PALESTINE : LA BETE IMMONDE A LACHEMENT TUE THARWAT, UNE DAME DE 72 ANS

 
  Comment Tharwat, la dame de 72 ans a été cruellement tuée par les Israéliens
L’équipe du site

Sous prétexte de vouloir contrer les opérations de résistance palestiniennes qui ne connaissent pas de répit, malgré le peu de moyens dont disposent les Palestiniens,  les militaires de l’occupation israélienne ont la gâchette bien facile.

Vendredi après-midi, ils ont tué de sang froid une femme  palestinienne agée de 72 ans , en ouvrant un déluge de feu contre elle.

Tharwat Chaarawi  conduisait sa voiture à une cinquantaine de mètres d’une station essence dans la ville al-Khalil-Hébron occupée,  lorsque les militaires israéliens ont ouvert hystériquement le feu contre elle.
Des sources médicales du Croissant Rouge a assuré que sa voiture était criblée d’une quinzaine de balles !

Selon l’agence palestinienne « Houriyya » (Liberté), comme d’habitude, les soldats israéliens ont fermé la zone et interdit aux ambulances du Croissant rouge palestinien de lui venir en aide.


Dans les medias israéliens, la version véhiculée par la police israélienne est que cette dame de 72 ans fonçait vers des militaires, les contraignant ainsi à ouvrir le feu.

Or les images vidéo qui ont filmé la voiture ne montrent pas que ces derniers semblaient être menacés.

Selon le fils de la victime son père est lui aussi été tué en 1988 après avoir été asphyxié par du gaz lacrymogène lancé par des soldats israéliens.

 

 

800 enfants arrêtés, brutalisés

Autre mesure cruelle contre les Palestiniens: durant ce mois d’octobre uniquement,  800 enfants ont été arrêtés et brutalisés.
 
« Les forces armées israéliennes maltraitent de façon systématique les enfants palestiniens », affirme l’ONG basée en Cisjordanie occupée, Military Court Watch.

Depuis 2000 l’Etat juif d’Israël a arrêté et incarcéré plus de 8500 enfants Palestiniens.


 Les chiffres de l'intifada


Depuis le début du soulèvement qui a éclaté spontanément sur fond des violations perpétrées contre la mosquée al-Aqsa, et les craintes d’une judaïsation de l’esplanade des mosquées, il y a eu 60 opérations aux couteaux, (dont 37 ont été menées à bien, et 23 ont été avortées) 34 aux tirs de feu, et 3 à la voiture bélier, selon un sondage réalisé par le centre al-Quds pour les études israéliennes et palestiniennes.

16 des opérations ont été effectuées dans la ville sainte d’al-Quds Jérusalem, 21 dans la ville d’al-Khalil Hébron, une à Ramallah, 4 à Jénine,  3 à Naplouse.

Côté israélien, 9 ont été tués, et 257 autres blessés. Sans oublier les deux israéliens qui ont été abattus dans des tirs amis par la police israélienne. Ce samedi, rapporte l’agence Safa, un soldat israélien a été blessé par les tirs d’un autre soldat israélien qui a l’a pris pour un résistant palestinien.
 
Côté palestinien, depuis fin septembre, au moins 78 Palestiniens sont tombés en martyre selon les chiffres du ministère palestinien de la sante. Alors que l’Associated Press véhicule le chiffre de 73 martyrs, dont 45 qui ont été tués après avoir tenté d’attaquer des Israéliens, et 27 dans des affrontements entre forces de l’occupation et manifestants et jeteurs de pierres.

Le ministère palestinien précise quant à lui que sur les 78 martyrs, 17 sont des enfants et trois des femmes, 59 ont été abattus en Cisjordanie occupée et 18 dans la bande de Gaza.

Quant aux blessés, leur nombre s’élève à 2450 : dont 1187 aux balles réelles et 998 aux balles en caoutchouc. 5.500 ont été asphyxiés par les gaz lacrymogènes.

Vendredi, 35 palestiniens ont été blessés au balles réelles et 8 aux balles en caoutchouc en Cisjordanie et dans la bande de Gaza dans des heurts avec les forces de l’occupation.

Perquisition et fouilles à al-Khalil

Ce samedi, l'armée d’occupation israélienne a mené  perquisitions et fouilles à Hébron al-Khalil en Cisjordanie occupée, où vivent 500 colons barricadés au beau milieu de 200.000 Palestiniens, et ce après que trois Israéliens ont été blessés vendredi par des tirs.

Selon l’AFP, plusieurs maisons ont été fouillées, notamment dans le quartier de Tel Roumeida, bordé par la rue des Martyrs interdite d'accès aux Palestiniens et où se trouve une colonie, ont indiqué des sources de sécurité et des militants.
Tel Roumeida, emblématique pour les Palestiniens des restrictions et des brimades imposées par les colons et les soldats, se trouve dans la zone dite "H2", sous contrôle israélien.

Depuis une semaine, les forces israéliennes bouclent Tel Roumeida et seuls les résidents enregistrés peuvent y pénétrer "après des vérifications de sécurité et si leurs noms apparaissent sur les listes des forces de sécurité", a indiqué l'ONG israélienne des droits de l'Homme B'Tselem.
   
Parmi les 50 familles du quartier, certaines ont refusé de s'enregistrer en signe de protestation et d'autres font les frais d'"erreurs du personnel du check-point", a affirmé B'Tselem.

C'est dans cette même zone que se trouvent la Vieille ville et la mosquée du Tombeau des patriarches.

La mosquée du tombeau des Patriarches , une synagogue?

L’accès par les Palestiniens à cette mosquée où serait enterré le Patriarche, le père des prophètes Ibrahim  (vénéré aussi bien des Musulmans que des juifs) ainsi que son épouse Sarah, leur a été interdit ce samedi, de 15 heures jusqu'à 21 heures, sous prétexte que les colons y fêtaient une cérémonie religieuse.

Le directeur de ce site, cheikh Mounzer abou al-Fillate a révélé pour l’agence Wafa que ce genre d’interdiction s’est multiplié ces derniers temps, faisant craindre des velléités israéliennes de vouloir transformer cette mosquée en une synagogue.

D’autant qu’il a été interdit aux Musulmans d’y lancer l’appel a la prière (azane).

D'innombrables fois, des soldats de l'occupation ont souillé le sol de cette mosquée.

 

Les idées pour dénigrer ce lieu saint pullulent.

Une fois, un match de tennis y a même été organisé dans son enceinte. (voir photo à droite)

Ces derniers jours, plusieurs maisons palestiniennes situées dans les parages de cette mosquée ont été perquisitionnées et occupées par les militaires israéliens qui sont montés sur leur toit pour surveiller la région.     
   
   
De plus, les forces de sécurité ont érigé vendredi soir un remblais de terre bloquant l'entrée nord de Hébron, qui débouche sur le quartier de Ras al-Joura, l'un des endroits avec le centre-ville où les affrontements entre soldats et jeteurs de pierres sont les plus violents.
   
Elles ont également installé des barrages dans plusieurs quartiers de la ville où les hommes de moins de 25 ans sont interdits de passage. "Ces mesures amorales et illégitimes sont une punition collective", a accusé B'Tselem.

Selon l’agence Wafa, des dizaines de colons armés jusqu’aux dents, escortés par des soldats israéliens, ont attaqué les maisons des Palestiniens dans le quartier Jaber, situé à proximité de la colonie Kiriat Arbaa à l’est d’al-Khalil.
   




 

 

Source: Divers

07-11-2015 - 18:51 Dernière mise à jour 07-11-2015 - 19:28 | 1344 vus
 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau