HOURIA ZOHRA : PANNE...

 

Depuis le temps que j’essaie de dompter le mot

La plume reste muette et la page sans écho

Avril se retire, mai apparait les bras en muguet

Tout s’agite et remue, tu demeures subjugué.

Pourquoi traines-tu sans nulle hâte 

Muse béate ? Dans mon âme fébrile,

L’angoisse brouille l’envol du mot

Aptère, au goût banal et sans éclat,

 Le vent verbal trime et se débat

Inutilement !

L’azur demeure fermé, Belle sans amant.

N y a-t-il à rien à puiser dans ces nuits en loques 

Propices à tes labours dans mon champ en freloques ?

Viens je ne suis qu’un cadavre sans tes ressacs

Viens débarque ! Chevauchons nos nuits blanches

C’est dans leurs crinières  que notre chant se retranche…

  Hour Zo,le 02 mai 2014

https://www.facebook.com/houria.zohra


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

houria zohra
  • 1. houria zohra (site web) | 23/05/2015

Merci d'apprécier et partager Jacques.Merci <3

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau