PALESTINE

PALESTINE

Dans PALESTINE

LE PARTI COMMUNISTE DE CUBA DEPLORE LA MORT DU REPRESENTANT A CUBA DU FRONT POPULAIRE DE LIBERATION DE LA PALESTINE (FPLP)

Par Le 05/07/2021

5 Juillet 2021

Moussa Jaber, représentant du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) à Cuba.
 

Le Parti communiste de Cuba déplore la mort du représentant à Cuba du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP)
04 juillet 2021
PCC
PCC
Après avoir appris la nouvelle, le chef adjoint et coordinateur du département des relations internationales du Comité central, Angel Arzuaga Reyesa, a envoyé, au nom du Parti communiste de Cuba, un message de condoléances au secrétaire général Ahmad Sa'adat et aux membres du Comité central du FPLP.
Dans la soirée du 2 juillet 2021, le camarade Moussa Jaber, qui était le représentant du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) à Cuba, est décédé à La Havane.

Après avoir appris la nouvelle, le chef adjoint et coordinateur du département des relations internationales du comité central, Ángel Arzuaga Reyesa, a envoyé, au nom du parti communiste de Cuba, un message de condoléances au secrétaire général, Ahmad Sa'adat, et aux membres du comité central du FPLP.

Dans cette lettre, Arzuaga a déploré la perte du camarade Moussa, "auquel nous étions unis par des liens forts dans l'intérêt commun d'approfondir les relations historiques de solidarité et de fraternité entre nos peuples et nos partis", et l'a remercié pour le soutien constant qu'il a apporté à la Révolution cubaine.

Ce message ratifie l'engagement indéfectible de Cuba envers la cause palestinienne, à laquelle le camarade Moussa a consacré sa vie.
source : https://www.pcc.cu/noticias/partido-comunista-de-cuba-lamenta-el-fallecimiento-del-representante-en-cuba-del-frente

Tag(s) : #Cuba#Communiste#FPLP#PCC

Dans PALESTINE

LIVRAISON PAR LA FEDERATION SYNDICALE MONDIALE (FSM) DE MATERIEL MEDICAL POUR L’HEROÏQUE PEUPLE PALESTINIEN

Par Le 04/07/2021

4 Juillet 2021


La livraison du matériel médical pour le Peuple Palestinien héroïque dans la bande de Gaza a commencé aujourd’hui. Une délégation de la FSM, composée par le Secrétaire Général de la FSM, camarade George Mavrikos et par Achmant Sicha, a livré tout à l’heure au Caire, en Égypte, les premiers matériels d’aide médicale à l’Ambassadeur de l’Autorité palestinienne.


Dans une déclaration qu’il a faite, le Secrétaire Général de la FSM a appelé les syndicats militants à offrir leur propre participation à cette campagne cruciale d’internationalisme et de solidarité.

source : http://www.wftucentral.org/livraison-du-materiel-medical-a-la-palestine/?lang=fr

FSM : Livraison du Matériel Médical à la Palestine

FSM : Livraison du Matériel Médical à la Palestine

Tag(s) : #FSM#palestine

http://mouvementcommuniste.over-blog.com/2021/07/fsm-livraison-du-materiel-medical-a-la-palestine.html

Dans PALESTINE

DES CENTAINES DE MANIFESTANTS PALESTINIENS BLESSES LORS D’AFFRONTEMENTS AVEC LES SOLDATS ISRAELIENS EN CISJORDANIE, SELON DES MEDECINS

Par Le 03/07/2021

Des centaines de manifestants palestiniens blessés lors d'affrontements avec des soldats israéliens en Cisjordanie (médecins)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-03 à 05:05


(Xinhua/Nidal Eshtayeh)

RAMALLAH, 2 juillet (Xinhua) -- Des centaines de manifestants palestiniens ont été blessés vendredi dans des affrontements avec des soldats israéliens en Cisjordanie, selon des médecins et des témoins oculaires.

Les affrontements ont éclaté près du village de Beita, au sud de la ville de Naplouse, en Cisjordanie. Les soldats israéliens ont tiré des balles réelles, des balles en caoutchouc et des grenades lacrymogènes sur les manifestants, qui ont jeté des pierres sur les soldats, brandi des drapeaux palestiniens et scandé des slogans anti-israéliens, ont dit les témoins oculaires.

Des médecins du Croissant-Rouge palestinien ont affirmé dans un communiqué de presse qu'au moins 150 Palestiniens avaient été blessés, dont un journaliste de presse et un secouriste.

Chaque vendredi, les Palestiniens manifestent dans différentes régions de Cisjordanie contre la construction et l'expansion des colonies israéliennes, et se heurtent généralement aux soldats israéliens.

Parallèlement, les médias palestiniens locaux ont indiqué que des activistes palestiniens avaient lancé pour la première fois des ballons incendiaires en direction des avant-postes des colonies israéliennes dans le village de Beita.

Dans la nuit, des avions de chasse israéliens ont attaqué un poste militaire du Hamas dans la ville de Gaza en réponse aux ballons incendiaires lancés depuis la bande de Gaza.

Fawzi Barhoum, porte-parole du Hamas, le parti au pouvoir à Gaza, a dit que le Hamas poursuivra sa résistance jusqu'à ce qu'Israël regrette sa politique contre les Palestiniens.

"Le bombardement ne changera pas la détermination du peuple palestinien à poursuivre le chemin de la lutte par tous les moyens de résistance pour faire valoir ses droits et mettre fin à ses souffrances", a dit M. Barhoum. Fin

   1 2 3   
 
http://french.xinhuanet.com/2021-07/03/c_1310040444.htm
Dans PALESTINE

ENQUETE SUR LA MORT D’ARAFAT : LA CEDH JUGE « IRRECEVABLE » LA REQUETE DE LA VEUVE ET DE LA FILLE DE YASSER ARAFAT

Par Le 01/07/2021

Enquête sur la mort d’Arafat: la CEDH rejette la requête de la veuve et de la fille

 Depuis 46 minutes  1 juillet 2021

Yasser Arafat

Yasser Arafat

 Amérique et Europe

 

Rédaction du site

La Cour européenne des droits de l’Homme a jugé, ce jeudi 1er juin, « irrecevable » la requête de la veuve et de la fille de Yasser Arafat, qui avaient saisi la CEDH après le non-lieu rendu par la justice française dans l’enquête pour « assassinat » du dirigeant palestinien en 2004.

« De très nombreux actes ont été diligentés, sans discontinuer, au niveau national et international », constate dans son arrêt la Cour, notant encore « l’attention portée par les autorités (françaises) à la plainte des requérantes », qui invoquaient une violation de l’article 6.1 de la Convention européenne des droits de l’Homme (droit à un procès équitable).

« A toutes les étapes de la procédure », elles « ont été (…) à même d’exercer effectivement leurs droits et de faire valoir leur position sur les différents points en litige », estime encore la CEDH, qui juge la requête de Souha El Kodwa Arafat et Zahwa Arafat, respectivement veuve et fille du leader palestinien, « manifestement mal fondée ».

L’affaire concerne la plainte pour « assassinat » déposée contre X par les deux femmes après le décès du raïs palestinien le 11 novembre 2004 à l’hôpital militaire Percy de Clamart, près de Paris.

Il y avait été admis fin octobre pour des douleurs abdominales qu’il avait ressenties dans son QG de Ramallah, où il vivait confiné depuis décembre 2001, encerclé par l’armée d’occupation israélienne. Israël a été accusé d’être derrière son empoisonnement.

Les causes de sa mort n’ont jamais été élucidées mais des traces de polonium 210, substance radioactive hautement toxique, avaient été découvertes par la suite sur des effets personnels du leader palestinien.

https://french.almanar.com.lb/2104225

 

Source: Avec AFP

Dans PALESTINE

PALESTINE : L'OCCUPANT ISRAELIEN ATTAQUE LE SIEGE DE L'UAWC ET DE SIX AUTRES ORGANISATIONS, VOLANT ET DETRUISANT LEURS BIENS

Par Le 25/08/2022

24 Août 2022

19 AOÛT 2022  DROITS DES PAYSANS ET DES PAYSANNES, SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

Déclaration parue sur le site de l’UAWC le 18 août 2022

La prise d’assaut et le vandalisme des bureaux de sept ONG palestiniennes, y compris le siège de l’Union des comités du travail agricole (Union of Agricultural Work Committees – UAWC), et le vol de nos matériels et équipements de bureau, constituent des actes flagrants d’agression israélienne et d’une escalade dangereuse, visant les organisations palestiniennes de défense des droits humains dans une tentative de nous faire taire par la force et de nous empêcher de travailler.

Nous appelons la communauté internationale à assumer sa responsabilité et à protéger les sept organisations visées en forçant le gouvernement israélien à mettre fin à son agression et à revenir sur sa criminalisation illégitime de ces organisations, y compris l’UAWC.

L’attaque d’aujourd’hui contre nos bureaux confirme que le soutien de l’Union aux communautés agricoles vulnérables de la zone C empêche le gouvernement israélien de consolider son occupation illégale et son annexion de la Cisjordanie. Nous exhortons nos allié·es et partenaires du monde entier à condamner fermement cette agression et à faire entendre leur voix en solidarité avec l’UAWC et la société civile palestinienne dans son ensemble.

En particulier, nous appelons l’Union européenne et ses États membres à prendre des mesures immédiates afin de protéger les organisations palestiniennes de défense des droits humains et les membres de leur conseil d’administration et de leur personnel de manière efficace et décisive. Au-delà de nos organisations, c’est un moment décisif pour la communauté internationale de protéger le droit fondamental des Palestinien·nes à vivre en paix, en liberté et dans la dignité sur leur terre.

source : https://viacampesina.org/fr/palestine-loccupation-israelienne-attaque-le-siege-de-luawc-et-de-six-autres-organisations-volant-et-detruisant-leurs-biens/

Tag(s) : #UAWC#Palestine#LaViaCampesina

Dans PALESTINE

PALESTINE : J+10 DE LA BATAILLE : "ISRAËL" IMPLOSE !

Par Le 16/08/2022

Unité des tranchées continue à frapper, les "triangles" palestiniens émergent partout

Tuesday, 16 August 2022 12:15 PM  [ Last Update: Tuesday, 16 August 2022 12:15 PM ]

 30 

Des triangles chocs unissent des tranchées au coeur de l'entité (capture d'écran) Vidéo: fausse alerte d'opértaion commando palestinienne à Qods.. Les Sionistes se sauvent!

C’est fou ce qu’encaisse en ce moment de coup l’entité sioniste ! A peine 48 heures après cette spectaculaire opération commando que les sources israéliennes disent avoir été menée par un Palestinien « isolé » de Silvan à Qods occupé lequel palestinien « aurait réussi à coup d’un revolver fait maison » de cribler de balles un car bourré « de colons-officiers américains », puis une voiture puis encore un assez large périmètre avant de disparaître dans la nature pendant six longues heures si bien que l’entité ait été contrainte d’envoyer à sa recherche ses drones puis aussi un commando à Jénine où ce dernier est lamentablement tombé dans une embuscade, complètement assiégé au point que quelques 40 blindés aient été parti le tirer d’affaire et a l’heure qu’il est, personne ne sait si les vaillants soldats sionistes sont de retour et bel et bien capturé, c’est Tulkarem qui prouve ce qui signifie réellement « l’Unité des tranchées » ce nom que la Résistance palestinienne a choisi pour son seconde bataille balistique en moins d’un an.

Une Bataille qui impliquant 1000 projectiles dont deux tiers des roquettes a duré de 5 à 7 août et qui a coûté à l’entité » 150 millions de dollars et le bilan officiel d’un mort et 70 blessés 58 villes et colonie sionistes dont Sderot, Ashkelon, Ashdod Tel Aviv endommagés et qui a fini comme d’habitude par la capitulation d’Israël. Que s’est-il passé à Tulkarem ?

Israël : des officiers US, tués?!

Israël : des officiers US, tués?!

L’opération d’al-Buraq, volet anti-US de la bataille balistique du début août contre Israël?

Dans la soirée du lundi 16 août l'armée israélienne a annoncé que ses soldats avaient essuyé des tirs dans la région de Tulkarem en Cisjordanie à partir de deux endroits différents, affirmant par ailleurs que les tireurs étaient à bord d’un véhicule. Annonçant l’ouverture d’une enquête pour identifier les auteurs des tirs, certains médias sionistes rapportent que les forces de l’armée israéliennes ont été prises pour cible alors qu’elles effectuaient une mission de patrouille dans le nord de Tulkarem.

Le site d’information Walla affirme que la fusillade a fait plusieurs blessés dans le rang des soldats israéliens dont certains sont dans un état critique. Parmi eux, précise Walla, figure un officier du 90e bataillon qui se trouve en état de mort cérébrale et donc bien liquidé. Mais les choses n’en sont pas restées là car après que le commando palestinien eut la peau d’un officier, il y a eu une seconde vague d’attaque. Et comment ?

 

Lire aussi : L’opération d’al-Buraq, volet anti-US de la bataille balistique du début août contre Israël?

 

Vidéo: l'opération de Tulkarem, 15 aôut/twitter 

Comme cela se passe dans les meilleures unités de force spéciale du monde ! Alors que les forces du Shin Beth avaient été dépêchées sur place pour participer aux opérations de recherche, des coups de feu sont partis dans tous les sens et là le militaire sioniste lambda qui a peur de son propre ombre a craqué/ le récit officiel a alors changé de fond en comble et les Sionistes ont commis une erreur encore plus grosses en annonçant dans les médias que l’officier liquidé ce sont les « sources internes » qui l’ont liquidé !

Jénine: Officiers sionistes capturés!

Jénine: Officiers sionistes capturés!

Méga opération commando au coeur de Qods occupée: morts et blessés sionistes. Jénine capture des officiers Israéliens

Lire aussi : Le 7 août le gisement Tamar à Ashdod (Israël) a été attaqué suivant le même modus operandi que Karish

Que faut-il comprendre d’autant de contradictions ? Une dynamique de guerre parfaitement inouïe qui a été déclenchée par l’opération de trois jours du Jihad islamique de la Palestine opération calquée sur le modèle de « Epée de Qods de 2021 » et parfaitement appuyée en sous-main par un Hamas qui s’il ne s’y pas engagé directement par souci «état de contrer la réélection de l’AP il n’y était jamais absent, la clés des missiles de Gaza étant évidemment entre ses mains.  Or 10 jours après l’entrée en vigueur de la trêve, cette dynamique continue à tourner à plein régime même quitte à embraser les uns après les autres les « tranchées » cisjordaniens et de la Palestine historique, à les unir de façon à ne plus laisser aucun répit à l’ennemi.

Les officiers israéliens liquidés!

Les officiers israéliens liquidés!

Ashkelon : Israël confirme des morts pour cause des "roquettes du JIP"

Ainsi est bal parfaitement groggy, l’armée sioniste entre la méga poudrière qu’est Gaza d’une part Jénine, Naplouse, Tulkarem, Khan Youness, de l’autre avec chaque fois un triangle qui émerge en plein champ de bataille : Jénine-Naplouse-Gaza ou Jénine-Tulkarem-Gaza ou encore Jénine-Palestine historique-Gaza et ce sont tous des triangles superposables. Plus d’un stratège de la Résistance y verrait le modèle du Hezbollah tel qu’il est né dans la banlieue sud de Beyrouth il y a de cela 30 ans de cela, et tel qu’il a permis l’expulsion de l’armée d’occupation. Qu’en est-il l’effet immédiat ?  L’arrêt net de la colonisation d’une part de la judaïsation de Qods de l’autre. Mais à long terme, c’est l’essence même de la machine de guerre israélien basée sur le principe de dépeçage qui en pâtit.  

 

Vidéo: toute une armée de forces spéciales, complètement débordée par un " Palestinien isolé" à Silwan! /twitter  

Alors peut-on parler de palestiniens isolés comme étant les auteurs des opérations aussi bien organisées aussi bien et d’un si degré de complexité ? Difficile de répondre par oui. Mais peu importe. L’entité sioniste qui se nourri de démembrement de l’ennemi se trouve désormais face à sa réalité… Sa politique de densification de palestiniens à Qods en Cisjordanie au profit d’une colonisation qui a permis de multiplier des cibles à travers tout Israël fait de la ligne verte une plaisanterie… Sionistes, les glas sonnent déjà! 

http://french.presstv.ir/Detail/2022/08/16/687458/Cisjordanie-Jihad-islamique-armee-israelienne-

Dans PALESTINE

PALESTINE : L'ARMEE D'OCCUPATION TUE UN JEUNE PALESTINIEN D'UNE BALLE DANS LA TETE

Par Le 15/08/2022

AlQods: Les forces d’occupation liquident un jeune palestinien

AlQods: Les forces d’occupation liquident un jeune palestinien

folder_openPalestine access_timedepuis 7 minutes

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

Mohammed Shaham, un Palestinien de 21 ans, a été liquidé lundi matin par la police d’occupation israélienne qui menait une incursion dans un quartier situé dans la partie Est d’Al-Qods occupée (Jérusalem-Est).

Il a reçu une balle dans la tête tirée à bout portant par les forces israéliennes au domicile familial à Kafr Aqab, a affirmé son père Ibrahim, selon l'agence de presse officielle palestinienne Wafa. Il a succombé à ses blessures dans un hôpital militaire.

Les forces d’occupation ont prétendu qu’il avait tenté de poignarder les soldats israéliens.

https://french.alahednews.com.lb/45310/308

 

 

 

 

palestine israel

Dans PALESTINE

L'IRAN REARME LA PALESTINE !

Par Le 09/08/2022

CGRI : Nous continuerons à remplir les arsenaux palestiniens

Tuesday, 09 August 2022 6:20 PM  [ Last Update: Tuesday, 09 August 2022 6:22 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le contre-amiral Ali Fadavi, commandant adjoint du Corps des gardiens de la Révolution islamique. (Photo d'archives)

Les Iraniens ont condamné mardi 9 août les crimes commis par le régime sioniste à Gaza en organisant un rassemblement sur la place de la Palestine à Téhéran, déclarant leur solidarité avec la nation palestinienne opprimée.

Lors de cette cérémonie, le contre-amiral Ali Fadavi, commandant adjoint du corps des gardiens de la Révolution islamique a déclaré : « La question de la libération de la noble ville de Qods a été toujours le problème numéro un pour le monde islamique ».

Israël : les drones frappent !

Israël : les drones frappent !

Pourquoi Nakhala se trouve-t-il toujours en Iran?

« C’est le front du bien qui fixe les conditions pour les oppresseurs, et le régime sioniste est obligé de les obéir », a-t-il ajouté martelant sur la victoire décisive du front de la Résistance et l’échec du front du Satan.

Lire aussi :

Défaite à Gaza ; l'armée sioniste tire sur Naplouse

Il a poursuivi en disant que le martyr général Soleimani avait équipé les Palestiniens et que le CGRI continuerait à soutenir ainsi le peuple palestinien.

« Le régime sioniste est cruel et illégitime, si Dieu le veut il n’arrivera pas à fêter le 80e anniversaire de sa fondation », a-t-il indiqué.

Israël/JIP : Nasrallah choque!

Israël/JIP : Nasrallah choque!

Nasrallah a tiré une leçon de la défaite à J+3 de la guerre de Lapid contre le JIP..... Laquelle?

http://french.presstv.ir/Detail/2022/08/09/687080/L%E2%80%99Iran-r%C3%A9arme-la-Palestine-

Dans PALESTINE

L'UPF CREE UN PRIX ANNUEL EN L'HONNEUR DE SHIREEN ABOU AKLEH

Par Le 01/08/2022

L’UPF crée un prix annuel en l’honneur de Shireen Abou Akleh

 

01 Août 2022

   

Il y a encore des journalistes qui s’intéressent à la Palestine et à la manière indigne dont sont traités les Palestiniens, comme en témoigne le prix qui vient d’être créé en l’honneur et à la mémoire de la journaliste palestino-étasunienne Shireen Abou Akleh, assassinée par l’armée israélienne à Jenine le 11 mai 2022. L’annonce en a été fait lors de la cérémonie de clôture des 49e assises de l’Union internationale de la Presse francophone (UPF), qui se sont tenues à Benguerir, au Maroc, du 25 au 27 juillet 2022 sur le thème du « rôle des médias dans le renforcement du leadership des femmes ». Alors qu’on aurait pu craindre un sujet quelque peu « bateau » et « tarte à la crème », il a donné lieu à des discussions et débats sortant de l’ordinaire, avec notamment la participation active de nombreuses femmes africaines.

 

Le ton a été donné dès le début avec l’élection de la première Présidente internationale de l’UPF en la personne de la Française Anne-Cécile Robert, Directrice des rédactions internationales du Monde Diplomatique. Elle succède au très charismatique Madiambal Diagne, du Sénégal, qui a présidé l’Union pendant huit ans et qui a fait honneur à une Afrique en pleine émancipation. La diversité de la francophonie est reflétée dans la composition du Bureau, qui compte des vice-présidents régionaux venus de la Guadeloupe, du Maroc, du Sénégal et de la Suisse. La secrétaire générale de l’UPF est pour sa part arménienne et son adjointe moldave. Quant au trésorier, il est monégasque.

Association plutôt atypique, l’Union internationale de la presse francophone est tout sauf une association faîtière qui regrouperait l’ensemble des journalistes des pays francophones. Ses membres adhèrent sur une base volontaire et sont pour la plupart au moins autant préoccupés par la défense de la langue française et du pluralisme linguistique dans le monde que par les problèmes « techniques » de la presse contemporaine.

Il est à relever que le Monde Diplomatique, représenté par la nouvelle présidente, est lui aussi un média atypique qui tranche, au sein de la presse francophone, avec la plupart des médias de grand chemin qui véhiculent de plus en plus une pensée géopolitique unique.

Anne-Cécile Robert, l’a immédiatement fait sentir dans son discours d’investiture, en soulignant que la liberté d’expression est en danger partout et pas seulement dans les pays auxquels l’occident se plaît à toujours donner des leçons. Elle a ainsi rappelé, par exemple, l’assassinat à Malte de la journaliste Daphne Caruana Galiza et le traitement infâme que subit Julian Assange au Royaume-Uni. Elle a insisté également, par ailleurs, sur le fait que la langue française est menacée, que son utilisation est en recul dans les instances internationales et que sa qualité même est fortement dégradée, notamment en France. Il existe, a-t-elle souligné, une bataille des langues dont les Français se soucient peu, contrairement par exemple aux Chinois, qui multiplient les Instituts Confucius, ou aux Allemands, dont les Instituts Goethe deviennent omniprésents.

Car malgré les événements tragiques et souvent criminels qui ont marqué l’histoire des pays « ayant le français en partage », cette langue n’est pas seulement celle des anciennes puissances coloniales, mais de plus en plus celle des pays anciennement colonisés. Anne-Cécile Robert a rappelé à ce propos que lorsqu’il fut question, il y a quelques années, d’introduire dans la Constitution de la France que « le français est la langue de la République », des pays africains avaient protesté en faisant remarquer que la France s’approprierait ainsi cette langue pour elle seule. La formulation a donc été modifiée pour devenir « la langue de la République est le français », ce qui est en effet autre chose et ne suscite guère de controverse.

Outre les interventions de nombreuses femmes évoluant dans le milieu des médias, qui ont exposé les problèmes auxquels elles se heurtent et le chemin qui reste à faire sur la voie de l’égalité, les assises de 2022 ont été marquées par la présence et les prises de parole énergiques et pertinentes de l’ancienne ministre française Christiane Taubira, qui, à défaut de faire l’unanimité politique à gauche, suscite le respect général pour son action en faveur des peuples opprimés et pour les droits des femmes.

Un mémorandum de coopération a enfin été signé par l’UPF et la Fédération internationale des journalistes (FIJ), dont la présidente a exigé la libération de Julian Assange, soulignant l’hypocrise des Etats-Unis d’Amérique qui dénoncent les prétendus crimes de guerre russes en Ukraine tout en continuant à persécuter le lanceur d’alerte australien coupable d’avoir révélé l’existence de crimes de guerre étasuniens avérés en Irak.

L’évolution de l’UPF depuis quelques années se confirme donc et augure bien du retour du prestige passé de cette association de journalistes qui n’ont manifestement pas que la langue française en partage. Cette année, l’irruption du Monde diplomatique, le soutien affirmé à Julian Assange et le prix en l’honneur d’une journaliste palestinienne sont autant d’éléments qui autorisent à rêver d’un certain renouveau du pluralisme de l’information dans les pays francophones. La suite dira si cet espoir est fondé.  

 

Philippe Stroot 

https://www.investigaction.net/fr/lupf-cree-un-prix-annuel-en-lhonneur-de-shireen-abou-akleh/

Source: Investig’Action

Dans PALESTINE

1ère BASE PALESTINIENNE EN PLEIN "ISRAËL" ?

Par Le 29/07/2022

L'armée sioniste a perdu à Jénine

Friday, 29 July 2022 6:33 PM  [ Last Update: Friday, 29 July 2022 6:33 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des Palestiniens affrontent des véhicules militaires israéliens garés près du camp de réfugiés de Jénine le 9 avril 2022. ©APA

Shatha Hanaysheh, une journaliste palestinienne basée à Jénine s'est entretenue avec des résidents et des dirigeants du camp de réfugiés de Jénine au sujet de la vie sous la menace constante des raids israéliens alors que le camp de réfugiés de Jénine a été l’épicentre des tensions en Cisjordanie occupée ces dernières semaines, surtout après que les raids israéliens sont passés d’un schéma hebdomadaire à une routine presque quotidienne avec des combats armés entre soldats israéliens et militants palestiniens à chaque incursion, coûtant la vie à sept Palestiniens début mars.

Sur fond des menaces des autorités israéliennes de prendre d'assaut le camp de Jénine, des jeunes palestiniens ont bloqué au milieu de la nuit les entrées du camp de Jénine avec des monticules de terre et des pneus en caoutchouc pour contrer l’éventuelle attaque des soldats israéliens.

Depuis lors, chaque fois que les soldats israéliens attaquent le camp de Jénine et tentent de s’y infiltrer, ils se heurtent à la ferme résistance des habitants du camp et des villages environnants ainsi que des combattants de la Résistance.

Les forces israéliennes sont de plus en plus confrontées à une résistance armée suite à leurs raids sur n'importe quelle zone à Jénine, que ce soit le camp de réfugiés, la ville adjacente ou les villages environnants.

Jénine : Israël sous le choc!

Jénine : Israël sous le choc!

Le drone "Shahed-191" en Cisjordanie? .... Israël se bat pour sa survie à Jénin

Des cellules individuelles se sont formées dans ces villages, et des combattants de la résistance s’y rendent pour affronter les forces israéliennes et repousser les incursions.

« Suite à l’échec de chaque opération militaire contre le camp de Jénine, les militaires israéliens commencent à s’en prendre aux civils dans les rues en leur tirant dessus par balles réelles dans une tentative de démonstration de force et de dissimuler leur échec », a témoigné l’un des habitants du camp.

Quant à savoir pourquoi le camp de Jénine semble jouer un rôle particulier dans l'inspiration de la Cisjordanie plus que tous les autres camps, Shatha Hanaysheh, relate les propos du secrétaire du mouvement Fatah Abu Rmeileh; selon qui, le camp et les événements qui l’ont traversé ont conduit à un sentiment croissant de patriotisme et à la détermination de la nouvelle génération à défendre leurs droits.

« Nous sommes certains que de remporter la victoire et qu'il n'y a plus rien à perdre, la Résistance est la seule voie que l'occupation israélienne nous laisse emprunter », a-t-il affirmé.

Un bataillon pour conquérir Jénine?!

Un bataillon pour conquérir Jénine?!

Selon Abu Muhammad, le porte-parole officiel des Brigades des martyrs d'Al-Aqsa, l'arme palestinienne que les jeunes hommes portent aujourd'hui est l'arme de la volonté avec laquelle le camp de Jénine affronte l’occupation israélienne depuis plus de 70 ans.

« Les cellules de résistance à l'intérieur du camp sont éparpillées dans toutes les ruelles et tous les couloirs, pour le défendre en cas d’attaque de l'occupation israélienne », a-t-il indiqué.

Il a également déclaré : « Dans le camp de Jénine, la Résistance se poursuit avec la fermeté de chaque maison et de chaque balcon, nous tirons sur l'occupation, ici tout le monde ici, y compris les femmes, les enfants et des personnes âgées ».

http://french.presstv.ir/Detail/2022/07/29/686480/%C3%80-l-int%C3%A9rieur-de-la-r%C3%A9sistance-de-J%C3%A9nine

Dans PALESTINE

LA PALESTINE ACCUSE LES ETATS-UNIS DE PROTEGER ET D'EXONERER "ISRAËL" DE L'ASSASSINAT D'UNE JOURNALISTE

Par Le 06/07/2022

5 Juillet 2022

 

Ramallah, 5 juillet (Prensa Latina) Le gouvernement palestinien a accusé aujourd'hui les États-Unis de dissimuler et d'essayer d'exonérer Israël du meurtre de la journaliste Shireen Abu Akleh, dont la mort en mai dernier a provoqué une vague de condamnation internationale contre Tel-Aviv.

Nous rejetons fermement les résultats, publiés la veille, d'une enquête nord-américaine sur le crime, a affirmé le ministère palestinien des Affaires étrangères et des Expatriés dans un communiqué.

Ce rapport « nous le considérons une tentative misérable de protéger les criminels et les meurtriers et d'éviter la responsabilité pleine et directe de la partie israélienne », a-t-il souligné.

Le ministère des Affaires étrangères a critiqué les tentatives de Washington de présenter ces meurtres comme des "circonstances tragiques" et non comme une action intentionnelle comme l'a démontré l'enquête menée par le bureau du procureur général palestinien.

Peu de temps après la diffusion du rapport nord- américain, le gouvernement et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) ont rejeté le texte et ont mis en garde contre ses conséquences.

« Nous ne permettrons pas les tentatives de dissimulation de la vérité ou de timides références en pointant du doigt Israël », a écrit le secrétaire général de l'OLP, Hussein Al Sheikh, sur Twitter.

Nous n'accepterons aucune manipulation des résultats des enquêtes sur ce crime, a averti pour sa part le porte-parole de la présidence palestinienne, Nabil Abu Rudeina.

Le bureau du procureur général palestinien a également mis en doute les résultats de l'enquête nord- américaine, jugeant faux l'argument sur les graves dommages causés à la balle prélevée sur le corps de la journaliste, qui a perdu la vie alors qu'elle couvrait un raid militaire dans la ville de Jénine, au nord de la Cisjordanie occupée.

Ce n'est pas vrai, a affirmé le ministère public dans un communiqué après avoir été surpris par le rapport nord-américain, considérant qu'il est tout à fait possible de lier le projectile à l'arme israélienne qui a tiré.

Le Département d'État nord-américain a signalé lundi que pour les enquêteurs il était impossible de déterminer qui avait tiré le projectile qui a tué Abu Akleh.

« Après une analyse médico-légale extrêmement détaillée, les examinateurs (...) n'ont pas pu arriver  à une conclusion définitive sur l'origine de la balle », a-t-il précisé.

Cependant, il a déclaré qu'après avoir recueilli des informations auprès d'Israël et de l'Autorité nationale palestinienne, les experts ont considéré qu'il était probable que les coups de feu aient été tirés par des soldats israéliens.

Par ailleurs, une organisation israélienne de défense des droits humains a également critiqué aujourd’hui les résultats de l’enquête nord-américaine sur le meurtre de la journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh.

Selon toutes les conclusions et enquêtes publiées à ce jour, les autorités de Tel-Aviv sont responsables de la mort de cette journaliste, a déclaré le Centre israélien d’information pour les droits de l’homme dans les territoires occupés (B’Tselem). 

Les chances que les responsables de la mort d’Abu Akleh soient jugés sont nulles, a-t-il regretté. 

peo/livp/acl/rob/mv/rob

source : https://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=889599:la-palestine-accuse-les-etats-unis-de-proteger-et-dexonerer-israel-de-lassassinat-dune-journaliste&opcion=pl-ver-noticia&catid=185&Itemid=101

Tag(s) : #Palestine

Dans PALESTINE

DES UNIVERSITES ISRAELIENNES EXPLOITENT LES CADAVRES DES MARTYRS PALESTINIENS A DES FINS SCIENTIFIQUES (PREMIER MINISTRE PALESTINIEN)

Par Le 04/07/2022

Des universités israéliennes exploitent les cadavres des martyrs palestiniens à des fins scientifiques (Premier ministre palestinien)

 Depuis 4 heures  4 juillet 2022

campagne_recuperer_corps_martyrs

 Article traduit - Moyent-Orient - Palestine

 

Rédaction du site

campagne_recuperer_corps_martyrs-png1

Israël en fait voir de toutes les douleurs au peuple palestinien.
L’une d’entre elle consiste à confisquer les cadavres de leurs fils martyrs tués par l’armée d’occupation israélienne, et à les conserver dans les laboratoires médicaux des universités israéliennes pour les utiliser à des fins scientifiques, sans autorisation préalable de leurs proches.

mohammad_shtayyeh

C’est le Premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh qui a révélé ce supplice de plus qui s’ajoutent à ceux infligés aux Palestiniens, lors de la réunion hebdomadaire du gouvernement palestinien à Ramallah, ce lundi 4 juillet.

« Le terrorisme de l’occupation ne connait pas de répit de commettre des crimes contre notre peuple », a-t-il déploré.

Rappelant que le nombre des martyrs qui ont été abattus par l’occupation a atteint depuis le début de cette année les 78 dont 15 mineurs, il a souligné que « les autorités de l’occupation exaspèrent la douleur des personnes endeuillées par la perte de leurs fils en confisquant leur dépouille ».
Et d’ajouter : « il est devenu clair pour nous que l’occupation exploite les corps des martyrs dans les laboratoires des écoles de médecine des universités israéliennes, dans une violation flagrante des droits de l’homme, des valeurs, des principes et de l’éthique scientifique ».

13 cadavres de martyrs palestiniens tués par les soldats de l’occupation israélienne sont détenus depuis le début de l’an 2022, selon les chiffres rendus publics en avril 2022 par la Campagne nationale pour récupérer les corps des martyrs détenus par l’occupation israélienne.

Selon son coordinateur Hussein Shujaiya, « Israël » détient 104 corps depuis 2015. Auxquels s’ajoutent plus de 256 cadavres qui ont été enterrés depuis plusieurs années, dans des cimetières privés, connus sous le nom « les tombes des chiffres ».

Le Premier ministre palestinien a demandé aux universités internationales de boycotter les universités israéliennes impliquées dans la confiscation des corps des martyrs palestiniens.
Il a également insisté sur la nécessité d’exercer des pressions sur le gouvernement israélien afin qu’il cesse de violer le caractère sacré des corps des martyrs et qu’il libère « immédiatement » toutes les dépouilles qu’il détient, afin que leurs familles puissent leur dire adieu.

 

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2370282

     

Dans PALESTINE

UN ADOLESCENT PALESTINIEN AGE DE 16 ANS TUE PAR L'ARMEE DE L'OCCUPANT ISRAELIEN EN CISJORDANIE

Par Le 25/06/2022

Un adolescent palestinien tué par les forces d’occupation israéliennes en Cisjordanie

 Depuis 7 heures  25 juin 2022

Le martyr Mohammad Hamad

Le martyr Mohammad Hamad

 Moyent-Orient - Palestine

 

Rédaction du site

Un adolescent palestinien a succombé à ses blessures dans la nuit de vendredi à samedi après avoir été touché quelques heures auparavant par des tirs de soldats israéliens en Cisjordanie occupée, ont indiqué des sources palestiniennes.

Mohammad Hamad, âgé de 16 ans, a été blessé par balles vendredi soir par des soldats israéliens près du village de Silwad, à proximité de Ramallah, dans le nord de la Cisjordanie, et est décédé quelques heures plus tard, ont indiqué à l’AFP un conseiller municipal de Silwad et des sources de sécurité palestiniennes.

L’adolescent se trouvait près d’une route menant à la colonie d’Ofra, voisine de Silwad, lorsque les soldats d’occupation ont ouvert le feu, a précisé le conseiller municipal.

Depuis fin mars, les forces d’occupation israéliennes multiplient leurs agressions contre les jeunes Palestiniens en Cisjordanie occupée. Au moins 46 Palestiniens sont tombés en martyr depuis cette date.

https://french.almanar.com.lb/2362505

   

Dans PALESTINE

LE GOUVERNEMENT PALESTINIEN DENONCE LE NOUVEAU PLAN COLONIALISTE ISRAELIEN

Par Le 21/06/2022

21 Juin 2022

 

Ramallah, 20 juin (Prensa Latina) Le Premier ministre palestinien Muhammad Shtayyeh a dénoncé lundi un plan israélien pour exproprier mille kilomètres carrés de terres en Cisjordanie afin de construire un parc national, le considérant comme partie de sa stratégie colonialiste.

Ce projet porte atteinte à la création d'un Etat palestinien car il divise en deux la rive occidentale, a indiqué le chef du gouvernement à l’inauguration d'un conseil des ministres hebdomadaire.

Le journal Israel Hayom a révélé il y a quelques jours que les autorités de ce pays prévoyaient de construire le parc dans une zone située entre la ville de Jérusalem et la mer Morte.

Selon le Centre d'information palestinien, cette proposition est l'un des plus grands vols de terres en Cisjordanie depuis des décennies et a averti qu'elle modifierait à la fois la démographie et la structure géographique et politique de la région.

Shtayyeh a également condamné le pillage des ressources naturelles palestiniennes par la puissance occupante.

"Le monde devrait bien s'en souvenir et ne pas encourager (l’Israël) à ne pas respecter nos droits", a manifesté le politicien.

jcc/livp/jf/rob

source:https://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=889470:le-gouvernement-palestinien-denonce-le-nouveau-plan-colonialiste-israelien&opcion=pl-ver-noticia&catid=59&Itemid=101

Tag(s) : #Palestine

Dans PALESTINE

CISJORDANIE OCCUPEE : TROIS PALESTINIENS MARTYRS LORS D’UN ASSAUT ISRAELIEN CONTRE JENINE

Par Le 17/06/2022

Cisjordanie occupée : trois martyrs lors d’un assaut israélien contre Jénine

 Depuis 12 heures  17 juin 2022

martyrs_jenine

 Article traduit - Moyent-Orient - Palestine

 

 

Rédaction du sitevoiture4

La voiture des trois martyrs criblée de balles

Trois jeunes palestiniens ont été assassinés par les forces d’occupation israéliennes qui ont pris d’assaut la ville de Jénine, en Cisjordanie occupée.

8 autres jeunes palestiniens ont été blessés lors d’affrontements qui ont opposé les Palestiniens aux soldats d’occupation, a précisé le ministère palestinien de la Santé.

Des sources locales ont rapporté qu’une force spéciale de l’armée d’occupation s’est infiltrée dans le quartier est de Jénine et a ouvert le feu sur le véhicule à bord duquel se trouvaient les trois jeunes hommes, les tuant sur le coup.

« De violents affrontements armés ont éclaté dans le quartier est de Jénine entre les combattants de la résistance et l’armée d’occupation qui ont pris d’assaut la région », a-t-on ajouté de mêmes sources.

Les soldats d’occupation ont également attaqué un immeuble résidentiel près du cimetière du quartier est de Jénine.

Il convient de noter que les forces d’occupation envahissent de temps à autre la ville et le camp de réfugiés de Jénine, dans le but d’assassiner des résistants et d’en arrêter d’autres.

Pour leur part, les résistants de la Brigade de Jénine affrontent et ouvrent le feu contre les soldats envahisseurs.

2

1

3

Source: Traduit à partir de PalToday

https://french.almanar.com.lb/2355729

Dans PALESTINE

UNION DE LA JEUNESSE COMMUNISTE PALESTINIENNE : LETTRE OUVERTE AUX ORGANISATIONS DE JEUNESSE COMMUNISTES DU MONDE ENTIER

Par Le 15/06/2022

15 Juin 2022

 

Union de la jeunesse communiste palestinienne : lettre ouverte aux organisations de jeunesse communistes du monde entier
15/06/22 1:55 PM
Lettre ouverte aux organisations de jeunesse communistes du monde entier

 

L'Union de la jeunesse communiste palestinienne / la branche jeunesse du Parti communiste palestinien a l'intention de tenir sa première conférence générale, le vendredi 24/6/2022, et à cette occasion, l'Union de la jeunesse communiste palestinienne vous invite à participer à la conférence par le biais de messages texte ou d'un message vidéo, et nous vous demandons de bien vouloir envoyer des messages ou des messages vidéo, jusqu'au 22/6/2022, afin que nous puissions organiser la lecture de messages de soutien ou la diffusion de discours vidéo pendant la conférence. L'Union de la jeunesse communiste palestinienne s'excuse également de ne pas avoir reçu de délégations en raison des conditions économiques du syndicat.

 

Relations internationales

Union de la jeunesse communiste palestinienne

source : http://www.solidnet.org/article/Palestinian-CP-Palestinian-CYU-An-open-letter-to-communist-youth-organizations-around-the-world/

Tag(s) : #Palestine#Communiste

Dans PALESTINE

LIBEREZ SALAH HAMOURI

Par Le 15/06/2022

15 Juin 2022

Publié le 15/06/2022 par PCF

Emprisonnement de Salah Hamouri – La répression israélienne se durcit

Salah Hamouri, avocat franco-palestinien et membre de l’association d’aide aux prisonniers politiques palestiniens, Addameer, est détenu illégalement par l’État Israélien. Sa détention administrative a été prolongée le 7 juin dernier pour trois mois supplémentaires. Il avait été arrêté et emprisonné le 7 mars 2022, sans qu’aucun motif ne lui soit adressé.

La détention administrative est un procédé illégal aux yeux du droit international, car elle permet d’arrêter sans motif et de prolonger une détention des années durant sans que le prisonnier n’ait droit à un procès ou même à connaître le motif de son arrestation.   

Salah Hamouri est la cible de l’acharnement du gouvernement israélien depuis près de 20 ans. Comme tant d’autres en Palestine, Salah Hamouri est visé parce qu’il s’engage pour la paix et le droit à l’autodétermination du peuple palestinien.

L’emprisonnement massif s’inscrit dans un contexte de recrudescence des violences à l’encontre du peuple palestinien et une volonté affichée du gouvernement de Bennett de multiplier les agressions et le non-respect des droits des Palestiniens.

Les événements survenus lors de la marche illégale aux drapeaux à Jérusalem-Est il y a près de 10 jours montrent une accélération de la colonisation et de l’occupation israéliennes. Des nationalistes israéliens en provenance de toutes les zones occupées ont défilé aux couleurs du drapeau israélien en scandant « morts aux Arabes » dans les rues de Jérusalem-Est, partie palestinienne de la ville.

Avant ladite marche, plus de 2 000 colons accompagnés d’un député israélien, protégés et soutenus par la police, sont même allés jusqu’à pénétrer dans l’enceinte de la mosquée Al Aqsa. Cet outrage délibéré est en violation d’un accord datant de 1967 sur l’interdiction des prières juives sur l’esplanade des mosquées. Le dimanche 5 juin, c’est la police elle-même qui a enfermé des fidèles palestiniens dans la mosquée et a procédé à de nombreuses arrestations.

Le Mouvement jeunes communistes de France dénonce avec force la responsabilité du gouvernement israélien dans l’augmentation des violences et des atteintes aux droits humains des Palestiniennes et des Palestiniens.

Le MJCF demande à la France d’agir pour la fin de la colonisation et de l’occupation israélienne, ainsi que la mise en place réelle de la résolution de l’ONU sur les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale de l’État de Palestine.

Le MJCF revendique le respect du droit international et la libération immédiate de Salah Hamouri, arrêté sans motif et détenu sans procès depuis le 7 mars 2022.

source : https://www.pcf.fr/empris

Tag(s) : #MJCF

Dans PALESTINE

LIBEREZ SALAH HAMOURI : DE QUI SE MOQUE LA PORTE-PAROLE DU QUAI D’ORSAY ?

Par Le 12/06/2022

10 Juin 2022

publié le 10/06/2022

Salah Hamouri : De qui se moque la porte-parole du Quay d'Orsay ?

visuel_sf-freedom.jpg

L’avocat franco-palestinien Salah Hamouri vient de voir, une nouvelle fois, sa détention administrative prolongée de trois mois. Interrogée par le journaliste de l’Humanité, Pierre Barbancey, la porte-parole du Quai d’Orsay, Anne-Claire. Legendre, s’est contentée d'évoquer les « démarches » et les « demandes d’explication » de la France au gouvernement israélien afin de masquer l’inaction, le mutisme et le désintérêt sur le sort de ce défenseur des droits humains.

Quelle réponse le ministère des Affaires étrangères attend-t-il d'un gouvernement israélien qui impunément prend des décisions arbitraires dans le cadre d'une procédure qui viole et les droits humains fondamentaux, les droits de la défense et le droit international ?

Alors qu’aucune charge n’est retenue contre lui, qu’il n’a pas accès à son dossier et qu’il n’a jamais été présenté devant un tribunal, Salah Hamouri, défenseur des droits des prisonniers politiques palestiniens, est maintenu en prison par décision d'une autorité militaire. Cette ordonnance illégale ne vise qu’à prolonger indéfiniment son incarcération, à révoquer sa résidence à Jérusalem et à l’expulser définitivement d’Israël.

Cette situation est le symbole de l’autoritarisme du régime d’apartheid que les autorités d'Israël mettent en place et qui foule aux pieds les droits des Palestiniens.

Le Parti communiste français (PCF) appelle à la libération immédiate de Salah Hamouri et de tous les prisonniers politiques qui croupissent dans les geôles israéliennes. Le gouvernement français doit cesser de cautionner par son inaction et son silence la politique de Naftali Bennett.

La ministre des Affaires étrangères et le président de la République se doivent maintenant d'agir pour que notre compatriote retrouve la liberté sans délai.

 

Parti communiste français,
Paris, le 9 juin 2022

source : https://www.pcf.fr/salah_hamouri_de_qui_se_moque_la_porte_parole_du_quay_d_orsay

Tag(s) : #Hamouri#PCF

Dans PALESTINE

AFIN DE PLAIRE A "ISRAËL", L'UE PUNIT LES CANCEREUX PALESTINIENS

Par Le 08/06/2022

Afin de plaire à Israël, l’UE punit les cancéreux palestiniens

 

08 Juin 2022

  

Dans le cadre d’une campagne visant à apaiser le lobby israélien à Bruxelles, l’Union européenne va encore faire souffrir davantage les cancéreux palestiniens. Elle va le faire en retenant quelque 320 millions de USD d’un financement qui avait déjà été prévu afin de soutenir les Palestiniens vivant sous l’occupation militaire israélienne.

Le paiement a été retardé depuis l’an dernier « du fait que l’Union européenne continue à conditionner la libération de l’argent à des changements spécifiques dans les manuels scolaires palestiniens », a déclaré le Conseil norvégien des réfugiés mardi dernier.

La suspension de l’aide – qui rappelle les coupes sombres imposées par le président américain Donald Trump après son entrée en fonction en 2017 – « handicape les secteurs critiques et les services, dont les soins de santé à Jérusalem-Est, avec des conséquences sévères pour les patients qui ont besoin de traitements dans les hôpitaux », a ajouté le Conseil.

« Ces restrictions punissent les patients en phase terminale qui ne peuvent disposer de médicaments vitaux et elles forcent les enfants à souffrir de la faim quand les parents n’ont pas les moyens d’acheter à manger », a déclaré Jan Egeland, secrétaire général du Conseil. « Les Palestiniens paient le prix le plus cruel pour des décisions politiques qui sont prises à Bruxelles. »

Par conséquent, au moins 500 patients aux diagnostics récents de cancéreux n’ont pas eu la possibilité d’accéder à des traitements vitaux à l’hôpital Augusta Victoria de Jérusalem-Est occupée. D’autres subissent de graves retards dans l’application de leurs traitements on ne peut plus importants.

Des mensonges à propos des manuels scolaires

Ces décisions politiques résultent en grande partie d’une campagne menée par Olivér Várhelyi, un important responsable de la Commission européenne, le corps exécutif de l’UE.

Várhelyi a fait la promotion des mensonges du lobby pro-israélien affirmant que les manuels scolaires palestiniens contiennent des passages antisémites et « glorifient le terrorisme ».

Ces mensonges à propos des manuels palestiniens font partie d’une très longue campagne de désinformation menée par Israël et ses groupes de pression.

La campagne vise à promouvoir l’allégation selon laquelle les Palestiniens sont hostiles à Israël non parce que ce dernier viole brutalement leurs droits fondamentaux depuis des décennies, mais parce que, dans leurs classes, on leur lave le cerveau afin de haïr Israël et les juifs.

Ces fausses allégations sont également un outil servant à exercer des pressions constantes sur l’Autorité palestinienne afin qu’elle collabore plus encore avec Israël.

Bien que cette campagne ait démarré aux États-Unis voici plus de vingt ans, elle a été reprise plus récemment par l’extrême droite européenne favorable à Israël.

Il convient de remarquer que Várhelyi a été désigné à son poste par Viktor Orbán, Premier ministre de sa Hongrie natale.

Orbán a fait circuler des slogans antisémites au cours de campagnes électorales et il a accordé le statut de héros à un collaborateur nazi.

Pourtant, comme l’a fait remarquer David Cronin, journaliste de The Electronic Intifada, Várhelyi n’a toujours pas dénoncé ces manifestations d’un authentique sectarisme antijuif.

Malgré le caractère fallacieux des allégations de Várhelyi, l’homme parvient à atteindre ce qui constitue peut-être l’un de ses buts non déclarés : faire souffrir, voire mourir les Palestiniens les plus vulnérables.

Le feu vert de l’UE à davantage encore d’abus israéliens

Au moment où Israël continue d’attaquer et de molester les Palestiniens, les élites de l’Union européenne signalent publiquement leur plein soutien à Israël.

Plus tôt cette semaine, Roberta Metsola, la présidente du Parlement européen, a effectué un périple de haut profil en Israël, dont elle a rencontré le président, le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères.

Madame Metsola n’a pas eu un mot de critique à propos du rôle brutal d’Israël vis-à-vis de millions de Palestiniens, qualifié d’apartheid par nombre d’organisations palestiniennes, israéliennes et internationales des droits de l’homme. L’apartheid est l’un des crimes les plus haïssables contre l’humanité repris dans le Statut de Rome, à partir duquel a été fondée la Cour pénale internationale.

En lieu et place, Madame Metsola s’est adressée au Parlement israélien, l’encensant en tant que « maison de la démocratie ».

Ignorant l’escalade des crimes israéliens contre le peuple palestinien, y compris l’assassinat récent – suivi d’une opération de camouflage – de la journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Akley, Madame Metsola a mis l’accent sur « la nécessité de renforcer plus encore le partenariat entre l’UE et Israël ».

 

La seule reconnaissance publique par Roberta Metsola de l’existence des Palestiniens a consisté en une visite superficielle de la ville de Ramallah occupée par Israël afin d’y rencontrer le chef de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Le long soutien dont Abbas bénéficie de la part de l’UE est directement lié à son empressement à collaborer avec Israël pour réprimer la résistance palestinienne. C’est ce qu’on appelle par euphémisme la « coordination sécuritaire ».

 

 

Israël ferme ses portes aux membres du Parlement européen

Alors que la flatterie à l’égard d’Israël et la complicité avec ses crimes constituent la norme aux yeux des dirigeants de l’Union européenne, la visite de Roberta Metsola a même été plus abjecte encore que ce que l’on nous sert d’habitude. Elle s’est poursuivie même après qu’Israël a refusé l’entrée à une délégation dirigée par Manuel Pineda, l’un de ses collègues du Parlement européen.

La mission constituait partiellement une réponse à l’assassinat de la journaliste d’Al Jazeera, Shireen Abu Akleh.

 

 

Pineda est le président de la délégation parlementaire des relations UE-Palestine et il joue donc un rôle essentiel dans le contrôle du financement de l’Union européenne et des actions des responsables du bloc sur le terrain.

Madame Metsola n’a pas témoigné la moindre solidarité avec ses collègues, pas plus qu’elle n’a demandé à Israël de respecter le Parlement européen en annulant sa visite. Au lieu de cela, elle a publié un tweet exprimant son « regret » de l’exclusion de Pineda et prétendant qu’elle allait « soulever la question directement avec les autorités concernées ».

Israël va presque certainement percevoir ce langage édulcoré, suivi des louanges copieuses et inconditionnelles envers l’État d’apartheid, comme une reconnaissance et même comme un feu vert pour continuer d’exclure toute personne qu’il considère comme insuffisamment obséquieux.

 

 

Ce n’est vraisemblablement pas un hasard si, actuellement, Pineda est la cible d’une campagne d’assassinat de personne par le lobby pro-israélien.

Mercredi, le Centre Simon Wiesenthal a publié une « lettre ouverte » à Ursula von der Leyen, la présidente non élue de la Commission européenne, lui demandant que Pineda, pourtant élu populairement, « soit expulsé du Parlement européen » sur base qu’il est un « porte-parole des terroristes ».

 

 

La longue liste de doléances du groupe de pression pro-israélien contre Pineda inclut le fait qu’en 2011, il a rallié une flottille pour Gaza visant à rompre le blocus brutal imposé par Israël au territoire ainsi que le fait qu’il est associé à des membres de groupements politiques et organisations de résistance de Palestine arbitrairement désignés par Israël et ses alliés européens comme des « terroristes ».

L’organisation antipalestinienne ressasse même des calomnies sans fondement disant que le parti de gauche de Pineda, Podemos – membre de la coalition gouvernementale en Espagne – est « probablement financé par l’Iran ».

Ces allégations sont apparues en 2016, dans le cadre de ce qu’un électeur de Podemos a qualifié de « campagne honteuse » menée par le gouvernement espagnol de l’époque, qui était très à droite.

Pourtant, ce sont exactement le genre de calomnies et d’insinuations qu’Israël et ses groupes de pression utilisent régulièrement contre tous ceux qui osent le critiquer ou se ranger du côté des Palestiniens.

Mercredi, les principales organisations palestiniennes en faveur des droits humains ont adressé une lettre ouverte à la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola.

 

 

Elles y dénonçaient sa décision de se rendre en visite en Israël même après que les autorités avaient empêché l’entrée de la délégation dirigée par Pineda – qu’elles étaient censées rencontrer.

Elles y condamnaient également sa proposition de liens plus forts encore avec Israël, alors qu’elle s’abstenait même de mentionner l’assassinat de Shireen Abu Akleh, de même que l’escalade dans les expulsions par Israël des villageois palestiniens de la zone de Masafer Yatta, en Cisjordanie.

Les organisations ont dit à Madame Metsola : « Nous n’avez pas assumé vos responsabilités vis-à-vis des lois internationales et vous vous rendez complice de la domination institutionnalisée et de l’oppression systématique du peuple palestinien. »

Certaines des organisations qui ont écrit à Madame Metsola font partie des six organisations désignées sans fondement par Israël comme « terroristes » l’an dernier, dans un effort de contrecarrer et discréditer leur travail dans le recensement des crimes israéliens.

L’UE, qui a financé plusieurs de ces organisations, a permis à Israël de s’en tirer, sur le plan des calomnies. Aujourd’hui, l’UE permet à Israël de faire la même chose avec ses représentants élus.

Bruxelles mettra tout en œuvre pour servir et apaiser Israël et son lobby, même si cela signifie d’infliger délibérément et sciemment des souffrances additionnelles aux cancéreux palestiniens.

 

Source originale: The Electronic Intifada

Traduit de l’anglais par Jean-Marie Flémal pour Charleroi-Pour la Palestine

Photo: La présidente du Parlement européen Roberta Metsola, à gauche, avec le Premier ministre israélien Naftali Bennett. Lors de sa visite en Israël cette semaine, Madame Metsola a insisté sur la nécessité de « renforcer plus encore le partenariat entre l’UE et Israël ». (Twitter)

https://www.investigaction.net/fr/afin-de-plaire-a-israel-lue-punit-les-cancereux-palestiniens/

Dans PALESTINE

L'ARMEE ISRAELIENNE TUE UNE DEUXIEME JOURNALISTE PALESTINIENNE

Par Le 01/06/2022

Les soldats israéliens tuent une deuxième journaliste palestinienne

 Depuis 6 heures  1 juin 2022

martyre_goufrane-png1

 Moyent-Orient - Palestine - Spécial notre site

 

 

Rédaction du site

Des soldats de l’occupation israélienne ont blessé mortellement une jeune journaliste palestinienne en Cisjordanie occupée et l’on laissée saigner jusqu’à sa mort.

La liquidation de Goufrane Warasneh, 31 ans, a eu lieu au matin de ce mercredi 1er juin, à l’entrée du camp al-Aaroub située au nord d’al-Khalil. C’est une ancienne détenue administrative.
« La martyre Warasneh avait été arrêtée pendant 3 mois puis libérée le 1er avril dernier », a précisé le Bureau médiatique des détenus palestiniens dans les geôles israéliennes.

martyre_goufrane-png2

Diplômée en Information et Journalisme de l’Université d’al-Khalil elle travaillait dans des radios locales.

Après avoir ouvert le feu sur elle, sous prétexte qu’elle tentait de poignarder les soldats de l’occupation dans le barrage israélien établi à l’entrée du camp, ces derniers ont interdit au Croissant rouge palestinien d’accéder à son corps qui saignait. « Ils n’ont livré le corps de la jeune fille palestinienne aux équipes médicales que 20 minutes après l’avoir grièvement blessée», a-t-il assuré.

Le ministère palestinien de la Santé a indiqué que la jeune femme est décédée après avoir été touchée d’une balle qui a percé sa poitrine par le côté gauche (sous l’aisselle), et en est sortie par le côté droit.

Sa mère a assuré que sa fille était sortie vers 7 :30 heures du matin pour se rendre à son travail dans une radio locale.

Le mouvement de résistance palestinien du Jihad islamique a fermement condamné cette liquidation, accusant « l’occupation israélienne de poursuivre son terrorisme et son crime organisé » contre les Palestiniens.
« L’occupation et ses dirigeants assument l’entière responsabilité des conséquences de ce crime odieux. Face à cette atrocité, les fils de notre peuple palestinien et ses combattants poursuivront leur lutte et leurs affrontements contre les forces de l’occupation », a ajouté le mouvement dans un communiqué.

Le mouvement Hamas par la voix de son porte-parole Hazem Qassem a déclaré : « l’exécution par l’occupation de la détenue libérée Goufrane Haroune Warasneh en tirant sur elle à bout portant et en empêchant de lui procurer les soins nécessaires est un crime à part entière qui illustre le comportement terroriste de l’armée d’occupation et de ses dirigeants qui devraient être jugés en tant que criminels de guerre de la part du Tribunal pénal international ».
« Ce sang pur représente le carburant de l’escalade de notre révolution, et l’occupation paiera le prix de ses crimes par la poursuite de notre lutte contre l’occupation jusqu’à ce qu’elle soit expulsée de toute notre terre palestinienne », a-t-il conclu.

martyre_goufrane

Le Premier ministre palestinien Muhammad Shtayyeh a condamné « le meurtre de l’ex-détenue Ghoufrane Warasnah », et a tenu l’occupation israélienne pleinement responsable de ses répercussions.
Il a appelé la communauté internationale à activer les résolutions internationales pour boycotter Israël et punir les auteurs des assassinats qu’il commet.

Après cet assassinat, des affrontements ont éclaté à l’entrée du camp entre des jeunes palestiniens et des soldats de l’occupation.

 

 

Pendant les obsèques de la martyre, les soldats israéliens ont attaqué les participants à coup de matraques et de gaz lacrymogènes et fermé le portail du camp où elle vivait, pour les empêcher de faire passer sa dépouille. A l’instar de ce qui s’était passé avec Shireen Abu Akleh , la correspondante de la télévision qatarie al-Jazeera que les soldats israéliens avaient tué d’une balle dans la tête, le 12 mai dernier,  alors qu’elle couvrait une offensive israélienne contre le camp de réfugiés palestiniens de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie occupée.

Attaques contre les journalistes

attaques_isr_journalistes

La Comité de soutien aux journalistes a pour sa part fait état de 148 violations israéliennes contre des journalistes et des professionels des médias pendant l’exercice de leurs fonctions, le mois de mai passé.

Il y a eu 54 blessés , dont Ali al-Samoudi qui accompagnait Abou Akleh le jour de son assassinat. Il a essuyé une balle réelle dans le dos.

Selon le comité « les forces d’occupation, en partenariat avec les colons, ont empêché plus de 61 journalistes et organes de presse de couvrir les évènements en particulier dans les villes d’al-Qods, de Hébron et Jénine ».

Quant aux autres violations, il s’agit d’agressions verbales avec propos racistes et insultes offensantes ou des agressions physiques avec des balles réelles ou en caoutchouc.

Certains ont été passés à tabac avec des matraques et des crosses de fusil ou traînés au sol toute en subissant des coups de pied. Certains journalistes ont aussi été aspergés aux gaz toxique ou poivré, tandis que d’autres ont été renversés par les véhicules des colons.
Leur matériel de presse a aussi fait les frais des attaques israéliennes : 11 cas de dommages ont été documentés, dont 6 véhicules et équipements, deux caméras ont été détruites et 3 téléphones de journalistes ont été volés.

Le communiqué recense 11 cas d’arrestation et de détention de journalistes et 5 cas de « prolongation de détention sans jugement ».

 

martyre_goufrane-png5martyre_goufrane-png3

 

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/2342958

     

Dans PALESTINE

FACTIONS PALESTINIENNES : LA BATAILLE AVEC « ISRAËL » EST OUVERTE ET C’EST LA RESISTANCE QUI DETERMINERA COMMENT RIPOSTER

Par Le 30/05/2022

Factions palestiniennes : la bataille avec ‘Israël’ est ouverte et c’est la résistance qui déterminera comment riposter

 Depuis 8 heures  30 mai 2022

Des jeunes palestiniens à Jénine.

Des jeunes palestiniens à Jénine.

 Article traduit - Moyent-Orient - Palestine

 

Rédaction du site

Le chef du bureau politique du Jihad islamique palestinien, Mohammad al-Hindi, a déclaré que « la bataille contre l’occupation israélienne est ouverte et se poursuivra sous différentes formes. La Résistance évalue la situation et essaie toujours de tirer profit de ces affrontements, soulignant que ce qui se passe actuellement est un des rounds de cette bataille ».

« Israël était en état d’alerte depuis au moins 3 semaines. L’armée israélienne était en état d’alerte dans les environs de Gaza dans le cadre des exercices « Chariots de feu. De plus, la police d’occupation a convoqué 3 000 hommes et 3 bataillons de gardes-frontières. Tout cela pour protéger une marche dans ce qu’ils prétendent être leur capitale », a renchéri M.Hindi lors d’une interview avec la chaine de télévision qatarie AlJazeera.

Et de poursuivre: « Si AlQuds était unie – comme le prétendait Naftali Bennett (Premier ministre israélien) – l’entité sioniste n’aurait pas besoin de toute cette mobilisation pour protéger une marche ».

« L’occupant est terrifié par les lions de Palestine, et après 74 ans à la Nakba, le peuple palestinien n’a toujours pas baissé les bras, mais résiste », a souligné M.Hindi.

Et d’ajouter: « la normalisation a échoué, tout comme les illusions d’un règlement du conflit avec l’ennemi israélien. Si la ville d’AlQuds doit être unie, ce ne sera que celle des Arabes, des Musulmans et des Palestiniens ».

« Le temps joue en notre faveur, AlQuds n’est pas la capitale de cette entité, et la lutte sur la souveraineté à AlQuds n’a pas été résolue après 55 ans d’occupation, et elle ne sera résolue qu’au profit du peuple palestinien », a conclu le dirigeant du Jihad.

Porte-parole du Hamas

Dans ce contexte, le porte-parole du Hamas, Mohammad Hamadeh, a déclaré : « Bennett sécurise une marche qui hisse le drapeau israélien, en présence de trois mille soldats, puis prétendu qu’AlQuds leur appartient et elle restera la capitale d’Israël ».

Et d’ajouter: «  le discours de Bennett n’a absolument aucune importance par rapport à ce qui se passe sur le terrain ».

Interrogé par AlJazeera sur l’absence, jusqu’à présent, d’une réaction militaire de la part des factions de la résistance, M.Hamada a indiqué que: « les factions de la résistance manœuvrent habilement et sont capables de gérer la bataille contre l’occupation, et je pense qu’elles sont au-dessus du test et ont prouvé aux Palestiniens et au monde entier – que lorsqu’elles tiennent à leurs promesses et n’hésiteront pas à trouver le moment opportun de la riposte ».

Et de poursuivre: « Lorsque la résistance palestinienne a menacé l’occupation, elle n’a pas limité la riposte à un endroit…La résistance parle désormais de fronts multiples et de différentes formes de résistance armée. Raison pour laquelle, la réponse pourrait provenir de la Cisjordanie, d’AlQuds ou de l’intérieur de la Ligne verte ».

« La résistance à Gaza déterminera quand et comment elle répondra, en fonction des données et des informations dont elle dispose », a souligné le porte-parole du Hamas.

https://french.almanar.com.lb/2341165

     

Dans PALESTINE

PALESTINE : LA MARCHE DES DRAPEAUX, UNE DANGEREUSE PROVOCATION SIONISTE

Par Le 28/05/2022

«La Marche des drapeaux», jeu sioniste avec le feu

«La Marche des drapeaux», jeu sioniste avec le feu

folder_openRapports access_timedepuis 7 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed

Le plan sioniste d’autoriser la prise d’assaut de la mosquée Al-Aqsa, par l’organisation de la «Marche des drapeaux» terroriste, constituera un baril de poudre qui va faire exploser et enflammer la région toute entière. En effet, commettre une telle idiotie par l’ennemi, aura de grandes répercussions. Les factions palestiniennes ont confirmé au terme d’une réunion tenue à Gaza, la mobilisation sur toutes les scènes pour riposter à l’offensive, appelant le peuple palestinien dans Al-Qods, la Cisjordanie et les territoires occupés à se rassembler dans l’Esplanade des mosquées à partir du vendredi et à considérer le dimanche 29 mai 2022, comme une journée nationale consacrée à la défense de la mosquée sainte.

Le responsable du mouvement Jihad islamique, Khamis Al-Haytham, interviewé par AlAhed, a indiqué que l’ennemi tente, par ces marches, de porter atteinte aux exploits de la bataille «Épée d’Al-Qods», qui a unifié les factions palestiniennes et constitué une menace existentielle pour l’entité usurpatrice.

Le responsable du Jihad islamique a ajouté que «le peuple palestinien ne permettra pas aux sionistes de parvenir à leur fin et l’affronteront par tous les moyens».

«Le peuple palestinien sera mobilisé dans l’esplanade des mosquées pour interdire la marche et protéger les lieux saints de danger imminent», a-t-il affirmé, soulignant que la résistance palestinienne lorgne les comportements des Israéliens et se dit prête à agir sur tout le territoire palestinien, surtout si l’ennemi décide d’agresser la mosquée Al-Aqsa.

Al-Haythem a fait état d’une insistance sioniste pour lancer de telles marches, rappelant que le mouvement du Jihad Islamique avait averti l’ennemi, lui affirmant que tout acte hostile enflammerait la guerre dans la région.

Selon ses dires, l’axe d’Al-Qods allant de la Palestine, passant par le Liban et les autres fronts de la résistance, ne permettra point à l’entité sioniste de nuire à Al-Qods et à Al-Aqsa.

Pour sa part, le membre du Bureau politique du mouvement Hamas, Suheil Al-Hendi, a affimé que l’occupation craint le lancement des marches, qui seront l’objet d’une riposte de la part des mouvements de la résistance palestinienne.

Il a ajouté que l’ennemi prend des mesures sécuritaires exceptionnelles durant ces vengements qui durent 4 jours, pour empêcher les incidents sécuritaires.

Il a expliqué que l’ennemi hésite entre l’autorisation et l’annulation de la «Marche des drapeaux», notant que la décision de la riposte prise par la cellule commune de la résistance, sera tributaire des comportements de l’entité sioniste, armée et colons.

Le responsable du Hamas a ajouté que l’entité est dans un état de confusion politique et militaire, à la lumière du règlement des comptes au sein du «gouvernement Bennet». Ce «gouvernement» qui est dans l’impuissance de contrôler les opérations dans les territoires occupés.

«Si l'ennemi nous impose une guerre, il paiera un lourd tribut. Aujourd'hui, le peuple palestinien n'est plus seul, et il y a ceux qui se tiennent à ses côtés et le soutiennent parmi les peuples libres du monde», a-t-il conclu.

Par ailleurs, l’expert dans les affaires sionistes, Nohad Abou Ghoche a confirmé les propos des deux responsables interviewés par AlAhed. Il a insisté sur le fait que l’ennemi hésite à autoriser ou à annuler la marche des drapeaux, par crainte de la riposte des factions de la résistance palestiniennes.

Il a indiqué que «ce type de marche est une parade provocatrice par laquelle les sionistes visent à prouver ce qu'ils revendiquent comme leur droit à Al-Qods, qu'ils considèrent comme leur capitale, après avoir échoué à plusieurs reprises, alors que les Palestiniens ont pu prouver son identité avec le sang et les sacrifices».

Les organisateurs de ces rassemblements, selon l'expert des affaires sionistes, sont souvent ceux qui appartiennent aux mouvements sionistes les plus extrémistes, a-t-il rappelé, notant que «le gouvernement israélien en place a commencé à s'éroder dans un contexte d’échange d’accusations entre ses membres ; un état de confusion qui peut conduire à sa chute et à la tenue d'élections».

«L'ennemi et son entité sont dans une situation difficile, en conséquence de ses politiques criminelles et arbitraires qui conduiront à sa disparition», a conclu Abou Ghoche.

https://french.alahednews.com.lb/44307/323

palestine israel resistance marche des drapeaux

Dans PALESTINE

JENINE : L'ARMEE SIONISTE EN DEBANDADE!

Par Le 28/05/2022

L’armée palestinienne fait fuir la "force d'élite" sioniste

Friday, 27 May 2022 6:32 PM  [ Last Update: Friday, 27 May 2022 6:32 PM ]

 30 

Jénine: l'armée sioniste en débandade. (Illustration)

Selon des sources d'information, les soldats israéliens escortés par des dizaines de véhicules blindés ont pris d’assaut la ville de Jénine vendredi 27 mai, mais ont été forcés de fuir et de battre en retraite suite à la résistance armée de jeunes palestiniens.

Les forces israéliennes se sont retirées de la ville de Jénine sans parvenir à détenir un seul Palestinien lors d’un affrontement armé avec les jeunes palestiniens.

Le régime sioniste a récemment annoncé la possibilité d'une attaque militaire à grande échelle sur la ville pour infliger ce qu'il qualifie de « coups durs » à la Résistance palestinienne.

Plutôt, les forces israéliennes, poursuivant ses opérations en Cisjordanie, ont détenu dans la matinée quatre Palestiniens lors de deux opérations distinctes à Qods occupée. La ville de Jénine en Cisjordanie est devenue le foyer du conflit entre la Résistance palestinienne et l’armée sioniste.

Le ciel d'Israël attaqué

Le ciel d'Israël attaqué

Un drone israélien a été abattu par la DCA du Hezbollah dans le sud du Liban.

Les médias palestiniens ont rapporté que les forces d'occupation ont arrêté un Palestinien dans la région de Bab al-Amoud et arrêté trois autres lors d'une attaque contre le quartier de Silwan, au sud de la mosquée Al-Aqsa.

Les forces d'occupation ont également arrêté hier, jeudi 26 mai, 24 Palestiniens en Cisjordanie. En outre, des colons sionistes soutenus par les soldats israéliens ont attaqué la ville de Harare, au sud de Naplouse provoquant de violents affrontements avec des dizaines de Palestiniens. Les troupes israéliennes ont utilisé des gaz lacrymogènes et des balles pour disperser la jeunesse palestinienne, blessant 80 Palestiniens.

Dans ce contexte, Izz al-Din al-Haddad, l'un des commandants des Brigades Izz al-Din al-Qassam, la branche armée du Hamas a déclaré dans un message vidéo que la puissance des missiles du groupe de résistance palestinien serait imprévisible pour le régime sioniste dans les batailles à venir.

Ces remarques sont intervenues en réponse à la récente décision israélienne d'organiser la « Marche du drapeau » à Qods dimanche prochain en dépit des avertissements de la Résistance palestinienne.

Un bataillon pour conquérir Jénine?!

Un bataillon pour conquérir Jénine?!

Ces dernières années, après la création de nouvelles équations dans le conflit entre le régime sioniste et les Palestiniens, les aveux des sionistes sur l’effondrement imminent d'Israël se multiplient.

S'il n’y a qu’une chose qui manque complètement à l'esprit collectif en Israël, c'est la vision à long terme. Israël n’a pas un regard sur l’avenir, pas même d'une demi-génération.

Selon le rapport du journaliste israélien, Gideon Levy, publié sur le site Web Middle East Eye, les Israéliens estiment qu'il est impossible de parler de l'avenir d'Israël à long terme, et c'est pourquoi ils s’efforcent d’obtenir un deuxième passeport pour avoir n'importe quelle autre nationalité ! Qu’elle soit portugaise ou lituanienne.

« Il n'y a pas un seul Israélien, pas un seul, qui sache où va l’avenir d’Israël. À quoi ressemblera la situation en Israël dans 20 ans ? Les Israéliens ne peuvent même pas décrire ce que pourraient arriver dans 10 ans ».

L’analyste poursuit en disant que l'essentiel est d'avoir une option au-delà d'un passeport israélien, comme si un passeport israélien était une sorte de permis temporaire approchant de sa date d'expiration, comme s'il n'était pas possible de continuer à le renouveler indéfiniment. 

Tout cela suggère que l'habitude des Israéliens de se cacher la tête dans le sable lorsqu’il s’agit de l'avenir d’Israël masque une peur profonde, et peut-être très réaliste, de ce que l'avenir pourrait leur réserver. 

La seule issue à cette impasse déprimante est de créer un nouveau discours, un discours sur les droits et de l'égalité, mais l'idée est, menaçante et extrêmement douloureuse pour les Israéliens, car cela nécessite l'élimination du sionisme et le déni de la souveraineté juive.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/05/27/682860/Jenine-Israel-Palestine-attaque-Cisjordanie

Dans PALESTINE

NOS GOUVERNEMENTS, COMPLICES DES CRIMES EN PALESTINE

Par Le 28/05/2022

27 mai 2022

Nos gouvernements, complices des crimes en Palestine

Daniel VANHOVE

On a beau vivre dans un monde inondé d’images, toujours plus envahissantes tant dans la sphère publique que privée – photos, magazines, cinéma, télés, pubs, clips, selfies,... – il en est certaines qui sont plus difficiles à digérer que d’autres, et qui demandent un certain temps pour y revenir. Tant le choc qu’elles provoquent vous met KO. Ainsi du meurtre de la journaliste Shireen Abu Akleh, puis de l’hommage funéraire que lui a rendu le lendemain la population palestinienne chrétienne comme musulmane.

Les tentatives obséquieuses de certains responsables politico-médiatiques insinuant le doute d’une balle perdue tirée par la résistance palestinienne ajoute encore à l’abjection du geste et du régime qui l’autorise, quand la localisation par GPS ne laisse aucun doute et permet d’établir l’impossibilité d’une telle hypothèse. Et pourtant, les autorités israéliennes persistent à refuser toute enquête extérieure sur les faits. Ce qui peut laisser penser à la responsabilité de hauts placés à protéger dans la sinistre hiérarchie de ce régime d’assassins dont on sait qu’il s’évertue par tous les moyens à taire et cacher ses crimes.

Comme si cela n’avait pas suffi, il a fallu ensuite assister à la barbarie de la soldatesque israélienne s’en prenant au cortège funèbre qui avec dignité et sans rendre les coups portait le cercueil de la victime jusqu’à sa dernière demeure. Ce que ce régime à bout de souffle – ainsi de ceux qui le soutiennent – ne comprend pas, c’est que de telles images sont finalement bien plus mortelles pour lui que n’importe quel missile qui lui serait destiné. Et referment la tombe sur cette sinistre colonie où se réfugient tous les demeurés qui y revendiquent leur lieu de vie au nom d’une judéité plus qu’ambiguë, sans voir que ce pourrait bien être leur lieu de mort.

Suivre les sites alternatifs et locaux d’informations – parce que les merdias habituels et leurs journaleux de service se gardent bien d’en parler – pour avoir des éléments fiables sur ce qui se passe en Palestine occupée finirait presque par habituer le citoyen aux horreurs devenues quotidiennes sous l’étendard de ce régime colonial présenté comme ‘’la seule démocratie de la région’’. Mais en tant qu’êtres humains nous ne pouvons en aucun cas tomber dans ce piège d’être blasés et blindés par l’insoutenable. Les images qui nous arrivent de ce territoire exigu et les drames qui s’y déroulent ne peuvent jamais nous trouver hermétiques à ce qu’elles véhiculent. Nous devons en priorité garder le sens de la justice et préserver notre humanité, notre esprit de compassion, d’empathie et de solidarité qui fait de ces opprimés palestiniens, des frères et des sœurs auxquels nous avons le devoir de solidarité.

L’on ne peut passer en revue toute l’horreur des crimes quotidiens de ce régime qui se manifeste à tous les niveaux. L’horreur des blessures infligées volontairement à la jeunesse palestinienne pour l’handicaper à vie ; celle des maisons détruites à coup de bulldozers et leurs habitants jetés à la rue ; celle des check-points où s’entassent les travailleurs en pleine nuit pour tenter d’arracher à l’aube quelque boulot leur permettant d’assurer le minimum vital pour la famille ; celle du déracinement d’oliviers parfois centenaires par des colons tarés à peine arrivés ; celle de ces tentes misérables démantelées pour la énième fois où vaille que vaille survivent quelques familles bédouines ; ou encore celle du camp concentrationnaire qu’est devenue la bande de Gaza maintenue sous un blocus féroce depuis près de 15 ans, etc. Toutes, insupportables, sans même aborder celle des dommages psychologiques sur plusieurs générations que cette barbarie provoque. Mais l’assassinat de la journaliste Shireen Abu Akleh – s’ajoutant à celui d’autres journalistes systématiquement ‘’liquidés’’ – aux abords du camp de réfugiés de Jenin, filmé en direct par la résistance palestinienne ne laisse plus aucune doute. Ce crime délibéré s’ajoute à ceux qui pavent l’enfer de ce que vivent les Palestiniens depuis la Nakba de 1947 et qui ne s’est jamais arrêtée. Et devra s’ajouter à ceux du dossier instruit à la CPI.

Comment nos Etats, claironnant à tous vents leurs critères indépassables en termes de ‘’droits humains’’, peuvent-ils accorder une telle impunité aux responsables de ces atrocités incessantes et espérer rester crédibles ?! C’est précisément à cause de cet octroi d’impunité que ce régime se permet tout, perpétue ses crimes et s’enfonce dans l’innommable. Au point qu’il y a quelques jours, une délégation officielle de l’UE a voulu se rendre en Palestine pour enquêter sur le crime de Shireen Abu Akleh, mais s’en est vue refuser l’accès. Voilà la réponse cinglante des autorités de ce régime à la lâcheté de nos responsables politiques. Celle-ci est une courroie de transmission directe aux exactions que pratiquent ce régime, ses colons racistes fanatisés et ses forces armées d’occupation.

Il faut d’ailleurs souligner que cette colonie qui prétend à l’appellation ‘’d’État’’ n’en est pas un. Et vu les lois et les règles qui y sont appliquées sur une partie de sa population, l’ajout ‘’démocratique’’ est un comble d’hypocrisie, tout autant immérité. Tous les citoyens qui utilisent encore cette qualification ‘’d’Etat’’ devraient intégrer cet élément. ‘’Israël’’ doit être assimilé et qualifié pour ce qu’il est : un régime colonial d’apartheid nourri de racisme et d’idéologie fasciste, comme l’est toute idéologie coloniale. Il ne mérite en aucun cas l’appellation ‘’d’État’’. Et tous ceux qui se revendiquent d’une vraie ‘’démocratie’’ savent et connaissent le sort qui doit être réservé à de tels régimes : l’abolition, tel que ce le fut en Afrique du Sud.

Si l’écrasante majorité des citoyens du régime colonial d’apartheid israélien s’est habitué à ce que ses forces armées traitent les Palestiniens de la sorte, c’est en grande partie à cause de son aveuglement obtus à l’idéologie sioniste et au laisser-faire occidental. Raison de plus pour laquelle l’amalgame entre anti-sionisme et anti-sémitisme de certains doit être refusé. Et si nombre de nos responsables politico-médiatiques y souscrivent c’est pour tenter de se départir de leur écrasante responsabilité dans les crimes que l’on voit se perpétuer contre les Palestiniens depuis des décennies... et que ceux-là autorisent sans la moindre mesure ou sanction à la hauteur des forfaits, se bornant à leurs habituelles ‘’inquiétudes’’ ou ‘’leurs vives préoccupations’’ et toutes sortes de formules hypocrites du même style qui ne dupent plus personne. Le sionisme présente, avec parfois ses nuances de gris, tous les signes d’une pathologie, le racisme, et par leur manque de courage et de probité nos gouvernements entretiennent la maladie.

Ainsi, faut-il également répéter à ceux qui envers et contre tout soutiennent ce qu’ils nomment le ‘’peuple élu’’ que le terme même de ‘’peuple’’ est inadéquat : il n’y a pas plus de ‘’peuple’’ juif que de ‘’peuple’’ musulman ou de ‘’peuple’’ chrétien. C’est-là encore une tentative sournoise pour récupérer la chose politique par le biais religieux. Et quand ils en rajoutent et en encensent l’intelligence, ils devraient surtout comprendre qu’il s’agirait plutôt d’un ‘’peuple maudit’’. Parce que s’il était aussi intelligent que ceux-là le prétendent dans leur essentialisme primaire, ce ‘’peuple’’ aurait compris depuis longtemps qu’il creusait activement sa propre tombe. Autre raison pour laquelle le sionisme est bien l’ennemi du judaïsme traditionnel qui ne s’y reconnaît pas.

En réalité, derrière leur fidélité de façade, les pro-sionistes de chez nous n’ont toujours pas réglé leur problème raciste vis-à-vis des juifs et voudraient se montrer plus juifs que les premiers intéressés. Ils sont en réalité l’un des dangers majeurs pour eux. Alimentés par cette funeste idéologie qui leur rappelle régulièrement leurs crimes sous l’occupation nazie, et voulant ainsi prouver leurs regrets éternels pour le mal causé, ceux-là veulent arrimer la colonie et la faire appartenir à l’Occident par l’entremise de tout ce qui leur tombe sous la main, invitant cet odieux régime à participer ‘’quoi qu’il en coûte’’ (mais sur le dos des Palestiniens) aux manifestations européennes culturelles, artistiques, sportives et autres. Ainsi, entretiennent-ils le mythe, nourrissent-ils l’illusion de se racheter.

Cet abject régime colonial et les images d’horreur qu’il véhicule est pourtant condamné à disparaître. Et les Palestiniens le rappellent de manière brûlante, chaque jour. Ce régime est une horreur. A vrai dire, il est l’horreur incarnée. Et puisque nos responsables le laissent non seulement se développer mais s’en rendent complices, les Palestiniens lui régleront son compte. N’en doutez jamais !

24 mai 2022

URL de cet article 38037

Dans PALESTINE

LA PALESTINE DENONCE LA MARCHE DE L’EXTREME-DROITE ISRAELIENNE A JERUSALEM-EST

Par Le 22/05/2022

22 Mai 2022

La Palestine dénonce la marche de l'extrême droite israélienne à Jérusalem-Est

Ramallah, 22 mai (Prensa Latina) Le gouvernement palestinien a critiqué aujourd'hui une marche prévue par la droite et les colons israéliens à Jérusalem-Est, occupée depuis 1967, affirmant qu'elle fait partie d'une stratégie visant à judaïser ce secteur de la ville.
22 mai 2022
CDT06:27 (GMT) -0400
La démonstration médiatique et les campagnes d'incitation qui l'accompagnent font partie intégrante des projets et des plans de l'occupation, a dénoncé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

L'objectif est de tenter d'imposer la souveraineté israélienne sur l'ensemble de la ville et de consacrer son annexion, ajoute-t-il.

Le ministère des affaires étrangères a déclaré que la "Marche des drapeaux" était "une extension de l'agression israélienne en cours contre notre peuple en général et contre Jérusalem et ses lieux saints en particulier".

Elle a également critiqué les tentatives des autorités israéliennes d'éliminer la présence palestinienne dans la ville.

En réponse, il a blâmé le gouvernement du Premier ministre d'extrême droite Naftali Bennett pour "ses décisions extrémistes et ses activités coloniales".

Il a également mis en garde contre les dangers et les répercussions des campagnes d'incitation chargées de violence, de haine et de racisme.

Le ministre israélien de la sécurité intérieure, Omer Barlev, a approuvé la semaine dernière que la nouvelle marche annuelle traverse certaines parties du quartier musulman de la vieille ville, ce que les Palestiniens considèrent comme une provocation.

La manifestation au cœur de Jérusalem-Est n'est qu'une excuse pour que l'extrême droite mette le feu à la zone et provoque des émeutes dans les rues, a écrit sur Twitter il y a quelques jours le législateur arabo-israélien Ayman Odeh, leader de la Joint List, une alliance de partis arabes et de gauche.

Sa collègue Aida Touma-Sliman a également mis en cause le gouvernement qui "s'obstine à jeter de l'huile sur le feu, à un coût sanglant".

La Marche des Drapeaux est une célébration nationaliste d'incitation et d'incendie, la marche de milliers d'activistes de droite instigués dans les rues de Jérusalem-Est occupée est un doigt dans l'œil de l'ensemble du peuple palestinien, a-t-elle averti.

jha/rob
source : https://www.prensa-latina.cu/2022/05/22/palestina-denuncia-marcha-de-la-derecha-israeli-en-jerusalen-este

Tag(s) : #Palestine#Jerusalem

Dans PALESTINE

SALAH HAMOURI DEPOSE UNE PLAINTE AUPRES DE LA COUR PENALE INTERNATIONALE

Par Le 20/05/2022

Salah Hamouri dépose une plainte auprès de la Cour pénale internationale

 

20 Mai 2022

  

Lundi 16 mai 2022, le Center of constitutional rights de New York et la FIDH ont déposé une plainte auprès du Procureur de la Cour Pénale Internationale (CPI) au nom de Salah Hamouri, avocat franco-palestinien, défenseur des droits humains, actuellement en détention administrative.

Salah Hamouri demande au Procureur de la CPI, M. Karim Khan, d’étendre son enquête sur les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité commis par des responsables israéliens, notamment en ce qui concerne le transfert forcé et l’expulsion des Palestiniens de Jérusalem-Est.

Il décrit dans sa plainte les années de harcèlement et d’abus de la part des autorités israéliennes qui inclus la révocation de sa carte de résident de Jérusalem, la séparation forcée d’avec sa femme et ses enfants, les années d’emprisonnement, la surveillance de son téléphone par le logiciel espion Pegasus et la menace actuelle de sa déportation forcée suite au retrait de sa carte de résident de Jérusalem.

Depuis sa prison, Salah a déclaré à ses avocats : “Aujourd’hui, je me trouve vraiment au carrefour le plus difficile de ma vie, de la blessure à la détention, l’exil, la détention sans inculpation et plus encore. L’occupation ne s’arrête pas à nous tuer, nous détenir et nous déplacer. Elle persécute nos rêves et les assassine. L’incertitude et le destin inconnu, au cas où je serais libéré, sont une tornade de pensées qui me poursuivent quotidiennement et me terrassent moralement et psychologiquement.”

La plainte pour « crimes de guerre et contre l’humanité » est renforcée dans son bien-fondé car Salah démontre que sa situation est à replacer dans un contexte plus général. Celui des sanctions et des persécutions endurées quotidiennement par les Palestiniens de Jérusalem-Est : transferts forcés et expulsions, démolitions de maisons, restrictions de mouvement, séparations familiales, arrestations arbitraires, déportations, violences de l’armée et des colons…

Pour rappel, la précédente Procureure de la CPI, Fatou Bensouda avait ouvert une enquête en mars 2021, à propos des crimes commis en Palestine.

Sahar Francis, directrice de l’ONG Addameer, au sein de laquelle Salah Hamouri travaille, déclare que : “Le cas de Salah instaure un dangereux précédent concernant la révocation des cartes de résidents de Jérusalem par les autorités israéliennes. La longue persécution que Salah subit est un crime de guerre et un crime contre l’humanité d’après le Statut de Rome de la CPI. Il est impératif que la CPI, les autres instances internationales et les États interviennent immédiatement et exigent qu’Israël, en tant que puissance occupante, libère Salah et revienne sur sa décision de révoquer sa résidence.”

 

Publié le 16 mai sur la page FB de soutien à Salah Hamouri

https://www.investigaction.net/fr/salah-hamouri-depose-une-plainte-aupres-de-la-cour-penale-internationale/

Dans PALESTINE

TROIS QUESTIONS A JACQUES-MARIE BOURGET SUR LE MEURTRE DE SHIREEN ABU AKLEH

Par Le 17/05/2022

Trois questions à Jacques-Marie Bourget sur le meurtre de Shireen Abu Akleh

 

17 Mai 2022

  

Le journaliste français Jacques-Marie Bourget a vécu un drame proche de celui de Shireen Abou Akleh, la journaliste tuée la semaine passée et dont même les obsèques n’ont pas été respectées. Par chance, il a survécu mais son combat pour faire reconnaitre ce qu’il s’est passé n’a pas été de tout repos.

Pouvez-vous nous expliquer en quoi votre histoire est proche de celle de Shireen Abou Akleh, journaliste d’Al Jazeera tuée il y a quelques jours?

Dès que j’ai vu les vidéos de l’assassinat de cette consoeur, en écoutant le bruit des détonations, j’ai compris qu’il s’agissait de fusils M16, des fusils utilisés par l’armée israélienne. Je reconnais cette arme-là parce que c’est avec ça que les Israéliens ont voulu me tuer. Je n’ai pas eu le temps d’entendre le bruit parce c’est des balles supersoniques, elles vous touchent avant que vous n’entendiez le coup de la détonation. Tout de suite, au vu des images, j’ai pensé à ce qui m’est arrivé. Moi je n’avais pas de gilet de presse ni de casque parce que j’étais sur la place de Ramallah, tout à fait tranquille, sans histoires. Si j’étais sur cette place avec un gilet et un casque, les Palestiniens m’auraient mis chez les fous parce que ça n’avait pas de sens. Ici, on a une situation plus aiguë, parce qu’il y avait des accrochages à Jehnine. Si on veut que les assurances fonctionnent, pour que les journalistes soient protégés, il faut un casque, un gilet par balles, un équipement idoine.

J’ai tout de suite su qu’il s’agissait d’une opération similaire à celle dont j’ai été victime, c’est-à-dire, un tir de sniper, un tir de précision. Et dans ce cas-là, ils ont été obligés d’être encore plus précis parce qu’à partir du moment où elle avait un gilet par balle et un casque, la seule partie où ils pouvaient l’atteindre, c’était la tête. Ce n’est pas un hasard, elle a été visée et éliminée. C’est mon intime conviction, il y avait une volonté délibérée de la faire disparaitre.

De mon côté, j’ai été visé et descendu sur une place publique de Ramallah, alors qu’on était parfaitement tranquilles. Avec des amis, nous avons mené l’enquête par après, et nous avons appris qu’un tireur était posté au City Inn Hotel de Ramallah, qui était occupé par l’état-major israélien. Ce tireur m’a ajusté et mis une balle dans le poumon juste au-dessus du coeur. Similitude il y a : journaliste, tir de précision. Psychologiquement, je sais ce que ça signifie. Moi j’étais convaincu que j’allais mettre un sparadrap et que j’allais guérir. Ça semble tellement exorbitant qu’on puisse tirer sur un journaliste qu’on a du mal à y croire. On a un sentiment d’injustice, c’est l’incompréhension, le chaos.

L’autre similitude, c’est le storytelling israélien: ils regrettent cet incident, ils vont faire une enquête approfondie, il ne faut pas accuser sans preuve. Ils vont dire: « ce sont les Palestiniens parce que nous, on ne fait jamais ça. » On gagne du temps et le temps de la soi-disant enquête, il n’y a pas d’enquête, on met la poussière sous le tapis. On oublie tout et on passe au suivant. C’est absolument cynique!

Pour preuve, dans mon cas, les Israéliens ont refusé toute collaboration avec la justice française. Ils ont même refusé de me soigner. Les Palestiniens ont dit: « on a un journaliste français qui doit être soigné ». Les Palestiniens sont habitués de la chirurgie de guerre, mais les Israéliens sont mieux équipés au niveau du matériel. Ils ont refusé, ils voulaient que je crève. Cette grande démocratie a refusé de soigner un journaliste qui était en train de mourir. Mais c’est logique, s’ils m’ont tiré dessus, ce n’est pas pour me soigner après.

Autre similitude, moi je pense que cette consoeur était sur écoute téléphonique. Avec le système Pegasus, système israélien, il n’est pas impossible qu’elle ait été pistée, voire attendue. Vous allez dire que je fais du roman policier, mais c’est ce qui s’est passé pour moi. On a mis un émetteur GPS sous ma voiture, ce qui permettait de me suivre pas à pas pour savoir où j’étais. Ça fait partie des hypothèses selon moi: non seulement cette consoeur s’est pris une balle – disons de manière involontaire – mais en même temps, il y avait la volonté de la faire disparaitre.

Est-ce que l’on atteint un nouveau seuil dans l’impunité du gouvernement israélien?

En ce qui me concerne, en dépit des conventions de coopération judiciaire signées entre la France et Israël en 1958, les Israéliens ont refusé toute coopération. Il y a eu un refus de collaborer avec la justice française.

Au bout de trois ans, il n’y avait toujours aucune nouvelle. Et à ce moment-là, on a dit à mon avocat William Bourdon: « Il y a une enquête, mais elle est secrète. C’est l’armée qui s’est chargée de cette enquête, mais elle est perdue. Et de toute façon, ce sont les Palestiniens ». On m’a pris pour un imbécile et la justice française n’en avait rien à faire, ça leur était égal.

Ici, la situation est un peu plus difficile. La journaliste est citoyenne américaine, ça vaut un peu plus cher que les autres. J’ai noté que les Américains ont fait beaucoup moins de bruit que si elle avait été tuée par des Russes en Ukraine, c’est très clair. Il y a peu de tapage, peu de bruit. Mais c’est tout de même la puissance américaine et ses institutions.

Pour ma part, je ne m’en suis pas vraiment sorti dans la mesure où aujourd’hui encore, je suis handicapé et traumatisé. Mais la balle était restée coincée derrière l’omoplate. Lorsqu’on m’a retiré la balle de cette tentative d’assassinat, on a pu en savoir plus. Je dis bien assassinat parce que c’est le cas, j’ai été victime d’un crime de guerre. Le journaliste est un civil, tirer sur un civil c’est un crime de guerre. Donc j’ai fait retirer cette balle, elle a été analysée. Et les experts en France ont déclaré que cette balle provenait d’une société israélienne qui s’appelle IMI (Israeli Military Industry). Le crime était signé. C’est comme ça que j’ai réussi, non pas à avoir gain de cause en Israël, mais au moins en France. La justice a écrit noir sur blanc « Monsieur Bourget a été victime d’un tir israélien ». Pour moi c’était une victoire, mais il a fallu attendre vingt ans!

Dès le lendemain de la mort de Shireen Abou Akleh, on a pu entendre Israël clamer dans les médias que les Palestiniens étaient responsables. Pensez-vous qu’une enquête permettra d’établir la vérité?

Les médias, ce sont les relais du mensonge, on dit automatiquement que c’est des Palestiniens. Dans le monde entier, il y en a qui vont dire: « Attendons n’allons pas trop vite, attendons le résultat de l’enquête ». Finalement on étouffe le crime, on l’oublie.

Le fait d’avoir trouvé un projectile dans la tête de notre malheureuse consoeur, c’est un peu fâcheux pour les Israéliens. Les Palestiniens ont eu raison de ne pas confier le projectile aux Israéliens, on ne peut leur faire aucune confiance. Je suis très pessimiste pour l’enquête qui certes, peut conduire à une vérité, et je pense que l’analyse de la munition est très importante. Mais c’est tout, il n’y aura pas de condamnation. Le fusil qui a tiré cette balle est déjà broyé. Depuis vingt ans, il y a 46 journalistes qui ont été tués par des Israéliens et jamais une enquête n’a abouti!

 

Source: Investig’Action

https://www.investigaction.net/fr/trois-questions-a-jacques-marie-bourget-sur-le-meurtre-de-shireen-abou-akleh/

Dans PALESTINE

JACQUES-MARIE BOURGET : IL EST SCIENTIFIQUEMENT PROUVE QU'UNE BALLE DANS LA TETE FAIT TAIRE UNE JOURNALISTE

Par Le 15/05/2022

15 mai 2022

J’ai jadis croisé ma consoeur Shireen Abu Akleh à Ramallah, à Gaza, à Jérusalem...

Il est scientifiquement prouvé qu’une balle dans la tête fait taire une journaliste

Jacques-Marie BOURGET

Cinquante six journalistes assassinés en Palestine depuis 20 ans . Pas très grave puisque l'important demeure : les balles qui tuent ces femmes et ces hommes sont tirées par des démocrates. L'état sioniste est bien sûr coupable puisqu' un feu vert éclatant et permanent est donné à toutes les exactions et atteintes au droit de l'homme. La mort de Shireen, la journaliste Palestinienne, est "un crime de guerre" ! Et alors, la traduction de Tsahal n'est elle pas "Armée de Défense". Tout crime israélien est légitime.

Aujourd’hui ces vidéos implacables qui nous déroulent à volonté la bobine de la vie nous permettent aussi, quand le drame tend sa toile, de voir la mort en face. En regardant les images de ma magnifique consœur Shireen Abu Akleh, prise dans une rafale de tirs, j’ai revécu ma propre mort, ou presque mort. En effet puisque le 21 octobre 2000 à Ramallah, j’ai été ainsi pris, comme elle, dans la mire d’un tireur « d’élite » israélien. Qui m’a visé au cœur. Hasard de l’histoire, le criminel de guerre -puisqu’il s’agit de cela selon la Convention de Genève- n’a pas touché ce qu’il voulait détruire ; tirant juste quelque centimètres trop haut. Grâce à cette association du hasard et du formidable talent des chirurgiens Palestiniens j’ai survécu.

Soyons clairs, la victime est bien Shireen et non moi qui suis encore là. Ecrire ces lignes ce n’est qu’une façon d’être solidaire par le témoignage. D’expérience, je peux décrire les secondes horrifiantes qui furent, pour Shireen, les dernières de sa vie. Vous êtes journaliste, vous êtes là sans armes, non pour faire la guerre mais pour rendre compte, permettre au monde de voir l’invisible. Puis c’est l’ahurissement, l’incompréhensible de la blessure, le passage dans un autre monde. Une reporter de la qualité de Shireen avait assez d’expérience pour ne pas se mettre volontairement sous le feu. Si elle est tombée ce n’est pas le hasard d’une malchance, c’est qu’un barbare a décidé, en lui ôtant la vie, de commettre un crime de guerre. Selon la loi un attentat terroriste dont il se moque puisqu’il sait en appuyant sur la détente qu’il sera impuni.

J’ai jadis croisé la jeune femme à Ramallah, à Gaza, à Jérusalem, dans le patio de l’hôtel « American Colony » qui fût le palais de Lawrence d’Arabie. Elle était intimement journaliste et Palestinienne, mais aussi Palestinienne et journaliste. Comme Paul Nizan (mort lui aussi sous des balles) était marxiste et Français. Ceux qui oseront aujourd’hui nous dire que ses écrits étaient militants sont des lâches, ils étaient simplement justes. Courageuse dans ses récits, courageuse sur le terrain, elle gardait toujours le sens de l’accueil, toujours prête à aider l’autre. Plus qu’une femme, c’est un exemple qui a été assassiné.

J’en reviens à l’expérience de la mort. Et je tiens aussi à demander pardon à ces Palestiniens « anonymes » qui, chaque jour ou presque, tombent sous des tirs israéliens. De ceux-là, la presse occidentale parle peu et ils apparaissent rarement sur les écrans. Ils ne sont rien qu’un nombre qui vient s’ajouter au chiffre des morts comptabilisés tous les mois, tous les ans... Et le monde, les yeux clos, se moque de ce cortège. Par sa mort Shireen ressuscite aussi la mémoire de toutes ces victimes tombées sans faire de bruit.

Très gravement blessé, laissé sur le pavé par les démocrates israéliens indifférents qui ont refusé de me porter secours, je connais le refrain repris aujourd’hui par les « autorités » israéliennes : « ce sont les palestiniens qui ont tiré ». Les mensonges du « story telling » sont tenus en réserve, prêts à être servis à chaud. Ce déni permet à tous les aveugles de la planète, si épris de vérité, mais qui là ne veulent rien savoir, d’être les relayeurs d’une insupportable prudence « ne nous emballons pas, attendons les preuves ». Des preuves qui ne viendront jamais, ou trop tard, le drame étant effacé des mémoires occidentales.

Vient ensuite le bobard, celui de « l’enquête impartiale ». Qui bien sûr, ne peut être crédible qu’exécutée par les « experts » israéliens. Personnellement après ma blessure, on m’a servi ce mensonge, celui d’une « armée qui se livrait à une investigation ». C’est faux et cette illusion, ce leurre sont ignobles : des pelles qui jettent la terre de l’enterrement. A force de me battre, avec l’aide de l’avocat William Bourdon et de quelques juges français, j’ai fini par apprendre officiellement d’Israël : « que mon cas avait été étudié, mais que le rapport militaire était secret. Comble du mépris, mes assassins osaient ajouter que ce compte rendu officiel avait été « perdu » mais, que de toutes façons, le tir qui m’a traversé le corps était le fait « des palestiniens » !

Après 20 années de combat la justice française a reconnu que j’avais bien été « victime d’une tentative d’assassinat de la part d’Israël » (un crime de guerre). Mais d’où les magistrats français tiennent-ils cette certitude ? A une mince ogive de métal retirée de mon omoplate. Analysée par des experts la munition est bien une balle de M16 fabriquée par IMI, l’industrie d’armement israélienne. Faute d’être puni, le coupable est connu.

Même si les amateurs du port de parapluie par beau temps affirment les lèvres serrées que « comparaison ne vaut pas raison », intimement je sais tout de la mort de Shireen et que seul le hasard a voulu que je respire encore. Mon témoignage entend aller, en bouclier, au devant des mensonges officiels et donner un peu d’espoir à ceux qui aimaient Shireen. L’étude balistique, dans la zone où notre consœur a été tuée, et celle d’un projectile -s’il est retrouvé- peuvent encore dénoncer un coupable. Un jour il sera puni, lui et ceux qui lui sont solidaires, ses enfants peut-être, punis par trop de honte et d’injustice accumulées. Ainsi, je recommande à ceux qui ne sont pas indignés, de visionner les images tournées au moment où le corps de Shireen est retiré de la morgue de l’hôpital de Jérusalem.

On voit alors un peloton de policiers israéliens lancer l’assaut contre un cercueil,
comme si ces non-humains souhaitaient la deuxième mort d’une journaliste trop indomptable. L’Accumulation d’une barbarie à visage humain, suicidaire pour Israël, feront un jour sauter le manteau de plomb qui veut étouffer la Palestine.

Jacques-Marie BOURGET
Pour Le Grand Soir.

URL de cet article 38015

  

Dans PALESTINE

PALESTINE : LE HAMAS APPELLE A UN COMMANDEMENT UNIFIE CONTRE "ISRAËL"

Par Le 14/05/2022

Le Hamas appelle à un commandement unifié contre «Israël»

Le Hamas appelle à un commandement unifié contre «Israël»

folder_openPalestine access_timedepuis 10 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec sites web

Ismail Haniyeh, chef du bureau politique du mouvement de résistance palestinienne Hamas, a appelé à un commandement unifié pour mener la lutte contre «Israël».

S’exprimant deux jours après le meurtre brutal de la journaliste d’Al Jazeea, Shireen Abu Akleh par «Israël», M. Haniyeh a déclaré que la lutte de libération palestinienne traverse une «nouvelle étape», qui exige l'adoption de «décisions incisives et stratégiques».

Il a déclaré que le commandement unifié sera chargé de diriger la résistance contre le régime d'apartheid.

«La formation du front unifié est indispensable à la lumière de la bestialité du régime, qui s'est manifestée dans l'assassinat de la fille de la Palestine», a déclaré M. Haniyeh, faisant référence à Abu Akleh.

https://french.alahednews.com.lb/44111/308

palestine israel hamas ismail haniyeh

Dans PALESTINE

LE CONSEIL DE SECURITE DE L'ONU CONDAMNE FERMEMENT ET A L'UNANIMITE LE MEURTRE DE LA JOURNALISTE ABOU AKLEH

Par Le 14/05/2022

Le Conseil de sécurité de l’ONU condamne fermement et à l’unanimité le meurtre de la journaliste Abou Akleh

Le Conseil de sécurité de l’ONU condamne fermement et à l’unanimité le meurtre de la journaliste Abou Akleh

folder_openPalestine access_timedepuis 7 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec agences

Le Conseil de sécurité de l’ONU a «fermement condamné le meurtre le 11 mai de la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh et la blessure d’un autre journaliste dans la ville cisjordanienne de Jénine», dans une déclaration unanime adoptée ce vendredi 13 mai, selon des diplomates. Initiée par les Etats-Unis, cette très rare position unanime du Conseil de sécurité sur un sujet concernant «Israël» réclame aussi «une enquête immédiate, approfondie, transparente et impartiale» sur ce meurtre. Elle souligne «la nécessité de garantir une mise en responsabilité» de son ou ses auteurs, selon le texte obtenu par l’Agence France-Presse. Selon des diplomates s’exprimant sous anonymat, les négociations pour aboutir à l’approbation du texte ont été particulièrement «ardues».

Le texte adopté se borne à rappeler que «les journalistes devraient être protégés en tant que civils». Il n’évoque pas les attaques vendredi par des policiers israéliens et contre les Palestiniens lors des funérailles de la journaliste. Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, s’en est chargé. Il s’est dit «profondément troublé» par le comportement «de certains policiers» israéliens, a rapporté vendredi un porte-parole de l’institution.

Du côté de Washington, «nous avons été profondément troublés de voir les images de l’intrusion de la police israélienne au sein du cortège funéraire» de la journaliste, a dit le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken dans un communiqué.

Irruption dans l’enceinte de l’hôpital

Les forces d’occupation israéliennes ont attaqué vendredi les participants aux funérailles de la journaliste martyre Shireen Abu Akleh dans l'enceinte d'un hôpital à Al-Qods, à la sortie du cercueil de la martyre, tuée mercredi en Cisjordanie. Son cercueil a finalement été transporté vers la Vieille Ville où est célébrée une messe dans une église, avant l'inhumation dans un cimetière à proximité.

La police israélienne a dispersé une foule brandissant des drapeaux palestiniens dans l’enceinte de l’hôpital Saint-Joseph à al-Qods à la sortie du cercueil de la journaliste. Des images retransmises par des télévisions locales montrent le cercueil de la reporter de la télévision du Qatar Al Jazeera manquer de tomber au sol.

Les forces de l’occupation israéliennes ont fait irruption dans l’enceinte de l’hôpital Saint-Joseph à à al-Qods Est, secteur palestinien de la ville occupé et annexé par «Israël». « Si vous n’arrêtez pas ces chants nationalistes, nous devrons vous disperser en utilisant la force et nous empêcherons les funérailles d’avoir lieu », a déclaré dans un mégaphone un policier israélien en direction de la foule, selon une vidéo diffusée par la police.

« L’inhumanité d’Israël s’affiche en grand »

«De brutales forces spéciales israéliennes attaquent le cortège funèbre de Shireen Abou Akleh sortant de l’hôpital Saint-Joseph», a dénoncé sur Twitter Hanane Achraoui, une ancienne ténor de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP). « L’inhumanité d’Israël s’affiche en grand », a-t-elle affirmé.

Le cercueil de Shireen Abu Akleh a finalement été transporté vers la Vieille Ville où est célébrée une messe dans une église, avant l’inhumation dans un cimetière à proximité.

Le décès de cette reporter, icône du journalisme palestinien, a suscité une vague d’émotion dans les Territoires palestiniens, dans le monde arabe où ses reportages ont été suivis pendant plus de deux décennies, en Europe et aux Etats-Unis.

Agée de 51 ans et ayant aussi la nationalité américaine, la journaliste a été tuée d’une balle dans la tête alors qu’elle couvrait une offensive israélienne dans le camp de réfugiés palestiniens de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, territoire palestinien occupé par «Israël».

https://french.alahednews.com.lb/44117/308

palestine al qods journaliste martyr palestinien attaques israeliennes occupation

Dans PALESTINE

JACQUES-MARIE BOURGET : SHIREEN POUR LA RAISON

Par Le 14/05/2022

Shireen pour La Raison

 

13 Mai 2022

  

Nous publions ce témoignage de Jacques-Marie Bourget, qui a écrit ces lignes suite au drame de la mort d’une journaliste de plus, Shireen Abu Akleh. La journaliste d’Al Jazeera dont les obsèques ont été troublées par des violences de la police israélienne a été tuée mercredi 11 mai à Jénine. Jacques-Marie Bourget a lui-même été blessé par une balle de l’armée israélienne il y a près de vingt ans (IGA). 

Aujourd’hui ces vidéos implacables qui nous déroulent à volonté la bobine de la vie nous permettent aussi, quand le drame tend sa toile, de voir la mort en face. En regardant les images de ma magnifique consœur Shireen Abu Akleh, prise dans une rafale de tirs, j’ai revécu ma propre mort, ou presque mort. En effet puisque le 21 octobre 2000 à Ramallah, j’ai été ainsi pris, comme elle, dans la mire d’un tireur « d’élite » israélien. Qui m’a visé au cœur. Hasard de l’histoire, le criminel de guerre -puisqu’il s’agit de cela selon la Convention de Genève- n’a pas touché ce qu’il voulait détruire ; tirant juste quelque centimètre trop haut. Grâce à cette association du hasard et du formidable talent des chirurgiens Palestiniens j’ai survécu.

Soyons clairs, la victime est bien Shireen et non moi qui suit encore là. Écrire ces lignes ce n’est qu’une façon d’être solidaire par le témoignage. D’expérience, je peux décrire les secondes horrifiantes qui furent, pour Shireen, les dernières de sa vie. Vous êtes journaliste, vous êtes là sans armes, non pour faire la guerre mais pour rendre compte, permettre au monde de voir l’invisible. Puis c’est l’ahurissement, l’incompréhensible de la blessure, le passage dans un autre monde. Une reporter de la qualité de Shireen avait assez d’expérience pour ne pas se mettre volontairement sous le feu. Si elle est tombée ce n’est pas le hasard d’une malchance, c’est qu’un barbare a décidé, en lui ôtant la vie, de commettre un crime de guerre. Selon la loi un attentat terroriste dont il se moque puisqu’il sait en appuyant sur la détente qu’il sera impuni.

J’ai jadis croisé la jeune femme à Ramallah, à Gaza, à Jérusalem, dans le patio de l’hôtel « American Colony » qui fût le palais de Lawrence d’Arabie. Elle était intimement journaliste et Palestinienne, mais aussi Palestinienne et journaliste. Comme Paul Nizan (mort lui aussi sous des balles) était marxiste et Français. Ceux qui oseront aujourd’hui nous dire que ses écrits étaient militants sont des lâches, ils étaient simplement justes. Courageuses dans ses récits, courageuse sur le terrain, elle gardait toujours le sens de l’accueil, toujours prêt à aider l’autre. Plus qu’une femme, c’est un exemple qui a été assassiné.

J’en reviens à l’expérience de la mort Et je tiens aussi à demander pardon à ces Palestiniens « anonymes » qui, chaque jour ou presque, tombent sous des tirs israéliens. De ceux-là, la presse occidentale parle peu et ils apparaissent rarement sur les écrans. Ils ne sont rien qu’un nombre qui vient s’ajouter au chiffre des morts comptabilisés tous les mois, tous les ans… Et le monde, les yeux clos, se moque de ce cortège. Par sa mort Shireen ressuscite aussi la mémoire de toutes ces victimes tombées sans faire de bruit.

Très gravement blessé, laissé sur le pavé par les démocrates israéliens indifférents qui ont refusé de me porter secours, je connais le refrain repris aujourd’hui par les « autorités » israéliennes : « ce sont les palestiniens qui ont tiré ». Les mensonges du « story telling » sont tenus en réserve, prêts à être servis à chaud. Cet déni permet à tous les aveugles de la planète, si épris de vérité mais là ne veulent rien savoir, d’être les relayeurs d’une insupportable prudence « ne nous emballons pas, attendons les preuves ». Des preuves qui ne viendront jamais, ou trop tard, le drame étant effacé des mémoires occidentales.
Vient ensuite le bobard, celui de « l’enquête impartiale ». Qui bien sûr, ne peut être crédible qu’exécutée par les « experts » israéliens. Personnellement après ma blessure, on m’a servi ce mensonge, celui d’une « armée qui se livrait à une investigation ». C’est faux et cette illusion, ce leurre sont ignobles : les pelles qui jettent la terre de l’enterrement. A force de me battre, avec l’aide de l’avocat William Bourdon et de quelques juges français, j’ai fini par apprendre officiellement d’Israël : « que mon cas avait été étudié, mais que le rapport militaire était secret. Comble du mépris, mes assassins osaient ajouter que ce compte rendu officiel avait été « perdu » mais, que de toutes façons, le tir qui m’a traversé le corps était le fait « des palestiniens » !

Si, après 20 années de combat la justice française a reconnu que j’avais bien été « victime d’une tentative d’assassinat de la part d’Israël » (un crime de guerre). Mais d’où les magistrats français tiennent-ils cette certitude ? A une mince ogive de métal retirée de mon omoplate. Analysée par des experts la munition est bien une balle de M16 fabriquée par IMI, l’industrie d’armement israélienne. Faute d’être puni, le coupable est connu.

Même si les amateurs du port de parapluie par beau temps affirment les lèvres serrées que « comparaison ne vaut pas raison », intimement je sais tout de la mort de Shireen et que seul le hasard a voulu que je respire encore. Mon témoignage entend aller, en bouclier, au devant des mensonges officiels et donner un peu d’espoir à ceux qui aimaient Shireen. L’étude balistique, dans la zone où notre consœur a été tuée, et celle d’un projectile -s’il est retrouvé- peuvent encore dénoncer un coupable. Un jour il sera puni, lui et ceux qui lui sont solidaires, ses enfants peut-être, punis par trop de honte et d’injustice accumulées. Ainsi, je recommande à ceux qui ne sont pas indignés, de visionner les images tournées au moment où le corps de Shireen est retiré de la morgue de l’hôpital de Jérusalem. On voit alors un peloton de policiers israéliens lancer l’assaut contre un cercueil, comme si ces non-humains souhaitaient la deuxième mort d’une journaliste trop indomptable. L’Accumulation d’une barbarie à visage humain, suicidaire pour Israël, feront un jour sauter le manteau de plomb qui veut étouffer la Palestine.

https://www.investigaction.net/fr/130736/

Dans PALESTINE

CAMP DE REFUGIES DE JENINE : UN OFFICIER SIONISTE ABATTU ET CINQ AUTRES GRAVEMENT BLESSES

Par Le 13/05/2022

L'assaut de l'armée sioniste contre Jénine fait flop...

Friday, 13 May 2022 4:48 PM  [ Last Update: Friday, 13 May 2022 5:42 PM ]

 30 

Les combattants de Saraya al-Qods, la branche militaire du mouvement du Jihad islamique. ©Tasnim

Depuis lundi, l'entité sioniste prêche au monde entier un exercice à grande échelle destiné à préparer le régime à faire face à une guerre multifrontale et multidimensionnelle. Après des semaines d'hésitation, des centaines de soldats des forces spéciales sionistes ont pris d'assaut vendredi Jénine, un camp du nord de la Cisjordanie qui s'est littéralement transformé en quartier général d'opérations spéciales contre Israël, puisqu'il a mené par intermittence des attaques antisionistes au cœur d'Israël, sept opérations depuis fin mars, dont la dernière a constitué un véritable exploit dans la mesure où les auteurs ont réussi à percer le mur de séparation et à liquider trois officiers à Elad. Mais ce vendredi, l'armée sioniste peut être sûre : non seulement elle ne peut pas faire face à une guerre multi-fronts, mais elle est désormais incapable d'infiltrer Jénine. Plus tôt, de violents affrontements ont été signalés depuis la base et les combattants palestiniens ont repoussé l'assaut. Mieux encore, ils ont liquidé un officier sioniste ! C'est un officier de l'unité Yamam qui a été tué par les combattants de Jénine. Trois autres officiers sionistes ont été blessés. L'entité a été gravement blessée et a eu du mal à reconnaître la mort du sioniste. Yamam est un escadron de la mort chargé de l'attaque et de la terreur qui a tenté ce matin d'arrêter Mahmoud al-Duba'i. Il a été arrêté avec des roquettes tirées sur sa maison après des heures d'encerclement, mais l'armée a perdu la main : un officier sioniste tué, cinq autres gravement blessés ou peut-être déjà morts... Que s'est-il passé à Jénine ?

Selon des sources d'information, les forces militaires israéliennes ont de nouveau attaqué le camp de réfugiés de Jénine, quelques heures avant les funérailles de la journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh, abattue par les troupes du régime alors qu'elle couvrait l'un des raids de l'armée israélienne dans le camp.

Les troupes israéliennes ont ouvert le feu à balles réelles et tiré des balles en caoutchouc sur de jeunes Palestiniens qui tentaient de leur barrer le passage.

Al-Jazeera rapporte que des militants sionistes ont également encerclé plusieurs maisons du quartier d'al-Hadaf pendant l'attaque.

Task Force palestinienne tonne!

Task Force palestinienne tonne!

Exercice militaire d’Israël : Démonstration de force ou dissimulation des faiblesses du régime sioniste.

"L'armée israélienne n'a pas autorisé les ambulances à entrer dans le camp et a empêché l'équipe de secours d'atteindre le quartier d'al-Hadaf et l'a encerclée", a déclaré une source.

Selon le ministère palestinien de la santé, 13 Palestiniens ont été blessés jusqu'à présent, dont plusieurs dans un état critique.

Les forces d'occupation israéliennes ont ouvert le feu sur une ambulance du camp de Jénine, qui devait transporter les blessés, selon des sources locales.

Les forces ont encerclé la maison de Mahmoud al-Duba'i en présence de snipers israéliens déployés en grand nombre dans les environs.

Israël perd ses

Si le régime sioniste assassine Yahya Sinwar, il sera de nouveau vaincu par la Résistance palestinienne.

Jusqu'à présent, les occupants israéliens ont tiré six obus de mortier sur la maison où al-Duba'i s'était réfugié, et une grande partie de la maison a été incendiée.

Le Centre d'information palestinien a rapporté que le régime sioniste a visé la maison du combattant palestinien Mahmoud al-Duba'i dans le camp de Jénine avec un missile anti-char avant de l'arrêter.

 

Le père du combattant palestinien Mahmoud al-Daba'i a confirmé son arrestation dans le camp de Jénine, affirmant que les occupants israéliens l'avaient arrêté après des heures de siège et des tirs de mortier sur sa maison.

Il y a quelques heures, les médias palestiniens ont rapporté qu'un officier des forces spéciales sionistes avait été grièvement blessé lors du siège de la maison de Mahmoud al-Duba'i dans le camp de Jénine et des affrontements avec les forces de la Résistance palestinienne.

Israël a peur de l'axe de la Résistance!

Israël a peur de l'axe de la Résistance!

Des témoins oculaires ont également déclaré qu'un hélicoptère avait atterri à la périphérie du camp et l'avait emmené à l'hôpital.

"Yamam" est l'une des quatre forces spéciales de la police des frontières du régime sioniste, qui selon les sionistes prétendent être en charge des opérations anti-terroristes.

 

À cet égard, le porte-parole du bataillon de résistance de Jénine a blâmé le régime sioniste pour la vie de Mahmoud al-Duba'i et a ajouté qu'Israël paiera pour son crime contre le combattant palestinien.

Le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) a également déclaré dans un communiqué que le peuple palestinien répondra aux crimes des occupants sionistes, en particulier dans le camp de Jénine, et continuera à combattre l'armée sioniste et les colons dans toutes les parties de la Cisjordanie.

Armée israélienne finito!

Armée israélienne finito!

Les capacités du Hamas se renforcent de jour en jour, admet le quotidien israélien Yediot Aharonot.

Depuis le 22 mars, Israël se trouve dans une situation sécuritaire précaire en raison d'une série d'opérations martyres palestiniennes lancées à Beer Sheva, le régime sioniste cherche donc à renforcer ses mesures de sécurité.

La présence militaire du régime sioniste à l'intérieur de la Cisjordanie occupée a atteint un tel niveau qu'il est devenu courant de voir des soldats israéliens en uniforme militaire dans les villes de Palestine occupée. Tout cela vise à réhabiliter l'image d'Israël aux yeux de l'opinion publique israélienne, en instillant la capacité de l'armée et des institutions de sécurité israéliennes à assurer la sécurité des colons israéliens.

Ainsi, à la lumière du climat actuel d'insécurité pour l'entité sioniste, les responsables israéliens semblent avoir vu dans le 74e anniversaire de l'établissement de ce régime illégitime une grande opportunité d'atteindre cet objectif par le biais de mesures médiatiques destinées à dissimuler les problèmes pour la sécurité israélienne et les conflits internes au sein du cabinet du régime.

La Cisjordanie frappe Israël

La Cisjordanie frappe Israël

Opération du jeudi contre Elad, première démonstration de force de la Cisjordanie

Parmi les événements de cette cérémonie figuraient des défilés militaires, des célébrations en l'honneur des soldats de l'armée israélienne et la mise en valeur de leur soi-disant puissance au niveau diplomatique par de nombreux messages vidéo de félicitations des dirigeants des grands pays du monde et surtout des pays arabes capitulards.

Mais pendant que les Israéliens profitaient d'une cérémonie pleine de messages faussement rassurants de la part des colons israéliens, les deux opérations individuelles de deux jeunes Palestiniens sous les lourdes mesures de sécurité d'Israéliens ont cassé les apparences.

Il était donc naturel qu'Israël cherche à échapper à ce sentiment d'insécurité en exprimant sa haine envers les Palestiniens et en redonnant confiance aux colons, étant donné ce qu'il a appelé le "syndrome de l'opération martyre palestinienne" ces derniers temps. Il reste donc les options limitées suivantes à cette fin.

Compte tenu de la recrudescence des opérations commando palestiniennes contre Israël, qualifiées par ce dernier de "syndrome de l'opération martyre palestinienne", les responsables israéliens n'auraient d'autre choix que de recourir aux trois options suivantes, qui constituent une arme mortelle à double tranchant, pour échapper à ce sentiment d'insécurité et gagner la confiance des colons israéliens.

Israël : le feu se propage...

Israël : le feu se propage...

Comment analyser les failles sécuritaires de l’entité sioniste?

Il n'y a pas de grande figure de la Résistance palestinienne en Cisjordanie qui puisse être assassinée ou arrêtée par Israël pour faire croire à l'opinion publique qu'une grande mesure de sécurité israélienne a été prise.

De plus, si Israël veut attaquer le camp de réfugiés de Jénine et le présenter comme une opération militaire majeure, il ne pourra pas en supporter les conséquences politiques, d'autant plus que cette mesure ne permettra pas d'empêcher les opérations martyres palestiniennes, ceux notamment qui sont individuelles et n'ont pas forcément des liens avec un groupe de résistance particulier.

Si Naftali Bennett veut mener une opération militaire de grande envergure dans les territoires occupés de 1948, il s'engagera dans des complexités opérationnelles qui signifient le renversement du cabinet israélien car les alliés arabes du cabinet ne pourront pas résister aux protestations palestiniennes et seront obligés de battre en retraite.

Bien qu'un éventuel assassinat du chef du Hamas Yahya Sinwar à Gaza soit une réussite importante pour le Premier ministre israélien Naftali Bennett, Israël reconnaît que le coût d'une tentative d'assassinat de n'importe quel chef de la résistance palestinienne est le déclenchement d'une guerre immédiate qui compliquera la situation sécuritaire, sans compter qu'à ce stade, le front intérieur d'Israël ne sera pas en mesure de faire face aux conséquences de cette guerre.

Quatre coups mortels anti Israël ?

Quatre coups mortels anti Israël ?

Pourquoi Israël est définitivement condamné ?

Avec l'escalade de la crise interne et médiatique en Israël, les responsables de la sécurité du régime poussent à l'option d'assassiner les figures de la Résistance palestinienne à Gaza, même au prix du déclenchement d'une autre guerre, car la politique d'isolement de tous les Palestiniens par des mesures économiquement destructrices en Cisjordanie, à Qods et dans les territoires occupés en 1948 a échoué sur divers plans; le désarroi de l'armée sioniste face aux missiles et roquettes palestiniens lors de l'opération Épée de Qods en est un bon exemple.

Par conséquent, certains responsables israéliens estiment que la poursuite de la politique d'endiguement ne profitera pas à Israël et que toute confrontation avec Gaza pendant cette période, surtout avec l'escalade des tensions à la mosquée Al-Aqsa, donnera aux Palestiniens une nouvelle chance de renforcer l'unité de leurs fronts. De plus, cela place Israël dans une position de guerre sur tous les fronts à la fois.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/05/13/682032/J%C3%A9nine---un-officier-sioniste-liquid%C3%A9--

Dans PALESTINE

TROIS QUESTIONS A OLIVIA ZEMOR SUR LES RECENTES VICTOIRES POUR LE MOUVEMENT BDS

Par Le 12/05/2022

Trois questions à Olivia Zemor sur les récentes victoires pour le mouvement BDS

 

12 Mai 2022

  

Malgré les tristes nouvelles venant de Palestine et le manque de réaction de la « Communauté internationale » il nous paraît important de diffuser les bonnes nouvelles qui nous parviennent. Trois questions à Olivia Zemor sur quelques victoires judiciaires pour le mouvement de soutien au peuple palestinien (IGA).

Pouvez-vous nous parler de la victoire judiciaire récente qui a permis d’appuyer quelques arguments du mouvement BDS?

L’association Coordination des appels pour une paix juste au Proche Orient, d’abord relaxé une première fois, qui a été relaxé cette fois-ci en appel par la cour d’appel de Lyon. La société TEVA et trois officines israéliennes, bureau national de vigilance contre l’antisémitisme, mal nommée car développe plutôt l’antisémitisme en France, les deux associations de soutien à la LDJ (William Goldanel) France Israel et Avocats sans Frontières. Ils nous attaquaient parce qu’on affirmaient que acheter des produits de la marque israelienne Teva ça contribue à financer l’armée israélienne. C’est assez amusant parce qu’une diffamation c’est une atteinte à l’honneur donc TEVA considérait que c’était une atteinte à l’honneur de financer l’armée israélienne. Les juges ont considéré tant en première instance qu’en appel, que c’était un fait, qu’il n’y avait pas de diffamation. C’est assez amusant parce qu’il voulaient le beurre et l’argent du beurre. Teva disait « nous on est en France on a rien à voir avec Israel » et en même temps ils ont porté plainte pour discrimination contre la nation d’Israel et comme c’est l’Etat juif on sous entend que c’est forcément antisémite. Là aussi, ils ont été débouté parce que le boycott d’Israel et de ses produits, la Cour Européenne des droits de l’homme a jugé le 11 juin 2020, que c’était totalement légitime que lorsqu’il n’y a ni violence ni propos racistes ça fait partie intégrante d’un débat d’intérêt général. D’ailleurs la France a été condamné à verser 100 000 euros de dommages et intérêts à des militants de Mulhouse qu’elle avait injustement condamné. C’est une action à laquelle nous n’avions pas participé mais organisé par des militants du collectif 69 de Lyon devant la plus grande pharmacie lyonnaise en 2016. Elle s’était très bien passé, ils ont distribué des tracts et proposé aux passants des stickers Merci TEVA à mettre sur les cartes Vital. Le jugement fait remarquer avec une certaine ironie l’attitude de TEVA qui disait que c’était très choquant comme action, que c’était un trouble à l’ordre publique. Pourtant TEVA s’en est aperçu que lorsque ça a été relayé plusieurs jours après sur le site d’EuroPalestine.

Notre ministre français de la justice, Eric Dupond-Moretti, est pas du tout dans les clous sachant qu’il avait demandé à tous les magistrats de condamner les boycotteurs, uniquement des produits israéliens parce que les autres ils peuvent appeler au boycott de ce qu’ils veulent Russie, Iran, Mexique, Chine et j’en passe, il n’y a aucun problème. Donc il a demandé aux magistrats d’entrer en condamnation malgré le jugement de la Cour Européenne des droits de l’homme contre des gens qui appellent au boycott d’Israël et de ses produits, en disant la Cour elle nous a pas vraiment condamné sur le fond mais c’est parce que ce n’était pas assez bien motivé des militants de Mulhouse. Son message était qu’il faut condamner mais motiver mieux. Il n’a même pas osé le publier au bulletin officiel mais ça a du influencer quelques juges parce que tous les juges ne sont pas indépendants comme on l’a vu par le passé.

C’est une victoire qui confirme la légalité du boycott et de l’appel au boycott qui n’est donc ni une provocation ni un incitation à la haine et à la violence, c’est ce qui est écrit dans le jugement. On en est satisfait comme on est très satisfait du jugement du Conseil d’Etat en France il y a quelques jours qui a rejeté les suspensions d’associations pro palestiniennes Collectif Palestine Vaincra et Comité Action Palestine, qui avaient été prononcées par Darmanin en mars dernier. Cette suspension d’association était un référé ce qui signifie qu’un an plus tard la question est réétudiée. Il y a eu des attendus très clairs disant que non il n’y avait pas apologie de terrorisme lorsque l’on publie des communiqués d’associations palestiniennes qu’il s’agisse du FPLP ou autre, que non l’appel au boycott ce n’est pas un délit et qu’il n’y a pas d’incitation à la haine et qu’il faut respecter la liberté d’expression. Le Conseil d’Etat a même rejeté pour six mois la fermeture d’une mosquée décidée par le gouvernement, à Pessac, cette moquée accusée là aussi d’inciter à la haine d’Israel.

C’est une série de victoires importantes. La justice est passée sur ces points là mais on sait que le bras de fer est loin d’être fini. Le lobby israélien en France est payé pour ça, il continue et continuera à mettre des bâtons dans les roues aux militants qui relaient la campagne palestinienne Boycott Désinvestissement Sanction.

On l’a encore vu cette semaine, des militants du MAN (Mouvement pour une alternative Non Violente) de Montpellier ont été par exemple obligés de faire appel en référé d’une décision d’interdire dans cette ville une projection du documentaire d’Amnesty International sur l’apartheid israélien ! Ils avaient demandé une salle pour ce film qui devait se faire en présence du président d’Amnesty. Suite au référé le tribunal administratif a renvoyé vers un tribunal judiciaire. Le lobby israélien en France, ces relais, sont payés pour travailler à influencer le gouvernement, les élus, les médias, tous ceux qui sont appelés à décider ou diffuser de l’information.

Comment expliquez-vous le traitement médiatique tellement différencié entre le boycott d’Israël et Russie et autres?

En fait, ce n’est pas que sur le boycott, tout le monde sait que les médias mainstream sont possédés par des multinationales qui ont souvent des intérêts dans l’armement et donc des intérêts dans l’armement israélien. Par conséquent ils ne traitent pas l’information de manière objective sur de tels sujets, notamment la Palestine où ils ne parlent des Palestiniens que lorsqu’il y a des Israéliens qui sont tués. Hier mercredi 11 mai, avec l’assassinat de la journaliste Palestinienne ils vont être obligés d’en parler mais il y a au moins une cinquantaine de journalistes tués ces dernières années dont pendant les marches du retour, il y a des journalistes palestiniens en détention administrative c’est-à-dire sans procès. Ici elle est connue et c’est al Jazira donc on va en entendre parler mais Israel assassine et qui se plaint du fait qu’Israel assassine. Ce n’est pas qu’au niveau du boycott, les médias ne parlent pas du fait qu’il y a un occupant et un occupé, qu’il y a un camp de concentration à Gaza,… Israel vient d’annoncer qu’ils vont procéder en représailles des attaques contre les colons à des exécutions extrajudiciaires contre les dirigeants de partis Palestiniens à l’étranger. Est-ce que les médias en ont parlé? Pas du tout, on l’a vu que sur les réseaux sociaux mais il s’agit bien d’une annonce publique.

D’une part, il y a des intérêts communs entre les puissances occidentales et Israel et ce pays est la pointe avancée de la théorie sur le choc des civilisations, c’est eux contre nous. Israel c’est aussi le laboratoire d’expérimentations de toutes les armes et toutes les technologies de contrôle et de surveillance des populations. Ces technologies sont testées de manière très poussées sur des êtres humains, les Palestiniens, et sont ensuite revendues à nos gouvernements, quel que soit leur nature.

Ce n’est pas l’éthique qui dirige les décisions des gouvernements et par ricochet des médias, qui sont aux ordres, mais plutôt des intérêts qui font qu’il n’y a pas de réaction face à cela. Bombarder des populations civiles, il n’y a pas qu’Israel qui le fait, bombarder en Afghanistan, en Iran ou en Afrique, on est pas les deniers non plus. Pour nous ce n’est pas très étonnant ce deux poids deux mesures de voir les sanctions prises en quelques jours contre la Russie qui envahissait l’Ukraine alors que dans le cas similaire, sauf que ça dure depuis 74 ans avec Israel, il n’y a pas de réaction ou plutôt il y a un soutien actif à la politique coloniale israélienne.

Le ministre Dupont-Moretti et sa circulaire pour condamner les militants BDS, n’est-ce pas illégal?

C’est effectivement illégal puisque les jugements de la Cour Européenne des Droits de l’Homme prévalent sur la législation nationale et qu’en plus dans la législation nationale française il n’y a aucune loi qui interdit le boycott d’un Etat pour des raisons politiques, pas plus Israel qu’un autre.

On a des choses assez extraordinaires, au dîner du CRIF, le conseil représentatif des institutions juives de France, qui représente Israel en France, le premier ministre au nom du président Macron, a déclaré il y a deux, trois mois en violation du droit international et du droit français que « Jérusalem resterait la capitale éternelle du peuple juif » et il a dit que les propos d’Amnesty sur l’apartheid israélien étaient très condamnables. Donc ce n’est pas qu’un ministre c’est la violation du droit international au plus au sommet de l’Etat.

 

https://www.investigaction.net/fr/trois-questions-a-olivia-zemor-sur-les-recentes-victoires-pour-le-mouvement-bds/

Dans PALESTINE

LE HAMAS EXPOSE LES ARMES QU'IL A UTILISEES PENDANT LA BATAILLE EPEE D'AL-QODS

Par Le 10/05/2022

Le Hamas expose les armes qu’il a utilisées pendant la bataille Épée d’Al-Qods (Vidéo)

 Depuis 2 heures  10 mai 2022

armes_nouvelles

 Article traduit - Moyent-Orient - Palestine

 

Rédaction du site

Les Brigades Ezzeddine al-Qassam, branche armée du Hamas ont exposé dans une vidéo leurs nouveaux armements qui avaient été utilisés pour la première fois l’an dernier, en mai 2021, lors de la bataille Épée d’al-Qods.

Parmi les armes révélées figure le missile baptisé Ayyash 250 k, du nom de l’un des chefs de la résistance de la faction, Yahya Ayyash, celui qu’on appelait « l’ingénieur ». Il a été l’un des premiers à confectionner les engins explosifs qui ont servi pendant les opérations martyres. Il est tombé en martyr à Beit Lahia, dans la bande de Gaza en 1996 lorsque son téléphone piégé a explosé alors qu’il parlait avec son père.

« Ce missile se caractérise par une puissance destructrice plus importante, avec une portée de plus de 250 kilomètres », précise le site des Qassam.
C’est à travers lui que Tel Aviv et d’autres villes éloignées de la bande de Gaza ont été bombardées.

La deuxième arme militaire présentée par les Qassam est un autre missile A120. Le A est l’initiale du nom du commandant martyr Raed al-Attar. Le site indique qu’il « a également un pouvoir destructeur plus élevé, avec une portée de 120 kilomètres ».

Le troisième missile est le SH85, les SH étant les initiales du nom « du commandant martyr Mohammad Abou Shammala. Sa portée s’élève à 85 kilomètres, selon le site.

Ces deux derniers martyrs ont été tués dans un raid en aout 2014, contre une maison dans le quartier Tal Soultane à Rafah, à l’issue d’une offensive israélienne de 51 jours contre la bande de Gaza.

Le premier était membre du Haut-conseil militaire des Qassam, le second du conseil militaire général.

Les Brigades Al-Qassam ont également évoqué des drones-suicides Shehab fabriqués localement, notant qu’ils avaient effectué plusieurs missions, notamment « contre l’usine chimique usurpée de Nir Oz, et la plate-forme gazière au large de Gaza ».

Concernant la dernière arme exposée par le bras armé du Hamas, il s’agit du drone de reconnaissance baptisé Zouari, également fabriqué localement.
Son nom est emprunté à celui du martyr Mohammad al-Zawari, un ingénieur tunisien qui a supervisé la fabrication des drones du Hamas. Il a été tué par le Mossad israélien en 2019 dans sa ville natale Sfax.
Selon le site, ce drone « a effectué des missions de surveillance et de reconnaissance des sites ennemis pendant la bataille de Épée d’Al-Quds ».

La vidéo a également montré des photos d’autres anciennes armes : M75, R160, J80, J90, Sejjil S, Q-12 et Q-20, et le Kornet anti blindés.

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2323884

Dans PALESTINE

LA PALESTINE DEMANDE AU CONSEIL DE SECURITE DE METTRE FIN AUX CRIMES ISRAELIENS

Par Le 05/05/2022

5 Mai 2022

Ramallah, 4 mai (Prensa Latina) Le ministère palestinien des Affaires étrangères a appelé mercredi le Conseil de sécurité des Nations unies à faire pression sur Israël pour qu'il mette fin à sa vague d'attaques dans les territoires occupés.

Le ministère des Affaires étrangères a vilipendé dans un communiqué "la négligence du Conseil de sécurité à l'égard de ses responsabilités et son incapacité à remplir ses obligations" sur cette question.

« Cette insouciance permet les transgressions et les crimes constants du colonialisme ethnocentrique israélien perpétrés contre notre peuple », a déclaré le ministre. 

L'escalade des forces de Tel Aviv confirme les plans de Tel Aviv de perpétuer l'occupation des terres palestiniennes en mettant en œuvre un système d'Apartheid.

À cet égard, le ministère des Affaires étrangères a dénoncé les attaques israéliennes systématiques contre le peuple palestinien et ses lieux saints, notamment la mosquée Al Aqsa à Jérusalem-Est.

Il a également condamné les incursions de colons juifs et la démolition de maisons et de structures palestiniennes.

« Nous imputons ces crimes au gouvernement israélien, dirigé par l’extrémiste Naftali Bennett, a-t-il ajouté ».

jcc/ssa/oda/rob

source : https://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=889078:la-palestine-demande-au-conseil-de-securite-de-mettre-fin-aux-crimes-israeliens&opcion=pl-ver-noticia&catid=29&Itemid=101

Tag(s) : #Palestine

Dans PALESTINE

PALESTINE : LE HEZBOLLAH S'INSTALLE A GAZA !

Par Le 02/05/2022

Les missiles de Sinwar aussi redoutables que ceux de Nasrallah

Monday, 02 May 2022 6:30 PM  [ Last Update: Monday, 02 May 2022 6:30 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Affrontements entre Palestiniens et Israéliens dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa. (Capture d'écran)

Est-ce la voix du Nasrallah qui retentit à Gaza ? Les menaces de Yahya Sinwar contre le régime d'occupation sioniste font étrangement écho au récent discours de Seyyed Hassan Nasrallah où ce dernier a étendu la règle d'engagement à trois niveaux interconnectés : Israël Vs Hezbollah, Israël Vs Gaza et Israël Vs Liban, renvoie point par point aux propos du Chef du Hamas, ce qui marque le début d'une phase pleine de surprises pour les sionistes.

Et ceci en plein milieu de l'atmosphère tendue à Qods et en Cisjordanie et à l'ombre des conspirations incessantes du régime sioniste pour judaïser la mosquée Al-Aqsa et de l'intensification des opérations martyres palestiniennes à travers les territoires occupés, ce qui valorise encore davantage les paroles enflammées et très singulières du chef du mouvement Hamas dans la bande de Gaza, prononcées à l'occasion de la Journée mondiale de Qods.

H+1 de la bataille anti-Israël?

H+1 de la bataille anti-Israël?

Un premier barrage de 1111 missiles contre Tel-Aviv

Sinwar a affirmé que la fin du Ramadan ne signifiait pas la fin de la bataille et que l'entité devrait s'attendre au pire. Or, ces avertissements des sionistes les ont pris bien au sérieux vu que le personnage tout comme Nasrallah ne ment jamais et tient sa promesse. Ces propos ont été aussi prononcés à l'occasion de la Journée internationale, une journée bien différente cette année puisque prenaient part les Palestiniens de Qods, de la Cisjordanie et des territoires de 48.

Le journaliste de Raï al-Youm commente ce discours : 

"J'ai écouté attentivement ce discours, et je peux dire que je n'avais pas entendu de Palestinien parler comme lui depuis plus de 30 ans, surtout depuis la signature des perfides accords d'Oslo, qui ont détourné la cause palestinienne de sa voie légitime. Sinwar a parlé non seulement au nom du mouvement Hamas ou d'autres branches de la Résistance militaire palestinienne, mais aussi au nom de toutes les nations arabes et musulmanes."

Israël frappé encore!

Israël frappé encore!

5 incendies géants contre les sites sensibles israéliens depuis mars.

Il a dénoncé les parties qui collaborent avec le régime d'occupation ; des gens comme Mansour Abbas, le chef de la liste unifiée des Arabes à la Knesset (Parlement israélien) qui assure le parapluie de sécurité du cabinet de Naftali Bennett et reconnaît le régime sioniste. Ses foudres sont aussi allés aux conciliateurs du monde arabe qui ont embrassé le régime d'occupation et ont une coordination militaire et sécuritaire conjointe avec lui, considérant le peuple palestinien comme étant leur ennemi et Israël comme leur ami.
Au fait le discours de Yahya al-Sinwar a été une déclaration de guerre contre les occupants qui cherche à démanteler temporellement et spatialement Al-Aqsa. Le discours s'inscrivait dans la continuité du discours historique du secrétaire général du Hezbollah, où Nasrallah a souligné que la destruction de Qods et de la mosquée Al-Aqsa signifierait la destruction du régime sioniste.

Guerre de pétrole: Poutine gagne!

Guerre de pétrole : Poutine gagne!

Comment les USA ont perdu la guerre de l’énergie

La loyauté aura donc été l'un des titres les plus importants du discours qui a appelé le peuple palestinien et ses groupes dans tous les territoires occupés et en dehors de la Palestine à se préparer à une bataille majeure avec l'ennemi sioniste était aussi une confirmation de la fin d'une phase et du début d'une nouvelle phase ; une étape qui s'accompagne de changements fondamentaux dans les règles d'engagement et franchit toutes les lignes rouges.
Quelles sont ces lignes rouges? 

Sinwar a dit que la bataille ira au-delà du mois du Ramadan ce qui veut dire que Gaza opère et agit en position de force. Puis le discours a fermé les portes à toute médiation ce qui en dit long sur l'état d'esprit régnant sur Gaza. Et oui c'est comme à la veille de l'Épée de Qods; opération marquée par le tir de 4200 missiles contre Israël mais aussi émaillée par les avertissements tonitruants de Sinwar de Zeif commandant en chef de Qassam. Suivant cette logique une Epée de Qods n'est donc pas à écarter.

Au fait les prochains jours seront fatidiques pour Israël qui déplore 16 morts; tous des officiers au sein de son armée depuis le 23 mars. Une chose est sûre : Gaza s'est libanisée avec un Sinwar qui appartient à une génération qui sait tenir la parole.

"La prochaine guerre fera disparaître Israël"

Yahya Sinwar, chef du Mouvement de la Résistance islamique Hamas dans la Bande de Gaza, a déclaré que s’il y avait une autre guerre avec le régime sioniste, le visage de la région de l’Asie de l’Ouest changerait.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/05/02/681368/Israel-se-precipite-vers-le-declin

Dans PALESTINE

DES CENTAINES DE PALESTINIENS MANIFESTENT DANS LES PRISONS ISRAELIENNES

Par Le 25/04/2022

24 Avril 2022

Des centaines de Palestiniens manifestent dans les prisons israéliennes
Édité par Maria Candela
2022-04-24 11:42:25

      

"Notre décision est la liberté".

Ramallah, 24 avril (RHC) Le boycott par un demi-millier de prisonniers palestiniens des tribunaux militaires israéliens est entré dans son 114ème jour aujourd'hui sans qu'aucune solution aux demandes des détenus ne soit en vue.

Sous le slogan "Notre choix, c'est la liberté", le groupe a commencé à manifester au début de l'année pour protester contre leur confinement dans le cadre de la politique israélienne controversée de détention administrative.

Critiquée par les Nations unies et les groupes de défense des droits de l'homme, la détention dite administrative est utilisée par Israël pour arrêter des Palestiniens pour des périodes renouvelables allant généralement de trois à six mois, sur la base de preuves non divulguées que même l'avocat du défendeur n'est pas autorisé à voir.

De nombreux prisonniers détenus dans le cadre de cette politique font systématiquement des grèves de la faim illimitées pour dénoncer leur cas et obliger les autorités israéliennes à les libérer.

Selon les données officielles, à la fin du mois de janvier de l'année dernière, le nombre de prisonniers palestiniens s'élevait à quelque 4 500, dont 32 femmes et 180 mineurs.(Source:PL)

source : https://www.radiohc.cu/noticias/internacionales/292799-centenares-de-palestinos-mantienen-protesta-en-carceles-israelies

Tag(s) : #palestine

Dans PALESTINE

FPLP : REAFFIRMATION DE L'OPTION DE LA LUTTE ARMEE PALESTINIENNE CONTRE L'OCCUPANT ISRAELIEN

Par Le 24/04/2022

24 Avril 2022

Réaffirmation de l'option de la lutte armée palestinienne contre l'occupation israélienne

Ramallah, 24 avril (Prensa Latina) Le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) a réaffirmé aujourd'hui que la lutte contre l'occupation israélienne est un droit légitime du peuple palestinien à obtenir son indépendance.
24 avril 2022
CDT05:27 (GMT) -0400
Toutes les options sont sur la table face à l'agression continue contre les Palestiniens à Jérusalem et dans le reste des territoires occupés, a déclaré Hani al-Thawabet, chef du FPLP, une formation de gauche fondée en 1967.

S'adressant à l'agence de presse Maann, al Thawabet a souligné le changement de tactique et de stratégie des milices palestiniennes face aux forces armées israéliennes.

Si Israël pense qu'il peut attaquer le peuple palestinien en toute impunité, il se trompe car la résistance est prête à riposter, a-t-il déclaré.

Le Front démocratique pour la libération de la Palestine (FDLP) a condamné hier le soutien des Etats-Unis aux crimes israéliens et a déclaré que leurs promesses de résoudre le conflit sont en réalité une tentative de couvrir l'occupation.

Les déclarations de Washington ne sont que de fausses promesses et une couverture pour les pratiques criminelles, les actes agressifs et les projets coloniaux d'Israël, a déclaré le parti dans un communiqué.

Notre peuple et ses forces politiques n'ont pas besoin des conseils empoisonnés des Américains, mais de se mobiliser et de resserrer les rangs sous une direction nationale unifiée qui adopte une stratégie de lutte, a souligné le FDLP, également doté d'une idéologie de gauche.

mem/rob
source : https://www.prensa-latina.cu/2022/04/24/reivindican-opcion-de-lucha-armada-palestina-contra-ocupacion-israeli

Tag(s) : #FPLP#palestine

Dans PALESTINE

APRES UNE REUNION A GAZA, LA RESISTANCE PALESTINIENNE HAUSSE L'ETAT D'ALERTE DANS SES RANGS

Par Le 21/04/2022

Après une réunion à Gaza, la résistance palestinienne hausse l’état d’alerte dans ses rangs

 Depuis 1 jour  20 avril 2022

Des affrontements dans la mosquée AlAqsa.

Des affrontements dans la mosquée AlAqsa.

 Article traduit - Moyent-Orient - Palestine

 

Rédaction du site

Les factions de la résistance palestinienne ont tenu, mardi soir 20 avril, une nouvelle réunion dans le bureau du chef du Hamas, Yahya Sinwar, afin de discuter des derniers développements dans la ville d’AlQuds et en Cisjordanie occupée.

Ala fin de cette réunion, les factions palestiniennes ont annoncé « la levée de l’état d’alerte générale dans leurs rangs, à tous les niveaux, en prévision de toute nouvelle agression contre la mosquée Al-Aqsa, ou de nouvelles stupidités de la part de l’occupant et des colons ».

Les factions ont appelé au « maintien de l’état de mobilisation sous toutes ses formes avec l’ennemi, en Cisjordanie, à AlQuds et à AlKhalil Hébron, pour assurer la défense des lieux saints et le rejet de l’occupation, de la colonisation et de la judaïsation d’AlQuds ».

Elles ont en outre sommé « le peuple palestinien à la mobilisation et à rester présents dans la mosquée Al-Aqsa, à toute heure de la nuit et du jour, afin de la protéger des incursions des colons, et d’avorter toute tentative sioniste d’y effectuer des rituels talmudiques. »

Pour les dirigeants de la résistance palestinienne, « l’agression barbare visant AlQuds et la mosquée Al-Aqsa ne se limitera pas aux deux jours restants de la fête juive de la Pâque, et elle se poursuivra pendant le dernier tiers du Ramadan et les jours suivant l’Aïd al -Fitr ».

Les factions ont enfin salué la résistance palestinienne pour sa réponse audacieuse à l’agression sioniste contre Gaza la nuit dernière, soulignant que « le peuple palestinien et toutes les forces nationales et islamiques n’abandonneront pas les familles des martyrs, et la résistance sera prête à les protéger ».

Elles ont dans ce contexte mis en garde contre « tout préjudice au père du martyr Raad Khazem et à toutes les familles des martyrs ».

 

Source: Traduit à partir d'AlMayadeen

https://french.almanar.com.lb/2312246

      

Dans PALESTINE

DECLARATION DE LA FEDERATION SYNDICALE MONDIALE (FSM) SUR LA JOURNEE DES PRISONNIERS PALESTINIENS

Par Le 18/04/2022

17 Avril 2022

 

17 avril 2022
A l'occasion du 17 avril 2022, Journée de solidarité avec les prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes, la Fédération syndicale mondiale réitère sa demande de libération immédiate de tous les prisonniers politiques palestiniens dans les prisons israéliennes, dans une période où la violence et les arrestations contre les Palestiniens s'intensifient.

Les droits de 4.500 prisonniers palestiniens sont violés, l'armée d'occupation israélienne continue à arrêter des enfants et des adolescents palestiniens et à les emprisonner dans des conditions barbares. Nous demandons en particulier la libération immédiate d'environ 160 enfants prisonniers, ainsi que des femmes, des malades et des handicapés.

Le mouvement syndical militant mondial, la FSM et ses 105 millions de membres, nous continuerons à apporter notre soutien et notre solidarité internationaliste à nos frères et sœurs palestiniens, aux prisonniers palestiniens, aux campagnes internationales pour leur libération et aux diverses actions militantes soutenues par les syndicats et les travailleurs du monde entier.

Nous demandons instamment aux organisations internationales d'intervenir immédiatement et de jouer leur rôle pour la libération des prisonniers politiques palestiniens.

Le Secrétariat

source : http://www.wftucentral.org/wftu-statement-on-palestinian-prisoners-day/

Tag(s) : #FSM#palestine

Dans PALESTINE

450 FIDELES PALESTINIENS ARRETES ET PLUS DE 150 AUTRES BLESSES APRES UN ASSAUT ISRAELIEN CONTRE LA MOSQUEE D’AL-AQSA

Par Le 15/04/2022

450 fidèles palestiniens arrêtés et plus de 150 autres blessés après un assaut israélien contre la mosquée d’AlAqsa. Pas de place aux envahisseurs (Vidéo)

 Depuis 8 heures  15 avril 2022

aqsa6

 Article traduit - Moyent-Orient - Palestine

 

Rédaction du site

qods4

Les forces d’occupation israéliennes ont totalement vidé la mosquée sainte d’Al-Aqsa de ses fidèles, après l’avoir prise d’assaut, ce vendredi 15 avril.

Selon le correspondant de la télévision AlMayadeen, « les forces d’occupation ont tiré des grenades assourdissantes, des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc sur les fidèles, blessant un certain nombre d’entre eux ».

Et d’ajouter : « les forces d’occupation ont poursuivi les fidèles, les ont battus et ont chassé la plupart d’entre eux des cours de la mosquée sainte, et ont fermé toutes les portes qui y mènent, à l’exception de Bab Hatta ».

Selon le Croissant-Rouge palestinien, « plus de 152 fidèles, dont plusieurs grièvement atteints, ont été blessés à la suite de l’incursion des forces d’occupation dans la mosquée d’Al-Aqsa », précisant que « la plupart des blessures étaient concentrées dans les zones supérieures des corps. »

Le correspondant d’Al-Mayadeen a confirmé que « les forces d’occupation entravent le travail des ambulances qui veulent atteindre la zone de Bab Al-Asbat ».

Les forces d’occupation ont pour leur part annoncé la blessure de 3 de leurs membres lors de leurs agressions contre les fidèles à Al-Aqsa.

450 fidèles détenus

Et de faire savoir « les forces d’occupation sont largement déployées dans les environs de la mosquée Al-Aqsa. Elles ont en outre attaqué la mosquée Al-Qibli dans laquelle se trouvaient des fidèles. 450 d’entre eux ont été arrêtés et transférés vers un centre de détention israélien ».

Un des témoins sur place a raconté que « les forces d’occupation ont menotté des dizaines de jeunes hommes à l’intérieur de la mosquée Al-Qibli en vue de leur arrestation », soulignant que « les forces d’occupation ont agressé tous les fidèles retranchés à l’intérieur de la mosquée ».

L’Association des prisonniers Wa’ed a qualifié « de crimes de guerre l’arrestation et l’agression des blessés à Al-Aqsa, appelant à une intervention urgente des instances internationales ».

Les entrées de la mosquée Al-Aqsa bouclées

Entre-temps, les forces d’occupation ont érigé des barricades de fer près de la porte de Damas (Bab al-Amud), afin de bloquer les routes permettant aux fidèles d’atteindre la mosquée Al-Aqsa, en particulier depuis le nord.

Le correspondant d’Al-Mayadeen a déclaré que « les forces d’occupation ont fermé la route menant à la porte Al-Asbat, l’une des portes de la mosquée Al-Aqsa, pour empêcher l’arrivée des fidèles ».

Dans le même contexte, le Ministre des affaires d’AlQuds, Fadi Al-Hadmi, a condamné la prise d’assaut de la mosquée Al-Aqsa par les forces d’occupation israéliennes et l’agression contre des fidèles, tenant l’occupation pleinement responsable des répercussions de cette incursion.

Al-Hasdmi a souligné que ce qui s’était passé était une « violation flagrante du statut historique de la mosquée d’Al-Aqsa », appelant à « une protection internationale du peuple palestinien contre l’oppression exercée par l’occupation ».

AP: Une déclaration de guerre contre le peuple palestinien

La présidence palestinienne a condamné l’incursion des forces d’occupation israéliennes dans la mosquée d’Al-Aqsa, et a appelé à « une intervention internationale immédiate pour stopper les attaques israéliennes ».

Le porte-parole de la présidence palestinienne, Nabil Abou Rudeineh, a affirmé que « ce qui se passe depuis l’incursion dans l’esplanade de la mosquée al-Aqsa et l’entrée des forces d’occupation dans la mosquée Al-Qibli est un fait dangereux et une profanation des lieux saints, et cela équivaut à une déclaration de guerre contre notre peuple palestinien ».

« L’intervention immédiate de toutes les parties internationales pour arrêter cette agression israélienne barbare contre la mosquée al-Aqsa est nécessaire, afin de ne pas perdre le contrôle de la situation », a ajouté le porte-parole palestinien.

Il a expliqué que le peuple palestinien « ne permettra pas aux forces d’occupation et aux colons israéliens de monopoliser la mosquée al-Aqsa et il la défendra que qu’en soit le prix ».

Une guerre de religion

Pour sa part, le ministère palestinien des Waqfs et des Affaires religieuses, a déclaré que ce qui s’est passé à la mosquée al-Aqsa pourrait favoriser le déclenchement d’une « guerre de religion ».

Le même ministère a fait savoir que « ce que le gouvernement d’occupation a commis, s’inscrit dans ses visions de colonisation visant à contrôler la mosquée Al-Aqsa avec son esplanade, ses installations, ses bâtiments et ses mosquées, et à satisfaire les colons qui œuvrent jour et nuit pour en prendre le contrôle. »

Le communiqué a condamné ce qu’il a qualifié de « profanation de la mosquée al-Aqsa en général, et de profanation de la mosquée Al-Qibli, en brisant ses fenêtres et en y faisant incursion tout en étant chaussés ».

Hamas: Pas de place aux envahisseurs à AlQuds

Le chef du bureau politique du Mouvement de résistance islamique Hamas, Ismail Haniyeh, a, de son côté, condamné l’incursion israélienne dans la mosquée Al-Aqsa.

Haniyeh a déclaré dans un communiqué, cité par l’Agence Anadolu : « Devant la transgression sioniste et l’incursion dans la mosquée bénie al-Aqsa, il n’y a que deux options : soit l’occupation, l’oppression et les sacrifices dans la mosquée al-Aqsa, soit la résistance et l’affirmation du caractère islamique de Jérusalem et de sa mosquée al-Aqsa ».

Le chef du Hamas a ajouté : « Nous, le peuple palestinien et la nation islamique, sommes ceux qui décident, et notre décision est de défendre et de protéger la sainte mosquée al-Aqsa quel qu’en soit le prix. Il n’y a pas de place pour les envahisseurs dans notre AlQuds et notre Al-Aqsa, et nous gagnerons cette lutte de la volonté et de l’identité, peu importe le temps que cela prendra ».

Les factions palestiniennes appellent à un rassemblement de masse

Les factions de la résistance palestinienne à Gaza ont appelé à une marche de masse qui commencera après la prière du vendredi, en soutien à AlQuds et à la Cisjordanie.

Jeudi, les factions palestiniennes de la bande de Gaza ont annoncé « une mobilisation populaire générale dans tous les endroits où se trouve le peuple palestinien dans la diaspora et à l’intérieur des territoires palestiniens ».

« Elles ont également décidé de maintenir la salle des opérations conjointes en session permanente pour suivre l’évolution de la situation et prendre les mesures nécessaires », soulignant leur « unité face à l’occupation et à l’agression ».

Un nouveau martyr à Jénine

Et puis en Cisjordanie occupée, le ministère palestinien de la Santé a annoncé, à l’aube de ce vendredi, que le jeune Shawkat Kamal Abed, a succombé des suites de ses blessures subies à Jénine hier.

Pendant ce temps, 35 jeunes Palestiniens ont été asphyxiés par des gaz toxiques alors qu’ils affrontaient les forces d’occupation israéliennes à Beita, au sud de Naplouse.

https://french.almanar.com.lb/2307692

   

 

Dans PALESTINE

PROCES DES 6 EVADES PALESTINIENS DE LA PRISON DE GILBOA

Par Le 12/04/2022

Procès des 6 évadés de la prison de Gilboa: L’occupation est un monstre en poussière, dit Mahmoud Ardah

Procès des 6 évadés de la prison de Gilboa: L’occupation est un monstre en poussière, dit Mahmoud Ardah

folder_openPalestine access_timedepuis 13 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AlManar

Le tribunal militaire israélien de Nazareth a ouvert, ce lundi le 11 avril, le procès des six prisonniers du «tunnel de la liberté», qui s’étaient évadés de la prison de Gilboa en septembre 2021.

Le prisonnier Mahmoud Al-Ardah a envoyé un message via la télévision libanaise AlMayadeen avant d’entrer au tribunal, dans lequel il a déclaré: «Nous disons à la nation que l’occupation est monstre en poussière».

La correspondante d’AlMayadeen devant le tribunal de Nazareth a rapporté que la police d’occupation a attaqué le détenu Ardah après cette déclaration pour l’empêcher d’en dire plus.

Quant au prisonnier Ayham Kamanji, il a déclaré que son «objectif de l’évasion était de visiter la tombe de sa mère». «Je ne le regrette pas», a-t-il lancé.

Les six détenus palestiniens s’étaient évadés, le 6 septembre 2021, de la prison israélienne ultra-sécurisée de Gilboa, via un tunnel qu’ils avaient creusé.

Il s’agit de Mohammad et Mahmoud al-Ardah, Ayham Kamamji, Mounadel Nafaat, Yaaqoub Qaderi et Zakaria Zoubeidi.

L’occupation israélienne a annoncé, le 10 septembre, l’arrestation des deux prisonniers, Yaaqoub Qaderi et Mahmoud Ardah ; et le 11 septembre Zakaria Zoubeidi et Mohammad Ardah.

Cependant, Ayham Kamamji et Mounadel Nafaat ont été arrêtés par les forces d’occupation le 19 septembre.

https://french.alahednews.com.lb/43666/308

palestine israel prisonniers palestiniens gilboa

Dans PALESTINE

PALESTINE : 78 ENFANTS PALESTINIENS TUES ET PLUS DE 160 ARRETES EN 2021

Par Le 06/04/2022

78 enfants palestiniens tués et plus de 160 arrêtés en 2021

78 enfants palestiniens tués et plus de 160 arrêtés en 2021

folder_openPalestine access_timedepuis 11 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec sites web

78 enfants ont été tués en 2021 par les forces sionistes en Cisjordanie occupée, et 61 autres à Gaza, selon l'ONG internationale pour la défense des droits des enfants, Defence for Children International.

Parallèlement, le Club des prisonniers palestiniens a affirmé que jusqu’à fin février il y avait 4400 prisonniers palestiniens dans les prisons de l’occupation, dont 160 enfants vivant dans des conditions qui violent les règles du droit international et la Convention relative aux droits de l’Enfance. Ils sont également privés de leur droit à l'éducation.

Depuis 2015 et jusqu'à fin mars 2022, plus de 9.000 enfants palestiniens ont été arrêtés par les forces d'occupation sionistes, indique le Club des prisonniers palestiniens dans un rapport.

Des statistiques documentées et des témoignages d'enfants détenus indiquent que «la majorité des enfants arrêtés ont été soumis à une ou plusieurs formes de torture physique et psychologique, par le biais d'un certain nombre d'outils et de méthodes systématiques contraires aux lois, aux normes internationales et aux conventions sur le prisonnier».

La Journée de l'enfant palestinien est célébrée le 5 avril de chaque année.

https://french.alahednews.com.lb/43582/308

palestine israel enfants

Dans PALESTINE

LE HEZBOLLAH LIBANAIS SALUE L'OPERATION DE BIR AL- SABEA ET SON AUTEUR

Par Le 24/03/2022

Le Hezbollah salue l’opération de Bir al-Sabea et son auteur

 Depuis 11 heures  24 mars 2022

hezb_drapeau

 Moyent-Orient - Palestine

 

Rédaction du site

Le Hezbollah a salué l’opération de résistance réalisée e mardi 22 mars à Bir as-Sabea (Beersheba), au sud de la Palestine occupée, au cours de laquelle 4 colons ont été tués a coups de couteau et deux autres blessés.

« Cette opération héroïque exécutée par le martyr Mohamad Abou al-Qaïane à Bir as-Sabea est l’expression véridique de l’esprit du Jihad et de la résistance, ancré chez le peuple palestinien qui rejette l’occupation », a affirmé le Hezbollah dans un communiqué publié mercredi 23 mars.
« La résistance sous toutes ses formes et sur la totalité de la Palestine, de la mer jusqu’à la rivière, est l’unique voie pour la victoire et la libération complète », a conclu le texte du Hezbollah.

Selon les médias israéliens, l’auteur de l’opération Mohamad Abou al-Qaïane était un instituteur dans la localité de Hora. Il a entamé son opération en écrasant les colons avant de les poignarder mortellement.

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2284625

   

Dans PALESTINE

APPEL A LA SOLIDARITE DES PRISONNIERS PALESTINIENS EN « ISRAËL» AVANT LEUR PROCHAINE GREVE DE LA FAIM

Par Le 19/03/2022

19 Mars 2022

 

Ramallah, 18 mars (Prensa Latina) Les prisonniers palestiniens ont appelé aujourd'hui la population de la bande de Gaza et de la Cisjordanie à soutenir la grève de la faim qu'ils entameront vendredi prochain en réclamation de leurs droits.

Le Comité suprême d'urgence nationale regroupant des détenus des différentes groupuscules  palestiniens a annoncé dans un communiqué la nouvelle vague de protestations contre les mesures punitives prises à leur encontre.

Le Club des prisonniers a affirmé que des responsables de l'administration pénitentiaire israélienne (IPS) ont commencé à rencontrer les détenus hier pour tenter de les dissuader, mais ils ont dénoncé la campagne de répression dans les prisons et considéré le début de la grève de la faim comme irrévocable.

L'organisation non gouvernementale a déclaré que cette nouvelle campagne de désobéissance était censée préserver les acquis obtenus au cours de décennies de lutte au sein des prisons israéliennes.

Le porte-parole de l'organisation, Amjad Al-Najjar, , a dénoncé jeudi les intentions du gouvernement de Tel-Aviv d’imposer des mesures supplémentaires contre les milliers de Palestiniens emprisonnés.

Les tensions dans ces établissements se sont accrues depuis septembre 2021, à la suite de l'évasion de six Palestiniens de la prison de haute sécurité de Gilboa, située dans le nord du pays.

Même s’ils ont  été attrapés après une chasse à l'homme massive, les responsables de l'IPS ont mis en œuvre de nombreuses mesures punitives contre les détenus restants,  à savoir l'interdiction des visites et la réduction du temps de cour, ce qui a débouché dans des affrontements et des grèves. 

Après des semaines d'affrontements, des accords ont été conclus entre les parties, pourtant la décision d'Israël de revenir sur ces accords a entraîné de nouvelles protestations.

Selon les chiffres officiels, le nombre de prisonniers palestiniens en Israël à la fin du mois de janvier s'élevait à quelque 4 500, dont 32 femmes et 180 mineurs.

jcc/oda/rob

source : https://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=888696:les-prisonniers-palestiniens-en-israel-appellent-a-la-solidarite-avant-la-prochaine-greve-de-la-faim&opcion=pl-ver-noticia&catid=119&Itemid=101

Tag(s) : #palestine

Dans PALESTINE

LA RESISTANCE PALESTINIENNE APPELLE A LA MOBILISATION GENERALE

Par Le 03/03/2022

Qods: une attaque anti-sioniste toute les 6 heures

Thursday, 03 March 2022 5:08 PM  [ Last Update: Thursday, 03 March 2022 5:08 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des groupes de la Résistance palestinienne défilent avec leurs équipements défensifs. (Photo d'archives)

Avec la poursuite des atrocités et des crimes israéliens dans la ville de Qods, en particulier dans le quartier de Cheikh Jarrah, le Hamas a appelé à la mobilisation générale des Palestiniens pour les affronter. En plus, la Résistance palestinienne a mis l’accent, lors d’une réunion, sur la nécessité de créer un front de Résistance nationale globale pour affronter les occupants sionistes et les conspirations de ceux qui tentent de faire des compromis avec le régime de Tel-Aviv.

Des sources médiatiques ont rapporté qu’un colon sioniste de 40 ans avait été poignardé jeudi près d’un poste de contrôle sur les terres des Palestiniens de Hezma à Qods orientale. Un autre colon sioniste a été poignardé, mercredi 2 mars, dans la même zone.

Les autorités sionistes ont ouvert une enquête sur les deux incidents. Les soldats israéliens ont fermé toutes les entrées de la ville de Hezma vers Qods et ont commencé à fouiller les magasins et à visionner les images de vidéosurveillance.

Des sources palestiniennes ont également annoncé mercredi que de violents affrontements ont éclaté entre les forces israéliennes et des Palestiniens à la suite d’une offensive militaire sioniste à grande échelle à Bethléem en Cisjordanie lors de laquelle 15 Palestiniens ont été arrêtés par les soldats israéliens.

Gaza dégaine son Épée de Qods

Gaza dégaine son Épée de Qods

Auparavant, en réagissant aux récents crimes du régime sioniste en Cisjordanie, des groupes de la Résistance palestinienne ont mis l’accent sur une résistance générale en tant que seule option dissuasive contre l’ennemi sioniste.

Les soldats israéliens ont également bloqué les rues du quartier Cheikh Jarrah pour permettre aux colons sionistes de se livrer à des comportements provocateurs contre les habitants du quartier comme en témoigne leur rassemblement illégal devant la maison d’une famille palestinienne, qui était en train d’être démolie par le régime d’occupation leur exigeant l’évacuation de cette maison.

Les soldats du régime sioniste ont également empêché l’entrée et la sortie des habitants du quartier en y installant des points de contrôle et en y installant des barrières de fer.

Poursuivant leur agression contre les Palestiniens dans le quartier de Cheikh Jarrah, les forces d’occupation ont arrêté quatre jeunes Palestiniens et attaqué la maison du prisonnier palestinien Meqdad al-Qawasimi dans la région d’al-Khalil, libéré après 113 jours de grève de la faim.

Epée de Qods toujours

Epée de Qods toujours

Suite à l’escalade des agressions israéliennes contre les habitants palestiniens de Qods, en particulier dans le quartier de Cheikh Jarrah, le mouvement Hamas publiant un communiqué a lancé un appel à une mobilisation générale des Palestiniens.

« Tout dommage à la Mosquée al-Aqsa et mauvais traitement à l’encontre des Palestiniens sont nos lignes rouges. L’Épée de Qods est toujours dégainée jusqu’à la libération complète de la Palestine et le retour des réfugiés palestiniens dans leurs territoires. Des complots israéliens visant à judaïser la ville de Qods font partie d’efforts désespérés qui seront voués à l’échec », a annoncé le Hamas dans un communiqué.

Des groupes de la Résistance palestinienne ont mis l’accent lors d’une réunion sur la nécessité de créer un front de résistance national global pour affronter les occupants sionistes et les conspirations de ceux qui tentent de faire de compromis avec ce régime.

Publiant une déclaration les groupes de la Résistance palestinienne ont critiqué l’insistance de certains à former un conseil central en l’absence d’un accord national, ainsi que le boycott du conseil par la Résistance palestinienne, et ont souligné que la formation d’un tel conseil était un pas vers la création de désaccord en Palestine.

La déclaration a également souligné l’expulsion du régime sioniste des territoires palestiniens, ainsi que la résistance à la réalisation des droits des Palestiniens dans le cadre de la création d’un front national global comprenant tous les groupes de résistance palestiniens.

Ziad al-Nakhaleh, secrétaire général du Mouvement du Jihad islamique palestinien a également appelé tous les groupes de la Résistance palestinienne, y compris le bataillon Qods à être en état d’alerte maximale pour défendre Qods et la Mosquée al-Aqsa, profanée quotidiennement par les colonies sionistes, et à défendre le peuple palestinien dans le quartier Cheikh Jarah de Qods occupée.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/03/03/677910/Gaza-d%C3%A9gaine-t-il-son-%C3%89p%C3%A9e-de-Qods-

Dans PALESTINE

GERALD DARMANIN, MINISTRE DE L'INTERIEUR, ANNONCE VOULOIR DISSOUDRE LE COLLECTIF PALESTINE VAINCRA

Par Le 24/02/2022

Gerald Darmanin annonce vouloir dissoudre le Collectif Palestine Vaincra

Fév 24, 2022 | CampagnesPalestine

Partager :

 

Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, vient d’annoncer sa volonté de dissoudre le Collectif Palestine Vaincra et une autre organisation pro-palestinienne sur demande d’Emmanuel Macron. Cette décision scandaleuse est le résultat d’un acharnement et d’une campagne de diffamation menée par l’extrême droite israélienne et ses relais en France contre le collectif alors que nous menons un travail de solidarité avec le peuple palestinien contre le colonialisme, le racisme et l’apartheid.

Cette annonce est une nouvelle étape dans l’escalade autoritaire du gouvernement français qui a déjà dissout, ou menacé de le faire, plusieurs organisations musulmanes, antiracistes ou média de la gauche radicale. Nous ne nous laisserons pas intimider, la solidarité avec la Palestine est non seulement un droit mais un devoir. D’ors et déjà, nous appelons à une réponse large des organisations politiques, syndicales, associatives, collectifs en soutien au Collectif Palestine Vaincra et contre la criminalisation du mouvement de solidarité avec la Palestine.

Palestine vivra, Palestine vaincra !

 

24 février 2022,
Collectif Palestine Vaincra, membre du réseau de soutien aux prisonniers palestiniens Samidoun

 

Passons à l’action !

Signez la pétition « Non à la dissolution du Collectif Palestine Vaincra ! »

Nous invitons les organisations à signer ce communiqué en envoyant un mail à collectifpalestinevaincra@gmail.com et à publier des déclarations de soutien

Organisons des initiatives (rassemblements, photos de solidarité, collages, etc.) afin de dénoncer la criminalisation du soutien à la Palestine

Utilisez le hashtag #SolidaritéCollectifPalestineVaincra

Dans PALESTINE

UN MESSAGE DE SALAH HAMOURI : "RESTER, C'EST DEJA RESISTER"

Par Le 18/02/2022

Un message de Salah Hamouri: « Rester, c’est déjà résister »

 

17 Fév 2022

  

Après lui avoir fait goûter ses geôles, Israël restreint à nouveau par des moyens détournés la liberté de Salah Hamouri à quelques mètres seulement autour de son habitation à Jérusalem. Les autorités israéliennes font tout pour faire partir l’avocat francopalestinien. Mais il est bien décidé à résister. (IGA)

 

Chers amies et Chers amis,

Je veux juste faire un point avec vous sur là où nous en sommes de la volonté israélienne qui concentre ses coups contre moi mais aussi contre tous mes camarades palestiniens de Jérusalem-Est où je réside.

Comme vous le savez, les Palestiniens qui résident à Jérusalem-Est ont un statut très précaire et particulier ; ils ne sont ni Israéliens ni Palestiniens. Ils sont des « résidents » de Jérusalem. Ils ont, à ce titre, une carte « de résident » délivrée par l’occupant. Pour être délivrée par les autorités israéliennes celles-ci multiplient les obligations de justifier qu’on habite bien cette ville sans interruption, une ville qu’ils ont annexée en 1980.

Sans ce document un Palestinien est sans papier et donc expulsable. Ce qui voudrait dire concrètement pour moi que je ne pourrais jamais plus revenir sur ma terre, ni côté israélien ni côté palestinien, puisque je n’ai pas de citoyenneté et que c’est l’occupation qui délivre et qui contrôle l’attribution des « papiers » en Cisjordanie.

Ma situation est difficile, après tout ce que vous savez je pense, de toutes mes années de prison et de l’expulsion d’Israël de ma femme alors qu’elle était enceinte de notre premier enfant. J’ai refusé leur volonté que je prenne la décision de partir. Ceci en parfait accord avec ma femme, Elsa. Pour eux il faut vider Jérusalem-Est de tous les Palestiniens, un à un s’il le faut, ou plus amplement et violemment comme on voit avec les destructions des maisons palestiniennes à Jérusalem. Ils procèdent à un nettoyage ethnique de cette ville emblématique à plus d’un titre. Le dernier rapport d’Amnesty International a bien relevé ce fait pour l’inscrire dans sa définition du système mis en place par les dirigeants israéliens sur tout l’espace qu’ils contrôlent de la mer au Jourdain : un système d’apartheid.

Le 18 octobre dernier la ministre de l’Intérieur israélienne, Ayalet Shaked, a confirmé que mon statut et donc ma carte de « résident de Jérusalem » étaient supprimés.

Pourquoi ? Parce qu’une loi qui a été votée à la Knesset en 2018 décrétant « Israël Etat-nation du peuple juif » aboutissait à une conséquence effarante : le devoir d’allégeance pour tous les citoyens vivant en Israël. Pour eux, Jérusalem c’est Israël. Et il est bien certain que je ne peux pas accepter ce qu’ils appellent « un devoir d’allégeance ». Cela n’a aucun sens. Je fais partie d’un peuple occupé et le droit est avec moi qui consiste à refuser toute occupation et qui consacre le droit à la résistance. Pour Israël ce droit, qui est un droit universel fondamental, on le sait bien en France, pour Israël c’est un délit !

Cette décision s’est accompagnée d’une autre décision encore. La seconde c’est que ma liberté de circuler est totalement limitée à quelques kilomètres autour de chez moi. J’habite à Jérusalem mais de l’autre côté du mur. Et voilà qu’ils viennent maintenant, après avoir fermé l’ONG pour qui je travaillais « Addameer », de me retirer ma carte de sécurité sociale (pour reprendre les mots français). Je ne suis plus couvert.

Tous ces problèmes « personnels » je les règle avec ma famille et mes amis. Je n’ai pas besoin d’aide pour cela même si le plus dur est de ne pas avoir vu ma famille depuis plus de 9 mois, l’âge de notre fille. La question la plus épineuse pour moi est ailleurs, et j’ai du mal à en parler. Bien que je sois l’objet d’une décision politique et alors que la France dit ne pas l’accepter mais que rien ne change pour autant, je n’ai qu’une voie « légale » pour faire face ; saisir le système judiciaire israélien. Et non seulement israélien mais aussi français car il a été établi officiellement que mon téléphone portable a été « infecté » par « Pegasus » alors que je me trouvais en France.

Cet ensemble de procédures me coûte un tel prix que je ne peux, et ma famille avec moi, y faire face sans soutiens extérieurs, sans les solidaires.

Ils veulent me faire partir par tous les moyens les plus ignobles, y compris en tapant à mon « portefeuille » et cela alors que je ne peux plus travailler aujourd’hui. Ils sont acharnés mais aussi pervers.

Je tiens à remercier très chaleureusement la direction de l’AFPS qui, comprenant ma situation, a pris l’initiative d’ouvrir une « cagnotte » pour que je puisse faire face aux dépenses juridiques et résister à la volonté israélienne. Je remercie aussi tous les solidaires qui ont déjà répondu à cet appel de combat.

Je dois dire d’abord que je n’aime pas du tout parler de cela. Vraiment pas. C’est trop délicat pour moi. Mais l’occupant m’y oblige. J’ai besoin de votre aide.  

Et j’apprécie beaucoup cette aide à mon combat qui recoupe celui de mes frères palestiniens de Jérusalem : tout faire, absolument tout, pour rester. Car pour nous Palestiniens « Rester, c’est déjà résister ».

Merci de votre attention à ce message et à ce « help ! » que je vous envoie.

Salah Hamouri

Jérusalem, le 11 février 2022

 

https://www.helloasso.com/associations/association-france-palestine-france-solidarite-afps/collectes/soutien-a-salah-hamouri-et-contre-le-nettoyage-ethnique-a-jerusalem

https://www.investigaction.net/fr/un-message-de-salah-hamouri-rester-cest-deja-resister/      

Dans PALESTINE

L'ONU DENONCE LA VIOLENCE DES COLONS ISRAELIENS EN PALESTINE

Par Le 20/01/2022

20 Janvier 2022

Édité par Reynaldo Henquen
2022-01-19 19:51:45

 

 

Nations Unies, 19 janvier (RHC) Le coordinateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Tor Wennesland, a dénoncé aujourd’hui la violence des colons israéliens contre la population palestinienne, qui fait de nombreuses victimes civiles.

En s’exprimant par vidéoconférence au Conseil de sécurité de l’ONU, le haut représentant a rejeté les expulsions et les démolitions de propriétés arabes, ainsi que les nouvelles implantations illégales prévues par le gouvernement de Tel-Aviv à Jérusalem-Est.

Toutes ces colonies sont illégales, a insisté Wennesland et a appelé à des mesures urgentes afin d’arrêter ces plans de construction, d’éviter une nouvelle détérioration de la situation humanitaire et de progresser vers la solution des deux États.

Le coordinateur spécial de l’ONU s’est déclaré très préoccupé par la possible expulsion de plusieurs familles palestiniennes des maisons dans lesquelles elles ont vécu pendant des décennies dans les quartiers de Sheikh Jarrah et Silwan, situés à Jérusalem-Est.

Ces actions ne font qu’accroître le risque d’une escalade de la violence et éloigner la possibilité d’une solution à deux États, a-t-il souligné.

Il a donc demandé aux autorités israéliennes de mettre fin au déplacement et à l’expulsion des Palestiniens, conformément aux obligations de Tel-Aviv en vertu du droit international.

Il a également plaidé pour des plans supplémentaires permettant aux communautés palestiniennes de construire légalement et de répondre à leurs besoins de développement.

À l’heure actuelle, une approche coordonnée est nécessaire pour s’attaquer aux obstacles politiques, économiques et institutionnels qui entravent le processus de paix, a souligné le diplomate norvégien.

Sans une perspective réaliste de mettre fin à l’occupation israélienne et de mettre en œuvre une solution à deux États fondée sur les résolutions des Nations Unies, le droit international et les accords existants, la région connaîtra "Un effondrement dangereux et irréversible et une instabilité généralisée", a déclaré le coordonnateur spécial.

Un tel scénario n’est qu’une question de temps, a-t-il estimé, et il est urgent de s’attaquer aux défis à court terme et aux crises actuelles.

Dans le même temps, a souligné Wennesland, nous devons veiller à ce que les solutions mises en œuvre favorisent l’objectif final : la fin de l’occupation et d’une solution à deux États.

À ce jour, la création et la reconnaissance de l’État palestinien est l’une des questions en suspens les plus anciennes de l’ONU, même si l’État d’Israël existe depuis 70 ans.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a débattu à plusieurs reprises de la manière dont la construction de colonies de peuplement illégales par Israël dans le territoire palestinien occupé compromet sérieusement la possibilité d’une solution prévoyant deux États.

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/283405-lonu-denonce-la-violence-des-colons-israeliens-en-palestine

 

Tag(s) : #palestine

Dans PALESTINE

TOUTE UNE FAMILLE JERUSALEMITE MENACE DE S'IMMOLER PAR LE FEU POUR EVITER SON EXPULSION

Par Le 18/01/2022

Une famille Jérusalémite menace de s’immoler pour éviter son expulsion (Images)

 Depuis 8 heures  18 janvier 2022

salhiya

 Moyent-Orient - Palestine

 

Rédaction du site

salhiya2

Toute une famille palestinienne menace de s’immoler par le feu pour protester contre son expulsion de son logement du fameux quartier de Cheikh Jarrah, à l’est d’AlQods occupée.

Mohamed Salhiya s’est installé sur son toit avec un baril d’essence, à l’arrivée de policiers de l’occupation israélienne pour expulser la famille sous le coup d’une procédure d’éviction depuis 2017.

Les membres de sa famille l’ont ensuite rejoint et « menacé de s’immoler et de mettre le feu à la maison si les forces d’occupation en prenaient le contrôle », a déclaré Mona Al Kurdi, une militante palestinienne vivant dans le quartier. Elle explique que « la famille vit dans cette maison depuis des décennies ».

salhiya7

municipalité israélienne a eu recours à un bulldozer pour démolir une pépinière appartenant à la famille après l’avoir vidée de son contenu.

Par la suite, les autorités d’occupation ont tenté de faire évacuer la famille de la maison, mais son propriétaire, Mahmoud Salhiya, et les membres de sa famille sont montés sur le toit, menaçant de s’immoler par le feu, en cas d’expulsion.

salhiya4salhiya6

Salhiya a déclaré, tout en portant un bidon d’essence : « Celui qui quitte sa maison est un traître. Nous ne partirons pas d’ici, soit nous mourrons, soit nous vivrons ».

Et d’ajouter: « Je vais me brûler avec mes enfants et nous ne quitterons pas la maison ».

« La municipalité (israélienne) veut expulser une famille de son domicile afin de bâtir des écoles pour les Juifs », a-t-il lancé.

Et de menacer: « Quiconque s’approchera, je brûlerai la maison qui est pleine de conduites de gaz, je la ferai sauter. Ils ne prendront pas la maison, à moins qu’elle ne soit brûlée ».

Des jeunes hommes amis de la famille ont versé de l’essence sur le toit de la maison.

salhiya3

La police d’occupation et la mairie israélienne à AlQods occupée ont justifié dans un communiqué conjoint être venues faire respecter un ordre d’expulsion, sous prétexte de bâtir un complexe éducatif.

salhiya5

Dans la partie orientale d’AlQods occupée, des centaines de familles palestiniennes présentes depuis des décennies sont confrontées à des ordres d’expulsion. En mai, des manifestations de soutien à des familles de Cheikh Jarrah avaient ainsi dégénéré en heurts avec des colons et la police d’occupation.

210 000 colons israéliens sont implantés aujourd’hui à l’Est d’AlQods aux côtés de plus de 300 000 Palestiniens. Ils y vivent dans des colonies illégales au regard du droit international.

L’Union européenne « est très claire – dans un territoire occupé, les expulsions sont une violation du droit humanitaire international », a réagi Sven Kuhn von Burgsorf, le représentant de l’UE dans les Territoires palestiniens. Il s’est rendu à Cheikh Jarrah le lundi 17 janvier avec une délégation de diplomates européens.

Sources: AlQods al-Arabi + AFP

https://french.almanar.com.lb/2232188

    

Dans PALESTINE

L'OCCUPANT ISRAELIEN "PROLONGE" DE QUATRE MOIS LA DETENTION D'UN ADOLESCENT PALESTINIEN MALADE

Par Le 15/01/2022

«Israël» prolonge de quatre mois la détention d’un adolescent palestinien malade

«Israël» prolonge de quatre mois la détention d’un adolescent palestinien malade

folder_openPalestine access_timedepuis 11 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec News.dayFR

«Le tribunal d’occupation a renouvelé pour la quatrième fois la détention administrative de mon fils malgré sa maladie», a déclaré le père d’Amal Nakhleh, 17 ans.

Les autorités israéliennes ont prolongé de quatre mois la détention sans inculpation ni procès d’un adolescent palestinien atteint de maladie chronique qui avait déjà été détenu pendant un an, alors que «Tel-Aviv» poursuit sa politique de détention administrative pour maintenir les Palestiniens derrière les barreaux.

Moammar Nakhleh, qui est journaliste, a ajouté que son fils sera détenu jusqu’au 18 mai, conformément au nouvel ordre.

Les forces israéliennes ont arrêté pour la première fois l’adolescent palestinien en Cisjordanie occupée en novembre 2020.

Sa famille a déclaré qu’Amal était sorti avec des amis à l’époque après avoir subi une intervention chirurgicale pour retirer une masse cancéreuse. L’adolescent souffre de myasthénie grave, une maladie neuromusculaire rare.

Nakhleh a été accusé d’avoir jeté des pierres sur des soldats israéliens et a été détenu pendant 40 jours. Il a ensuite été libéré par un juge israélien.

En janvier de l’année dernière, l’adolescent palestinien malade a de nouveau été arrêté et placé en détention administrative, qui vient d’être à nouveau renouvelée.

L’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens, l’UNRWA, demande la libération immédiate d’Amal Nakhleh de sa détention administrative pour des raisons humanitaires urgentes, et s’est déclarée profondément préoccupée par la détention arbitraire actuelle de l’enfant.

Ni Amal ni sa famille ne sont au courant des accusations portées contre lui et ont été informés par les autorités israéliennes qu’il s’agit d’une «affaire administrative confidentielle».

Son équipe juridique a déclaré qu’il s’agissait de l’un des plus longs cas de prise en charge administrative pour un enfant qu’ils aient vu.

La grave maladie auto-immune d’Amal nécessite un traitement médical et un suivi continus. En raison de son état de santé, il ne peut pas être vacciné contre le COVID-19 et doit prendre des immunosuppresseurs, ce qui signifie que sa vie est en grand danger s’il contracte le coronavirus.

La Société des prisonniers palestiniens (PPS) a déclaré plus tôt ce mois-ci que les responsables israéliens avaient émis 1 595 ordres de détention administrative contre des Palestiniens dans les territoires occupés en 2021, avec 200 Palestiniens détenus en vertu de la politique inhumaine en mai, lorsque le régime a lancé la guerre de 11 jours dans la Bande de Gaza assiégée.

https://french.alahednews.com.lb/42656/308

palestine detention administrative prisonniers palestiniens

Dans PALESTINE

LA MERE DU PRISONNIER PALESTINIEN NASSER ABU HAMID ANNONCE SA GREVE DE LA FAIM

Par Le 14/01/2022

14 Janvier 2022

Vendredi, 14 janvier 2022
La mère du prisonnier Nasser Abu Hamid annonce sa grève de la faim


 Le journaliste d'Al Mayadeen a rapporté que l'état de santé du prisonnier Abu Hamid est très dangereux car il souffre d'une insuffisance pulmonaire et d'un empoisonnement du sang en raison du cancer dont il est atteint, ce qui a entraîné une détérioration rapide de son état de santé.


La mère du prisonnier palestinien Nasser Abu Hamid a annoncé sa grève de la faim jusqu'à ce que son fils soit libéré et puisse être soigné, après que son état de santé se soit détérioré et qu'il ait perdu connaissance à l'hôpital Barzilai.

À cet égard, le journaliste d'Al Mayadeen a rapporté que l'état du prisonnier Abu Hamid est très dangereux, car il souffre d'une insuffisance pulmonaire et d'un empoisonnement du sang en raison du cancer dont il est atteint, ce qui a entraîné une détérioration rapide de son état de santé.

Le correspondant a ajouté que les autorités d'occupation, malgré l'état de santé difficile d'Abu Hamid, ont refusé de transférer le prisonnier malade en Jordanie ou au Caire pour y être soigné.

La mère d'Abu Hamid avait déclaré lors de sa dernière visite, il y a quelques jours, que "son fils était attaché au lit et inconscient, et qu'elle n'était pas autorisée à le voir, sauf à une distance de deux mètres, sans le toucher".

Elle a souligné que l'hôpital "était une caserne militaire", et qu'elle et son fils Basil ont été soumis à une fouille vexatoire avant la visite.

Le Club des prisonniers palestiniens a confirmé il y a quelques jours que Nasser Abu Hamid (49 ans), qui souffre d'un cancer, est inconscient à l'hôpital israélien Barzilai. Il est branché à des ventilateurs en raison d'une inflammation des poumons et son état de santé dangereux s'aggrave considérablement.

Source : Al Mayadeen

source : https://partido-comunista-colombiano.blogspot.com/2022/01/madre-del-prisionero-nasser-abu-hamid.html#more

Tag(s) : #palestine

Dans PALESTINE

EN 2021, LES FORCES ISRAELIENNES ONT CIBLE LES ENFANTS PALESTINIENS EN TOUTE IMPUNITE

Par Le 10/01/2022

En 2021, les forces israéliennes ont ciblé les enfants palestiniens en toute impunité

 

06 Jan 2022

  

Attaques militaires, violence impunie des colons, arrestations arbitraires, expulsions, démolitions de maison… 2021 est une année noire pour les enfants palestiniens particulièrement ciblés par les violences israéliennes. C’est ce que révèle en effet la riche documentation collectée par Defense for Children International – Palestine (DCI-P). Pas étonnant qu’en octobre dernier, Israël a catalogué cette organisation de la société civile comme une « organisation terroriste ». Les crimes coloniaux n’aiment pas la publicité. Mais la mobilisation internationale s’organise pour soutenir cette association. (IGA)

 

1) En mai, les forces israéliennes ont bombardé la bande de Gaza pendant 11 jours, tuant 60 enfants palestiniens

D’après la documentation réunie par DCI-P, au cours de l’offensive militaire contre la bande de Gaza – l’opération « Gardien des murailles » – les forces israéliennes ont tué 60 enfants. Durant les 11 jours de cette offensive, entre le 10 et le 21 mai, les forces israéliennes ont tué des enfants palestiniens à l’aide d’obus tirés par des chars, de balles réelles et de missiles largués par des drones armés, des avions de combat et des hélicoptères Apache de fabrication américaine.

DCI-P a déterminé qu’au cours des 11 jours d’escalade de la violence, sept enfants palestiniens avaient été tués par des roquettes non guidées lancées par des groupes armés palestiniens depuis la bande de Gaza. En tout, 67 enfants palestiniens ont donc été tués au cours de l’offensive militaire, selon les preuves collectées par DCI-P.

 

 

Au moins 685 enfants palestiniens ont été blessés lors de l’offensive militaire de mai 2021. Au plus fort des bombardements, 113 000 Palestiniens ont dû être déplacés et, en novembre, 8 250 d’entre eux l’étaient toujours, rapporte l’agence OCHA des Nations unies.

Les lois humanitaires internationales interdisent les attaques indiscriminées et disproportionnés et requièrent de toutes les parties d’un conflit armé qu’elles fassent la distinction entre les cibles militaires, les civils et les objets civils. En tant que puissance occupante dans les Territoires palestiniens occupés, dont la bande de Gaza, Israël est tenu de protéger de toute forme de violence la population civile palestinienne.

 

2) Les forces israéliennes ont ciblé des enfants palestiniens en recourant à une violence excessive, ce qui a fait de l’année 2021 l’année la plus meurtrière pour les enfants palestiniens depuis 2014

Les forces israéliennes ont abattu et tué 17 enfants palestiniens à balles réelles, cette année, 15 en Cisjordanie et deux dans la bande de Gaza. Selon les lois internationales, la violence meurtrière intentionnelle ne se justifie que dans des circonstances où une menace directe pour la vie ou un risque de blessure est présent. Toutefois, les enquêtes effectuées et les preuves collectées par DCI-P suggèrent régulièrement que les forces israéliennes recourent à la violence meurtrière contre les enfants palestiniens dans des circonstances qui peuvent équivaloir à des exécutions extrajudiciaires ou des assassinats délibérés.

Le 17 mai 2021, Obaida Akram Abdurahman Jawabra, 17 ans, était abattu et tué à balles réelles par les forces israéliennes dans le camp de réfugiés d’Al-Arroub, situé près de la ville de Hébron, dans le sud de la Cisjordanie occupée. Obaida avait reçu une blessure par balle dans la poitrine lors d’une manifestation à l’entrée du camp, près de la Route 60, la voie principale de Cisjordanie qui relie Hébron et Jérusalem. Un soldat israélien positionné à quelque 70 mètres (230 pieds) de là avait tiré le coup mortel, ont raconté des témoins interviewés par DCI-P.

En 2018, dans le cadre des relations développées par le biais de l’aide juridique accordée par DCI-P à Obaida et à sa famille, l’adolescent avait été d’accord pour être le sujet d’un court métrage produit par DCI-P. Le film « Obaida », par Matthew Cassel, se concentrait sur l’expérience d’Obaida en tant qu’enfant palestinien arrêté à de multiples reprises par les forces israéliennes et poursuivi devant les tribunaux militaires israéliens.

 

 

Obaida avait d’abord été arrêté par les forces israéliennes au moment où il venait d’avoir 14 ans. Il avait été arrêté et emprisonné une deuxième fois par les forces israéliennes l’année d’après. Comme l’écrasante majorité des enfants palestiniens arrêtés par les forces israéliennes en Cisjordanie occupée, Obaida avait été accusé de jet de pierres.

Il devait recevoir en juin son diplôme d’un cours professionnel de cuisine, au Collège communautaire Talitha Kumi, dans la ville cisjordanienne de Beit Jala, disent des informations collectées par DCI-P.

En juin, les forces israéliennes ont abattu et tué deux jeunes Palestiniens, Ahmad Zahi Ibrahim Bani-Shamsa, 15 ans, et Mohammad Said Mohammad Hamayel, 16 ans, dans la ville de Beita, en Cisjordanie occupée, alors qu’ils manifestaient contre l’installation illégale d’un nouveau poste avancé israélien, Evyatar, sur des terres appartenant à Beita et à deux autres villages palestiniens, Qabalan et Yatma.

 

Ahmad Zahi Ibrahim Bani-Shamsa, 15 ans (à gauche), et Mohammad Said Mohammad Hamayel, 16 ans (à droite) ont tous deux été abattus et tués par les forces israéliennes dans leur ville natale de Beita, en Cisjordanie occupée.

 

Les colonies d’Israël en Cisjordanie occupée, dont Jérusalem-Est, sont illégales, aux yeux des lois internationales. La politique israélienne d’implantation de ses civils dans les territoires occupés constitue une grave violation des lois humanitaires internationales et équivaut à un crime de guerre, d’après le Statut de Rome de la Cour pénale internationale.

 

3) Les colons israéliens, enhardis par l’État, ont attaqué des enfants palestiniens et ont continué de s’emparer de terres et de biens palestiniens

L’expansion des colonies illégales d’Israël dans toute la Cisjordanie occupée a contribué à une escalade de la violence des colons israéliens contre les Palestiniens, y compris les enfants. La violence des colons israéliens contre les Palestiniens et leurs biens est très répandue et quotidienne, en Cisjordanie. Les colons israéliens infligent leur violence et endommagent et détruisent les biens palestiniens, s’emparent de terres palestiniennes et commettent d’autres délits contre les civils palestiniens vivant en Cisjordanie occupée. À la date du 20 décembre 2021, le Bureau de l’ONU pour la Coordination des affaires humanitaires avait répertorié 450 attaques de colons en 2021, une augmentation de 26 pour 100 par rapport à l’année précédente.

En 2021, DCI-P a répertorié 17 attaques de colons israéliens en Cisjordanie occupée pour la seule journée du 16 décembre. Ces attaques ont blessé 24 enfants palestiniens âgés de 2 à 17 ans. Les colons israéliens ont attaqué ces enfants en les tabassant, en leur jetant des pierres, en les aspergeant de spray au poivre, en les terrorisant dans le même temps qu’ils leur logement, et en tirant à balles réelles. Les attaques ont eu lieu à proximité directe d’un certain nombre de colonies israéliennes illégales installées en Cisjordanie occupée.

Le 14 mai, vers 14 heures, des colons israéliens de la colonie exclusivement juive de Yitzhar ont abattu et blessé deux adolescents palestiniens de 17 ans, Shadi S. and Mahmoud S. (*), au cours d’une attaque de colons dans le village d’Urif, près de Naplouse, en Cisjordanie occupée, rapportent des documents collectés par DCI-P. Des dizaines de colons israéliens de la colonie de Yitzhar, accompagnés et protégés par les forces israéliennes, ont attaqué les résidents palestiniens et leurs maisons à coups de pierres et en tirant des balles réelles.

Yitzhar est très connu comme foyer de la violence des colons israéliens contre les Palestiniens. Cette colonie illégale a été fondée en 1983 en tant qu’avant-poste militaire bien vite transformé en colonie civile. Les villages du voisinage utilisaient précédemment les terres à des fins agricoles et les villageois palestiniens sont donc fréquemment ciblés par la violence des colons de Yitzhar. La yeshiva Od Yosef Chai est installée à Yitzhar et il est bien connu qu’elle encourage ses étudiants à perpétrer des actes violents contre les Palestiniens. Anciennement, la yeshiva était située à Naplouse, jusqu’au moment où elle a dû aller s’installer à Yitzhar, en 2000, durant la Seconde Intifada.

Bien qu’ils soient des civils, les colons israéliens se font livrer des armes à feu par le gouvernement israélien et nombre d’entre eux souscrivent à des credo nationalistes qui se manifestent par une extrême violence à l’égard des Palestiniens, y compris les enfants. Les colons israéliens qui attaquent les Palestiniens sont motivés par la volonté de déposséder les Palestiniens de leur terre, affirme l’organisation israélienne de défense des droits humains, Yesh Din.

Le 17 août, près de Homesh (une colonie israélienne – aujourd’hui évacuée – installée au sud de la ville de Jénine, en Cisjordanie occupée), des colons israéliens ont enlevé et brutalisé Tareq Z., 15 ans. Les colons l’ont poursuivi et heurté avec leur voiture, l’ont lié au coffre du véhicule, l’ont pendu par les bras à un arbre et l’ont battu jusqu’à ce qu’il perde conscience, prétendent des informations recueillies par DCI-P. L’adolescent s’est réveillé à l’intérieur d’un véhicule militaire israélien et a été emmené par la suite par une ambulance palestinienne à l’hôpital gouvernemental de Jénine, où il a été soigné pour ses blessures, dont une rotule fracturée, affirme toute une documentation collectée par DCI-P.

« J’ai regardé autour de moi et j’ai vu environ 70 colons. Une fois qu’ils m’ont aperçu, l’un d’eux m’a frappé à plusieurs reprises dans le dos et dans les jambes avec une barre métallique », a raconté Tareq à un enquêteur de terrain de DCI-P. « Puis un autre colon est venu vers moi et m’a aspergé de spray au poivre, alors que je criais et que j’avais mal. J’étais vraiment effrayé. »

 

 

Bien qu’ils vivent dans le même territoire, les Palestiniens de Cisjordanie occupée sont soumis à la loi martiale israélienne, alors que les colons israéliens qui vivent illégalement dans des communautés permanentes, réservées exclusivement aux juifs et construites sur des terres palestiniennes, sont soumis au système juridique civil d’Israël. Depuis que les forces israéliennes occupent la Cisjordanie, c’est-à-dire depuis 1967, les autorités israéliennes ont établi plus de 200 colonies exclusivement juives qui accueillent environ 700 000 citoyens israéliens, selon The Times of Israel.

L’impunité est généralisée pour les colons israéliens qui s’en prennent à des Palestiniens. Selon l’organisation israélienne de défense des droits humains, Yesh Din, 91 pour 100 des enquêtes sur les crimes idéologiques contre les Palestiniens sont clôturées sans aboutir à une condamnation.

Les autorités israéliennes négligent invariablement d’enquêter sur les plaintes déposées contre les colons. Selon Yesh Din, de 2005 à 2019, quelque 82 pour 100 des dossiers d’enquête concernant des crimes idéologiques à l’encontre de Palestiniens ont été classés en raison de la mauvaise volonté de la police.

 

4) Malgré la pandémie de COVID-19, les autorités israéliennes ont emprisonné des enfants palestiniens en rétention administrative, sans la moindre accusation

La pandémie de COVID-19 n’a pas empêché les forces israéliennes de continuer d’arrêter, d’interroger, de poursuivre et d’emprisonner des enfants palestiniens. DCI-P estime qu’une moyenne de 160 enfants palestiniens étaient détenus en rétention chaque mois par l’armée israélienne. Des données plus précises ne sont pas disponibles parce que le Service carcéral israélien (IPS) a cessé de publier le dénombrement mensuel de ses détenus.

 

 

Les autorités israéliennes ont détenu au moins six enfants palestiniens en rétention administrative, ce qui constitue une forme d’emprisonnement sans accusation ni procès régulièrement utilisée par les autorités israéliennes pour arrêter des Palestiniens, enfants y compris. Les enfants palestiniens détenus sous rétention administrative ne sont pas confrontés à des accusations et leur détention s’appuie sur des preuves secrètes qui ne sont révélées ni à l’enfant ni à leur avocat, ce qui les empêche de préparer une contestation juridique de la détention et de sa base supposée.

Deux des six enfants palestiniens détenus en rétention administrative en 2021 ont été relâchés à la date du 16 décembre, alors que les quatre continuent d’être emprisonnés.

Un enfant palestinien détenu en rétention administrative, Amal Nakhleh, 17 ans, souffre de myasthénie grave, une maladie auto-immune chronique et rare, neuromusculaire, qui provoque une faiblesse des muscles, y compris les muscles utilisés pour respirer et avaler. Son traitement requiert des soins médicaux permanents et il doit prendre des médicaments très régulièrement et sans interruption. Les autorités israéliennes détiennent Amal en rétention administrative depuis le 21 janvier 2021.

 

 

Les commandants militaires régionaux délivrent des ordonnances d’arrestation administrative. Les juges des tribunaux militaires, qui sont des officiers en service actif ou des officiers de réserve de l’armée israélienne, ont l’autorité d’approuver les ordonnances d’arrestation administrative pouvant durer jusque six mois. Il n’y a pas de limite au nombre de fois qu’il est possible de renouveler une ordonnance de détention administrative. Par conséquent, des enfants emprisonnés en rétention administrative sont confrontés à l’incertitude supplémentaire d’un emprisonnement indéfini, outre les combats ordinaires auxquels sont confrontés les prisonniers mineurs d’âge.

Entre 2012 et 2014, les autorités israéliennes ont brièvement suspendu la pratique de l’emprisonnement d’enfants palestiniens en fonction d’ordonnance d’arrestation administrative. Toutefois, depuis octobre 2015, DCI-P a répertorié un total de 41 enfants palestiniens emprisonnés par les autorités israéliennes dans le sillage d’ordonnances de détention administrative, une pratique qui équivaut à la rétention arbitraire, aux yeux des lois internationales.

Le 16 avril, la représentante des États-Unis, Betty McCollum (démocrate-Minnesota), introduisait le projet de loi H.R. (Chambre des Représentants) 2590 qui cherche à promouvoir la justice, l’égalité et les droits humains pour les enfants palestiniens et leurs familles en interdisant aux autorités israéliennes d’utiliser les fonds des contribuables américains pour commettre des violations des droits humains en Cisjordanie occupée. À la date du 16 décembre, le projet de loi H.R. 2590 avait 31 co-sponsors.

La Loi de défense des droits humains des enfants palestiniens et de leurs familles vivant sous occupation militaire, ou H.R. 2590, stipule que nul argent américain versé au gouvernement israélien ne peut être utilisé pour soutenir la rétention militaire ou les mauvais traitements à l’encontre des enfants palestiniens ; la saisie, l’appropriation ou la destruction de biens palestiniens et le transfert forcé de civils en Cisjordanie occupée ; ou pour faciliter la continuation de l’annexion unilatérale de terres palestiniennes par le gouvernement israélien en violation des lois humanitaires internationales.

Le projet de loi établit une certification annuelle et des obligations de rapport au secrétaire d’État afin de prouver que nul argent américain n’a été utilisé par le gouvernement américain pour soutenir les activités prohibées reprises dans la législation. Le projet de loi McCollum requiert également un contrôle des rapports détaillant les violations des droits humains par le gouvernement israélien à l’encontre des Palestiniens.

La législation demande également de la part du Government Accountability Office (GAO – Bureau de la responsabilité gouvernementale), une agence de la section législative du gouvernement qui fournit des audits, des évaluations et des services d’enquête aux représentants, qu’il soumette un rapport au Congrès détaillant les dépenses d’Israël pour ses achats à l’étranger.

Le 20 novembre, Journée mondiale des enfants, DCI-P a organisé la première d’un nouveau documentaire qui montre les expériences de trois enfants palestiniens arrêtés par l’armée israélienne. Plus de 300 personnes du monde entier ont assisté à la première virtuelle du documentaire.

 

 

Israël a l’honneur douteux d’être le seul pays au monde qui poursuit systématiquement, chaque année, entre 500 et 700 enfants dans ses tribunaux militaires, sans leur accorder le moindre droit (à tout le moins fondamental) à un procès équitable.

 

5) Les autorités israéliennes ont activé leur campagne de délégitimation contre la société civile en criminalisant et déclarant hors la loi six organisations de tout premier plan

2021 a été témoin d’une nette escalade dans la campagne des autorités israéliennes en vue de délégitimer la société civile palestinienne ; cette campagne a culminé par la désignation de DCI-P et de cinq autres organisations palestiniennes de la société civile comme « organisations terroristes », le 22 octobre 2021.

Le 29 juillet 2021, vers 5 h 15 du matin, les forces israéliennes de la police paramilitaire des frontières ont effectué un raid au quartier général de DCI-P situé à Al-Bireh, dans le quartier de Sateh Marhaba, juste au sud de Ramallah. Plus d’une douzaine de soldats israéliens ont forcé la porte principale fermée du bureau et ont confisqué six ordinateurs à clavier, deux portables, des disques durs et des dossiers clients relatifs à des enfants palestiniens emprisonnés et représentés dans les tribunaux militaires israéliens par des avocats de DCI-P. Aucun document n’a été laissé dans le bureau pour donner la moindre indication sur la raison du raid et les policiers n’ont laissé derrière eux aucun reçu concernant tout le matériel saisi.

 

Des prises de vue de la vidéo-surveillance à l’intérieur du bureau de DCI-P montre l’entrée dans les locaux des forces israéliennes, à 5 h 15 du matin. Les soldats israéliens se sont déplacés dans les locaux pour rassembler des ordinateurs, des portables et des dossiers, puis, à 5 h 27, ont coupé l’alimentation des caméras de télévision en circuit fermé.

 

 

Le 22 octobre 2021, le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, annonçait que six organisations de la société civile palestinienne, dont DCI-P, avaient été désignées comme « organisations terroristes », en vertu d’une loi israélienne de 2016. Une ordonnance militaire suivait le 7 novembre, décrétant effectivement comme hors-la-loi ces organisations dans les Territoires palestiniens occupés. L’ordonnance militaire criminalise effectivement les activités de ces organisations et autorise les autorités israéliennes à fermer leurs bureaux, saisir leurs avoirs et arrêter et emprisonner les membres de leur personnel.

« Plutôt que d’exiger que les forces israéliennes mettent un terme à leurs graves violations des lois internationales ou que les autorités israéliennes réclament des comptes aux coupables, ces forces nationalistes conservatrices en pleine montée en Israël, y compris les ministères et institutions du gouvernement, cherchent à réduire au silence et à éliminer le travail de DCI-P autour des droits humains, un travail qui dénonce les très fréquentes violations des droits de l’homme inhérentes à l’occupation militaire des Palestiniens par Israël », a déclaré Khaled Quzmar, directeur général de DCI-P dans une déclaration qui a suivi la fameuse désignation. « Nous rejetons la récente désignation par le gouvernement israélien du DCI-P comme ‘organisation terroriste’, puisqu’il s’agit d’une autre action injuste des autorités israéliennes en vue de criminaliser et d’éliminer nos droits humains légaux et notre travail de protection des enfants. »

Les hauts responsables des gouvernements et des Nations unies, dont les experts en droits humains, ont condamné la désignation et ont demandé aux autorités israéliennes d’annuler la désignation immédiatement et de mettre un terme à leurs efforts en vue de criminaliser le travail autour des droits humains. De nombreuses déclarations de solidarité ont été prononcées par des syndicats, des universitaires, des comités éditoriaux, des organisations en faveur des droits humains ou du développement, des célébrités et des artistes, et des personnes à titre individuel.

Le 28 octobre, la représentante des États-Unis, Betty McCollum (démocrate-Minnesota) et neuf autres membres du Congrès ont introduit une résolution à la Chambre des Représentants condamnant la désignation du gouvernement israélien. À la date du 14 décembre, la résolution avait 11 co-sponsors.

Les organisations israéliennes, palestiniennes et internationales de défense des droits de l’homme ou humanitaires sont confrontés à un environnement opératoire de plus en plus difficile et à un espace civique en rétrécissement permanent tant en Israël qu’en Cisjordanie occupée, y compris Jérusalem-Est et la bande de Gaza. Des tentatives récentes en vue de délégitimer les organisations humanitaires et des droits de l’homme opérant dans les Territoires palestiniens occupés en particulier n’ont cessé de se multiplier, ces dernières années, impactant négativement la capacité de ces organisations à fournir de l’aide et à plaider au nom des droits humains palestiniens.

Des tentatives de délégitimation et de désinformation ont progressé grâce à un réseau d’organisations de la société civile nationaliste montante d’Israël et d’organisations associées d’ailleurs, avec le soutien du ministère israélien des Affaires étrangères. Ces efforts revêtent la forme de campagnes de diffamation ciblées et organisées s’appuyant sur toute une série d’allégations concernant la violation de la législation antiterroriste et les lois internationales. Dans la plupart des cas, sinon tous, ces allégations sont erronées et non représentatives et elles déforment complètement les éléments factuels ou juridiques critiques.

DCI-P demande que la communauté internationale recoure à tous les moyens disponibles pour réclamer des comptes aux autorités israéliennes à propos de leurs attaques ciblées et de leur répression à l’encontre les organisations de la société civile palestinienne et pour mettre un terme à la complicité internationale avec le régime d’apartheid d’Israël et le soutien à ce même régime.

 

Publié le 28 décembre 2021 sur DCI-Palestine
Traduit par Jean-Marie Flémal pour Charleroi pour la Palestine

Photo: Libertinus

https://www.investigaction.net/fr/en-2021-les-forces-israeliennes-ont-cible-les-enfants-palestiniens-en-toute-impunite/

Dans PALESTINE

GAZA TIRE UN MISSILE ANTINAVIRE EN ATTENDANT "EPEE DE QODS-2""

Par Le 28/12/2021

Un missile antinavire testé en attendant «Épée de Qods-2»

Monday, 27 December 2021 6:58 PM  [ Last Update: Monday, 27 December 2021 7:14 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Scènes de dévoilement du missile Qassem par la Résistance palestinienne. ©Harbi Press/Archives

Au cours d’un exercice militaire conjoint, les brigades de la Résistance islamique de la Palestine ont tiré des missiles sol-mer, manière de communiquer un sérieux avertissement à l’adresse d’Israël au 13ème anniversaire de son agression contre Gaza.

Les brigades de la Résistance palestinienne affiliées à la branche militaire du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) ont mis en garde le régime sioniste contre la poursuite des agressions contre les Palestiniens ; ces dernières ont d’ailleurs annoncé que « les missiles Qassem-10 sont prêts à être tirés ».

Au 13e anniversaire des agressions du régime sioniste contre Gaza [l’opération militaire israélienne dans la bande de Gaza, qui débuta le samedi 27 décembre 2008], ces brigades ont également annoncé en utilisant des plateformes de réseaux sociaux qu’elles resteraient « le bouclier solide des Palestiniens » et qu’elles continueraient de défendre la terre, les valeurs sacrées et les droits du peuple et des prisonniers palestiniens.

« Plusieurs missiles sol-mer “Qassem-10” ont été tirés dans le cadre du renforcement des capacités militaires des forces de la Résistance », ont-elles ajouté.

Cisjordanie: Gaza décrète la guerre…

Cisjordanie: Gaza décrète la guerre…

Avec la détérioration de la situation sécuritaire en Cisjordanie, la Résistance palestinienne a appelé à l’unité du peuple palestinien pour contrer le terrorisme des colons sionistes.

Insistant sur leur disponibilité à riposter à la moindre bêtise des occupants, les brigades de la Résistance palestinienne ont également indiqué que leur exercice militaire se faisait en vue de renforcer les capacités de la Résistance, dans le cadre d’une démonstration de force dont l’opération Épée de Qods a fait découvrir quelques aspects.

L’avertissement de la Résistance palestinienne à l’adresse des Israéliens indique : « Cessez vos agressions contre le peuple palestinien. La patience des Palestiniens envers vos crimes grandissants, notamment les meurtres arbitraires, l’arrestation des jeunes palestiniens et l’intimidation des civils palestiniens, touche à sa fin. Vous n’aurez d’autre choix que de mettre fin aux attaques contre les habitants sans défense palestiniens de la Cisjordanie, ainsi que les attaques quasi quotidiennes contre la mosquée Al-Aqsa. »

À son tour, l’autre mouvement de résistance palestinien, Hamas, a publié un communiqué à l’occasion de l’anniversaire de la bataille d’al-Furqan (guerre de 2008 contre Gaza). « La résistance élargie et surtout la résistance armée et l’intifada contre les usurpateurs constituent le meilleur moyen afin de restituer les droits bafoués du peuple palestinien et libérer la terre de la Palestine », indique le communiqué du Hamas.

Israël: les missiles tonneront!

Israël: les missiles tonneront!

Échec de la "médiation" égyptienne à Gaza, le spectre balistique de retour

« Les crimes de l’ennemi sioniste contre notre peuple ne s’oublieront pas avec le temps ; le Hamas s’est fixé comme première priorité la libération de tous les prisonniers palestiniens détenus dans les geôles de l’ennemi », a annoncé le mouvement palestinien, ajoutant :

« Plus de 15 ans de blocus imposé à Gaza et les manquements de l’ennemi envers sa responsabilité de réparer les ruines issues de la guerre ont alourdi les souffrances des habitants de cette région. Nous mettons en garde contre une implosion de la situation et les conséquences qui pourraient en résulter. »

« Nous ne permettrons jamais que les agressions et les activités de colonisation et de judaïsation se poursuivent ; l’ennemi occupant est censé tirer la leçon de la bataille Épée de Qods ». « La Résistance continuera de se renforcer ; la tenue des exercices conjoints “Al-Rukn al-Rachid-2” [qu’on pourrait traduire en “pilier solide”] a lieu dans le cadre de cet objectif, puisque nous ne resterons jamais les bras croisés, face aux crimes de l’ennemi contre notre peuple », ajoute le Hamas.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/12/27/673518/gaza-r%C3%A9sistance-missile-qassem-isra%C3%ABl

Dans PALESTINE

CISJORDANIE : GAZA DECRETE LA GUERRE...

Par Le 24/12/2021

L’ordre de mobilisation lancée depuis Gaza en Cisjordanie

Friday, 24 December 2021 6:44 PM  [ Last Update: Friday, 24 December 2021 6:44 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Scène d'affrontement à Gaza. (Photo à titre d'illustration de Fars News)

Avec la détérioration de la situation sécuritaire en Cisjordanie et l’escalade du conflit, le Jihad islamique palestinien et le Hamas ont appelé, dans des déclarations séparées, à l’unité du peuple de Cisjordanie pour contrer le terrorisme des colons et des militaires sionistes.

Selon le site web Paltoday qui se réfère au communiqué du Jihad islamique, les agents du régime sioniste ont arrêté Mohammed Amarna aujourd’hui à Yabd dans la région de Jénine, quelques jours après sa libération. Dans le même temps, le régime sioniste est incapable de faire face aux actions des colons contre les Palestiniens, bien que les coordinations sécuritaires de l’Autorité palestinienne agissent plutôt en faveur du régime sioniste.

Le Jihad islamique a ajouté que dans cette situation, le peuple palestinien doit chercher à confronter lui même les arrestations et les actions des colons.

Le mouvement palestinien a également évoqué l’attaque d’aujourd’hui menée par un colon sioniste contre une femme de 63 ans nommée Ghadir Faqih al-Masalamah à Ramallah qui a causé la martyre de cette dernière, et a déclaré que le régime de Tel-Aviv avait permis ouvertement aux colons de poursuivre leurs tentatives criminelles.

Les funérailles de cette Palestinienne ont eu lieu aujourd’hui à Ramallah en présence de centaines de Palestiniens en colère.

La déclaration a réitéré que la résistance était le seul moyen et que tous les groupes devaient faire tout leur possible pour défendre le peuple palestinien, et que les Palestiniens devaient rester unis contre tout terrorisme sioniste.

Lire aussi : Échec de la « médiation » égyptienne à Gaza, le spectre balistique de retour

Ce détail qui pulvérisera Israël?

Ce détail qui pulvérisera Israël ?

Dans le même temps, le mouvement Hamas a appelé à une coordination sur le terrain et à une résistance globale pour contrer le terrorisme des colons contre le peuple palestinien.

Selon le communiqué du Hamas, la résistance sous toutes ses formes, en particulier la résistance armée, est une réponse pratique aux crimes du régime d’occupation et des colons.

Ces derniers jours, le nombre d’attaques de colons sionistes contre des villages palestiniens et des terres agricoles a augmenté. Ce lundi, les sionistes ont attaqué les maisons des habitants de la ville de Barqa, au nord de Naplouse, cassant des fenêtres et coupant des arbres. Hier soir, en réaction à ces tentatives, les haut-parleurs des mosquées de cette ville ont appelé la population à résister et à s’unir contre les attaques des colons.

Aujourd’hui, les colons ont sévèrement battu un berger dans le village d’Ain Shibli. Ainsi, dans la région de Wadi Qana, les sionistes ont attaqué les Palestiniens et en ont blessé un certain nombre. Dans le village d’Azmut, les colons ont tenté d’enlever un jeune Palestinien, mais ils ont échoué.

Lire aussi :

-Chaîne humaine à Homish fait fuir les militaires sionistes

Israël : panique à bord

Israël : la

Israël : 

Pourquoi les « Opérations commandos en cascade en Cisjordanie » est une arme de destruction massive anti-Israël ?

De violents affrontements ont également éclaté entre les Palestiniens et les officiers du régime sioniste dans certaines régions de la Cisjordanie, après la prière du vendredi. Selon le ministère palestinien de la Santé, 53 personnes ont été blessées au cours de ces affrontements.

Lundi, l’armée israélienne a donné son feu vert à ses militaires en Cisjordanie de tirer contre de jeunes Palestiniens les accusant d’avoir lancé des pierres ou des cocktails Molotov, et selon les nouvelles instructions, les soldats israéliens sont autorisés à procéder à des exécutions sur le terrain de Palestiniens.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/12/24/673320/Hamas-appelle-a-l-unite-des-Palestiniens

Dans PALESTINE

INTIFADA A GAZA : CE N'EST PAS UN SOULEVEMENT, MAIS UNE GUERRE

Par Le 21/12/2021

Intifada à Gaza : ce n’est pas un soulèvement, mais une guerre

Par Makram Khoury-Machool
Arrêt sur info — 19 décembre 2021

 

Facebook

Facebook

Décembre 1987 – Éclatement de la Première Intifada – Photo : archives

Makram Khoury-Machool est un journaliste palestinien. En 1987 il a annoncé le déclenchement de l’Intifada. Il a reçu une balle en plein visage et son reportage est devenu un événement médiatique.

Par  Makram Khoury-Machool

Paru le 12 décembre 2021 sur Al-Mayadeen

Un long film, dont nous ne voyons pas encore la fin, a commencé par une longue attente à l’arrêt de taxi de Gaza à Jaffa. Il n’y a pas eu un seul taxi pendant une heure. Puis, est arrivé un taxi dont le chauffeur Gazaoui, qui s’était retrouvé coincé avec son taxi à Jaffa, m’a pris en hésitant.

Tout au long du chemin, il a continué à exprimer ses doutes : “Je ne sais pas si c’est une bonne idée de retourner à Gaza aujourd’hui. Nous savons tous que si le service arabe de la radio ‘Israël’ dit que la situation est calme, c’est que le contraire est vrai.”

Il était un peu plus de 9h30, lorsque je suis descendu du taxi à Bayt Hanun. J’avais rendez-vous une heure plus tard avec le leader au centre de la ville de Gaza.

Il n’y avait personne dans la rue. Au bout de quelques minutes, j’ai vu trois jeeps de l’armée sur le côté de la route, et non loin d’elles, plus de dix soldats, qui ont ouvert le feu sur l’une des routes secondaires. Je me suis mis à marcher vers le sud, en direction de Gaza, j’ai dépassé les soldats, et je me suis soudain retrouvé dans un no man’s land. Des centaines de manifestants s’avançaient vers moi, en lançant des cocktails Molotov, des pierres et des bâtons.

Derrière moi les soldats israéliens tiraient sur les manifestants. Ils visaient leur ventre, tout droit devant eux. J’entendais les balles siffler autour de moi. Je me demandais comment échapper aux balles quand je me suis rendu compte que j’étais couvert de sang. Je n’avais ressenti ni choc, ni douleur. C’était comme si on m’avait versé une bouteille de sang sur la tête.

J’ai sorti un kuffiyyah rouge et blanc de mon sac et je me suis bandé la tête avec.

Je me suis mis au bord de la route, à l’écart des tirs. Un taxi qui passait m’a pris en charge et m’a emmené à l’hôpital Shifa à Gaza. J’ai entendu des rafales de tirs pendant tout le trajet.

À l’entrée de l’hôpital, une trentaine de médecins en blouse blanche attendaient les blessés. J’étais le premier. Ils m’ont emmené dans la salle d’opération, et dix médecins, dont des chirurgiens, ont commencé à me soigner.

L’un d’eux a pris ma tension artérielle, un deuxième ma température ; un troisième a vérifié mon estomac ; un autre m’a relié à un appareil ECG. J’étais blessé au visage, à côté du nez. Pendant qu’ils me recousaient sous anesthésie locale, un garçon d’environ 17 ans a été amené à l’hôpital. Il avait été abattu par des soldats à Bayt Hanun. Depuis la table d’opération, j’ai vu dans le miroir le canon d’un pistolet qui s’agitait nerveusement sur le rebord de la fenêtre.

La deuxième victime est morte sur la table d’opération, juste à côté de moi.

J’ai quitté la salle d’opération et je me suis retrouvé dans la cour de l’hôpital. Sept soldats se tenaient sur le côté et arrêtaient tous les jeunes qui venaient s’enquérir de l’état de leurs camarades blessés. Je décidai néanmoins d’aller à mon rendez-vous. Là, un homme m’a conduit au chef.

La condition était que je ne sache ni son nom ni aucun détail permettant de l’identifier, comme son lieu de résidence, son lieu de travail et ses études. Plus tard, je l’ai vu en action, donnant des ordres, recevant des rapports, dirigeant des milliers de personnes contre l’armée. Par deux fois, j’ai vu des soldats de Tsahal faire retraite.

Il parle un arabe littéraire parfait et aussi un bon hébreu. Son discours est ouvert et décisif, émaillé de chiffres et de données. Toutes les demi-heures, il reçoit de ses collaborateurs des informations actualisées sur ce qui se passe dans la bande de Gaza. Autour de lui, j’ai vu cinq personnes qui l’alimentaient en nouvelles.

Pendant la journée, je l’ai accompagné dans différents endroits de Gaza et dans les camps de réfugiés de Jabalya nad Shati. Il se tenait droit, ferme, presque immobile. Partout il attirait les gens comme par un aimant. Je discutais avec lui tout en marchant le long des chemins et des allées entre les maisons.

Les Gazaouis qui me voyaient à ses côtés me demandaient ce que je faisais là. Ils ont l’habitude que les journalistes, internationaux comme israéliens, s’installent au quartier général militaire ou alors se déplacent entourés de 20 jeeps, prennent quelques photos et s’en aillent.

Le chef m’a confié : “Nous avons dit à tous nos gens de ne pas croire les panneaux ‘Presse étrangère’, car les colons, l’armée et les occupants s’en servent pour se faire prendre en voiture et entrer dans la bande de Gaza”. Cependant, a-t-il ajouté, “les journalistes juifs progressistes sont les personnes les plus intelligentes et les mieux intentionnées d’Israël.”

Le bandage sur ma tête l’a sans doute rendu moins soupçonneux à mon égard. Pour autant que je puisse en juger, il m’a parlé franchement et avec beaucoup d’honnêteté :

“Ce ne sont pas vraiment des manifestations et ce n’est pas une révolte. C’est une guerre qui se poursuit 24 heures sur 24. Nous travaillons à tour de rôle. Nous avons demandé aux jeunes de se mettre devant, face au feu, et ils n’hésitent pas à le faire. Ils bloquent la route la plus importante pour l’armée. C’est la première fois dans l’histoire que cela se produit. Je parcours toute la bande et je vais dans les camps pour parler aux gens. Il n’y a pas que les écoliers qui manifestent. Tout le monde participe maintenant, de zéro à cent ans. Voici une femme de 55 ans qui a participé aux événements et qui a été frappée avec une matraque par les soldats. Les femmes n’ont pas peur. Quatre-vingt-dix pour cent des habitants de Gaza appartiennent à des groupes politiques. Ils n’ont pas besoin d’instructions de qui que ce soit. Les gens qui vivent sous l’occupation et l’oppression n’ont pas besoin d’être poussés à la révolte.”

Comment organisez-vous les manifestations maintenant ?

“Autrefois, c’était les jeunes qui démarraient les manifestations. Maintenant, tout le monde est dans la rue à 3 heures du matin. Pas dix ou vingt personnes, mais des centaines. Nous ne l’avons pas programmé, mais c’est devenu une habitude, des vagues de personnes sortent, à 3 heures du matin, à midi, en début de soirée. Du soir jusqu’à 3 heures du matin, nous dormons et nous organisons. Parfois, si la situation l’exige, nous sortons même à 22 heures, car pendant la nuit, l’armée ne contrôle pas efficacement les rues car elle ne connaît pas la topographie locale, c’est donc nous qui contrôlons. Par exemple, hier, dans le camp de réfugiés de Jabalya, il y a eu des manifestations toute la nuit et il n’y avait pas un seul soldat, alors qu’il y avait un couvre-feu. Les soldats ont tout simplement fui, car des milliers de personnes formaient une sorte de mur humain mobile, et rien ne peut fonctionner contre une chose pareille, ni une main de fer ni des balles.”

Vous n’avez pas peur ?

“C’est interdit. Il est tout simplement interdit d’avoir peur de quoi que ce soit. Les autorités d’occupation croyaient qu’en ne nous rendant le corps de nos morts que le soir et en nous obligeant à l’enterrer pendant la nuit, il n’y aurait pas de perturbation. Mais nous avons trouvé la solution. Nous enlevons le corps de l’hôpital et nous l’enterrons dans une sorte de manifestation spontanée. Nous avons interdit aux médecins de remettre les corps aux autorités militaires, et de toute façon, les médecins ne contrôlent pas la situation, car nous n’avons aucune difficulté à enlever les corps. Par exemple, ces derniers jours, nous avons enlevé quatre corps et organisé des funérailles nocturnes qui se sont transformées en manifestations. Alors toute la région, comme Khan Yunis hier, est sortie dans les rues. Pas une seule personne n’est restée chez elle. Trente-cinq mille personnes ont participé à ces funérailles au cours desquelles nous avons blessé sept soldats. Hier, j’ai fait plusieurs voyages, de Khan Yunis à Rafah et de Rafah à al-Burayj. Ils étaient des dizaines de milliers, et jusqu’à 3 heures du matin, l’armée n’a pas pu entrer. Il n’y avait que cinquante mètres entre les sentinelles de Gaza et l’armée, et l’armée n’osait tout simplement pas entrer.”

Sur une route secondaire, quelqu’un s’est approché de lui et lui a dit qu’un garçon de 17 ans avait été assassiné à Bayt Hanun. C’était le garçon qui était mort sur la table d’opération à côté de moi. On lui apportait sans cesse de nouvelles informations, comment le jeune avait été frappé, si c’était avec un bâton ou autre chose, sur quelle partie du corps, et où cela s’était produit.

Il m’a expliqué que la distribution de tracts de toute organisation était interdite, mais que s’il le voulait, il pouvait organiser la distribution de tracts tous les jours, sans problème [sic]. “Nous savons repérer leurs informateurs. Nous sentons leur présence, surtout le matin. L’armée cherche nos meneurs, mais elle n’en trouvera pas. Quand il y a un mot d’ordre, et que tout le monde sort dans la rue spontanément. Il n’y a pas de meneurs identifiables”.

Lorsque je l’ai interrogé sur le rôle du chef dans la direction des masses, il s’est montré modeste. “Non, je ne suis pas exactement un leader. Plutôt un donneur d’ordre.” Mais les heures que j’ai passées en sa présence ont montré que ses ordres sont exécutés avec une obéissance quasi religieuse.

Voici comment il voit les choses. “Sur les 650 000 habitants de la bande de Gaza, les autorités d’occupation en ont arrêté 47 000 jusqu’à présent. Chacun d’entre eux est devenu un leader là où il vit. L’arrestation crée un leader. La lutte politise des gens, et ils aiment cela parce qu’ils en ont besoin. Il faut être idiot pour penser que des forces extérieures contrôlent tout ce qui se passe à la base. Les gens appartiennent à toutes sortes d’organisations, qui sont comme des partis politiques de l’État naissant. Même ceux qui n’appartiennent à aucun groupe s’identifient à la lutte dans sa globalité.”

Au fil des ans, une sorte de haine tranquille s’est développée parmi les habitants de la bande de Gaza à l’égard de leurs compatriotes de Cisjordanie. Ils se sentent négligés, voire oubliés. Les journalistes qui rendent compte des événements dans les Territoires occupés partent généralement de Jérusalem occupée. Ils vont souvent jusqu’à Ramallah ou Bethléem, mais se rendent rarement à Gaza.

La Cisjordanie est donc généralement couverte par la presse, alors même que des événements bien plus importants se déroulant à Gaza sont ignorés par les médias.

La loyauté envers ce que l’on appelle “l’unité des rangs palestiniens” empêche les habitants de Gaza d’exprimer leur frustration, mais nombre d’entre eux ont le sentiment que la direction nationale en Cisjordanie les regarde de haut, comme les habitants d’une capitale considèrent habituellement ceux d’une province lointaine. Voilà ce que le chef, a bien voulu me dire à ce propos : “Les Gazaouis, s’ils décident de faire quelque chose, le font jusqu’au bout. La Cisjordanie est presque un paradis comparé à la bande de Gaza. Même une chose aussi simple qu’un passeport est refusée aux Gazaouis. La plupart d’entre eux n’ont qu’une carte de réfugié”.

C’est peut-être la raison pour laquelle la bande de Gaza s’est toujours distinguée par l’indépendance de ses actions. À la fin des années 1960, les groupes clandestins se sont organisés sous l’égide de l’une des organisations palestiniennes, mais même lorsque le contact était établi avec la direction extérieure, il était difficile de le maintenir.

Les décisions relatives aux activités étaient prises dans la bande de Gaza, et les résidents se procuraient généralement eux-mêmes les armes et le matériel de sabotage. Ces dernières années, il a été décidé de maintenir une séparation stricte entre les groupes armés et les militants considérés comme “politiques”. Aucun coup de feu n’a jamais été tiré sur l’armée par les manifestants, ce qui aurait été susceptible de provoquer un bain de sang. Les chefs locaux sont responsables de cette discipline.

“Chaque quartier a son propre chef (mukhtar), qui est généralement une personnalité importante. Du fait de sa conscience politique, de son charisme, et de la situation, il n’aura pas besoin de convaincre quiconque, il lui suffira de donner le signal. Chacun de ces leaders est déjà devenu un symbole. Dans un grand quartier, il y a deux ou trois leaders. Les détenus sont généralement des personnes politiques, qui appartiennent à un courant idéologique et pas nécessairement à une organisation particulière. Le leader crée autour de lui une masse organisée qui, à tout moment, peut aller faire ce qui est nécessaire. En fait, c’est l’armée notre cible. Nous ne manifestons pas quand elle n’est pas là. C’est elle que nous voulons affronter, par tous les moyens possibles.”

Évoquant l’efficacité de l’organisation, il a déclaré : “Hier, cinq cents femmes se sont rendues à Bayt Hanun, et elles n’ont été informées du déplacement que cinq minutes avant leur départ. Toutes les couches de la population sont en fait mobilisées comme dans une opération militaire. Nous sommes capables de bloquer, en quelques minutes, la principale voie de circulation menant à la sortie de la bande de Gaza lorsque nous voulons opérer à travers toute la bande, ainsi que notre courte expérience nous l’a appris. Quand l’armée dit qu’elle a ouvert la route principale, c’est un mensonge car la route est bloquée par notre peuple”.

“Les mosquées ne sont pas des centres d’incitation, ce ne serait pas correct”, a-t-il souligné. “Nous utilisons seulement les haut-parleurs de la mosquée, rien de plus. Maintenant, toute la communauté est unie dans un même front. Pour l’instant, peu importe les organisations, même si l’on sait que le Front populaire est plus révolutionnaire que le Fatah. Le Front populaire et le Fatah assurent la présence de base sur le terrain, même si en termes de nombre, le Fatah est plus important.”

Soudain, il a disparu. Je ne sais pas où. Il n’a pas dit au revoir, ni adieu. Je l’ai retrouvé environ une heure plus tard à l’hôpital Shifa, dans lequel ses forces étaient assiégées depuis cinq heures.

Peu après 11 heures, je suis arrivé au bâtiment de la Croix-Rouge, dans lequel environ deux cents avocats s’étaient barricadés depuis le matin. À 11 h 45, ils ont décidé d’aller en procession silencieuse vers l’hôpital qui s’était rempli de blessés au cours des deux heures précédentes. Une étrange scène s’est alors déroulée dans les rues de Gaza : de nombreuses têtes grises, des dizaines d’hommes en costume-cravate et chaussures cirées, défilaient en silence entre les pneus fumants. Dans la cour de l’hôpital, le chef les a reçus. “Enlevez vos cravates et joignez-vous à tous les autres”, leur a-t-il dit. Certains des avocats âgés étaient offusqués. Mais au bout de cinq minutes, ils jetaient tous des pierres sur les soldats qui encerclaient la zone.

Il y a une petite mosquée à côté de l’hôpital. Le chef y est entré, a placé quelques gardes à la porte, a pris le haut-parleur et a fait entrer ses hommes. La nouvelle de la mort du garçon de Bayt Hanun commençait à se répandre, et des centaines de personnes affluaient vers l’hôpital. En une heure, treize personnes sont arrivées à l’hôpital avec des blessures par balle. J’ai vu une fille qui avait reçu une balle dans les fesses, et un jeune blessé au bras – deux trous, blessures d’entrée et de sortie de la balle.

Tous les bâtiments de l’hôpital étaient déjà pleins, des milliers de personnes. Beaucoup d’entre elles étaient là pour se protéger des tirs dans les rues, dans l’idée que l’armée n’entrerait pas dans l’hôpital. Il était difficile de passer dans les couloirs. On a à nouveau entendu des tirs. Proches, très proches. Le chef a commencé à faire sortir ses hommes. Les jeunes sont sortis en premier, les adultes ensuite, et toutes les femmes derrière eux. Le chef leur a demandé de faire passer des pierres de l’arrière vers l’avant. Une chaîne s’est formée, et ils ont projeté une pluie de pierres. Après chaque lancé de pierres, le chef ordonnait : “Tout le monde, à l’intérieur !”

Les soldats se sont mis à tirer sur un jeune au deuxième étage de l’aile est. Il a sauté dans la cour pour échapper aux tirs. Quelques soldats sont entrés dans l’enceinte de l’hôpital. Le jeune a essayé de s’échapper, mais un soldat lui barrait la route. Il s’est arrêté de courir, s’est mis face au soldat, a ouvert sa chemise pour dénuder sa poitrine et a dit “Tirez !”. Le soldat a pointé son arme sur lui et a tiré d’une distance de quinze mètres.

Cela s’est passé sous mes yeux, à moins de vingt mètres de moi. Le visage du soldat est gravé dans ma mémoire. De partout, on entend des cris : “Blessé ! Blessé !” La fusillade a continué. Le chef a ordonné : “Toutes les femmes, sortez et ramenez le blessé.” Elles sont allées chercher le corps et l’ont couché sur un brancard. Je suis allé dans la salle d’opération. Les médecins m’ont dit que la balle avait coupé une artère principale. Dès qu’on a su que le garçon était mort, des jeunes masqués sont venus emporter le corps. Les soldats se sont retirés à environ 300 mètres, dans la rue Umar al-Makhtar.

Les jeunes ont défilé avec le corps dans une courte procession et ont disparu en quelques minutes. Quelques centaines de personnes sont arrivées avec chaque nouvelle victime ou chaque nouveau corps. Ils ont commencé à faire des cocktails Molotov dans l’hôpital. J’ai vu un petit garçon prendre une bouteille sur le sol : il a sorti de sa poche un flacon de térébenthine en plastique et un chiffon, a rempli et fermé la bouteille, a allumé une allumette et l’a lancée. Des flammes ont commencé à s’élever des pneus qui avaient été roulés dans la cour. Le chef m’a dit qu’en plus des pierres et des Molotov, ils étaient revenus à une méthode ancienne : la fronde, comme David.

Les soldats, qui dans un de leurs assauts s’étaient approchés de l’hôpital, se sont retrouvés coincés entre les pneus en feu, et des centaines de manifestants ont commencé à les encercler. Les soldats ont essayé de fuir, mais les manifestants ont réussi à capturer l’un d’entre eux. Tous ses camarades se sont enfuis.

Le captif a été dépouillé de ses vêtements. Sa veste, son sac et tout son équipement lui on été enlevés. Personne n’a touché à son corps, et il a été libéré avec un simple pantalon déchiré. S’ils l’avaient voulu, ils auraient pu le tuer. Ils ont ouvert le sac, l’ont fouillé et ont demandé où étaient les grenades. Certains d’entre eux ont commencé à danser, avec le chargeur du fusil dans une main et un signe “V” dans l’autre. Ils ont jeté la veste et la chemise du soldat par terre et se sont mis à les piétiner.

Je leur ai demandé : “Pourquoi êtes-vous si heureux ?” et ils ont répondu : “C’est une grande humiliation pour l’occupation.”

Après cette victoire, le leader a trouvé quelques minutes pour moi. “Autrefois, il était difficile de tenir ne serait-ce qu’une grève”, a-t-il dit. “Aujourd’hui, ils font grève facilement. L’armée ouvre les magasins, et ils les ferment. Rashad al-Shawwa (maire de Gaza, ndt), qui n’a plus aucune influence, dit que ce qui se passe dans la bande est l’expression du désespoir des gens. Mais ceux qui sont désespérés ne luttent pas. Ils se rendent. Nous n’avons presque pas d’armes à feu, mais si ça continue comme cela, nous ne repousserons pas seulement les soldats jusqu’à Eretz Junction [le principal carrefour routier à l’extérieur de la bande de Gaza], nous les repousserons jusqu’à Tel Aviv.”

Ma blessure a commencé à me faire souffrir. Des médecins se sont empressés autour de moi, me proposant des compresses de glace et des antibiotiques. Par contre, lorsque je suis sorti de l’enfer, après minuit, j’ai dû attendre quatre heures à l’hôpital Ichilov de Tel Aviv pour être soigné.

Un autre blessé, qui avait reçu une balle dans la tête, a été amené à la porte de l’hôpital. Il est mort peu de temps après. Son corps a été enlevé de la même manière que les précédents. Les soldats ont à nouveau pénétré dans la cour de l’hôpital. On a entendu des rafales de tirs dans le bâtiment. L’écho a ajouté au bruit et à la confusion. Les gens ont commencé à se barricader à l’intérieur. Il y avait déjà quelques blessés, mais on n’avait pas eu le temps de les soigner. Le chef a crié aux femmes de sortir et de s’occuper des blessés, malgré le danger.

Pour chaque blessé, vingt personnes se précipitaient pour donner du sang. Vingt-huit blessés sont arrivés en peu de temps, dont trois avec des blessures graves. L’un d’entre eux est décédé à 19 heures. Dans la salle d’opération, des dizaines de médecins travaillent sans relâche, comme sur un tapis roulant. Vers 13 heures, un garçon de 10 ans a été abattu dans la cour de l’hôpital, sous les yeux de sa mère. Son corps a été enveloppé dans un drap d’hôpital vert et placé sur une planche de bois, ornée de deux feuilles de palmier.

Je suis monté sur le toit. A 3h15, l’attaque aérienne a commencé ; un hélicoptère a fait 18 tours et a lâché des grenades lacrymogènes. Tout le monde s’est mis à tousser. Ceux qui n’avaient pas reçu de gaz d’en haut en ont reçu d’en bas. Des coups de feu ont été entendus depuis l’hélicoptère. J’ai entendu le haut-parleur de l’armée annoncer que l’hôpital avait été déclaré zone militaire fermée. La zone a été attaquée de trois côtés. Les portes en fer ont été immédiatement enfoncées, et 45 minutes de tirs ont commencé. Quarante habitants de Gaza ont été arrêtés. Beaucoup ont été blessés. J’ai vu un homme courir, en traînant son pied.

J’avais l’impression d’être une cible vivante. Heureusement que mon enregistreur est allumé, ai-je pensé. Au moins, je vais enregistrer la façon dont j’ai été tué. Une trentaine de jeeps sont entrées dans la zone de l’hôpital, et des coups de feu ont été entendus de toutes les directions. Certains des blessés ont sauté par-dessus la clôture de l’hôpital pour se réfugier dans le verger voisin. D’autres se sont enfuis dans les allées entre les maisons voisines, dans lesquelles il est difficile pour l’armée de pénétrer. J’ai entendu les cris des mukhtars, qui étaient battus à coups de matraque.

Je suis entré dans une des maisons voisines et j’ai composé le numéro du ministère de la sécurité, le bureau du premier ministre. Occupé. Pas d’accès. J’ai composé le numéro de la Knesset. Ils m’ont dit qu’il n’y avait pas un seul membre de la Knesset dans les locaux. “Ils sont quelque part dans les environs, mais il est impossible de les joindre.” L’opérateur a réussi à joindre Tawfiq Ziyad. “Je soulèverai la question à la Knesset”, m’a-t-il dit. J’ai également contacté la Croix-Rouge. Ils ont dit qu’ils viendraient. Ils ne sont pas venus. J’ai vérifié mon pouls. Cent vingt battements par minute.

Une manifestation composée de milliers de personnes du camp de réfugiés de Shati’ est arrivée à l’hôpital. Ils avaient entendu parler des morts. Dans la rue, j’ai rencontré le médecin qui s’était occupé de moi lorsque j’avais été blessé le matin. Il m’a invité à me reposer chez lui et il m’a donné des pilules contre la douleur. Il y avait là un autre médecin. Ils m’ont tous deux examiné. Ils ont dit que j’avais peut-être le menton fracturé. À 16 heures, le couvre-feu a commencé. La nuit a commencé à tomber. L’armée a coupé l’électricité, les habitants se sont assis dans des maisons obscures et ont allumé des bougies. Dans le quartier musulman de Jérusalem occupée, Ariel Sharon a allumé la première bougie de Hanoukka dans sa nouvelle maison.

Je suis monté sur le toit de la maison du médecin. Tout autour, il y avait des rassemblements de personnes et des pneus en feu. Les soldats avaient disparu. L’obscurité, disent les Gazaouis, est la meilleure arme contre les forces d’occupation. Il y avait des milliers de personnes dans les rues. Voilà à quoi ressemblait le couvre-feu. J’ai contacté le journal pour trouver un moyen de sortir de Gaza. Deux Gazaouis ont vérifié le terrain et m’ont dit que la route principale était bloquée. Le médecin m’a proposé de dormir chez lui. À 21 heures, l’électricité est revenue. “A cette heure-ci, ce sont les pierres qui font la loi dans les rues”, m’ont-ils prévenu. “C’est dangereux de sortir.” J’ai décidé de partir quand même.

J’ai marché environ un kilomètre dans les rues vides jusqu’au poste de police. La porte était fermée à clé. Les policiers ont sorti leurs armes et les ont pointées sur moi et ce n’est qu’après avoir vérifié mes papiers que j’ai pu entrer. Lorsque la voiture du gouvernement militaire est venue me chercher pour m’emmener à Eretz Junction, quelques policiers sont montés sur le toit du poste de police afin de me protéger pendant les dix mètres que je devais parcourir dans la rue jusqu’à la voiture.

À Eretz Junction, à moins de dix kilomètres du cœur des événements, étaient assis quelques réservistes à moitié assoupis. Ils m’ont demandé ce qui se passait à Gaza et comment j’avais été blessé. Je leur ai dit qu’on m’avait demandé d’être l’arbitre d’un match de basket-ball entre le Maccabi Hebron et l’Hapoel Gaza. La foule m’a attaqué, leur ai-je expliqué, et m’a traité de fils de pute. L’un des réservistes m’a dit qu’il jouait lui-même au basket. Il m’a demandé quel était le niveau des joueurs arabes et qui avait gagné le match.

Makram Khoury-Machool

Makram Khoury-Machool est un universitaire palestinien-britannique spécialisé dans les relations internationales et la communication politique. Il est directeur du Centre européen pour l’étude de l’extrémisme à Cambridge, Royaume-Uni.

Traduction :  Dominique Muselet

Source: Al-Mayadeen

https://arretsurinfo.ch/intifada-a-gaza-ce-nest-pas-un-soulevement-mais-une-guerre/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=intifada-a-gaza-ce-nest-pas-un-soulevement-mais-une-guerre

Dans PALESTINE

LES DETENUS PALESTINIENS DU TUNNEL DE LA LIBERTE REMERCIENT SAYED NASRALLAH

Par Le 07/12/2021

Les détenus palestiniens du tunnel de la Liberté remercient Sayed Nasrallah (Vidéo)

 Depuis 8 heures  7 décembre 2021

Des détenus palestiniens dans un tribunal israélien à Nazareth.

Des détenus palestiniens dans un tribunal israélien à Nazareth.

 Article traduit - Moyent-Orient - Palestine

 

Rédaction du site

Les prisonniers palestiniens ont remercié le secrétaire général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, lors de leur comparution lundi 6 décembre devant un tribunal israélien à Nazareth.

Trois prisonniers, Iyad Jradat, Ali Abu Bakr et Mahmoud Shreim, ont comparu devant un tribunal israélien pour avoir aidé les six prisonniers du tunnel de la liberté à s’évader de la prison israélienne ultra-sécurisé de Gilboa, le 6 septembre 2021.

Ils appartiennent aux Brigades Al-Quds, la branche militaire du mouvement de résistance du Jihad islamique.

Iyad Jradat, a remercié Sayed Nasrallah pour avoir offert son soutien aux prisonniers palestiniens.

« Nous remercions le cheikh (Sayyed) Hasan Nasrallah, qui a ordonné à nos frères du Hezbollah d’être en alerte de l’autre côté de la frontière pour accueillir les évadés (palestiniens) », a lancé Jradat entouré des soldats d’occupation israélienne.

Il faisait référence à l’évasion héroïque de Gilboa des six prisonniers palestiniens : Mahmoud Al-Arda, Yaaqoub Qadri, Mohammad Al-Arda, Zakaria Zoubeidi, Ayham Kamamji et Mounadel Infaiaat.

Quatre d’entre eux avaient été arrêtés par les forces d’occupation le 11 septembre après six jours de liberté temporaire. Tandis que Kamamji et Infaiaat ont été détenus de nouveau le 19 septembre dans la ville de Jénine en Cisjordanie occupée.

Dans un discours prononcé le 13 septembre, Sayed Nasrallah a déclaré que les combattants du Hezbollah de l’autre côté de la frontière entre le Liban et les territoires palestiniens occupés étaient en état d’alerte pour accueillir l’un des deux évadés au cas où ils réussiraient à atteindre la frontière libanaise.

« Hier, lorsqu’on a évoqué une probable tentative d’infiltration à la frontière libanaise, nous avons attendu avec liesse et une grande joie que cela ait lieu. Quoi qu’il en soit, c’est un devoir d’apporter un soutien à ces deux moudjahidines », a déclaré Sayed Nasrallah.

Source: AlManar

https://french.almanar.com.lb/2206701

Dans PALESTINE

L'ARMEE ISRAELIENNE ABAT UN JEUNE PALESTINIEN DANS LA VILLE D'AL-QODS OCCUPEE

Par Le 04/12/2021

Les soldats israéliens tuent à la distance zéro un jeune palestinien dans la ville d’al-Qods occupée (Vidéo)

 Depuis 4 heures  4 décembre 2021

martyr_babalamoud-jpg1

 Moyent-Orient - Palestine

 

 

 

 

Rédaction du site

mohamad_chawkat_martyr

Un jeune Palestinien a été abattu par les forces d’occupation israéliennes après avoir poignardé un colon dans le cou et le dos, le blessant grièvement.

Des sources locales ont indiqué pour l’agence Pal Today que les soldats des soi-disant gardes-frontières ont tiré sur le jeune Palestinien à une distance zéro, près du rond-point d’Al-Masara, dans le quartier de Bab Al-Amoud, dans la ville occupée d’al-Qods (Jérusalem).

Les sources ont ajouté que les forces d’occupation ont attaqué les passants présents à proximité de la zone, en tirant sur eux des grenades lacrymogènes, après avoir tiré sur le jeune homme.

Selon des activistes sur les réseau sociaux, le jeune palestinien s’appelle Mohamad Chawkat Salimat (25 ans). Il est originaire de la ville de Salfit

Selon des sources israéliennes, le jeune Palestinien a poignardé un colon ultra-orthodoxe de 20 ans dans le cou et le dos. Il a été emmené dans une ambulance à l’hôpital où ses blessures ont été décrites comme modérées à graves.

Durant le mois de novembre dernier, la Cisjordanie et al-Qods occupées ont connu une recrudescence des opérations de résistance au cours desquelles 4 Palestiniens sont tombés en martyrs et un reserviste israélien a été tué. Il y a eu 27 blessés.

 

 

 

 

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2205194

Dans PALESTINE

L'ARMEE ISRAELIENNE ABAT UN JEUNE PALESTINIEN A AL-QODS OCCUPEE

Par Le 04/12/2021

Les soldats israéliens tuent à la distance zéro un jeune palestinien dans la ville d’al-Qods occupée (Vidéo)

 Depuis 4 heures  4 décembre 2021

martyr_babalamoud-jpg1

 Moyent-Orient - Palestine

 

Rédaction du site

mohamad_chawkat_martyr

Un jeune Palestinien a été abattu par les forces d’occupation israéliennes après avoir poignardé un colon dans le cou et le dos, le blessant grièvement.

Des sources locales ont indiqué pour l’agence Pal Today que les soldats des soi-disant gardes-frontières ont tiré sur le jeune Palestinien à une distance zéro, près du rond-point d’Al-Masara, dans le quartier de Bab Al-Amoud, dans la ville occupée d’al-Qods (Jérusalem).

Les sources ont ajouté que les forces d’occupation ont attaqué les passants présents à proximité de la zone, en tirant sur eux des grenades lacrymogènes, après avoir tiré sur le jeune homme.

Selon des activistes sur les réseau sociaux, le jeune palestinien s’appelle Mohamad Chawkat Salimat (25 ans). Il est originaire de la ville de Salfit

Selon des sources israéliennes, le jeune Palestinien a poignardé un colon ultra-orthodoxe de 20 ans dans le cou et le dos. Il a été emmené dans une ambulance à l’hôpital où ses blessures ont été décrites comme modérées à graves.

Durant le mois de novembre dernier, la Cisjordanie et al-Qods occupées ont connu une recrudescence des opérations de résistance au cours desquelles 4 Palestiniens sont tombés en martyrs et un reserviste israélien a été tué. Il y a eu 27 blessés.

 

 

 

 

Source: Médias

   

https://french.almanar.com.lb/2205194

Dans PALESTINE

EFFERVESCENCE A JENINE : LES JUDAS DE L'AUTORITE PALESTINIENNE MENACENT LES RESISTANTS D'UNE CAMPAGNE SECURITAIRE, A LA DEMANDE D' "ISRAËL"

Par Le 25/11/2021

Effervescence à Jénine : l’Autorité palestinienne menace les résistants d’une campagne sécuritaire, à la demande « d’Israël »

 Depuis 4 heures  25 novembre 2021

jenine

 Moyent-Orient - Palestine - Spécial notre site

 

Rédaction du stie

Depuis l’évènement de l’évasion des six prisonniers palestiniens de la prison israélienne de Gilboa, tous originaires de la ville de Jénine, dont deux d’entre eux s’étaient abrités dans le camp avant d’être arrêtés, les rencontres entre les responsables sécuritaires israéliens et ceux de l’Autorité palestinienne n’ont connu aucun répit.

Les Israéliens ont menacé d’une incursion pour mettre fin aux cellules de la résistance dans la ville de Jénine. Mais craignant que cette incursion ne provoque une escalade avec la bande de Gaza et ne fasse exploser la situation en Cisjordanie, ils se sont finalement résolus à laisser faire l’AP.

Durant ces dernières semaines, des renforts des forces de sécurité palestiniennes ont été dépêchés dans la ville, pour la première fois depuis plusieurs années, sous l’œil vigilant des soldats israéliens.

Et à partir du samedi 20 novembre, elles se sont mises à exécuter la première partie de ce plan, en lançant l’assaut contre les périphéries de la ville.

Mais la riposte des jeunes palestiniens a été virulente, à coups de pierres et des accrochages s’en sont suivis au cours desquels les résistants ouvrant le feu sur leurs sièges.

Les forces palestiniennes se sont finalement résignées à se retirer.

Selon les sources d’al-Akhbar, les services de sécurité palestinienne sont décidés à entrer dans le camp et leurs opérations pourraient se poursuivre plusieurs semaines.
Elles ont pour objectif d’arrêter des résistants et de confisquer les armes entre leurs mains au motif d’empêcher les forces d’occupation d’attaquer le camp.

La nouvelle qui a été révélée par les médias israéliens a été confirmé par le maire de Jénine Akram al-Rajoub qui a affirmé que l’AP a pris la décision de mettre fin aux apparitions d’éléments armés
« Nous allons traquer tous les éléments responsables du chaos sécuritaire. Ce qui se passe à Jénine relève des actions hors-la-loi », a-t-il dit lors d’une interview avec une radio locale, menaçant le Hamas « d’une riposte sévère ».

En plus du Hamas, deux autres organisations se côtoient à Jénine :  les brigades d’al-Aqsa du Fatah et celles d’al-Qods du Jihad islamique.

L’adjoint de Rajoub,  Kamal Abou al-Rab a enchaîné en assurant : « nous avons une action sécuritaire continue et les obsèques de Wasfi ont été un indice très dangereux ».

Le 12 novembre, lors du cortège funèbre d’un responsable du Hamas et ancien ministre des Détenus Wasfi Qabha, des hommes encagoulés ont fait leur apparition parmi la foule. Appartenant aux brigades des Qassam, ils portaient des mitrailleuses automatiques sophistiquées. Des nouvelles. Dans le passé, ils étaient munis de fusils et d’engins explosifs de fabrication locale.

Depuis le début de l’an, la situation à Jénine, dans la ville et son camp est en pleine effervescence. Il y a eu 14 martyrs palestiniens dans des accrochages avec des soldats israéliens. Le cheikh-point israélien al-Jalmat fait l’objet d’attaques incessantes aux tirs de feu et aux engins explosifs fabriqués localement.

Les autres régions de la Cisjordanie occupée sont aussi le théâtre d’affrontements presque quotidiens.
La semaine passée, les images d’une vidéo postée sur la Toile ont montré des soldats israéliens faisant l’objet de tirs nourris, dans la ville de Toubass, après avoir arrêté un jeune palestinien, prendre la fuite et le laisser par terre.

A Naplouse, un autre point militaire israélien établi au sommet de la montagne Jarizam faisait l’objet de tirs de feu, après la capture d’un jeune palestinien accusé d’exécuter des opérations contre les forces d’occupation.

Et en l’espace d’une semaine, la vieille ville sainte d’al-Qods avait un rendez-vous avec deux opérations de résistance successives : la première par le jeune de 16 ans Omar Abou Asab qui a attaqué deux soldats au couteau, puis celle de Fadi Abou Chkeidim qui au moyen d’une mitrailleuse Carlo, de fabrication locale, a tué un soldat de réserve de la brigade des parachutistes israéliens et blessé d’autres. Cette dernière a été revendiquée par le Hamas.

Des sources informées ont révélé pour al-Akhbar, que la liste de ceux qui sont recherchés et traqués par les forces d’occupation ne cesse de s’allonger, comme jamais avant dans le passé.

Ces sources ont écarté le scénario de la confrontation, estimant que l’AP aura plutôt recours à un règlement à l’amiable, car la solution sécuritaire s’est avérée inutile, surtout à Jénine.

Les choses pourraient dans les semaines prochaines aboutir à un compromis non officiel pour mettre fin aux défilés des jeunes armés en échange de la suspension de la campagne sécuritaire de l’AP, ont-elles prévu.  A moins que les soldats israéliens ne reprennent leurs incursions de nuit de grande envergure , ils seront alors confrontés nécessairement à des résistants armés.

https://french.almanar.com.lb/2198572

Dans PALESTINE

LE FRONT POPULAIRE DE LIBERATION DE LA PALESTINE (FPLP) EXPRIME SON SOUTION A LA REVOLUTION CUBAINE

Par Le 21/11/2021

21 Novembre 2021

Le Front populaire de libération de la Palestine exprime son soutien à la révolution cubaine
Beyrouth, 18 novembre (Prensa Latina) Le Front populaire de libération de la Palestine a exprimé aujourd'hui son soutien à la révolution cubaine lors d'une visite à l'ambassade du pays des Caraïbes à Beyrouth.

18 novembre 2021
CST06:38 (GMT) -0500
Emmenés par son représentant au Liban, Marwan Abdelal, les membres de la délégation palestinienne ont élevé la voix pour défendre Cuba contre l'ingérence et les plans de déstabilisation des États-Unis.

Marwan a remis au chef de la mission diplomatique, Alexander Pellicer, une lettre adressée au président et premier secrétaire du Comité central du Parti communiste de Cuba, Miguel Díaz-Canel.

Dans ce message, les signataires réaffirment leur soutien à la bataille contre les plans impérialistes et expriment leur confiance dans la fermeté et la résistance du peuple cubain pour en sortir victorieux.

Auparavant, Jihad Suleiman, du Front démocratique pour la libération de la Palestine, a souligné que la présence de médecins cubains dans le monde est un exemple des prémisses de sa Révolution, sauver des vies avant le profit.

De son côté, le secrétaire général du parti communiste libanais, Hanna Gharib, considère Cuba comme un joyau du socialisme, dont il tire dignité, résistance et insistance pour qu'il serve d'exemple au monde.

D'autre part, le chef du Parti démocratique populaire libanais, Mohamed Hachicho, a souligné que depuis le triomphe révolutionnaire de 1959, le peuple, le gouvernement et l'État cubains ont soutenu les causes justes du monde, y compris celle de la Palestine.

mem/arc


source : https://www.prensa-latina.cu/2021/11/18/organizacion-de-palestina-patentiza-su-respaldo-a-revolucion-cubana

Tag(s) : #FPLP#Cuba#palestine

Dans PALESTINE

EN "ISRAËL", LA NEGLIGENCE MEDICALE VIENT DE TUER UN 72e DETENU PALESTINIEN

Par Le 18/11/2021

En ‘Israël’, la négligence médicale a tué un 72ème détenu palestinien

 Depuis 6 heures  18 novembre 2021

sami_alamour1

 Moyent-Orient - Palestine - Spécial notre site

 

Rédaction du site

alamouralamour-jpg1

‘Israël’ ne lésine pas sur les moyens pour se débarrasser des Palestiniens en toute impunité.

Gâchette facile, négligence médicale, sévices dans les prisons… pas un jour ne passe sans qu’un Palestinien ne succombe.

Emprisonné depuis 2008, le détenu Sami al-Amour est décédé à l’âge de 39 ans ce jeudi 18 novembre, élevant à 227 le nombre des détenus martyrs selon le Bureau médiatique des détenus (BMD). Il fait partie des 72 d’entre eux qui ont succombé pour négligence médicale. Ce que les Palestiniens appellent « la mort lente », ou « la mort en blouse blanche »

« Originaire de Der al-Balah, dans la bande de Gaza et condamné à 19 années de prison, il avait des problèmes cardiaques et les autorités pénitencières de l’occupation ont exercé sur lui une négligence médicale préméditée », a accusé le BMD.

Atteint d’une anomalie cardiaque depuis sa naissance, elles l’ont traité aux analgésiques pendant de longues années, au fur et à mesure que son état de santé se détériorait, assure son frère Ahmad pour l’agence al-Qods. Et elles ne l’ont hospitalisé que lorsque son état est devenu incurable et ce, trois jours avant son décès. Il a subi deux opérations de suite qui se sont avérées inutiles.

Il avait passé 14 heures sur le checkpoint israélien lors de son transfert de la prison de Nafhat dans le Néguev , vers celle d’Ashkelon, jusqu’à l’hôpital israélien Soroka à Bir al-Sabea (Beersheba) en Palestine occupée.

pere_alamour

« Sami a vécu avec moi pendant 25 ans. Il n’avait rien. Ils ont dit que ses artères étaient bouchées et après ils ont dit que c’était une maladie congénitale. Je leur ai dit qu’il a vécu avec moi de longues années et il ne souffrait de rien. C’est l’occupation qui assume la responsabilité de sa mort si elle l’avait bien soigné ceci n’aurait pas eu lieu », a dit son père.
Et de poursuivre : « il a passé sa vie en prison. A Nafhat, à Sabaa, a Rouh, après ils l’ont arrêté en 2008 et l’ont condamné à 19 ans de prison ».

Selon son frère Ahmad, pendant les 14 années de sa séquestration, il était interdit aux membres de sa famille de lui rendre visite à l’exception de ses parents. Mais ils n’ont été autorisés à le voir que trois fois seulement durant cette durée.

mere_alamour-jpg1

« J’espérais qu’il soit libéré dans la transaction en cours. Je ne l’ai pas vu de son vivant, j’espère le voir mort », a dit sa mère en pleurant.

Rien n’est moins sûr.
Selon l’organisme des Affaires de détenus, son corps pourrait rester confisqué pendant les quatre autres années restantes de sa condamnation.
C’est le cas des cadavres de 7 autres prisonniers palestiniens décédés.

Au début du mois de septembre, le détenu Hussein Massalmeh avait succombé à une leucémie qu’il a contractée en prison et n’a été hospitalisé qu’après avoir atteint un stade critique. Il avait été libéré quelques mois avant son décès.

Sur les 4650 détenus dans les prisons israéliennes, 500 femmes et hommes sont atteints de maladies chroniques dont 15 cancers.

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/2193171

 

Dans PALESTINE

LE PEUPLE PALESTINIEN FACE AUX EQUIVOQUES "DU MONDE LIBRE" ET A LA FELONIE DU "MONDE ARABO-MONARCHIQUE"

Par Le 16/11/2021

Le peuple palestinien face aux équivoques du « monde libre » et à la félonie du « monde arabo-monarchique »

 

 

Par DJERRAD Amar

Par cette agression sanglante et incessante, sur Gaza, contre les Palestiniens, un peuple spolié de sa terre par un « Israël » factice encrassé par une idéologie colonialiste et fasciste que soutient par allégeance et ressemblance un Occident à histoire jalonnée de contradictions, surtout de déshumanisation, on doit retenir la résurgence sinon la persistance des idéologies extrémises et nihilistes entraînant de récurrentes ruptures d’équilibres qui se manifestent par des souffrances et des incertitudes.

Ce qui se déroule dans le monde arabe, avec cette tempête controuvée baptisée « Printemps arabe », ne saurait être dissociée des crises économiques cycliques du Grand capital et de ses conséquences sociales, politiques et institutionnelles. La solution de ce Capital, pour surmonter ses crises, a toujours été, au travers de son évolution historique, de conquérir encore plus d’espaces économiques par la force des armes, sinon par des artifices de plus en plus subtiles. Ainsi, il est passé de l’esclavagisme au colonialisme, puis au néo-colonialisme pour aboutir au chemin inverse dans une tentative de recolonisation et Dieu seul connait la suite. Comme le monde a changé grâce à la Science et la Technologie, leurs stratégies, leurs tactiques, leurs moyens et leurs procédés ont également changés, mais pour les mêmes buts et les mêmes objectifs issus d’idéaux, qui eux n’ont pas changés, même dissimulés dans de grossiers sophismes.

Dans ce jeu de partage et de domination du monde on a imposé un « État » factice, un corps étranger, là où les richesses pétrolières sont abondantes, presque simultanément avec la création d’ « États arabes » liges sous forme d’oligarchies héréditaires où la puissance de l’argent est prépondérante ; de grandes ploutocraties rigides et féroces : un “État d’Israël” sans foi ni loi jouant le rôle de gendarme du Moyen-Orient et des Émirats/roitelets – liges dévoués à leurs protecteurs qui leur assurent la pérennité de leurs dynasties.

Depuis les accords secrets de Sykes-Picot de 1916 et la Déclaration Balfour de 1917 – qui aboutit à la partition de la Palestine en « deux Etats juif et arabe » en 1947 - le monde, en particulier le Moyen-Orient, n’a cessé de connaitre l’instabilité. L’ensemble des peuples arabes et musulmans refusent à ce jour cette injustice, d’inspiration opportuniste sioniste, décidée dans le sillage du démantèlement de l’empire ottoman suite à sa capitulation.

La question palestinienne reste, depuis, la pomme de discorde entre un monde occidental, pro-israélien et pro-sioniste, à histoire sulfureuse jalonnée d’immoralité, qui ne s’est pas guéri de ses velléités colonialistes et un monde anti-colonialiste et anti-impérialiste, dont les arabes, qui refusent cette hégémonie inhumaine contraire à la morale et à la raison. « Les splendeurs et les horreurs de demain résident dans les décisions ou éclairées ou malavisées d’aujourd’hui. » (Yves Breton)

L’Organisation de la Conférence islamique (OCI), crée en 1969, devenue « de la coopération » en juin 2011 ( certainement pour accabler la Syrie qu’elle suspend d’ailleurs 1 mois et demi après) avec 57 États membres regroupant plus de 2,5 milliards des musulmans à travers le monde (dont un des buts est de « soutenir la lutte du peuple palestinien et l’aider à retrouver ses droits et à obtenir, par la diplomatie, les territoires revendiqués comme leurs ») avec aussi sa soixantaine Conférences islamiques au Sommet et sa quarantaine de Conseil des Ministres des ministres des AE, ainsi que la Ligue dite des « États arabes », créée en 1945 regroupant 22 États arabes (dont l’objectif est d’« d’unifier la ‘nation arabe’, de défendre les intérêts des États membres, de faire face à toute ingérence des puissances dans la région ») avec sa trentaine de sommets, dont 12 en ‘urgence’ concernant la Palestine, n’ont toujours pas réglé le problème de colonisation de la Palestine. 60 années de tergiversations pour aboutir à l’effet inverse avec plus de colonies, plus de morts, plus d’instabilité, plus de divisions, plus de domination. L’Occident « des lumières » qui a imposé la « liberté » et « l’égalité » ne veut pas voir chez les autres peuples les mêmes injustices qu’il a subi. Il y trouve, par contre, un prétexte pour plus d’iniquité et de supériorité. Nietzsche y voyait déjà , dans « Le Déclin de l’Occident » une décadence par une crise d’une civilisation malade. « On veut la liberté aussi longtemps qu’on n’a pas la puissance ; mais si on a la puissance, on veut la suprématie » affirme-t-il.

Les arabes qui voulaient l’Union pour imposer « une force de proposition et d’impulsion » se sont avérés, avec le temps, profondément divisés, incapables d’une quelconque initiative, même de paix. Plus grave, ils se servent désormais de leurs propres « Organisations » pour nuire à leurs membres au profit de ceux qu’ils prétendent combattre ! La limite de la perversion. Deux visions politiques antinomiques s’affrontent. L’une « pro-occidentale » que mène l’axe monarchique, l’autre plus « indépendantiste » que mène l’axe républicain. D’où leur putréfaction et leur neutralisation.

Dès-lors, la question palestinienne ne saurait, désormais, être réglée par les arabes. Il devient impossible, voire dangereux pour eux, qu’ils prennent en charge le problème de colonisation de la Palestine ; du moins dans leur configuration politique actuelle basée sur la félonie. Seuls les palestiniens, unis, sont à mêmes de trouver la solution à leurs tourments selon leurs intérêts exclusifs. Se voir dicter les choses par certains États arabes, spéculateurs, opportunistes et corrompus, pour de l’argent, est une tactique perdante qui mène à la faillite. La preuve, 60 ans déjà sans arriver à un semblant de paix ! Même le projet d’une reconnaissance pourtant « partielle » s’était vu « torpiller » par des actions d’apparences pour la « cause », mais qui en fait va dans le sens d’une dilution de la Palestine et de son peuple, du moins d’envoyer la « question » aux calendes grecs en attendant, peut-être, le fait accompli, c’est-à -dire quand tout sera fini.

Plusieurs régimes arabes vivent et se maintiennent grâce à ce statuquo sur la Palestine. Ils useront de tous les artifices, dont financiers et politico-socio-religieux, pour que leur problème ne se règle pas. Bien plus, ils s’emploient à neutraliser tous les États arabes et autres de l’axe de la résistance au sionisme en leur fomentant des « révolutions » dites « printemps arabe » sur des principes aux antipodes des fondements de leur régime ! Les pétromonarchies du Golfe, en particulier l’Arabie Saoudite et le Qatar sont la cause des désespoirs du monde arabe, de leur impuissance pour leur félonie, leur corruption et leur illégitimité.

La puissance d’un pays se constate plus par la faiblesse de l’adversaire. C’est le cas d’Israël, une entité de 7 millions d’habitants (avec une PIB de 245 milliards de dollars), face à un monde arabe composé de 24 pays regroupant 400 millions de personnes (avec une PIB de 2,4 billions de dollars) ! Un « monde arabe » - factice car plein de contradictions, d’adversités et de disparités - inconciliable. Un simple exemple économique : le PIB de l’Arabie Saoudite est de 560 Milliards de dollars (2011), Mauritanie 4 milliards. Le Qatari jongle avec un PIB par tête de 76 ?000 dollars pendant que le palestinien se débat avec 1000 dollars et sans perspective.

Il est étrange d’observer que, subitement, un « printemps arabe » se déclenche presque simultanément, en l’espace de moins de 2 ans dans plusieurs pays arabes. Les ‘vraies’ révoltes, pour dégager les régimes vassaux à l’occident, vite confisquées ou contenues, ont été accompagnées des révoltes ‘fabriqués’ dans les États à régimes hostiles à Israël et à l’hégémonie occidentale créant ainsi, avec l’accaparement des médias lourds du monde, la plus grande diversion, confusion et manipulation ! Les pétromonarchies du Golfe ont été les pourvoyeuses de fonds, de chair à canons et les guides dans l’endoctrinement, par la religion, pour imposer l’idéologie rétrograde wahabo-salafiste. La Palestine n’est, pour eux, rien d’autre qu’un faire-valoir, un paravent qui assure la pérennité de leur dynastie.

La dernière agression contre Gaza en est un des exemples, sinon l’exemple le plus significatif qui montre, le vrai visage, la putréfaction de ce ‘monde arabe’. Les occidentaux soutiendront encore et toujours Israël tant qu’il est utile aux dictatures arabes qui s’en servent pour détourner l’attention de leur peuple dans le sens qu’ils le souhaitent, tant que le tourment des palestiniens leur reste imputable à cause de leur division et ce, quelle que soit la justesse de leur cause et quelle que soit aussi la barbarie des israéliens. Les 3 morts israéliens comptent plus que la centaine de morts et le millier de blessés palestiniens. Pendant que l’on assassine des enfants, que l’on tue des femmes, la presse française titre « Israël tire sur des bureaux du Hamas ». Quelle déchéance ! A chaque fois qu’il y a poussé de violence par Israël cela se termine par 1, 2, 3 morts Israéliens contre des centaines de morts palestiniens et c’est toujours ces derniers qui sont fautifs avec cet occident dépravé ! De quel côté et la terreur et le terroriste ? Ils n’oseront pas dire la vérité de crainte des lobbies sionistes.

Sitôt que les israéliens se trouvent en difficultés ou embourbés par leurs provocations, ils demandent vite à leurs protégés occidentaux, en particulier les États-Unis, le Royaume uni, la France, l’Allemagne, de les sortir. Mais les choses ont évolué en pire puisque ce sont maintenant les arabes - par lâcheté, déshonneur, indignité et absence de solidarité - qui sont chargés maintenant de mettre fin aux risques d’enlisement des sionistes d’Israël. Surtout après qu’ils ont eu la surprise d’une riposte par missiles sur leurs colonies, jusqu’à Tel Aviv, créant la panique générale ! Une équation nouvelle s’impose donc.

Des informations, rapportées par Al Manar font état que c’est Israël qui aurait demandé au félon Qatari de charger le frère musulman Morsi de faire pression sur son équivalent le Hamas pour une trêve. Mais lors de la visite du ministre Qandil les différents groupes de la résistance palestinienne auraient refusé. Ceci montre que le Hamas n’est pas le seul sur la scène. En assassinant un leader militaire d’importance (Al Djaabari) qui fera escalader les choses vers un conflit armé - dont ils ont programmé qu’il aboutirait à l’anéantissement, à jamais, de la cause palestinienne – les stratèges sionistes en ont eu pour leur frais ! C’est les habitants israéliens aussi, dont Netanyahou lui-même, qui passent la nuit dans les abris ; c’est les bâtiments officiels qui sont touchés par les missiles, c’est un F16 qui se fait abattre et les pilotes disparus, par une résistance pourtant sous embargo, même alimentaire, depuis une décennie.

Ce seraient donc nos bienfaisants pourvoyeurs de fonds et de logistiques, pour les rebelles qui détruisent la Syrie, qui se seraient précipités au Caire pour faire pression sur Hamas afin d’arrêter les tirs de missiles et ce, selon certains analystes, pour éviter des déclarations qui offusqueraient leur maitre d’une part et pour donner à leur ami israélien une carte favorable à sa campagne électorale d’autre part notamment l’acceptation par le Hamas d’une trêve « sans conditions » qui « craindrait une opération terrestre après l’anéantissement de ses bases de lancement de missiles ».

Si une dizaine de simples missiles « fadjr 5 » ont créé l’affolement en Israël que dire si des centaines de ces redoutables missiles iraniens, de haute technologie, s’abattent sur les israéliens ?

Incontestablement, le « Dôme de fer » n’est plus désormais qu’une imposture, qu’un ‘couscoussier’ et l’entité sioniste sera dorénavant à la portée de tous les missiles de la résistance ; un colosse aux pieds d’argile. Et dire que ces bandits sionistes veulent attaquer ce pays qui peut en faire une bouchée y compris les roitelets du golfe !

Même si la réaction limitée de la résistance palestinienne ne peut ébranler un régime fasciste surarmé que soutien tout l’occident, il demeure que les sionistes ont été surpris par la réaction farouche qui a mis à néant la fable de leur invincibilité. D’où cette diversion par la « fausse victoire du Hamas ». Passons !

En fait, ce qui a été obtenu de l’accord du Caire est d’abord un droit basique inaliénable qui ne devrait pas constituer un élément de négociation. Où est donc cette victoire quand vous obtenez le droit de manger, de boire etc. après vous en avoir privé par un embargo illégal et inhumain ? C’est une des tactiques ignobles des sionistes qui n’ont d’humain que l’apparence. Ils trompent le monde en montrant qu’ils sont vertueux alors qu’ils ne font que restituer, par la pression, un droit. Comme si on vous autorisait de mettre un pantalon après vous avoir mis nu ! Un commentateur éclairé compare cet « accord » du Caire à cette histoire de Jeha (personnage légendaire de contes et anecdotes populaires au Maghreb) : A chaque assemblée des gens d’un douar, un villageois ne cesse de perturber les débats avec ses sempiternelles lamentations sur ses conditions de vie en particulier l’exiguïté de son gourbi. Il avait âne, un bouc, 2 chèvres et 2 moutons. Jeha connu pour sa sagesse et ses capacités à résoudre les problèmes intervient en lui promettant de résoudre son problème en 5 jours à condition qu’il respecte à la lettre ses recommandations. La 1ère du 1er jour est qu’il doit mettre, dans son gourbi, tous ses animaux. Le paysan s’exécuta. Le lendemain il s’en plaint pour avoir vécu un ‘enfer’ surtout à cause de l’âne. Jeha l’autorise au 2ème jour de sortir l’âne. Le lendemain il s’en plaint de l’odeur du bouc, mais il est ‘mieux qu’hier’. Jeha le débarrasse du Bouc. Le 3ème jour il déclare ‘commencer à respirer ‘ et ce jusqu’à le débarrasser de tous les animaux. Au dernier jour le paysan annonce, avec soulagement, avoir ‘passé la nuit la plus paisible de ma vie’ ! Conclusion du commentateur : « croire qu’une réunion de 2 jours entre les représentants des spoliateurs sionistes et des hypocrites puissent apporter un rayon de lumière aux palestiniens est une vue de l’esprit ».

Au-delà du gain politique et stratégique, les palestiniens savent mieux que quiconque qu’ils n’ont encore rien obtenu de leurs droits fondamentaux légitimes qui leur terre, leur droit au retour. Le combat demeure entier face à la réalité et les leçons à tirer après chaque action et épreuve.

La réalité et que les palestiniens pouvaient régler leur problème avec Israël si leurs congénères arabes, du golfe en particulier, avaient cette volonté. La même volonté et promptitude qui a permis, par leur « Ligue », de se réunir plusieurs fois en quelques mois, dont 2 fois en 24 heures, pour décider d’une série de sanctions contre la Syrie pour faire tomber son régime qui se trouve être le noeud gordien politiques des sionistes sur la Palestine avec l’Iran et le Hezbollah. Contre Israël, il suffit de se réunir une seule fois prendre des mesures radicales, comme menacer l’occident par l’arme du pétrole (proposition de l’Irak), pour voir, par enchantement, le problème réglé définitivement ! Ce n’est pas dans leurs intérêts…. « stratégiques ».

Serait bien naïf celui qui attend des organisations dites « arabes » ou « islamiques » une quelconque prise de position contre Israël et ceux qui les soutiennent tant que des États perfides oeuvrent pour leurs intérêts personnels ; qui pour accaparer le pouvoir (les frères musulmans), qui pour perpétuer leur dynastie (les ploutocraties du golfe) qui, tel un Cheval de Troie, rêve en ‘Otanien’, de devenir le nouvel Ottoman des arabes !

Tous sont d’accord avec ce projet « Nouveau Moyen-Orient » américano-sioniste qui devait ôter toute puissance aux arabes en les pulvérisant en petit États sur des bases religieuses, sectaires et ethniques pour en faire des peuplades amorphes et obéissantes. La Palestine étant la question nodale qui unie, il fallait donc anéantir toute forme de résistance à son sujet.

Il faut comprendre la visite, autorisée par Israël, du cheikh qatari plus comme une tentative alléchante de corrompre la résistance armée, en espèce et en nature, pour l’emmener à abandonner le combat de leurs ascendants qu’un acte de bienfaisance visant à soutenir une cause et à rebâtir une ville martyr. N’est-il pas bizarre que c’est au lendemain de cette visite qu’Israël assassine un important responsable de la résistance, « récalcitrant » ?

La leçon est que rien ne vaut la lutte armée contre un colonisateur en comptant sur ses propres forces, unies, avec les aides d’amis sûrs. C’est pénible, coûteux, long, mais l’issue est certaine. Les exemples dans le monde ne manquent pas. Il reste, cependant, ces deux pétromonarchies perfides qui constituent l’obstacle majeurs des arabo-musulmans qu’il faudra, par tous les moyens réduire, car ne cessant pas d’affaiblir la large coalition anti-sioniste en la simplifiant à une coalition « sunnite » inopérante pour enterrer, définitivement, la lutte d’un peuple pour un État viable.

Des palestiniens, victimes permanentes des exactions d’un « Israël » - englué dans les contradictions d’une idéologie colonialiste et fasciste - avec la bénédiction de l’Occident et de certains états arabes sans que l’on reconnaisse leur droit à se défendre, les voilà défier par eux-mêmes et par les armes leur bourreau en mettant à nu, irrémédiablement, sa vulnérabilité. Pour le faire, ils n’avaient pas eu besoin de l’aval de la « Ligue Arabe » ou de son soutien. Ils avaient compté sur leurs propres forces soutenues par leurs amis… non arabes. Il ne reste donc aux arabes, encore fidèles, aux musulmans sensés et aux pays épris de paix et de liberté qu’à accabler ces scélérats pour les neutraliser, à jamais, avec leur funeste idéologie.

Il faut croire que le sionisme est arrivé au point nodal de son évolution historique dont il est impératif d’exploiter la situation pour en faire un moment de rupture. Le monde est assez convaincu qu’il est face à un gouvernement israélien hypocrite, paranoïaque et usurpateur que pilotent des bandits sans origines et sans vertus, sous tutelle de lobbies influents dotés de moyens redoutables et immoraux.

L’offensive doit être engagée, à notre avis, sur trois directions : économique, politique, médiatique.

• Lier les intérêts économiques des Américano-sionistes et de certains pays européens au règlement définitif et juste du problème palestinien. Lier toute adversité par des conséquences économiques. L’arme la plus décisive est celle du pétrole/gaz qui a donné ses preuves par le passé.

• L’action politique doit passer par la refondation des institutions arabes, les regroupements régionaux d’intérêts communs en intégrant sans attendre l’Iran, l’offensive diplomatique doit viser la réorganisation des instances et organisations internationales qui se caractérisent par leur partialité tout en améliorer les politiques intérieures afin d’enlever tout prétexte sur la question des droits de l’homme.

• L’action médiatique et fondamentale pour contrer leur propagande. Elle doit se faire en anglais, espagnol, français et viser à démystifier le sionisme en dévoilant son vrai visage, c’est-à -dire une idéologie coloniale inhumaine qui ne survie que par l’agression et le mensonge. Elle doit toucher les opinions occidentales qui influent sur les décisions politiques.

Toute chose a ses limites. Les limites de l’adversité et du chantage des États sont leurs intérêts qui peuvent être compromis par les excès de celui qu’ils sont censés protéger.

La Palestine vient d’être admise à l’ONU, comme État observateur non membre, avec 138 voix pour, 9 voix contre et 41 abstentions (dont 4 pays africains). Une autre victoire d’importance. Un cauchemar pour les sionistes d’Israël et d’Amérique. Quelques jours avant, il était inimaginable que des missiles palestiniens s’abattent aux portes de Tel-Aviv, montrant que désormais aucune ville ne sera à l’abri en cas d’agression. La Syrie, le Hezbollah et l’Iran (ainsi que d’autres) restent, en le réaffirmant à toutes les occasions, leurs soutiens puissants et inconditionnels. Les États du golfe, surtout les pétromonarchies Saoudiennes et du Qatar restent les seuls États à l’origine du malheur arabe, par leur félonie, qui empêche toute évolution et émancipation. Les délégués du Qatar et de l’Arabie Saoudite qui ont montré leur « indignation » devant les crimes de l’armée israélienne lors de la dernière réunion des ministres des Affaires étrangères de la « Ligue arabe » est de la pure comédie. C’est lors de la réunion du 13 novembre 2012 au Caire que le Ministre des AE Tunisien, et non moins gendre de Ghannouchi, réplique à son homologue algérien ainsi - alors qu’il s’adressait au Ministre Qatari auquel il demandait des « solutions concrètes dans le soutien à Gaza » - comme un ignorant et un « brosseur » : « En cinquante ans, qu’a-t-elle donc fait l’Algérie pour la cause palestinienne ? ». Mal lui en pris, il a reçu la foudroyante réponse suivante : « « A ceux qui s’interrogent où était l’Algérie, je répondrai que nous n’avions pas à renvoyer un ambassadeur sioniste qui ne rêve même pas de mettre les pieds chez nous. Devons-nous par exemple cesser d’exporter notre gaz à l’Etat sioniste ? Devons-nous expulser les bases américaines et celles de l’OTAN de nos territoires dont nous avons juré qu’ils n’y mettront jamais les pieds ? Dites-nous ce que nous devons faire, partir au djihad contre Israël ? C’est ce qu’il y a de plus facile pour un algérien libre, mais garantissez nous votre non trahison, assurez nous que vous ne nous poignarderiez pas dans le dos comme à chaque fois…garantissez nous l’ouverture de vos frontières et nous… Nous avons été éduqué dans la haine du sionisme et vous avez été éduqué dans la trahison ».

La levée complète du blocus sur Gaza est une exigence non négociable et indiscutable ! Qu’est-ce que c’est ce monde qui ferme les yeux sur une immoralité et une illégalité imposée par un ramassis des voyous, colonialistes, sans origines et mercenaires, sur un peuple chez lui, qui ne fait que défendre sa terre et sa dignité ? Sinon, il faut dissoudre toutes ces institutions dites « internationales » en se retirant au plus vite, car complice d’une idéologie qui sème le désordre et la désolation là où elle s’y introduit !

Il appartient, impérativement, au Monde de l’équité et de la liberté de riposter pour extirper, sans appréhensions, cet “abcès purulent”, de la planète, que condamnent la raison et l’histoire. Ils l’avaient fait pour les systèmes et idéologies qui visent la domination et l’avilissement de l’homme, pourquoi pas pour le sionisme qu’il faut en urgence mettre au rebut de l’Histoire !

Djerrad Amar

Article publié en décembre 2012 par les sites suivants :

https://libnanews.com/hy/le-peuple-palestinien-face-aux-equivoques-du-monde-libre-et-a-la-felonie-du-monde-arabo-monarchique-par-djerrad-amar/

http://www.lequotidien-oran.com/?archive_date=2012-12-10&news=5176416

https://www.legrandsoir.info/le-peuple-palestinien-face-aux-equivoques-du-monde-libre-et-a-la-felonie-du-monde-arabo-monarchique.html

Dans PALESTINE

CISJORDANIE OCCUPEE : PLUS DE 450 ATTAQUES DE COLONS CONTRE DES PALESTINIENS DEPUIS 2020

Par Le 15/11/2021

 

Plus de 450 attaques de colons contre des Palestiniens depuis 2020 en Cisjordanie

 Depuis 9 heures  15 novembre 2021

Des colons israéliens

Des colons israéliens

 Moyent-Orient - Palestine

 

Rédaction du site

De début 2020 à la mi-2021, des colons israéliens ont mené plus de 450 attaques contre des Palestiniens en Cisjordanie occupée, sans que l’armée d’occupation israélienne n’intervienne dans la majorité des cas pour stopper ces violences, a affirmé dimanche 14 novembre une ONG israélienne.

Dans un rapport d’une quarantaine de pages sur les violences perpétrées par des colons israéliens en Cisjordanie occupée, l’ONG anti-colonisation B’Tselem fait état de 451 attaques du début 2020 à septembre 2021, en excluant celles dans la vallée du Jourdain.

Selon les données de B’Tselem, l’armée d’occupation israélienne ne s’est pas présentée dans 66 % des attaques.

Au total, les soldats sont arrivés sur place pour 183 attaques, incluant 170 cas où ils n’ont rien fait ou participé aux attaques aux côtés des colons, souligne l’organisation.

Et dans 13 cas seulement, l’armée est « intervenue auprès des colons » afin de « prévenir les violences », a précisé Dror Sadot, la porte-parole de cette ONG.

‘Israël’ occupe la Cisjordanie depuis 1967. Aujourd’hui, plus de 470 000 colons sont implantés dans plus de 250 colonies jugées contraires au droit international et réparties à travers ce territoire peuplé de près de trois millions de Palestiniens.

La colonisation de la Cisjordanie s’est accélérée ces dernières années sous la présidence de Donald Trump, dont le pays est le premier allié ‘d’Israël’ et dont l’administration avait déclaré que les colonies n’étaient pas contraires au droit international.

Selon B’Tselem, une organisation qui qualifie depuis peu « d’apartheid » la politique israélienne à l’égard des Palestiniens, tout comme l’ONG Human Rights Watch, les attaques de colons tiennent en fait d’une « stratégie » de la part d’Israël afin de faire main basse sur « davantage de terres palestiniennes ».

« Plutôt que de prévenir les violences contre les fermiers palestiniens, l’armée a développé un système de coordination qui traite les violences comme un phénomène établi », ajoute l’ONG.

 

Source: Avec AFP

https://french.almanar.com.lb/2189761

Dans PALESTINE

CISJORDANIE OCCUPEE : PLUS DE 450 ATTAQUES DE COLONS CONTRE DES PALESTINIENS DEPUIS 2020

Par Le 15/11/2021

 

Plus de 450 attaques de colons contre des Palestiniens depuis 2020 en Cisjordanie

 Depuis 9 heures  15 novembre 2021

Des colons israéliens

Des colons israéliens

 Moyent-Orient - Palestine

 

Rédaction du site

De début 2020 à la mi-2021, des colons israéliens ont mené plus de 450 attaques contre des Palestiniens en Cisjordanie occupée, sans que l’armée d’occupation israélienne n’intervienne dans la majorité des cas pour stopper ces violences, a affirmé dimanche 14 novembre une ONG israélienne.

Dans un rapport d’une quarantaine de pages sur les violences perpétrées par des colons israéliens en Cisjordanie occupée, l’ONG anti-colonisation B’Tselem fait état de 451 attaques du début 2020 à septembre 2021, en excluant celles dans la vallée du Jourdain.

Selon les données de B’Tselem, l’armée d’occupation israélienne ne s’est pas présentée dans 66 % des attaques.

Au total, les soldats sont arrivés sur place pour 183 attaques, incluant 170 cas où ils n’ont rien fait ou participé aux attaques aux côtés des colons, souligne l’organisation.

Et dans 13 cas seulement, l’armée est « intervenue auprès des colons » afin de « prévenir les violences », a précisé Dror Sadot, la porte-parole de cette ONG.

‘Israël’ occupe la Cisjordanie depuis 1967. Aujourd’hui, plus de 470 000 colons sont implantés dans plus de 250 colonies jugées contraires au droit international et réparties à travers ce territoire peuplé de près de trois millions de Palestiniens.

La colonisation de la Cisjordanie s’est accélérée ces dernières années sous la présidence de Donald Trump, dont le pays est le premier allié ‘d’Israël’ et dont l’administration avait déclaré que les colonies n’étaient pas contraires au droit international.

Selon B’Tselem, une organisation qui qualifie depuis peu « d’apartheid » la politique israélienne à l’égard des Palestiniens, tout comme l’ONG Human Rights Watch, les attaques de colons tiennent en fait d’une « stratégie » de la part d’Israël afin de faire main basse sur « davantage de terres palestiniennes ».

« Plutôt que de prévenir les violences contre les fermiers palestiniens, l’armée a développé un système de coordination qui traite les violences comme un phénomène établi », ajoute l’ONG.

 

Source: Avec AFP

https://french.almanar.com.lb/2189761

Dans PALESTINE

"LES FORCES D' "ISRAËL" SE RETIRENT DE LA PALESTINE

Par Le 13/11/2021

Epée de Qods frappe encore ; l’armée sioniste se retire de la Palestine historique

Saturday, 13 November 2021 6:30 PM  [ Last Update: Saturday, 13 November 2021 6:30 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

L'armée israélienne. (Archives)

Signe de contestation contre la guerre de 11 jours que le régime sioniste a lancée dans la bande de Gaza, les manifestations des Palestiniens à travers les territoires occupés ont mené l’armée israélienne à tenir ses exercices militaires à l’écart des villes de populations arabes.

Dans un communiqué publié hier, vendredi 12 novembre, le général de division Yitzhak Turgeman, chef de la direction technologique et logistique, a fait part des craintes et des préoccupations des autorités sionistes concernant les protestations des Palestiniens contre les exercices militaires de l’armée israélienne.

Depuis lors, l’armée israélienne a identifié, selon Turgeman, 1 600 km de chemin pouvant servir d’alternatives aux routes en temps de guerre et a mis en place de nouvelles unités anti-émeute pour protéger les convois.

« Je suis vraiment préoccupé par l'impact des émeutes violentes sur la sécurité intérieure et le mouvement des convois de transport », a déclaré Turgeman lors d’une interview avec le journal Maariv au cours de laquelle il a fait état du transfert des forces terrestres de l’armée israélienne sur de futurs fronts de guerre.

Selon lui, il est désormais peu probable que des déploiements majeurs se produisent à travers la vallée de Wadi Ara où se trouve une autoroute, qui en passant entre les grappes étroites des villes de populations arabes, mène aux fronts nord sur les frontières avec le Liban et la Syrie.

Les Arabes, pour la plupart musulmans, représentent un cinquième de la population d'Israël et sont nombreux à se considérer palestiniens. Suite au déclenchement de la guerre de 11 jours contre la bande de Gaza en mai 2021, ils ont intensifié leur campagne de protestation qui s’est transformée en un affrontement sanglant avec la police du régime sioniste.

Plusieurs villes de la Palestine occupée à savoir, al-Lad, Rahat, Kafr al-Qara, Acre, Ramla, Tamra et Jaffa sont devenues le théâtre d'affrontements entre Arabes, Palestiniens et sionistes. De sorte que le maire de la ville d'al-Lad a annoncé que le contrôle de la ville avait été complètement perdu et que les rues de la ville étaient témoins d'une guerre civile. Sans oublier l’attaque des Palestiniens contre un bus transportant des troupes israéliennes vers la frontière de Gaza.

Israël:

Israël:

Après 4000 missiles, on ne peut rien contre Gaza

http://french.presstv.ir/Detail/2021/11/13/670535/arm%C3%A9e-israelienne-Qods-Palestine

Dans PALESTINE

VICTOIRE DU GREVISTE PALESTINIEN DE LA FAIM MIQDAD QAWASMEH. CINQ AUTRES GREVISTES PALESTINIENS DE LA FAIM POURSUIVENT LE COMBAT

Par Le 12/11/2021

Victoire du gréviste de la faim Miqdad Qawasmeh, cinq autres prisonniers palestiniens poursuivent le combat du ventre vide

 Depuis 11 heures  12 novembre 2021

Miqdad al-Qawasmeh

Miqdad al-Qawasmeh

 Moyent-Orient - Palestine

 

Rédaction du site

qawasmeh4

Le prisonnier palestinien Miqdad al-Qawasmeh a suspendu sa grève de la faim, le jeudi 11 novembre 2021, après 113 jours, dans le cadre d’un accord prévoyant sa libération des geoles de l’occupation israélienne en février 2022.

L’accord est intervenu à la suite de dialogues continus à l’intérieur des prisons avec l’administration pénitentiaire sioniste par la direction des prisonniers du Hamas dans les prisons israéliennes.

Qawasmeh, 24 ans et étudiant à l’université, est incarcéré sans inculpation ni procès dans le cadre de la détention administrative israélienne.

Cinq autres grévistes de la faim, qui risquent la mort, poursuivent leur lutte afin de recouvrer leur liberté.

Kayed Fasfous, âgé de 32 ans et originaire de Dura près d’al Khalil en Cisjordanie occupée, est en grève de la faim depuis 120 jours. Sa détention administrative a été « suspendue » et réimposée à plusieurs reprises. La « suspension » de la détention administrative ne mène pas à sa libération. Au contraire, il reste emprisonné sous l’œil vigilant de la sécurité de l’hôpital israélien dans lequel il est détenu.

Bien qu’il puisse recevoir des visites de sa famille, ceux-ci ne peuvent pas le transférer pour qu’il se fasse soigner par des médecins palestiniens. C’est pourquoi il a refusé de mettre fin à sa grève de la faim malgré les diverses tentatives d’alimentation forcée par intraveineuse dans les hôpitaux israéliens. Il exige d’être libéré de sa détention sans inculpation ni procès, en vertu de laquelle il est emprisonné depuis juillet 2020.

Parallèlement, Alaa al-Araj, âgé de 34 ans et ingénieur civil de Tulkarem (Cisjordanie), mène une grève de la faim depuis 96 jours pour protester contre sa détention administrative.

Il est emprisonné sans inculpation ni procès depuis le 30 juin 2021 et a été détenu par l’occupation israélienne à de multiples reprises par le passé.

Son unique enfant est né et son père est décédé lors de sa détention. Il est emprisonné depuis le 30 juin 2021.

Plutôt que de mettre fin à sa détention et de le libérer, l’armée d’occupation israélienne tente maintenant de faire passer son emprisonnement devant les tribunaux militaires, en cherchant à déposer un acte d’accusation à son encontre.

Les tribunaux militaires israéliens, qui condamnent plus de 99 % des Palestiniens dans les geôles de l’occupation, sont un instrument de répression coloniale qui criminalise l’appartenance à des organisations politiques, des mouvements étudiants et des syndicats palestiniens, ainsi qu’à la résistance sous toutes ses formes.

Jeudi 11 novembre, le tribunal militaire de Salem a « prolongé sa détention » lors d’une audience. Il a été emmené à plusieurs reprises pour être interrogé malgré sa grande faiblesse physique et la détérioration de son état de santé. Il a été transféré à plusieurs reprises de la fameuse clinique de la prison de Ramle vers des hôpitaux israéliens.

Hisham Abu Hawash est en grève de la faim depuis 86 jours et détenu à la clinique de la prison de Ramle. Agé de 39 ans, il est originaire de Dura dans le district d’Al Khalil (Cisjordanie). Comme Al Araj, il est fréquemment transféré dans les hôpitaux, ce qui aggrave son état de santé après une longue grève de la faim. Il est emprisonné sans inculpation ni procès depuis octobre 2020.

Pendant sa grève, un nouvel ordre de détention de six mois a été émis à son encontre, réduit par la suite à quatre mois, mais il a été confirmé qu’il pourrait être encore prolongé.

Agé de 28 ans, Ayyad Hraimi est en grève de la faim depuis 50 jours. Il a récemment été transféré de la prison d’Ofer à la clinique de la prison de Ramle.

Emprisonné sans charge ni procès depuis avril 2021, il a été détenu à plusieurs reprises par l’occupation israélienne. En 2016, il s’est également engagé dans une grève de la faim de longue durée pour obtenir sa libération de la détention administrative qui a duré 45 jours.

Louay al Ashqar, âgé de 45 ans et originaire de Saida près de Tulkarem (Cisjordanie), est détenu au centre de détention de Jalameh sans inculpation ni procès. Il observe une grève de la faim depuis 31 jours dans des conditions très dures après avoir été arrêté par l’occupation israélienne le 5 octobre 2021.

Il a déjà été emprisonné pendant huit ans par l’occupation israélienne, entre des ordres de détention administrative et des condamnations. Il est paralysé de la jambe gauche après avoir été torturé et battu par des soldats de l’occupation en 2005 lors d’un interrogatoire. Son frère, Mohammed al-Ashqar, a été assassiné par les forces d’occupation israéliennes en 2007 dans la prison du désert du Néguev.

Les soldats de l’occupation israélienne ont violemment attaqué des prisonniers dans le cadre d’un prétendu exercice d’entraînement à l’intérieur de la prison. Lorsque les prisonniers ont résisté à l’attaque violente dont ils étaient victimes, les soldats d’occupation ont tiré une balle dans la tête de Mohammed Ashqar. Plus tard, les commandants et les soldats israéliens ont célébré cette attaque meurtrière, posant ensuite pour des photos en plaisantant et en riant.

Qu’est-ce que la détention administrative ?

La détention administrative a été utilisée pour la première fois en Palestine par le mandat colonial britannique, puis adoptée par le régime sioniste ; elle est désormais utilisée de manière routinière pour cibler les Palestiniens, en particulier les dirigeants, les militants et les personnes influentes dans leurs villes, camps et villages.

Il y a actuellement environ 540 Palestiniens emprisonnés sans inculpation ni procès en détention administrative, sur les 4 850 prisonniers politiques palestiniens.

Ces ordres sont émis par l’armée et approuvés par les tribunaux militaires sur la base de « preuves secrètes », dont les détenus palestiniens et leurs avocats n’ont pas connaissance.

Délivrés pour une durée maximale de six mois, ils sont renouvelables indéfiniment. Les Palestiniens – y compris les enfants mineurs – peuvent passer des années en détention administrative sans inculpation ni procès.

Le mercredi 11 août, les Palestiniens de Gaza ont manifesté devant le bureau du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme à Gaza pour soutenir les grévistes de la faim. Ils ont demandé aux institutions internationales d’assumer leurs responsabilités en protégeant les détenus palestiniens et en réclamant des responsables israéliens de rendre des comptes devant les tribunaux internationaux.

 

Source: Avec Samidoun

https://french.almanar.com.lb/2188254

 

Dans PALESTINE

LES PRISONNIERS PALESTINIENS DU TUNNEL DE LA LIBERTE DEFIENT LEURS GEOLIERS EN PLEIN TRIBUNAL

Par Le 09/11/2021

 

Les prisonniers du tunnel de la Liberté défient leurs geôliers en plein tribunal

 Depuis 9 heures  9 novembre 2021

Yaqoub Qadri

Yaqoub Qadri

 Article traduit - Moyent-Orient - Palestine

 

Rédaction du site

Les prisonniers du tunnel de la liberté ont défié, le lundi 8 novembre, leurs geôliers en plein tribunal, malgré les violations israéliennes dont ils sont victimes.

Des militants palestiniens ont posté sur les réseaux sociaux des vidéos des prisonniers Mahmoud Al-Arda, Ayham Kamamji et Yaqoub Qadri, après leur procès devant le tribunal d’instance dans la ville de Nazareth, dans le nord des territoires occupés.

Le tribunal a décidé de convoquer une autre séance pour les six prisonniers, dont la date n’a pas encore été fixée, selon le Club des prisonniers palestiniens.

M.Qadri qui est apparu encerclé par un groupe de soldats israéliens a affirmé: « Nous retournerons en Palestine, toute la Palestine, si Dieu le veut, la Palestine historique. Notre liberté avant tout ».

Et d’ajouter: « Nos demandes sont légitimes et notre situation est très mauvaise. Nous vivons dans des cimetières…, mais nous resterons fermes et forts ».

 

Pour sa part, M.Kamamji a affirmé: «Nous attendons la promesse de la résistance palestinienne dans la bande de Gaza, et nous la verrons bientôt… ».

Et de poursuivre: « Nous les vaincrons au-dessus de la terre comme nous l’avions fait à partir du sous-sol ».

M.Arda a alors scandé: « Liberté, liberté, liberté ».

 

Les Brigades Ezzeddine al-Qassam, la branche militaire du Hamas, se sont engagées à ne conclure aucun accord d’échange avec les autorités d’occupation qui n’inclut pas les six prisonniers.

Il convient de rappeler que les six prisonniers palestiniens se sont évadés, le 6 septembre, via un tunnel creusé depuis leur cellule dans la prison ultra-sécurisée de Gilboa, avant que les forces d’occupation ne les arrêtent tous de nouveau.

Les six prisonniers sont tous originaires de la région de Jénine (nord). Il s’agit de Mahmoud Al-Arda, Mohammad Al-Arda, Yaqoub Qadri, Mounadel Nafe’at, Ayham Kamamji, tous des membres du Jihad Islamique palestinien, en plus de Zakaria Al -Zubaidi des Brigades Al-Aqsa.

Selon le Club des prisonniers, plus de 4650 Palestiniens, dont 40 prisonnières et environ 200 mineurs, en plus de 520 prisonniers administratifs (sans inculpation ni jugement) sont incarcérés dans les geôles de l’occupation.

https://french.almanar.com.lb/2185603

Dans PALESTINE

LA SINISTRE DECLARATION BALFOUR

Par Le 02/11/2021

 

INFOGRAPHIES

La sinistre déclaration Balfour

La sinistre déclaration Balfourfolder_openINFOGRAPHIES access_timedepuis 4 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed

La sinistre déclaration Balfour

 

palestine royaume uni balfour

Dans PALESTINE

AGISSONS MAINTENANT! LA PALESTINE : LA SOUVERAINETE ALIMENTAIRE N’EST PAS UN CRIME!

Par Le 01/11/2021

1 Novembre 2021

 

27 OCTOBRE 2021  SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

(Harare, octobre 27, 2021) Le 16 octobre dernier, La Via Campesina (LVC) et ses 200 millions de paysan.nes, de petit.es et moyen.nes agriculteurs et agricultrices, de personnes sans terre, de femmes et de jeunes ruraux, d’autochtones, de migrant.es et de travailleurs, travailleuses agricoles organisé.es dans le monde entier ont célébré 25 ans de lutte pour la souveraineté alimentaire. Des commémorations ont eu lieu du nord au sud, de l’est à l’ouest, avec des paysan.nes et des travailleurs, travailleuses agricoles auxquel.les se sont joint des ami.es, des allié.es et d’innombrables coalitions également dédiées à une transformation profonde du système alimentaire et à la pleine réalisation des droits des paysan.nes dans le monde entier. Quelques jours plus tard, plus précisément le 19 octobre, le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a désigné six organisations de premier plan de la société civile palestinienne comme des « organisations terroristes. » Cette intensification éhontée de la politique de persécution du gouvernement israélien ne constitue qu’une nouvelle tentative flagrante de criminaliser, d’étrangler et de réduire au silence le travail fructueux basé sur les droits de ces organisations

« Article 9.1 : Les paysan.nes et autres personnes travaillant dans les zones rurales ont le droit, pour protéger leurs intérêts, de constituer des organisations, des syndicats, des coopératives ou toute autre organisation ou association de leur choix et d’y adhérer, et de mener des négociations collectives. Ces organisations seront indépendantes et à caractère volontaire et à l’abri de toute ingérence, contrainte ou répression. »– Déclaration des Nations unies sur les droits des paysan.nes et des autres personnes travaillant dans les zones rurales (UNDROP)

La menace d’arrêter, d’emprisonner et de geler les avoirs de l’Union des comités de travail agricole (UAWC) et d’autres défenseurs pacifiques des droits de l’homme palestiniens a provoqué une forte réaction, tant publique que privée. Human Rights Watch et Amnesty International ont, par exemple, publié une déclaration commune qui qualifie la désignation « d’attaque du gouvernement israélien contre le mouvement international des droits de l’homme. » Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies a également réagi, affirmant que de telles décisions ne doivent pas être utilisées pour limiter le travail légitime en matière de droits de l’homme et d’aide humanitaire. Même le département d’État américain — un proche allié du gouvernement israélien — aurait exprimé sa « préoccupation » concernant cette décision. Le ministre israélien de la Sécurité publique affirme maintenant que la décision n’a pas été discutée au sein du cabinet de sécurité israélien, tandis que le Times of Israel a reconnu que « le ministère de la Défense n’a fourni aucune preuve concrète » pour étayer son accusation lors de la publication de la décision. En bref, le gouvernement israélien a maintenant besoin d’entendre votre voix, celle de vos organisations et de nos coalitions !

AGISSONS MAINTENANT !

Prenez un moment, AUJOURD’HUI, et contactez vos représentan.tes locaux, nationaux ou internationaux pour leur demander de défendre le droit international, les droits de l’homme et le droit à la souveraineté alimentaire. Demandez-leur de dénoncer publiquement la décision honteuse du 19 octobre — en unissant votre voix à celles des 17 rapporteurs spéciaux de l’ONU, des membres du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, de La Via Campesina et d’autres — en insistant pour que le gouvernement israélien revienne immédiatement sur sa décision sans fondement. Lutter pour la souveraineté alimentaire n’est pas un crime ! Mettons fin à la persécution de l’UAWC-Palestine ! Voir aussi la déclaration de LVC publiée le samedi 23 octobre 2021.

 

Prenez un moment, AUSSI AUJOURD’HUI, pour partager la réponse publique de l’UAWC ainsi que les nombreux témoignages des luttes que l’UAWC a menées au fil des ans. On trouvera ici des vidéos et d’autres documents de référence — nous vous invitons à les partager largement ! Tenez-vous fermement avec une Palestine souveraine au plan alimentaire !

Appuyons la Palestine : La souveraineté alimentaire n’est pas un crime !

Mondialisons la lutte ! Mondialisons l’espoir !

La Via Campesina

 

source : https://viacampesina.org/fr/agissons-maintenant%e2%80%89-la-palestine-la-souverainete-alimentaire-nest-pas-un-crime%e2%80%89/

Tag(s) : #ViaCampesina#palestine

Dans PALESTINE

TROIS DETENUES PALESTINIENNES ENTAMENT UNE GREVE DE LA FAIM

Par Le 19/10/2021

Trois détenues palestiniennes entament une grève de la faim

Trois détenues palestiniennes entament une grève de la faim

folder_openPalestine access_timedepuis 13 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par CPI

Le comité des affaires des détenus a déclaré, samedi soir, que trois détenues palestiniennes dans les prisons d’occupation israéliennes sont entrées en grève de la faim en soutien à leurs camarades grévistes.

Les trois palestiniennes sont Mouna Qaadane, Amal Taqatqa et Chatila Abou Ayada. Elles ont rejoint 250 grévistes du mouvement d’Al-Jihad qui entament leur quatrième jour de grève de la faim protestant contre les mesures répressives des autorités pénitentiaires.

Des sources palestiniennes ont rapporté que d’autres groupes de détenus rejoindront les jours prochains les grévistes au cas où les autorités pénitentiaires ne satisferont pas les demandes légitimes des détenus.

Les séances de négociation entre les détenus et les autorités pénitentiaires israéliennes dans les prisons de Ramon et Hadarim n’ont abouti à rien, alors «le mouvement prisonnier» a appelé les détenus à se préparer pour toute éventuelle escalade.

Les forces de répression israéliennes ont pris d’assaut, ce dimanche, un nombre de cellules de la prison de Ramon et ont agressé les détenus et transféré d'autres vers d'autres cellules.

 

palestine prison prisonniers palestiniens

https://french.alahednews.com.lb/41810/308

Dans PALESTINE

LE DETENU PALESTINIEN LIBERE MEDHAT AL-SALEH TOMBE MARTYR PAR LES BALLES DE L’ENNEMI ISRAELIEN

Par Le 17/10/2021

Le détenu libéré Medhat Al-Saleh est tombé en martyr par les balles de l’ennemi israélien

 Depuis 2 heures  17 octobre 2021

2b41a8f0-a2b6-41d7-9df5-72001bd6d667

 Article traduit - Moyent-Orient - Spécial notre site - Syrie

 

Le détenu libéré Medhat Al-Saleh est tombé en martyr, tué par des snipers israéliens alors qu’il était de retour à sa maison à Ain Tina située dans la banlieue de Quneitra en face de la localité de Majdal Chams occupée.

Le martyr Saleh est né dans le village de Majdal Chams en 1967, et il est l’un des héros de la résistance dans le Golan syrien occupé. Il était arrêté par les forces d’occupation israéliennes pour la première fois en 1983, et après sa libération, les autorités d’occupation l’avaient arrêté à nouveau en 1985 pour passer 12 ans dans les geôles de l’occupation. En 1997, les autorités d’occupation l’avaient libéré.

Al-Saleh était la cible de plusieurs tentatives d’assassinat, notamment en 2011, lorsque les forces d’occupation israéliennes avaient ouvert le feu à plusieurs reprises sur sa maison à Ain al-Tineh, ce qui l’avait rendu plus déterminé à s’attacher à son territoire et à rester proche de Majdal Chams.

Le martyr est marié et père d’un enfant nommé Golan.

Le mouvement Hamas a pleuré le martyr Medhat al-Saleh, qui tué par les snipers de l’ennemi israélien alors qu’il rentrait chez lui à Ain  Tina, située dans la ville de Majdal Shams dans le Golan occupé.

Dans son communiqué, le Hamas a affirmé : « Le détenu libéré, le martyr Medhat Al-Saleh, était un résistant à l’occupation, rejetant l’annexion du Golan par l’occupation sioniste , mettant l’accent sur l’unité du peuple et des terres syriennes ».

Le communiqué ajoute que « le crime d’assassinat du détenu libéré, le martyr Medhat Al-Saleh, dévoile la mentalité sioniste sanglante basée sur le meurtre et le terrorisme », notant que « ce crime odieux n’affaiblira pas la résistance ni la fermeté de notre peuple dans le Golan occupé qui rejettent les projets sionistes. »

À son tour, le Jihad islamique a pleuré le martyr et a adressé ses condoléances à sa famille et à ses compagnons pour avoir résisté à l’occupation dans le Golan, soulignant que « le sang du martyr sera une malédiction qui poursuivra les occupants sionistes jusqu’à ce qu’ils soient chassés  du Golan et de toute la Palestine. »

De son côté, le Front populaire  a condamné l’assassinat du prisonnier syrien libéré, soulignant que « cet assassinat lâche ne touchera pas nos résistants du Golan, et s’inscrit dans le contexte des crimes continus de l’occupation , ciblant les militants et les résistants sur le sol syrien, en particulier le Golan syrien occupé.

Les comités de résistance en Palestine ont également pleuré le martyr, notant dans un communiqué que « l »assassinat traduit  la brutalité,  l’arrogance israélienne et est une agression contre la nation entière ».

Source: Al-Manar

https://french.almanar.com.lb/2171281

Dans PALESTINE

CISJORDANIE : LA BOMBE H EXPLOSE !

Par Le 14/10/2021

"La Cisjordanie hors de contrôle: l'armée ne peut rien" (source sécuritaire israélienne)

Wednesday, 13 October 2021 2:41 PM  [ Last Update: Wednesday, 13 October 2021 6:41 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des militaires israéliens en Cisjordanie. ©Al-Ahed

Les militaires occupants israéliens ont arrêté huit Palestiniens en Cisjordanie occupée, dont la plupart avaient été déjà arrêtés ou emprisonnés par les sionistes.

Le Bureau d'information des prisonniers palestiniens a annoncé que les forces d'occupation ont arrêté au nord de Ramallah le prisonnier libéré, Moussa Ladawaqui, qui avait passé plus de dix ans dans les prisons israéliennes.

Les soldats israéliens ont arrêté Qassam Majd Al-Barghouti, prisonnier libéré de la ville de Kober, au nord de Ramallah, après avoir perquisitionné sa maison, tandis que le jeune Hisham Dwaikat a été arrêté au sud de Naplouse.

A Qalqilya, les soldats sionistes ont arrêté Mamoun Qatesh et ses deux fils Hazem et Mohammad, et ont confisqué leur véhicule. Ils ont également arrêté les deux prisonniers libérés, Qassam Al-Halaiqa et Abdullah Zayed Al-Halaiqa au nord-est de la ville d’al-Khalil.

Golan: l'armée sioniste se barricade

Golan: l'armée sioniste se barricade

Des colons supplémentaires au Golan pour se mettre à l’abri du Hezbollah?

L'analyste des affaires militaires du site d'information israélien Walla, Amir Buhbot, a fait état de l’augmentation de ce qu’il a appelé la « violence » palestinienne contre l'armée israélienne en Cisjordanie occupée.

Les autorités de sécurité de Tel-Aviv ont confirmé que la situation pourrait s’aggraver dans un proche avenir et qu'une « période explosive » commencerait bientôt en Cisjordanie.

L'analyste du site Walla a cité des hauts responsables de l'establishment sécuritaire israélien pour dire que la principale raison de la détérioration de la situation sécuritaire est l'annonce par l'Autorité palestinienne de la tenue d'élections des conseils municipaux en Cisjordanie et non pas dans la bande de Gaza.

Israël/Syrie : Redoutable révélation d'octobre!

Israël/Syrie : Redoutable révélation d'octobre!

Cela contraste avec la position du Hamas, qui a vivement critiqué la décision de l’Autorité autonome, et a même envisagé la tenue de manifestations. Malgré cela, les responsables de l'Autorité palestinienne ont clairement indiqué qu'ils n'avaient pas l'intention de faire de compromis sur cette question.

L'analyste de Walla a ajouté qu'au cours des six derniers mois, un conflit pour la propriété de terres s'est développé dans plusieurs points de la Cisjordanie, affirmant que l'armée israélienne a jusqu'à présent réussi à contenir la violence dans les différentes zones, alors que les autorités israéliennes craignent que de nouveaux conflits de ce type n'éclatent dans toute la Cisjordanie.

Une autre raison, selon l'analyste militaire israélien, est le problème des prisonniers, qui s'est aggravé après que certains d'entre eux se soient évadés de la prison de Gilboa. Au cours des deux dernières semaines, les appels se multiplient pour demander de l’aide aux prisonniers en grève de la faim et de leur libération dans les plus brefs délais.

Selon l'analyste, le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, mène deux actions principales pour tenter de calmer les tensions : la tenue des réunions de son gouvernement dans les villes et villages pour se rapprocher du peuple palestinien, et les activités des services de sécurité contre les foyers de résistance que le Hamas essaie de diriger contre l'Autorité palestinienne.

Syrie : Quatre F-16 israéliens

Syrie : Quatre F-16 israéliens

L'analyste israélien a conclu que l'armée d'occupation a procédé à une vague d'arrestations massives dans le but de trouver des militants du Hamas et des infrastructures que la direction du Hamas tente d'activer contre l'Autorité palestinienne et Israël.

L’Autorité palestinienne a annoncé la tenue des élections des conseils municipaux le 11 décembre. Le Hamas s’est opposé à cette décision et la considère comme contraire aux intérêts nationaux des Palestiniens, étant donné que les élections auront lieu uniquement en Cisjordanie et non pas dans la bande de Gaza.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/10/13/668441/Cisjordanie--les-militaires-isra%C3%A9liens-ont-arr%C3%AAt%C3%A9-huit-Palestiniens

Dans PALESTINE

SIX DETENUS PALESTINIENS EN GREVE DE LA FAIM. LA TENSION MONTE DANS LES GEOLES DE L'OCCUPANT

Par Le 11/10/2021

Des détenus palestiniens en grève de la faim alors que la tension monte dans les geôles de l’occupation

 Depuis 5 heures  11 octobre 2021

Muqdad Qawasmeh et sa mère

Muqdad Qawasmeh et sa mère

 Article traduit - Moyent-Orient - Palestine

 

Rédaction du site

Six prisonniers palestiniens ont entamé une grève de la faim dans les geôles de l’occupation israélienne ces derniers mois, alors que la tension s’est intensifiée dimanche dans les pénitenciers, selon des médias palestiniens.

Au moins deux des prisonniers grévistes seraient dans un état grave.

Parmi les prisonniers ayant pris part à ce mouvement figure Zakaria Zoubeidi, l’un des six détenus qui s’est échappé de la prison ultra-sécurisée de Gilboa le mois dernier, avant d’être rattrapé par les forces d’occupation israéliennes.

Certains de ces prisonniers protestent contre leur détention administrative, tandis que d’autres s’insurgent contre les mesures répressives contre les détenus après l’opération d’évasion de Gilboa.

L’état de santé de l’un des détenus, Muqdad Qawasmeh était jugé grave dimanche matin. Des membres de sa famille ont déclaré aux médias palestiniens qu’il souffrait de douleurs aiguës et perdait fréquemment connaissance alors qu’il a entamé sa grève de la faim il y a 82 jours.

Sa mère a indiqué que Miqdad, originaire de la ville d’AlKhalil Hébron dans le sud de la Cisjordanie occupée, « refuse toute sorte de nourriture, et a cessé de manger du sel et du sucre et ne boit que de l’eau ».

Elle a affirmé que son fils est détenu administrativement « injustement et sans inculpation », ajoutant qu’« il sacrifie actuellement sa vie en échange de sa liberté ».

Elle a souligné que Qawasmeh refusait de suspendre sa grève malgré la décision d’un tribunal israélien de « geler » sa détention administrative.

« Le gel de la détention administrative ne signifie pas que Muqdad est libre, et il doit y rester et n’est pas autorisé à partir », a fait savoir sa mère.

Le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, a appelé Muqdad Qawasmeh samedi, lui assurant que la question des prisonniers palestiniens était toujours la priorité du Hamas et des factions de la résistance palestinienne.

Le prisonnier, Qawasmeh, est détenu administrativement depuis janvier dernier. Il a été arrêté à plusieurs reprises et a passé un total de quatre ans dans les geôles de l’occupation depuis 2015, selon le Club des prisonniers.

Par ailleurs, les détenus des prisons de l’occupation israéliennes se sont également révoltés, dimanche, pour protester contre les mesures répressives, en refusant notamment de respecter les directives des geôliers, ont rapporté les médias israéliens.

Ils ont prévenu qu’ils intensifieraient les mesures de protestation dans les jours à venir.

L’agence de presse palestinienne Safa a rapporté la semaine dernière qu’une délégation du Hamas en Égypte a averti que la situation pourrait « exploser » en raison de ce qu’elle a appelé « les violations et crimes israéliens continus » à AlQods et contre les prisonniers.

Le nombre des Palestiniens détenus administrativement est d’environ 520 personnes, sur environ 4 850 prisonniers dans les geôles de l’occupation, selon le Club des prisonniers palestiniens.

https://french.almanar.com.lb/2165891

Dans PALESTINE

L’OCCUPANT ISRAELIEN ISOLE 14 PRISONNIERS PALESTINIENS DANS LA PRISON DU NEGUEV DANS DES CONDITIONS INHUMAINES DURANT PLUS D’UN MOIS

Par Le 07/10/2021

L’occupation israélienne isole 14 prisonniers dans des conditions difficiles

 L’occupation israélienne isole 14 prisonniers dans des conditions difficiles

folder_openPalestine access_timedepuis 9 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec sites web

Les autorités d'occupation israéliennes ont isolé 14 prisonniers palestiniens dans la prison du Néguev, dans des conditions difficiles et dures, pendant plus d'un mois.

La section est sans éclairage. L'administration pénitentiaire donne des matelas pour dormir aux détenus à midi et les retire à 6 heures sans couvertures. Certains jours, ils sont transférés dans les cellules extérieures de 6 heures à midi, et les prisonniers restent menottés tout le temps.

De plus, l’administration pénitentiaire ne leur avait fourni aucun vêtement à l'exception de ceux qu'ils portaient déjà et qu'ils ne les avaient pas emmenés à la clinique pour des examens médicaux, de sorte que certains d'entre eux ont commencé à souffrir de maladies de la peau et de douleurs dans les articulations.

Les prisons de l'occupation ont connu des mesures punitives, représentées par la répression, des opérations de transfert et de fouille, la fermeture de sections, le raccourcissement de la période de pause et la privation de la cantine, après que 6 prisonniers se sont évadés de la prison de «Gilboa» le mois dernier.

https://french.alahednews.com.lb/41705/308

israel prisonniers palestiniens

Dans PALESTINE

PREMIERE BASE PALESTINIENNE EN TERRITOIRES OCCUPES?!

Par Le 03/10/2021

Comment la Cisjordanie s’est réarmée au nez et à la barbe des Sionistes

Sunday, 03 October 2021 7:03 PM  [ Last Update: Sunday, 03 October 2021 7:03 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un drone A1B des brigades Qassam. (Capture d'écran)

Si les autorités israéliennes ont exprimé auparavant leurs graves inquiétudes face à l’incapacité d’Israël pour neutraliser la force de dissuasion de la Résistance palestinienne, récemment, selon les médias israéliens, l’existence d’une infrastructure organisée du Hamas en Cisjordanie ainsi que l’accès de la Résistance palestinienne aux drones de combat et kamikazes de haute précision sont devenu le nouveau cauchemar des Israéliens.

Un journal israélien, faisant allusion au récent affrontement armé en Cisjordanie entre la Résistance palestinienne et le régime sioniste, a fait état des infrastructures organisées du Hamas en Cisjordanie qui ont été établies depuis longtemps suite à la demande de ses hauts responsables.

Lors des récents affrontements armés entre les soldats israéliens et les Palestiniens en Cisjordanie et à Qods, plusieurs Palestiniens ont été tués en martyr, dont certains étaient affiliés à la Brigade al-Qassam, branche militaire du Hamas.

Comment Israël a perdu sa dissuasion!

Comment Israël a perdu sa dissuasion!

Plus de 4 mois se sont écoulés depuis la bataille de « l’Epée de Qods » entre le régime d’Israël et la Résistance palestinienne. Les groupes de réflexion i...

À cet égard, dans une note du journal Yediot Aharonot, Ron Ben-Yishai, analyste militaire israélien, a abordé les récents affrontements armés en Cisjordanie, affirmant qu’un coup porté du régime sioniste à l’infrastructure de la Résistance palestinienne en Cisjordanie ne signifie pas sa destruction complète.

« En plus des opérations militaires à Gaza, le Hamas a établi depuis longtemps une infrastructure organisée en Cisjordanie à la demande de ses hauts responsables », a-t-il déclaré.

« La formation des combattants palestiniens ainsi que les efforts pour produire des matériaux explosifs à l’intérieur des maisons des villages de Ramallah et de Jénine a déjà commencé. Le Hamas dispose en fait d’une infrastructure solide en Cisjordanie », a-t-il affirmé.

Ron Ben-Yishai a annoncé : « L’Autorité palestinienne et ses forces de sécurité ont eu du mal à attaquer ces infrastructures soit parce qu’elles n’étaient pas au courant de l’existence de telles infrastructures, soit parce qu’ils craignaient d’être impliqués dans un affrontement avec le Hamas. »

Opérations-commando contre Israël

Opérations-commando contre Israël

Le Caire affirme avoir reçu un signal sans précédent de la part d’Israël dans le sens d’une réactivation du dossier de l’échange de prisonniers avec la Rés...

La note poursuit qu’un certain nombre de membres du Hamas détenus ont été interrogés, mais le doute persiste encore concernant la destruction complète de telles infrastructures par le régime sioniste. Tel-Aviv est bien conscient que le Hamas grâce à sa popularité croissante pourrait prendre le contrôle de toutes les villes de la Cisjordanie et de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).

Paniqué par son échec à contenir la Résistance palestinienne à Gaza, le régime sioniste montre désormais sa confusion et sa grave inquiétude en publiant les nouvelles des capacités de la Résistance à utiliser des drones suicides.

La Résistance palestinienne, en créant un bon niveau de dissuasion étant le fruit de l’opération de l’Épée de Qods, a mis le régime sioniste dans l’impasse.

Une partie de cette dissuasion est liée aux capacités et aux armes de la Résistance palestinienne, de sorte que depuis la fin de l’opération de l’Épée de Qods, les sources sionistes se sont focalisées sur les capacités de combat et les nouvelles armes de la Résistance palestinienne.

Cisjordanie: l’armée israélienne « désarmée »

Cisjordanie : l’armée israélienne « désarmée »

Depuis le début de 2020, dix opérations anti-israéliennes ont été menées en Cisjordanie sous forme d’attaques à l’arme à feu, à l’arme blanche ou à la voit...

La Résistance palestinienne a mis l’utilisation de drones à son ordre du jour depuis 2014 pendant la guerre de 51 jours. Depuis la guerre de 2014, la Résistance palestinienne a atteint certains de ses objectifs par le biais de l’utilisation de drones.

La plupart des drones utilisés par la Résistance palestinienne étaient destinés à accomplir la mission de la reconnaissance, mais ces dernières semaines, les médias israéliens ont exprimé leur vive inquiétude quant à l’accès de la Résistance palestinienne à de nouveaux drones de combat et kamikazes et ont décrit cette nouvelle capacité de combat de la Résistance palestinienne comme un cauchemar pour le régime sioniste.

Le Channel 12 de la télévision israélienne a rapporté que dans les futurs affrontements du régime sioniste sur le front nord ou dans la bande de Gaza, le régime sioniste serait ciblé par les coups de drones de haute précision du Hezbollah libanais ou de la Résistance palestinienne.

Les sionistes ont prétendu que le Hamas et le Hezbollah libanais cherchaient à se doter de systèmes de missile de haute précision, dont la technologie pour la production nationale serait fournie par l’Iran.

Au cours de ces trois mois après l’opération de l’Épée de Qods, les sionistes ont fait tout leur possible pour inverser ou réduire la dissuasion créée par la Résistance palestinienne, mais la vigilance de la Résistance palestinienne a contrecarré leurs efforts.

Israël : le choc

Israël : le choc

http://french.presstv.ir/Detail/2021/10/03/667775/L-arm%C3%A9e-isra%C3%A9lienne-en-d%C3%A9bandade

 

Dans PALESTINE

"ISRAËL" SE VENGE DES PRISONNIERS PALESTINIENS DU TUNNEL DE LA LIBERTE

Par Le 02/10/2021

L’entité sioniste se venge des prisonniers du tunnel de la liberté

 Depuis 11 heures  2 octobre 2021

Mohammad Ardah

Mohammad Ardah

 Article traduit - Moyent-Orient - Palestine

 

Rédaction du site

Les autorités d’occupation israéliennes ont transféré, dans la nuit de jeudi à vendredi 1er octobre, les six prisonniers qui ont mené l’opération d’évasion de la prison ultra-sécurisée de Gilboa.

Les six détenus ont été transférés vers des cellules d’isolement dans diverses prisons israéliennes, c’est ce qu’a affirmé l’avocat Khaled Mahajna, chargé de la défense du prisonnier Mohammad Ardah, par le club des détenus et ex-prisonniers.

M.Mahajna a déclaré qu’« avec l’achèvement de l’enquête et leur transfert vers des cellules d’isolement, nous confirmons que la série des mesures arbitraires à leur encontre a commencé ».

Pour sa part, le club des Prisonniers a indiqué que « le détenu   Zakaria Al-Zubaidi, a été transféré en isolement dans la prison Eshel à Beer Sheva ».

M.Mahajna avait précisé que les six prisonniers seront inculpés dimanche prochain. « Notre bataille juridique commencera contre les charges sécuritaires qui sont loin de la réalité ».

Dans ce contexte, l’autre avocat du club des prisonniers, Karim Ajwa, a révélé vendredi que l’administration de la prison sioniste d’Ashkelon isole le prisonnier palestinien, Mohammad Al-Ardah, dans des conditions difficiles ».

M.Ajwa qui a rendu visite au prisonnier, Mohammad al-Ardah, a indiqué que: « l’administration pénitentiaire détient al-Ardah dans une cellule d’isolement très étroite et très sale. Il n’y a rien avec lui à part les vêtements qu’il porte. Il n’a même pas un oreiller pour coucher. De plus, les geôliers mènent des inspections dans sa cellule 24 heures sur 24 ».

Ajwa a souligné que « sa cellule d’isolement est surveillée par des caméras, même à l’intérieur de la salle de bain, ce qui constitue une violation de la vie privée et le prive du droit de se doucher et d’utiliser les toilettes ».

Il convient de rappeler que six détenus ont réussi à arracher leur liberté après s’être évadés, le 6 septembre, de la prison ultra-sécurisée de Gilboa, à travers un tunnel qu’ils ont creuser sous le lavabo de leur cellule.

L’opération d’évasion a constitué un grave embarras pour « Israël », car les médias ont révélé de nombreuses failles de sécurité dans le système pénitentiaire israélien, et cette opération est la première dans les geôles de l’occupation depuis 20 ans.

 

Source: Traduit à partir d'AlMasirah

https://french.almanar.com.lb/2160589

Dans PALESTINE

"ISRAËL" A ARRETE 7000 ENFANTS PALESTINIENS DEPUIS 2015

Par Le 02/10/2021

«Israël» a arrêté 7000 enfants palestiniens depuis 2015

 «Israël» a arrêté 7000 enfants palestiniens depuis 2015

folder_openŒIL SUR L'ENNEMI access_timedepuis 11 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec Palinfo

«Les autorités d’occupation israélienne ont arrêté sept milles enfants palestiniens depuis le soulèvement d’al-Qods en 2015», a déclaré le Comité des détenus et des libérés.

A l’occasion du sixième anniversaire du soulèvement d’al-Qods, le premier octobre 2015, le président de l’unité des études et de documentation, Abdennaceur Farwana, a révélé que «la chose la plus dangereuse qui a suivi ce soulèvement des Jérusalémites est la campagne d’arrestations qui a ciblé les filles et les enfants palestiniens et les agressions qu’avaient subies cette catégorie de Palestiniens».

Les agressions israéliennes se sont renforcées par l’adoption d’un nombre de nouvelles lois et décrets visant à élargir les campagnes d’arrestation et à alourdir les peines contre les enfants palestiniens.

Farawna a rappelé que cette politique israélienne viole d’une manière flagrante toutes les lois et les chartes internationales qui sont unanimes à ne mettre un enfant en prison qu'en dernier recours et quand cela s’avère vraiment indispensable et seulement pour la plus courte période possible alors que les tribunaux israéliens vont à l’encontre de toutes ces mesures en gardant les enfants palestiniens la plus longue période possible en arrestation et en alourdissant les peines de prison par des amendes.

Le responsable palestinien a appelé l’UNICEF à intervenir en urgence pour protéger les enfants palestiniens et à arrêter les violations des autorités israéliennes.

Rappelons qu’en premier octobre 2015 les Jérusalémites se sont soulevés pour dénoncer les crimes des colons extrémistes, ayant brulé la famille Dawabsha à Naplouse, et les agressions contre la mosquée al-Aqsa et ses esplanades.

Les enfants palestiniens sont incarcérés dans l’une des trois prisons israéliennes d’«Ofer», «Megiddo» et «Damon».

Le comité des détenus estime que depuis 2000 jusqu’à septembre 2015, les forces d’occupation ont arrêté 8500 enfants palestiniens et elles les ont jugés devant des tribunaux militaires les accusant de jet de pierres.

https://french.alahednews.com.lb/41649/293

 

israel enfants palestiniens

Dans PALESTINE

LE MISSILE QUI A TUE LE "DOME DE FER"?

Par Le 01/10/2021

«Face aux missiles de Gaza Israël ne peut se défendre» ( commandant sioniste)

Friday, 01 October 2021 7:01 PM  [ Last Update: Friday, 01 October 2021 7:32 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Israël incapable face aux missiles palestiniens. ©AFP/Illustration

Le commandant de la défense aérienne du régime sioniste, en admettant l’incapacité de ce régime à contrer les missiles à la trajectoire parabolique, a déclaré que le nombre des missiles tirés contre Tel-Aviv lors de l'opération Épée de Qods était sans précédent.

L’opération Épée de Qods est considérée comme une étape unique dans l'histoire de la lutte des groupes de la Résistance palestinienne contre le régime sioniste. Cette opération est sans précédent que ce soit dans ses aspects opérationnels ou que ce soit d'un point de vue stratégique stratégique démontrant les nouvelles capacités de la Résistance palestinienne qui ont été largement reconnues par l’ennemi occupant.

Missiles à la trajectoire parabolique

Les missiles à la trajectoire parabolique  sont des missiles de la nouvelle génération, qui après avoir été tirés à par un lanceur, se penchent vers l'orbite terrestre à une hauteur inférieure à 100 mètres au-dessus du sol. Mais s’ils ne sont pas contrôlés, ils vont crasher au sol. Alors en utilisant une technologie connue sous le nom de technologie « gravité zéro », on modifie la trajectoire du missile vers sa cible.

Les missiles à la trajectoire parabolique bénéficient d’une nouvelle technologie spatiale à la fois en termes de carburant et de mouvement.

La reconnaissance par le commandant de la défense aérienne du régime sioniste concernant l'incapacité de ce régime à contrer les missiles tirés par la Résistance est une annonce officieuse sur une éventuelle acquisition par la Résistance palestinienne des missiles spatiaux.

Lire aussi : Singulier message du commandement de la DCA iranien à Israël et aux USA : "vos sites stratégiques, on les a en main"

Missiles

Missiles

Remarques de « Gilad Bran »

Dans ses remarques sur l'opération Épée de Qods, Gilad Bran, commandant de la défense aérienne de l'armée israélienne, a évoqué quatre points clés :

Le premier point est l'incapacité du Dôme de Fer à contrer les missiles à trajectoire parabolique. Il a explicitement admis que le Dôme de fer israélien n’était pas capable d' intercepter les missiles à trajectoire parabolique tirés contre les profondeurs des territoires occupées, ce qui est le problème actuel du régime sioniste.

Le deuxième point est la reconnaissance des capacités de l’axe de la Résistance. À cet égard, il a officiellement déclaré que la Résistance avait atteint une capacité significative qui avait affaibli les sionistes, ce qui démontre la force de dissuasion de la Résistance contre les sionistes.

Il a également évoqué le nombre sans précédent des missiles tirés par la Résistance, ce qui peut être comme un signe du développement militaire. La Résistance est désormais en mesure de fournir plus de feu dans un conflit de 12 jours par rapport au nombre des missiles qu’elle avait tirés lors de la guerre de 51 jours en 2014.

Le troisième point, auquel les groupes de la Résistance devraient accorder une attention particulière, c’est le fait que le régime sioniste pourrait avoir recours à des mesures offensives pour amortir l’inefficacité de son Dôme de fer. Compte tenu de la sauvagerie sans précédent que nous voyons chez les sionistes, cela signifie que ce régime pourrait commettre des atrocités sans précédent, alors la Résistance doit se préparer à se prémunir contre de telles actions.

Lire aussi : « Tous les sites stratégiques en Israël identifiés » ( CGRI)

Une armée de l'air

Une armée de l'air

Le Hamas entendait détruire, par un drone suicidaire, une batterie du Dôme de fer, lors de la récente guerre de Gaza.

Le quatrième point consiste à des conseils qu'il donne aux sionistes vivant en Palestine occupée ; Dans ses déclarations, ce dernier a avertit que les Israéliens vivant en Palestine occupée devaient savoir que le Dôme de fer n'a pas été en mesure de contrer les missiles de la Résistance, et que Tel-Aviv pourrait bien être frappé par ces missiles. En effet, il cherche à préparer l'opinion publique des colons vivant en Palestine occupée pour les futures pertes matérielles et humaines.

Lire aussi : Imbroglio: Israël ne peut ni bombarder ni occuper la Cisjordanie

http://french.presstv.ir/Detail/2021/10/01/667650/Resistance-Palestine-Missiles-trajectoire-parabolique

Dans PALESTINE

UNE PALESTINIENNE TOMBE MARTYRE PAR DES TIRS ISRAELIENS DANS LA PARTIE EST D'AL-QODS OCCUPEE

Par Le 30/09/2021

Une martyre palestinienne dans des tirs israéliens

Une martyre palestinienne dans des tirs israéliens

folder_openPalestine access_timedepuis 7 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec agences

Une Palestinienne est tombée en martyre jeudi matin par des tirs israéliens dans la partie Est d’Al-Qods occupée (Jérusalem-Est).

Les forces de l’occupation israélienne ont ouvert le feu sur Israa Khozaimiya (30 ans), mère de trois enfants et originaire du village Qabatiya à Jénine, sous prétexte qu’elle avait tenté de mener une attaque à l'arme blanche.

Selon la police de l’occupation, la Palestinienne avait tenté de poignarder un policier avec un objet tranchant, à Bab al-Silsila dans la vieille ville.

Et d’ajouter que «les agents de police ont tiré sur la Palestinienne, ce qui a entraîné sa mort», sans fournir de plus amples détails.

La police de l’occupation israélienne avait laissé la Palestinienne allongée au sol.

Elle a également fermé un certain nombre de portes de la vieille ville, dont Bab al-Amoud.

https://french.alahednews.com.lb/41630/308

palestine israel

Dans PALESTINE

UNE ARMEE DE L'AIR "PALESTINIENNE"?

Par Le 30/09/2021

Kian ; un drone d’assaut qui sert d’une plate-forme aérienne

Wednesday, 29 September 2021 6:40 PM  [ Last Update: Wednesday, 29 September 2021 6:40 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des drones Kian. (Photo d'archives)

Le Hamas entendait détruire, par un drone suicidaire, une batterie du Dôme de fer, lors de la récente guerre de Gaza, à en croire la chaîne 12 de la télévision israélienne. 

Quatre mois après la dernière confrontation entre le Hamas et le régime sioniste, la chaîne 12 de la télévision israélienne lance une nouvelle allégation : « Les Brigades d’al-Qassam, branche militaire du Hamas, ont tenté de faire exploser une ou plusieurs batteries du Dôme de fer. »

La chaîne a publié un enregistrement vidéo où un drone a été pris pour cible. « Al-Qassam a envoyé un drone suicidaire pour faire exploser le Dôme de fer afin que ses roquettes puissent facilement détruire des cibles en Israël [Palestine occupée, NDLR] », indique la chaîne 12, ajoutant que le Hamas et le Hezbollah pourraient avoir recours à des drones équipés de bombes pour toucher des cibles à l’intérieur de la Palestine occupée. 

Lire aussi: "Les missiles pourront ramener Israël à l'âge de pierre" (Israël)

Pour le rappel, plus de 4 000 roquettes ont été tirées par la Résistance palestinienne en direction des territoires occupés par Israël, au cours de la toute récente guerre de Gaza qui a duré 11 jours. 

Drones kamikazes palestiniens frappent

Drones kamikazes palestiniens frappent

Israël craint que le Hamas et le Hezbollah n’aient recours à des drones suicidaires pour les prochains conflits.

Mais de quoi a peur l'entité israélienne ? Visiblement de l'apparition à Gaza des drones capables d'attaque à l'essaimage ou encore propres à servir de DCA.

Lire aussi: Kian, un drone à la fois de combat et furtif

En septembre 2019, la Force de défense antiaérienne de l’armée iranienne a dévoilé un drone baptisé Kian. La grande vitesse de ce drone lui permet de bien mener les opérations d’interception et de reconnaissance et sa durée de vol le rend un drone efficace pour accomplir les opérations qui nécessitent une haute précision. Kian est un genre de drone qui peut bien contribuer au renforcement des capacités de la défense antiaérienne dans l’air. 

Lire aussi: Gaza nous a imposés sa force(Israël)

Étant donné sa grande vitesse, le drone Kian a la capacité d’être transformé en une arme très efficace pour les missions d’assaut, surtout les missions antiradars, au cas où l’engin serait soumis à une série de modifications.

Guerre : Israël a peur de Gaza ...

Guerre : Israël a peur de Gaza ...

Les services de sécurité israéliens évoquent la possibilité de déclenchement de nouveaux conflits.

Le drone Kian peut facilement être équipé d’un système optique pour l’aider à mieux cibler. En plus, si un système de réception d’onde radar est installé sur Kian, ce dernier se transformera en un engin antiradar. 

Grâce à sa conception pas très compliquée, Kian peut être produit en masse et utilisé donc pour les scénarios tels que les attaques en essaim. 

Lire aussi: Méga exercice de drones iranien : Karrar, Mohajer, Ababil, Kian... fusent de partout

Ayant la capacité de voler dans les hautes altitudes et étant difficile à reconnaître par les ennemis, Kian est en mesure de faire une plate-forme aérienne idéale en portant des missiles air-air.

Une plate-forme aérienne comme Kian n’a pas autant d’angles morts qu’une plate-forme terrestre et il est peu probable que l’engin soit identifié par l’ennemi. 

Iran:

Bien que l’efficacité d’un drone reste inférieure à celle d’un avion de combat, le drone représente pourtant une large gamme d’avantages : les drones peuvent être utilisés en grand nombre, les drones peuvent rester dans l’air plus longtemps, les drones ne sont pas faciles à reconnaître par les radars ennemis, les drones ne coûtent pas très cher, etc. 

Disposant de nombreux types et classes de drones, la République islamique d’Iran est aujourd’hui un pays pionnier dans le domaine de fabrication de drone. 

http://french.presstv.ir/Detail/2021/09/29/667510/Gaza-Israel-Hamas-Hezbollah-drone-Kian

Dans PALESTINE

APRES DEUX ANS DE PRISON EN « ISRAËL », LA DEPUTEE PALESTINIENNE, MILITANTE DU FPLP, KHALIDA JARRAR LIBEREE

Par Le 27/09/2021

Après deux ans de prison en «Israël», la députée palestinienne Khalida Jarrar libérée

Après deux ans de prison en «Israël», la députée palestinienne Khalida Jarrar libérée

folder_openPalestine access_timedepuis 11 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

La députée palestinienne Khalida Jarrar, l'une des figures les plus connues du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), a été libérée dimanche après avoir purgé une peine de deux ans dans une prison israélienne.

Mme Jarrar, âgée de 58 ans, avait été arrêtée en octobre 2019 par les forces d’occupation israéliennes à son domicile de Ramallah en Cisjordanie occupée, lors d'une opération spéciale ciblant différentes personnalités palestiniennes.

Accusée de «participation à des activités du FPLP», Khalida Jarrar avait été condamnée en mars dernier à deux ans de prison par un «tribunal militaire israélien» après avoir plaidé coupable dans le cadre d'une négociation de peine.

En comptant la période passée en détention avant sa sentence, sa libération était prévue ces jours-ci.

Aussitôt après sa sortie de prison et son transfert à Ramallah, Mme Jarrar s'est rendue sur la tombe de sa fille Suha, une militante palestinienne décédée subitement en juillet à l'âge de 31 ans.

Après la mort de sa fille, des ONG palestiniennes avaient demandé à l’entité sioniste de libérer provisoirement la mère pour lui permettre d'assister aux funérailles, mais cette demande avait été rejetée.

Dans un communiqué, le FPLP s'est félicité de la libération de Khalida Jarrar, qualifiée de «camarade de combat incarnant le plus merveilleux exemple de patience et de ténacité».

https://french.alahednews.com.lb/41595/308

Dans PALESTINE

24 JOURNALISTES PALESTINIENS DANS LES PRISONS DE L'OCCUPANT ISRAELIEN

Par Le 26/09/2021

Comité de soutien aux journalistes: 24 journalistes palestiniens dans les prisons de l’occupation israélienne

 Depuis 12 heures  26 septembre 2021

Un journaliste palestinien arrêté par les forces d'occupation israélienne

Un journaliste palestinien arrêté par les forces d'occupation israélienne

 Moyent-Orient - Palestine

 

Rédaction du site

Le « Comité de soutien aux journalistes » (organisation arabe) a communiqué, le samedi 25 septembre, le chiffre de 24 journalistes palestiniens détenus dans les geôles de l’occupation israéliennes.

Et d’ajouter : « l’arrestation du journaliste Ayman Qawariq par l’occupation israélienne, vendredi soir, à l’une des portes de la mosquée al-Aqsa, a porté le nombre total à 24 journalistes détenus dans les prisons israéliennes, dont la journaliste Bushra al-Taweel ».

Le Comité a déclaré qu’Israël « a prolongé la détention du journaliste Qawariq jusqu’à la journée du dimanche ».

Le Comité a appelé les organisations humanitaires et des droits de l’Homme à intervenir « pour arrêter la politique de détention et de sa prolongation contre les journalistes détenus dans les prisons de l’occupation ».

Il a également appelé ces institutions à « faire pression sur l’occupation pour qu’elle libère tous les journalistes et militants, qui sont arrêtés sur fond politique, sans justification légale ».

Et de poursuivre : « nous appelons le Conseil de sécurité de l’ONU à mettre en œuvre la résolution 2222 sur la protection des journalistes et à tenir Israël pour responsable de ses violations contre les professionnels palestiniens de la presse ».

Les autorités d’occupation israéliennes détiennent environ 4 850 Palestiniens dans 23 prisons et centres de détention, dont 41 prisonnières, 225 enfants et 520 détenus administratifs (sans chef d’inculpation), d’après les institutions spécialisées dans les affaires des prisonniers.

 

Source: Avec Anadolu

https://french.almanar.com.lb/2156046

Dans PALESTINE

PALESTINE : ASSAUT ISRAELIEN ET AFFRONTEMENTS ARMES AVEC L’OCCUPANT A AL QODS ET JENINE. 5 MARTYRS PALESTINIENS. 2 SOLDATS ISRAELIENS BLESSES

Par Le 26/09/2021

Assaut israélien et affrontements armés avec l’occupation à AlQods et Jénine: 5 martyrs palestiniens. 2 soldats israéliens blessés

 Depuis 11 heures  26 septembre 2021

Des soldats d'occupation israélienne

Des soldats d'occupation israélienne

 Article traduit - Moyent-Orient - Palestine

 

Rédaction du site

 

soldat2

L’unité d’élite de l’armée d’occupation israélienne a pris d’assaut, ce dimanche 25 septembre, la localité de Burquine, à l’ouest de la ville de Jénine, en Cisjordanie occupée.

Les soldats de l’occupation ont également encerclé la maison d’un Palestinien au nord-ouest d’AlQods occupée, dans le but d’assassiner un dirigeant des brigades Al-Qassam, Ahmad Zahrane.

Selon des sources sécuritaires de l’occupation, l’assaut visait un groupe des militants de la résistance palestinienne le Hamas et le Jihad, dans plusieurs villes palestiniennes.

Des affrontements armés ont alors éclaté entre les soldats d’occupation et des jeunes Palestiniens dans différents quartiers de Jénine.

Les forces d’occupation ont en outre arrêté, dans la nuit de samedi à dimanche, huit Palestiniens de la Cisjordanie.

Le correspondant de PalToday a fait état de cinq martyrs palestiniens à Burquine et dans la localité de Badou, au nord-ouest d’AlQods occupée.

PalToday a indiqué que les trois premiers martyrs ont été assassinés par les forces d’occupation suite au bombardement de la maison dans lequel ils se trouvaient, au nord-ouest d’AlQods. Les deux autres sont tombés en martyr à l’issue d’affrontements avec les soldats israéliens à Jénine.

soboh

Le Jihad islamique a précisé que l’un des martyrs de Jénine, Oussama Soboh, est un de ses membres.

Côté israélien, deux soldats de l’unité d’élite ont été blessés par des tirs palestiniens qui tentaient de repousser l’assaut contre Jénine, a rapporté la chaine qatarie AlJazeera.

soldat3

En réaction, le journal israélien Yediot Aharonot a déclaré que l’affrontement armé qui a éclaté à Jérusalem (occupée) et à Jénine est un « événement rare », vu que les renseignements israéliens parviennent généralement à découvrir les infrastructures armées dans leurs premiers stades.

Dans ce contexte, la chaîne de télévision israélienne Channel 12 a déclaré que l’armée d’occupation se prépare à des tirs de roquettes du Hamas et du Jihad depuis Gaza, en riposte à la liquidation par ‘Israël’ de leurs militants en Cisjordanie.

https://french.almanar.com.lb/2156145

Dans PALESTINE

A LA MEMOIRE D’HUSSEIN MASSALMAH : LES VAINQUEURS D’AUJOURD’HUI SERONT IRREMEDIABLEMENT LES VAINCUS DE DEMAIN

Par Le 25/09/2021

A la Mémoire d’Hussein MASSALMAH: Les vainqueurs d’aujourd’hui seront irrémédiablement les vaincus de demain.

 Depuis 2 heures  25 septembre 2021

massalmah

 Moyent-Orient - Palestine

 

Le Mahatma GHANDI avait pour coutume de dire qu’un « œil pour un œil rend le monde aveugle ».

Ayant appris le décès dans des conditions atroces d’Hussein MASSALMAH au sein des geôles de l’Occupation, on ne peut que s’indigner que les conditions de sa mort n’aient pas eu le retentissement médiatique qu’il se doit.

Car enfin, comment est-il possible qu’aujourd’hui, à l’ère d’internet et des réseaux sociaux, son sort (mais aussi celui de centaines d’autres palestiniens enfermés dans ce qui s’apparente à un univers concentrationnaire) ne fasse pas la une des médias ? La réponse est sans appel : il existe des vies qui, dans l’imaginaire forgé par les tenants du récit narratif distillé aux masses, ne valent rien.La mort de MASSALMAH ne saurait être, me direz-vous, qu’une autre statistique venant s’ajouter à d’autre.
Il n’en est rien.

Hussein vit toujours. Il vit dans la mémoire de ses proches. Il vit aussi dans la mémoire d’un peuple tout entier dont le droit à la vie est bafoué impunément depuis plus de 70 ans.

A l’heure des grandes mobilisations « en soutien » à quiconque ou quoi que ce soit qui puisse faire l’objet d’une manipulation au service d’intérêts non-avoués, les grandes consciences de ce monde auraient dû se mobiliser en masse. Bernard Henri LEVY aurait dû se fendre d’une tribune appelant au sursaut humaniste d’une opinion publique trop souvent anesthésiée par les émissions racoleuses de grande écoute et autres potins de la vie des célébrités.
Il n’en est rien.

Hussein MASSALMAH ne pourra jamais prétendre au statut d’Alexandre NAVALNY ou Gilad SHALIT tout simplement parce que son existence ne revêt d’aucune importance aux yeux de ceux qui s’affairent dans l’ombre depuis 1948 à promouvoir la notion selon laquelle le peuple Palestinien n’appartient pas au genre humain.

Et pourtant, la roue de l’Histoire continue à tourner.
Les vainqueurs d’aujourd’hui sont irrémédiablement amenés à devenir les vaincus de demain.

Le monde change et son équilibre bascule à toute vitesse. La vérité devient de plus en plus difficile à cacher. Les assassins savent que leurs propres jours sont comptés et que le jour du jugement s’approche inexorablement.

Pensez-vous que cette réalisation serait de nature à leur faire comprendre qu’il serait à cet égard dans leur intérêt d’amorcer un changement dans leur conception du monde et de leur place ici-bas ?
Cela leur est impossible.
Ils ne sont eux-mêmes que des prisonniers d’un système et d’une idéologie qui finira par les engloutir et les reléguer aux rangs des pires criminels de l’Histoire.

A l’instar des fonctionnaires Nazis qui s’empressaient de « faire disparaitre les preuves » à l’approche des armées soviétiques, les lampistes sionistes cherchent à accélérer par tous les moyens et avec de moins en moins de précautions d’usage, toute trace du Palestinien.

Tous les moyens sont bons afin de « tondre la pelouse » comme l’admettent les plus hauts dirigeants de « l’armée la plus morale du monde » : raids aériens ponctuels, assassinats ciblés, pollution des nappes phréatiques, empoisonnement des sols cultivables, harcèlement des populations, expérimentations médicales… Toute honte bue, les dirigeants sionistes se félicitent ouvertement de

procéder au lent génocide d’un peuple qui ne trouve grâce à leurs yeux qu’une fois son existence rayée de la mémoire du monde.

arno_develay

Il n’en sera rien.

Par Arno Develay: avocat français

https://french.almanar.com.lb/2155892

Dans PALESTINE

LE COMBAT INACHEVE DE ZAKARIA ZUBEIDI

Par Le 23/09/2021

Le combat inachevé de Zakaria Zubeidi

 Depuis 6 heures  23 septembre 2021

zaccaria-jpg1

 Moyent-Orient - Palestine

 

Zakaria Zubeidi est l’un des six prisonniers palestiniens qui, le 6 septembre, ont creusé un tunnel pour sortir de Gilboa, une célèbre prison israélienne de haute sécurité. Il a été repris quelques jours plus tard. Les nombreux hématomes qu’il portait au visage témoignaient de l’histoire poignante d’une évasion audacieuse et d’une arrestation violente. Cependant, son histoire ne commence ni ne s’arrête là.

Il y a vingt ans, après ce qui est resté gravé dans la mémoire collective palestinienne comme le « massacre de Jénine », j’ai été présenté à la famille Zubeidi dans le camp de réfugiés de Jénine, presque entièrement rasé par l’armée israélienne pendant et après les combats. Toutes mes tentatives de me rendre à Jénine, maintenue en état de siège par l’armée pendant des mois après l’épisode le plus violent de tout le deuxième soulèvement palestinien (2000-2005), ont été contrecarrées par l’armée israélienne.

Je n’ai pas pu parler directement à Zakaria Zubeidi. Contrairement à son frère Taha, il a survécu au massacre de 2002 et a ensuite gravi les échelons des Brigades des Martyrs d’Al-Aqsa, la branche armée du mouvement Fatah, pour en devenir le chef. Il s’est ainsi retrouvé en tête de la liste des Palestiniens les plus recherchés par Israël.

Nous avons surtout communiqué avec sa sœur, Kauthar, qui nous a raconté en détail les événements qui ont précédé ce siège militaire fatidique. Elle n’avait que 20 ans à l’époque. Malgré son chagrin, elle parlait avec fierté de sa mère, tuée par un sniper israélien quelques semaines seulement avant l’invasion du camp ; de son frère, Taha, chef des Brigades Al-Quds, la branche armée du mouvement du Jihad islamique à Jénine à l’époque ; et de Zakaria, qui était maintenant en mission pour venger sa mère, son frère, ses meilleurs amis et ses voisins.

« Taha a été tué par un sniper. Après l’avoir tué, [les Israéliens] ont tiré sur elle des obus qui ont complètement carbonisé son corps. C’était dans le quartier de Damaj », nous a raconté Kauthar. « Les jeunes hommes ont rassemblé ses restes et les ont amenés dans une maison. Depuis ce jour-là, on appelle cette maison “La maison du héros” ».

Kauthar m’a également parlé de sa mère, Samira, 51 ans, « qui a passé sa vie à aller d’une prison à l’autre » pour rendre visite à son mari et à ses fils. Samira était aimée et respectée par tous les combattants du camp. Ses enfants étaient les héros que tous les jeunes voulaient imiter. Sa mort a été particulièrement choquante.

« Elle a reçu deux balles dans le cœur et une dans le dos », a expliqué Kauthar. « Du sang coulait de son nez et de sa bouche. Et je ne pouvais rien faire d’autre que crier ».

Zakaria est immédiatement entré en clandestinité. Le jeune combattant était très affecté par ce qui était arrivé à sa chère Jénine, à sa famille, à sa mère et à son frère qui devait se marier la semaine suivante. Zakaria se sentait également trahi par ses « frères » du Fatah qui continuaient à collaborer ouvertement avec Israël, malgré les tragédies croissantes en Cisjordanie occupée ; et par la gauche israélienne qui avait abandonné la famille Zubeidi malgré ses promesses de solidarité et de camaraderie.

« Chaque semaine, 20 à 30 Israéliens venaient [à Jénine] pour faire du théâtre », a déclaré Zakaria dans une interview accordée au magazine Times. Il faisait référence au théâtre « Arna’s House », auquel participaient Zakaria et d’autres jeunes de Jénine, et qui avait été créé par Arna Mer-Khamis, une Israélienne mariée à un Palestinien. « Nous leur avons ouvert notre maison et ils l’ont démolie… Nous les avons nourris. Et, par la suite, pas un seul d’entre eux n’a décroché son téléphone. C’est là que nous avons vu le vrai visage de la gauche en Israël ».

Des cinq enfants qui ont participé au théâtre, seul Zakaria a survécu. Les autres ont rejoint divers groupes armés pour lutter contre l’occupation israélienne et ont tous été tués.

Zakaria Zubeidi est né en 1976 sous l’occupation israélienne, il n’a donc jamais connu la vie d’homme libre. À 13 ans, des soldats israéliens lui ont tiré dessus pour avoir jeté des pierres. À 14 ans, il a été arrêté pour la première fois. À 17 ans, il a rejoint les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne, croyant, comme de nombreux Palestiniens à l’époque, que « l’armée » de l’AP avait été créée pour protéger les Palestiniens et garantir leur liberté. Désabusé, il a quitté l’AP moins d’un an plus tard.

Il ne s’est engagé dans la lutte armée pour la liberté, qu’en 2001, quelques mois après le début de la deuxième Intifada. Un de ses amis d’enfance a été l’un des premiers à être tué par des soldats israéliens. En 2002, Zakaria a rejoint les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, à peu près au moment où sa mère, Samira, et son frère, Taha, ont été tués.

2002 a été une année décisive pour le mouvement Fatah qui était pratiquement divisé en deux groupes, même si ce n’était officiel : l’un estimant que la lutte armée devait rester une stratégie de libération, l’autre prônant le dialogue politique et un processus de paix. De nombreux membres du premier groupe ont été tués, arrêtés ou marginalisés, notamment le leader populaire du Fatah, Marwan Barghouti, qui a été arrêté en avril 2002 et se trouve toujours dans une prison israélienne. Les membres du second groupe se sont corrompus et enrichis. Leur « processus de paix » n’a pas réussi à apporter la liberté tant convoitée et ils ont refusé d’envisager d’autres stratégies de peur de perdre leurs privilèges.

Zakaria, comme des milliers de membres et de combattants du Fatah, était pris dans un dilemme permanent. Il voulait poursuivre la lutte comme si le gouvernement de Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne (AP), était prêt à tout risquer pour le bien de la Palestine, en restant au Fatah, car il espérait le voir revêtir à nouveau le manteau de la résistance palestinienne.

La vie de Zakaria Zubeidi a été le reflet de cette confusion. Il a été emprisonné non seulement par les Israéliens, mais aussi par l’AP. Il lui arrivait de faire l’éloge d’Abbas et, presque dans le même souffle, de dénoncer la traîtrise de l’ensemble de la direction palestinienne. Il a rendu ses armes à plusieurs reprises, pour ensuite s’en procurer à nouveau avec la même détermination qu’auparavant.

Bien que Zakaria soit maintenant de retour en prison, son histoire et sa lutte ne sont pas terminées. Des dizaines de jeunes combattants parcourent désormais les rues du camp de réfugiés de Jénine, jurant de poursuivre la lutte armée.

Zakaria Zubeidi n’est donc pas seulement un individu, il est aussi le reflet de toute une génération de Palestiniens de Cisjordanie qui doivent choisir entre le combat pour la liberté, douloureux mais ancré dans la réalité, et des compromis politiques. Ces derniers, selon les propresramzy_baroud mots de Zakaria, « n’ont jamais rien apporté de bon aux Palestiniens ».

Par Ramzy Baroud.

Sources : Chronique Palestine; traduit par Dominique Muselet pour Réseau international

https://french.almanar.com.lb/2154077

Dans PALESTINE

LES SIX HEROS PALESTINIENS EVADES A NOUVEAU EN PRISON

Par Le 20/09/2021

Les six héros palestiniens évadés à nouveau derrière les barreaux

Les six héros palestiniens évadés à nouveau derrière les barreaux

folder_openPalestine access_timedepuis 14 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

Près de deux semaines après leur évasion spectaculaire d'une prison de haute sécurité en «Israël», l'ensemble des six héros fugitifs palestiniens s'est retrouvé dimanche à nouveau derrière les barreaux à la suite de la capture des deux derniers évadés en Cisjordanie occupée.

Le 6 septembre, ces six Palestiniens écroués pour des opérations anti-israéliennes s'étaient enfuis de la prison de Gilboa dans le nord de la Palestine occupée, via un tunnel creusé sous un évier et débouchant à l'extérieur du pénitencier.

Qualifiés de «héros» côté palestinien, ils étaient devenus les hommes les plus recherchés par les forces de l’occupation qui ont déployé des renforts militaires et des drones pour les retrouver.

Quelques jours après cette «Grande évasion» comme l'a décrite la presse palestinienne, les forces de l’occupation israélienne ont capturé en fin de semaine dernière quatre des fugitifs dans la région de «Nazareth», dans le nord de la Palestine occupée.

Parmi eux, Mahmoud Ardah, du mouvement de résistance Jihad islamique écroué depuis 1996 et considéré comme le cerveau de l'opération, et Zakaria al-Zoubeidi, un ex-chef local de la branche armée du parti Fatah du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Dimanche avant l'aube, l'armée de l’occupation a arrêté les deux derniers fugitifs, Ayham Kamamji et Mounadel Infeiat, membres du Jihad islamique, lors d'une opération conjointe à Jénine, en Cisjordanie, un territoire palestinien occupé par «Israël».

Originaire de Kafr Dan près de Jénine, Ayham Kamamji avait été arrêté en 2006 et condamné à perpétuité pour le kidnapping et l'assassinat d'un colon israélien. Mounadel Infeiat attendait sa condamnation après avoir été emprisonné par le passé pour ses activités au Jihad islamique.

Le tribunal de Nazareth a par ailleurs prolongé dimanche de dix jours la détention des quatre premiers prisonniers capturés, selon un communiqué de la police. On ignore dans l'immédiat dans quelle prison seraient détenus les six Palestiniens.

Ces prisonniers avaient commencé en décembre 2020 à creuser leur tunnel dans la prison de Gilboa, selon des avocats des évadés. «Mahmoud (Ardah) m'a dit avoir commencé à creuser (le tunnel) en décembre. C'est ce qu'il a d'ailleurs aussi dit aux enquêteurs israéliens», a déclaré à l'AFP son avocat, Raslan Mahajana, après lui avoir rendu visite en détention mercredi.

«Cuillère de la liberté»

Les prisonniers ont utilisé des cuillères, des assiettes et même le manche d'une bouilloire pour creuser leur tunnel, a ajouté Me Mahajana en présentant Mahmoud Ardah comme l'architecte de cette opération.

Sur les réseaux sociaux, la cuillère s'est imposée comme le nouveau symbole de la «libération» pour les Palestiniens, qui se sont pris en photo avec l'ustensile en main devant des drapeaux palestiniens.

Ce phénomène s'est répandu à l'extérieur des territoires palestiniens, où l'objet est brandi dans les manifestations en soutien aux nombreux prisonniers incarcérés en «Israël». Au Koweït, un artiste a sculpté un poing qui se referme sur l'ustensile, une œuvre intitulée «Cuillère de la liberté». Après cette évasion, une enquête interne a été ouverte sur la sécurité à la prison de Gilboa.

Le mouvement de résistance palestinienne Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza a affirmé que «l'arrestation des deux (derniers) prisonniers ne pourra pas couvrir l'ampleur de la victoire qui a rendu l'ennemi à sa place naturelle de marionnette risible», selon un communiqué. Le Jihad islamique a lui affirmé que «la lutte contre l'ennemi continuera».

https://french.alahednews.com.lb/41505/308

palestine israel prisonniers palestiniens

 

Dans PALESTINE

PALESTINE : GILBOA, LA MEGA BOMBE ECLATE !

Par Le 18/09/2021

Les dessous de la vrai mission des six "Evadés", 1ère base militaire de la Résistance en Cisjordanie émerge

Saturday, 18 September 2021 1:12 PM  [ Last Update: Saturday, 18 September 2021 1:12 PM ]

 30 

Des missiles lancés depuis Gaza sur Tel-Aviv, le 10 mai 2021. ©AFP

C'est une faille insurmontable au niveau de la perception stratégique qui semble de plus en plus à faire enliser Israël : Ainsi alors même que l'armée sioniste vient de faire une annonce, encore une, concernant la formation d'une nouvelle unité militaire opérant en Galilée du nom (Dfoura), et qui signifie abeille en arabe, et qui comprend des centaines de combattants de réserve et sa mission principale serait de combattre le Hezbollah jusqu'à l'arrivée des forces régulières, une Galilée qui rappelons-le a été le théâtre le 6 août d'une très simple salve de 20 roquettes 122 mm revendiquée du Hezbollah, qui a largement suffit à ce que le PM israélien s'en morde à mille fois les doigts, mette un terme radicale à tout aventurisme aérien dans le sud du Liban, des informations extraordinairement surprenante parviennent de Jénin en Cisjordanie, un camp de réfugié devenu, sous les yeux ahuris des unités de forces spéciales de l'armée sioniste, une base militaire. Vendredi, des sources d'information ont pris de court le monde entier en confirmant que le succès extraordinaire de l’axe de la Résistance à réarmer la Cisjordanie, à en faire un front de combat nouveau contre l'entité et ce, au cœur même des colonies, un procédé qui semble découler de la grande victoire en mai que fut l’opération Epée de Qods. 

Freedom Tunnel: de l'inattendu?

Plus d'un analyste y verrait le premier impact en termes militaire de la grande évasion de Gilboa car si deux des six "évadés" se trouveraient à Jenin, comme semble le croire l'entité sioniste, chapeau pour leur sens de réorganisation militaire! A ce rythme on tendrait  même à croire que les quatre autres "fugitifs" auraient plutôt cherché à distraire les militaires sionistes en se livrant à dessin à ces derniers, pour que les deux autres aient le temps d'accomplir dûement leur mission! 

Toujours est-il que les groupes de la Résistance palestinienne ont annoncé le jeudi 16 septembre la formation d'une "salle d'opérations conjointes" dans le camp de réfugiés de Jénine. Les branches militaires du Fatah, du Hamas et du Jihad islamique sont toutes impliquées et c'est la première fois que les trois mouvements unissent leurs forces dans une telle action contre le régime sioniste.« Si l'attaque contre les prisonniers continue, nous ouvrirons les portes de l'enfer sur le régime d'occupation », lit-on dans le communiqué de la salle des opérations conjointes.« Israël ne connaît que le langage de force », a réaffirmé les Brigades des martyrs d'al-Aqsa affilié au Fatah. Et de poursuivre : « Nous sommes prêts à nous battre et nous ne reculerons pas d’un iota. » Un combattant des Brigades al-Qods du Jihad islamique de la Palestine a déclaré qu’un appel à la mobilisation avait été lancé à Jénin et que tous les groupes palestiniens étaient prêts à se battre contre l’entité sioniste. Par ailleurs, des combattants de la Résistance palestinienne issus de différentes parties de la Cisjordanie étaient arrivés dans le camp de Jénine.

Coup d'État en Israël

Coup d'État en Israël

Plus de 100 Palestiniens ont été blessés dans des rassemblements de soutien aux prisonniers en Cisjordanie.

Le chef d'état-major de l’armée israélienne, Aviv Kochavi, avait  menacé mercredi que si les deux évadés atteignaient effectivement Jénine, l'armée israélienne y lancerait l'assaut, même si l'opération affecte le reste de la Cisjordanie. C'est un trop pari que le Sioniste vient de faire surtout qu'il y a quelques minutes le Hamas et le Jihad islamique ont lancé une mise en garde contre " tout aventurisme israélien" contre Jénin, qui "déclencherait automatiquement une réponse balistique visant les colonies".  Une source bien informée au sein de la salle des opérations conjointes a déclaré au journal libanais Al-Akhbar que la bataille avec l'armée sioniste était certaine et que la Résistance s'y préparait.

« Une unité de surveillance a été mise en place pour surveiller les agissements de l'armée israélienne, la situation des postes de contrôle et des bases situées autour de Jénine. Cette unité surveille également les véhicules civils soupçonnés de transporter des militaires sionistes », a-t-on appris de la même source. La source a ajouté que la tâche de l'unité de la "Colère nocturne" est de mettre le feu aux pneus des voitures et de se battre tout près du poste de contrôle d'al-Jalama, en lançant des pierres et des cocktails Molotov. Mais il se pourrait que les choses aillent encore plus loin que du cocktail Molotov ou des ballons incendiaires. Toujours selon Al Akhbar, Une source à l'intérieur du camp de Jénine a révélé que des combattants de la Résistance avaient pénétré à l’intérieur du camp et que la situation était similaire à la fameuse bataille de Jénine pendant l'Intifada d'al-Aqsa en 2002. Si c'est réellement le cas, on arrive à mieux comprendre les vrais objectifs de l'opération "Gilboa", mené d'une mùain de maitre par un commando de six combattants ayant bénéficié, selon Haaretz de la contribution de 11 autres combattants, à l'intérieyr de la prison. Et cet objectif dépasse largement le fait de creuser un tunnel, en dévoyer l'un des système sécuritaires les mieux lotis du monde ou donné comme tel.

Un F-16 d'Israël abattu par Gaza!

Un F-16 d'Israël abattu par Gaza!

Les missiles intercepteurs syrien et palestiniens sillonnent le ciel 

"Freedom Tunnel" aurait pour but de transformer les camps de la Cisjordanie en camps militaires et de faire voir à l'entité à quoi ressemble une " explosion de l'intérieur". Dès lors, une unité de commando-abeille ne changerait plus la donne en Galilée. la guerre de la Résistance a dépassé le stade d'avoir à éclater sur le front Nord. Sur le front Nord effectivement et depuis que les camions citernes syriens bourrés du pétrole iranien arrivent par dizaine dans la Bekaa, la guerre anti Israël est gagnée : la vraie guerre se déroule désormais entre Israël totalement débordé d'une part et les palestiniens du Levant de l'autre : Cisjordanie, Gaza, Palestine historique certes, mais aussi les Palestiniens de Liban et de Syrie. Aux dernières nouvelles, les réfugiés palestiniens de Syrie, viennent eux aussi de rejoindre le mouvement. 

Gaza: 1er F-16 israélien abattu!

Gaza: 1er F-16 israélien abattu!

Alors que va-t-il se passer ? Israël se trouvera face aux Palestiniens qui le prendraient pour cible, depuis leur résidence libanaise ou syrienne en, solidarité avec la Palestine, ce qui privera in fine l'entité de toute capacité de riposte... Cette perspective, le couple Bennett-Lapid le voit très clairement d'où ces vraie-fausses concessions "économiques". Lors d’une interview accordée au journal israélien Yedioth Ahronoth, le mardi 14 septembre, le Premier ministre israélien Naftali Bennett a confirmé qu'il avait trois missions dans la bande de Gaza : échanger les prisonniers, arrêter le tir de missiles et de ballons incendiaires des Palestiniens et empêcher le Hamas de se renforcer en échange d'un calme temporaire, comme ce qui s'est produit au Liban il y a 15 ans. Mais c'est tard, trop tard au vu de ce qui s'y passe actuellement . Se retournant le dos aux Frères, le Hamas est désormais un "Hezbollah palestinien" tout court. 

http://french.presstv.ir/Detail/2021/09/18/666770/Gaza-Israel-boit-la-tasse-

Dans PALESTINE

PALESTINE : 174 POINTS D'AFFRONTEMENTS ENTRE PALESTINIENS ET FORCES ISRAELIENNES ET DES COLONS EN CISJORDANIE ET A AL-QODS

Par Le 18/09/2021

Escalade contre les forces israéliennes et les colons : 174 points d’affrontement recensés en Cisjordanie et al-Qods

 Depuis 1 heure  18 septembre 2021

affrontements

 Article traduit

 

Rédaction du site

La Cisjordanie occupée a été la semaine dernière le théâtre d’une escalade des affrontements entre les jeunes palestiniens d’une part et les forces d’occupation et les colons israéliens de l’autre.

Selon le site de la télévision iranienne arabophone al-Alam, en une semaine, 174 points de confrontation ont été recensés en Cisjordanie, ainsi que dans la ville sainte d’al-Qods.

Des affrontements armés se sont déroulés au cours desquels il y a eu des tirs de feu, des lancers de cocktails Molotov, des tirs de pierre.
Ont été visés des postes de contrôle israéliens, surtout celui de la région de Jénine, al-Jalama, ainsi que contre des colonies situées en Cisjordanie. 17 colons et soldats israéliens ont été blessés selon al-Alam.

Le vendredi 17 septembre, 19 points d’affrontement ont été dénombrés, dont une fusillade au poste de contrôle militaire d’Al-Jalama, et des lancers de cocktails Molotov et de pétards dans le quartier de Batn Al-Hawa à Silwan à Jérusalem, et au camp d’Al-Fawwar à al-Khalil Hébron…

Le jeudi 16 septembre, il y a eu 17 points d’affrontement, dont des coups de feu au poste de contrôle d’Al-Jalama à Jénine et des affrontements à Hébron, Beitounia à Ramallah, Wadi Foukin, Tekoa et contre la colonie d’Etzion à Bethléem…

Le mercredi 15 septembre, 11 points d’affrontement ont été recensés, dont dans les quartiers palestiniens Bab Hittat et Salwane dans la ville sainte. Le check-point de Jalama a également été visé.

De même, le mardi 14 septembre, où 23 points d’affrontement. Lors de l’un d’entre eux un colon a été blessé par un caillou.

Le lundi 13 septembre, il y a eu 25 points d’affrontement.  Dans l’un d’entre eux, 3 soldats israéliens ont été blessés aux jets de pierres à proximité de Hazma et de la colonie d’Almome dans la banlieue d’al-Qods. Il y a eu aussi ce jour-là l’opération au poignard à la station centrale des bus d’al-Qods au cours de laquelle 4 colons ont été blessés ainsi que l’auteur de l’opération Khaled Chawamrat (17 ans).
Une autre opération au couteau s’est également déroulée à Etzion et son auteur a été blessé.

Le dimanche le 12 septembre, 31 points ont été le théâtre d’affrontement au cours desquels 9 colons ont essuyé des tirs de pierres. Le check-point al-Jalama à Jénine a fait l’objet de tirs de feu . Tandis que plusieurs colonies ont essuyé des cocktails Molotov, des pétards et des engins explosifs à effet sonore.

Le pic a été le samedi 11 septembre, avec 48 points d’affrontements dans plusieurs régions. Dont entre autres contre les colonies Majdal-Oz, Beit Eil, Jabone Hehdacha, Hazma, et Kiriat Netafim.

Cette escalade intervient alors que les forces d’occupation israéliennes mènent une chasse à l’homme à la recherche des deux détenus évadés de la prison de Gilboa, au nord de la Palestine occupée, dans une opération spectaculaire effectuée le lundi 6 septembre. Les quatre autres détenus ayant été capturés. Les six détenus étant tous originaires de Jénine, c’est dans cette région que le déploiement militaire israélien est le plus important.

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2150590

Dans PALESTINE

LE PREMIER Q.G. DE COMMANDEMENT CONJOINT GAZA/CISJORDANIE EST NE.

Par Le 17/09/2021

Le « camp » de Jénine se réarme et se transforme en base militaire

Friday, 17 September 2021 3:04 PM  [ Last Update: Friday, 17 September 2021 3:05 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le premier QG Gaza/Cisjordanie est né. ©Al-Yawm News

Des camps de palestiniens transformés en base militaire, Gilboa et ses « fugitifs » se sont avérés fatals pour Israël, les combattants palestiniens ont pris des armes à Jénine et attendent le moindre faux pas d’Israël contre les deux évadés ou contre Gaza pour passer à l’acte… 1er QG de commandement conjoint palestinien est né. 

Face à l'escalade des menaces israéliennes de prendre d'assaut la ville de Jénine et son camp à la recherche des deux prisonniers toujours en fuite parmi les prisonniers libérés de la prison de Gilboa, les combattants de la Résistance palestinienne s'y préparent pour une bataille décisive, rappelant la Bataille d'avril lors de l'Intifada d'Al-Aqsa en 2002, a rapporté le journal libanais Al-Akhbar.

« Al-Maltsha » est le nom que les Palestiniens préfèrent utiliser au poste de contrôle d'al-Jalama, au nord de Jénine, après qu'il a été soumis quotidiennement à une série d'attaques armées éclair au cours de la semaine dernière.

« Les journalistes israéliens continuent de brandir une opération militaire visant le camp, tandis que le chef d'état-major de l'armée ennemie, Aviv Kochavi, a récemment menacé de recourir au lancement d'une opération à grande échelle s'il était confirmé que les deux prisonniers libérés de la prison de Gilboa, sont arrivés dans le camp. D'autre part, les préparatifs sont en cours, alors que des dizaines de combattants de la Résistance se préparent à l'affrontement armé à l'aide de leurs fusils, d'engins explosifs improvisés et de bombes artisanales », souligne l’article d’Al-Akhbar.

Coup d'État en Israël

Coup d'État en Israël

Plus de 100 Palestiniens ont été blessés dans des rassemblements de soutien aux prisonniers en Cisjordanie.

Depuis mars dernier, il semblait que des braises reposaient sous les cendres à Jénine, puis la première étincelle s'est rapidement allumée lors de la poursuite du martyr Jamil Al-Amouri et de son compagnon de captivité Wissam Abu Zaid, tous deux des Brigades de Qods  (la branche armée du Mouvement du Jihad islamique), après avoir mené un certain nombre d'opérations.

De même, la récente guerre israélienne contre la bande de Gaza a constitué un motif majeur de l'accélération du rythme de l'escalade à Jénine, où les opérations contre l'occupation et ses postes de contrôle se sont intensifiées après l'apparition d'un Al-Amouri masqué, accompagné d'un certain nombre combattants des « Brigades Al-Qods », dans un message vidéo menaçant l'entité sioniste.

Plus tard, Al-Amouri est tombé en martyr, mais rien ne s'est arrêté pour autant puisque ses compagnons ont continué leur mission, provoquant l'intervention de l'Autorité palestinienne qui en a arrêté beaucoup. Certains sont également tombés en martyr.   

Aujourd'hui, le camp de Jénine se prépare, et ses combattants attendent toute incursion israélienne pour accomplir ce qui s'apparente à une « bataille de vengeance ». L'armée ennemie a en général toujours évité de prendre d'assaut Jénine et son camp se limitant à des opérations-éclair et rapides, avec des forces en civil, ainsi que des véhicules non militaires, précise l’article du journal libanais.

Mais l'opération Freedom Tunnel et le succès des six prisonniers dans la destruction du « Trésor de Gilboa » ont de nouveau relevé le niveau de défi, tandis que la brutale oppression israélienne des prisonniers a porté la situation à son paroxysme.

Gilbao: Bases aéronavales d'Israël, visées?

Gilbao: Bases aéronavales d'Israël, visées?

Et si le coup avait des suites et que des opérations commando étaient en préparation?

Dans le cadre des préparatifs des Palestiniens pour la confrontation à venir, la Résistance a formé la « salle des opérations conjointes » (constituée de combattants appartenant à différentes factions, telles que le Jihad islamique, le Hamas et le Fatah), comme une expérience similaire aux ailes militaires de la bande de Gaza.

Soit dit en passant, ce n'est pas la première fois que cela se produit à Jénine, car le camp a vécu cette expérience lors de la bataille d'avril 2002.

Dans une déclaration aux médias, les Brigades des martyrs d'Al-Aqsa ont déclaré lors d'un défilé militaire : « Il n'y a pas de place pour parler avec Israël sauf avec des balles, et nous sommes prêts à nous battre et nous ne reculerons pas ». Dans ce contexte, un combattant des « Brigades Al-Qods » confirme que « des dizaines de combattants armés sont prêts à repousser toute agression israélienne », décrivant le camp de Jénine comme « le deuxième Gaza ».

Avec l'escalade de la répression israélienne contre les prisonniers à l'intérieur des prisons après l'opération « Freedom Tunnel » et l'arrestation par l'ennemi de quatre prisonniers libérés, Jénine et son camp ont participé au soulèvement populaire en faveur des prisonniers.

Lors d'un défilé militaire en soutien aux prisonniers, et en réponse aux menaces israéliennes d'une opération militaire, la salle des opérations conjointes de Jénine a déclaré dans un communiqué : « Nous ouvrirons les portes de l'enfer à l'occupation si les attaques contre les prisonniers continuent, et nous annonçons la mobilisation générale pour défendre nos prisonniers. »

Grande invasion: le Hezbollah réagit!

Grande invasion: le Hezbollah réagit!

La Résistance se félicite la libération de six détenus palestiniens qui ont réussi à s’évader de la prison Jalboo du régime sioniste.

Une source de l'intérieur de la « salle des opérations conjointes » a affirmé, à Al-Akhbar, que « la bataille avec l'armée ennemie est inévitable, et les résistants se préparent de plusieurs manières. Nous surveillons les agissements de l'armée ennemie, la situation des postes de contrôle et des camps entourant le gouvernorat de Jénine, ainsi que le mouvement de tout véhicule civil soupçonné de transporter des soldats israéliens, des unités spéciales et des soldats infiltrés ».

La source a ajouté que la tâche de l'unité de la « colère nocturne » est de mettre le feu aux pneus des voitures et de se battre tout près du poste de contrôle d'al-Jalama, en lançant des pierres et des cocktails Molotov.

Au cours de ces cinq derniers jours, des clips vidéo ont documenté une partie de ce qui se passe au poste de contrôle d'al-Jalama, dont l'un montre un combattant palestinien lançant une bombe artisanale vers un bus israélien transportant des soldats près du poste de contrôle, et un autre montrant l'explosion d'une autre bombe alors qu’un drone israélien survolait l'endroit.

Il y a une semaine, l'analyste militaire israélien Amir Buhbut décrivait ce qui se passe à Jénine en ces termes : « Le poste de contrôle de Jalama est devenu un foyer de terreur, selon les soldats, et le commandement central de l'armée israélienne hésite à s'approcher du camp de réfugiés de Jénine pendant cette période. »

 Il convient de mentionner, ici, que les six prisonniers qui ont pris leur liberté par le tunnel, tous originaires du gouvernorat de Jénine, et cela représente un facteur supplémentaire qui élève le niveau de la possibilité de confrontation, qui est proche, surtout après l'émergence d'estimations israéliennes indiquant qu'au moins un des prisonniers restants a réussi à passer le mur de séparation et à atteindre la ville.

Cependant, le théâtre de l'affrontement ne se limite plus à Jénine et son camp. Ces derniers jours, Qods, Jaffa et Bethléem ont été les témoins d'une série d'attaques à l'arme blanche ou de tentatives d'attaque à l'arme blanche et d'autres zones en dehors de la ville de Jénine et de son camp ont été le théâtre d'attaques par balles visant les positions militaires de l'armée ennemie.

Gaza: 1er F-16 israélien abattu!

Gaza: 1er F-16 israélien abattu!

Freedom Tunnel a des impacts imprévus : Gaza sort ses missiles intercepteurs !

À Naplouse, des tirs répétés observés en direction d'un site israélien sur le mont Garizim,  précédés par des tirs dans le camp de réfugiés de Balata, et des tirs répétés ont été enregistrés ciblant les troupes à pied de l'occupation et les « prisonniers » le long du mur de séparation près des villages d'Al- Arqa, Al-Torm et Yabad, pendant les opérations de recherche.

Aussi, il est noté que l'activité des combattants des « Brigades Al-Qods » s'est accrue dans le nord de la Cisjordanie, où leur apparition ne s'est pas limitée à Jénine seulement, mais s'est également étendue au camp de réfugiés de Balata à Naplouse.

Les observateurs pensent que la confrontation avec Jénine et son camp sera inévitable, mais les scénarios pour sa fin sont inconnus, et sont liés à l'ampleur de l'escalade de la situation sur le terrain et à la possibilité de la mort en martyr de combattants palestiniens ou de blessures parmi les soldats de l'armée ennemie.

Ce faisant, le porte-parole des « Brigades Al-Qassam », Abou Obeida, a confirmé que la Résistance se tenait aux côtés de Jénine et de son camp, et qu’elle n’abandonnerait pas les Palestiniens là-bas.

Une source à l'intérieur du camp de Jénine a révélé à Al-Akhbar que des combattants de la Résistance de l'extérieur du camp sont arrivés pour le défendre, dans une scène similaire à ce qui s'est passé lors de la célèbre bataille de Jénine lors de l'Intifada d'Al-Aqsa en 2002.

Gaza dégaine son Épée de Qods

Gaza dégaine son Épée de Qods

http://french.presstv.ir/Detail/2021/09/17/666716/Palestine-R%C3%A9sistance-J%C3%A9nine-Gaza-Cisjordanie-Isra%C3%ABl

Dans PALESTINE

"ISRAËL" DEMOLIT UN VILLAGE PALESTINIEN POUR LA 192ème FOIS

Par Le 12/09/2021

INTERNATIONAL

Israël démolit un village palestinien pour la 192e fois

11 septembre 2021, 11 h 40 min0commentaire

16FACEBOOK

5TWITTER

WHATSAPP

FACEBOOK MESSENGER

Les autorités israéliennes ont démoli le village palestinien d’Araqib, situé dans la région du Néguev (sud) pour la 192e fois consécutive.

Le village a été rasé pour la première fois en juillet 2010, et chaque fois que les habitants d’Al-Araqeeb reconstruisent leurs tentes et leurs petites maisons, les forces d’occupation reviennent pour les raser, parfois plusieurs fois par mois.

Situé dans le désert du Néguev (Naqab), le village est l’un des 51 villages arabes « non reconnus » de la région et est constamment visé par des démolitions en prévision des projets de judaïsation du Néguev par la construction de maisons pour de nouvelles communautés juives. Les bulldozers israéliens, que les Bédouins doivent payer, ont tout démoli, des arbres aux réservoirs d’eau, mais les résidents bédouins ont essayé de reconstruire à chaque fois.

https://oumma.com/israel-demolit-un-village-palestinien-pour-la-192e-fois/

Dans PALESTINE

« ISRAËL » TUE UN JEUNE MEDECIN PALESTINIEN. LES DETENUS EVADES INTROUVABLES.

Par Le 10/09/2021

‘Israël’ tue un jeune médecin palestinien(Vidéo).. Les détenus évadés toujours introuvables.

 Depuis 1 heure  10 septembre 2021

martyr_hazem

 Moyent-Orient - Palestine - Spécial notre site

 

Rédaction du site

martyr_hazem-jpg2

Les forces d’occupation israélienne ont tué un jeune médecin dans la ville sainte d’al-Qods ce vendredi 10 septembre.

Des gardes-frontières israéliens ont ouvert e feu sur lui a proximité du portail al-Majlis. Il a succombé à l’hôpital.

Les médias israéliens ont véhiculé la même version pour justifier cet assassinat : la victime était munie d’un couteau et a poignardé un garde-frontière israélien.

La correspondante de la télévision libanaise d’information Al-Mayadeen a  quant à elle rapporté que les témoins sur place lui ont affirmé que les forces d’occupation ont ouvert le feu sur le jeune palestinien sans qu’il n’ait poignardé personne.

Selon le site d’information palestinien Paltoday, le jeune martyr s’appelait Hazem al-Joulani. C’était un médecin spécialiste en traitement naturel et il était le directeur de l’hôpital Rayan de Médecine complémentaire à Al-Quds.

 

Les forces d’occupation israeliennes sont accusées d’avoir la gachette facile et de tuer les jeunes Palestiniens, voire même les femmes palestiniennes pour le moindre soupçon, quand bien même ils ne présentent aucun danger.

arrabat

Après l’évasion spectaculaire le lundi 5 septembre de six détenus palestiniens de la prison de Gilbao, l’une des plus sécurisées des prisons israéliennes, les forces israéliennes qui sont envahis par un sentiment de vengeance ont intensifié leur agressivité à l’encontre des Palestiniens.

Renforcée par trois brigades et plusieurs compagnies, elles effectuent une campagne sans merci de ratissage et de perquisition dans leur chasse à l’homme pour retrouver les six évadés, toujours introuvables.

Elles ont arrêté 5 membres de la famille de deux d’entre eux, Mahmoud Ardhat et Yaacoub Qaderi, dans les deux localités Arrabat et Bir al-Bacha dans la région de Jénine d’où il sont originaires. Des affrontements avec les habitants ont eu lieu à Arrabat lors de l’assaut des militaires israéliens.

Dans le cadre des manifestations de soutien organisée dans plusieurs endroits en Cisjordanie occupée, une marche de soutien aux détenus évadés a été organisée par les Palestiniens dans cette localité en direction de la maison familiale de Mahmoud Ardhat malgré l’interdiction israélienne.

 

manif_gaza

Ce vendredi, un grand nombre de Palestiniens se sont rassemblés aux points de contact d’Al-Qods et de Cisjordanie occupés ainsi qu’à la frontière de Gaza pour protester contre les mesures punitives de l’ennemi israélien contre les détenus palestiniens dans les prisons israéliennes.
Dans les cours de la mosquée Al-Aqsa, les fidèles palestiniens se sont rassemblés pour soutenir les prisonniers palestiniens, avant que les forces d’occupation sionistes ne prennent d’assaut le sanctuaire d’Al-Aqsa et dispersent les fidèles protestataires.

Le correspondant d’Al-Manar a précisé que les manifestations palestiniennes se sont déclenchées dans tous les territoires occupés indiquant que des affrontements qui ont éclaté ont fait deux blessés parmi les soldats israéliens et un grand nombre de manifestants palestiniens.

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/2144540

Dans PALESTINE

DE GRANDS RASSEMBLEMENTS EN CISJORDANIE ET A AL-QODS EN SOLIDARITE AVEC LES SIX DETENUS PALESTINIENS EVADES

Par Le 09/09/2021

 

De grands rassemblements organisés en Cisjordanie et à Al-Qods en solidarité avec les prisonniers palestiniens évadés

De grands rassemblements organisés en Cisjordanie et à Al-Qods en solidarité avec les prisonniers palestiniens évadésfolder_openPalestine access_timedepuis 7 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec sites web

Les Palestiniens ont organisé ce mercredi soir des manifestations à grande échelle en Cisjordanie et à Al-Qods occupées en solidarité avec les six prisonniers qui se sont évadés lundi de la prison de Gilboa.

Des manifestations ont été signalées près de la porte de Damas à Al-Qods, à Al-Khalil, Hawara, Azzoun, près du tombeau de Rachel à Bethléem et dans d'autres lieux en Cisjordanie occupée.

Les manifestants ont scandé des slogans anti-israéliens et ont porté des pancartes indiquant «Six lions ont trouvé la lumière au bout du tunnel, la liberté pour nos prisonniers».

Un peu plus tôt ce mercredi, l'armée israélienne a annoncé le déploiement de renforts militaires en Cisjordanie.

Suite à une évaluation de la situation sécuritaire menée par le chef de l'armée de l’occupation israélienne, le général Aviv Kohavi, il a été décidé «d'un renforcement des troupes en Judée et Samarie avec des unités de combats et des unités d'observation aérienne pour aider à la capture des prisonniers de sécurité», a indiqué l'armée dans un message à la presse.

Les forces israéliennes mènent une vaste chasse à l'homme depuis l'évasion lundi de six Palestiniens, membres de groupes armés, via un tunnel creusé sous un évier dans la prison de haute sécurité de Gilboa.

https://french.alahednews.com.lb/41397/308

 

Dans PALESTINE

SIX RESISTANTS PALESTINIENS RIDICULISENT L’ « ETAT D’ISRAËL »

Par Le 09/09/2021

 

«Israël»: Au 4e jour de recherche, toujours aucune trace des détenus palestiniens évadés

«Israël»: Au 4e jour de recherche, toujours aucune trace des détenus palestiniens évadés

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec sites web

La chasse à l'homme pour retrouver les six détenus palestiniens évadés de la prison Gilboa se poursuit, toujours sans aucune trace des six hommes et les efforts de recherche des forces de sécurité n’ont encore rien donné.

La police, le «Shin Bet», la police des frontières, l’armée ainsi que des unités des forces spéciales sont mobilisés, tandis que des dizaines de barrages routiers ont été mis en place dans tout le pays pour rattraper les fugitifs.

«Nous nous engageons à corriger les erreurs ayant conduit à de tels événements. Une enquête est en cours pour identifier d'éventuelles négligences ou complicités», a-t-il ajouté.

Le porte-parole de la police, Eli Levy, a affirmé pour sa part que l’objectif était d’arrêter les prisonniers évadés «tant qu’ils se trouvent en Israël», laissant penser que ces derniers avaient peut-être déjà quitté le territoire. La police enquête en effet sur la possibilité que les évadés aient pu s'enfuir à Jénine ou même en Jordanie.

Dans cette éventualité, les investigations viennent d'être transférées du district nord de la police à l'Unité des crimes internationaux.

L’armée de l’occupation a annoncé mercredi soir que la fermeture de la Cisjordanie serait prolongée jusqu'au 11 septembre à minuit.

Les six prisonniers évadés, dont la plupart appartiennent au Jihad islamique et qui purgeaient des peines de prison à vie, partageaient la même cellule. Ils ont creusé le tunnel leur ayant permis de fuir pendant plus d'un an, après avoir découvert un défaut structurel dans la construction de la prison.

Selon Walla News, une enquête préliminaire sur l'incident a révélé que le gardien qui se trouvait dans la tour de garde au-dessus de la sortie du tunnel d'évacuation s'était endormi.

L'évasion a été coordonnée avec des personnes à l'extérieur de la prison à l'aide d'un téléphone portable de contrebande. Une fois à l’extérieur, les prisonniers évadés se seraient enfuis dans une voiture qui les attendait à proximité après avoir changé de vêtements et reçu des armes.

Des émeutes ont éclaté mercredi dans plusieurs prisons après que la commissaire des services pénitentiaires a décidé d’imposer de nouvelles restrictions aux détenus, et déplacé plus de 400 prisonniers afin de s'assurer que les détenus issus du Jihad islamique ne partagent plus les mêmes cellules. Des prisonniers ont notamment mis le feu à des cellules dans les prisons de Ketziot, Ramon et Ofer.

Les Palestiniens de Gaza et de Cisjordanie ont organisé des marches de soutien aux prisonniers évadés, tandis que le Jihad islamique a salué leur «acte héroique» et menacé «Israël» de représailles en cas de tentative pour les éliminer.

https://french.alahednews.com.lb/41403/293

palestine israel jihad islamique prisonniers palestiniens evasion gilboa

Dans PALESTINE

LES PALESTINIENS CELEBRENT L’EVASION HEROÏQUE DU « TUNNEL DE LA LIBERTE » ET APPELLENT A PROTEGER LES EVADES

Par Le 07/09/2021

Les Palestiniens célèbrent l’opération du ‘tunnel de la liberté’ et appellent à protéger les évadés

 Depuis 6 heures  7 septembre 2021

Liesse en Cisjordanie

Liesse en Cisjordanie

 Moyent-Orient - Palestine

 

Rédaction du site

Les groupes de la résistance palestinienne ont célébré, lundi soir 6 septembre, l’opération du ‘tunnel de la liberté’ au cours de laquelle six détenus condamnés à perpétuité se sont évadés de la prison ultra-sécurisée de Gilboa dans le nord de la Palestine occupée.

Ils ont qualifié l’évasion d’héroïque, exhortant les habitants palestiniens à les protéger et les aider à continuer d’échapper aux autorités d’occupation israéliennes.

Dans les villes de Cisjordanie et de Gaza, les Palestiniens ont klaxonné, agité des drapeaux et distribué des bonbons pour marquer l’occasion.

« Il s’agit d’un grand acte héroïque, qui provoquera un choc sévère pour le système de sécurité israélien », a déclaré Daoud Shehab, porte-parole du Jihad islamique.

Des centaines de partisans du Jihad se sont rassemblés à Gaza et des membres ont envoyé des ballons incendiaires à travers la frontière vers les colonies pour soutenir les prisonniers évadés.

Les autorités d’occupation ont indiqué que trois incendies avaient été déclenchés par les ballons, mais ont été rapidement éteints.

Pour sa part, Fawzi Barhoum, porte-parole du mouvement Hamas qui dirige Gaza, a affirmé que l’évasion montre « que la lutte pour la libération de l’occupant est continue et étendue, à l’intérieur des prisons et à l’extérieur ».

Les responsables du Hamas ont exhorté les Palestiniens à fournir une aide aux évadés en assurant que d’autres évasions auront lieu.

Husam Badran, un haut responsable du Hamas, a qualifié cette journée de « jour de joie et de fierté, lorsque les Palestiniens ont la tête haute ».

Nakhaleh appelle à la protection des évadés

Ziad Nakhaleh

Ziad Nakhaleh

Cité par la chaîne libanaise AlMayadeen, Ziad Nakhaleh, secrétaire général du Jihad islamique palestinien, a déclaré : « Six de nos héros ont mené la bataille au cœur de l’ennemi et ont brisé toutes les mesures de sécurité ».

« J’appelle le peuple palestinien de la Cisjordanie à assumer ses responsabilités en protégeant les braves combattants », a-t-il lancé, rapporte PressTV.

« Nous ne voulons pas dire que certaines personnes ont aidé l’armée du régime sioniste à poursuivre les prisonniers », a déclaré Nakhaleh en poursuivant : « Notre devoir aujourd’hui, en tant que nation militante, exige que nous soutenions les prisonniers qui ont obtenu leur liberté ce matin ».

« C’est un grand jour pour le peuple palestinien”, a affirmé le secrétaire général du Jihad en soulignant que ce sont les hommes de la Résistance qui détermineront l’avenir.

« Ces héros nous ont appris que tout est possible et que la défaite de l’ennemi est plus proche que jamais », a-t-il conclu.

Hezbollah : Un coup au régime sioniste

Drapeaux du Hezbollah et du Liban

Drapeaux du Hezbollah et du Liban

Au Liban, le Hezbollah a félicité l’évasion des six détenus palestiniens des geôles de l’occupation, affirmant qu’il s’agissait d’une réalisation unique et d’un coup dur porté au régime sioniste. « L’action des honorables combattants palestiniens est une réalisation unique qui porte un coup dur aux occupants et à leurs mesures de sécurité strictes », a indiqué le Hezbollah dans un communiqué publié le lundi 6 septembre.

« Cette réalisation est une autre preuve du dynamisme, de l’intelligence et de la patience du peuple palestinien, et met en valeur ses efforts continus pour libérer ses terres et ses captifs », a ajouté le communiqué.

« Cette réalisation nécessite d’aborder une fois de plus la question des prisonniers et des détenus dans les prisons israéliennes », indique le communiqué.

Le Hezbollah a également déclaré que l’évasion des prisonniers et détenus palestiniens est une opportunité de dénoncer les actions arbitraires et les violations répétées et dangereuses de leurs droits par l’occupation.

Ansarullah félicite les prisonniers héroïques

mohamad_ali_houthi

Au Yémen, le membre du Conseil politique suprême, Mohammad Ali al-Houthi, a félicité, dans un tweet sur son compte Twitter, « les frères en Palestine et la libération des 6 prisonniers héroïques en creusant un tunnel depuis la prison de Gilboa ».

M.Houthi, cité par AlMayadeen, a souhaité que l’opération du ‘tunnel de la liberté’ ouvre la voie à « la libération des prisonniers restants dans les geôles de l’Arabie saoudite et dans l’entité sioniste ».

Sources: PressTV + Mayadeen + médias israéliens

https://french.almanar.com.lb/2141933

Dans PALESTINE

L'EVASION DE SIX COMBATTANTS PALESTINIENS : UN COUP DUR POUR LE REGIME SIONISTE

Par Le 07/09/2021

L'évasion des combattants palestiniens : coup dur au régime sioniste

Monday, 06 September 2021 6:31 PM  [ Last Update: Monday, 06 September 2021 6:31 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

L'évasion des prisonniers palestiniens de la prison Jalboo est un coup dur au régime sioniste. ©Fars News

La Résistance se félicite la libération de six détenus palestiniens qui ont réussi à s’évader de la prison Jalboo du régime sioniste.

Cité par la chaîne Al-Mayadeen, Ziad al-Nakhaleh, secrétaire général du Mouvement du Jihad islamique palestinien, a déclaré : « Six de nos héros ont mené la bataille au cœur de l'ennemi et ont brisé toutes les mesures de sécurité."

Il a ajouté : “J'appelle le peuple palestinien de Cisjordanie à assumer ses responsabilités en protégeant les braves combattants.”

“Nous ne voulons pas dire que certaines personnes ont aidé l'armée du régime sioniste à poursuivre les prisonniers”, a déclaré Al-Nakhaleh en poursuivant : “Notre devoir aujourd’hui, en tant que nation résiliente et militante, exige que nous soutenions les prisonniers qui ont obtenu leur liberté ce matin.”

“C'est un grand jour pour le peuple palestinien”, a affirmé le secrétaire général du mouvement Jihad islamique palestinien en soulignant que ce sont les hommes de la Résistance qui détermineront l'avenir.

“Ces héros nous ont appris que tout est possible et que la défaite de l'ennemi est plus proche que jamais”, a-t-il conclu.

Lire aussi : Sixième nuit de colère à Gaza, le renseignement israélien mis K.O

Le mouvement libanais du Hezbollah a félicité l’évasion des six détenus palestiniens des prisons du régime israélien, affirmant qu'il s'agissait d'une réalisation unique et d'un coup dur porté au régime.

“L'action des honorables combattants palestiniens est une réalisation unique qui porte un coup dur aux occupants et à leurs mesures de sécurité strictes”, a indiqué le Hezbollah dans un communiqué publié ce lundi 6 septembre.

"Cette réalisation est une autre preuve du dynamisme, de l'intelligence et de la patience du peuple palestinien, et montre ses efforts continus pour libérer ses terres et ses captifs", a ajouté le communiqué.

Lire aussi : À quoi menera une guerre en Méditerranée?

“Cette réalisation est une opportunité d'aborder une fois de plus la question des prisonniers et des détenus dans les prisons israéliennes”, indique le communiqué.

Le Hezbollah a également déclaré que l'évasion des prisonniers et détenus palestiniens de la prison du régime israélien est une opportunité de dénoncer des actions arbitraires et des violations répétées et dangereuses de leurs droits.

Les médias sionistes ont rapporté hier soir l'évasion de six prisonniers palestiniens, condamnés à la réclusion à perpétuité, de la prison de Jalboo. L'évasion a déshonoré le régime israélien alors que les efforts visant à les retrouver ont été infructueux.

Cisjordanie:

Cisjordanie:

« Les camps de réfugiés palestiniens transformés en bases militaires »

http://french.presstv.ir/Detail/2021/09/06/665990/Israel-Hezbollah-Jihad-islamique-Palestinine-

 

Dans PALESTINE

GAZA DEGAINE SON EPEE DE QODS

Par Le 04/09/2021

"Les missiles pourront ramener Israël à l'âge de pierre" (Israël)

Saturday, 04 September 2021 3:50 PM  [ Last Update: Saturday, 04 September 2021 4:13 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les missiles de précision de la Résistance palestinienne. ©Tasnim

Simultanément à l’intensification des opérations contre le régime sioniste en Cisjordanie un responsable israélien a décrit les missiles de précision tirés par la Résistance palestinienne comme une menace pour les installations vitales y compris les infrastructures électriques du régime, et a déclaré qu’Israël en adoptant des stratégies devrait réduire de tels risques dans d’éventuels futurs conflits.

Des combattants de la Résistance palestinienne ont tiré la nuit dernière sur des soldats sionistes aux alentours de Kafr Qaddum, village situé au sud de Naplouse.

Selon la chaîne arabophone iranienne Al-Alam, au cours de la semaine dernière les forces israéliennes ont attaqué à plusieurs reprises différentes zones de la ville de Jénine, la localité de Barqin, la ville de Naplouse, le camp de Balata près de Naplouse et la province de Tubas en Cisjordanie

Depuis le début de l’opération « Épée de Qods », déclenchée au mois de mai, les attaques contre les troupes israéliennes se sont multipliées ces derniers jours ; sans compter les violents affrontements des dernières semaines à Jénine et en Cisjordanie au cours desquels quatre combattants du bataillon Qassam dont Amjad Hosseinieh, ont été tués suite aux tirs des soldats israéliens.

Gaz d’Israël : US/Emirats se barrent !

Gaz d’Israël : US/Emirats se barrent !

Le ministre israélien de l’Énergie Yuval Steinitz a ordonné la fermeture du champ gazier Tamar suite aux attaques à la roquette près de l’installation nucl...

Une vague de colère des Palestiniens a éclaté depuis le 13 avril à la suite d’attaques brutales de la police et des colons israéliens contre le quartier Sheikh Jarrah dans la ville de Qods et la mosquée Al-Aqsa.

En réponse aux crimes du régime sioniste ; la Résistance palestinienne a pris pour cible les territoires occupés par plus de 4700 missiles et roquettes, et ce, pour la première fois depuis le début de l’opération « l’Épée de Qods ».

Les habitants de Cisjordanie et de Qods ont participé à l’opération en organisant des manifestations au cours desquels 29 civils ont été tués et des centaines d’autres blessés.

Israël: choc pétrolier

Israël : choc pétrolier

Avec un écart de 63 kilomètres par rapport à son tracé prédéterminé, le principal oléoduc de transfert de pétrole dans les territoires occupés est entré da...

Les sionistes s’inquiètent de la reprise d’attaques aux missiles de la Résistance palestinienne contre les installations électriques et pétrolières d’Israël.

Un responsable israélien a décrit les missiles tirés par les groupes de résistance palestiniens comme une menace pour les installations électriques du régime et a déclaré que ces risques devraient être réduits dans les conflits futurs.

Contrairement à ce que les responsables israéliens essayaient de faire croire, le régime subirait encore plus de dégâts en cas d’éventuelle guerre future avec la Résistance palestinienne. Les cyberattaques généralisées contre les infrastructures critiques d’Israël, la fermeture du champ gazier de Tamar à la suite d’attaques à la roquette près de la centrale nucléaire de Dimona, navires israéliens visés ne sont que quelques-uns des dommages qu’Israël a subis jusqu’à présent. Cela étant dit a suscité des inquiétudes chez certains responsables israéliens de l’énergie.

Israël se désintègre

Israël se désintègre

Un célèbre orientaliste israélien a proposé la mise en place des émirats locaux, fondés sur un système tribal au lieu de créer un État indépendant palestin...

Un responsable israélien citant les faiblesses de la structure énergétique d’Israël a mis en garde contre les pertes du régime dans une éventuelle guerre future avec la Résistance palestinienne.

Les propos du responsable interviennent à un moment où, compte tenu du bilan humiliant d’Israël et de la faible performance de son armée et de son système de défense aérienne connu sous le nom de « Dôme de fer », lors de la bataille de l’Épée de Qods, le régime ne sera pas en mesure de minimiser les dégâts et dangers d’une éventuelle guerre future. Par conséquent, il essaie donc de compenser cette faiblesse en changeant le type de ses infrastructures énergétiques.

Yaron Gilboa, PDG de la société de TurboGen active dans le domaine la construction de petites centrales électriques en Palestine occupée, soulignant l’importance de produire de l’électricité à partir de l’énergie solaire a déclaré que de telles centrales électriques et systèmes d’énergie indigènes pourraient réduire ou éliminer tout dommage causé aux résidents et aux installations vitales.

« Un certain nombre de pays occidentaux, ainsi qu’Israël, sont bien conscients que leur sécurité nationale repose en grande partie sur le fonctionnement quotidien de leur infrastructure nationale, y compris des centrales électriques, qui est exposée à des menaces extérieures », a déclaré le responsable sioniste, vendredi 3 septembre.

Epée de Qods: de quoi craint désormais Israël?

Épée de Qods : de quoi craint désormais Israël ?

Une revue américaine prouve, dans un article, comment le Hamas est devenu la partie gagnante de la guerre contre Israël.

Selon Gilboa, si le système énergétique israélien en Palestine occupée est endommagé, cela entraînera non seulement des pannes de courant dans toutes les régions, mais pourrait également causer de graves dommages à l’économie, ainsi qu’aux activités de l’armée, du commandement du front intérieur d’Israël.  

Le PDG de la société de TurboGen a déclaré qu’il existe de nombreuses menaces qui pourraient facilement mettre en danger la sécurité d’Israël, notamment des attaques de missiles et des cyberattaques contre des centrales électriques ou des réseaux sismologiques israéliens.

« Le petit nombre et l’intégrité du système d’installation critique d’Israël, ainsi que la petite zone géographique “israélienne”, sont parmi les facteurs qui pourraient infliger de lourdes pertes à Israël si les infrastructures énergétiques israéliennes sont prises pour cible par les missiles de précision de la Résistance palestinienne », a ajouté Gilboa.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/09/04/665828/Pire-que-le-missile-de-Gaza

Dans PALESTINE

PALESTINE : LE HAMAS REFUSE LES CONDITIONS ISRAELIENNES: LES ACTIVITES DE CONFUSION SE POURSUIVRONT JUSQU'A LA LEVEE DU BLOCUS

Par Le 04/09/2021

Le Hamas refuse les conditions israéliennes : Les activités de confusion se poursuivront jusqu’à la levée du blocus

 Depuis 18 minutes  4 septembre 2021

confusion_gaza

 Moyent-Orient - Palestine - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Des médias israéliens ont fait état de pressions exercées sur le Hamas par l’Egypte et le Qatar pour mettre un terme aux activités de confusion nocturne entreprise dans les régions frontalières de la bande de Gaza pour mettre un terme au blocus israélien sur l’enclave.

confusion_gaza-jpg1


Selon la chaine israélienne KAN, des messages dans ce sens ont été transmis ces derniers jours à la direction du Hamas.

Les activités de confusion se sont poursuivies ce samedi 4 septembre pour la deuxième semaine consécutive en lançant des ballons incendiaires et explosifs en direction des colonies israéliennes situées dans l’enveloppe de la bande de Gaza.

Selon le quotidien palestinien al-Quds, le mouvement du Hamas a fait savoir à l’ambassadeur qatari Mohamad al-Amadi, lors d’une rencontre avec lui le vendredi, qu’elle refuse l’ingérence israélienne dans la liste des noms de ceux qui bénéficieront de l’aide qatarie. Des sources ont assuré que le Shin Bet a consulté cette liste et en a exclu quelque 2000 noms ce qui a irrité la direction

rencontre_hamas_qatar

du Hamas.Cette dernière a aussi rejeté la possibilité de suspendre les activités de confusion tant que le blocus imposé à la bande de Gaza n’est pas suspendu.
Elle a qualifié les récentes mesures d’allègement de ce blocus de « manipulation israélienne destinée à jeter de la poudre aux yeux ».

La semaine passée, les autorités de l’occupation ont permis l’entrée de quelques camions de denrées alimentaires depuis le passage de Karam Abou Salem au sud de la bande de Gaza. Le même jour, l’Egypte a ouvert le passage de Rafah pour les voyageurs.

« Notre peuple palestinien dans la bande de Gaza est décidé à arracher ses revendications dont la levée du blocus et n’accepte plus un simple allègement progressif », a assuré le porte-parole du Hamas Abdel Latif al-Qanou, a rapporté la radio du Hamas al-Aqsa.
Et al-Qanou de conclure : « tous les choix de notre peuple sont ouverts et tous les moyens sont disponibles pour faire pression sur l’occupation afin de l’obliger à lever le blocus sur notre peuple ».

nyqno

Usant de motifs fallacieux, les autorités israéliennes ferment et ouvrent arbitrairement les passages frontaliers depuis une quinzaine d’années enfermant dans des conditions exécrables plus de deux millions de palestiniens dans la bande de Gaza.

Elles ont décidé ce samedi de fermer le passage de Karam Abou Salem au sud de la bande de Gaza pendant trois jours, à partir du lundi 6 septembre en raison des fêtes religieuses juives, a indiqué Paltoday.

chehab

« Il faut faire cesser cette politique de lien entre les passages frontaliers et les évolution politiques », a dénoncé le dirigeant du Jihad islamique Daoud Chéhab selon lequel ces passages sont utilisés par l’occupation israélienne pour punir le peuple palestinien de la bande de Gaza.
Il a assuré que le recours aux ballons incendiaires et explosifs contre les colonies israéliennes proches constitue un moyen de pression populaire et n’a pas besoin de l’action organisée des factions de la résistance.

« Le peuple palestinien a le droit de recourir à toutes les voies qui puissent lui garantir ses droits politiques et nationaux et pour empêcher l’occupant d’imposer ses règles d’engagement qui affectent la vie de gens, consacre le blocus et impacte sur leurs conditions de vie à travers des décisions sécuritaires sur les passage », a affirmé M. Chéhab.

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/2140415

Dans PALESTINE

LA PALESTINE RATIFIE SON DROIT D’ETABLIR SON PROPRE ETAT SANS AVOIR A DEMANDER L’AUTORISATION D’ISRAËL

Par Le 25/08/2021

25 Août 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-08-25 09:01:14

 

 

Ramallah, 25 août (RHC) Le ministre palestinien des Affaires civiles, Hussein al-Sheikh, a affirmé que la création d’un État pour son peuple ne nécessite pas l’autorisation des forces d’occupation israéliennes.

Sur sa page Facebook, le membre du comité central du parti Fatah a souligné que Jérusalem-Est était la capitale de la Palestine.

Les paroles d’al-Cheikh ont lieu quelques heures après les déclarations du Premier ministre israélien, Naftalí Bennett, qui a reconnu pour la première fois depuis son entrée en fonction en juin dernier qu’il ne soutiendrait jamais la création d’un État palestinien.

Connu pour ses positions de droite et ultranationalistes, le chef du parti Yamina a estimé dans une interview au quotidien américain The New York Times qu’il n’y aurait pas de solution au conflit dans un avenir prévisible.

La majorité de la communauté internationale soutient la création d’un État palestinien comprenant la Cisjordanie et la bande de Gaza, avec Jérusalem-Est pour capitale.

Ces territoires ont été occupés par Israël pendant la guerre de 1967 et, depuis lors, il ne s’est retiré que de l’enclave côtière de Gaza, peuplée de plus de deux millions de personnes, tout en maintenant un blocus rigoureux sur la région.

Selon les données officielles palestiniennes, les autorités de Tel-Aviv ont construit plus de 31000 logements dans les 144 colonies situées en Cisjordanie et à Jérusalem-Est depuis 2004 et ont construit 139 postes avancés supplémentaires pour de futures colonies.

Le nombre de colons est passé de 415000 il y a 17 ans à 660000 en 2019, malgré le rejet de la communauté internationale et des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/268034-la-palestine-ratifie-son-droit-detablir-son-propre-etat-sans-avoir-a-demander-lautorisation-disrael

 

Tag(s) : #palestine

Dans PALESTINE

L’AUTORITE PALESTINIENNE INTENSIFIE LA REPRESSION CONTRE LES MILITANTS PALESTINIENS EN CISJORDANIE OCCUPEE

Par Le 23/08/2021

L’Autorité palestinienne intensifie sa répression en Cisjordanie

 Depuis 4 heures  23 août 2021

ap_arrestations

 Moyent-Orient - Palestine - Spécial notre site

 

Rédaction du site

L’Autorité palestinienne (AP) a élargi la campagne d’arrestations visant des militants palestiniens en Cisjordanie occupée.
Ses services de sécurité ont arrêté 21 militants palestiniens, dont deux femmes, le samedi 21 août pendant qu’ils organisaient un sit-in condamnant l’assassinat du militant palestinien Nizar Banat.

khodor_adnan

Parmi les arrêtés figuraient le responsable du mouvement de résistance Jihad Islamique, cheikh Khodor Adnan et l’ex-détenu dans les prisons israéliennes Maher al-AKhras.

Ce geste a été condamné par les différentes factions palestiniennes.

Le porte-parole médiatique du Jihad islamique, Tariq Salmi, a accusé l’AP à « persister à attaquer les libertés publiques et à compromettre les symboles nationaux ».

Le mouvement Hamas a condamné « une politique honteuse de l’AP, qui équivaut à un péché national, et une insulte à la longue marche de la lutte palestinienne ».

Le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) a lui aussi condamné ces arrestations des militants, en appelant à leur libération immédiate. « L’attaque délibérée de nombreux icones nationaux et des prisonniers libérés constitue une insulte à la cause nationale et accumule les transgressions qui violent la coutume nationale ».

L’Autorité palestinienne a pour sa part justifié ces arrestations, en arguant que « les rassemblements ont eu lieu sans aucune autorisation et autorisation officielles », soulignant que 24 personnes ont été arrêtées et déférées au ministère public pour prendre les mesures légales conformément aux dispositions de l’article 12 de la loi sur les réunions publiques de 1998.

Cette campagne d’arrestations a été lancée par Ramallah quelque temps après la bataille Épée al-Qods qui a éclaté entre ‘Israël’ et les factions palestiniennes le mois de mai dernier. L’Autorité palestinienne avait été violement fustigée par les manifestants palestiniens qui lui reprochaient sa capitulation et son renoncement aux droits du peuple palestinien.

Le plus virulent était le militant connu sur les réseaux sociaux Nizar Banate qui a été tué pendant son arrestation quelque temps après cette bataille, le 24 juillet dernier, lorsque les éléments des services de sécurité palestiniens ont perquisitionné sa maison.

Dans la nuit du samedi 21 août, l’épouse du prisonnier libéré, Maher Al-Akhras, a révélé que son mari recevait des menaces qu’il sera le prochain Nizar Banate. Elle a révélé qu’il avait été torturé et a tenu pour entièrement responsable de sa vie le chef de l’AP Mahmoud Abbas.

Quelques heures après sa déclaration, le dimanche matin, l’AP a libéré son mari ainsi que 6 autres palestiniens, dont le professeur Imad al-Barghouthi et le militant Ibrahim Abou Hajlat.

maher_akhras

Al-Akhras a affirmé avoir été arrêté par des membres de sécurité palestiniens en tenues civiles qui l’ont molesté, et l’un d’entre eux l’a immobilisé en mettant ses genoux sur sa tête. Ce qui lui a fait perdre conscience.
« Les services de sécurité exercent un rôle qui est en dehors de celui de protéger les Palestiniens. Ils exécutent des agendas qui nous sont hostiles », a-t-il accusé.

Dans la nuit du dimanche 22 août, les services de sécurité palestiniens ont arrêté le grand poète palestinien Zakariya Mohamad à Ramallah.

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2134068

Dans PALESTINE

CISJORDANIE OCCUPEE : DES CENTAINES DE PALESTINIENS BLESSES A JABAL SABIH

Par Le 26/06/2021

Cisjordanie occupée : Des centaines de Palestiniens blessés à Jabal Sabih

 Depuis 10 heures  26 juin 2021

Des marches et manifestations sont constamment organisées à Beita pour protester contre l'installation d'un avant-poste de colonisation sur les terres palestiniennes de Jabal Sabih.

Des marches et manifestations sont constamment organisées à Beita pour protester contre l'installation d'un avant-poste de colonisation sur les terres palestiniennes de Jabal Sabih.

 Article traduit - Moyent-Orient - Palestine

 

Rédaction du site

Des dizaines de Palestiniens anti-colonisation ont été blessés, vendredi 25 juin, suite aux tirs par les forces d’occupation israéliennes de balles réelles et en caoutchouc ainsi que des bombes lacrymogènes contre des manifestants à Jabal Sabih dans la localité de Beita, au sud de Naplouse en Cisjordanie occupée.

Selon le Croissant-Rouge palestinien, 400 civils ont été blessés, dont trois personnes par balles réelles, 69 par balles métalliques enrobées de caoutchouc, et 245 autres par suffocation à la suite d’inhalation de gaz lacrymogène. Un secouriste a été blessé à l’œil et deux ambulances endommagés.

 

En outre, 49 protestataires ont été blessés à la suite de chutes sur des rochers, 23 personnes ont souffert de brulures et 13 autres visés directement par des bombes lacrymogènes.

Des marches et manifestations sont constamment organisées à Beita pour protester contre l’installation d’un avant-poste de colonisation sur les terres palestiniennes de Jabal Sabih, dont la superficie est estimée à 840 dunams (un dunam est équivaut à 1 000 mètres carrés).

Les estimations israéliennes et palestiniennes indiquent qu’il y a environ 650 000 colons dans les colonies de la Cisjordanie, y compris Jérusalem Al-Qods occupée, qui sont implantés dans 164 colonies et 116 avant-postes.

Et puis, dans la localité voisine d’Osrin, 5 civils ont été étouffés lors d’affrontements avec les forces d’occupation.

La situation dans la localité de Kafr Qaddoum, à l’est de Qalqilya n’était pas meilleure. Les forces d’occupation ont réprimé les manifestations hebdomadaires opposées à la colonisation. Deux jeunes hommes ont été blessés à balles réelles, et 4 autres, dont deux journalistes, ont essuyé des balles en métal recouvertes de caoutchouc, en plus des dizaines de cas d’étouffement parmi les manifestants.

Dans la ville de Nilin, à l’ouest de Ramallah, plusieurs citoyens ont également été réprimés par les forces d’occupation qui protestaient contre la poursuite des agressions menées par les colons et la confiscation des terres sur le Mont d’Al-Alam.

Même les équipes de presse présentes sur les lieux de protestations ont été interdites par l’occupation de couvrir ces évènements.

Dans le même contexte, des dizaines de civils ont été étouffés suite aux tirs des gaz lacrymogènes, lors de la répression par les forces d’occupation des participants à la prière du vendredi sur les terres menacées de confiscation dans la région d’Al-Ras, à l’ouest de Salfit.

Les forces d’occupation israéliennes ont également agressé un sit-in à Masafer Yatta, au sud d’Al-Khalil Hébron. Des dizaines de Palestiniens des localités d’Al-Tawana, d’Al-Mafqarah et d’Al-Kharrouba, protestaient contre l’expansion des colonies et les attaques continues de forces d’occupation et des colons contre les habitants de Masafer.

 

Source: Traduit à partir d'AlMayadeen

https://french.almanar.com.lb/2101244

Dans PALESTINE

ISRAEL A PERDU LA CHINE ET SI GAZA GAGNAIT L’APPUI DE LA COREE DU NORD

Par Le 24/06/2021

Israël a perdu la Chine et si Gaza gagnait l'appui balistique de Pyongyang

Thursday, 24 June 2021 4:26 PM  [ Last Update: Thursday, 24 June 2021 4:27 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un regarde un missile balistique intercontinental Hwasong-15 sur une photo fournie par le gouvernement nord-coréen le 29 novembre 2017. ©AP

Les faux pas se multiplient à Tel-Aviv : déjà que les 11 jours de la guerre contre Gaza ont vu l’émergence d’une Chine dont la rhétorique a littéralement terrorisé les sionistes, tant elle a été pro-Résistance, le voici un Israël poussé par les USA à des positions de plus en plus anti-chinoises au Conseil de sécurité. En effet au mois de mai la Chine s’est distinguée par une prise de position virulente contre les États-Unis pour cause d’obstructionnisme pro-génocide contre Gaza. Pékin a dénoncé une Amérique qui au lieu de chercher des « cadavres des musulmans à Xing Jiang » se devrait d’aller à en chercher à Gaza ». Pour plus d’un analyste, ce virage antisioniste de Pékin est le signe d’un changement de cap.

Pour la Chine qui s’apprête à défier les États unis au Proche et au Moyen-Orient, il est nécessaire de parier sur le gagnant et le gagnant ne semble pas être Israël. D’autant plus qu’en 2020, l’ex-président Trump a fait éliminer l’ambassadeur chinois à Tel-Aviv, envoyer son psychopathe de ministre des A.E. dans l’entité pour en expulser la Chine, ses investissements colossaux à Haïfa, aussi bien dans les projets ferroviaires que dans ceux de l’assainissement de l’eau, ce que la Chine est loin de regretter, au regard de tous les déboires que les ports, les aéroports et le secteur gazier israéliens venet de connaître. Reste une évolution éminemment dangereuse pour l’entité qui est sous le point de se produire : la transformation d’Israël dans la politique chinoise d’un terrain d’investissement en une cible de vengeance. L’équation Xing Jiang-Gaza semble avoir fait son entrée dans la politique étrangère chinoise et le récent vote israélien contre la Chine n’est pas pour arranger les choses. 

ICBM: Kim

ICBM : Kim

Kim qualifie les États-Unis de « plus grand ennemi » de la Corée du Nord 

Voici ce qu’en dit la presse sioniste : « Selon les informations rapportées par Walla, qui cite des responsables israéliens et américains, le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a décidé d’accéder à une requête du département d’État américain de soutenir la mesure, après un long débat au ministère des Affaires étrangères sur les retombées possibles de cette décision. Lior Hayat, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a confirmé à Walla qu’Israël avait soutenu la mesure. Cependant, Israël, qui considère la Chine comme l’un de ses partenaires commerciaux les plus importants, n’a pas publié de déclaration publique annonçant ou expliquant son soutien à l’appel du Conseil des droits de l’homme, dans une tentative apparente de garder profil bas et d’éviter de provoquer la colère de Pékin. »

Et d’ajouter : « Le média indique que les autorités chinoises ont exhorté Israël à ne pas soutenir la décision et ont par la suite émis une protestation. Israël a évité de critiquer les actions de la Chine au Xinjiang sous la direction de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, et certains de ses échanges les plus délicats avec l’administration de l’ancien président américain Donald Trump concernaient des accords d’infrastructure avec la Chine auxquels s’oppose Washington. La déclaration de Norton appelle également à la fin de “la détention arbitraire des Ouïghours et des membres d’autres minorités musulmanes”, et exprime également des préoccupations concernant les droits de l’homme à Hong Kong et au Tibet.

Pyongyang sort son méga ICBM

Pyongyang sort son méga ICBM

La Corée du Nord a organisé un défilé militaire de grande envergure à Pyongyang.

C’est donc bien part pour un nouveau round des hostilités contre l’entité et l’affaire pourrait ne pas en rester. L’un des plus grands alliés chinois dans la péninsule et de loin une puissance balistique de premier, la Corée du Nord vient d’envoyer un second avertissement à Israël après celui du mois de mai où il avait traité l’entité sioniste de régime infanticide et broyeur de la paix. 

Cette fois la Corée du Nord dénonce Israël pour avoir transformé Gaza en “un immense abattoir humain”, “un lieu de massacre d’enfants”.

Les tunnels souterrains de Gaza vont réapparaître en Cisjordanie?

Les tunnels souterrains de Gaza vont réapparaître en Cisjordanie ?

La Corée du Nord a condamné Israël pour avoir transformé la bande de Gaza “en un immense abattoir humain et un lieu de massacre d’enfants” après le dernier violent conflit entre Qods et le Hamas. Dans un communiqué publié le vendredi, 4 juin le ministère nord-coréen des Affaires étrangères a déclaré que “le crime horrible d’Israël de tuer les enfants ressemblant à des bourgeons qui n’ont pas encore fleuri, est un défi grave pour l’avenir de l’humanité et un crime contre l’humanité”. “Il n’est pas exagéré de dire que toute la bande de Gaza est devenue un immense abattoir humain et un lieu de massacre d’enfants”, a poursuivi le ministère.

À quoi rime cette seconde condamnation ? Le chef du bureau politique du Hamas, Haniyeh qui travaille à l’heure qu’il est à l’émergence d’un État palestinien sur la scène internationale avec deux visites d’État d’envergure au Maroc et en ce moment en Mauritanie où il n’a cessé de revendiquer ses liens avec le Hezbollah pourrait après tout bien penser à l’Asie et se rendre à Pyongyang lors d’une prochaine tournée. Ce sera bien de voir Israël être ciblée aussi par des missiles de fabrication nord-coréenne.

https://french.presstv.ir/Detail/2021/06/24/660777/Cor%C3%A9e-du-Nord-Gaza-Qods-Etats-Unis-Isra%C3%ABl-Dialogue-Massacre

Dans PALESTINE

UN MILITANT PALESTINIEN SUCCOMBE APRES SON ARRESTATION PAR LES FORCES PALESTINIENNES. L’AUTORITE PALESTINIENNE ACCUSEE DE L’AVOIR LIQUIDE

Par Le 24/06/2021

Un militant palestinien succombe après son arrestation par les forces palestiniennes. L’AP accusée de l’avoir liquidé.

 Depuis 4 heures  24 juin 2021

nizar_banate-jpg8

 Moyent-Orient - Palestine - Spécial notre site

 

Rédaction du site

nizar_banate-jpg3

Le militant et l’activiste palestinien Nizar Bnat a été tué ce jeudi 24 juin après avoir été arrêté par les services de sécurité palestiniens.

Selon le cousin de la victime, Ammar Bnat , les forces de sécurité palestiniennes se sont violemment comportés avec l’activiste palestinien qui était connu pour son franc parler. « Les éléments des forces de sécurité l’ont trainé à même le sol après l’avoir tabassé, ce qui a engendré sa mort », a-t-il dévoilé pour la télévision libanaise d’informations al-Mayadeen.

Des membres de la famille de la victime ont révélé pour l’agence Quds News que Nizar a été molesté par 20 membres de forces de l’ordre palestiniennes qui avait attaqué son domicile vers 3 :30 à l’aube de ce jeudi et l’en avait sorti alors qu’il criait.

nizar_banate-jpg4

« L’Autorité nous avait précédemment adressé des menaces avant l’arrestation de Banate », a précisé Ammar Bnat pour al-Mayadeen, indiquant ne pas savoir ce qu’est advenu de sa dépouille et accusant les forces de sécurité de vouloir cacher les indices.
Selon lui, Nizar a été liquidé « avec préméditation » et le communiqué du préfet de la ville al-Khalil est « une mascarade ».

A l’issue d’une réunion avec les forces de sécurité, Jibrine al-Bakri avait annoncé que son état de santé s’était détérioré après son arrestation à la demande d’une convocation prononcée par le procureur général. Il a ajouté qu’il avait été transféré à l’hôpital public d’al-Khalil où il a succombé.

Il luttait contre la corruption au sein de l’AP

Originaire de la localité de Dora au sud de la ville d’al-Khalil, Nizar Bnat était connu pour son ton critique à l’encontre de l’Autorité palestinienne. Ces dernières années, il s’était consacré à la lutte contre la corruption. Il était aussi connu parmi les activistes en Cisjordanie qu’il était farouchement hostile aux projets de liquidation de la cause palestinienne.

nizar_banate-jpg6

Il avait été arrêté 8 fois par les forces de sécurité palestiniennes, avait subi de longs interrogatoires et fait l’objet de torture dans leurs prisons. Avant l’une de ces arrestations, Il avait posté sur sa page Facebook une publication dans laquelle il a critiqué le chef de l’organisme général pour les questions civiles de l’AP, Hussein Cheikh pour avoir qualifié le retour des relations avec l’occupation israélienne de victoire.

Récemment, sur l’affaire des vaccins pour le Covid-19, il a accusé les dirigeants de l’AP « de marchander sur tout aux dépens de la cause palestinienne ».

S’étant porté candidat aux législatives sur la liste « Liberté et Dignité », sa maison avait fait l’objet de tirs de feu inconnus après qu’il a demandé à l’Union européenne de suspendre l’aide qu’elle fournit à l’AP et de lancer une enquête sur la corruption financière. Et ce après la décision de Mahmoud Abbas de reporter les élections.

Ces derniers jours, l’ONG Amnesty international a demandé au Premier ministre palestinien Mohamad Achtiyeh de libérer Banate qui était séquestré depuis le samedi pour avoir insulté l’ex-président Yasser Arafat.

Se disant choquée par son décès, l’Union européenne a réclamé « une enquête complète, indépendante et transparente ».

« Un meurtre politique »

Le mouvement Hamas a condamné la mort de Bnat , la qualifiant de « meurtre politique et national ».
« Ce crime prémédité et organisé reflète les réelles intentions de l’autorité d’Abbas et de ses services de sécurité à l’encontre des fils de notre peuple, des militants de l’opposition et de ses adversaires politiques », a-t-elle dénoncé dans un communiqué en imputant la responsabilité « au président de l’autorité d’Oslo », Mahmoud Abbas.

Selon le porte-parole du Hamas, Hazem Qasem, « l’Autorité palestinienne est entièrement subordonnée à l’occupation » israélienne et « incapable d’agir dans le cadre de l’action nationale et agit sans contrôle ».
« Le meurtre de Nizar par l’AP est son crime le plus horrible et il faut œuvrer afin qu’elle revienne au consensus national », a-t-il souligné.
Qassem a insisté pour que ce crime ne passe pas inaperçu sinon il se répètera. Il a signalé que le Hamas en discutera avec les autres factions palestiniennes pour mettre au point une position commune et réelle pour juger les coupables.

« Un crime à part entière »

Qualifiant la mort du militant de « crime à part entière », le Jihad islamique a pour sa part mis en garde contre « les répercussions dangereuses sur le peuple palestinien » de la politique suivie par l’AP.
« Le militant Nizar Bnat a été victime d’une longue campagne de poursuites policières et d’intimidations », a écrit le Jihad dans un communiqué en imputant la responsabilité a l’AP.

Mêmes condamnations de la part du Front populaire pour la libération de la Palestine et du Front démocratique pour la libération de la Palestine et de la part du mouvement Kifah (Lutte) selon lequel ce crime « inaugure une nouvelle étape de musèlement des voix, d’arrestations et de meurtres politiques ».

Réclamant une enquête menée par des éléments indépendants et honnêtes, le chef de l’Initiative nationale palestinienne Mostafa Barghouthi a réclamé la cessation des assassinats politiques assurant que ce qui se passe est dangereux sur la paix dans la société et entre les familles au moment où nous faisons face à la brutalité de l’occupation » israélienne.

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/2099451

Dans PALESTINE

« ISRAËL » RAYE « DE JURE » DE LA CARTE !

Par Le 17/06/2021

Une seule opération "Épée de Qods" et Israël perd son "poids" géostratégique... son utilité même

Thursday, 17 June 2021 8:46 AM  [ Last Update: Thursday, 17 June 2021 11:02 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le missile " Qassem" des brigades d'al Qods (Archives)

À l'image de tous les médias mainsteam, l'Américain Axios ment quand il affirme dans son numéro du mercredi, 16 juin, qu'Israël de Naftali Bennett aurait décidé d'adopter le "profil bas" face à l'axe de la Résistance, "le Hezbollah, le nucléaire iranien et la Palestine", rien que pour "s'adapter à la ligne de l'Américain Joe Biden". Le plus juste aurait été de reconnaître que l'entité sioniste y a été forcée, non guère par le couple Biden-Austin, lui-même aux prises avec la Résistance à travers tout le Moyen-Orient, en Irak, au Yémen et en Syrie, en terre et en air tout comme en mer et ce, de la pire des manières, mais par cette spectaculaire opération militaire « Epée de Qods », d'une complexité totalement inouïe, et dont les ondes de choc ont même atteint le "Maghreb" où le chef du bureau politique du Hamas se trouve à l’heure qu’il est, en première visite officielle, et plus précisément à Rabat, sous le barbe et le nez d'un ambassadeur d’Israël « sans ambassade fixe » à qui aucun Marocain ne daigne louer un immeuble !

Gaza : le F-35 Adir a capitulé !

Gaza : le F-35 Adir a capitulé !

Yoram Schweitzer, expert sioniste en guerre asymétrique en basse intensité et chercheur à l'université Tel-Aviv y voit même la manifestation par excellence de cette « doctrine de guerre asymétrique », issu, d’un « pacte de Défense commun » inter–Résistance auquel a travaillé pendant plus de 20 ans, le Feu Soleimani.

« Aucune des composantes de l’axe de la Résistance n’a adopté une posture identique au cours des 11 jours qu’a duré le conflit mais le discours de ses principaux dirigeants, commandants du CGRI, Nasrallah, Sinwar,... l’ont tous prouvé, l’opération répondait à une planification parfaitement synchrone, basée sur des expériences militaires acquises au gré des guerres successives par le Hezbollah, Ansarallah, Gaza et évidemment l’Iran. Ce plan fut pour le reste mis à exécution étape par étape et pendant seulement 11 jours, pour un résultat terriblement alarmant pour Israël, à savoir la re-centralisation de la question de Qods de façon à briser la dynamique de normalisation ».

Au lieu de « sang contre sang » défendu par Nasrallah en 2020, l’axe de la Résistance prône désormais une nouvelle règle d’engagement qui est « Qods contre Guerre régionale » et la bataille de mai a démontré qu’il en était parfaitement capable. Mais à quoi rime cette équation? Elle veut dire très concrètement que la moindre action militaire d’Israël à al-Aqsa ou à Jérsalem (Qods) est potentiellement susceptible de déclencher une riposte militaire adverse à l’échelle non plus seulement de Gaza, du Sud Liban ou encore de la Syrie mais bien du Yémen et de l’Irak avec en toile de fond l’implication à des degrés divers de l’armée syrienne, de Qassam, de Qods, du Hezbollah mais aussi d’Ansarallah et des Hachd al-Chaabi d’Irak. Evidemment le CGRI se trouve au centre de ce QG élargi, lui qui assure le soutien militaire tactique et stratégique suivant un modus operandi digne des meilleurs BOA (Network Centric Warfare).

Gaza: la plus grand bourde d'Israël?

Gaza: la plus grand bourde d'Israël?

Et tous ces missiles à guidage inopérés US/Israël que la Résistance soumet à la rétro-ingénierie

À vrai dire, la bataille de mai a été un méga piège dans lequel Israël est tombé la tête en avant. Et comment ?

Et l’analyste de répondre : « Le plan s’est déroulé en deux volets : aérospatial et maritime. Ainsi aux vagues « excentriques » de centaines de roquettes tirées dans le stricte objectif de paralyser la DCA israélienne, a répondu d’abord le tir de missiles tactiques ciblant des infrastructures vitales civiles comme militaires. Ce volet aérospatial s’est très rapidement posé en contrepartie à l’action aérienne d’Israël car il était à la fois « précis » et « efficace », juste au contraire de ces tonnes de GBU et de JDAM larguées sur Gaza, qui n’ont fait que mettre dans l’embarras nos alliés du Golfe (Persique, NDLR) et écorner le processus de normalisation avec comme apogée ce vote cruel de Bahreïn et du Soudan contre Israël au Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

Lire plus : Avant-riposte militaire du Hezbollah: Comment Nasrallah a édenté le renseignement sioniste?

Mais le volet naval de la bataille a été encore plus dévastateur à la fois en termes géopolitiques : missiles anti-navire, commandos marins se sont ajoutés aux roquettes, aux missiles et aux sous-marins sans pilote de Gaza pour prendre littéralement de court la marine israélienne et frapper en plein fouet la « portée énergétique » des accord d’Abraham ; tout le monde l’aura compris, y compris Abou Dhabi et Riyad, la cible des drones et des missiles qui ont visé l’oléoduc Ashkelon-Eilat, les réservoirs d’Ashdod, et qui ont visé les sites offshore "Tamar" et de Haïfa, a été moins de couper le flux pétro-gazier intra-Israël que de le supprimer de la grande « équation énergétique » en Méditerranée orientale ! L’Iran et ses alliés tiraient bien leur vengeance après des années de dures sanctions les visant et des attaques contre les pétroliers iraniens en mer Rouge, dans le golfe Persique et en Méditerranée.

L’impact s’en fait déjà ressentir : l’Egypte dont le canal de Suez a été toute bonnement mis de côté dans les accords d’Abraham, a appuyé en sous-main Gaza et on soupçonne même l’armée égyptienne d’avoir été pour quelques choses dans le ciblage des bases aériennes israéliennes par les missiles de Gaza. Même la Jordanie a manifesté sa solidarité avec Gaza d’abord par ses foules qu’elle a jeté à l’assaut de nos frontières en plein bataille de mai, puis par cet espèce de complicité dans son ciel vis à vis des « miliciens irakiens » dont un drone Ababil-3 nous est venu depuis le ciel jordanien, sans que la DCA du royaume nous en avertisse.

Israël/Résistance : un front

Israël/Résistance : un front

Jeudi 4 juin, Gaza a intercepté pour la première fois un essaim de drones sionistes dans son ciel... 

Énergétiquement parlant, Israël est-il désormais un hub crédible ? La fermeture du gisement offshore Tamar avec des millions de dollars de perte devrait à l’heure qu’il est, avoir bien averti les Américains et les Emiratis. Même les Chinois en ont compris le message, eux, qui ont surpris Israël au Conseil de sécurité, en le dénonçant comme étant « la tête de pont US » au Moyen-Orient !

Et l’article de conclure : « Israël est-il désormais à même de disposer de ce formidable arsenal régulier qu’il possède ? Bien sûr que non. Tous nos mouvements à Jérusalem devrait être mesurés et c’est là un autre pan des accords d’Abraham (Jérusalem judaïsé, NDLR) qui part en fumée. À la Marche des drapeaux de mardi, l’armée israélienne et les manifestants ont été contraints à éviter les quartiers palestiniens et à les éviter soigneusement ! Si ce n’est pas un « retrait » c’est quoi alors ? En Cisjordanie, une nouvelle directive appelle l’armée à éviter des fouilles et des intrusions dans les maisons palestiniennes. N’est-ce pas là encore un retrait militaire et l’aveu de l’échec de nos coopérations avec l’AP et son appareil de sécurité et de nos craintes de voir déjà la Cisjordanie basculer dans le camp du Hamas ?

Le F-35 a perdu à Gaza ...!

Le F-35 a perdu à Gaza ...!

Israël a raté sa mission 

Mais nos concessions n’en restent pas là. Le QG du camp d’en face nous a poussé à une autre, plus terrifiante encore : Mardi 15 juin, l'armée israélienne a annoncé la formation d'une nouvelle unité de combat dans le cadre du plan de protection des frontières d’Israël face aux éventuelles opérations d’infiltration du Hezbollah. Le commandement du front Nord a évoqué « l’Unité des abeilles », une des formations de l'armée de réserve, « récemment créée dans le cadre des efforts de l'armée israélienne pour renforcer la protection des colonies adjacentes à la barrière de sécurité à la frontière nord », après des infiltrations répétées dans cette zone. L’Unité des abeilles (Bee Unit) comprend un certain nombre de régiments, dont chacune contribue à sécuriser une zone à la frontière nord aux côtés des unités régulières de l'armée israélienne qui y opèrent et elle fournit la réponse initiale basée sur les informations du renseignement, ainsi que le traitement des événements qui éclatent tout à coup », selon le lieutenant-colonel Benny Meir, chef de la division des unités spéciales de la 91e division qui a créé l'Unité des abeilles.

Gaza: 1er clash F-35 Adir/Bavar 373?

Gaza: 1er clash F-35 Adir/Bavar 373?

Mais les colons du nord d’Israël dont ceux qui vivent en Galilée ne sont pas dupes : l’armée israélienne déjà forte de ses forces d’élite la "Brigade Golani"... s’est avérée incapables d’assurer leur protection face au Hezbollah qui après la bataille de mai a prouvé encore une fois sa capacité à lancer une méga offensive contre le Nord. Tsahal appelle au secours des réservistes pour créer « une sorte de corps asymétrique », et simuler là, ce que le Hezbollah a fait depuis si longtemps. Reste à savoir si oui ou non ce corps asymétrique composé des réservistes déserteurs saura se mesurer à l’unité Radwan.

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/16/660190/Israel-formation-d%E2%80%99une-unite-de-combat--

Dans PALESTINE

CISJORDANIE : "ISRAËL" DEJA ENCERCLE?

Par Le 11/06/2021

 

La Cisjordanie bientôt barricadée par des forces armées palestiniennes

Friday, 11 June 2021 6:33 PM  [ Last Update: Friday, 11 June 2021 6:35 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les forces de sécurité palestiniennes gèrent un poste de contrôle à Bethléem le 10 mars 2020. ©AFP/Illustration

Selon  Rai Al-Youm, la situation en Cisjordanie est totalement bouleversée ces jours-ci et les informations préliminaires annoncent la possibilité d'une explosion et d'une intifada armée contre des forces d'occupation, similaire à ce qui s'est passé en 2000.

Comme preuve, on peut citer premièrement le martyre de trois Palestiniens, dont deux membres des forces de renseignement militaire palestiniennes, et le troisième un ancien prisonnier de guerre lors d'un affrontement avec l'armée israélienne à Jénine. Dans la foulée, le ministre palestinien de la Santé a fait part ce vendredi de la mort en martyr d’un adolescent palestinien de 15 ans par balles des militaires sionistes à Naplouse en Cisjordanie.

Deuxièmement, l’appel de l’Autorité palestinienne à ses effectifs à protéger les territoires occupés des attaques israéliennes et contrer les actions provocatrices des colons à Qods et dans les régions menacées tels que Salwan et Cheikh Jarrah. Troisièmement, l'Autorité palestinienne et ses dirigeants n'ont pas été les vrais vainqueurs de la récente guerre de Gaza, où seul la Résistance a assumé la tâche de défendre la mosquée Al-Aqsa ; 11 jours de Résistance suite à laquelle, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a été contraint de se tourner vers le président américain Joe Biden pour l'établissement d’un cessez-le-feu.

Lire aussi : Il est temps que les USA en finissent avec Israël

USA: défaite stratégique d'Israël

USA: défaite stratégique d'Israël

"La récente guerre de Gaza a entraîné la victoire de la Résistance palestinienne et de l’Iran".

Selon les informations, il y a des signes de désobéissance des forces de l’autorité palestinienne à l'encontre de leurs commandants. Ces forces ont lancé à cet égard des opérations contre les occupants sionistes notamment à Jénine.

C'est la première fois que les forces affiliées à l'Autorité palestinienne combattent les forces israéliennes depuis 2000, alors qu’au début, il avait été établi que les forces sécuritaires de l’Autorité autonome empêchent, en coopération avec l’appareil sécuritaire israélien, les opérations martyres en Cisjordanie. De même, il se pourrait que des effectifs de sécurités palestiniens surtout les jeunes officiers éprouvent un sentiment de honte suite aux coopérations avec l’appareil sécuritaire israélien et ce, contre l’Intifada du peuple palestinien. Il n’est donc pas exclu que les effectifs de sécurités de l’Autorité autonome désobéissent aux ordres de leurs supérieurs, lorsqu’il s’agit de défendre la ville sainte de Qods face aux attaques du régime sioniste, ce qui aurait été le cas tout récemment à Jénine.

À l’heure actuelle il existe des armes à feu qui se dirigent en Cisjordanie ainsi que vers les territoires occupés de 1948. En effet, une nouvelle Intifada armée en Cisjordanie porterait un coup dur à la sécurité du régime israélien, étant donné le tissu démographique mixte composé d’arabes et de juifs dans divers quartiers et colonies. Et imaginons que la technologie balistique dont profite actuellement la Résistance palestinienne à Gaza tombe aux mains des combattants palestiniens en Cisjordanie…La nouvelle Intifada cisjordanienne sera conçue, non pas avec des armes légères, mais avec des frappes au missile, pareilles aux récentes attaques aux missiles et roquettes depuis la bande de Gaza contre les profondeurs d’Israël..

Lire aussi : Le secrétaire général du Hezbollah met en garde les Sionistes contre une guerre que Netanyahu pourrait déclencher

Violentes explosions en Israël

Violentes explosions en Israël

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/11/658828/Intifada-au-missile-en-Cisjordanie%C2%A0