RUSSIE : RIPOSTE AUX TENTATIVES US DE SAPER LA CERTIFICATION DU TU-154

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova

Ciel ouvert: Moscou riposte aux tentatives US de saper la certification de l'avion russe

© Sputnik. Maxim Blinov
International
URL courte
Traité Ciel ouvert (102)
325142422

Les tentatives de remettre en cause la certification de l'avion russe Tupolev Tu-154 de la part des Etats-Unis peuvent devenir un coup dur contre le traité Ciel ouvert, affirme la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova.

Récemment, des médias américains ont émis des publications censées jeter le doute sur le rôle de la Russie dans la réalisation du traité Ciel ouvert et faisant référence aux déclarations des représentants du Pentagone et du renseignement américain. Concrètement, la polémique enfle autour de l'initiative de convertir la base matérielle du traité en technologies numériques.

"C'est la 23e année du traité qui s'écoule, et les Etats-Unis se mettent soudain à insister sur le fait que le traité n'est bénéfique que pour la Russie car il lui permet +d'obtenir, en grandes quantités, des informations sur les infrastructures stratégiquement importantes des USA+. Et quant à leurs propres vols de reconnaissance ou ceux d'autres pays membre de l'Otan au-dessus de la Russie, ils ne les évoquent presque pas ou les évoquent brièvement", lit-on dans le commentaire de Mme Zakharova.

Washington craint que le passage aux technologies numériques nuise à la situation existante puisque la Russie disposant d'une caméra multifonctionnelle pouvant prétendument récolter des informations supplémentaires lorsque les données numériques obtenues lors d'un vol de surveillance seront traitées.

En cela, les soi-disant experts du traité dissimulent intentionnellement le fait que cette possibilité est exclue grâce aux efforts du groupe d'experts techniques à Vienne présidé, et c'est ironique, par les Etats-Unis.

La Russie a été la pionnière parmi les pays signataires du traité à passer à des appareils photo numériques, rappelle la porte-parole. En 2013, la première plateforme de ciel ouvert sur la base de l'avion An-30B, une caméra numérique à bord, a été certifiée. Les Etats-Unis ont cependant longtemps hésité à signer le protocole de sa certification.

"Une fois le protocole signé, les Américains ont fait tout leur possible pour empêcher notre équipement numérique de pénétrer l'espace aérien au-dessus de l'Amérique", poursuit Mme Zakharova. "Et cette interprétation unilatérale des articles du traité, dédiés aux vols en transit, a mené à l'échec du vol de l'An-30B au-dessus des Etats-Unis, planifié en 2015. En 2016, le ministère russe de la Défense entend tenir un examen internationale du Tu-154, avec une caméra identique à celle à bord de l'An-30B".

La mission principale du Tu-154 consiste à effectuer des vols de surveillance au-dessus des Etats-Unis et du Canada, ainsi que au-dessus des pays européens les plus reculés.

C'est d'ici que résultent ces préoccupations extrêmes avoisinant des tentatives de discréditation du traité qui assure en effet les mêmes droits et responsabilités à ses signataires, explique Mme Zakharova.

"On a ainsi un sentiment que ceux qui tirent la sonnette d'alarme essayent de cette manière, sous prétextes inventés, de préparer le terrain pour un éventuel échec de la procédure de certification de l'avion de surveillance russe fixée à l'été 2016. Si c'est vrai, ce serait un coup dur pour la viabilité du traité", conclut-elle.

https://fr.sputniknews.com/international/201603121023323019-ciel-ouvert-usa-russie/


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau