CREATION D’UN SYSTEME DE DEFENSE ANTIMISSILE COMMUN ARMENIE-RUSSIE

L’Arménie ratifie la création d’un système de défense antimissile avec Moscou
 

Le parlement arménien a ratifié jeudi la création d'un système de défense antimissile commun avec la Russie, que Moscou souhaite mettre en place avec plusieurs ex-républiques soviétiques pour faire face au bouclier antimissile américain en Europe.

Approuvé par 102 députés contre huit, cet accord permettra à l'Arménie, ex-république soviétique du Caucase du sud, de "renforcer sa défense antimissile avec des moyens supplémentaires russes", a expliqué un vice-ministre arménien de la Défense, Ara Nazarian, lors d'une intervention devant le parlement.

L'Arménie, qui se dispute avec l'Azerbaïdjan voisin la région séparatiste du Nagorny-Karabakh où d'intenses combats se sont déroulés en avril, pourra notamment utiliser "des aéronefs et des avions de chasse" russes pour se défendre, a-t-il précisé.

Conformément à l'accord, signé à Moscou fin décembre pour une durée de cinq ans renouvelable, le commandement des forces communes sera confié à la Russie mais certains systèmes de défense antiaérienne seront contrôlés par des responsables militaires arméniens.

"L'accord ne doit pas provoquer d'inquiétude puisqu'il (...) prévoit le maintien de l'autonomie interne des forces arméniennes et leur subordination au commandement arménien", a assuré M. Azarian. Cette décision a cependant été violemment critiquée par l'opposition arménienne.

"C'est une tentative de donner les restes de la souveraineté arménienne à un Etat étranger qui a vendu des armes offensives modernes à l'Azerbaïdjan", a dénoncé un parti d'opposition, Héritage, dans un communiqué.

La Russie est à la fois le principal fournisseur d'armes de l'Azerbaïdjan et de l'Arménie, mais a conclu une alliance militaire avec Erevan.

Début juin, Moscou avait annoncé son intention de mettre en place un système de défense antimissile commun aux ex-républiques soviétiques membres de l'Organisation du traité de sécurité collective (ODKB), dont font partie la Russie, l'Arménie, le Bélarus, le Kazakhstan, le Tadjikistan et le Kirghizstan.

Jusqu'à présent, la Russie avait déjà conclu un tel accord avec Minsk et Astana.

L'annonce de ce projet de système de défense est intervenue dans le contexte du récent déploiement en Roumanie et en Pologne d'éléments du bouclier antimissile américain auquel la Russie, dont les relations avec les Occidentaux sont au plus bas depuis la Guerre froide en raison de la crise ukrainienne, est fermement opposée.

 

Source: AFP

30-06-2016 - 15:06 Dernière mise à jour 30-06-2016 - 15:06 | 271 vus

http://french.almanar.com.lb/adetails.php?eid=312255&cid=19&fromval=1&frid=19&seccatid=33&s1=1

 


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau