MOUNA ALNO-NAKHAL - ALEP, SYRIE : DE QUELLE COULEUR ES-TU ?

Alep, Syrie : De quelle couleur es-tu ?

Mondialisation.ca, 30 avril 2015


Alep 2

À Alep, pour dire « comment vas-tu ? », on dit « chlonak » au masculin singulier et nous vous épargnerons toutes les déclinaisons terminales de ce terme, selon que l’on parle au masculin ou au féminin, au singulier ou au pluriel de deux ou plus. Un mot qui ne vient pas de l’arabe, mais sans doute du Syriaque ou d’une langue parlée depuis un passé encore plus lointain, qui vous demande, en guise de salut à n’importe quelle heure du jour et de la nuit : « de quelle couleur es-tu ? ».

Ces derniers temps, la réponse hurlée ou étranglée des gens d’Alep est de toutes les couleurs du sang, qu’il parte du coeur ou du ventre, qu’il gicle dans les rues ou du lit douillet d’un enfant. Ils en arriveraient presque à préférer les « canons de l’enfer », des monstres qualifiés d’opposants modérés par tous les hypocrites de la Terre, aux missiles d’« Erdogan le pilleur » [1], qui ont l’avantage de démolir des immeubles entiers avec tous leurs occupants, plutôt que de laisser le hasard choisir ses victimes étage après étage, maison après maison.

Et pourtant, que n’a-t-on entendu « Il faut sauver Alep ! », slogan vite devenu « Il faut sauver les Chrétiens d’Alep ! » ou mieux : « Seuls les Kurdes peuvent sauver les Chrétiens ! ».

Comme si les Chrétiens de Syrie n’étaient pas avant tout des Syriens et ce, depuis la nuit des temps, même sous le joug des Ottomans.

Comme si un seul des quartiers visés par les missiles, les obus de mortiers, les canons de l’enfer, les snipers, les explosions de souterrains [2] et toute la haine du monde, n’étaient habités que par des Chrétiens.

Alep: Jardin public du centre-ville

Comme si le Sultan ottoman Abdul-Hamid II n’avait pas fait massacrer « 200.000 à 250.000 Arméniens avec le concours diligent des montagnards Kurdes » et que, tout au long des années de carnage qui ont suivi, les gens d’Alep de toutes les confessions n’avaient pas accueilli et adopté à jamais les rescapés arméniens, assyriens, chaldéens, grecs, et même kurdes en majorité musulmans et sunnites, lorsque la Turquie kémaliste leur infligea le même sort [3][4].

Il ne s’agit pas ici de faire un procès d’intention aux gens « sincères » qui appellent à secourir ceux qu’ils désignent par « Chrétiens d’Orient » en actes ou en paroles, ni même de s’élever contre ce qui pourrait revenir à une discrimination. Il s’agit plutôt de rappeler succinctement certaines vérités douloureuses, maintenant qu’il est devenu évident qu’Alep et sa région servent de carte maîtresse dans le jeu des puissants ou de ceux qui voudraient s’inscrire à leur club, en la détruisant.

Des vérités que le Président Hollande et apparemment des Arméniens « marqués par le génocide arménien » ignorent dans leurs discours de commémoration du centenaire de cette tragédie. Le premier lorsqu’il omet de dire que ce « désert » au bout duquel les Arméniens ont trouvé leur salut n’est autre que le désert syrien et qu’il s’attend à des « mots encore plus importants » de la part de la Turquie [5]. Les seconds lorsqu’ils omettent de remercier ces « Justes  de Syrie » qui ont sauvé les leurs d’un massacre qui se poursuit aujourd’hui, restant sourds aux déclarations, sans cesse répétées, des Arméniens fiers d’être des citoyens syriens à part entière [6] et non des citoyens de seconde catégorie, comme ce qui se prépare pour les Assyro-chaldéens sous la férule du « Kurdistan irakien ». Mais c’est un autre sujet...

Des vérités sur le projet de vider le Moyen-Orient de ses Chrétiens que les dirigeants et même les hommes d’Église occidentaux ignorent ou semblent ignorer, mis à part M. Sarkozy qui, à notre connaissance, n’a pas nié en avoir informé Monseigneur Al-Raï [7]. Un projet qui a évolué avec le temps, si l’on se réfère à la « Lettre ouverte adressée à tous les Syriens » par le Père Elie Zahlaoui à partir de Damas le 28 mai 2014 [8]. Dans cette lettre, il invite ses concitoyens à réfléchir sur cinq textes qu’il a lui-même traduit en arabe, sans autre commentaire. Voici la traduction du deuxième, en espérant que cette double traduction ne nous éloignera pas trop du texte original. Il s’agit d’une lettre datée du 27 février 1954, adressée par Ben Gourion au Premier ministre d’Israël de l’époque, Moshé Sharett :

 « C’est peut-être le moment favorable pour tenter de créer un état chrétien à nos côtés. Mais cela ne pourra se concrétiser sans notre initiative et notre soutien. Je crois que c’est actuellement notre mission principale ou, tout au moins, l’une des missions principales de notre politique étrangère. Nous devons faire en sorte d’utiliser les moyens, le temps et l’énergie, susceptibles de mener à un tel changement fondamental au Liban. Et ne vous souciez pas des dollars, même au cas où ils seraient dépensés en vain. Nous devons concentrer tous nos efforts sur cet objectif. Je ne sais si nous avons des agents au Liban, mais usez de tous les moyens disponibles pour concrétiser la tentative que je propose... ».

Est-il nécessaire de revenir sur les agents qu’ils ont « eus » au Liban et sur le rôle du Hezbollah, des patriotes libanais et d’autres encore, pour faire échouer ce projet ? Ce projet est-il définitivement enterré au Liban ou bien a-t-il migré vers d’autres cieux ? Et pourquoi est-ce si important pour Israël ? Là aussi ce n’est pas le sujet...

Aujourd’hui une campagne psychologique féroce bat son plein. Elle vient s’ajouter à tout ce que les gens d’Alep ont vécu depuis juin 2012 [9]. Si par miracle vous arriviez à joindre l’un des habitants, vous comprendriez que le but premier de cette campagne est de leur ôter tout espoir de voir l’Armée arabe syrienne les délivrer des griffes des terroristes qui continuent à déferler en tsunami meurtrier depuis la frontière turque.

Normal ! Les médias occidentaux, comme les médias des Pays du Golfe, ne parlent que des défaites de l’Armée arabe syrienne, jamais de ses victoires. Depuis l’invasion de Idleb et de Jisr-al-Chougour par les hordes de l’alliance turco-saoudo-qatarie gonflée par une « Tempête de lâcheté » sur le Yémen,  certains jubilent. La télévision qatarie, Al-Jazeera, est même allée jusqu’à trafiquer une vidéo disant que l’Armée syrienne était en fuite. Certains ont même poussé le vice jusqu’à prétendre que cette vidéo était présentée par l’un des hommes des médias syriens les plus respectés. Les gens d’Alep ne sont pas dupes, mais il y a tout le reste.

Il y a la peur de perdre un être cher, ce qui a fait dire à l’une de ses habitantes : « Le comble est que nous en sommes rendus à envier les familles qui meurent en gros... tous ensemble. C’est moins dur ». Il y a la douleur des adieux, maintenant que plus de la moitié des habitants ont quitté vers d’autres régions du pays ou vers d’autres cieux, certains pour ne jamais revenir. Il y a la fatigue qui s’accumule depuis quatre ans. Il y a la rage de préserver ses enfants en continuant à les nourrir physiquement, moralement, et intellectuellement. Il y a ceux qui espèrent toujours un sursaut d’humanité de la part de l’Occident. Il y a ceux qui sont volontairement restés pour aider et se battre à leur manière sans rien attendre en retour.

Il y a aussi, comme ils disent, « la mascarade de De Mistura » qui signifie que sa mission consiste à ce que les terroristes « modérés » puissent d’ici le 30 Juin,[date de la signature de l’accord sur le nucléaire iranien], contrôler le maximum de territoire pour que leurs donneurs d’ordre soient en situation de négocier d’égal à égal avec l’État syrien et ses alliés.

D’où la question inévitable : « Mais où sont donc nos alliés ? ». Pour y répondre, il faudrait être dans le secret des dieux.

En attendant, aujourd’hui, Alep est de couleur ténèbres et a vu les étoiles de midi. Même son beau jardin public a reçu son lot de canons de la mort. Une mort qui a fauché un nombre encore indéterminé de victimes. Une seule chose est sûre : elle n’a pas demandé à ses élus ni de quelle couleur ils étaient, ni quel était leur prophète favori.

Mouna alno-Nakhal

30 avril 2015

 

Notes :

[1]Syrie : Le pilleur d’Alep !

http://www.mondialisation.ca/syrie-le-pilleur-dalep-2/5323740

[2] Vidéo publiée par les terroristes le 26 avril 2015: explosion de souterrains dans la vieille ville

https://www.facebook.com/Girls.Of.Aleppo/videos/989501414408461/

[3]Arméniens et Kurdes

http://denisdonikian.blog.lemonde.fr/2007/11/26/285-armeniens-et-kurdes/

[4]24 avril 1915 Le génocide arménien

http://www.herodote.net/24_avril_1915-evenement-19150424.php

[5] Discours lors des commémorations du centenaire du génocide arménien

http://www.elysee.fr/declarations/article/discours-lors-des-commemorations-du-centenaire-du-genocide-armenien-2/

[6] Aznavour et Guédiguian, deux hommes marqués par le génocide arménien

http://www.lefigaro.fr/culture/2015/04/22/03004-20150422ARTFIG00366-aznavour-et-guediguian-deux-hommes-marques-par-le-genocide-armenien.php

[7]Sarkozy : « Les chrétiens de Syrie et du Liban n’ont plus leur place au Proche Orient »

http://www.silviacattori.net/article2394.html

[8] Lettre ouverte à tous les Syriens. Par Père Elie Zahlaoui

https://www.facebook.com/EliasZahlawi/posts/679883705412290

[9] Syrie : Le calvaire d’Alep !

http://www.mondialisation.ca/syrie-le-calvaire-dalep/5378509


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau