DES MEDECINS DE GAZA PRODUISENT UN STETOSCOPE DE QUALITE A BAS PRIX

Des médecins de Gaza produisent un stéthoscope de qualité à bas prix
 

Dans le cadre d’un projet pour faire baisser de façon importante le coût des dispositifs médicaux, Tarek Loubani, un médecin de services d’urgence qui travaille dans la bande de Gaza, a imprimé en 3D un stéthoscope pour un coût de 0.3 dollar, d’une qualité supérieure aux meilleurs au monde qui valent 200 dollars,

Loubani a conçu ce nouveau stéthoscope avec le concours d’une équipe de spécialistes en médecine et en diverses technologies, puis l’a testé en utilisant des procédures pour la standardisation à l’échelle mondiale. Les résultats ont été supérieurs à ceux obtenus avec la référence absolue qu’est le Littmann Cardiologie 3.

Le projet Glia est né quelque temps après les incursions meurtrières israéliennes dans la bande de Gaza en 2012, alors que Loubani et ses collègues médecins étaient à court de matériel médical d’urgence et contraints d’ausculter les battements de coeur de dizaines de Gazaouis blessés avec leurs oreilles placées sur les poitrines.

Depuis lors, le nouveau dispositif a rencontré un grand succès auprès des praticiens de terrain et des hôpitaux à travers le monde, qui l’ont testé en tous lieux au cours des six derniers mois.

« Je devais poser mon oreille pour les poitrines des victimes parce qu’il n’y avait pas de bons stéthoscopes, ce qui était une tragédie, un scandale, et inacceptable », a déclaré Loubani au Chaos Communications Camp (rassemblement annuel de hackers) à Zehdenick en Allemagne.

« Nous avons fait une liste de ces choses que nous devions amener dans la bande de Gaza, et dans le tiers monde dans lequel je travaille et vis. Je sentais que je pouvais changer la vie de mes patients.

« Je voulais que les gens avec qui je travaille reprenne cette idée, la concrétise et l’améliore parce que je savais que tout ce que je voulais faire était de soumettre l’idée. »


Loubani explique qu’un hôpital de Gaza qui couvre plus d’un million de patients avait à sa disposition un seul otoscope (l’instrument utilisé pour ausculter le canal de l’oreille) et une poignée de stéthoscopes. Un instrument de qualité représente le salaire d’un mois entier pour un médecin palestinien.

Des tests de fréquences audio ont révélé que l’appareil offrait une qualité sonore équivalente et dans certains cas meilleure que le Littmann Cardiologie 3.

« Ce stéthoscope est aussi bon que n’importe quel stéthoscope dans le monde, et nous avons les données pour le prouver », dit Loubani.

Il a une telle confiance en son appareil qu’il s’attend à ce que son examen par ses pairs soit une partie de plaisir.

Le dispositif a été testé en utilisant la pratique courante de l’appuyer contre un ballon rempli d’eau - un test baptisé le protocole Hello Kitty à cause de la profusion de ces ballons pour chat à l’époque.

Loubani dit aussi que la stérilisation n’est pas un problème avec ces appareils, et que le métal peut être utilisé si nécessaire.

L’équipe est en train de développer des dispositifs médicaux en impression-3D bon marché mais efficaces, dont un oxymètre de pouls qui surveille les niveaux d’oxygène dans le sang et est déjà prêt pour des tests de calibration.

Ils travaillent également sur un électrocardiogramme pour les patients cardiaques, et ils s’attelleront bientôt à des systèmes d’hémodialyse.

Ceux-ci, dit-il, sont trois des dispositifs critiques les plus omniprésents et les plus coûteux dans les centres médicaux.

Loubani poursuit en disant que le concept du stéthoscope imprimé-3D lui est venu à l’esprit après avoir testé un stéthoscope-jouet de son neveu et l’avoir trouvé d’une bien meilleure qualité que ce à quoi il pouvait s’attendre.

Il avait auparavant constaté que les coûts des instruments médicaux restaient élevés malgré l’expiration des brevets liés aux stéthoscopes des années 1960, et il a donc réuni l’équipe de projet Glia pour concevoir et réaliser le dispositif en impression-3D.

Le coût du projet de développement s’est situé à environ 10 000 dollars US, et son résultat a été mis à disposition comme modèle open source pour quiconque souhaite l’utiliser.

Loubani affirme que le projet suit les traces du mouvement du logiciel libre et vise à remplacer des solutions propriétaires coûteuses. Il espère que d’ici 25 ans, ce type d’appareil sera tout à fait habituel dans le Tiers Monde, et qu’il sera « l’Apache du monde médical ».

Le projet est à la recherche de professionnels spécialistes du monde médical et de hackers pour aider à réaliser des contrôles aléatoires, faire de la conception et de la réalisation.

Info-Palestine

 

Source: Sites web

26-08-2015 - 11:38 Dernière mise à jour 26-08-2015 - 11:38
 
 

 

 
 
 
 
 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau