PALESTINE

PALESTINE

LA CISJORDANIE S'EMBRASE

Un jeune Palestinien a été blessé en Cisjordanie

Fri Oct 11, 2019 7:1PM

Les militaires de l’armée israélienne ont ouvert le feu sur les participants à la Marche du grand retour, le 11 octobre 2019. (Archives)

Les militaires de l’armée israélienne ont ouvert le feu sur les participants à la Marche du grand retour, le 11 octobre 2019. (Archives)

Ce vendredi 11 octobre, Bassam Komeil, jeune Palestinien de 25 ans, a été la cible des tirs des militaires israéliens près du point de passage Barta'a au sud-ouest de Jénine dans le nord de la Cisjordanie. Il a été transféré à l’hôpital. Par ailleurs, au cours des manifestations de ce vendredi de retour, au moins 49 Palestiniens auraient été blessés par des militaires israéliens dans la bande de Gaza, selon le ministère palestinien de la Santé à Gaza.

Cet incident a eu lieu alors que depuis quelques jours, les fusillades contre les jeunes Palestiniens près du mur de séparation se sont enchaînées. Cette semaine, quatre Palestiniens ont été blessés par les militaires israéliens.

Les forces nationales et islamiques de Ramallah et de la province d'Al-Bireh ont appelé les Palestiniens à participer massivement à la 87e Marche du grand retour dans certaines provinces de la Cisjordanie dont Qods, la bande de Gaza et les territoires occupés en 1948.  

Cisjordanie: la Résistance défie Israël

Cisjordanie: la Résistance défie Israël

Les forces nationales et islamiques de Ramallah et de la province d'Al-Bireh ont appelé, samedi, le peuple palestinien à travailler avec toutes son énergie et ses capacités pour intensifier la résistance populaire en Cisjordanie et à Qods occupée.

L’objectif de ces manifestations est d’exprimer la solidarité avec les 6 prisonniers dont Taroq Qaadan qui sont en grève de la faim depuis 72 jours.

« Ces manifestations témoignent de la solidarité du peuple palestinien avec les Palestiniens détenus dans les prisons israéliens », est-il écrit dans le communiqué de ces groupes.

Le Comité national de la Marche du grand retour a, pour sa part, appelé les habitants de cette région à participer aux manifestations de cette semaine baptisé « vendredi des enfants martyrs ».

Ces manifestations se tiendront en signe de loyauté aux enfants palestiniens victimes de l’occupation et du silence international.

Le Comité national de la Marche du grand retour a mis l’accent sur l’unité et la réconciliation nationale palestinienne afin de déjouer le plan de l’ennemi israélien qui consiste à annexer la Cisjordanie et à saper la cause palestinienne.

Gaza: Israël tue encore ...

Gaza: Israël tue encore ...

Ce vendredi 27 septembre, il y a eu la 76 ème Marche du grand retour à Gaza.

Chaque vendredi depuis le 30 mars 2018, les Palestiniens se rassemblent pour réclamer le retour des réfugiés palestiniens et la levée du blocus.

327 Palestiniens ont été tués et plus de 32 000 autres blessés dont 500 grièvement.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/10/11/608438/Un-jeune-Palestinien-a-ete-blesse-en-Cisjordanie


 

63 PALESTINIENS BLESSES LORS D'AFFRONTEMENTS AVEC L’ARMÉE DE L'OCCUPANT ISRAÉLIEN DANS L'EST DE GAZA

 

Xinhua | 30.09.2019 09h51 

Au moins 63 Palestiniens ont été blessés vendredi lors des manifestations anti-israéliennes hebdomadaires dans l'est de la bande de Gaza, près de la frontière avec Israël, ont annoncé des médecins.

Ashraf al-Qedra, porte-parole du ministère de la Santé gazaouï, a déclaré que parmi les blessés, 32 ont été blessés par balle par les tirs de soldats israéliens à l'est de Gaza.

Plus tôt vendredi, des centaines de manifestants palestiniens se sont dirigés vers la partie est de la bande de Gaza pour se joindre aux manifestations et rassemblements anti-israéliens hebdomadaires, plus connus sous le nom de Grande Marche du Retour, qui se déroulent régulièrement depuis fin mars 2018.

Les manifestants ont brandi des drapeaux palestiniens, scandé des slogans anti-israéliens et lancé des pierres et des bombes à percussion artisanales sur les soldats israéliens, stationnés à la frontière avec la bande de Gaza.

Des témoins oculaires ont déclaré que les soldats avaient lancé des gaz lacrymogènes et tiré des balles en caoutchouc et des balles réelles contre les manifestants pour les empêcher de franchir la barrière de la frontière entre l'enclave côtière et Israël.

Le ministère de la Santé avait déclaré plus tôt que, depuis le début de la Grande Marche du Retour à la fin du mois de mars de l'année dernière, l'armée israélienne avait tué 310 manifestants et blessé plus de 17 000 personnes par balles réelles.

(Rédacteurs :Xiao Xiao, Yishuang Liu)

source :  http://french.peopledaily.com.cn/International/n3/2019/0930/c31356-9619555.html


 

MISE EN GARDE DE L’AUTORITÉ PALESTINIENNE CONTRE LA CONSTRUCTION D'UN HÔPITAL FINANCE PAR LES USA DANS LE NORD DE GAZA

 

Xinhua | 27.09.2019 10h45 

Le ministère de la Santé de l'Autorité palestinienne (PA) a lancé jeudi une mise en garde contre la construction d'un nouvel hôpital financé par les États-Unis dans le nord de la bande de Gaza, près de la frontière avec Israël.

Le ministère de la Santé a déclaré dans un communiqué de presse envoyé par courriel à Xinhua qu'il rejetait tout projet, quel que soit son nom, "uniquement s'il affecte la souveraineté palestinienne et les droits du peuple palestinien".

"Les objectifs de la construction d'un tel hôpital ne sont pas innocents et sont dangereux", a indiqué le communiqué, ajoutant que "le ministère exprime sa profonde inquiétude quant à l'établissement d'un hôpital américain dans le nord de la bande de Gaza".

"Ce genre de projet est une tentative de blanchiment de l'image de l'occupation israélienne, entachée du sang des Palestiniens", a poursuivi le communiqué. "Cette démarche vise à un isolement total et définitif de la bande de Gaza de la Cisjordanie".

Plus tôt jeudi, du matériel nécessaire à l'établissement de l'hôpital a été envoyé dans le nord de la bande de Gaza pour le faire fonctionner dans la zone proche de la frontière avec Israël afin de recevoir des patients palestiniens nécessitant un traitement médical pour des maladies chroniques.

De son côté, le mouvement islamique Hamas, qui dirige la bande de Gaza depuis 2007, a en revanche déclaré dans un communiqué de presse qu'"accepter de construire un hôpital de campagne américain dans le nord de Gaza n'a aucune implication politique et il sera au service de notre population".

(Rédacteurs :Xiao Xiao, Yishuang Liu)
 

source :  http://french.peopledaily.com.cn/International/n3/2019/0927/c31356-9618781.html


 

"ISRAËL" CIBLE. LA PREMIERE OPERATION MILITAIRE COORDONNÉE "GAZA-CISJORDANIE-HEZBOLLAH" A EU LIEU CE SAMEDI 7 SEPTEMBRE

Sat Sep 7, 2019 12:27PM

Un drone transportant des colis explosifs a franchi la frontière entre la bande de Gaza et les territoires occupés et frappé un véhicule blindé de l’armée israélienne, le 7 septembre 2019. ©Fars News

00:0000:25HD

SHARETwitterEmbed

CLOSED CAPTIONSNo subtitles

QUALITYAuto480p (244k)480p (444k)720p (844k)1080p (2244k)

Un drone transportant des colis explosifs a franchi la frontière entre la bande de Gaza et les territoires occupés et frappé un véhicule blindé de l’armée israélienne, le 7 septembre 2019. ©Fars News

Presque une semaine jour pour jour après la spectaculaire riposte du Hezbollah contre l’armée israélienne à Avivim, laquelle a porté une nouvelle fois au grand jour les défaillances organiques de l’armée israélienne, et alors que Tel-Aviv fait croire en sa capacité à raser le sud du Liban, Israël vient de subir un méga-choc : la première opération militaire coordonnée « Gaza-Cisjordanie-Hezbollah » a eu lieu ce samedi 7 septembre. 

PressTV-Israël: la riposte du Hezbollah tombe!

PressTV-Israël : la riposte du Hezbollah tombe !

Le commandant du front nord israélien aurait été tué lors d’une attaque du Hezbollah.

Sous les yeux ahuris des sionistes, qui ont activé depuis au moins deux semaines leurs batteries Dôme de fer non seulement sur les frontières du Nord, mais aussi sur les frontières de Gaza, un drone kamikaze palestinien a pénétré ce samedi dans les territoires occupés, à peine quelques heures après le tir de cinq missiles contre la colonie de Sha'ar HaNegev. Le drone s’est dirigé tout droit vers un blindé israélien et l’a l’attaqué sans qu’aucun radar ni batterie de missile puisse le contrer. Lors d’une attaque similaire un novembre 2018, un drone palestinien avait visé un blindé israélien au plus fort de l’escalade avec Israël, mais les sionistes avaient réussi à dissimuler cet incident. Ce samedi et presque au même moment que le drone prédateur s’abattait sur le blindé sioniste, une nouvelle opération anti-israélienne se déroulait en Cisjordanie. Trois Israéliens ont été blessés dans la colonie d’Azzun, non loin de Qalqiliya en Cisjordanie. 

Le site israélien Mako (https://www.mako.co.il) a annoncé qu’« un groupe de Palestiniens (« terroristes », c’est le terme utilisé par le site, NDLR) a mené ce samedi une attaque de drone depuis Gaza contre Israël. Le drone a franchi la frontière et semblait transporter des colis explosifs ».

Dans la foulée, le porte-parole de l’armée israélienne a fait état de la destruction d’un véhicule blindé suite à cette attaque. Avichay Adraee a précisé qu’« un drone de petite dimension était entré en Israël depuis le sud de Gaza et avait laissé tomber un colis explosif sur les frontières avant de retourner aussitôt à l’intérieur de la bande de Gaza. Aucune victime n’a été signalée, mais un véhicule militaire a subi des dégâts partiels ».

Pour des colons qui vivent depuis 15 jours le cauchemar d’une frappe massive au missile et au drone du Hezbollah dans le Nord, ces propos sont loin d’être rassurants, surtout après les images tournées par le commando du Hezbollah en pleins territoires occupés montrant un drone en train de viser un véhicule « Wolf » israélien à Avivim. Aussi, quand l’armée israélienne prétend avoir répondu à cette frappe en bombardant une zone dans le sud de la bande de Gaza, le colon moyen aura bien du mal à le croire surtout, que les radars de l’armée sioniste étaient actifs au moment de l’attaque ce samedi. 

Pour en savoir plus: Israël frappé au Sud 

Cette attaque de drone a coïncidé avec une opération anti-israélienne menée par un combattant palestinien que les médias israéliens ont décrit comme un « adolescent isolé », provoquant là aussi une vague de panique dans les rangs des colons qui n’ont toujours pas oublié les attaques du mois de mai à Gush Etzion. 

PressTV-L'armée israélienne attaquée!

PressTV-L’armée israélienne attaquée !

Un militaire israélien a été retrouvé poignardé à mort dans le sud de la Cisjordanie.

L’opération anti-israélienne a visé un véhicule de colons dans la ville d’Azzun, à l’est de Qalqilya en Cisjordanie, renforçant la crainte des Israéliens qui estiment qu’il existe désormais une connexion nette entre les opérations des mouvements de résistance cisjordaniens et gazaouïs. Toujours selon les médias israéliens, il s’agit d’une attaque à l’arme blanche. Trois Israéliens ont été blessés, dont l’un grièvement.

Le site du journal Maariv rapporte que les forces israéliennes ont bouclé le lieu de l’attaque, dont « l’auteur serait un adolescent âgé de 15 ans qui se trouve actuellement en garde à vue ». Cette version est évidemment sujette à caution. 

Selon les observateurs, le régime israélien vient de vivre la première opération coordonnée Cisjordanie-Gaza-Hezbollah. La Résistance palestinienne avait affirmé avoir « tiré des leçons qui s’imposent » de la « riposte militairement tactique et stratégique » du Hezbollah. 

 

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/09/07/605554/3-blesses-israeliens-en-Cisjordanie-et-un-vehicule-blinde-endommage


 

LE JEUNE PALESTINIEN BLESSE PAR DES TIRS ISRAÉLIENS SUCCOMBE

Le Palestinien blessé par des tirs israéliens succombe

 Depuis 6 heures  31 août 2019

badreddine_abou_moussa_martyr-jpg1

 Moyent-Orient - Palestine

 

Rédaction du site

badreddine_abou_moussa_martyr

Le jeune palestinien blessé mortellement le vendredi 30 août par des soldats israéliens à la frontière entre la bande de Gaza et la Palestine occupée a succombé ce samedi à ses blessures.

« Badr al-Din Abou Moussa, 25 ans, est décédé samedi (…) après avoir été touché à la tête hier par des tirs israéliens » contre les manifestants à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, a affirmé pour l’AFP le porte-parole du ministère de la Santé à Gaza, Achraf al-Qodra.

Au moins 75 autres Palestiniens ont été blessés, dont 42 par des tirs israéliens à balles réelles, lors de cette manifestation où se sont rassemblées des centaines de personnes,

 manif_amadmanif_gaza 

 a-t-il ajouté dans un communiqué. Parmi les blessés figurent 18 enfants et deux femmes, ainsi que le cameraman de l’agence truque Andalou qui a essuyee une balle en caoutchouc.

Depuis mars 2018, la bande de Gaza est le théâtre le long de la barrière frontalière avec Israël de protestations hebdomadaires au cours desquelles ils jettent des pierres sur les soldats de l’occupation. Baptisées marche de grand retour, ces manifestations avaient comme but de faire valoir le droit de retour des palestiniens. Elles sont aussi l’occasion de réclamer la levée du strict blocus israélien imposé depuis plus de dix ans à l’enclave.
Depuis cette date, au moins 306 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens, indique l’AFP.
Sept Israéliens ont été tués dans le cadre de ces violences.

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/1481350


 

CISJORDANIE : UNE SOLDATE ISRAÉLIENNE TUÉE ET DEUX AUTRES BLESSES

Une militaire israélienne tuée et deux autres blessés

Fri Aug 23, 2019 1:25PM

Les forces de sécurité israéliennes sur le site de l’explosion d’une bombe aux abords de l’implantation israélienne de Dolev, en Cisjordanie, le 23 août 2019. ©AFP

Les forces de sécurité israéliennes sur le site de l’explosion d’une bombe aux abords de l’implantation israélienne de Dolev, en Cisjordanie, le 23 août 2019. ©AFP

Dans l’explosion d’une bombe artisanale à proximité de la ville de Ramallah en Cisjordanie une jeune soldate Israélienne a été tuée tandis que deux autres colons ont été blessés, ont annoncé des sources israéliennes.

Selon l’agence de presse palestinienne Safa, cette explosion s’est produite près de la colonie Dolev à l’ouest de Ramallah. À la suite de cette déflagration, les forces de sécurité israéliennes se sont rendues sur place. Les habitants de cette colonie ont été priés de rester chez eux.

« La bombe artisanale a été jetée depuis un véhicule. Cet incident a eu lieu ce matin », a écrit Yediot Aharonot.

Israël : une nouvelle brèche s'ouvre

Israël : une nouvelle brèche s’ouvre

La vague d’opérations des combattants palestiniens contre les colonies de peuplement du sud de la Palestine occupée s’intensifie.

Les blessés ont été héliportés vers un hôpital et les agents israéliens ont bloqué les entrées et les sorties de cette zone en vue de traquer les auteurs de ces opérations.

Réagissant à cette opération anti-occupation, le président du bureau politique du Hamas, Ismaïl Haniyeh, a averti que les opérations anti-israéliennes menées à l’ouest de Ramallah sont en effet un message aux Israéliens, leur intimant de ne pas s’approcher de Qods, qu’il a considéré comme une véritable poudrière.

« Nous avons constamment mis en garde les dirigeants israéliens qui entrent dans l’arène électorale et qui cherchent à s’en prendre à notre droit historique. La Cisjordanie est un volcan qui entrerait en éruption en cas de toute tentative au sujet de Qods », a averti Haniyeh.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/08/23/604262/Cisjordanie-arme-isralienne-explosion-Ramallah-Ismal-Haniyeh


MARTYRE DU DETENU PALESTINIEN NASSR TAQATIQA, 35 ANS, MORT SOUS LA TORTURE DANS LES GEOLES DE L'OCCUPANT ISRAELIEN

Geôles de l’occupation : Martyre d’un détenu palestinien placé dans l’isolement

 Depuis 5 minutes  16 juillet 2019

nasr

 Moyent-Orient - Palestine

 

Le club des prisonniers palestiniens a annoncé, le mardi 16 juillet, le martyre du détenu Nassr Taqatiqa, 35 ans, après avoir été placé en isolement dans la prison israélienne de Nitsan.

Et de préciser : « le martyr Taqatiqa est décédé sous la torture et suite à la négligence médicale dans les geôles de l’occupation ».

Les autorités pénitentiaires ont en outre fermé tous les prisons après l’annonce de ce décès, craignant une révolte et la protestation des détenus privés de leurs droits humanitaires.

Rappelons que le martyr Taqatiqa a été détenu depuis deux semaines après la prise d’assaut de son domicile dans la localité de Beit Fajar, en Cisjordanie occupée.

Avec ce nouveau décès, le bilan des détenus palestiniens ayant trouvé la mort dans les geôles de l’occupation s’élève à 220 victimes.

 

Source: Médias palestiniens

https://french.almanar.com.lb/1428880


 

POUR LA MAJORITE DES PALESTINIENS, L'INDEPENDANCE EST PLUS IMPORTANTE QUE LA PROSPERITE

« L’indépendance plus importante que la prospérité », pour la majorité de Palestiniens

 Depuis 10 heures  4 juillet 2019

palestiniens4

 Moyent-Orient - Palestine

 

Une majorité écrasante de Palestiniens soutient la décision de leurs dirigeants basés à Ramallah de boycotter l’atelier économique organisé par les États-Unis à Bahreïn et donnent la priorité à l’indépendance politique avant la prospérité économique, selon un sondage publié par le Centre palestinien de recherches sur les politiques et les enquêtes.

79% des Palestiniens disent qu’ils soutiennent cette initiative, tandis que 15% s’y opposent, indique le sondage.

Le Centre palestinien de recherches sur les politiques et les enquêtes (PCPSR) a effectué le sondage, qui a interrogé 1.200 Palestiniens dans 120 lieux choisis au hasard en Cisjordanie, dans la bande de Gaza et à l’Est d’AlQuds entre le 27 et le 30 juin.

La conférence à Bahreïn a porté sur le volet économique du plan de paix US controversé.

Les dirigeants palestiniens ont affirmé que l’objectif économique de la Commission visait à saper les aspirations palestiniennes à la création d’un État. Il a également accusé les États-Unis d’avoir tenté d’utiliser le rassemblement pour normaliser le statut d’Israël dans le monde arabe.

Aussi, 90% des Palestiniens interrogés affirment ne pas faire confiance au gouvernement Trump lorsqu’il prétend que l’objectif du rassemblement de Bahreïn est d’améliorer les conditions économiques palestiniennes, contre 6% selon l’enquête.

Invités à choisir entre indépendance et prospérité économique, 83% des Palestiniens optent pour le premier et seulement 15% choisissent le dernier, révèle le sondage.

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/1414833


 


 

DEAL DU SIECLE : L'IMPOSTURE DU PROCESSUS DE PAIX... DONT LES DINDONS DE LA FARCE SONT LES PALESTINIENS

Deal du Siècle: l’imposture du processus de paix… et les Palestiniens, le dindon de la farce

 Depuis 2 heures  2 juillet 2019

caric_lattuf

 Moyent-Orient - Palestine

 

L’atelier ‘De la paix à la prospérité’, qui s’est tenu les 25 et 26 juin à Manama, n’est que la dernière d’une longue série de propositions impossibles.

Le soi-disant  « Accord du siècle » de Donald Trump, qui offre aux Palestiniens des pots-de-vin économiques en échange d’une soumission politique, est le but ultime du processus de paix de l’Occident, dont l’objectif réel est l’échec et non le succès.

Pendant des décennies, les plans de paix ont imposé des exigences impossibles aux Palestiniens, les forçant à rejeter les termes de l’offre et créant ainsi un prétexte pour qu’Israël s’empare toujours davantage des territoires de la Palestine.

Plus les Palestiniens ont fait des compromis, plus l’horizon de la solution diplomatique s’est éloigné – au point que l’administration Trump s’attend maintenant à ce qu’ils renoncent à tout espoir d’État palestinien ou de droit à l’autodétermination.
Même Jared Kushner, le gendre de Trump et l’architecte du plan de paix, ne croit pas sérieusement que les Palestiniens se laisseront acheter par leur part des 50 milliards de dollars qu’il espérait recueillir au Bahreïn la semaine dernière.

C’est pourquoi les dirigeants palestiniens sont restés à l’écart, refusant toute participation à ce processus considéré à raison comme un simulacre, une vaste supercherie.

Mais les responsables du marketing d’Israël ont depuis longtemps inventé un slogan pour masquer leur politique de dépossession progressive déguisée en processus de paix : « Les Palestiniens ne ratent jamais une occasion de rater une occasion. »

Il vaut la peine d’examiner en quoi consistaient réellement ces « occasions manquées » de parvenir à une « paix juste au Proche-Orient ».

La première fut le Plan de partition des Nations Unies à la fin de l’année 1947. Selon Israël, c’est l’intransigeance palestinienne quant à la division de la terre en États juifs et arabes séparés qui a déclenché la guerre, conduisant à la création d’un État juif sur les ruines de la plupart du territoire palestinien.

Mais la vraie histoire est plutôt différente.

L’ONU récemment formée était effectivement sous la coupe des puissances impériales de la Grande-Bretagne, des États-Unis et de l’Union Soviétique. Tous trois voulaient voir l’établissement d’un État juif comme allié dépendant au Moyen-Orient dominé par les Arabes.

Alimenté par les braises mourantes du colonialisme occidental, le plan de partage offrait la plus grande partie de la patrie palestinienne à une population minoritaire de Juifs européens, dont l’immigration récente avait été effectivement parrainée par l’empire britannique.

Alors que les peuples autochtones d’autres pays se voyaient offrir l’indépendance, les Palestiniens se virent sommés de remettre 56 % de leurs terres à ces nouveaux arrivants. Il n’y avait aucune chance pour que de telles conditions soient acceptées.

Cependant, comme l’ont fait remarquer les historiens israéliens, les dirigeants sionistes n’avaient pas non plus l’intention de respecter le plan de partition de l’ONU. David Ben Gourion, le père fondateur d’Israël, a qualifié l’Etat juif proposé par l’ONU de « minuscule ». Il a averti que celui-ci ne pourrait jamais accueillir les millions d’immigrants juifs qu’il devait attirer pour que son nouvel État ne devienne pas rapidement un État arabe en raison du taux de natalité palestinien plus élevé.

Ben Gourion voulait que les Palestiniens rejettent le plan de partition, afin qu’il puisse utiliser la guerre comme une chance de s’emparer de 78% de la Palestine et de chasser la majeure partie de la population autochtone.

Pendant des décennies, Israël a eu tout le loisir de se retrancher sur ce territoire conquis par la force et d’y renforcer sa mainmise, puis, après 1967, d’étendre son emprise sur la Palestine historique en déclenchant une nouvelle guerre contre ses voisins.
En fait, c’est le dirigeant palestinien Yasser Arafat qui a fait les plus grandes concessions à la paix, sans réciprocité ni contrepartie. En 1988, il a reconnu Israël, et plus tard, avec les accords d’Oslo de 1993, il a accepté le principe de la partition dans des conditions encore plus lugubres que celles de l’ONU – un « État » sur seulement 22 % de la Palestine historique. Malgré cela, le processus d’Oslo n’avait plus aucune chance sérieuse de succès après qu’Israël ait refusé de se retirer des territoires occupés, en violation de ses engagements.

Enfin, en 2000, le Président Bill Clinton a convoqué Arafat et le Premier ministre israélien Ehud Barak à un sommet de paix à Camp David. Arafat savait qu’Israël n’était pas disposé à faire le  moindre compromis significatif et avait dû être intimidé et cajolé pour accepter d’y assister. Clinton a promis au dirigeant palestinien qu’il ne serait pas tenu pour responsable si les pourparlers échouaient.

Israël a veillé à ce qu’ils échouent. Selon ses propres conseillers, Barak a « fait capoter » les négociations, insistant pour qu’Israël maintienne l’occupation de Jérusalem-Est qui serait annexée, y compris la mosquée Al-Aqsa, ainsi que de grandes parties de la Cisjordanie. Washington blâma Arafat malgré tout, et refaçonna l’intransigeance israélienne en la décrivant comme une « offre généreuse ».

Peu de temps après, en 2002, l’Initiative de paix de l’Arabie Saoudite a offert à Israël des relations normales avec le monde arabe en échange d’un État palestinien minimal. Israël et les dirigeants occidentaux l’ont précipitamment jetée dans les poubelles de l’histoire.

Après la mort d’Arafat, les pourparlers secrets en 2008-2009 – révélés dans les fuites des Palestine Papers – ont montré que les Palestiniens faisaient des concessions sans précédent. Il s’agissait notamment d’autoriser Israël à annexer de vastes étendues de Jérusalem-Est, la capitale attendue des Palestiniens.

Le négociateur Saeb Erekat a dit devant les caméras qu’il avait accepté « la plus grande [Jérusalem] de l’histoire juive », ainsi que le retour d’un « nombre symbolique de réfugiés[palestiniens] [et un] Etat démilitarisé… Que puis-je concéder de plus ? »

C’était une bonne question. Tzipi Livni, la négociatrice d’Israël, a répondu : « J’apprécie vraiment »quand elle a vu tout ce que les Palestiniens avaient concédé. Mais sa délégation s’est quand même retirée.

Le plan de Trump, voué à l’échec, marche sur les traces d’un tel « processus de paix ».

Dans un commentaire paru la semaine dernière dans le New York Times, Danny Danon, l’ambassadeur d’Israël auprès de l’ONU, a résumé avec franchise les grandes lignes de cette approche diplomatique qui dure depuis des décennies. Il a appelé les Palestiniens à « se rendre », en ajoutant ceci : « La capitulation est la reconnaissance que dans ce match, continuer à lutter coûtera plus cher que de déclarer forfait. »

Le processus de paix a toujours conduit à ce moment. Trump a simplement coupé à travers les évasions et les équivoques du passé pour révéler clairement où se situent vraiment les priorités de l’Occident.

Il est difficile de croire que Trump ou Kushner aient cru que les Palestiniens accepteraient une promesse d’argent pour se tenir tranquilles à la place d’un État fondé sur l’équation de « la terre contre la paix ».

Une fois de plus, l’Occident tente d’imposer aux Palestiniens un accord de paix inéquitable. La seule certitude, c’est que les Palestiniens le rejetteront – c’est la seule question sur laquelle les dirigeants du Fatah et du Hamas sont unis. Ainsi, et c’est le but, ils pourront encore être présentés comme l’obstacle à tout progrès sur la voie de la résolution du conflit.

Les Palestiniens ont peut-être refusé de tomber dans le piège cette fois-ci, mais quoi qu’il arrive, ils seront le dindon de la farce.

Lorsque le plan de Trump s’effondrera, ce qui est inévitable, Washington saisira l’opportunité et exploitera ce prétendu rejet palestinien pour justifier l’approbation de l’annexion par Israël de tranches supplémentaires des territoires occupés.
jonathan_cook
Les Palestiniens se retrouveront avec une patrie disloquée. Pas d’autodétermination, pas d’État viable, pas d’économie indépendante, juste une série de ghettos tributaires de l’aide internationale. Et des décennies de « diplomatie » occidentale seront enfin arrivées à destination.

Par Jonathan Cook
Source: le cri des peuples

https://french.almanar.com.lb/1412589


 

QODS ET LA CISJORDANIE S'EMBRASENT. DEUX PALESTINIENS TUES PAR L'ARMEE ISRAELIENNE

Deux Palestiniens ont été tués à Qods et en Cisjordanie

Fri May 31, 2019 5:43PM

Scène d'affrontement israélo-palestinien en Cisjordanie. ©Flash90/Archives

Scène d'affrontement israélo-palestinien en Cisjordanie. ©Flash90/Archives

Des sources ont fait part de la mort en martyrs de deux jeunes Palestiniens sous les balles des forces du régime israélien à Qods et en Cisjordanie.

« Ce vendredi 31 mai, dans la matinée, un jeune Palestinien âgé de 16 ans a été tué à Qods par les militaires israéliens après qu’il a attaqué au couteau deux colons israéliens devant la synagogue près de Bab al-Amoud. L’état de santé de ces blessés est grave », a rapporté l’agence de presse palestinienne Maa citant des sources israéliennes.

Après cet incident, les forces israéliennes ont fermé aux fidèles les portes de la vieille ville de Qods et de la mosquée al-Aqsa et renforcé les dispositifs de sécurité.

Le chef des forces de sécurité israélienne a également demandé la présence des policiers en civil parmi les piétons.

Un autre jeune Palestinien a été tué par les militaires de l’armée israélienne à l’est de Bethléem alors qu’il tentait d’escalader le mur de sécurité pour participer à la prière du vendredi à la mosquée al-Aqsa.

PressTV-La Cisjordanie attend Israël de pied ferme

PressTV-La Cisjordanie attend Israël de pied ferme

La Cisjordanie étant le lieu de la prochaine bataille contre Israël, la Résistance palestinienne organise les manifestations de la Marche du grand retour dans cette région.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/05/31/597390/Isral-Qods-Cisjordanie-palestinien