LE PARTI COMMUNISTE DE LA FEDERATION DE RUSSIE : LE MONDE NE SOUTIENT PAS LES SANCTIONS CONTRE LA RUSSIE

tourtaux-jacques Par Le 04/03/2022 0

Dans RUSSIE

4 Mars 2022

Parti communiste de la Fédération de Russie : Le monde ne soutient pas les sanctions contre la Russie
3/3/22 1:22 PM
Le monde ne soutient pas les sanctions contre la Russie

 

Déclaration de Gennady Zyuganov, président du CC PCFR

 

Le point de discussion le plus important dans la société russe aujourd'hui est les sanctions anti-russes des Etats-Unis et de l'Union européenne concernant l'opération de libération de l'Ukraine du nazisme de Bandera. Les sanctions, bien sûr, sont sévères, car elles affectent un large éventail de liens économiques, politiques, culturels et autres avec les États-Unis et l'UE.

Toutefois, il serait tout à fait faux de dire que le monde entier condamne la Russie. L'attitude de la communauté mondiale face à la tentative de l'Occident d'organiser un boycott de la Russie est désormais claire. Nous devons connaître non seulement ceux qui soutiennent les sanctions, mais aussi ceux qui s'y opposent.

Parmi ceux qui s'opposent à un boycott de notre pays figurent en premier lieu les pays du BRICS : le Brésil, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud. Ils représentent 43% de la population de la planète. La Chine est la première économie mondiale en termes de PIB, l'Inde occupe la troisième place. En fait, l'ensemble de l'Asie ne veut pas prendre le parti des Etats-Unis. La seule exception est le Japon, qui a des bases d'occupation américaines sur son territoire.

Les principaux pays du Moyen-Orient - le Pakistan, l'Iran et la Turquie - ne sont pas enthousiasmés par le boycott que l'Amérique impose à tous. Les pays arabes du Moyen-Orient, y compris ceux qui entretiennent des relations amicales avec les États-Unis, ont déclaré leur neutralité. Les Émirats arabes unis se sont abstenus au Conseil de sécurité de l'ONU qui a voté une résolution condamnant la Russie.

L'Amérique latine, qui a souffert plus que quiconque aux mains de l'impérialisme américain, ne soutient pas les sanctions. Cela vaut non seulement pour nos amis et alliés de longue date - Cuba, le Venezuela et le Nicaragua - mais aussi pour les pays les plus grands et les plus influents : le Brésil, l'Argentine et le Mexique. Le principal pays africain, la RSA, est contre les sanctions. Où est donc la large condamnation internationale de la Russie ?

De nombreux pays de l'ancienne Union soviétique ont également fait preuve de compréhension à l'égard de la situation qui s'est dessinée. Les dirigeants de la Géorgie, apparemment hostile, ont décidé de ne pas appliquer de sanctions et de ne pas soutenir militairement les nationalistes de Bandera, déclarant qu'ils ne voulaient pas nuire à leur propre économie. Les Baltes à l'esprit pratique - la Lituanie, la Lettonie et l'Estonie - qui vivent de l'aumône de l'UE et agissent comme Washington leur dit de le faire, devraient penser à leurs véritables intérêts et à leurs marchés historiques qui se trouvent à l'Est et non à l'Ouest. La Pologne et les autres pays d'Europe de l'Est feraient bien d'y réfléchir également.

Seuls les Européens, dupés par leur propre propagande, et obéissant aveuglément aux ordres de Washington, refusent obstinément de comprendre qu'ils se nuisent avant tout à eux-mêmes. Ils profitent énormément des relations commerciales et économiques avec la Russie. Et maintenant ils s'en vont, infligeant à leurs économies de lourds dommages qui s'élèvent déjà à 250 milliards de dollars.

En Europe aussi, il n'y a pas d'unanimité. La Serbie a pris une position ferme en faveur de la poursuite de la coopération avec la Russie.  Des voix de bon sens se font entendre au Bundestag allemand. Car l'Europe est un perdant net. Le gagnant n'est que les États-Unis qui frappent non seulement la Russie, mais aussi leur rival économique de longue date, l'Union européenne. Nous pensons que les politiciens européens ne tarderont pas à comprendre cette simple vérité.

Face aux sanctions occidentales, notre pays doit enfin prendre des mesures énergiques pour abandonner la voie périlleuse de la dépendance économique à l'égard de l'exportation d'énergie vers l'Ouest et de l'importation de biens industriels. Nous devons reconstruire notre propre production que la cinquième colonne américaine dirigée par Eltsine, Tchoubaïs et Gaïdar a ruinée pendant de nombreuses années. L'URSS était autrefois une économie mondiale de premier plan. Il n'y a aucune raison pour que nous ne puissions pas redevenir un pays prospère et indépendant des aventures de l'OTAN.

Les conditions actuelles dictent un changement drastique du cours socio-économique du pays dans l'intérêt de l'ensemble du peuple et une résurgence de notre pouvoir. Le programme du PCFR "Dix étapes vers une vie digne" contient des propositions concrètes à cette fin. Nous sommes convaincus que les idées du socialisme, fondées sur la vaste expérience soviétique, permettront à la Russie de surmonter les sanctions les plus sévères.

 

Président du CC PCFR                                                                             

Gennady Zyuganov

 

source : http://www.solidnet.org/article/CP-of-the-Russian-Federation-The-world-does-not-support-sanctions-against-Russia/

Tag(s) : #Zyuganov#PCFR#Ukraine

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire