PARTI COMMUNISTE DE LA FEDERATION DE RUSSIE : LA RUSSIE MENE LA LUTTE CONTRE LE NEONAZISME EN UKRAINE

tourtaux-jacques Par Le 04/06/2022 0

Dans RUSSIE

3 juin 2022

La Russie mène la lutte contre le néonazisme en Ukraine

Parti Communiste de la Fédération de Russie

Comme au lieu de faire vivre un mouvement antiguerre beaucoup de partis politiques de gauche en occident répètent bêtement à chaque fois la position va t'en guerre de l'OTAN (une guerre qui se fait en coupant dans le financement des services publics et des budgets destinés au bien être du peuple), la seule qu'on entend dans les médias contrôlés par le capital. Voici la position du Parti Communiste de la Fédération de Russie sur la guerre en Ukraine. Quand une guerre de l'OTAN a lieu il vaut mieux demander aux camarades du parti communiste local leur point de vue. Ce parti a toujours été solidaire des antifascistes du Donbass depuis 2014. Depuis des années il demandait au gouvernement russe de reconnaître l’indépendance des Républiques Populaires de Donetsk et de Lougansk et les camarades du parti ont une ligne idéologique très correcte : ils commémorent l'anniversaire de la Révolution d'Octobre le 7 Novembre, le 5 Mars ils fleurissent la tombe du camarade Staline, le 1er Mai il défilent, ils commémorent la victoire sur le fascisme le 9 Mai.

Commentaire sur l’article du Département international du Comité Central du Parti communiste grec “Sur la guerre impérialiste en Ukraine et la position du PCFR”

Le 23 avril 2022, le journal Rizospatis, l’organe de presse du Parti communiste de Grèce a publié l’article du Département international du CC du Parti communiste de Grèce intitulé " Sur la guerre impérialiste en Ukraine et la position du PCFR”

L’article décrit les actions du PCFR dans le cadre de l’opération spéciale menée par la Russie en Ukraine et incrimine ouvertement le parti pour sa position pro-gouvernementale, c’est-à-dire sa position pro-impérialiste. Nous ne pouvons pas accepter catégoriquement cette estimation utilitaire.

La quintessence de cet article consiste dans le point de vue des camarades grecs en Ukraine se déroule dans la guerre impérialiste menée dans l’intérêt de la bourgeoisie russe et pour soutenir l’opération spéciale le PCFR ainsi “développe la ligne de solidarité avec le parti au pouvoir “Russie unie” et le président Poutine”.

En insistant sur le caractère de guerre "impérialiste", les camarades grecs s’appuient sur la thèse bien connue de V. I. Lénine dans la lutte pour les marchés et le pillage des autres pays, l’aspiration à faire avorter les mouvements révolutionnaires du prolétariat et de la démocratie dans le pays, le désir de se laisser duper, de désunir et d’exterminer les prolétaires de tous les pays, en dressant les esclaves salariés d’une nation contre les esclaves salariés d’une autre nation au profit de la bourgeoisie, ce qui est le seul contenu réel et la signification de la guerre. Néanmoins, les camarades ne mentionnent pas que cette idée est exprimée dans le travail de V. I. Lénine Guerre. Années 1914-1918. Dans cet ouvrage, il est très concrètement question de la Première Guerre mondiale, en réalité sans aucun doute impérialiste, de la rapine. Mais si nous ne nous mettons pas dans les positions dogmatiques, il faut savoir que chaque guerre a ses propres traits distinctifs.

La tâche du marxiste dans la définition de sa position sur la guerre consiste d’abord à déterminer son caractère spécifique. Parce qu’en plus des guerres impérialistes, il y a aussi des guerres de libération nationale et des guerres antifascistes qui ont atteint une grande échelle au milieu du XXe siècle, lorsque le fascisme et le nazisme sont apparus comme des phénomènes politiques et que la lutte de libération nationale a pris de l’ampleur sous l’influence de la Grande Révolution socialiste d’Octobre.

Quelles ont été les raisons qui ont guidé le PCFR dans la définition de sa position ?

En développant sa position politique sur le problème de la conduite d’une opération spéciale, le parti a analysé les conditions historiques concrètes à l’origine de la crise ukrainienne.

Avant la Révolution d’octobre, l’Ukraine, qui faisait partie de l’Empire russe, était une région complètement agraire. Pour consolider son industrie comme proposé par Lénine, l’Ukraine a reçu six régions industrielles de la Russie à l’Est et au Sud qui n’ont jamais fait partie de l’Ukraine. Y compris les régions de Donetsk et de Lougansk. En 1939, l’Ukraine a reçu la Galice (Ukraine occidentale), anciennement partie de la Pologne. Donc le territoire actuel de l’Ukraine est le résultat de son intégration dans l’URSS. Et il est "cousu” à partir de pièces très différentes depuis la Galice (Lvov) avec une solide influence de la Pologne, de l’Autriche et de la Hongrie jusqu’à l’est de l’Ukraine qui a toujours tendu vers la Russie.

L’Ukraine socialiste se développa de manière très puissante. A l’extraction des métaux et du charbon se sont ajoutés l’industrie aéronautique et charbonnière, la pétrochimie, l’électricité (4 centrales nucléaires) et l’industrie de la défense. Faisant précisément partie de l’URSS, l’Ukraine a obtenu les territoires actuels et la puissance économique qui lui ont permis de figurer parmi les 10 économies les plus développées d’Europe.

La désintégration de l’Union soviétique en décembre 1991 a provoqué en même temps la destruction de l’intégration économique séculaire de l’Ukraine et de la Russie et la rupture de tous les liens économiques, politiques et culturels.

C’est actuellement l’un des pays les plus pauvres d’Europe. L’industrie de transformation, moins l’industrie métallurgique, a été pratiquement détruite. L’Ukraine est maintenue grâce aux prêts occidentaux et aux envois de fonds des citoyens qui ont émigré pour travailler de quelque manière que ce soit en Europe et en Russie. Le niveau de vie des habitants s’est dégradé de manière catastrophique. L’émigration a augmenté de façon vertigineuse. Près de 10 millions de personnes sont parties (sur les 45 millions d’habitants), spécialistes d’un haut niveau professionnel.

Le niveau de corruption et d’inégalité sociale a atteint l’un des plus hauts niveaux au monde. L’Ukraine s’est approchée de la catastrophe nationale.

Coup d’État à Kiev comme base pour déclencher le conflit

En février 2014, avec la complicité directe des États-Unis et d’autres pays de l’OTAN, un coup d’État a été perpétré en Ukraine. Le pouvoir légitime a été renversé. Les nazis sont arrivés au pouvoir. Par la suite, les États-Unis ont déclaré publiquement qu’ils avaient investi près de 5 milliards de dollars pour se préparer au changement de pouvoir et “développer la démocratie.” Il est bien évident que personne ne dépense une somme aussi gigantesque gratuitement.

À la suite du coup d’État, le pouvoir public a été saisi par les originaires de l’Ukraine occidentale, la Galice, où historiquement les ultranationalistes, les antisémites, les anti-Polonais, les russophobes, les anticommunistes sont forts.

L’assimilation forcée de la population russophone a commencé. L’interdiction de la langue russe et la décision d’enseigner l’ukrainien au lieu du russe dans les écoles ont provoqué une puissante résistance dans les provinces de Donetsk et de Lougansk. Les habitants ont pris les armes.

Le 11 mai 2014, lors du plébiscite national, 87% des citoyens se sont prononcés en faveur de l’indépendance. Ce n’est donc pas sur les indications du Kremlin, mais sur la propre initiative des masses populaires que les Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk ont vu le jour.

Après plusieurs tentatives infructueuses d’occuper les Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, les nazis de Kiev ont commencé la terreur. À la suite de huit années de bombardements incessants avec de l’artillerie de gros calibre, près de 14 000 habitants pacifiques ont été tués et des dizaines de milliers de blessés et de mutilés. De graves dommages ont été causés à l’infrastructure.

Dans ce cas, les pays européens ont été particulièrement indifférents pendant huit ans au génocide du peuple russe du Donbass, justifiant en fait les atrocités du régime de Kiev.

Aujourd’hui, les États-Unis et l’Union européenne, faisant preuve d’une hypocrisie impressionnante, parlent des souffrances des personnes au cours des combats, mais font taire le fait que l’utilisation de boucliers humains est devenue la tactique quotidienne de ceux qui se disent “combattants de la liberté”.

Développement du néonazisme en Ukraine

Nos camarades, étudiant la situation en Ukraine, mentionnent, sans trop le vouloir, le danger de sa fascisation. Bien que l’un des principaux objectifs de l’opération militaire de la Russie dans ce pays soit sa dénazification. Même selon l’opinion des membres du Congrès des EU et des services secrets de ce pays, l’Ukraine est devenue le centre du néonazi international.

Voici quelques faits. Après l’invasion de l’URSS par Hitler, dans l’ouest de l’Ukraine, comme nous l’avons noté ci-dessus, les ultranationalistes, les antisémites, les russophobes et les anicommunistes étaient particulièrement forts. Des divisions SS ont été formées pour lutter contre l’Armée rouge. Les nationalistes locaux dirigés par l’admirateur d’Hitler Nestor Bandera ont commencé l’extermination de la population juive. En Ukraine, les bandéristes ont assassiné près de 1,5 million de Juifs, soit un quart de toutes les victimes de l’Holocauste. Lors du" massacre de Volhynie " en 1944, près de 100 000 Polonais ont été brutalement exterminés dans l’ouest de l’Ukraine. Les bandéristes ont exterminé les guérilleros et brûlé vifs les habitants de centaines de villages en Biélorussie.

Une fois la guerre terminée, les insurgés anticommunistes et antisoviétiques de l’ouest de l’Ukraine soutenus par les États-Unis et la Grande-Bretagne ont déployé la terreur contre la population pacifique de 1945 à 1953. Au cours de ces années, les bandéristes ont assassiné 50 000 personnes. Les héritiers et successeurs des assassins sont arrivés au pouvoir après le coup d’État de 2014. Les traditions de terreur anti-polonaise, antisémite et anti-russe sont très fortes parmi les néo-nazis qui règnent en Ukraine.

L’idéologie nazie est implantée en Ukraine. Les fascistes ukrainiens, les organisateurs et les participants aux atrocités de la guerre sont officiellement reconnus comme des héros nationaux. Leurs symboles sont désormais officiels. Des marches solennelles sont organisées chaque année en l’honneur des criminels fascistes. Leurs noms sont donnés aux rues et aux places. Le Parti communiste d’Ukraine a été contraint d’entrer dans la clandestinité. L’intimidation et les assassinats de politiciens et de journalistes motivés par des considérations politiques sont devenus un phénomène permanent. Les monuments à Lénine et toute la mémoire sur la vie en URSS sont détruits.

À l’heure actuelle, les bandéristes à l’égal des commandos d’assaut SD en Allemagne sont le détachement de choc du grand capital. Ils contrôlent rigoureusement tous les mouvements du pouvoir officiel et le font chanter avec la menace d’un coup d’État.

La nature de l’État ukrainien moderne est l’alliance du grand capital et de la haute bureaucratie d’État avec le soutien d’éléments fascistes sous le contrôle politique et financier total des États-Unis.

Causes et nature de l’opération militaire spéciale

Sur la base de la théorie marxiste, le conflit de guerre en Ukraine ne peut être considéré du point de vue de la guerre impérialiste, comme nos camarades tentent de le prouver. De par sa nature, il s’agit d’une guerre de libération nationale du peuple du Donbass. Du point de vue de la Russie, c’est la lutte contre la menace extérieure à la sécurité nationale et contre le fascisme.

Ce n’est un secret pour personne que la milice populaire du Donbass ne pouvait pas se tenir seule contre l’armée ukrainienne de plusieurs milliers d’hommes équipée d’armements étrangers. La défaite de la milice populaire conduirait à l’extermination totale des habitants russophones, dont beaucoup étaient citoyens de Russie. Conformément à la Constitution de la Fédération de Russie, afin de défendre ses citoyens et d’assurer la sécurité nationale, la Russie a entrepris les actions prévues dans la constitution de la Fédération de Russie, car cela ne pouvait être réalisé autrement.

Le processus de négociation dans le cadre des accords de Minsk fut intentionnellement saboté par Kiev avec le soutien des États-Unis et de l’Union européenne.

Avant cela, l’Ukraine concentrait dans le Donbass 150 000 militaires et bataillons nazis. Avec le soutien des États-Unis, Kiev se préparait à reprendre le contrôle du Donbass par des moyens militaires.

Pendant huit ans, le régime bandériste s’est préparé à la guerre. L’éducation idéologique de l’armée dans l’esprit de la russophobie franche a été menée de manière planifiée, de puissants ouvrages défensifs ont été construits et des armements modernes ont été fournis à l’armée.

Suivant leurs objectifs géopolitiques impérialistes, les États-Unis ont inclus l’Ukraine de manière planifiée dans la zone de leurs intérêts militaires et ont fait du pays le fer de lance de la planification de l’OTAN pour lutter contre la Russie “jusqu’au dernier soldat ukrainien”.

Déjà en décembre 2021, la Russie s’est tournée vers les États-Unis avec une proposition de tenir des pourparlers sur le non-élargissement de l’OTAN à l’Est. Les Nord-Américains ont esquivé une réponse franche. Compte tenu de cela, en janvier 2022, la Russie a averti que dans cette situation, elle serait obligée de prendre des mesures supplémentaires pour défendre sa sécurité nationale.

Dans le même temps, la situation a évolué vers le déploiement d’armes tactiques américaines en Ukraine. L’Ukraine, qui possède quatre centrales nucléaires et possède un grand potentiel scientifique et technique, a commencé à se préparer au développement de ses propres armes nucléaires.

Sous le patronage du Pentagone, plus de 30 laboratoires pour le développement d’armes bactériologiques ont été créés en Ukraine. Il existe des documents confirmant des travaux avec des bactéries très dangereuses de maladies mortelles, ainsi que des recherches sur les méthodes de leur propagation en ciblant l’origine ethnique des personnes.

Tout cela crée une menace non seulement pour la Russie, mais aussi pour toute l’humanité.

On prétend que c’est le sujet exclusif des contradictions inter-impérialistes ou de la lutte pour les marchés et les ressources naturelles. L’incapacité de trouver la composante nationale des problèmes de classe et la composante de classe des questions nationales conduit au dogmatisme.

L’intérêt des oligarques russes pour l’Ukraine ou son absence ?

Essayant de prouver que la guerre est menée dans l’intérêt de la bourgeoisie russe et dans l’intérêt de la conquête des ressources naturelles et du potentiel industriel de l’Ukraine, nos camarades se tournent vers la thèse de V. I. Lénine sur la nature des guerres en dehors du contexte historique.

Mais la déclaration selon laquelle les dirigeants russes préparaient depuis longtemps la conquête militaire de l’Ukraine contredit les faits.

Dès le début, les dirigeants de la Fédération de Russie n’ont pas soutenu l’idée d’un plébiscite sur la formation des républiques populaires du Donbass.

Suite aux accords dans le cadre de l’Accord Minsk-2, la Russie a estimé a priori que le Donbass resterait au sein de l’Ukraine, mais avec une certaine autonomie.

Et jusqu’au tout début de l’opération militaire, les dirigeants russes ont insisté sur le respect des accords de Minsk-2, c’est-à-dire sur la permanence du Donbass dans l’Ukraine.

Où voit-on ici la préparation de la conquête impérialiste ?

L’Ukraine, son industrie et ses ressources depuis 1991 ont fait l’objet d’une surexploitation par les monopoles des États-Unis et de l’Union européenne.

L’oligarchie russe n’a pas participé au “partage du gâteau” qui fait partie de la sphère d’intérêts de l’Occident.

En outre, l’oligarchie russe s’est prononcée contre l’opération militaire en Ukraine. De toutes ses forces, il a tenté de s’intégrer dans l’oligarchie mondiale et était déjà sous la forte pression de l’Occident, qui exigeait qu’il influence plus énergiquement le gouvernement afin de préserver l’orientation pro-occidentale de la Russie.

En outre, les oligarques russes ont subi de graves dommages à la suite de l’opération militaire de la Russie en Ukraine. Depuis qu’ils ont été inclus dans les listes de sanctions, les palais et les yachts sont confisqués, les comptes bancaires sont gelés.

Nous n’avons pas éprouvé la moindre compassion envers ceux qui ont pillé la Russie pendant trente ans, et maintenant ils perdent ce qu’ils ont pillé. Nous voudrions seulement souligner que l’oligarchie russe n’était pas intéressée par l’opération militaire, mais en a subi les conséquences. En refusant de soutenir cette opération, les grandes entreprises ont perdu non seulement des biens et de l’argent, mais aussi de l’influence sur l’élite dirigeante en Russie.

Faites attention aux forces classistes qui se sont d’abord prononcées contre l’opération militaire de la Russie en Ukraine. C’est d’abord le grand capital monopoliste, ce sont ses représentants politiques dans l’environnement libéral et ses laquais du monde artistique parmi les soi-disant intellectuels.

Nous reconnaissons, bien sûr, l’existence de contradictions inter-impérialistes. Le désir des prédateurs impérialistes est de s’emparer des ressources naturelles et énergétiques d’autres pays. La Russie est victime des plans de l’Occident visant à transformer notre pays en source de matières premières bon marché. Et nous combattons ces plans depuis des décennies. Mais nous ne considérons pas que la Russie, même compte tenu de l’imperfection de son système politique actuel basé sur le pouvoir du grand capital, deviendrait en un seul instant un autre prédateur du même acabit. La lutte en Ukraine a un autre caractère de principe, qui ne rentre pas dans les dogmes.

Position du PCFR

C’est précisément le PCFR qui a été le premier à définir l’essence du régime qui a pris le pouvoir en Ukraine lors du Maydan de l’année 2014. De cette manière, toute l’activité ultérieure du parti a été réalisée à partir de l’essence de classe des processus politiques.

Nous avons toujours critiqué la politique étrangère de la Russie, nous avons toujours dénoncé la véritable ignorance des intérêts des peuples qui, il n’y a pas si longtemps, faisaient partie d’un seul État soviétique.

Si quelqu’un suit attentivement nos actions (il nous semble que les camarades grecs connaissent bien nos documents), ils verront inévitablement que c’est le PCFR qui s’est fortement exprimé pour la reconnaissance des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk. Aucun autre parti politique russe n’a fait autant de choses pour soutenir la population du Donbass. Ce n’est pas le PCFR qui "exprime sa solidarité avec Russie unie et le Président Poutine”, mais ce sont eux qui, conformément aux impératifs historiques, sont obligés de marcher sur la voie sur laquelle le PCFR a constamment insisté pendant trois décennies.

Dans cette situation, est-il juste de dire que nous soutenons presque aveuglément la politique de Poutine en Ukraine ?

Les communistes de Russie sont très activement engagés dans la défense des Républiques populaires du Donbass et de Lougansk. Des centaines de communistes se battent dans le cadre des troupes des républiques. Des dizaines de communistes sont tombés dans cette lutte. Le PCFR pendant huit ans a envoyé 93 convois d’aide humanitaire avec une cargaison totale de 13 000 tonnes, a accueilli des milliers d’enfants sur le plan de traitement médical et de repos.

Pendant toutes ces années, le PCFR a exigé des dirigeants russes que l’indépendance du Donbass soit reconnue.

Franchement, cela nous fait mal d’entendre comment nos camarades grecs parlent avec mépris des ”soi-disant républiques populaires" du Donbass, car ce sont précisément des républiques populaires nées de la volonté expresse des masses populaires.

Les citoyens de ces républiques les ont défendus au prix de leurs vies et de celle des combattants de leurs armées tout au long de huit années très dures de résistance contre l’agression nazie des bandéristes néo-nazis.

Une signification fondamentale est le fait que non seulement l’armée russe se bat contre les bandéristes, mais aussi les détachements de volontaires du Donbass lui-même, dans lesquels le nombre de communistes et de travailleurs des mines est très élevé.

Où trouve-t-on ici la “défense des intérêts de l’oligarchie" ? Nos camarades qui risquent leur vie tous les jours défendront-ils les intérêts de l’oligarchie russe ? Ou défendent-ils des gens ordinaires victimes des néonazis qui ont pris le pouvoir en Ukraine ?

Il faut compter sur le manque très prononcé d’envie de voir la situation réelle pour affirmer que le PCFR est solidaire du groupe au pouvoir.

L’intensité des luttes politiques de masse en Russie ne s’est pas atténuée, loin de là. La persécution des communistes et des adhérents du parti après le début de l’opération militaire montre qu’il n’y a pas d’harmonie de classe entre le PCFR et le groupe au pouvoir. On pourrait énumérer de nombreux cas où nos camarades sont soumis à des répressions. Nous avons réagi très durement à la persécution de nos camarades.

Dans le même temps, nous soumettons la politique socio-économique du gouvernement actuel à une critique très sévère. Aucun parti en Russie ne pouvait déclarer que sa critique des autorités était la plus active.

Au cours de plus de trente ans après le coup d’État anticommuniste de 1991, nous avons présenté d’innombrables preuves de notre lutte déterminée contre le groupe au pouvoir. C’est pourquoi notre parti bénéficie du large soutien des masses populaires.

Le PCFR a remporté lors des élections à la Douma d’Etat en septembre 2021 près de 19% des voix des électeurs. Même dans les conditions d’une machine à falsifier les élections peaufinée depuis longtemps. Nous sommes sûrs que le niveau de notre soutien à la population est beaucoup plus élevé. L’explication est que nous sommes guidés par l’esprit du marxisme-léninisme, par le désir d’étudier en détail les intérêts et les humeurs du peuple. En passant, en soutenant l’opération spéciale de la Russie en Ukraine, le PCFR a exprimé la volonté de l’écrasante majorité des citoyens russes.

Quant aux affirmations selon lesquelles ”les humeurs nationalistes et les forces nationalistes sont en jeu", nous déclarons fièrement que le PCFR est le principal parti de la gauche patriotique en Russie.

Et nous considérons la défense des intérêts du peuple russe et des autres peuples qui ont vécu pendant des siècles avec les Russes, et en premier lieu les Ukrainiens et les Biélorusses, comme notre devoir internationaliste. Maintenant, nier la signification historique du " monde russe " ou de la civilisation russe, à notre avis, n’est pas logique, ce serait la même chose que nier la signification de la civilisation grecque antique.

Lorsque Manolis Glezos a arraché le drapeau nazi de l’Acropole, il a été dirigé non seulement par des intérêts de classe, mais aussi par la fierté des Grecs qui ont rejoint la lutte déterminée contre l’occupation allemande.

Attitude de la communauté internationale face aux événements en Ukraine

Bien que les politiciens occidentaux et les médias qui se présentent avec arrogance comme ”l’opinion publique mondiale" participent ouvertement à la guerre aux côtés des néo-nazis, les grands pays d’Asie, d’Afrique, du Proche-Orient et d’Amérique latine qui savent par leur propre expérience ce qu’est le néocolonialisme européen et américain considèrent à juste titre les événements en Ukraine comme la lutte de la Russie contre le monde unipolaire dirigé par les États-Unis.

Les pays dont la population représente 60% de la planète soutiennent l’opération russe ou occupent une position neutre.

Seuls ceux qui nous ont envahis en 1941, déclenchant la guerre dans la coalition hitlérienne, ont une position agressive. Ce sont des pays d’Europe, ainsi que les États-Unis et la Grande-Bretagne qui ont beaucoup fait pour que la machine militaire nazie renaisse après sa défaite lors de la Première Guerre mondiale. Aujourd’hui, la Russie combat à nouveau le fascisme et ceux qui le soutiennent en Europe et aux États-Unis.

*****

Rappelant les mérites héroïques du Parti communiste grec dans la lutte contre le nazisme et la dictature militaire, nous rejetons catégoriquement l’idée que nos camarades puissent être consciemment dans le camp de ceux qui, avec les mains de l’Ukraine, tentent de détruire la Russie. Nous exprimons une fois de plus notre profond respect pour le PCG en tant que parti qui a grandement contribué à la renaissance du mouvement communiste et ouvrier international après la désintégration de l’URSS en 1991. Cependant, les déclarations de nos camarades sonnent comme la vérité de la dernière instance. Nous préconisons un dialogue de camaraderie qui a toujours aidé les communistes du monde entier à clarifier l’essence des événements et à élaborer leur propre attitude correcte, vraiment marxiste, pour leur évaluation.

Département international du CC du PCFR

16 Mai 2022

»» https://cprf.ru/2022/05/rusia-libra-la-lucha-contra-el-neonazismo-en-ucrania/

URL de cet article 38028

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire