L’OTAN DIT SE PREPARER A COMBATTRE ET GAGNER UNE GUERRE CONTRE LA RUSSIE

L’invention d’une «menace existentielle» russe par l’OTAN | Arrêt sur Info

Opération « Barbarossa 2 ». Le gambit de la Baltique

Vendredi 26 février, un jour avant que la trêve limitée en Syrie ne prenne effet, le Conseil de l’Atlantique, l’éminent think tank de l’OTAN, a publié un rapport sur l’état de préparation de l’OTAN pour combattre et gagner une guerre contre la Russie. Le rapport se concentre sur les États baltes.

usa - soldats


Le rapport, intitulé Alliance en péril, indique en sous-titre Renforcer la défense européenne à l’ère des turbulences et de la concurrence. Les couches de distorsions, les demi-vérités, les mensonges et les fantasmes obscurcissent bien sûr le fait que ce sont les pays de l’OTAN qui ont causé des turbulences, du Moyen-Orient à l’Ukraine. L’OTAN n’est responsable de rien dans ce rapport, à part de protéger la paix.

La Russie est l’État agresseur suprême, avec l’intention de porter atteinte à la sécurité de l’Europe, et même l’intention de l’attaquer, une «menace existentielle» que l’OTAN doit se préparer à repousser.

Une image intéressante, qui apparaît juste en dessous de la page de titre, est le logo du groupe Airbus, en lettres aussi grandes que le titre, et une déclaration que la publication est un produit du Centre Brent Scowcroft sur la sécurité internationale, en partenariat avec Airbus. Puis vous avez le logo de la grande entreprise, entrelacé avec la machine militaire américaine. Dépeignant ainsi une des principales caractéristiques du fascisme à l’Ouest : l’interdépendance et le partage du pouvoir du complexe militaire et des corporations occidentales.

Le Centre Scowcroft est nommé ainsi d’après le nom du général Brent Scowcroft de l’armée américaine, qui, entre autres, a été conseiller national à la sécurité pour les présidents Ford et Bush, et dernièrement conseiller du président Obama, et est un vieil associé de Henry Kissinger. Le Général Scowcroft est intéressant pour une autre raison. Le 11 septembre 2001, Scowcroft était à bord d’un avion de l’US Air Force E-4B, connu sous le nom de National Airborne Operations Command Center.

Le E-4B est une version militarisée du Boeing 747. Son but est de fournir au président américain, au vice-président et aux chefs d’état-major un centre de commandement aéroporté, qui pourrait être utilisé pour exécuter des plans de guerre et coordonner les activités du gouvernement au cours d’une urgence nationale.

L’avion était posé sur le tarmac de la base d’Andrews de l’US Air Force, à la lisière de Washington, attendant de décoller pour Offutt, une base aérienne dans le Nebraska, le siège de la Strategic Air Command, lorsque le premier avion a frappé le World Trade Center à New York.

Censément, l’E-4B devait prendre part à un exercice militaire déjà prévu appelé Global Guardian impliquant une guerre nucléaire simulée. Quelques minutes seulement après le décollage, cependant, le Pentagone a été frappé par un certain type d’engin aérien et l’E-4B a immédiatement été retiré du prétendu exercice, devenant alors le centre de commandement et de contrôle du gouvernement américain actuel. Il a ensuite continué vers Offutt Air Base dans le Nebraska, où il a livré Scowcroft et son personnel au Centre de commandement national, leur destination d’origine, et où il a été rejoint plus tard ce jour-là par le président Bush et son personnel.

Scowcroft était alors chef du Foreign Intelligence Advisory Board et conseiller et ami du président Bush. Il ne faisait pas partie des forces armées, ayant pris sa retraite. C’était un civil. C’est Scowcroft qui plus tard a déconseillé aux États-Unis d’attaquer seuls l’Irak et qui a appelé à la construction d’une coalition pour envahir la place, afin de donner une couverture aux États-Unis, ce qui a finalement transpiré. Ni sa présence à bord de l’E-4B ce jour-là, ni pourquoi cet avion était prêt à être mis en action juste avant l’attaque du World Trade Center pour un exercice militaire présumé [Encore un ? Décidément… Ndt] impliquant une éventuelle guerre nucléaire, n’a jamais été expliqué de manière adéquate.

Je digresse, mais je suis sûr que vous ne pouvez pas me blâmer, car mon argumentaire ci-dessous va dé

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau