RELIGION

RELIGION

OSCAR FORTIN : LES SILENCES DU VATICAN SUR LE VENEZUELA RÉVÈLENT SA COMPLICITÉ AVEC LES USA

Les silences sur le Venezuela du secrétaire général de l’état du Vatican révèlent sa complicité avec Washington

Par Oscar Fortin

Mondialisation.ca, 30 septembre 2019

Humanisme 29 septembre 2019

Région : 

Thème: 

Analyses: 

Le Cardinal Pietro Parolin, ex-Nonce apostolique du Vatican au Venezuela, s’est présenté à la Tribune des Nations Unies, ce vendredi, 28 septembre 2019, pour apporter le point de vue du Vatican et de l’Église catholique, sur l’état du monde et, de façon particulière, sur le Venezuela et les problèmes dont le peuple est victime.

Il faut dire que le Venezuela a fait l’objet d’un intérêt particulier de la part d’un grand nombre d’intervenants à cette Tribune des Nations Unies. Le Président Donald Trump a, pour ainsi dire, ouvert ce débat en s’exprimant clairement sur le fait que les États-Unis n’accepteraient pas de régime socialiste en Amérique latine et qu’il ferait tout pour que le régime socialiste, en vigueur au Venezuela, au Nicaragua, à Cuba, soit remplacé par un régime mieux adapté aux valeurs de son Administration. Les menaces d’invasion ainsi que les sanctions et l’interventionnisme en sont l’expression.

Le Gouvernement vénézuélien,  par la voix de sa vice-présidente, Nancy Rodriguez, a apporté la vérité du peuple vénézuélien en mettant en évidence, tout à la fois, les acquis de la révolution bolivarienne en éducation, santé, logement, etc. et les actions criminelles de l’interventionnisme sous toutes ses formes, promues par Washington et ses alliés. Selon les informations dont elle dispose et qu’elle a portées à la connaissance des membres de l’A.G., l’objectif de Washington est d’asphyxier le peuple vénézuélien pour qu’il fasse de son gouvernement le grand responsable de ses misères.  Malheureusement pour Donald  Trump, plus des 2/3 (13 millions) de l’électorat vénézuélien ont signé  un document précisant qu’ils ne veulent pas de Donald Trump ni de ses sanctions. Cette déclaration majoritaire du peuple vénézuélien confirme le caractère démocratique de la démarche ainsi que le niveau de conscience de ce peuple. Il sait que la principale source des problèmes que rencontre le peuple lui vient, en grande partie, de ces interventions diaboliques et criminelles de Washington.

Nombreux sont les intervenants qui ont relevé le caractère illégal de ces sanctions et interventions qui s’attaquent, sous de multiples formes, au bien-être de ce peuple. Des études récentes ont démontré le caractère   dévastateur et criminel de ces interventions. La Charte des Nations Unies est bien claire sur ce sujet. Voir les deux premiers articles de cette Charte ici-même. Il n’y a pas de doute que les pays qui se joignent aux prétentions des États-Unis sur le Venezuela se transforment en délinquants internationaux. Ces interventions n’ont l’aval d’aucune instance autorisée des Nations Unies pour intervenir comme ils le font dans un pays souverain et indépendant. C’est le cas du groupe de Lima auquel on peut joindre l’État du Vatican et certains pays d’Europe à la remorque des États-Unis.

Lorsque le grand patron de l’État du Vatican prend la parole sur la question du Venezuela, il se fait sensible à l’émigration massive des jeunes ainsi qu’à la souffrance du peuple et ne peut que souhaiter qu’il y ait des élections présidentielles, seule solution plausible, selon lui. Pour sortir le Venezuela du marasque dans lequel il se trouve. De toute évidence, pour lui, le gouvernement et le régime socialiste sont les seuls responsables de cette misère et la source principale des conflits qui existent. Il souhaite évidemment qu’à travers la négociation entre le gouvernement et l’opposition une solution puisse être trouvée.

Aussi curieux que cela puisse paraître, l’auteur et l’acteur principal de la mise en scène de ce qui se complote au Venezuela sont complètement ignorés. S’il y a des problèmes au Venezuela, les États-Unis et ses alliés n’y sont pour rien. Les sanctions et les menaces de guerre ne sont que des illusions. Le cardinal Parolin n’y voit aucune relation de ces derniers avec la situation de crise qui se vit au Venezuela. Le problème du Venezuela est un problème interne, point à la ligne.

https://www.religiondigital.org/vaticano/Parolin-elecciones-Venezuela-buscar-acuerdo_0_2162483760.html

Lui comme nous tous sait que l’acteur principal qui planifie, organise et finance  les multiples interventions au Venezuela a pour objectif principal la reprise du contrôle des richesses du pays et de ceux qui en auront la charge.  Il en va de même pour l’interventionnisme qui va à l’encontre du droit international. Ni un mot sur l’un comme sur l’autre. Aucune remarque sur la nécessité de respecter le droit international et de s’en tenir aux normes des Nations Unies dans les relations entre peuples souverains. Il ne fait aucune allusion aux 13 millions d’électeurs et d’électrices du Venezuela qui ont signé une pétition pour que Trump les laisse tranquilles. Ces 13 millions de signatures ont été remis au Secrétaire général des Nations Unies. Il me semble qu’il s’agit là d’un geste important qui eut pu être signalé par le représentant du Vatican.

Pourquoi ces silences sur ces points fondamentaux qui sont à la racine des maux dont souffre le peuple vénézuélien: les prétentions de conquête du président Donald Trump,  l’usage des menaces d’invasion, la mise en place de sanctions criminelles, la saisie d’effectifs monétaires pour mettre à sec les coffres de l’État, l’image déformée d’un peuple qui résistent aux provocations et qui témoigne avec fierté de Bolivar et de Chavez? Ne pas faire référence à ces réalités c’est comme ne pas voir les éléphants dans sa cour arrière. Il s’agit de faits déterminants qui ne peuvent passer sous silence.

C’est pourtant ce même cardinal qui déclarait dans une  conférence de presse aux Nations Unies « qu’il était fondamental d’aller à la source de ces maux pour en résoudre les causes ». Il n’y a qu’une explication à ces silences et c’est celle que l’État du Vatican est partie prenante des politiques de Washington contre la Révolution bolivarienne. Il l’est depuis le début de cette révolution.  Il était présent, en avril 2002, à travers le cardinal de l’époque qui a accompagné Carmona, l’homme de main de Washington pour remplacer Chavez. Cette complicité demeure toujours active à travers l’épiscopat vénézuélien, véritable opposition à la révolution bolivarienne et à son gouvernement.

Le Secrétaire d’État joue le rôle du bon gars qui parle comme au nom de Dieu lui-même en se disant favorable à une solution pacifique à travers la négociation avec l’opposition qu’il prend la peine de préciser, celle de son président intérimaire autoproclamé, Juan Guaido. De ce dernier, il ne dit rien de ses relations avec des organisations terroristes de Colombie. Aucune déclaration à l’endroit de Washington pour qu’il mette fin à ses menaces et à ses interventions pour renverser le gouvernement.  Aucun appel au respect du droit international de non-intervention. Cela indisposerait trop Washington et ses alliés.

Oscar Fortin

 

Références en espagnol

Donald Trump: http://webtv.un.org/search/united-states-president-addresses-general-debate-74th-session/6089079269001/?term=trump&sort=date

http://webtv.un.org/search/venezuela-vice-president-addresses-general-debate-74th-session/6090129077001/?term=&lan=english&page=8

http://webtv.un.org/search/holy-see-secretary-of-state-addresses-general-debate-74th

 

La source originale de cet article est Humanisme

Copyright © Oscar FortinHumanisme, 2019

https://www.mondialisation.ca/les-silences-sur-le-venezuela-du-secretaire-general-de-letat-du-vatican-revelent-sa-complicite-avec-washington/5637296


 

ADMIS PAR SA SAINTETE LE PAPE, LES RELIGIEUSES ESCLAVES SEXUELLES DE CERTAINS PRÊTRES

Le pape reconnaît que des religieuses ont servi d’«esclaves sexuelles» au clergé

«Cela fait longtemps que nous travaillons sur ce dossier», a expliqué le pape, après avoir assuré que le phénomène se rencontrait «partout».

 Le pape François a admis mardi que certains prêtres s’étaient servi de religieuses comme « d’esclaves sexuelles » et le faisaient encore. (Archive)

Le pape François a admis mardi que certains prêtres s’étaient servi de religieuses comme « d’esclaves sexuelles » et le faisaient encore. (Archive) Capture d’écran/« Pope Francis - A Man of his World »

Par Le Parisien avec AFP

Le 6 février 2019 à 17h44, modifié le 7 février 2019 à 10h14

 

En admettant mardi que des prêtres se sont servis de religieuses comme « esclaves sexuelles » - et que certains continuent à le faire -, le pape François a ouvert un nouveau et sombre chapitre dans le scandale des abus sexuels qui ébranlent l'Eglise catholique.

« C'est la première fois que le pape, mais aussi l'Eglise en tant qu'institution, admet que ces abus ont lieu, et c'est extrêmement important », assure Lucetta Scaraffia, rédactrice en chef de « Women Church World », le supplément féminin du journal du Vatican, l'Osservatore Romano.

Interrogé dans l'avion qui le ramenait mardi des Emirats arabes unis, le pape François a reconnu que « des prêtres et des évêques » avaient commis des agressions sexuelles sur des religieuses.

Des faits déjà connus en France

Ce phénomène peut se rencontrer « partout », mais il est plus présent dans « quelques congrégations nouvelles et dans quelques régions », a-t-il précisé, ajoutant : « Cela fait longtemps que nous travaillons sur ce dossier ».

Si le problème est présent dans toute l'Eglise, il l'est tout particulièrement en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Ainsi, des abus sur des religieuses ont été dénoncés du Chili à la République Démocratique du Congo, en Italie, au Kenya, au Pérou ou encore en Ukraine. En Inde, une religieuse a récemment accusé un évêque de l'avoir violée à de nombreuses reprises.

Le pape a rendu hommage à son prédécesseur Benoît XVI, qui a eu « le courage de dissoudre une congrégation féminine » où « s'était installé cet esclavage des femmes, esclavage allant jusqu'à l'esclavage sexuel des femmes par des clercs et par le fondateur ».

Jorge Bergoglio évoquait la congrégation française des Sœurs contemplatives de Saint-Jean, dont les supérieures ont été écartées après une enquête du Vatican sur des dérives sectaires et sexuelles.

Des abus de pouvoir sous des formes multiples

Par « esclavage sexuel », il entendait une « manipulation, une forme d'abus de pouvoir qui se reflète aussi dans des abus sexuels », a précisé le Saint-Siège.

Le scandale des prêtres violant ou abusant des religieuses s'inscrit dans celui plus large des abus de pouvoir qui ont permis à des membres du clergé pédophiles de nuire en toute impunité pendant des décennies dans nombre de pays.

Dans le sillage des révélations sur les vastes abus contre les enfants et du mouvement #MeToo, des religieuses ont commencé ces dernières années à élever la voix à leur tour.

L'espoir d'une commission d'enquête

Au point de voir « Women Church World » consacrer son dernier numéro aux religieuses violées, forcées à avorter ou à élever seules, chassées de leur communauté, des enfants jamais reconnus par leur prêtre de père.

Et la semaine dernière, un haut responsable d'un ministère du Vatican, accusé par une ancienne religieuse allemande d'avoir été trop pressant pendant une confession, avait finalement démissionné, quatre ans après un procès canonique qui lui avait valu un simple avertissement.

« Tant de plaintes ont été envoyées au Vatican et n'ont pas été suivies d'effet », regrette Mme Scaraffia. « J'espère vraiment qu'une commission va être mise en place pour enquêter et que des religieuses expertes sur ce sujet vont être appelées à y participer ».

Une parole difficile à libérer

« Ils pourraient entamer rapidement des procès, et surtout en parler, parce que c'est le silence qui permet aux violeurs de continuer à violer », ajoute-t-elle.

Mais pour les victimes, « ce n'est pas facile de parler. Elles craignent que cela se retourne contre elles ou contre leur congrégation », explique Mme Scaraffia.

Pour elle, l'essence du problème réside dans le pouvoir des prêtres sur la vie des religieuses, de leur entrée dans les ordres aux détails de leur quotidien et jusqu'à leur salaire. « Elles ne sont pas reconnues comme des égales ».

http://www.leparisien.fr/international/le-pape-reconnait-que-des-religieuses-ont-servi-d-esclaves-sexuelles-au-clerge-06-02-2019-8005818.php


 

TENSIONS AU SEIN DE L'EGLISE CATHOLIQUE : LE PAPE FRANCOIS ÉVOQUE L’HYPOTHÈSE D'UN "SCHISME" AVEC L'EGLISE AMÉRICAINE

le pape François dans une basilique Saint-Pierre, Noël

Tensions dans l’Église catholique: le pape François évoque l’hypothèse d’un «schisme»

© AFP 2019 VINCENZO PINTO

INTERNATIONAL

URL courte

23118

S'abonner

Contrairement à son habitude, le souverain pontife a répondu aux critiques des ultra-conservateurs qu’il accuse d’introduire de «l’idéologie» dans la doctrine de l’Église, assurant ne pas avoir peur d’un «schisme».

«Je n’ai pas peur», a rétorqué le pape François aux cercles conservateurs, dont il est de plus en plus la cible, lors d’une conférence de presse donnée le 10 septembre dans l’avion, sur le chemin du retour, après un voyage d’une semaine au cours duquel il s’est rendu dans trois pays africains, relate Le Monde.

Durant le vol aller du 4 septembre, le chef de l’Église catholique avait déclaré: «C’est un honneur que les Américains m’attaquent», recevant en cadeau le livre d'un journaliste sur les virulentes critiques des milieux catholiques ultra-conservateurs américains, intitulé «Comment l'Amérique veut changer le pape». Le livre décrit leurs efforts pour «changer de pape», en raison notamment de désaccords sur le discours économique de ce dernier et de ses critiques contre la mondialisation.

Interrogé sur ce conflit, le souverain pontife a plus d’une fois évoqué la possibilité d’un «schisme» avec l’Église américaine. Il a en effet reproché à ses adversaires d’introduire de «l’idéologie» dans la doctrine de l’Église.

«Je copie Jean-Paul II»

 

Le pape François

© REUTERS / REMO CASILLI

Pape François: «C’est un honneur que les Américains m'attaquent»

À ceux qui l’accusent d’être «trop communiste», il répond qu’il ne fait que suivre les enseignements de ses prédécesseurs. «Par exemple, les choses sociales que je dis, c’est la même chose que ce qu’avait dit Jean-Paul II. La même chose! Je le copie!» Jean-Paul II est d’ailleurs une référence absolue pour les courants conservateurs, souligne Le Monde.

 

Le pape François estime que «le chemin du schisme n’est pas chrétien», tout en soulignant que «Moi, je n’ai pas peur des schismes.». «Je prie pour qu’il n’y ait pas de schisme», a-t-il cependant ajouté.

Le souverain pontife a pour une fois dérogé à sa règle de ne pas répondre aux attaques. S’il a longuement parlé et avec insistance de l’hypothèse d’un schisme, c’est pour trois raisons, note Le Monde. Premièrement, pour dramatiser les attaques portées contre lui et réaffirmer sa volonté de maintenir son cap en dépit des pressions. Deuxièmement, pour placer dans une position de dissidents ses adversaires, qui, de leur côté, ne cessent d’accuser le pape d’avoir lui-même introduit la rupture dans la doctrine de l’Église et d’imposer des conceptions hétérodoxes voire, pour certains, hérétiques. Et troisièmement, pour affirmer son autorité en prévision des discussions à venir en octobre sur l’ordination d’hommes mariés en Amazonie pour pallier le manque de prêtres dans cette région très vaste. Dans le même mois, la nouvelle Constitution vaticane devrait en outre être enfin publiée, qui pourrait engendrer d’autres changements substantiels dans le fonctionnement de l’Église.

Critiqué de tous les côtés

 

Prêtres catholiques

© SPUTNIK . IGOR ZAREMBO

Mariage des prêtres en France? La déclaration inédite d’un archevêque

Le pontife a en outre fait savoir que les critiques à son encontre «ne viennent pas seulement des Américains», mais «d’un peu partout, y compris de la curie» romaine. Le pape François assure être disposé à entendre toute critique «loyale» et ouverte. Cependant, il rejette les critiques faites «sous la table», par «ceux qui te font des sourires et après te poignardent dans le dos». Selon lui, il s’agit de «petits groupes fermés qui ne veulent pas entendre la réponse à la critique» et qui «lancent la pierre en se cachant la main».

 

Enfin, il a reproché aux cercles conservateurs qui le critiquent d’avoir une «idéologie ascétique» qui donne «le primat d’une morale ascétique sur la morale du peuple de Dieu». «Aujourd’hui, nous avons tellement d’écoles de rigidité dans l’Eglise, qui ne sont pas des schismes mais qui sont des chemins chrétiens de type schismatique. Et, à la fin, ils finiront mal», a-t-il conclu.

https://fr.sputniknews.com/international/201909111042077831-tensions-dans-leglise-catholique-le-pape-francois-evoque-lhypothese-dun-schisme/


 

AUSTRALIE : LA CONDAMNATION POUR VIOL SUR MINEURS DU CARDINAL PELL CONFIRMÉE EN APPEL

Australie: la condamnation pour pédophilie du cardinal Pell confirmée en appel

  

  • Par  Le Figaro avec AFP 
  • Mis à jour  
  • Publié 

 

L'ancien numéro trois du Vatican a été condamné pour viol et agressions sexuelles sur deux mineurs dans les années 1990.

La justice australienne a confirmé mercredi en appel la condamnation à six ans de prison du cardinal George Pell, ancien numéro trois du Vatican, pour viol et agressions sexuelles sur deux enfants de choeur dans les années 1990, et a ordonné son maintien en détention.

En costume sombre, le prélat de 78 ans a comparu devant la Cour suprême de l'Etat australien de Victoria à Melbourne, baissant régulièrement la tête pendant que la juge Anne Ferguson lisait la décision rejetant son appel. La foule massée a l'extérieur a salué le verdict avec des applaudissements qui ont été entendus jusque dans la salle d'audience.

» VOIR AUSSI - Pédophilie : le cardinal Pell condamné à 6 ans de prison

Pédophilie : le cardinal Pell condamné à 6 ans de prison

Le cardinal George Pell, numéro 3 du Vatican, a été condamné mardi 12 mars, à Melbourne, à 6 ans de prison. Il était sous le coup de 5 chefs d'accusation, et lors de l'énoncé de sa peine, a été évoquée la possibilité qu'il ne sorte jamais de prison.

 

 

Current Time 0:33

/

Duration 0:33

Loaded: 100.00%

 

13 objections pour contester la condamnation

La juge Ferguson a déclaré que le cardinal Pell serait admissible à une libération conditionnelle dans trois ans et huit mois, bien qu'il puisse encore former un nouveau recours devant la Haute Cour d'Australie.

«Pour de nombreux survivants (d'agressions sexuelles), une condamnation prononcée contre un agresseur tout-puissant et très en vue accroît la confiance dans la conduite de la justice et la possibilité de dénoncer.»

Pam Stavropoulos de la Fondation australienne Blue Knot

Plus haut représentant de l'Eglise catholique jamais condamné pour viol sur mineur, le cardinal, qui clame son innocence, a été reconnu coupable en décembre de cinq chefs d'accusation, notamment d'avoir imposé une fellation en 1996 à un garçon de 13 ans et de s'être masturbé en se frottant contre l'autre.

«Pour de nombreux survivants (d'agressions sexuelles), une condamnation prononcée contre un agresseur tout-puissant et très en vue accroît la confiance dans la conduite de la justice et la possibilité de dénoncer», a réagi Pam Stavropoulos de la Fondation australienne Blue Knot, un groupe de défense des enfants victimes d'abus sexuels.

Les avocats du cardinal avaient soulevé 13 objections pour contester la condamnation, en soutenant notamment qu'il était «physiquement impossible» que les faits allégués aient été commis par le prélat alors que la cathédrale était bondée.

» VOIR AUSSI - La police australienne publie un interrogatoire du cardinal Pell datant de 2016La police australienne publie un interrogatoire du cardinal Pell de 2016

Un interrogatoire du cardinal Pell, condamné le 13 mars à 6 ans de prison pour pédophilie, a été rendu public par la police australienne. On y voit le prélat nier en bloc et avec véhémence les allégations à son encontre.

 

 

Current Time 1:51

/

Duration 2:11

Loaded: 100.00%

 

» LIRE AUSSI - Pédophilie: un nouveau verdict imminent pour le cardinal Pell

Ils ont émis des doutes sur l'ensemble du jugement, qu'il s'agisse de la chronologie des faits ou de la possibilité matérielle pour George Pell d'avoir commis les agressions dans l'encombrante tenue sacerdotale dont il était vêtu alors qu'il venait de célébrer l'office.

Surtout, ils estiment le verdict «déraisonnable», car basé exclusivement sur le témoignage d'une des victimes. L'autre est décédée en 2014 d'une overdose, sans jamais avoir affirmé avoir été victime d'une agression.

Lisa Flynn, avocate du père de la victime décédée a déclaré à l'AFP qu'«un poids avait été levé».

«Il estime que justice a été rendue aujourd'hui. Il est vraiment soulagé que George Pell soit derrière les barreaux ce soir », a ajouté l'avocate.

Les trois juges ont également rejeté à l'unanimité deux arguments de la défense du cardinal invoquant des erreurs de procédure au cours de son procès.

» LIRE AUSSI - Le pape François publie un décret pour renforcer la lutte contre la pédophilie dans l’Eglise catholique

Ses avocats ont notamment soutenu qu'ils auraient dû être autorisés à montrer une reconstitution animée des allées-venues dans la cathédrale aux moments des agressions.

A la suite de la décision de mercredi, le Premier ministre australien Scott Morrison a exprimé sa sympathie aux victimes. Il a déclaré que les «tribunaux avaient fait leur travail» et indiqué que le cardinal Pell serait déchu de sa médaille de l'Ordre d'Australie.

Avant sa disgrâce cette année, M. Pell avait connu une ascension rapide. Nommé archevêque de Sydney en 2001, il était entré en 2003 dans le puissant Collège des cardinaux et siégeait aux conclaves qui ont élu successivement les papes Benoît XVI et François.

» LIRE AUSSI - Abus sexuels: face à la crise qui frappe l'Église, des catholiques se mobilisent

Tout juste élu, le pontife argentin l'avait choisi en 2013 pour faire partie du conseil de neuf cardinaux (C9) chargé de l'aider à réformer la Curie, le gouvernement du Vatican.

En 2014, il était ensuite devenu secrétaire à l'Economie, véritable numéro trois du Vatican.

Depuis sa condamnation, le cardinal Pell a été relevé de sa fonction de responsable financier du Vatican et perdu sa place dans le C9. Le Vatican a ouvert sa propre enquête sur Mgr Pell qui pourrait au final être défroqué.

Le Figaro avec AFP

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/australie-la-condamnation-pour-pedophilie-du-cardinal-pell-confirmee-en-appel-20190821


 

SELON UNE ETUDE DE LA BBC, LA JEUNESSE DU MAGHREB N'EST PAS AUSSI RELIGIEUSE QU'ON LE CROIT. PLUS DE 30% DE TUNISIENS SE DISENT "NON RELIGIEUX"

La jeunesse du Maghreb pas aussi religieuse qu’on le croit

Une étude publiée par la BBC met en lumière le changement de mentalités au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Sans surprise, la nouvelle génération est plus progressiste. Avec toutefois quelques paradoxes.

Un couple à Sidi Bou Saïd, en Tunisie

Un couple à Sidi Bou Saïd, en Tunisie (NATALIA SELIVERSTOVA / SPUTNIK)

Dans le cadre d’une enquête d’opinion menée par l’organisme indépendant Arab Barometer, plus de 25 000 personnes ont été interviewées dans une dizaine de pays arabes sur plusieurs sujets concernant notamment la place de la femme, l’homosexualité ou bien encore la religion. On apprend ainsi que les jeunes ne sont pas aussi conservateurs que leurs aînés. Mais certains schémas à l’ancienne restent bien ancrés.

Tunisie : plus de 30% de "non religieux"

L’étude souligne une "nette augmentation" de personnes se décrivant comme "non religieuses". La proportion passe de 8% en 2013 à 13% en 2019. Un taux qui monte à 18% chez les moins de 30 ans. Le changement le plus frappant se trouve au Maghreb et surtout en Tunisie, où plus d'une personne sur trois se dit "non religieuse". L’Egypte double son score et dépasse désormais les 10%.

Davantage de pouvoir pour les femmes?

Sur la question de l’égalité hommes-femmes, la plupart des personnes interrogées se disent favorables à l’arrivée d’une femme au pouvoir. D’accord pour une femme présidente ou Premier ministre, avec parfois quelques réticences, comme en Algérie. En revanche, la gestion du foyer est une autre paire de manches. Home it’s Homme. Le pouvoir décisionnaire revient au "sexe fort", comme on disait avant. Beaucoup de femmes pensent que les maris devraient toujours avoir le dernier mot concernant les décisions familiales.

L’homosexualité reste taboue

Dans les pays arabes, l’image du couple n’évolue pas. A l’affiche, c’est toujours : un homme et une femme. Ne parlez pas d’homosexualité, ça reste un sujet interdit, du moins en public. Selon l’étude, l’Algérie est relativement la plus tolérante, 26% des personnes interrogées disant accepter l’homosexualité. Un taux qui chute à 6% au Liban alors que l'on y trouve des bars et des lieux de rencontres pour personnes du même sexe.

"L’honneur" des femmes

Au-delà de l’homosexualité, c’est la sexualité elle-même qui ne passe pas vraiment. Dans la plupart des pays arabes, jeunes et moins jeunes ont toujours du mal à aborder la question. Pire, beaucoup pensent encore que le "crime d’honneur", destiné à "laver la honte" de la relation sexuelle d’une femme hors mariage, est acceptable. En Algérie et au Maroc, plus d’une personne sur quatre admet ce crime.

L’émigration fait rêver

Selon l’étude, au moins une personne sur cinq envisage de quitter son pays et c’est principalement pour des raisons économiques. Les candidats au départ se trouvent principalement au Soudan, où plus de la moitié des personnes interrogées se prononcent en faveur de l’émigration. Les jeunes rêvent d’Europe et d’Amérique malgré toutes les restrictions .

OSCAR FORTIN : LA MAFIA EPISCOPALE DE L'AMERIQUE LATINE

La mafia épiscopale de l’Amérique latine

Par Oscar Fortin

Mondialisation.ca, 19 mai 2019

Humanisme

Région : 

Thème: 

Analyses: 

L’histoire récente de l’Amérique latine met en évidence des épiscopats qui font front commun pour contrer l’émergence de gouvernements socialistes sous la bannière de leur indépendance et souveraineté ainsi que de celle d’une meilleure distribution des richesses au profit des plus démunis et déshérités. L’expérience du socialisme, promu par Salvador Allende  au Chili, allait dans le sens de ces deux bannières. Nous avons rapidement vu que Washington, expression de l’Empire, le prenait très mal et que cette voie devait être mise aux oubliettes le plus rapidement possible.*

Avec l’arrivée au Vatican de Jean-Paul II, déjà bien connu comme collaborateur et soutien de Lech Walesa en lutte contre le gouvernement communiste de Pologne,  Washington trouvait son homme pour lutter contre toute forme confondue de socialisme, identifié, pour les fins recherchées, aux pires moments du communisme de l’ex-URSS. En 1982, à la bibliothèque du Vatican, un accord de coopération entre le Vatican et Washington a été signé pour enrayer à sa source toute tendance allant en ce sens. On se souviendra, dans la foulée de cet accord, la visite de J.P.II réalisée au Chili, toujours sous la gouverne du dictateur Pinochet.  Il s’est bien gardé de faire allusion aux crimes commis par ce dernier, aux arrestations et aux tortures auxquelles des milliers de personnes ont été soumises.  Par contre, lors de sa visite au Nicaragua, sous le régime tout récent des sandinistes, il s’est présenté comme quelqu’un qui avait pour mission de faire échouer cette révolution, à laquelle participaient quatre prêtres, dont trois à des postes ministériels importants : la culture, l’éducation et les relations extérieures.

http://humanisme.over-blog.com/article-235431.html

Avec ce pacte, le Vatican devenait un complice de l’Empire dans ses prétentions de dominer l’ensemble des pays de l’Amérique latine.  Il a tout fait pour étouffer la théologie de libération et pour taire, du même souffle, tous les crimes commis par son complice impérial pour éliminer tous ceux et celles qui mettaient en cause cette hégémonie. En ce sens, le Vatican et les épiscopats latino-américains sont devenus complices des coups d’État militaires, des persécutions et des assassinats du Plan Condor, des dictateurs qui pouvaient compter sur leur silence et la diversion de tout autre sujet de nature à faire oublier ces crimes.

Le pape François, à son arrivée au pontificat de l’Église catholique a produit une Exhortation apostolique Evangelii Gaudiumportant sur le capitalisme sauvage et ses conséquences dans la vie des peuples. Un document qui a rencontré un grand accueil de la part de tous ceux et celles qui œuvrent pour des relations humaines plus justes et plus respectueuses des droits des personnes et des peuples. Enfin nous avons un Pape, s’exclamait le président Evo Morales de la Bolivie, cette Exhortation apostolique s’est vite retrouvée aux oubliettes. La signature, en 2014, d’un second pacte, cette fois entre Obama et le pape François, plaçait pour ainsi dire le Vatican en contradiction avec lui-même. Selon les informations dont on dispose, l’esprit du premier pacte serait maintenu, à savoir l’engagement de collaborer pour freiner l’émergence du socialisme en Amérique latine. Ce que le Vatican ne semble pas avoir pris en considération est que ce socialisme qui se développe en Amérique latine lutte justement contre ce capitalisme sauvage, dénoncé dans le document du pape. Il s’agit d’un socialisme qui a pour objectif, entre autres, de lutter contre toute forme d’impérialisme dans le but d’humaniser  les relations des personnes et des peuples sur la base du bien commun et d’une plus grande justice sociale. Un objectif qui cadre parfaitement bien  avec les objectifs de la Charte des Nations Unies.

Dans cette lutte, il s’agit d’une organisation criminelle qui se place au-dessus des lois dans le but de reconquérir les États déjà entre les mains de gouvernements socialistes ou encore d’empêcher les peuples de se donner de tels gouvernements. Épiscopats et Washington travaillent main dans la main pour donner suite à leurs engagements. En cela se trouve le sens du mot mafia, utilisé dans le titre de cet article.

L’art de diluer la réalité et de confondre l’opinion des gens

La semaine dernière, se réalisait à Tegucigalpa, au Honduras, la rencontre des évêques de l’A..L. et des Caraïbes.  Lors de ces rencontres à huis clos, ils traitent des divers problèmes qui se présentent et élaborent des stratégies qui leur permettent  d’associer le nom de Dieu et le vocable de l’Église tout en confondant l’opinion des gens. Voici un bel exemple de ces formules dont ils ont l’habitude.

« « Nous devons nous renforcer dans la foi en écoutant la parole de Dieu pour résister aux idéologies déshumanisantes qui affaiblissent la recherche du bien commun, l’exercice des libertés et la reconnaissance des droits de l’homme », a déclaré son nouveau président, Monseigneur Miguel Cabrejo

À première vue, tout semble très beau et les personnes de la gauche y voient tout de suite une ouverture à la lutte contre ce capitalisme sauvage qui répond bien à tous ces qualificatifs. Il n’en est toutefois rien. La cible  de ces idéologies déshumanisantes ce sont ces gouvernements socialistes d’inspiration bolivarienne. Il s’agit d’un socialisme démocratique, humaniste, chrétien et anti-impérialiste. Le Venezuela compte plus de vingt élections en 20 ans, des progrès sociaux de grande envergure: les 2,5 millions d’appartements mis à la disposition des familles les plus démunies; l’éducation gratuite du premier échelon de l’enseignement aux échelons les plus élevés ; les soins de santé également gratuits et accessibles dans toutes les régions du pays; une démocratie participative qui repose sur une Constitution, élaborée par le peuple et votée par référendum par le peuple.

C’est ce que les épiscopats, L..A., appellent «  idéologies déshumanisantes qui affaiblissent la recherche du bien commun, l’exercice des libertés et la reconnaissance des droits de l’homme »,

Ces épiscopats ne feront jamais référence aux grandes conquêtes sociales et démocratiques générées par ce type de socialisme humanitaire. Pas plus, ils ne parleront de toutes ces interventions de Washington pour briser l’économie du pays et créer des conflits internes.  

Leur seul discours sera de dire que le gouvernement est une dictature, que les dernières élections sont frauduleuses, que le peuple vit dans la grande misère et que le seul responsable de tous ces maux est le communisme ( le mot socialiste n’est pas assez fort pour eux).  En toute fin, je vous laisse avec cette référence(1), inspirée de l’Apocalypse.

https://humanisme.blogspot.com/2015/02/la-prostituee-de-lapocalypse.html

Oscar Fortin

Le 19 mai 2019

 

 

 

*Note de l’auteur :

N’allez pas croire que je sois un de ces incroyants qui en ont marre de l’Église et de tout ce qui est foi. Je suis croyant en ce Jésus de Nazareth et dans les Évangiles qui en racontent l’histoire et l’enseignement. C’est justement au nom de cette foi que j’assume ce titre et le texte qui va suivre. Vous jugerez par vous-mêmes.

La source originale de cet article est Humanisme

Copyright © Oscar FortinHumanisme, 2019

https://www.mondialisation.ca/la-mafia-episcopale-de-lamerique-latine/5633664


 

POUR SA SAINTETE LE PAPE BENOIT XVI QUI NE CONDAMNE PAS, LES SCANDALES PEDOPHILES S'EXPLIQUENT PAR LA REVOLUTION SEXUELLE DES ANNEES 60

Les scandales pédophiles s'expliquent par la révolution sexuelle des années 60, selon Benoît XVI

- Avec AFP

Les scandales pédophiles s'expliquent par la révolution sexuelle des années 60, selon Benoît XVI

© VINCENZO PINTO Source: AFP

Le pape émérite Benoît XVI.

 

Dans une analyse rendue publique le 11 avril, le pape émérite Benoît XVI a expliqué les scandales de pédophilie du clergé par la révolution sexuelle des années 60, des idées théologiques nouvelles, ainsi que l'effondrement en Occident de la foi.

Benoît XVI, qui vit reclus dans un petit monastère de la Cité du Vatican, s'exprime très rarement depuis sa renonciation voici six ans, mais quand il le fait, ses propos ne passent pas inaperçus. Dans un texte publié le 11 avril par Klerusblatt, un mensuel bavarois destiné au clergé, le pape émérite allemand s'est évertué à trouver une explication aux scandales pédophilies qui ravagent l'Eglise catholique.

Lire aussi

Des membres de l'association Ending Clergy Abuse (ECA) participent à manifestation à Rome, le 23 février.

L'Eglise catholique reconnaît avoir étouffé des affaires d'abus sexuels sur mineurs

La responsabilité en incombe selon lui en partie à l'évolution des mœurs à la fin des années 1960. «La révolution de 1968 s'est battue pour une complète liberté sexuelle, qui n'admettait plus de normes. La pédophilie a alors également été diagnostiquée comme permise et appropriée», a-t-il ainsi souligné dans un texte de 18 pages, également publiée par des sites catholiques américains.

«Des cliques homosexuelles se sont développées dans différents séminaires» relève-t-il ensuite pour illustrer son propos sur une certaine «dissolution de l'enseignement moral de l'Eglise». Un évêque avait par exemple décidé de montrer des films pornographiques aux séminaristes «avec l'idée de les rendre plus résistants à des comportements contraires à la foi», affirme-t-il encore.

Le pape émérite dresse en outre un constat assez amer d'une «société occidentale où Dieu a disparu de l'espace public» et où l'Eglise est perçue aujourd'hui comme «une sorte d'appareil politique». «Pourquoi la pédophilie a-t-elle pris de telles proportions? Au final cela s'explique par l'absence de Dieu», devenu une préoccupation d'ordre privé d'une minorité de croyants, écrit-il.

Avant de devenir pape, Joseph Ratzinger a dirigé la Congrégation pour la doctrine de la Foi où il fit la chasse durant 24 ans à toutes les dérives liturgiques ou sociales. Ce département du Vatican est également chargé d'étudier les dossiers d'abus sexuels du clergé parvenant au Vatican.

Ce professeur bavarois élu pape en 2005 a vite été confronté à des révélations en cascade d'abus sexuels commis sur des enfants par des membres du clergé. Il a notamment demandé en 2011 que les prêtres soupçonnés d'abus soient déférés devant la justice du Vatican.

Lire aussi : Australie : le cardinal Pell condamné à six ans de prison pour pédophilie

https://francais.rt.com/international/60921-scandales-pedophiles-sexpliquent-par-revolution-sexuelles-annees-60-benoit-xvi


 

LA COLERE DE L'ASSOCIATION LA PAROLE LIBEREE APRES LE REFUS DU PAPE DE LA DEMISSION DU CARDINAL BARBARIN

Démission du cardinal Barbarin refusée : le pape est "un traître, un Judas", estime le cofondateur de l'association la Parole Libérée

60partages

Démission du cardinal Barbarin refusée : le pape est "un traître, un Judas", estime le cofondateur de l'association la Parole Libérée

François Deveaux, cofondateur de l'associaton la Parole Libérée, qui regroupe les victimes du père Preynat, le 7 mars 2019, à Lyon.

©ROMAIN LAFABREGUE / AFP

A lire aussi

Condamnation de Barbarin: "Les temps ont changé" pour l'Eglise, estime un plaignant

France

Condamnation de Barbarin: "Les temps ont changé" pour l'Eglise, estime un plaignant

France

Le pape accorde un sursis à Barbarin, qui se met en retrait pour "tourner une page"

Orange avec AFP-Services, publié le mercredi 20 mars 2019 à 11h23

François Devaux, cofondateur de l'association regroupant les victimes du père Bernard Preynat, a eu des mots très durs mercredi matin au micro de Franceinfo. Il estime que le refus du pape François de voir démissionner le cardinal Philippe Barbarin, condamné pour non-dénonciation d'abus sexuels, est de "l'hypocrisie".

Le pape François a refusé mardi 19 mars la démission du cardinal Philippe Barbarin.

Dans la foulée de sa condamnation à six mois de prison avec sursis pour non dénonciation des abus sexuels du père Bernard Preynat, prêtre de son diocèse, Mgr Barbarin avait présenté la veille sa démission au souverain pontife, mais ce dernier, "invoquant la présomption d'innocence, n'a pas voulu accepter cette démission", a annoncé le primat des Gaules dans un communiqué.

"C'est l'erreur de trop", a fustigé auprès de l'AFP dès mardi François Devaux, cofondateur de l'association La Parole libérée qui regroupe des victimes du père Preynat. "Je crois que cet homme-là (le pape) va réussir à tuer l'Église", a-t-il estimé.

"Il y a un problème intrinsèque à cette Église et le pape porte l'entière responsabilité de tout cela"

Mercredi matin, au micro de Franceinfo, François Deveaux a eu des mots encore plus durs. "On est sidérés, désabusés. C'est une vraie erreur. C'est une vraie faute morale. On a affaire à quelqu'un qui est un traître, un Judas. La différence avec Judas, c'est qu'il n'avait pas de pouvoir contrairement au pape à qui il en reste un peu", a-t-il dénoncé.

"Quand on prône des valeurs et qu'on ne les respecte pas, quand on reçoit des rapports de l'ONU et qu'on ne les applique pas et qu'on n'y répond pas, quand on promet de mettre en place des tribunaux pour juger les évêques négligents, quand on prône une tolérance zéro et qu'on ne l'applique pas, on peut difficilement qualifier cela autrement que comme ça", a-t-il insisté.

Le cofondateur de la Parole Libérée estime que c'est de "l'hypocrisie, on est dans ce cléricalisme-là et l'Église ne s'en sortira pas. L'abus est intrinsèque à cette institution. Partout où elle va, partout elle amène l'abus (...).  Il y a un problème intrinsèque à cette Église et le pape porte l'entière responsabilité de tout cela."

"C'était une chance historique pour l'Église...", a également regretté lundi sur Twitter François Ozon, dont le film "Grâce à Dieu" raconte le combat de l'association.


Le président de la Conférence des évêques, Mgr Georges Pontier, s'est de son côté dit "étonné" de cette situation "inédite".

Barbarin se met en retrait

Philippe Barbarin reste donc pour l'heure archevêque de Lyon, même s'il a annoncé se mettre "en retrait pour quelque temps", laissant "la conduite du diocèse au vicaire général modérateur, le père Yves Baumgarten". "Cette décision, précise-t-il, a été prise sur "suggestion" du pape "et parce que l'Église de Lyon souffre" depuis qu'a éclaté voici trois ans le scandale de pédophilie du diocèse de Lyon.

"Après ce jugement, cette condamnation, et même s'il n'y avait pas eu de condamnation, je pense qu'il est bon qu'une page soit tournée", a ensuite déclaré le prélat dans un entretien à la chaîne de télévision catholique KTO.
 

Pédophilie dans l'Église : le pape François a rejeté la démission du cardinal Barbarinpar franceinfo



Mais, interrogé sur la durée de cette prise de distance, il a répondu : "Je n'en sais rien, ça dépend si le procès en appel est très long ou ne dure que quelques mois".

https://actu.orange.fr/france/demission-du-cardinal-barbarin-refusee-le-pape-est-un-traitre-un-judas-estime-le-cofondateur-de-l-association-la-parole-liberee-magic-CNT000001dTXcb.html


 

AFFAIRE BARBARIN : LE PARQUET FAIT APPEL DE LA CONDAMNATION DU CARDINAL. LA MESSE EST DITE...

Affaire Barbarin: Le parquet fait appel à son tour de la condamnation du cardinal

JUSTICE Il s'agit, selon le parquet, de donner à la Cour la possibilité de réévoquer l'affaire dans sa globalité

C.G.

 — 

 

L'archevêque de Lyon, le cardinal Barbarin, est poursuivi pour non-dénonciation d'actes pédophiles. Une pétition réclame sa démission.

L'archevêque de Lyon, le cardinal Barbarin, est poursuivi pour non-dénonciation d'actes pédophiles. Une pétition réclame sa démission. — Bob Edme/AP/SIPA

Alors que le cardinal Barbarin rencontrera lundi le Pape afin de lui remettre sa démission, le parquet de Lyon a fait appel de sa condamnation. Le Primat des Gaules, condamné le 7 mars à six mois de prison avec sursis pour non-dénonciation d’actes de pédophilie, a fait appel vendredi. Le procureur de la République également.

« Il est de pratique habituelle de faire appel incident en cas d’appel principal du prévenu afin de donner à la Cour la possibilité de réévoquer l’affaire dans sa globalité », précise ce dimanche le parquet de Lyon, confirmant ainsi une information du Progrès.

Aucun appel n’a été formé à l’encontre des cinq autres prévenus, qui ont été relaxés par le tribunal correctionnel de Lyon.

SOCIÉTÉ

Affaire Barbarin: «Il est temps qu'il s'en aille, pour l'Eglise, mais aussi pour sa santé personnelle»

SOCIÉTÉ

Affaire Barbarin: Quand connaîtra-t-on la décision du Pape au sujet du cardinal?

https://www.20minutes.fr/societe/2474667-20190317-affaire-barbarin-parquet-fait-appel-tour-condamnation-cardinal


 

L'EGLISE CATHOLIQUE RECONNAIT AVOIR ETOUFFE DES AFFAIRES D'ABUS SEXUELS SUR PLUS DE 3600 MINEURS PENDANT DES DECENNIES

L'Eglise catholique reconnaît avoir étouffé des affaires d'abus sexuels sur mineurs

- Avec AFP

L'Eglise catholique reconnaît avoir étouffé des affaires d'abus sexuels sur mineurs

© Vincenzo PINTO Source: AFP

Des membres de l'association Ending Clergy Abuse (ECA) participent à manifestation à Rome, le 23 février.

 

Un cardinal allemand, proche du pape, a admis que l'Eglise avait détruit des dossiers concernant des ecclésiastiques ayant agressé sexuellement des mineurs, appelant à une nouvelle culture de transparence pour répondre aux scandales.

«Des dossiers qui auraient pu documenter ces actes terribles et indiquer le nom des responsables ont été détruits ou n’ont pas même été constitués», a déploré le cardinal allemand Reinhard Marx le 23 février, dans un discours devant les 190 participants d'un sommet du Vatican, qui aborde sans fard des pratiques qui, au sein de l'Eglise catholique, ont pu mener à perpétrer ou taire des abus sexuels sur mineurs.

Lire aussi

Le pape François alors qu'il s’apprête à délivrer sa bénédiction Urbi et Orbi le 25 décembre 2018 au Vatican (image d'illustration).

Scandales de pédophilie dans l'Eglise : le pape organise un sommet anti-abus sexuels

Le président de la conférence épiscopale allemande, connu pour ses prises de positions plutôt libérales et sans langue de bois, fait partie d'un conseil restreint de cardinaux («C9») conseillant le pape François sur les réformes des institutions du Vatican. «Les abus sexuels à l’égard d’enfants et de jeunes sont, dans une mesure non négligeable, dus à l’abus de pouvoir dans le cadre de l'administration» qui a «discrédité» la mission de l'Eglise, a argué le cardinal allemand. 

«Au lieu des coupables, ce sont les victimes qui ont été réprimandées et on leur a imposé le silence», a-t-il martelé. «Des procédures et des processus établis pour poursuivre les délits ont été délibérément non respectés, plutôt rayés et ignorés. Les droits des victimes ont été, de fait, foulés aux pieds et laissés aux caprices de personnes individuelles», a encore souligné le cardinal Marx.

Sa remarque n'a pas échappé à une centaine de victimes d'abus sexuels du clergé, qui ont organisé une marche dans le centre de Rome ce 23 février. «C'est illégal [de détruire des dossiers]», a commenté l'Américain Peter Isely, un membre fondateur de l'organisation internationale ECA («End Clergy Abuse»), qui avait rencontré le cardinal Marx la veille. Selon lui, les déclarations du cardinal allemand devraient fortement intéresser la justice civile.

Le cardinal Marx avait présenté à l'automne les excuses de l'Eglise catholique allemande lors de la présentation d'un rapport révélant des abus sexuels perpétrés sur plus de 3 600 mineurs pendant des décennies. Le rapport universitaire avait été commandé par l’épiscopat allemand.

Ce 23 février, le prélat a en outre estimé devant ses pairs que «le secret pontifical» souvent mis en avant par l'Eglise pour ne pas communiquer n'avait aucune justification convaincante à ses yeux face à des cas d'abus sexuels. Il a préconisé une plus grande transparence sur les procès menés à huis clos par l'Eglise, une revendication importante des victimes d'abus sexuels. «L’Eglise ne doit pas fonctionner avec des normes de qualité inférieures à celles de l'administration publique de la justice si elle ne veut pas qu'on lui reproche d'avoir un système légal moins bon et dommageable pour les personnes», a-t-il estimé.

Présenter les faits «de manière transparente»

Il souhaite aussi que l'Eglise et le Vatican mettent fin, dans la mesure du possible, à l'opacité sur les statistiques documentant le nombre d'abus sexuels perpétrés par le clergé, qui conduit à «une méfiance» vis-à-vis de l'institution de l'Eglise ainsi qu'à «des théories du complot». «Cela peut être évité si les faits sont présentés de manière transparente», a-t-il avancé. Le cardinal souhaite en outre que les actes judiciaires de l'Eglise soient publiés, car «la persistance de doutes» sur le bon déroulé des procédures de ses tribunaux porte atteinte à leur réputation ainsi qu'à celle de l'Eglise.

Le prélat allemand, qui est en outre membre du Conseil pour l'économie du Vatican, a noté au passage qu'une meilleure «transparence et traçabilité» pouvaient s'appliquer aussi dans le domaine des finances, «qui sont aussi un facteur crucial pour la confiance en l'Eglise et sa crédibilité».

Les présidents de 114 conférences épiscopales de tous les continents sont réunis jusqu'au 24 février au Vatican, avec de hauts prélats de la Curie, des chefs des Eglises catholiques orientales et des supérieurs de congrégations religieuses.

Pour tenter d'apaiser des victimes dubitatives et une opinion publique scandalisée, le pape François avait ouvert les travaux en demandant des mesures «concrètes». C'est lui qui en tirera les conclusions le 24 février.

Lire aussi : Le pape François s'inquiète du fait que l'homosexualité «influe sur la vie de l'Eglise»

https://francais.rt.com/international/59408-eglise-catholique-reconnait-avoir-etouffe-affaires-abus-sexuels-mineurs