LA RUSSIE FAIT SAVOIR AUX USA QU'ELLE CONDAMNE LEUR INGERENCE FLAGRANTE ET LEUR INFLUENCE DESTRUCTRICE AU VENEZUELA

La Russie fait savoir aux Etats-Unis qu'elle condamne leur «ingérence flagrante» au Venezuela

La Russie fait savoir aux Etats-Unis qu'elle condamne leur «ingérence flagrante» au Venezuela

 

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a condamné, lors d'une conversation téléphonique avec son homologue américain Mike Pompeo, l'«ingérence flagrante» et l'«influence destructrice» des Etats-Unis au Venezuela.

Ce 2 mars, le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov s'est entretenu par téléphone avec le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo. Les deux hommes, selon un communiqué de la diplomatie russe, ont abordé la question du Venezuela et du trouble politique qui y règne depuis plusieurs semaines.

Lire aussi

Dominique de Villepin, à San Paolo, le 13 septembre 2018 (image d'illustration).

Venezuela : Dominique de Villepin estime qu'une intervention militaire serait «catastrophique»

«La provocation et l'influence extérieure destructrice, même sous le prétexte hypocrite de l'aide humanitaire, n'ont rien à voir avec le processus démocratique», a déclaré Sergueï Lavrov à son homologue américain.

La Russie, par la voix de la porte-parole de son ministère des Affaires étrangères Maria Zakharova, avait déjà accusé les Etats-Unis de se servir de l'aide humanitaire à destination du Venezuela comme d'un «prétexte pour une action militaire». D'une manière plus générale, Moscou déplore le soutien apporté par nombre de chancelleries occidentales à Juan Guadio, président auto-proclamé du Venezuela.

Le 8 février, l'opposant à Nicolas Maduro avait annoncé qu'une intervention militaire des Etats-Unis dans son pays, avec pour objectif de contraindre Nicolas Maduro au départ, n'était pas à exclure. «Nous ferons tout ce qui est nécessaire. C'est une question évidemment très polémique, mais en faisant usage de notre souveraineté, de l'exercice de nos prérogatives, nous ferons le nécessaire"», avait-il répondu à la question de l'utilisation des compétences légales qui sont les siennes en tant que président du Parlement et président par intérim pour autoriser une éventuelle intervention militaire. 

Le 23 janvier, Donald Trump avait apporté son soutien au président de l'Assemblée nationale et chef de l'opposition vénézuélienne après que ce dernier s’était autoproclamé «président par intérim» du pays, quelque jours après l'investiture du président du Venezuela Nicolas Maduro, réélu pour un second mandat. Les alliés de Washington dans la région lui avaient alors emboîté le pas à l'instar de l'Argentine, du Canada, du Chili, de la Colombie ou encore du Pérou. 

 

Lire aussi : Venezuela : attention aux sources d'information !

https://francais.rt.com/international/59616-russie-fait-savoir-etats-unis-condamne-ingerence-flagrante-venezuela?utm_source=browser&utm_medium=push_notifications&utm_campaign=push_notifications


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

Jacques Tourtaux
  • 1. Jacques Tourtaux (site web) | 03/03/2019
Hocine Dergaoui
5 h ·
Une ingérence illégitime des US.

Ajouter un commentaire