Sahara Occidental

LE POLISARIO PROTESTE CONTRE FRANCE 2 POUR UN FILM DOCUMENTAIRE DE PROPAGANDE SUR L'OCCUPATION DU SAHARA OCCIDENTAL

SPS 08/12/2019 - 11:57

Paris, 08 déc 2019 (SPS) Le représentant du Front Polisario en France, Oubi Bouchraya s’est adressé samedi à la rédaction en chef de la chaîne de télévision France 2, via Madame Fabienne ABBOU, médiatrice de France télévision, pour leur indiquer que le film documentaire du réalisateur Yann Arthus BERTRAND, "Le Maroc, vu du ciel" est de fait un film de propagande pour une agression militaire menée par le Maroc en novembre 1976, contre le peuple sahraoui, destinée à occuper le Sahara occidental.

A cette occasion, le diplomate sahraoui a rappelé, dans un communiqué de presse, l’Arrêt pris par la Cour de Justice européenne le 21 décembre 2016, qui a jugé que Maroc et Sahara occidental sont deux territoires distincts.

Il a également rappelé que le Maroc n’exerce aucune souveraineté sur le Sahara occidental où il n’est qu’une puissance militaire occupante.

Aussi, ajoute le texte, M. Oubi demande à France 2 d’insérer avant la diffusion du film cet avertissement : "Suivant l’arrêt de la Cour de Justice européenne du 21 décembre 2016, le Maroc et le Sahara occidental sont deux territoires distincts et aucun Etat dans le monde, en particulier la France, ne reconnaît la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental". (SPS)

020/090/700

source :  https://www.spsrasd.info/news/fr/articles/2019/12/08/23716.html


 

ANTONIO GUTERRES, SECRETAIRE GENERAL DE L’ONU : L’ONU TRAITE LE CONFLIT AU SAHARA OCCIDENTAL COMME UNE QUESTION DE DECOLONISATION

 

SPS 27/09/2019 - 18:52

NEW YORK 27 sept 2019(SPS)- Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a levé toute équivoque sur la nature du conflit au Sahara Occidental, en réaffirmant dans un nouveau rapport soumis à l’Assemblée générale que les organes de l’ONU traitent ce dossier comme "une question de décolonisation".

Dans ce rapport établi à la demande de l’AG de l’ONU sur la question du Sahara Occidental, le chef de l’ONU tient à rappeler que la quatrième commission chargée de la décolonisation et le Comité spécial de la décolonisation, dit comité des 24, abordent le dossier du Sahara Occidental dans "le cadre des questions relatives à la décolonisation".

"La Commission des questions politiques spéciales et de la décolonisation (Quatrième Commission) de l’Assemblée générale et le Comité spécial chargé d’étudier la situation en ce qui concerne l’application de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux l’examinent quant à eux dans le cadre des questions relatives aux territoires non autonomes et à la décolonisation", souligne Guterres.

Bien que le Conseil de sécurité examine la situation au Sahara Occidental dans le cadre des questions relatives à la paix et à la sécurité, l'instance suprême des Nations Unies a "appelé de ses vœux dans des résolutions successives à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental ", rappelle encore le chef de l’ONU.

Appelant les partis au conflit, le Front Polisario et le Maroc à poursuivre les négociations sans conditions préalables, Guterres relève que le maintien de la paix et la stabilité sur le terrain est nécessaire pour créer un climat propice à la reprise du processus politique.

"Je prie instamment les membres du Conseil de sécurité, les amis du Sahara occidental et les autres acteurs concernés d’encourager le Maroc et le Front Polisario à saisir l’occasion qui se présente à eux et à continuer de participer de bonne foi et sans conditions préalables au processus engagé", ajoute le chef de l'ONU.

Le document du SG de l’ONU fait la synthèse des deux rapports les plus récents qu’il a présentés au Conseil de sécurité sur la situation au Sahara occidental. Dans ce nouveau rapport qui couvre la période du 1er juillet 2018 au 30 juin 2019, Guterres a décrit la situation sur le terrain et l’état et l’avancement des négociations politiques, initiées par son ancien envoyé personnel Horst Kohler.

Il précise qu’au cours de la période considérée, " le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) a continué de recevoir des informations faisant état de harcèlement, d’arrestations arbitraires, de confiscation de matériel et de surveillance excessive de journalistes, blogueurs et défenseurs des droits de l’homme qui couvraient les violations des droits de l’homme dans les territoires sahraouis occupés. (SPS).

 

097/900/700

source :  https://www.spsrasd.info/news/fr/articles/2019/09/27/22813.html