PALESTINE

PALESTINE

ROBERT BIBEAU : LA LUTTE NATIONALISTE DE LIBERATION DE LA PALESTINE AGONISE.

actualites-des-7 

La lutte nationaliste de libération de la Palestine agonise.

  actualites des 7 (R.Bibeau)  2 Commentaires 

 

Le premier février 2017 nous annoncions sur les7duquebec.com que « Donald Trump veut régler la question nationale palestinienne » ! Aussitôt, les géopoliticiens en herbe se moquèrent de nous en arguant que le Président était sous la coupe de l’AIPAC, qu’il venait de promettre de déplacer l’ambassade des États-Unis à Jérusalem, et l’ambassadeur désigné par l’Amérique auprès de l’État de tous les juifs(sic) était un hystérique sioniste (David Friedman). Autant de concessions visant à amadouer le loup Netanyahu avant de le forcer à embraser les brebis Mahmoud Abbas et le Hamas sans les dévorer. Une récente entrevue du secrétaire général adjoint de l’organisation nationaliste Jihad Islamique confirme nos appréhensions. Ziyad Nakhalé y dévoile que : « cette réconciliation entre les mouvements palestiniens Fateh et Hamas est menée dans le cadre d’un projet américain, le projet appelé «règlement du siècle», qui est la liquidation de la question palestinienne. » Nous connaissons maintenant le nom de code de l’opération secrète qui vise à échanger le désarmement de la résistance nationaliste palestinienne contre la gestion de deux bantoustans, l’un à Gaza sous la botte des nationalistes du Hamas et l’autre dans quelques cités emmurées de Cisjordanie sous la botte des chauvins nationalistes de l‘OLP-Autorité palestinienne. L’une des dernières « lutte de libération nationale pour le droit des peuples à l’autodétermination et combattre l’oppression » (Lénine) se conclura comme toutes les autres par cet accord déshonorant valant moins que « trente deniers » et moins qu’un « plat de lentille ». Les apparatchiks  des mouvements nationalistes palestiniens s’attribueront les ministères et leur clan s’empareront des aides sonnantes et trébuchantes promises  par la « communauté internationale » et le prolétariat palestinien et israélien en sera quitte pour pleurer ses morts puis s’en retourner au chantier ou à l’usine produire la précieuse plus-value que les multinationales israéliennes s’attribueront ou partageront avec leur mentor américain. Le nationalisme bourgeois est incompatible avec l’internationalisme prolétarien.  Robert Bibeau.  http://www.les7duquebc.com   Bonne lecture.

**********

L’article ci-dessous a paru sur le site de l’International Solidarity Movement, dimanche le 15 octobre 2017 Sur  http://www.ism-france.org

« En 30 ans, notre mouvement s’est développé et consolidé, et nos moyens se sont accrus » – Résumé de l’interview de Ziyad Nakhalé, adjoint du secrétaire général du Mouvement du Jihad Islamique en Palestine

Par Ziyad Nakhalé

A l’occasion du 30ème anniversaire de la naissance du mouvement (1987 – 2017), la chaîne al-Mayadeen a mené une interview avec le dirigeant Ziyad Nakhalé, au cours de laquelle il a expliqué la position de son mouvement quant aux efforts de réconciliation entre le Hamas et le Fateh, au Caire, quant aux constantes et variantes pour le mouvement dans sa lutte et résistance contre l’occupation sioniste de la Palestine. Il a abordé le développement de son mouvement en 30 ans, et l’apport important de sa branche armée, les brigades al-Quds, dans la résistance aux agressions sionistes, que ce soit dans la bande de Gaza ou le reste du pays. Il a également dénoncé les tentatives de normalisation des relations entre des régimes arabes et l’entité sioniste.

Constantes et variantes :

Pour le Mouvement du Jihad islamique en Palestine, les constantes sont les principes du mouvement, depuis sa naissance : laPalestine, du fleuve à la mer, est la patrie du peuple palestinien ; refus de reconnaître l’occupant, quelles que soient les pressions exercées ; l’unité du peuple palestinien, dans la patrie et l’exil ; le droit à la résistance jusqu’à la libération de laPalestine.

Quant aux variantes, ce sont les positions envers ce qui est proche de ces constantes et ce qui s’en éloigne. « Nous avons un réseau de relations avec des partis et des pays », en fonction de ce principe. « Notre position est claire, elle distingue entre l’ennemi et l’ami, et entre ceux qui sont avec ou contre la résistance ». Nous ne pouvons pas reconnaître les frontières de 67, même si d’autres les reconnaissent en tant que programme provisoire. D’ailleurs, ces frontières sont « une tromperie », et l’entité sioniste ne les accepte pas, puisqu’elle y a installé ses colonies. A la question de savoir si cette position de principe n’isole pas le mouvement du reste des formations palestiniennes, M. Nakhalé a répondu que le fait que son mouvement soit isolé à cause de son attachement aux principes de la lutte et de la résistance pour libérer la Palestine est plutôt un honneur. Car de qui ou de quoi est-on isolés ? « d’être au service de l’occupant, ou de nos principes ? »

Il est vrai que la situation actuelle est très difficile, mais le mouvement a déjà vécu des moments semblables, après les accords d’Oslo. Son fondateur et premier secrétaire général, le martyr dr. Fathi Shiqaqi, a été assassiné par le Mossad, et le mouvement, cadres, dirigeants et militants, ont été poursuivis, arrêtés et même tués, par ceux qui se sont installés sur un bout de laPalestine, après ces accords. Mais « nous avons maintenu nos principes et notre ligne » malgré les pressions et les conditions difficiles faites aux résistants. Aujourd’hui, le mouvement est beaucoup plus ancré dans la société palestinienne, partout enPalestine et dans le monde. « Nous sommes en meilleure position » qu’à l’époque des accords d’Oslo, et « nous avons des dizaines de milliers de combattants ».

Quant aux Brigades al-Quds, la branche armée du mouvement, son développement est qualitatif, et quantitatif à la fois. Elles ont mené de grandes batailles en Cisjordanie , et aujourd’hui, elles sont incontournables dans la bande de Gaza. En Cisjordanie , la situation est difficile, à cause des arrestations et des poursuites par l’occupant et l’Autorité palestinienne à la fois, des militants du mouvement. Même les étudiants et les membres des associations de soutien aux familles des martyrs et des prisonniers sont poursuivis. Dans la bande de Gaza, la présence des Brigades est incontestable, elles ont mené des batailles contre l’occupant, et des centaines de martyrs sont tombés. Les moyens qu’elles possédaient en 2014 se sont plus que multipliés depuis, elles peuvent résister à toute agression et protéger la bande de Gaza. « Nous avons des capacités et des moyens », et « nous avons confiance dans nos capacités ».

Ordre d’assassiner dr. Ramadan Shallah

« Nous sommes un mouvement de résistance, des combattants », et le mouvement s’attend depuis sa naissance à être poursuivi par ceux qui soutiennent l’entité sioniste. Pendant 20 ans, dr. Ramadan a consolidé le mouvement en tant que secrétaire général, il a maintenu la vision claire du mouvement envers le conflit et le rôle des Palestiniens dans ce conflit, et ses cadres et dirigeants ont développé des capacités importantes. Le dirigeant du mouvement est non pas seulement recherché par le FBI, mais l’ordre fut donné de l’assassiner, à la différence de tous ceux qui figurent sur cette liste, parce qu’il a réussi à maintenir le cap et à multiplier les capacités du mouvement. Pour les ennemis de la Palestine, il est gênant. Il est visé par ceux qui veulent liquider la question palestinienne. En Cisjordanie , le mouvement vit des moments difficiles, il est visé à cause de sa ligne politique, ses principes et ses constantes, et des pressions sont exercées pour qu’il les modifie.

La réconciliation : les craintes

« Nous avons appelé et nous approuvons la réconciliation, afin de régler les problèmes humains et économiques » de la population dans la bande de Gaza, et pour rompre blocus « c’est le droit des gens ». La crainte exprimée par le mouvement concernant la réconciliation en cours au Caire, entre les mouvements Hamas et Fateh vient du fait d’abord que l’entité « israélienne » et les Etats-Unis l’ont approuvée et ont donné le feut vert, ce qui signifie que cette réconciliation est menée dans le cadre d’un projet américain, le projet appelé « règlement du siècle », qui est la liquidation de la question palestinienne.

Il y a la question des armes de la résistance, qui suscite la crainte. Pour le mouvement, la question ne doit pas être abordée, car la réconciliation concerne uniquement les questions humaines et économiques. Des voix se sont exprimées à ce sujet, disant vouloir en finir avec les armes de la résistance, mais au cours des discussions du mouvement avec l’Egypte, cette dernière avait assuré que ni la question de la résistance, ni ses armes, ne sont concernées par la réconciliation. « Pour notre part, nous ne remettrons pas les armes ! » La crainte vient aussi du fait que jusqu’à présent (10/10), le mouvement Hamas a fait des pas en direction de l’Autorité, mais cette dernière n’a encore fait aucun pas en direction de la bande de Gaza et de Hamas. Ce qui laisse croire que le prix à payer serait plus grand que ce le Hamas a déjà payé. Il a aussi la question du programme qui sera adopté par le gouvernement de l’Autorité : est-ce qu’il compte mener des négociations avec l’entité de l’occupation ? « Après avoir livré 80% de la terre de Palestine aux occupants, va-t-il négocier sur les 20% qui restent ? » C’est pourquoi il faut discuter entre Palestiniens pour adopter un programme unitaire, où il serait interdit de négocier par quiconque. Personne n’a le droit de négocier au nom du peuple palestinien. Ce n’est pas parce qu’une formation a mené une résistance il y a 50 ans qu’elle a le droit de négocier au nom du peuple tout entier.« Si une partie des formations a changé de position,devons-nous changer la nôtre ? »

L’adjoint du secrétaire général du Mouvement du Jihad islamique en Palestine a réaffirmé la position du mouvement envers l’Autorité et les élections législatives ou présidentielles qui y sont organisées, qui est le refus de participer à toutes ces élections, car l’Autorité palestinienne issue des accords d’Oslo n’exerce aucune souveraineté sur la Palestine, elle sert plutôt à masquer l’occupation, cette autorité aide l’occupant, poursuit les combattants et ne protège pas le peuple palestinien. Quelles que soient les pressions exercées, passées ou futures, le mouvement ne participera pas aux élections organisées dans ce cadre.

La normalisation avec l’occupant : une menace et un crime

Il est vrai que le mouvement a publié un communiqué très fort, il a quelque temps, contre les Etats qui cherchent à normaliser leurs relations avec l’entité coloniale. « Notre position est très claire quant à la normalisation, nous la refusons absolument, et nous avons le droit de nous mettre en colère, en cas de normalisation », car le mouvement considère qu’il est du devoir des Etats arabes d’aider la Palestine et les Palestiniens, et non de leur donner des coups de poignard dans le dos. « Nous avons le droit de crier, car les Etats arabes ont des responsabilités envers la Palestine », et ces relations de normalisation avec l’occupant visent la Palestine et les Palestiniens. Pour le mouvement, qui se rapproche vers l’occupant, prend ses distances avec la Palestine.

Les Etats arabes ont une responsabilité envers la Palestine, et n’ont pas le droit de normaliser leurs relations avec l’entitésioniste. Ils doivent aider les Palestiniens à résister. Et parce que les relations du mouvement sont tributaires de la position des partis et Etats arabes envers la Palestine et la résistance, le mouvement a des relations historiques avec le Hizbullah, au Liban, « avec qui nous sommes dans le même front, contre « Israël ».

Source : Al Mayadeen

Traduction : Baladi

http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/la-lutte-nationaliste-de-liberation-de-la-palestine-agonise/


 

LA PALESTINE OVATIONNEE PAR LE PARTI TRAVAILLISTE BRITANNIQUE DIRIGE PAR LE PROGRESSISTE JEREMY CORBYN

UK: La Palestine ovationnée au congrès du parti travailliste, malgré le chantage à l’antisémitisme

 Depuis 3 heures  10 octobre 2017

corbyn3

 Amérique et Europe - GB

 

On ne peut pas dire que le lobby israélien aura chômé en Grande-Bretagne au cours de la dernière année. Mais malgré les menaces, les calomnies, la cause palestinienne ne cesse de gagner en popularité au sein du Labour Party. Voir l’ovation à Jeremy Corbyn quand il réclame la fin de l’occupation israélienne.

C’est la plus longue et la plus spectaculaire ovation que le leader du parti travailliste ait reçu pendant sa longue conférence, lors de la réunion annuelle de son parti la semaine dernière.

Le lobby israélien qui n’a cessé d’accuser Jeremy Corbyrn d’antisémitisme pendant de longs mois, au point qu’on a pu se demander s’il avait atteint son but et réduit au silence le dirigeant du parti travailliste sur ce sujet, en a été pour son argent.

Jeremy Corbyrn s’est clairement élevé contre « l’oppression du peuple palestinien, plus de 50 ans d’occupation et l’expansion des colonies illégales ».

Et là, il a déclenché un tonnerre d’applaudissements, montrant bien l’attachement de toute la base du labour Parti à la défense des droits des Palestiniens.

Pourtant, une organisation pro-israélienne, la « Jewish Labour Movement », n’avait pas ménagé ses forces ces derniers mois, dans sa « chasse aux sorcières » et le chantage à l’antisémitisme au sein du parti travailliste. Elle a même réussi à créé de toutes pièces une polémique sur un soi-disant « antisémitisme structurel au sein du parti travailliste ».

Mais face à ces calomnies, une autre association juive s’est créée au sein du parti travailliste, la « Jewish Voice for Labour », qui a vigoureusement contesté les tentatives d’élargir la définition de l’antisémitisme (notamment à la défense des droits des Palestiniens »), et qui a remis les pendules à l’heure, en proclamant que « la haine des Juifs, ou la discrimination envers les Juifs au sein du parti travailliste était une pure invention, visant à intimider les militants qui s’expriment contre l’occupation et la colonisation de la Palestine ».

Plusieurs interventions dans ce sens ont été très applaudies lors de ce meeting, notamment celle de la déléguée Naomi Wimborne-Idrissi, militante affirmée du mouvement de solidarité avec la Palestine, et favorable à la campagne BDS, qui a, elle aussi, été longuement acclamée.

Pour rappel, Jeremy Corbyn avait fait un très bon score aux élections générales de juin dernier et il s’en est fallu de peu qu’il soit élu premier ministre.

Du coup les officines israéliennes, s’étaient activées comme elles savent le faire, pour tenter de nuire à sa réputation, et comme elles ont peu de cordes à leur arc, c’est l’accusation d’antisémitisme qui était censée lui couper la voix.

CAPJPO-EuroPalestine

https://french.almanar.com.lb/604712


 

SALMAN ABU SITTA : 1959 - GRACE A LA VISITE DE CHE GUEVARA A GAZA LA PALESTINE DEVIENT UNE CAUSE MONDIALE

1959 – Grâce à la visite de Che Guevara à Gaza la Palestine devient une cause mondiale

Par Salman Abu Sitta — 08 octobre 2017

 

A l’occasion du 50ème anniversaire de la mort du Che, il nous a semblé intéressant de publier la traduction en français d’un article sur sa visite de soutien à Gaza écrit par le docteur Salman Abu Sitta le 20 juillet 2015.


Che Guevara au centre, à l’extrême droite Abdullah Abu Sitta de profil, Qassem el Farra est le troisième à la droite du Che


Che Guevara à Gaza: la Palestine devient une cause mondiale

Par le docteur Salman Abu Sitta

Publié le 21 juillet 2015 dans Palestine chronicle

Che a visité Gaza le 18 juin 1959. Alors qu’il se rendait dans les camps de réfugiés palestiniens, les réfugiés l’ont accueilli avec des chants soutenant la révolution cubaine.

La visite de Che Guevara à Gaza en 1959 a été le premier signe de transformation de la colonisation sioniste en Palestine d’un conflit régional en une lutte mondiale contre le colonialisme. Le déclencheur a été la conférence de Bandung en 1955 et le Mouvement des pays non aligné qui en a résulté, dont les membres avaient peu auparavant secoué le joug de la domination étrangère. Le prestige de Nasser, en tant que leader mondial de la lutte contre l’impérialisme et le colonialisme, a amené les leaders mondiaux à prendre conscience des résultats dévastateurs du nettoyage ethnique de la Palestine, clairement démontré par les camps de réfugiés de Gaza.

La bande de Gaza est devenue le symbole de la Palestine. Ce petit morceau de terre (1,3% de la Palestine) était resté le seul endroit ou s’élevait encore le drapeau de la Palestine. Il a porté une majeure partie du fardeau de la « Nakba » (l’exode forcé) quand il est devenu un abri temporaire pour les habitants de 247 villages du sud de la Palestine expulsés de leurs foyers. Les villages au sud ont été nettoyés ethniquement par l’opération militaire israélienne « Yoav », également appelée « Les dix plaies », en octobre 1948. Il ne restait plus un seul village palestinien après cela. Cet acte de nettoyage ethnique total a été favorisé par plusieurs massacres qui ont eu lieu à Al Dawayima, Bayt Daras, Isdud, Burayr, entre autres. Les réfugiés, maintenant confinés dans la bande de Gaza, n’étaient pas à l’abri des attaques israéliennes, même après leur expulsion. L’hôpital de Majdal a été bombardé en novembre 1948, tout comme le village voisin d’Al Joura, qui se trouvait sur le site de l’ancien Ashkelon et dont de nombreux futurs dirigeants du Hamas émergeront. En janvier 1949, les Israéliens ont bombardé des centres de distribution de nourriture à Dayr Al Balah et Khan Younis aux heures de pointe, des raids aériens qui ont causé la mort de plus de 200 personnes. Ces raids ont été décrits par la Croix-Rouge, pourtant habituellement modérée dans ses propos, comme une « scène d’horreur ».

L’occupation des terres palestiniennes et l’expulsion de leur population ont donné lieu à un mouvement de résistance, connu sous le nom de fedayin.

Ces combattants de la résistance traversaient la ligne de l’Armistice pour attaquer ceux qui occupaient leurs terres.

Afin d’arrêter les incursions des fedayins et d’éliminer l’idée de résistance, Israël attaquait continuellement les camps de réfugiés de la bande de Gaza. En août 1953, l’unité 101, dirigée par Ariel Sharon, a attaqué le camp de réfugiés de Bureij et a massacré 43 personnes dans leurs lits. En août 1955, les forces israéliennes, dirigées à nouveau par Ariel Sharon, ont fait exploser le poste de police de Khan Younis, tuant 74 policiers. La même année, les Israéliens ont tué 37 soldats égyptiens dans la gare ferroviaire de Gaza et 28 autres personnes qui se préparaient à les défendre. La dernière attaque a changé le cours de l’histoire dans la région.

Le président égyptien Gamal Abdel Nasser, qui a pris le pouvoir en Egypte en juillet 1952, a signé le premier accord d’armement avec le bloc soviétique pour des achats armes qui lui avaient été refusés par les Britanniques. Il a également autorisé la résistance fedayin en l’organisant officiellement avec le colonel Mustafa Hafez. Le 29 octobre 1956, Israël a envahi le Sinaï en collusion avec la Grande-Bretagne et la France. Les soldats israéliens sont entrés à Khan Younis le 3 novembre 1956 et ont rassemblé tous les mâles âgés de 15 à 50 ans devant leur domicile pour les abattre de sang froid devant leur porte ou contre un mur de la place principale de la ville. Les noms des 520 personnes tuées ont été répertoriés. La semaine suivante, un autre massacre de réfugiés a eu lieu à Rafah. Pendant longtemps l’Occident a gardé un silence assourdissant sur ces massacres jusqu’à ce que le talentueux dessinateur Joe Sacco les immortalise dans son livre « Footnotes in Gaza ».

Le livre "Footnotes in Gaza" de Joe Sacco

Le livre « Footnotes in Gaza » de Joe Sacco

Ces événements tragiques ont attiré l’attention du monde lorsque Nasser est devenu l’un des leaders reconnus du Mouvement des pays non alignés suite à la conférence de Bandung en 1955. Les événements de la bande de Gaza et de la Palestine sont parvenus à l’échelle mondiale comme le dernier cas de colonialisme et de nettoyage ethnique.

À la suite de ce développement politique, Che Guevara, le révolutionnaire latino-américain, est venu visiter la bande de Gaza à l’invitation de Nasser. La visite de Guevara a été capitale. C’était la première fois qu’un célèbre révolutionnaire venait constater par lui-même la dévastation créée par la « Nakba » (l’exode forcé). Il a été accueilli avec enthousiasme par les leaders de la résistance, tels que Abdullah Abu Sitta, chef des fedayins (et chef du front sud lors de la révolte arabe de 1936) et Qassem el Farra, secrétaire de la municipalité de Khan Younis qui tenait les registres des fedayins et de leurs activités. Tous deux étaient membres du Conseil législatif de la Palestine.

Selon les témoignages que j’ai reçus des contemporains au sujet de la visite, Guevara a déclaré aux réfugiés palestiniens qu’ils devaient continuer à lutter pour libérer leurs terres. « Il n’y a aucun autre moyen que la résistance à l’occupation », a-t-il dit. Il a admis que leur cas était « complexe » parce que les nouveaux colons juifs occupaient leurs maisons. « Le droit doit finalement être rétabli », a-t-il affirmé. Il a offert de fournir des armes et de l’entraînement, mais Castro voulait que cette aide soit coordonnée par Nasser.

Mustafa Abu Middain, chef du camp d’Al Bureij, a emmené Guevara visiter le camp et lui a fait constater la pauvreté et les difficultés des réfugiés. « Nous avons les pires cas de pauvreté », Guevara a répliqué: « Vous devriez me montrer ce que vous avez fait pour libérer votre pays. Où sont les camps d’entraînement? Où sont les usines de fabrication d’armes? Où sont les centres de mobilisation du peuple? »

Guevara était accompagné par le général Caprera, expert en guérilla. Caprera a rencontré des leaders communautaires pour leur donner des conseils sur les méthodes de résistance. Guevara est devenu l’icône de la résistance palestinienne et de la lutte pour la liberté

Le général cubain Caprera à Gaza (le barbu au centre de la photo)

Nasser a montré beaucoup d’intérêts pour la visite de Guevara. Il l’a rencontré dans son bureau, l’a conduit à des réunions publiques et officielles, l’a présenté aux leaders communautaires et lui a décerné des médailles. Ca a été le début de relations très proches de l’Amérique latine révolutionnaire avec Nasser et les Palestiniens, relations qui continuent aujourd’hui. 

Nasser et le Che

Après la visite, Cuba a offert des bourses aux étudiants palestiniens, a accordé sa citoyenneté à des réfugiés palestiniens et a organisé de nombreuses conférences en faveur de la Palestine.

Au cours de la guerre israélienne contre Gaza lors de l’été 2014, Cuba a envoyé des tonnes d’aide humanitaire à Gaza et a reçu les blessés. Le soutien s’est répandu dans la plupart des pays d’Amérique latine. Le Salvador, le Chili, l’Équateur, le Pérou et le Brésil ont tous retiré leurs ambassadeurs d’Israël en signe de protestation. Le président de Bolivie, Evo Morales, a qualifié Israël « d’État terroriste » et a restreint l’autorisation d’entrée des Israéliens dans son pays. Le président Nicolás Maduro du Venezuela « a condamné vigoureusement les actions de l’état illégal d’Israël contre l’héroïque peuple palestinien ». La campagne de solidarité du Nicaragua avec la Palestine a été très intense officiellement et parmi le peuple. Les présidents de l’Uruguay, du Brésil, de l’Argentine et du Venezuela ont publié une déclaration conjointe appelant à la cessation de la violence et à la fin du blocus israélien de la bande de Gaza.

Dans les années 1950, Guevara n’était pas la seule personnalité connue du Mouvement des pays non alignés à soutenir les droits des Palestiniens et une Palestine libre. Jawaharlal Nehru, Premier ministre de l’Inde, est également venu visiter Gaza lors de la même période. Cela a été le début d’un soutien de l’Inde et d’autres pays asiatiques pour la Palestine.

Aujourd’hui, la Palestine est le symbole de la lutte de la libération du dernier et plus long projet colonial. C’est pourquoi plus des trois quarts des pays du monde appuient la Palestine aux Nations Unies.

Ceux qui ne le font pas les anciens pays occidentaux colonialistes qui sont à l’origine du projet colonial en Palestine.

Le docteur Salman Abu Sitta est né dans une famille de notables de Beersheba en 1937. Alors qu’il avait dix ans, sa famille a fait partie de la première vague de réfugiés qui a fui à Gaza, pendant que les forces israéliennes lançaient leur campagne de nettoyage ethnique de la Palestine. Il a été alors envoyé au prestigieux lycée Al-Saidiya, au Caire, où il a obtenu le premier rang de toute l’Égypte. Il a poursuivi ses études à la Faculté d’Ingénierie de l’Université du Caire, suivies d’un doctorat de génie civil à l’Université de Londres. C’est à Londres qu’il a commencé à amasser des cartes et des documents relatifs à chaque pouce de terrain de Palestine, ceci afin de réfuter catégoriquement la plupart des revendications d’Israël sur la Palestine.

Le docteur Salman Abu Sitta

Article original en anglais:http://www.palestinechronicle.com/che-guevara-in-gaza-palestine-becomes-a-global-cause/

Traduit par la Gazette du Citoyen

Source: http://lagazetteducitoyen.over-blog.com/2017/10/histoire-grace-a-la-visite-de-che-guevara-a-gaza-en-1959-la-palestine-devient-une-cause-mondiale.html


Voir aussi ;

La visite de Che Guevara à Gaza en 1959

Che Guevara discours devant l’ONU

Url de cette page : http://arretsurinfo.ch/1959-grace-a-la-visite-de-che-guevara-a-gaza-la-palestine-devient-une-cause-mondiale/


 

LIBEREZ BADRAN JABER, DETENU POLITIQUE PALESTINIEN DONT LES JOURS SONT EN DANGER

4 octobre 2017

Libérez Badran Jaber, prisonnier politique palestinien dont les jours sont en danger !

 

Une campagne est lancée pour la libération de Badran Jaber, 69 ans, militant contre l’occupation à Hébron, kidnappé chez lui par l’armée israélienne, le 9 août dernier, et en détention dite "administrative" c’est à dire sans inculpation et sans jugement, pour une durée illimitée, comme plus de 400 autres Palestiniens, dont notre concitoyen, l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri.


Comme pour tous les enlèvements de l’armée d’occupation Badran Jaber, a fait l’objet d’un "raid" de nuit à son domicile avec ses 7 petits enfants âgés de 2 à 10 ans, enfermés dans une pièce de sa maison familiale.

Badran Jaber est un militant du FPLP (Front Populaire de Libération de la Palestine) très connu en Palestine occupée. Il s’est toujours battu pour le droit et la justice, et contre l’arrogance et la violence des colons d’Hébron qui martyrisent la population depuis de longues années. C’est à Hébron, que le colon Barouch Goldstein a assassiné en 1994, 29 Palestiniens en prière dans la mosquée Ibrahim et en a blessé des dizaines d’autres.

Baruch Goldstein, dont la mémoire est honorée chaque année par les colons de la ville sous la protection de l’armée israélienne.

Depuis cette date, la ville est bouclée et toute la vieille ville est interdite aux habitants palestiniens. Ce sont eux qui ont été puni pour ce massacre.

Baer Jabran a passé une bonne partie de sa vie dans les geôles de l’occupant, et il s’élève également contre la collaboration de l’Autorité palestinienne avec Israël.

Il souffre de diabète, a récemment subi une opération au cœur et lutte contre un cancer. Ses jours sont en danger avec cette nouvelle incarcération.

"Pour moi et pour mes camarades du mouvement judéo-arabe Hithabrut-Tarabut, il est aussi un camarade et un ami très cher. Il est également un interlocuteur incontournable dans toute tentative de lutter conjointement contre le racisme et l’occupation en Israël. Badran Jaber est un exemple vivant de la lutte obstinée et conséquente contre le colonialisme qui ne perd pas de vue la perspective humaine et démocratique." écrit Gerardo Leibner, qui lance un nouvel appel pour sa libération.

Source : Samidoun

CAPJPO-EuroPalestine

http://www.europalestine.com/spip.php?article13502



 

POURQUOI LES JUIFS NON SIONISTES DOIVENT QUITTER LA PALESTINE ?

Nasrallah appelle tous ceux qui ont été "importés en Palestine" à la quitter

Mon Oct 2, 2017 5:51AM

Affrontements entre la police israélienne et des colons israéliens, dans la colonie de Beit El, en Cisjordanie. ©SIPA

Affrontements entre la police israélienne et des colons israéliens, dans la colonie de Beit El, en Cisjordanie. ©SIPA

Dans un article intitulé "Pourquoi fuir l’entité sioniste !", le site d'information Palestine-solidarité se penche sur le dernier discours du secrétaire général du Hezbollah libanais Seyyed Hassan Nasrallah qui fait suite aux menaces incessantes du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu d'attaquer le Liban. 

" J'appelle donc aujourd'hui tous les juifs non sionistes à s'éloigner d'eux pour ne pas mettre leur sort en danger ", a déclaré le secrétaire général du Hezbollah libanais, le 1er octobre 2017, à l'occasion de la célébration du deuil de l'Achoura, marquant la mort en martyr de l'Imam Hossein (béni soit-il) et de ses 72 compagnons. 

Incroyable, mais vrai ! Qu’on se rende bien compte que c'est le secrétaire général du Hezbollah libanais Hassan Nasrallah, un musulman, qui doit rappeler aux juifs d’obéir à la Thora et à leurs rabbins ! C’est un musulman antisioniste (et non anti-juif) qui exhorte les juifs de s’éloigner des sionistes ! Ce que le Rabbi de Satmar avait également dit. Il était même allé plus loin en disant qu’il ne fallait pas "avoir de relation avec ceux qui sont en relation avec les sionistes".

Seyyed Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah libanais. ©Al-Manar

 

« … Notre combat n’est pas dirigé contre les juifs mais contre les envahisseurs qui ont occupé la Palestine et notre région. Les juifs doivent savoir que le mouvement sioniste a exploité les juifs eux-mêmes et la religion juive pour mettre en place un projet d’occupation de la Palestine et de la région au service des Britanniques dans le cadre de leur plan de colonisation…, et aujourd’hui les juifs sont le combustible des projets de guerre américains visant les peuples de la région.
Je dis aux juifs, importés de toutes parts, …qu’ils veulent vous détruire et vos dignitaires religieux le savent ; ceci est inscrit dans vos livres saints. C’est vous qui allez payer cher en raison de la stupidité de la politique de Netanyahu qui veut entraîner la région vers une guerre avec la Syrie et le Liban.
Le gouvernement de Netanyahu vous conduit vers la destruction et l’anéantissement. Si Netanyahu, son gouvernement et ses dirigeants militaires déclenchent une guerre, ils ne sauront pas comment cette guerre se terminera. De plus, ils n'ont aucune idée claire de ce qui les attendra et de comment cette guerre finira.

J’appelle tous ceux qui ont été importés en Palestine à la quitter et à retourner à leurs pays d’origine pour qu’ils ne soient pas les combustibles d’une guerre déclenchée par leur gouvernement stupide. Faute de quoi, vous n’aurez pas le temps de fuir.

J’appelle les juifs, non sionistes, à se démarquer des plans sionistes les conduisant vers la mort définitive. Vous savez que tout ce que disent vos dirigeants politiques sur leurs capacités dans une prochaine guerre, sont des mensonges et des illusions, car vous connaissez très bien leurs défauts. Ne permettez pas à un gouvernement stupide de vous jeter dans l’aventure.

Le gouvernement de l’ennemi doit réaliser que le temps a changé et que les parties sur lesquelles il mise ont besoin d’aide plus que lui. Les peuples arabes sanctionneront les crimes commis par Israël, son partenariat avec Daech et ses complots visant à diviser la région. »

Nous espérons que nos frères et sœurs juifs non-sionistes et antisionistes entendront et comprendront le message !

Hadassah Borreman

http://www.presstv.com/DetailFr/2017/10/02/537167/Nasrallah-appelle-tous-ceux-qui-ont-t-imports-en-Palestine--la-quitter


 

L'ETAT DE PALESTINE DEVIENT MEMBRE D'INTERPOL

Interpol accorde le statut de membre à l’Etat de Palestine

 Depuis 1 heure  27 septembre 2017

interpol

 Moyent-Orient - Palestine

 

Interpol a annoncé mercredi avoir approuvé la demande de l’Autorité palestinienne pour devenir membre de l’organisation internationale policière, en dépit de la forte opposition d’Israël.

« L’Etat de Palestine et les îles Salomon sont désormais pays membres », a annoncé Interpol sur le réseau social Twitter, en marge de son assemblée générale organisée dans la capitale chinoise Pékin.

Les Palestiniens, qui militent pour la création de leur Etat, sont en quête de reconnaissance par les institutions internationales.
Israël qui a usurpé leur Etat s’oppose systématiquement à ces tentatives et mène à cette fin une intense campagne diplomatique. L’assemblée générale d’Interpol avait rejeté une première candidature palestinienne fin 2016.

« L’Etat de Palestine » a été admis mercredi au sein de l’organisation internationale policière après un vote de son assemblée générale. Une majorité des deux tiers est nécessaire.

Les Palestiniens disposent déjà d’un statut d’observateur à l’ONU depuis 2012 et ont rejoint la Cour pénale internationale et l’Unesco.

Source: Avec AFP

https://french.almanar.com.lb/587079


 

LE HEROS PALESTINIEN NIMER JAMAL TOMBE EN MARTYR APRES AVOIR TUE 3 SOLDATS ISRAELIENS

Opération héroïque au nord ouest d’AlQuds: 3 soldats Israéliens tués et un 4ème grièvement blessé

 Depuis 4 heures  26 septembre 2017

Opération héroïque au nord ouest d’AlQuds: 3 soldats Israéliens tués et un 4ème grièvement blessé

Opération héroïque au nord ouest d’AlQuds: 3 soldats Israéliens tués et un 4ème grièvement blessé

 Moyent-Orient - Palestine - Spécial notre site

 

revolver-attaque

Le revolver utilisé dans l’opération qui a tué 3 soldats israéliens

jamal

Le martyr Nimer Mahmoud Ahmad Jamal

Un Palestinien est tombé en martyre ce mardi matin après avoir mené une opération armée et à l’arme blanche contre des soldats israéliens au nord ouest d’AlQuds occupée.

Trois militaires israéliens ont été tués et un 4èmegrièvement blessé par les tirs du Palestinien, Nimer Mahmoud Ahmad Jamal,  qui se trouvait à l’extérieur de la colonie de Har Adar.

Selon des sources médiatiques israéliennes, les forces d’occupation israélienne ont ouvert le feu contre le jeune homme qui se trouvait à l’arrière de la colonie.

La zone de l’opération a rapidement été fermée par un cordon de sécurité. Les forces d’occupation ont dépêché des renforts sécuritaires et imposé un black out sur les détails de cette opération.

Le porte-parole de la police d’occupation, Micky Rosenfeld, a pour sa part déclaré que l’auteur de cette attaque était détenteur d’un permis l’autorisant à travailler dans les colonies israéliennes de la Cisjordanie occupée.

Aussitôt après l’opération, les forces d’occupation ont comme d’habitude mené un raid dans la maison de Jamal, qui est originaire du village de Beit Surik et père de quatre enfants.

operation3

Il convient de noter que le nord ouest d’AlQuds est formé d’un groupe de localités séparées des alentours de la ville sainte par des colonies et des barrages de l’occupation.

Le Hamas a salué dans un communiqué cette opération, affirmant qu’il s’agissait d’un « nouvel épisode de l’Intifada d’Al-Quds », faisant allusion aux opérations individuelles menées par des jeunes Palestiniens dans le but de défendre la mosquée d’AlAqsa face aux agressions israéliennes.

Le Jihad islamique a pour sa part salué cette « opération héroïque qui constitue un camouflet à ceux qui prônent la normalisation (avec l’occupation), et confirme qu’il n’est pas question de renoncer à une parcelle d’AlQuds « .

Et de poursuivre : « cette opération est une riposte aux tentatives de la droite israélienne de s’accaparer de la mosquée d’AlAqsa ».

 

Sources : AlManar , Paltoday , médias israéliens

https://french.almanar.com.lb/585077


 

LES PROPOS DE NETANYAHU SUR LA COLONISATION DE LA CISJORDANIE CONDAMNES PAR LA LIGUE ARABE

«C’est notre terre»: les propos de Netanyahu sur les colonies condamnés par la Ligue arabe

 Depuis 5 heures  30 août 2017

netanyahu1

 Moyent-Orient - Palestine

 

Le chef de la Ligue arabe Ahmed Aboul Gheit a dénoncé le 29 août les remarques du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu excluant d’évacuer les colonies israéliennes de Cisjordanie, territoire palestinien occupé par l’entité sioniste.

Le 28 août, le Premier ministre israélien prétendu que les colonies israéliennes en Cisjordanie occupée étaient légitimes. Au regard du droit international, toutes les colonies sur ce territoire sont illégales.

«C’est notre terre. Nous sommes revenus ici pour y rester pour de bon. On ne déracinera plus d’implantation sur la terre d’Israël», a-t-il prévenu lors d’un discours tenu dans une colonie de la Cisjordanie occupée.  « Face à ceux qui veulent nous déraciner, nous nous enracinerons plus profondément. Nous nous renforcerons. Nous nous implanterons davantage encore et toujours », a-t-il encore insisté, ont rapporté les médias israéliens.

Le secrétaire général de la Ligue arabe «considère que cette prise de position ne peut pas venir de quelqu’un qui recherche la paix», selon un communiqué publié par l’organisation la Ligue arabe au Caire.

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/549569


 

SALAH HAMOURI CONDAMNE A 6 MOIS DE DETENTION "ADMINISTRATIVE"

29 août 2017

Salah Hamouri condamné à 6 mois de détention "administrative" !

 

L’association Addameer nous apprend que Salah Hamouri, avocat franco-palestinien que nous connaissons bien, vient d’être condamné à 6 mois de détention "administrative", c’est à dire sans inculpation ni procès. Mobilisons nous pour sa libération ! Premier rendez-vous ce samedi Place saint-Michel à Paris, à partir de 15 H !


Le dossier est vide ! Israel n’a pas réussi à coller un seul délit à Salah Hamouri, mais lui fait payer le fait de continuer à défendre la cause palestinienne et notamment celle des prisonniers palestiniens, en tant qu’avocat au sein de l’association Addameer.

Salah Hamouri, qui a déjà été emprisonné sept longues années pour ses sympathies pour le Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP), aurait pu choisir le confort et une vie tranquille, en s’établissant en France, avec sa femme française et son enfant.

Mais ce militant de 32 ans en a décidé autrement. Il n’a pas voulu abandonner les siens et les 7 années d’incarcération n’ont pas entamé sa détermination à défendre les droits fondamentaux du peuple palestinien. Respect !

Alors Israel ne cesse de le harceler : assigné à résidence, épouse interdite de mettre les pieds en Palestine, et maintenant, depuis le 22 août, à nouveau emprisonné sans le moindre motif et donc de manière totalement illégale !

Il s’agit pour l’occupant israélien de faire un exemple de plus, en montrant à l’ensemble des Palestiniens ce qui les attend quand ils ne renoncent pas à leurs droits, quand ils osent soutenir que les Palestiniens sont des êtres humains comme les autres.

Nous ne resterons pas les bras croisés. Il faut que nos élus, ceux qui disent représenter tous les Français exigent la libération de ce citoyen Français, qui mérite toute notre estime.

Source : http://www.addameer.org/news/administrative-detention-order-issued-against-addameers-field-researcher-salah-hamouri

Prochain RV : ce samedi 2 septembre à partir de 15 H Place Saint-Michel !

  • Et pour votre information, une petite vidéo de l’action qu’EuroPalestine avait menée en 2009, alors que le Conseil de Paris avait élu le soldat Gilad Shalit citoyen d’honneur de la ville de Paris, tandis que le franco-palestinien Salah Hamouri était incarcéré dans les geôles de l’occupant :


Salah Hamouri in the Paris Council
envoyé par chrisdenhond. - L’actualité du moment en vidéo.

  • ET POUR ECRIRE :

Présidence de la République : http://www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique/

CAPJPO-EuroPalestine

http://www.europalestine.com/spip.php?article13369



 

CONDAMNATION ET PRISON POUR 5 PROCHES D'UN PALESTINIEN QUI LORS D'UNE ACTION HEROÏQUE A TUE 3 ISRAELIENS

Prison pour cinq proches d’un Palestinien auteur d’une opération contre des colons

 Depuis 2 heures  28 août 2017

halamish

 Moyent-Orient - Palestine

 

Cinq membres de la famille d’un Palestinien qui a mené une opération ayant coûté la vie à 3 Israéliens en Cisjordanie occupée en juillet ont été condamnés à de la prison pour ne pas l’avoir empêché de passer à l’acte, a-t-on appris lundi de source militaire de l’occupation.

Un tribunal militaire de l’occupation israélien a statué dimanche que le père, la mère, un oncle et deux frères d’Omar al-Abed « savaient qu’il avait l’intention de commettre une attaque ‘terroriste’ et n’ont rien fait pour prévenir les services de sécurité et l’en empêcher ».

Les frères et l’oncle d’Omar al-Abed ont été condamnés à huit mois de prison, son père à deux mois, sa mère à un mois. Celle-ci a également été reconnue coupable d' »incitation à la violence » pour avoir défendu l’opération de résistance de son fils dans les médias palestiniens, a-t-on appris de même source.

L’armée d’occupation israélienne a détruit le 16 août la maison familiale dans le village de Koubar, près de Ramallah, en Cisjordanie.

Omar al-Abed s’était infiltré le 21 juillet dans la colonie de Neve Tsuf, aussi connue sous le nom de Halamish, au nord-ouest de Ramallah, et avait mortellement poignardé 3 colons. Blessé par balles par un autre colon, il avait été arrêté par les forces d’occupation.

Omar al-Abed avait exprimé dans ce qu’il présentait comme ses derniers mots sur Facebook son ressentiment contre les agressions israéliennes à l’encontre des Palestiniens et avait évoqué la profanation israélienne de la mosquée d’AlAqsa.

Source: Avec AFP

https://french.almanar.com.lb/547017