LE PRESIDENT RUSSE POUTINE PRONE UNE COALITION CONTRE L'EXTREMISME

 

IRIB- Le président russe Vladimir Poutine a plaidé pour la mise en place d’une coalition internationale pour la lutte contre l’extrémisme.

Le maître du Kremlin qui s’exprimait en marge du Forum économique oriental à Vladivostok, a souligné qu’il s’était entretenu avec les dirigeants turc, saoudien, jordanien et d’autres pays, de la formation d’une telle coalition internationale. Vladimir Poutine a affirmé avoir mené des consultations avec son homologue américain Barack Obama pour réaliser cet objectif. Bien que Vladimir Poutine parle, actuellement, de l’impératif de la mise sur pied de la coalition internationale pour la lutte contre l’extrémisme, toutefois, la réalité c’est que les Etats-Unis, prenant compte du rôle important de la Russie dans la lutte contre le fléau funeste de l’extrémisme et les combats contre le groupe terroriste Daech, exigent, en effet, la coopération avec Moscou, en la matière. Le locataire de la Maison Blanche a bien saisi ce point important que pour régler certaines questions régionales dont la crise en Syrie et la lutte contre Daech, sans l’entente, la coopération et la participation de la Russie, il n’y arriverait pas. Ce faisant, Moscou est un farouche détracteur de la politique actuelle de Washington envers la crise syrienne notamment les modalités de lutte contre Daech. Dans l’optique de Vladimir Poutine, les Occidentaux, en raison de leurs tentatives visant à réaliser leurs objectifs illégitimes en Syrie, sont les principaux facteurs de l’éclatement de la crise et de la guerre interne en Syrie, d’autant plus que les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux et arabes ont joué un rôle primordial et essentiel dans la création et le développement des groupes terroristes dont Daech, aussi bien en Syrie qu’en Irak. Dans ce droit fil, Vladimir Poutine a déclaré, en février 2015, que l’action militaire unilatérale des Etats-Unis et de l’Occident, au Moyen-Orient, baliserait le terrain aux activités du groupe terroriste-takfiri de Daech, en Syrie et en Irak. Pour le président russe, les démarches entreprises par la soi-disant coalition internationale anti-Daech étaient inefficaces, affirmant que les mesures prises de la part des membres de la coalition anti-Daech sont dépourvues de stratégie et de tactique compatibles à la nature des menaces existantes. Moscou a, à plusieurs reprises, appelé à l’adoption des mesures conjointes dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, sur la base des lois internationales, le respect du droit à la souveraineté et à l’intégrité territoriale des pays. Dans ses plus récentes prises de positions, le président russe Vladimir Poutine a demandé la formation d’une coalition internationale contre l’extrémisme et le terrorisme. Cette demande, en premier lieu, découle de la compréhension russe de la nature hyper-dangereuse des groupes terroristes et takfiris, notamment Daech. Mais ce discernement concerne aussi le retour des ressortissants russes, membres des groupes terroristes, à leur pays et la hausse considérable d’éventuelles opérations terroristes d’envergure par eux. De ce point de vue, on peut conclure que l’appel lancé par Vladimir Poutine à la formation de cette coalition anti-extrémisme allait au-delà d’une simple exigence quelconque, et traduisait la volonté et l’exigence de Moscou à réagir avec fermeté à l’extrémisme à l' échelon global.
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau