RUSSIE

LE MINISTERE RUSSE DE LA DEFENSE : LES DRONES UTILISES PAR LES TERRORISTES RADICAUX N'ONT PU ETRE CONSTRUITS PAR EUX

La Défense russe: les drones utilisés par les radicaux en Syrie n’ont pu être construits par eux

 Depuis 2 heures  17 août 2018

drones_archives

 Moyent-Orient - Syrie

 

Le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov a donné des précisions sur les drones utilisés par les radicaux en Syrie. Selon lui, ces appareils de haute technologie n’ont pas pu être construits par des combattants sans connaissances spécifiques et une aide extérieure.

Le ministère russe de la Défense a dévoilé les caractéristiques des drones utilisés par des radicaux lors des attaques contre la base aérienne russe de Hmeïmim en Syrie et abattus ces derniers jours.

Les radicaux dotent leurs drones de systèmes modernes de navigation et de gestion. Leur portée est de plus de 100 kilomètres, a précisé le porte-parole de la Défense russe Igor Konachenkov.
Selon lui, il n’est pas possible de construire ces drones sans connaissances et technologies spécifiques.
«Cela nous permet d’affirmer sans ambiguïté qu’une partie qui possède la technologie de production de ces appareils l’a fournie à des groupes terroristes internationaux. Malgré leur apparence artisanale, les drones sont construits dans les règles, avec utilisation de connaissances en aérodynamique, des systèmes de gestion et autres», a souligné le porte-parole.

M. Konachenkov a qualifié la livraison de technologies de fabrication et d’exploitation de drones aux radicaux de crime.
«Sans aucun doute, ceux qui ont fourni ces technologies peuvent être considérés comme les maîtres d’un crime», a-t-il constaté.
«Ce dernier mois, 45 drones équipés de munitions improvisées ont été détruits par les moyens de défense antiaérienne de la base ou par les moyens de lutte électronique. Ces trois derniers jours, cinq drones ont été abattus», a ajouté M. Konachenkov.

Il a souligné qu’absolument tous les drones qui avaient attaqué Hmeïmim avaient décollé de zones contrôlées par les radicaux dans le gouvernorat d’Idlib.

Source: Sputnik

https://french.almanar.com.lb/1009406


 

LA FREGATE RUSSE AMIRAL GRIGORAVITCH REALISE UN PREMIER TIR DE MISSILE DE HAUTE PRECISION KALIBR EN MER NOIRE

La frégate Amiral Grigorovitch

La frégate Amiral Grigorovitch réalise les premiers tirs de missiles Kalibr en mer Noire

© Sputnik 

RUSSIE

URL courte

6293

La frégate de la Flotte de la mer Noire Amiral Grigorovitch est devenu le premier navire à effectuer un tir de missile Kalibr dans les eaux de la mer Noire.

La frégate Amiral Grigorovitch a effectué le premier tir de missile Kalibr en mer Noire, a annoncé le porte-parole de la Flotte de la mer Noire, Alekseï Roulev.

«Conformément à un plan d'exercices, la frégate Amiral Grigorovitch a tiré un missile Kalibr sur une cible de surface dans un polygone naval de la mer Noire», a précisé M. Roulev.

 

Frégate Admiral Grigorovitch. Archive photo

© SPUTNIK . VASILY BATANOV

L'Amiral Grigorovitch de retour en Méditerranée. Moscou explique pourquoi

Il s'agit du premier tir de missile de haute précision Kalibr depuis un navire de surface se trouvant en mer Noire.

 

Fin mai, il a été annoncé que les équipages des frégates Amiral Grigorovitch et Amiral Essen avaient participé à des exercices conjoints avec les équipages des hélicoptères embarqués.

https://fr.sputniknews.com/russie/201808161037683427-amiral-grigorovitch-tir-kalibr-mer-noire/


 

LA RUSSIE EST PRETE A RENONCER AU DOLLAR POUR VENDRE SON PETROLE

Pétrole

La Russie est prête à renoncer au dollar dans les ventes pétrolières

© Sputnik . Maksim Bogovid

INTERNATIONAL

URL courte

6140

En réduisant au minimum ses placements dans les obligations du gouvernement américain, la Russie a l'intention d'aller plus loin - renoncer aux paiements en dollars dans les ventes de son pétrole.

 

Dollars

© SPUTNIK . MICHAIL KUTUZOV

Sergueï Lavrov met les USA en garde contre «un grave abus du dollar»

Comme l'a déclaré le ministre russe des Finances Anton Silouanov, la monnaie américaine devient un instrument trop risqué. Renoncer au dollar dans les ventes pétrolières: dans quelle mesure un tel scénario est-il envisageable et réel, et pourquoi le club des pays qui cherchent à se débarrasser de la dépendance au dollar ne cesse de grandir?

 

La Chine et l'Iran ont donné le ton

En juin déjà, les économistes de la Banque mondiale l'avaient constaté: le processus de dédollarisation est lancé dans le monde, et on ne peut plus l'arrêter. Actuellement, 70% de toutes les transactions dans le commerce mondiale se déroulent en dollars, 20% — en euros, le reste est partagé par les monnaies asiatiques, notamment le yuan — troisième plus importante monnaie dans le panier du Fonds monétaire international (FMI). En mars, sur fond de guerre commerciale contre les USA, Pékin avait infligé un coup dur au dollar sur le marché mondial des hydrocarbures en ouvrant le commerce de contrats à terme pétroliers en monnaie nationale. C'était une mesure préventive opportune.

La Chine a l'intention d'aller plus loin, en passant aux paiements en yuans pour les livraisons physiques de pétrole.

 

La Russie et la Chine lutteront contre le monopole du dollar

Il ne s'agit pas uniquement d'hydrocarbures: il reste de moins en moins de place pour le dollar dans les relations bilatérales commerciales des plus grands partenaires financiers, Moscou et Pékin. En décembre 2014 déjà sont entrés en vigueur les accords sino-russes sur le commerce direct en roubles. Ces versements n'impliquent pas la participation de banques américaines, britanniques ou de l'UE. Par conséquent, cela réduit la dépendance des systèmes de la Russie et de la Chine à d'autres pays.

 

En réponse au durcissement des sanctions, l'Iran a également tourné le dos au dollar. En avril, Téhéran a renoncé à la devise américaine pour transférer les paiements internationaux en euros. En dépit des nouvelles sanctions de Washington, l'Europe continue d'acheter le pétrole iranien, sauf qu'elle le fait en euros, et non en dollars. L'Inde aussi achète le pétrole iranien en euros. Tout en sachant que l'Inde avait proposé une autre option à son troisième plus grand fournisseur — des paiements en roupies indiennes.

 

Криптовалюта биткойн

© SPUTNIK . VLADIMIR ASTAPKOVICH

Contourner le dollar: l’Iran propose à la Russie de passer aux cryptomonnaies

La Turquie en approche

 

En ce qui concerne l'abandon du dollar, la Turquie avait également de tels projets pour y renoncer, et à présent il est possible plus que jamais qu'Ankara passe de la réflexion à l'action. Aux échanges du 10 août, la livre turque a chuté jusqu'à son minimum record en perdant 18%. La raison reste la même — l'aggravation des relations avec les Etats-Unis. Début août, le président américain Donald Trump a décrété des sanctions contre le ministre de l'Intérieur et le ministre de la Justice de la Turquie après qu'Ankara a refusé de libérer l'Américain Andrew Brunson, soupçonné d'espionnage. De plus, Washington a doublé la taxe sur les importations d'aluminium et d'acier.

Le président turc Recep Erdogan s'est dit prêt à passer aux paiements en monnaies nationales dans le commerce avec ses plus grands partenaires — la Chine, la Russie, l'Iran et l'Ukraine. Et si les pays européens décidaient également de se déchaîner du dollar, Ankara commercerait avec eux aussi en monnaies nationales, a précisé le dirigeant turc.

La Russie pleine de détermination

 

dollar

© SPUTNIK . MICHAIL KUTUZOV

La Russie pourrait renoncer au dollar pour vendre son pétrole

Le ministre russe de l'Energie, Alexandre Novak, a déjà annoncé que le gouvernement étudiait la possibilité d'effectuer les paiements pour le pétrole en monnaies nationales, notamment avec la Turquie et l'Iran, en contournant le dollar. L'intention de renoncer au dollar dans les achats du principal produit d'exportation a été confirmée par le ministère russe des Finances, quand le rouble s'est effondré à son minimum depuis deux ans sur fond de nouvelles sanctions américaines.

 

Les analystes en sont persuadés: l'abandon du dollar est opportun non seulement pour vendre du pétrole, mais également dans tous les paiements. Et il faut commencer par l'Union eurasiatique.

Cela contribuerait au renforcement du rouble si les parties acceptaient d'investir leurs monnaies dans le rouble pour acheter ensuite le pétrole livré. Toutefois, les économistes pointent des risques élevés sur le rouble, et c'est son principal désagrément.

«Par conséquent, le passage est bien possible, mais les parties devront faire des remises ou accorder des préférences au moins pour couvrir les risques», explique Sergueï Khestanov.

 

la livre turque

© REUTERS / MURAD SEZER

La chute de la livre turque déclenche un effet domino

C'est pourquoi l'expert pense qu'un passage aux opérations en euros serait plus réaliste.

 

Cette question pourrait être soulevée lors du sommet entre Vladimir Poutine et Angela Merkel, indique Dmitri Danilov, responsable du département de la sécurité européenne à l'Institut d'Europe affilié à l'Académie des sciences de Russie. D'après lui, le passage aux paiements en euros est une «carte sérieuse» et une «mesure économique» susceptible de sécuriser la coopération bilatérale contre les éventuelles restrictions de Washington.

Dès à présent, la Russie peut tout à fait exclure le dollar des opérations avec la Chine, la Turquie et l'Iran. L'abandon du dollar par les plus grands exportateurs de pétrole servira de sérieux déclencheur pour remanier le système financier et renforcera la tendance mondiale de dédollarisation.

https://fr.sputniknews.com/international/201808141037655266-petrole-russie-dollar-renoncer/


 

LA RUSSIE REAGIT A LA SUSPENSION DU TRAITE CIEL OUVERT PAR LES USA

Avion d'observation américain Boeing OC-135B

Moscou réagit à la suspension du Traité Ciel ouvert par les États-Unis

CC BY-SA 2.0 / Airwolfhound / OC-135B Open Skies - RAF Mildenhall Feb 2010

INTERNATIONAL

URL courte

17590

Moscou juge inacceptable la décision unilatérale des États-Unis de suspendre le Traité Ciel ouvert, sans examiner les propositions russes en la matière. Selon le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Washington poursuit ainsi une politique visant à saper le système d’accords établi dans le domaine de la limitation des armements.

Moscou regrette que les États-Unis suspendent leur coopération avec la Russie sur l'accord du Ciel ouvert, tout en soulignant que de telles décisions seraient inacceptables dans un dialogue interétatique civilisé, a relevé Sergueï Riabkov, le vice-ministre russe des Affaires étrangères.

«Au lieu de se pencher sur cette question dans le cadre d'une commission consultative sur le ciel ouvert, le nouveau texte de loi (sur le budget de la défense des États-Unis pour l'année fiscale 2019 signé ce lundi, 13 août, par Donald Trump, ndlr) stipule de suspendre le financement des activités indispensables pour son application. Bien, c'est le choix des États-Unis. C'est une voie à une nouvelle intoxication des relations internationales par les biais d'approches unilatérales. On ne peut que le regretter», a souligné le vice-ministre.

Il a également indiqué que ces derniers temps, la politique américaine en la matière «vise à imposer à la Russie des décisions qui sont inacceptables pour elle, notamment dans le contexte d'un dialogue interétatique civilisé».

Le vice-ministre a en outre tenu à souligner que ce nouveau budget aggravait davantage la situation autour des Traités START et FNI.

«Les tentatives visant à imposer quelque chose à la Russie via la législation nationale américaine ne font qu'aggraver davantage la situation, sans résoudre les problèmes actuels», selon lui.

 

Saint-Pétersbourg

© SPUTNIK . ALEXANDRE GALPERINE

Un aéro-hooligan vole à bord d’un hélicoptère au-dessous d’un pont en Russie (vidéo)

Cependant, le vice-ministre a indiqué que les nouveaux missiles russes Sarmat et Avangard n'étaient pas couverts par les Traités et que la Russie était prête à discuter à ce sujet.

 

Signé le 24 mars 1992 à Helsinki, le Traité Ciel ouvert est appliqué depuis le 1er janvier 2002. Le document vise à accroître la transparence et la confiance entre les États signataires dans le domaine des activités militaires et du contrôle des armements. Il instaure un régime de libre survol des territoires des 34 Etats signataires. La Russie y a adhéré le 26 mai 2001.

https://fr.sputniknews.com/international/201808141037648632-traite-ciel-ouvert-moscou-washington-reaction/


 

POURQUOI LE MEXIQUE OPTE POUR LE BLE RUSSE ?

Le blé de la Sibérie

Le Mexique opte pour le blé russe. Pourquoi?

© Sputnik . Alexey Malgavko

ECONOMIE

URL courte

10340

Dans le contexte de la dégradation des relations entre les États-Unis et le Mexique dans le cadre de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), le marché mexicain du blé offre de nouvelles perspectives à la Russie. Des fonctionnaires russe et mexicain ont commenté la situation pour Sputnik.

Le choix du blé russe par le Mexique, tout comme par le Nicaragua, s'explique avant tout par le rapport qualité-prix, a déclaré à Sputnik sous couvert d'anonymat une source au sein du ministère russe du Développement économique.

Le blé russe

© SPUTNIK . DMITRY STEPANOV

La Russie fournit la moitié des pays de la planète en blé

 

«Ce sont justement le rapport qualité-prix et le schéma logistique approprié qui rendent les livraisons russes plus attractives que celles des États-Unis», a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

Et d'ajouter que le Mexique figurait parmi les principaux partenaires économiques et commerciaux de la Russie.

«Par ailleurs, les économies russe et mexicaine sont en quelque sorte complémentaires», a estimé la source.

blé

© SPUTNIK . PAVEL LISITSYN

WSJ: les producteurs de blé russes dament le pion à leurs concurrents US

 

Un autre interlocuteur de Sputnik, José Luis Fuente, président de la Chambre d'État à l'Industrie de la mouture du blé du Mexique, a indiqué pour sa part que son pays achetait du blé russe en raison de son prix attractif.

Blé

CC BY 2.0 / ANTTI-JUSSI KOVALAINEN / GRAINY LADYBUG

La Russie dépasse les Etats-Unis en termes d'exportations de blé

 

«En fait, cela ne signifie pas que nous préférons le blé russe à l'américain. Nous ne faisons que considérer les différentes offres existantes sur le marché et choisissons celles qui proposent la même qualité à un prix plus acceptable. […] Et c'est justement la raison pour laquelle nous optons le plus souvent pour le blé russe. La Russie nous livre du blé qui se distingue par sa bonne qualité et un prix avantageux», a-t-il relevé.

Les observateurs constatent que les céréales russes de bonne qualité et à des prix inférieurs aux prix américains font que plusieurs pays importateurs de blé préfèrent désormais la Russie aux États-Unis. Le blé russe moins cher remet en cause la compétitivité des produits américains et réduit les perspectives à l'exportation pour le blé des États-Unis.

https://fr.sputniknews.com/economie/201808111037622450-mexique-ble-russie-usa-prix-qualite/


 

DES NAVIRES DE GUERRE RUSSES REJOIGNENT LA MEDITERRANEE

Croiseur lance-missiles Marchal Oustinov

Des navires de guerre russes entrent en Méditerranée

© Sputnik . Pavel Lvov

DÉFENSE

URL courte

14708

Après avoir parcouru plus de 6.000 milles nautiques depuis leur port d’attache situé dans la baie de Kola, des navires de combat russes sont passés par le détroit de Gibraltar pour rejoindre la Méditerranée.

Un groupe naval de la Flotte du Nord a traversé le détroit de Gibraltar afin d'entrer en Méditerranée, a annoncé le porte-parole de la Flotte, Vadim Serga.

Le croiseur lance-missiles Maréchal Oustinov et le grand navire anti-sous-marins Severomorsk font partie du groupe.

 

USS Gerald R. Ford

© PHOTO. WIKIPEDIA/U.S. NAVY

Les États-Unis se dotent du navire de guerre le plus cher du monde

Les bâtiments sont partis pour cette mission à longue distance le 5 juillet. Depuis cette date, ils ont parcouru plus de 6.000 de milles nautiques. L'équipage, qui poursuit son entraînement, a testé dans l'Atlantique les systèmes anti-missiles du Maréchal Oustinov tandis que le Severomorsk a effectué des manœuvres anti-sous-marins impliquant notamment un hélicoptère Ka-27.

https://fr.sputniknews.com/defense/201808111037619107-navire-guerre-russe-mediterranee/


 

EN 2019, LA RUSSIE SERA DOTEE D'UN "AVION DE LA GUERRE DES ETOILES"

Un Iliouchine Il-22

La Russie construit un «avion de la guerre des étoiles»

© Sputnik . Alekseï Koudenko

RUSSIE

URL courte

15671

En 2019, les militaires russes seront doté d’un Iliouchine Il-22M11 modernisé tellement truffé d’équipements modernes que les pilotes l’ont surnommé «l’avion de la guerre des étoiles».

L'année prochaine l'armée de l'air russe recevra un Iliouchine Il-22M11 doté d'une avionique sophistiquée à tel point que les pilotes l'ont surnommé «l'avion de la guerre des étoiles», a annoncé le quotidien Izvestia.

Grâce à sa modernisation, l'aéronef sera transformé en un poste de commandement volant capable d'organiser en temps réel la gestion des groupes terrestres, aériens et spatiaux.

 

Maquette de l'avion Il-112V

CC BY-SA 3.0 / WIKIPEDIA/ALLOCER

L’avion militaire russe Il-112V sera construit au moyen d’une imprimante 3D

Chaque avion sera doté d'équipements électroniques et d'un réémetteur modernisés qui seront intégrés dans les systèmes de commande aériens et au sol. Mais la modernisation ne concernera pas la cellule, qui reste exploitable.

 

Le premier Il-22M11 à être modernisé est immatriculé RF-9441. Il avait effectué son premier vol en 1982. Au total, cinq aéronefs seront modernisés. Les travaux, d'un coût de plus de 1,6 milliard de roubles (environ 21 millions d'euros), seront terminés avant 2021.

À l'heure actuelle, seuls la Russie et les États-Unis disposent de ce que l'on appelle parfois d'«avions de l'apocalypse», dont la finalité est d'être déployés en cas d'attaque nucléaire. Le plus connu d'entre eux est le Boeing E-4B, construit sur la base de la cellule du Boeing 747.

https://fr.sputniknews.com/russie/201808081037561032-russie-iliouchine-modernisation-guerre-etoiles/


 

LES USA IMPOSENT DES SANCTIONS CONTRE LA RUSSIE POUR L'AFFAIRE SKRIPAL

Urgent

Le département d'État US impose des sanctions contre la Russie pour l'affaire Skripal

© Sputnik .

INTERNATIONAL

URL courte

19041

Le département d'État américain a annoncé un paquet de sanctions antirusses pour une prétendue utilisation d'un agent innervant à Salisbury, les mesures entreront en vigueur le 22 août ou aux alentours de cette date.

De nouvelles sanctions contre la Russie, concernant l'affaire Skripal, entreront en vigueur vers la fin août, a annoncé ce mercredi le département d'État américain.

«Une fois la période des 15 jours après que le Congrès a été informé écoulée, les sanctions entreront en vigueur quand la note en conséquence sera publiée dans le Federal Register, le 22 août 2018 ou aux alentours», est-il précisé dans le communiqué.

Les nouvelles mesures restrictives seront divisées en deux, a annoncé ensuite la chaîne NBC se référant à des sources au sein de l'administration américaine. La seconde tranche des sanctions est prévue pour l'automne.

En cela, le département d'État affirme avoir informé le Kremlin d'éventuelles sanctions plus tôt mercredi. Selon lui, la Russie pourrait éviter le second paquet de sanctions si elle fournit des «garanties» de non-utilisation des armes chimiques.

L'ex-agent double russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été empoisonnés en mars à Salisbury. Ils ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, avait accusé la Russie d'être derrière leur empoisonnement.

La Russie a toujours démenti les allégations de Londres. Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down avaient reconnu ne pas être en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans cette tentative d'assassinat. Le gouvernement russe a à plusieurs reprises demandé à Londres de lui permettre de participer à cette enquête.

Détails à suivre

https://fr.sputniknews.com/international/201808081037580537-affaire-skripal-sanctions-usa-russie/


 

POUTINE PROLONGE L'EMBARGO ALIMENTAIRE RUSSE JUSQU'A FIN 2019. LES PAYS DE L'UE SONT LES PLUS TOUCHES

Des agriculteurs polonais

Qui a perdu à cause de l’embargo alimentaire russe et combien?

© Sputnik . Filip Klimaszewski

INTERNATIONAL

URL courte

4251

Les pays touchés par l’embargo alimentaire russe peuvent perdre 8,3 milliards de dollars par an, soit le montant équivalant à leur exportations vers la Russie d’avant 2014, estime le Service fédéral des douanes de Russie. Les pays de l’UE ont subi les pertes les plus considérables.

Les pertes des pays étrangers provoquées par l'embargo alimentaire introduite en riposte aux sanctions antirusses peuvent s'élever jusqu'à 8,3 milliards de dollars par an, selon les statistiques du Service fédéral des douanes de Russie.

 

Un supermarché. Photo d'archive

© SPUTNIK . KONSTANTIN CHALABOV

Poutine prolonge l'embargo contre les pays qui ont imposé les sanctions antirusses

D'après ces données, les pays de l'UE sont les plus touchés par les restrictions. Le volume des produits alimentaires qu'ils exportaient vers la Russie avant l'introduction de l'embargo étaient équivalent à 5,9 milliards de dollars par an. Parmi les plus grands exportateurs européens on trouvait la Pologne (1,1 milliard de dollars d'exportations), l'Autriche (852 millions de dollars) et les Pays-Bas (794 millions de dollars).

 

Les autres pays hors UE qui ont subi des pertes significatives suite à l'embargo alimentaire sont la Norvège dont les exportations vers la Russie s'élevaient à 1,1 milliards de dollars avant l'embargo, les États-Unis (780 millions de dollars), le Canada (373 millions de dollars) et l'Australie (182 millions de dollars).

Le Service fédéral des douanes russe indique que les importations qui ont le plus baissé sont celles de la viande, des produits laitiers, du poisson, et des fruits et légumes.

La Russie a imposé, le 6 août 2014, une interdiction sur les importations alimentaires en réponse aux sanctions adoptées par l'UE, les États-Unis et plusieurs autres pays, dont le Canada, l'Australie, le Japon et la Nouvelle-Zélande. Le 12 juillet dernier, Vladimir Poutine a prorogé par décret jusqu'à fin 2019 ces contre-mesures.

https://fr.sputniknews.com/international/201808031037493028-embargo-alimentaire-russe-pertes/


 

CRIMEE : L'UE SANCTIONNE LES SIX ENTREPRISES RUSSES QUI ONT PARTICIPE A LA CONSTRUCTION DU PONT DE KERTCH

La construction du pont de Crimée

L'UE introduit des sanctions contre 6 constructeurs russes du pont de Crimée

© Sputnik . Alexei Pavlishak

INTERNATIONAL

URL courte

54686

L'Union européenne a imposé des sanctions aux entreprises russes ayant participé à la construction du pont de Kertch, annonce le Journal officiel de l'UE.

L'UE a élargi la liste des sanctions contre la Russie, imposant dès le 31 juillet des mesures restrictives visant les six sociétés russes impliquées dans la construction du pont de Crimée à travers le détroit de Kertch, indique mardi le Journal officiel de l'UE.  

«Dans le cadre des mesures de non-reconnaissance de l'annexion illégale de la Crimée et de Sébastopol, le Conseil de l'UE considère la construction du pont de Kertch comme une atteinte à l'intégrité territoriale, à la souveraineté et à l'indépendance de l'Ukraine», déclare le Journal.

Les sanctions prévoient le gel des fonds appartenant à ces organisations dans l'UE, ainsi que l'interdiction faite aux personnes physiques et morales enregistrées dans l'Union européenne de leur fournir des fonds.    

 

Le pont de Crimée en chantier dans le détroit de Kertch

© SPUTNIK . ALEXEY KUDENKO

Découverte inouïe d'archéologues russes près du pont de Crimée

 

Le centre d'information «Le Pont de Crimée» a commenté ces nouvelles sanctions, déclarant que ces mesures restrictives n'affecteront pas la réalisation des projets en Crimée.

 

Le pont, qui relie la Crimée au territoire de Krasnodar, est le plus long de Russie, avec ses 19 km. Le chantier a été lancé en février 2016. La structure du pont repose sur 7.000 pieux et 595 pylônes. Au total, la construction a utilisé une quantité de fer qui aurait été suffisante à ériger 32 Tours Eiffel. La capacité du pont est estimée à 40.000 véhicules par jour et 47 trains dans chacun des deux sens par jour (14 millions de passagers et 13 millions de tonnes de fret par an).  

https://fr.sputniknews.com/international/201807311037439465-sanctions-russes-pont-de-crimee/