LE CHASSEUR MULTIROLES RUSSE SU-35 INTERESSE PLUSIEURS PAYS

Chasseur Su-35

L'opération en Syrie fait rebondir l'intérêt pour le Su-35

© Photo. Sukhoi Company
 
Défense
 
URL courte
 
83444401

Le porte-parole du Consortium aéronautique unifié (OAK) a annoncé le début de la production des systèmes de communication pour les Su-35 à livrer à la Chine. Il a assuré que les délais du contrat seraient tenus.

 

L'intérêt des militaires étrangers pour les avions russes monte en flèche. Cette année, des Sukhoi Su-35 seront livrés à la Chine dans le cadre d'un contrat estimé à 2 milliards de dollars. D'autres pays attendent leur tour. Etant donné les livraisons massives de ces avions aux militaires russes, les capacités du constructeur d'assurer à la fois les besoins intérieurs et les exportations posent des questions aux experts. 

 

Le Sukhoi Su-35 (code OTAN Flanker-T+) est un chasseur multirôles russe de génération 4++ développé par le bureau d'études Soukhoi. Il présente une modernisation en profondeur de la plate-forme T-10S. Sa modification pour l'armée de l'air de Russie a la désignation de Su-35S.

 

De par ses caractéristiques, le Su-35 se rapproche de près des chasseurs de cinquième génération: seuls un radar à antenne active et la technologie de furtivité lui manquent pour être classé dans cette catégorie.

En 2009, le groupe Soukhoi a conclu avec le ministère de la Défense un contrat de fourniture de 48 Su-35S avant la fin de 2015. En décembre dernier, un autre contrat a été signé prévoyant la livraison de 50 appareils avant 2020. 

La Chine est devenu le premier pays étranger à obtenir un contrat de livraison de Su-35: l'achat de 24 avions pour un montant de 2 milliards de dollars (environ 83 millions de dollars l'unité) a été finalisé en novembre.

 

Les militaires chinois se sont intéressés aux Su-35 dès en 2008, pendant le salon aérospatial Airshow China. Le général Xu Qiliang, commandant en chef de l'armée de l'air chinoise, s'est familiarisé avec les capacités du chasseur et en a apprécié les caractéristiques. En 2011, le ministère chinois de la Défense a présenté une demande d'achat officielle. Fin 2012, un contrat préliminaire a été signé, mais la concertation des modalités financières et techniques a pris trois ans étant donné les changements que la Chine a demandés (notamment équiper le cockpit avec sa propre avionique). 

 

Selon un haut responsable d'un constructeur aéronautique, le contrat ne prévoit pas la construction d'avions sous licence sur le territoire de la Chine: le client recevra les avions prêts à l'exploitation. 

Les analystes chinois notent que l'achat des Su-35 est inévitable pour la Chine car ses capacités de production des avions J-11 ne lui permettent pas de rattraper le retard sur les forces aériennes de certains autres pays.

 

Selon les médias chinois, les avions achetés à la Russie patrouilleront les zones contestées en mer de Chine méridionale dans lesquelles entrent des navires américains. Grâce à leur capacité de décoller d'une piste courte, ils pourront être déployés sur les îlots artificiels. En plus, le transfert par la Russie de plusieurs technologies, notamment du radar Irbis-E capable de détecter l'avion furtif américain F-35 à une distance de 90 km et le moteur russe 117S, revêt une importance fondamentale pour la Chine.

 

Outre la Chine, le Su-35 a intéressé plusieurs autres pays d'Asie, notamment le Pakistan et l'Indonésie. Au mois de septembre, le ministre indonésien de la Défense a annoncé l'intention d'acheter une escadrille de Su-35 pour remplacer les F-5 Tiger américains périmés.

En décembre dernier, le vice-ministre russe de la Défense Iouri Borissov a déclaré que les succès de l'aviation russe en Syrie avaient poussé de nombreux partenaires étrangers à se doter d'avions russes. 

"Aujourd'hui, nos unités sont dotées d'appareils assez modernes qui ne cèdent en rien, en termes de caractéristiques, aux avions occidentaux. Il s'agit notamment des Su-34 et des Su-35. Ces avions font la fierté de notre aviation. A l'heure actuelle, ils font montre de leurs capacités de combat, plus particulièrement dans le conflit syrien. Des acheteurs se les arrachent déjà", a-t-il dit.

http://fr.sputniknews.com/defense/20160116/1020988552/su-35-vente-chine.html


 

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau