terroristes made in Turquie.», a affirmé le célèbre éditorialiste du monde arabe, Abdel Bari Atwan.

Le retrait des pro-Haftar de cette base a-t-il le fruit d'un accord tacite entre Emirats et Turquie? Possible. En tout cas, les dépôts d'armes sont pleins de munitions et de matériel militaire. On parle même d'un lachage de Haftar par la Russie ou la France. Possible aussi mais cela revient au même, la Libye devenue désormais un cas identique à la Syrie. Selon une source militaire "neutre" libyenne, Erdogan a  envoyé 7 000 extrémistes, notamment des Syriens, des Turkmènes, des Tchétchènes et des Ouïghours, ainsi que des conseillers militaires turcs en Libye et tout ce congloméra aura désormais à sa disposition de quoi "insécuriser" le ciel des pays voisins. 

Libye: Haftar surprend Moscou

Libye: Haftar surprend Moscou

Le maréchal Khalifa Haftar a annoncé son retrait de l’accord politique sur la formation du gouvernement d’union nationale conclu en 2015.

Que va suivre? Trois scénarios possibles : le général Haftar pourrait reculer et se montrer plus flexibles et s'ouvrir aux propositions faites lors des conférences de Moscou et de Berlin; secundo, il est possible que Haftar coupe les amarres et envoie ses forces terrestres contrecarrer  le "rival turc". Dans ce cas, nous assisterons à une guerre régionale majeure. La troisième possibilité serait que Haftar abandonne et se retirer dans l'est. Mais une dernière possibilité parait plus probable puisque l'objectif des puissances qui ont déclenché cette seconde guerre libyenne aura été ceci: diviser la Libye en trois régions avec tout ce que cette répartition aura comme effet sur le Sahel et l'Algérie voisine. On se demande même si dès le début les deux pantins que sont Serraj et Haftar ne singeait cette bataille pour en arriver là." 

Couloir militaire aérien contre l'Algérie?

Couloir militaire aérien contre l'Algérie?

Selon un rapport secret de l'ONU, les ÉAU ont mis en place un pont aérien pour transporter des armes à l'ANL sous le commandement du général Haftar.

http://french.presstv.com/Detail/2020/05/19/625669/Atwan-Libye-Haftar-gouvernement-dunion-nationale-accord-de-Skhirat-Tobrouk-Aquila-Saleh


 

Dans LIBYE

POUR CAUSE DE CORONAVIRUS, L'EGYPTE RETIRE SES TROUPES DE LIBYE

Par Le 21/03/2020

En raison de la propagation du coronavirus, l’Égypte a retiré ses troupes de la Libye

Sat Mar 21, 2020 2:10PM

Le coronavirus expulse les forces égyptiennes de la Libye. ©La Tribune

Le coronavirus expulse les forces égyptiennes de la Libye. ©La Tribune

Depuis la fin de la semaine dernière, le Caire retire ses militaires de la Libye après l’annonce de la propagation du coronavirus. Les forces égyptiennes se battaient aux côtés de « l’armée nationale libyenne » dirigée par le général Khalifa Haftar contre les forces loyales au gouvernement d’union nationale (GNA) présidé par Fayez al-Sarraj, à l’ouest de la Libye.

Deux avions militaires égyptiens ont transféré mercredi et jeudi nombre de militaires égyptiens de la Libye vers la base militaire Mohamed Naguib dans la province de Matrouh en bordure de la Méditerranée, et les a mis en quatorzaine, a rapporté al-Arabi al-Jadida citant des sources.

« Les forces armées égyptiennes ont transféré une grande quantité de matériels médicaux et de désinfectants dans l’est de la Libye », ont déclaré ces sources.

Simultanément au retrait de forces égyptiennes, plusieurs militaires soudanais et sud-soudanais ont été transférés ces dernières semaines en Libye, selon ce rapport.

Libye: Le Caire lâche Haftar?

Libye: Le Caire lâche Haftar?

Le président égyptien veut arrêter son soutien au dirigeant des forces de l’armée nationale libyenne (ANL).

« Le chef du renseignement égyptien, le général Abbas Kamel, s’est rendu la semaine dernière au Soudan et au Soudan du Sud en vue de transmettre un message du président égyptien Abdelfattah al-Sissi aux dirigeants de ces deux pays », selon certaines sources.

Lors de sa visite, le général Kamel a rencontré les commandants des groupes armées sud-soudanais, le président du Conseil de souveraineté du Soudan, Mohamed Hamdan Daqlo, et le commandant des forces de réaction rapide. Lors de cette rencontre, il a été décidé de déployer plusieurs guerriers soudanais en Libye, pendant 4 mois.

D’autre part, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a demandé à l’instar de la délégation onusienne aux parties belligérantes de cesser les affrontements afin de pouvoir enrayer la propagation du coronavirus.

Depuis le renversement en 2011 de l'ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi, la Libye a été divisée en deux gouvernements à l’ouest et à l’est: le gouvernement d’union nationale (GNA) reconnu internationalement, présidé par Fayez al-Sarraj à Tripoli, et le gouvernement de Tobrouk qui soutient le général Haftar.

Les forces de Haftar ont lancé le 4 avril 2019 une attaque contre la capitale Tripoli où est situé le siège du gouvernement d’al-Sarraj.

Bio-guerre: l'Afrique se prépare

Bio-guerre: l'Afrique se prépare

Au contraire de ce que prétend l'Occident, l'Afrique a de quoi surprendre le monde vu qu'elle a des décennies d'expérience en matière de bio-arme, arme favorite des occidentaux pour la coloniser.

http://french.presstv.com/Detail/2020/03/21/621307/Libye-lEgypte-retire-ses-troupes


 

Dans LIBYE

LIBYE : SOUS KADHAFI, LE PEUPLE LIBYEN VIVAIT MIEUX QUE LA PLUPART DES OCCIDENTAUX

Par Le 25/02/2020

Libyan Colonel Moamer Kadhafi shows his plan for irrigating the Libyan desert by a system of artificial lakes and rivers at his bunker-camp in Tripoli. (File)

Libye: «Sous Kadhafi, les Libyens vivaient mieux que la plupart des Occidentaux»

© AFP 2019 PATRICK HERTZOG

INTERNATIONAL

URL courte

Par 

22916

S'abonner

Alors que la situation se tend de jour en jour en Libye, Sputnik France a reçu Morad El Hattab, conseiller en investissements stratégiques et en intelligence économique. Avec l’auteur de «Saïf al-Islam Kadhafi, un rêve d’avenir pour la Libye», il a été question des causes du conflit et l’avenir du pays.

«En Libye, c’est une guerre inique tout à fait récente, avec beaucoup de dégâts. On sent qu’il y a une forme d’anarchie permanente. À qui tout cela profite-t-il? C’est la vraie question», s’interroge Morad El Hattab au micro de Sputnik France.

Il est conseiller en investissements stratégiques et en intelligence économique, écrivain, diplômé de l’Académie des Arts, des Sciences et des Lettres. Morad El Hattab est aussi un ami du fils de Mouamar Kadhafi, ex-dirigeant libyen officiellement assassiné en août 2011 par des rebelles près de Syrte. Et selon lui, plus que Fayez al-Sarraj ou le maréchal Khalifa Haftar, l’homme de l’Est, c’est bien Saïf al-Islam Kadhafi qui est en mesure de redonner à la Libye une stabilité politique.

Avec son dernier opus intitulé, «Saïf al-Islam Kadhafi, un rêve d’avenir pour la Libye» (Éd. Erick Bonnier), Morad El Hattab revient sur l’histoire tumultueuse de la Libye et les causes du conflit qui déchire actuellement le pays. Alors que les forces de Fayez al-Sarraj, du maréchal Haftar, et de leurs soutiens respectifs s’affrontent pour le contrôle du pays, Morad El Hattab décrit une histoire complexe, faite de retournements d’alliances dans un contexte de volonté de contrôle de l’énergie fossile libyenne. Entretien.

https://fr.sputniknews.com/international/202002251043127961-libye-sous-kadhafi-les-libyens-vivaient-mieux-que-la-plupart-des-occidentaux/


 

Dans LIBYE

LA CONFERENCE DE BERLIN PREPARE L'OCCUPATION MILITAIRE DE LA LIBYE ET LA DISTRIBUTION DU BUTIN.

Par Le 23/01/2020

La conférence de Berlin prépare l’occupation militaire de la Libye

Par Peter Schwarz

Mondialisation.ca, 22 janvier 2020

wsws.org 21 janvier 2020

Région : 

Thème: 

Analyses: 

La conférence sur la Libye, qui a eu lieu dimanche dernier à Berlin, ne portait pas sur la « paix » dans ce pays déchiré par la guerre, mais sur la distribution du butin. Elle rappelle les conférences au cours desquelles les puissances coloniales du XIXe siècle ont divisé entre elles des régions et des continents entiers.

La composition de la conférence elle-même en témoigne. À la table étaient assis les chefs d’État et de gouvernement des grandes puissances et des plus importantes puissances régionales, mais aucun représentant du pays dont le sort était décidé. Les deux principaux adversaires dans la guerre civile libyenne, le premier ministre Fayez el-Sarraj et le général Khalifa Haftar, avaient en effet été convoqués à Berlin, mais ils ont dû attendre dans l’antichambre qu’on leur dise ce que la conférence avait décidé. De plus, aucun ne représente le peuple libyen, servant plutôt de marionnettes aux différentes puissances qui se battent pour le contrôle de ce pays riche en pétrole.

En 2011, la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis, bientôt rejoints par de nombreux autres pays, ont bombardé la Libye et assassiné brutalement le chef d’État de longue date, Mouammar Kadhafi. Depuis lors, le pays, qui possédait autrefois une infrastructure bien développée et le niveau de vie le plus élevé d’Afrique du Nord, a été transformé en enfer par des milices se battant entre elles.

Le président français Emmanuel Macron (au centre à gauche) s’entretient avec la Chancelière allemande Angela Merkel (au centre à droite) lors d’une photo de groupe à la conférence sur la Libye à Berlin dimanche (AP Photo – Michael Sohn)

Les milices, qui s’appuient sur des mercenaires islamistes et des tribus locales, sont financées et armées par des puissances étrangères. Derrière le général Haftar, qui a la citoyenneté américaine et a longtemps été considéré comme un agent de la CIA, il y a les Émirats arabes unis (EAU), l’Égypte, l’Arabie saoudite, la France et la Russie. Al-Sarraj est soutenu par l’Italie, la Turquie, le Qatar et officiellement aussi par l’Allemagne. Les États-Unis sont depuis longtemps engagés auprès d’ El-Sarraj, mais ont récemment eu tendance à soutenir à nouveau Haftar.

Les objectifs poursuivis par les différentes puissances sont contradictoires. Les objectifs géopolitiques et politiques régionaux sont mêlés aux intérêts économiques. Par exemple, le conflit entre l’Italie et la France porte essentiellement sur le contrôle du pétrole et du gaz libyens. Avec 48 milliards de barils, le pays possède les neuvièmes plus grandes réserves de pétrole au monde. L’ancienne puissance coloniale, l’Italie, contrôle près de la moitié du marché avec la compagnie pétrolière Eni, le plus grand producteur de pétrole et de gaz en Libye. Son plus grand concurrent est le groupe français Total. La France dépend aussi du soutien d’Haftar pour sa guerre coloniale au Sahel.

La guerre civile en Libye aurait probablement duré des années sous cette forme si la Russie et la Turquie n’étaient pas intervenues. Les mercenaires russes du groupe Wagner affilié au Kremlin ont récemment contribué fortement aux succès militaires de Haftar. La Turquie, elle, a envoyé ses propres soldats ainsi que des mercenaires de l’Armée syrienne libre pour soutenir al-Sarraj. En retour, al-Sarraj a signé un accord sur la « délimitation des sphères d’influence en mer », qui divise la Méditerranée orientale entre les deux pays. Sur la base de cet accord, la Turquie revendique d’importantes réserves de gaz, que la Grèce et Chypre revendiquent également.

La crainte de voir la Russie et la Turquie gagner de l’influence en Libye a rapproché les puissances européennes. L’Allemagne y a vu sa chance. Elle n’avait pas participé à la guerre de Libye en 2011 parce qu’elle avait de bonnes relations économiques avec le régime de Kadhafi et elle a eu peu d’influence dans le pays depuis. Aujourd’hui, la chancelière Merkel prend le masque d’Otto von Bismarck, qui, à la fin du XIXe siècle, avait habilement exploité les conflits entre d’autres grandes puissances et, sous l’apparence de l’ « honnête intermédiaire », affirmé les intérêts de l’Allemagne en tant que grande puissance.

La conférence de Berlin sur la Libye et les accords qui y ont été conclus aident l’Allemagne à s’établir dans le pays et à renforcer son influence politique et économique en Afrique. À cette fin, Merkel a réuni à Berlin tous les adversaires en lice, soit 16 États et organisations au total.

Ont assisté à la conférence le président français Macron et les chefs de gouvernement italien et britannique, Conte et Johnson. Sont venus le président russe Poutine et le président turc Erdogan. Le gouvernement américain était représenté par le secrétaire d’État Pompeo. Étaient présents des membres gouvernementaux de haut rang des EAU, d’Arabie Saoudite et d’Égypte. Les Nations unies et l’Union européenne étaient également parties prenantes par l’intermédiaire de leurs principaux représentants.

La conférence s’est mise d’accord sur une déclaration en 50 points. Selon celle-ci, le cessez-le-feu, qui avait déjà été mis sur pied auparavant grâce à la médiation de la Russie et de la Turquie, doit être prolongé de manière permanente. Les milices doivent être démobilisées et désarmées, et l’embargo sur les armes existant, qui a déjà été violé par tous, doit être respecté et surveillé.

Il ne fait cependant guère de doute qu’il ne s’agit là que de la phase préliminaire d’une occupation militaire du pays. Le commissaire européen aux affaires étrangères Josep Borrel avait déjà déclaré à Der Spiegel avant la conférence: « S’il y a un cessez-le-feu en Libye, l’UE doit être prête à aider à mettre en œuvre et à surveiller ce cessez-le-feu – éventuellement aussi avec des soldats, par exemple dans le cadre d’une mission de l’UE ».

Le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, a également déclaré au magazine d’information allemand: « Nous avons besoin d’une mission européenne de paix ». Des casques bleus européens étaient selon lui nécessaires, avec une mission maritime, terrestre et aérienne pour contrôler le respect de l’accord.

Les demandes de déploiement en Libye de la Bundeswehr (forces armées) se multiplient de la part des médias et des politiciens allemands. La présidente de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) et ministre de la Défense Kramp-Karrenbauer a abondé dans ce sens et le député CDU Johann Wadephul a exigé que l’Allemagne contrôle l’application de l’armistice et de l’embargo sur les armes. « Nous ne pouvons tolérer que la Libye reste à long terme un terrain de jeu pour les trafiquants d’armes, les trafiquants d’êtres humains et les terroristes islamiques ».

« L’Allemagne devra jouer un rôle majeur à la fois dans l’établissement de la sécurité et dans la construction d’une politique libyenne, non seulement pour le bien de son rôle en Europe, mais aussi parce qu’il est dans l’intérêt de l’Allemagne d’épargner à la Libye le sort de la Syrie » a déclaré le Frankfurter Allgemeine Zeitung.

La classe dirigeante allemande voit dans le conflit libyen une occasion de faire avancer le retour longtemps attendu à la politique militariste de grande puissance. Soixante-dix-neuf ans après que le général préféré d’Hitler, Erwin Rommel, ait débarqué en Libye pour mener sa désastreuse campagne d’Afrique, elle subodore la chance d’établir une présence militaire en Afrique du Nord. Elle jouit du soutien de tous les partis. Non seulement les partis au pouvoir – CDU, CSU (Union chrétienne-sociale) et SPD (Parti social-démocrate) – mais aussi les Verts et le Parti de gauche ont accueilli la conférence de Berlin et l’ont soutenue avec enthousiasme.

Il n’y a cependant aucun doute que le cessez-le-feu, s’il est du tout conclu, n’est qu’un répit avant que la guerre qui a déjà dévasté le pays ne s’intensifie encore. Aucun des conflits qui poussent les puissances impérialistes à des guerres toujours plus brutales n’a été résolu. Les experts pensent que la guerre civile en Libye va reprendre dans peu de temps. « Pour les deux parties, la situation actuelle est militairement et économiquement inacceptable à long terme », écrit Die Zeit. « Par conséquent, une nouvelle flambée de combats majeurs dans les semaines à venir est plus que probable ».

Le conflit entre la Turquie et la Grèce, qui n’a pas été invitée à Berlin malgré les protestations scandalisées du gouvernement d’Athènes, au sujet des gisements de gaz en Méditerranée orientale s’est lui aussi intensifié. Au cours du week-end, des pirates informatiques turcs ont paralysé les sites web du ministère grec des Affaires étrangères et des services secrets. Des pirates informatiques grecs ont riposté, en faisant autant au site web du ministère turc des Affaires étrangères. Ces deux membres de l’OTAN ennemis entre eux, se sont déjà auparavant trouvés au bord de la guerre.

Outre la lutte pour le pétrole, les marchés et l’influence, c’est avant tout l’exacerbation de la lutte des classes qui fait que les puissances impérialistes réagissent par la guerre et le militarisme. Les manifestations de masse en Irak et au Liban se sont intensifiées ces derniers jours, malgré des mesures répressives brutales. Et en Europe aussi, en particulier en France, les gouvernements sont confrontés à une résistance massive.

Peter Schwarz

 

Article paru en anglais, WSWS, le 21 janvier 2020

La source originale de cet article est wsws.org

Copyright © Peter Schwarzwsws.org, 2020

https://www.mondialisation.ca/la-conference-de-berlin-prepare-loccupation-militaire-de-la-libye/5640783