"ISRAËL" INTERCEPTE UN NAVIRE DE MILITANTS PRO-PALESTINIENS

 
La «Flottille de la liberté III», un convoi de quatre navires transportant des militants pro-palestiniens voulant briser le blocus, a été arraisonné par la marine israélienne.

Les forces israéliennes ont annoncé avoir intercepté un navire qui tentait de briser le blocus de «Israël» intercepte un navire de militants pro-palestiniens en mer Gaza, cinq ans après une tentative similaire qui avait tourné au drame. Des militaires de la marine israélienne sont montés à bord du navire de tête dans les eaux internationales et ont procédé à sa fouille. Désormais escorté vers le port israélien d'«Ashdod», au nord de Gaza, le navire avec à son bord des militants pro-palestiniens devrait accoster d'ici 12 à 24 heures. Une porte-parole de l'armée israélienne a indiqué à l'AFP qu'il s'agissait du chalutier suédois Marianne, l'un des quatre bateaux de la «Flottille de la liberté III» qui compte environ 70 membres, dont le député arabe israélien Bassel Ghattas, l'ancien président tunisien Moncef Marzouki et des députés de pays européens et arabes.

Les trois autres navires ont «changé de cap et regagné leur port d'origine»

Les trois autres navires ont «changé de cap et regagné leur port d'origine», selon un communiqué diffusé par les militants à bord du «Canadian Boat to Gaza,» avant l'interception du bateau suédois.
Selon un communiqué de l'ONG pro-palestinienne International Solidarity Movement (ISM), les navires, avec à leur bord une cinquantaine de militants de 17 pays, avaient pris la mer samedi. Ils transportaient des panneaux solaires dans le but d'aider à résoudre les problèmes d'électricité dans la bande de Gaza, ainsi que du matériel médical. L'enclave palestinienne abrite 1,7 million de Palestiniens.

Attirer l'attention sur le blocus terrestre

Les passagers de la «Flottille de la liberté III» affirment eux vouloir attirer l'attention sur le blocus terrestre, aérien et maritime imposé par «Israël» à la bande de Gaza après l'enlèvement d'un de ses soldats en juin 2006 par le Hamas. Concrètement, ce blocus signifie qu'il est impossible de pénétrer dans les eaux gazaouies, ou de s'éloigner de plus de six miles nautiques des côtes de Gaza sous peine d'essuyer des tirs de la marine israélienne, comme cela arrive régulièrement aux pêcheurs palestiniens.
La Flottille, dont l'expédition a tourné court lundi matin, entendait capitaliser sur le contexte actuel, alors que l'entité sioniste fait face à des appels au boycott et des pressions internationales.
Mais avant elle, des militants pro-palestiniens avaient déjà à plusieurs reprises tenté de briser le blocus par la Méditerranée. Le 31 mai 2010, une expédition avait fini dans le sang quand des commandos israéliens avaient donné l'assaut dans les eaux internationales sur six navires civils, dont le Mavi Marmara, acheminant de l'aide humanitaire à Gaza. Dix Turcs avaient été tués.

Source : agences et rédaction
29-06-2015 | 10:53
 
 
http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=15350&cid=293#.VZE6DU0w86Y
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau