"ISRAËL" ASSASSINE DEUX GARCONS QUI DEMANDAIENT L'AIDE D'UN SOLDAT

  Israël a assassiné deux garçons, alors qu’ils demandaient l’aide d’un soldat
L’équipe du site
 

Mardi soir (20 octobre 2015) deux adolescents abattus par des soldats israéliens dans la ville cisjordanienne occupée de Hébron, venaient de demander l’aide d’un soldat, affirme un groupe palestinien de défense des droits humains.

Israël prétend que Bashar Jamil al-Jaabari, (photo à droite) 15 ans et son cousin de 17 ans, Husam Ismail Jamil al-Jaabari (photo en bas à gauche)  avaient tenté de poignarder des soldats près d’un poste de contrôle de la ville.

Mais selon une enquête diligentée par le Centre Palestinien pour les Droits Humains (PCHR), les deux garçons avaient regardé une manifestation de colons israéliens près de la mosquée Ibrahimi de la ville, vers 9h30 le matin. « Pendant qu’ils regardaient la manifestation, les deux garçons se tenaient près d’un soldat israélien qui se tenait au coin de l’immeuble al-Rajabi, dont les colons essayaient de prendre le contrôle. Le soldat s’appuyait au mur et conversait normalement avec les deux enfants » affirme le PCHR.

Plus tard les enfants ont demandé au soldat de les laisser passer par une porte métallique pour qu’ils puissent rentrer chez eux. « Alors que les deux garçons se dirigeant vers la porte n’étaient plus qu’à deux mètres du soldat, d’autres soldats israéliens à l’abri d’une tour de guet militaire proche ont ouvert le feu et immédiatement tué les garçons » dit le PCHR.

Le groupe précise qu’Israël n’a pas rendu les corps des enfants à leurs familles.

 

 

Israël ne mène pas d’enquêtes crédibles sur les meurtres de Palestiniens, y compris les enfants, et ses soldats et colons jouissent d’une couverture et d’une impunité quasi systématique pour ce genre de crimes.

Le mois dernier les Forces de Défense ont mortellement blessé Hadil Salah Hashlamoun, une jeune fille de 18 ans, à un checkpoint de Hébron, déclarant après qu’elle s’était jetée sur les soldats avec un couteau. Mais des photographes présents et d’autres témoins ont établi la fausseté de l’accusation et montré qu’elle ne représentait aucune menace.

Mort après inhalation de gaz lacrymogène

Les garçons font partie de la cinquantaine de palestiniens tués en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza depuis le début octobre, dans le cadre de la répression qu’Israël prétend être la réponse à des attaques contre ses forces d’occupation, des colons et des civils, attaques qui auraient tué 10 Israéliens.

Les FDI ont tué 10 enfants palestiniens lors de divers incidents en Cisjordanie, y compris Jérusalem Est et Gaza, ces trois dernières semaines, selon l’ONG Defence for Children International-Palestine.

Les services médicaux palestiniens ont traité des milliers de blessés, dont plusieurs centaines par balles réelles.

Les violences se sont poursuivies mercredi.

Le docteur Hashem al-Azzeh, 54 ans, est décédé après avoir inhalé du gaz lacrymogène tiré par les Forces d’occupation lors d’affrontements avec des jeunes palestiniens à Hébron. Les forces israéliennes ont blessé par balles un autre Palestinien qui selon Israël fonçait en voiture sur un groupe de soldats, blessant cinq d’entre eux près de la colonie de Gush Ezion en Cisjordanie.

« Pris par erreur pour un terroriste »

A Jérusalem, les forces israéliennes ont abattu un homme qui aurait tenté de s’emparer d’une de leurs armes. Plus tard, les autorités israéliennes ont avoué qu’il s’agissait d’un Israélien juif et non, comme affirmé initialement d’un Palestinien. « Quand on m’a demandé d’examiner le corps, je me suis rendu compte que c’était un juif, qu’on avait par erreur pris pour un terroriste » a dit le médecin-légiste Yehuda Meshi-Zahav. Ce meurtre laisse entendre combien les forces israéliennes ont la gâchette facile.

Les groupes de défense des droits ont condamné la politique israélienne d’exécutions extrajudiciaires – l’exécution sommaire de tout Palestinien simplement soupçonné d’avoir l’intention de commettre une attaque.

Israël annonce que ses soldats ont tué un autre Palestinien qui aurait poignardé un soldat dans le cou, le blessant grièvement, près d’une colonie au nord de Jérusalem.
Des sources liées à l’Autorité palestinienne ont dit à l’agence Ma’an que l’homme était Mutaz Atallah Qassem, 22 ans, de la ville de al-Aizariya près de Jérusalem (photo à droite).

Mercredi également, rapporte Ma’an, les forces d’occupation ont légèrement blessé par balles Nour Istabraq Ahmad près de la colonie de Yitzhar en Cisjordanie. Israël allègue que la fille de 15 ans (photos à gauche)  avait un couteau et projetait de pénétrer dans la colonie pour attaquer des colons. Cette colonie de Yitzhar, construite sur des terres volées aux villages palestiniens des alentours, est une forteresse de colons qui commettent fréquemment des agressions contre les autochtones et leurs propriétés. Yitzhak Shapira, le rabbin extrémiste auteur d’un livre justifiant le meurtre d’enfants palestiniens, y a sa résidence.

Un garçon palestinien a été écorché et blessé lors d’une attaque de colons en Cisjordanie occupée mardi soir, rapporte l’agence Ma’an. Saqir Mahmoud Hirzallah, 14 ans, (photo à droite) était en train de récolter les olives avec des amis sur la terre familiale quand un groupe d’Israéliens de la colonie de Mevo Dotan l’a agressé.

Dimanche (25 octobre) , un colon a ouvert le feu sur le jeune palestinien Azzam Chalaldat qui cueillait des olives dans la région Wadi Sair au nord-est d'al-Khalil Hébron, le blessant grièvement avec 4 balles au cou, au ventre et sur les pieds.

 

Justement, ce lundi (26 octobre), un des deux palestiniens qui ont été tués à Al-Khalil a succombé à Wadi Sair. Raed Jaradate (22 ans) a succombé à une balle tirée par des soldats de l'occupation sous prétexte qu'il a poignardé un colon israélien au cou à proximité de la colonie "Kiriat Arbaat".

Quant au second martyr, Saad Mohammad al-Atrache (20 ans), il a été abattu à proximité du Caveau des Patriarches,( le sanctuaire abarahamique) , par des soldats qui lui ont tiré dessus à bout portant. Contrairement aux allégations de la police israélienne (relayée par certaines agences), sa mort est une liquidation effectuée sans aucun motif. Il n'y a eu aucun colon de blessé. Après lui avoir tiré dessus, les soldats l'ont laissé saigné jusqu'à la mort, interdisant aux ambulances de lui porter secours.


 

 

Par Ali Abunimah: un journaliste palestino-américain, auteur de The Battle for Justice in Palestine. Il a contribué à The Goldstone Report : The Legacy of the Landmark Investigation of the Gaza Conflict. Il est le cofondateur de la publication en ligne The Electronic Intifada et consultant politique auprès de Al-Shabaka.

 

Source: Info-Palestine+ Al-Manar
 

 

Source: Sites web

26-10-2015 - 17:50 Dernière mise à jour 26-10-2015 - 18:02 | 320 vus

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=265406&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=20&s1=1


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau