LES MERS NOIRE ET BARENTS VERROUILLEES PAR LES MISSILES RUSSES ONYX

 

 

Les Bastion et missiles Onyx russes verrouillent les mers Noire et Barents
 

La Flotte du Nord de la Fédération de Russie a déployé deux batteries nec-plus-ultra de systèmes de missiles côtiers « Bastion » K-300P, avec des missiles de croisière supersoniques « Onyx » P-800, sur la péninsule de Kola.

L’entrée en scène de ces armes assure la protection de 1500 kilomètres de côte russe contre d’éventuels débarquements hostiles et crée une «zone morte» de 300 kilomètres pour les navires de l’OTAN dans la mer de Barents.

Le système « Bastion » (code OTAN SS-C-05 Stooge) est l’un des derniers savoir-faire de l’armée russe. Cette arme a été dévoilée au public pour la première fois dans le documentaire Crimea. The Way Home d’Andrei Kondrashov.

Commentant l’apparition de ce complexe dans le documentaire, le Président russe Vladimir Poutine a déclaré avec fierté : « Personne d’autre n’a cette arme. » Selon lui, c’est le système « Bastion » qui a empêché les États-Unis et l’OTAN de déployer leurs navires de guerre en mer Noire.

De plus, l’arrivée de ce système dans l’armée arabe syrienne a aussi enrayé toute intervention éventuelle des forces navales US et de l’OTAN dans la guerre civile en Syrie. Selon le journal Izvestia, le Pentagone et l’UE n’ont pas osé envoyer leurs navires vers la côte syrienne à cause du risque d’être attaqués par cette arme capable d’échapper à tout système antiaérien moderne.

Un complexe de batterie « Bastion » comporte 12 lanceurs montés sur la plate-forme du tracteur MZKT-7930 fabriqué en Biélorussie, dont la caisse abrite deux conteneurs de transport et de lancement avec des missiles de croisière supersoniques anti-navires « Onyx ».

Chaque missile porte une ogive de 290 kg, développée par les ingénieurs du centre nucléaire de Sarov. Bien que ce ne soit qu’une bombe conventionnelle, deux ou trois missiles « Onyx » P-800 seuls suffisent pour couler un navire de classe frégate. Cinq missiles « Onyx » peuvent couler un porte-avions. Le complexe est hors de portée des avions de pont car il est déployé à distance considérable de la côte. Il ne faut que cinq minutes pour déployer le système. Une fois déployé, le complexe est aussitôt prêt à servir et reste totalement opérationnel pendant cinq jours, en fonction des stocks de carburant.

Le missile P-800 développe une vitesse qui le rend pratiquement invisible pour les radars modernes. De plus, l’engin accomplit des manœuvres extrêmes en s’approchant de sa cible. De cette façon, le missile ne peut être vu qu’au dernier moment, quand faire quelque chose pour l’intercepter est déjà impossible. Pour couronner le tout, ce missile supersonique vole à quelques mètres au-dessus de la surface de l’eau à l’approche de la cible. Ces missiles manœuvrent vivement, changent de direction de vol pour embrouiller les stations radar ennemies. Plus important encore, ces missiles opèrent ensemble.

Le porte-parole de la compagnie d’ingénierie de Reutov, où ont été créés les missiles, a déclaré que les missiles P-800 ont été dotés d’une intelligence artificielle apparentée à l’intelligence humaine. Ces missiles classent et se distribuent les cibles eux-mêmes ; ils choisissent la tactique et le plan d’attaque pour détruire l’objectif.

Vladimir Anokhin, le vice-président de l’Académie des problèmes géopolitiques russe, a dit à Pravda.Ru que la Russie utilise depuis longtemps déjà des systèmes Bastion en mer Noire. Quand ils entrent en mer Noire, les capitaines des navires de guerre US savent qu’ils se trouvent dans le périmètre des systèmes anti-navires russes.
«Métaphoriquement parlant, ils voient une marque de ligne de visée sur leur front. Le fait que la Russie ait renforcé le groupe de défense en mer de Barents est absolument unique dans le contexte des actions de l’OTAN ces dernières années, » a déclaré l’expert.

Vladimir Anokhin pense que la Russie devrait prendre des mesures similaires en Extrême-Orient. Selon notre expert, cela rendrait nerveux les politiciens japonais, sud-coréen et, éventuellement étasuniens.

« Il n’y a pas de course aux armements, » dit Anokhin, « c’est une réponse adéquate à ce qui se passe dans le monde. »

Source : Pravda.ru

 

Source: Médias

01-03-2016 - 18:18 Dernière mise à jour 01-03-2016 - 18:18 | 742 vus

 

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=19&frid=19&eid=289529


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau