SYRIE

SYRIE

ILLEGALEMENT DES SOLDATS FRANCAIS SONT ARRIVES A

Syrie : Des forces terrestres françaises à Deir Ezzor !

 Depuis 1 heure  23 avril 2018

militaires_francais1

 Moyent-Orient - Syrie

 

Rédaction du site

Plusieurs sites arabes dont Arabi 21 et Orient news a annoncé que les troupes françaises étaient arrivées à Deir ez-Zor, en compagnie de quelques éléments de la milice à majorité kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS).

Selon Arabi 21, un site d’opposants syriens les forces françaises sont passées par la région pétrolifère d’al-Jafra située dans le désert d’Aqeedat pour arriver jusqu’au village de Kam Al-Atallah situé au nord-est de la ville de Deir ez-Zor.

100 soldats sont arrivés ces deux derniers jours dans laprovince orientale de Deir Ezzor , équipés de véhicules blindés, d’armements lourds, de lance-missiles et de radars mobiles, a indiqué pour sa part le site de la télévision qui diffuse depuis Dubaï, Orient News.

Les Français occupent déjà une zone pétrolifère, celle du gisement Al-Omar, qu’il semble vouloir transformer en leur base principale dans le nord syrien.

Les forces françaises sont actuellement présentes dans cinq régions du nord de la Syrie : dans les hauteurs de Kobané, Aïn al-Arab, la région de Sarin, la cimenterie Lafarge, le village de Kharab-e-Eshq et la région d’Aïn-Issa dans la banlieue de Raqqa. Des témoins oculaires ont vu ces forces françaises entrer au champ pétrolier d’al-Jafra puis s’installer dans le désert d’Aqeedat et enfin dans la localité d’al-Thour, indique Arabi 21.

Mais cela fait deux mois que la présence des militaires français est devenu plus visible dans cette région conquise par la milice kurde avec l’aide de la coalition internationale, a assuré le journaliste syrien Firas Allawi pour Orient news.

Quant à Hussein al-Bassi, un ancien membre de la Coalition des négociations syriennes (CNS), il a déclaré dans son entretien avec Arabi 21 que l’objectif poursuivi par les Français était de pérenniser la présence de leurs forces en Syrie et de montrer qu’ils sont des acteurs influents pour ce pays et pour son avenir.

Al-Bassi a indiqué aussi que l’arrivée des troupes françaises à Deir ez-Zor s’était faite avec l’aval de la prétendue coalition internationale de «lutte contre le terrorisme » et aussi après que plusieurs dirigeants kurdes se soient rendus en France. Il ajoute que la France jouera un rôle majeur dans la solution politique finale à la question syrienne.

Al-Bassis a ajouté que la France était à la recherche d’une région pour exercer son influence et son rôle international d’antan. Et que les miliciens kurdes, eux, cherchaient un nouveau garant après l’effacement du bon parrain, l’Amérique.

Pour Allawi, « les Français voudraient surtout obtenir une part du gateau de la reconstruction de la Syrie, et un rôle dans la solution polique ».

« Il y a un message politique pour le régime d’Assad, un autre pour l’Iran, en corrélation enrte autre avec la participation de la France », dans le bombardement tripartite contre la Syrie, perpétré la semaine passée, estime Allawi.

 

Sources: Arabi 21; Press TV; Orient news

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/865852


 

L'ARMEE SYRIENNE FRAPPE LES POSITIONS DES TERRORISTES DE DAECH AU SUD DE DAMAS

Syrie

L’armée syrienne frappe les positions des djihadistes au sud de Damas

© Sputnik . Serguei Mamontov

INTERNATIONAL

URL courte

8942

Après la reprise de la Ghouta orientale, les troupes syriennes continuent l’opération de nettoyage pour évincer les djihadistes de la banlieue de Damas.

L'aviation syrienne a bombardé ce dimanche des positions des djihadistes dans le quartier de Hajar Aswad au sud de Damas, rapporte un correspondant de l'agence SANA.

 

Berlin

© SPUTNIK . EKATERINA TCHESNOKOVA

Berlin réagit après la découverte de chlore allemand dans la Ghouta orientale

Cette enclave, qui se trouve aux abords du camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, est contrôlée par Daech* et d'autres groupes djihadistes, ajoute Reuters.
Selon SANA, les frappes concentrées ont causé aussi la destruction de dépôts de munitions des terroristes, tandis que des unités d'infanterie avancent à partir de plusieurs axes pour élargir la zone qu'elles contrôlent dans les environs du quartier.

 

Le 14 avril, le Commandement de l'armée syrienne a annoncé que la Ghouta orientale était complètement libérée après l'évacuation de tous les radicaux de la ville de Douma.

*organisation terroriste interdite en Russie

https://fr.sputniknews.com/international/201804221036058061-armee-syrienne-frappe-djihadistes/


 

Dr BACHAR AL-JAAFARI : INFRASTRUCTURES ET VIES DETRUITES SONT LES EXPLOITS DE LA COALITION CONTRE LES TERRORISTES DE DAECH

Infrastructures et vies détruites sont les exploits de la Coalition contre Daech

Par Dr. Bachar al-Jaafari

Mondialisation.ca, 19 avril 2018

The Syrian Mission to the United Nations

Région : 

Thème: 

Analyses: 

Pour mémoire, voici l’intervention du délégué permanent de la Syrie auprès des Nations Unies devant le Conseil de sécurité réuni le 17 avril 2018 [*], à la demande de la Fédération de Russie, afin d’examiner la situation humanitaire à Raqqa et au Camp d’Al-Fourkane occupés par les États-Unis. Mais, il semble que la Ghouta orientale, libérée des terroristes par l’Armée arabe syrienne et ses alliés, n’a pas fini de nourrir les rancœurs de ladite Coalition internationale de lutte contre Daech [Mouna Alno-Nakhal].

____________________________________________

 Monsieur le Président,

Aristote aurait dit : « Vouloir prouver des choses qui sont claires d’elles-mêmes, c’est éclairer le jour avec une lampe »…

Une pensée qui me ramène à certains de mes collègues présents dans cette salle, lesquels se comportent comme si, le microscope à la main, ils recherchaient sous leurs objectifs quelques poussières de vérité par-ci par-là, faisant mine d’ignorer l’énorme éléphant [fait de mensonges et de tromperies] qui devrait symboliser cette session ainsi que les précédentes.

Un énorme éléphant correspondant, évidemment, à la triple agression de mon pays par des États Membres permanents de ce Conseil et à l’occupation du tiers de son territoire par ces trois États agresseurs et par d’autres ; occupations sur lesquelles je reviendrai ultérieurement.

Ma collègue représentant la déléguée permanente des États-Unis a fièrement déclaré que les forces de son pays avaient retiré 3000engins explosifs à Raqqa. N’aurait-il pas mieux valu que les forces de son pays -lesquelles occupaient et occupent toujours cette ville- exigent la remise de la carte indiquant l’emplacement de plus de 10000 de ces engins lorsqu’elles ont protégé la sortie de 4000 éléments terroristes de Daech avant de les déployer sur toute une région s’étendant du nord de Deir ez-Zor jusque Al-Chaddadi ? N’aurait-il pas mieux valu que les forces de son pays exigent cela au lieu de se vanter, un an et demi après avoir sorti Daech de Raqqa, d’avoir réussi à se débarrasser de 3000 engins explosifs ?

J’aimerais aussi commencer par m’adresser succinctement au collègue représentant le délégué permanent de la Suède, lequel a cité mon pays 16 fois en sommant le gouvernement syrien de répondre à telle ou telle question, sans jamais exiger que les États-Unis mettent fin à leur occupation d’une partie de notre territoire ; sans jamais exiger que la Turquie et Israël en fassent autant ; sans jamais demander la condamnation de la triple agression sur mon pays ce 14 avril ; sans jamais prononcer un seul mot à propos du terrorisme qui sévit sur notre sol sous les auspices des États, que je viens de citer, et des conciergeries du gaz et du pétrole en notre région. Autant de points retenus de vos propos, mon cher collègue !

Quant à notre collègue français, il a donné beaucoup d’informations apparemment puisées auprès de l’organisation d’invention française, « Médecins sans frontières », laquelle est comparable à celle des « Casques blancs », sauf qu’elle est une invention des Services de renseignement britanniques.

En fait, l’organisation « Médecins sans frontières » est présente à Raqqa sans autorisation du gouvernement syrien, tout comme l’organisation Daech. Des médecins sans frontières qui sont entrés en Syrie, à la manière des trafiquants sans frontières, des criminels sans frontières, des opposants sans frontières à la mode d’aujourd’hui, des agents sans frontières, d’une agression sans frontières, du terrorisme sans frontières; l’important étant que l’ingérence dans les affaires syriennes soit « sans frontières » pour la pleine satisfaction du délégué français et des autres.

Monsieur le Président,

En réponse aux diffamations, aux mensonges et à l’hypocrisie des communiqués de certains délégués à propos de la mission d’enquête à Douma, j’aimerais partager avec vous certaines informations. Naturellement, elles pourraient étancher la soif de la déléguée britannique qui vous a pressés de lui fournir le rapport de cette mission dans les 24 heures. Je me dévoue, inutile de la faire attendre :

  • Je vous avais précédemment informés que le gouvernement syrien a facilité toutes les procédures nécessaires à l’arrivée de la mission d’enquête en Syrie. Aujourd’hui même, le groupe onusien est entré dans Douma à 15 heures pour Damas, et donc à 8 heures pour New York, afin d’évaluer la situation sécuritaire sur place et de commencer son travail dès demain s’il la juge satisfaisante. En d’autres termes, la décision d’enquêter à Douma dépend uniquement de l’équipe onusienne et de l’OIAC, le gouvernement syrien ayant fait le nécessaire pour leur faciliter la tâche.
  • De plus, dès hier, c’est-à-dire dès son arrivée à Damas, l’équipe a pu entendre quelques témoins de la présumée attaque [chimique à Douma] ; ce qui signifie qu’elle a déjà commencé à travailler et que toutes les rumeurs et tous les mensonges que vous avez entendus ne visent qu’à défigurer sa mission et à couvrir l’agression sur la Syrie.

Monsieur le Président,

Cette réunion se tient le jour de la Fête nationale syrienne, la Fête de l’Indépendance suite à l’expulsion du colonialisme français le 17 avril 1946 et, nous regrettons d’avoir à dire que certains États -dont la France et ceux qui ont lancé leur lâche agression sur la Syrie le 14 avril courant- n’ont pas encore compris que la volonté de liberté et d’indépendance est désormais solidement ancrée chez tous les peuples et que les époques de leur domination hégémonique font partie d’un passé lointain.

Les tentatives d’un retour en arrière ne réussiront pas, quelle que soit la taille de leurs navires de guerre, de leurs avions et de leurs missiles « beaux, nouveaux et intelligents », quelle que soit la sévérité de leurs menaces ou l’étendue de leur soutien au terrorisme et aux groupes armés, sous n’importe quel prétexte. Les peuples de toute la planète en ont assez de leur mépris des principes de la Charte des Nations et de leurs violations du Droit international sans jamais avoir à en rendre compte à quiconque.

La délégation de mon pays remercie la délégation de la Fédération de Russie pour avoir convoqué cette réunion afin de discuter de la situation à Raqqa, cette ville martyre complètement détruite par les forces américaines et leur prétendue coalition de lutte contre le terrorisme.

 

Ici, je ne compte pas informer les membres de ce Conseil sur la situation catastrophique de cette ville à partir d’une évaluation de la République arabe syrienne, mais des conclusions de la mission d’évaluation des Nations Unies dont le Ministère syrien des Affaires étrangères et des Émigrés a reçu la copie officielle, le 4 avril courant, via le Coordonnateur des Nations Unies résidant à Damas. Je cite : « La ville de Raqqa est face à une situation critique nécessitant sa reconstruction totale ainsi que la restructuration de l’administration et de l’ensemble des services publics à partir de zéro ». Fin de citation.

Telle est l’évaluation des Nations Unies, non celle de « Médecins sans frontières » ou de clowns sans frontières !

Quant à l’ampleur des destructions, je me réfère ici à quelques conclusions de l’équipe onusienne rendue à Raqqa :

  • Tous les bâtiments sont totalement ou partiellement détruits ; autrement dit, Raqqa n’est pas détruite à 70 ou 80 %, mais à 100 %.
  • La population estimée à environ 300 000 habitants avant la crise n’en compte plus que 7000 depuis la fin des attaques de ladite Coalition ; ce qui signifie qu’ils ont dégagé 4000 daechistes mais ont aussi fait sortir ses 300 000 résidants.
  • Il n’y a plus aucun service public ou de premières nécessités : pas d’eau, pas d’électricité, pas de couverture de téléphonie mobile.
  • Tous les hôpitaux et dispensaires sont détruits. Il n’y a actuellement aucun hôpital opérationnel dans la ville, abstraction faite desdits « Médecins sans frontières » !

Ce qui s’est passé à Raqqa est un exemple de crimes parmi d’autres crimes commis par la prétendue Coalition internationale menée par les États-Unis contre Daech.

Une coalition qui n’a jamais eu pour but la lutte contre le terrorisme, mais le but de saper la souveraineté, l’unité et l’intégrité territoriale de mon pays, de tenter d’affaiblir les Forces de l’Armée arabe syrienne et de ses alliés face aux groupes terroristes.

Une coalition dont les seuls vrais exploits ont consisté à ôter la vie à des milliers de civils innocents par les plus terribles des armes, dont des armes incendiaires, et à détruire les infrastructures syriennes, dont des barrages, des ponts, des hôpitaux, des écoles, des institutions et des installations visant le développement du peuple syrien et ses ressources indispensables à la reconstruction du pays, à commencer par les puits et les installations pétro-gazières, ainsi que le personnel chargé de leur entretien.

Ici, je me contenterai de rappeler quelques exemples de massacres de civils, tels ceux commis à Al-Mayadeen et Al-Boukamal, mi-mai 2017 ; à Al-Sour ainsi que dans les deux villages d’Al-Dablane et de Zibane près de Deir-Zor, fin juin 2017 ; dans la région de Tal al-Chayer, le 19 juin 2017 ; dans le village d’Al-Zayanate, le 4 juillet 2017 ; dans le village d’Al-Kachkach au sud de Hassaké, le 12 juillet 2017 ; dans les villages d’Al-Chaf’a et de Zahret Alouni, le 25 février 2018 ; et dans le village d’Al-Bahra, le 20 février 2018.

Toujours pour exemple, la meilleure preuve que le but de cette coalition illégitime n’a jamais été de combattre le terrorisme, mais de faire obstacle à l’Armée arabe syrienne et à ses alliés dans leur guerre ininterrompue contre l’organisation terroriste Daech, est l’attaque aérienne menée contre l’Armée arabe syrienne sur le Mont al-Tharda à Deir ez-Zor, le 17 septembre 2016. Vous devez tous vous souvenir de ce qui s’est passé ce jour là.

Ce qui s’est passé est que les avions américains de ladite coalition tentaient d’assurer un passage sécurisé aux éléments de Daech entre les territoires syrien et irakien ; tout comme ce fût le cas lors de l’attaque du 8 Février 2018 ayant tué des dizaines de combattants parmi les Forces populaires supplétives de l’Armée syrienne, en pleine bataille contre Daech sur la rive Est de l’Euphrate.

Ladite coalition a non seulement attaqué les Forces de l’armée arabe syrienne, mais elle a aussi soutenu et protégé les reliquats de l’organisation terroriste Daech en leur permettant de sortir, en toute sécurité, de Raqqa et de Deir ez-Zor, la plupart étant des terroristes venus de l’étranger. Ce faisant, elle leur a permis de revenir attaquer l’Armée syrienne et ses alliés à Deir ez-Zor.

C’est ainsi que les États-Unis ont sauvé les reliquats de Daech de leur destin inévitable face à l’Armée syrienne et à ses alliés, afin qu’ils puissent continuer à semer la terreur tout le long de la bande frontalière syro-irakienne. Et, les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne ont couronné le tout par leur triple agression à l’aube de ce samedi 14 avril, avec la participation de l’Arabie Saoudite, du Qatar et d’Israël pour se venger de l’Armée syrienne, suite à la défaite des bras armés terroristes de leurs gouvernements respectifs dans la Ghouta orientale.

Monsieur le Président,

Discuter des conditions humanitaires tragiques provoquées par cette coalition illégitime à Raqqa, amène à discuter de ce qui se passe dans le « camp d’Al-Roukbane ». Ici, j’affirme que le gouvernement syrien avait accepté d’y acheminer l’aide humanitaire en coopération avec la Croix-Rouge internationale et le Croissant rouge arabe syrien ; mais les forces américaines présentes dans ce camp l’en ont empêché et lui ont posé des conditions impossibles à satisfaire.

Les États-Unis sont responsables de la situation catastrophique dans ce camp et nous affirmons que la principale raison de leur positionnement est de l’exploiter militairement, pour entraîner les reliquats de Daech et d’autres organisations terroristes en vue de leurs futures batailles contre la Syrie, l’Irak, la Libye et d’autres pays de la région et du monde.

Pour terminer Monsieur le Président,

Je reparle de l’éléphant du début de mon intervention : la scène politique syrienne est claire et ne nécessite ni projets de résolutions, ni nouveaux mécanismes, ni réunions quasi-quotidiennes sous divers titres, mais nécessite plutôt que le Conseil de sécurité remplisse son mandat conformément aux dispositions de sa Charte en s’opposant aux occupations américaine, turque et israélienne de notre territoire, ainsi qu’aux États qui soutiennent le terrorisme et imposent des mesures coercitives unilatérales au peuple syrien, afin que des millions de Syriens ne deviennent pas des réfugiés et des déplacés, comme l’ont dit certains collègues.

En effet, ce conseil ne peut se résoudre à dépendre de l’envie des gouvernements des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France de faire de cette organisation une organisation des Nations Désunies ou des seules Nations unies par la violation des dispositions de sa Charte, l’invasion des pays, l’ingérence dans leurs affaires intérieures, les tentatives de changement de leurs régimes par la force, les agressions répétées, la destruction des peuples et de leurs civilisations.

Veuillez m’excuser si j’ai été long, Monsieur le Président.

Je vous remercie.

Dr Bachar al-Jaafari

Délégué permanent de la Syrie auprès des Nations Unies

17/04/2018

 

Transcription et traduction par Mouna Alno-Nakhal pour Mondialisation.ca

Source The Syrian Mission to the United Nations

https://www.youtube.com/watch?v=9eW0CgODD1E

 

[*] Nouvelle passe d’armes au Conseil de sécurité entre la Fédération de Russie et les pays occidentaux à propos de la situation humanitaire en Syrie

https://www.un.org/press/fr/2018/cs13302.doc.htm

***

La source originale de cet article est The Syrian Mission to the United Nations

Copyright © Dr. Bachar al-Jaafari, The Syrian Mission to the United Nations, 2018

https://www.mondialisation.ca/infrastructures-et-vies-detruites-sont-les-exploits-de-la-coalition-contre-daech/5624966


 

UN SECOND PETIT SYRIEN RACONTE LE TOURNAGE DES SCENES DE LA VIDEO SUR "L'ATTAQUE CHIMIQUE"

Un second petit Syrien évoque le tournage de la vidéo sur «l’attaque chimique» à Douma

 Depuis 13 heures  21 avril 2018

moustapha_douma

 Moyent-Orient - Syrie

 

Un petit Syrien de Douma a évoqué devant les journalistes de Sputnik le tournage des scènes de la présumée attaque chimique du 7 avril dans cette ville de la banlieue est de Damas. Il y a participé pour avoir des biscuits et des pommes de terre.

Le petit Moustafa, 10 ans, habite dans la ville syrienne de Douma. Au début, il ne voulait pas parler aux correspondants de Sputnik parce que les membres de Jaych al-Islam répétaient ces dernières années que ceux qui habitent les territoires sous contrôle de l’armée syrienne haïssent les enfants et veulent les tuer. Moustafa refuse net de poser devant la caméra et ne permet de prendre que de loin une photo de lui.

Mais peu à peu, il s’habitue et se libère de sa peur. Il confie à Sputnik qu’il aime étudier, mais que son école est détruite.

«Vous ne me tuerez pas si je vous dis ce que nous avons fait?», lance-t-il tout à coup.

Et il nous raconte comment des hommes de Jaych al-Islam ont promis aux enfants des dattes s’ils exécutaient leurs ordres.

«Les enfants ont été rassemblés aux abords de l’hôpital. Ils [les membres de Jaych al-Islam, ndlr] nous ont dit que nous aurions des biscuits et des pommes de terre si nous suivions toutes leurs consignes […] On a commencé à nous asperger d’eau avec des tuyaux. Puis les adultes nous ont pris par la main et nous ont entraînés à l’intérieur de l’hôpital où nous avons été pris en photo. Enfin, on nous a distribué les aliments promis et on nous a dit qu’on pouvait jouer parce qu’on avait été sages.»

Moustafa a expliqué qu’en règle générale, les enfants n’étaient pas autorisés à aller à l’école ni à jouer.

Un autre garçon syrien, Hassan Diab, avait précédemment évoqué à la chaîne de télévision Rossiya 24 la vidéo où il était présenté comme une victime de la présumée attaque chimique du 7 avril à Douma. Rossiya 24 a diffusé l’interview de ce garçon de 11 ans qui a participé au tournage de la vidéo sur «l’attaque», invité, comme de nombreuses autres personnes, par les Casques blancs.

Les pays occidentaux ont accusé Damas d’avoir perpétré une attaque chimique à Douma. La Russie a démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma, publiées par les Casques blancs sur les réseaux sociaux. Moscou estime que l’objectif de ces informations mensongères est de protéger les terroristes et de justifier d’éventuelles actions extérieures.

Une mission de l’OIAC est arrivée le 14 avril à Damas pour enquêter sur l’attaque prétendue chimique à Douma, après le bombardement par les pays occidentaux.

Source: Sputnik

https://french.almanar.com.lb/864092


 

SYRIE : LE QALAMOUNE ORIENTAL ET LA GHOUTE OCCIDENTALE SE DEBARRASSENT DE LEURS TERRORISTES

Le Qalamoune oriental et la Ghouta occidentale se débarrassent de leurs terroristes.

 Depuis 10 heures  21 avril 2018

camp_yarmouk

 Moyent-Orient - Non classé - Spécial notre site - Syrie

 

Rédaction du site

evacuation_qalamoune

Après l’accord sur la localité al-Damir,  un autre accord a été conclu entre les autorités syriennes et les groupes armés qui occupaient d’autres régions situées dans la même région du Qalamoune de l’Est, en l’occurrence Al-Rahibat, Jiroud, et Al-Nassirat.

A l’instar de tous les autres accords, il stipule que les miliciens livrent leurs armements moyens et lourds en plus des dépôts d’armements.
Les terroristes qui occupent cette région appartiennent à Jaïsh al-Islam, la milice pro saoudienne qui occupait Douma, dans la Ghouta orientale, à l’est de Damas

Ils devraient en contrepartie être acheminés vers deux zones distinctes. La evacuation_qalamoune1première est Jarablus, ville située dans la province nord-est d’Alep, à la frontière avec la Turquie. La deuxième destination étant la province d’Idleb, occupée par plusieurs milices à leur tête l’ex-branche d’Al-Qaïda, le front al-Nosra, rebaptisé front Fatah al-Cham, et combattant dans le cadre de la constellation de milices takfiristes Hayat Tahrir al-Cham.

Ce samedi, des bus sont entrés à Al-Rahibat pour embarquer les miliciens et les membres de leurs familles.

Selon l’agence russe Sputnik, l’accord stipule aussi que ce sont seulement les policiers russes qui se déploieront dans les entrées de ces localités, et se pointeront aussi dans les bus. Un comité tripartite devra être formé pour régler la question des détenus et pour procéder aux fouilles des convois une seule fois. En fonction de l’entente, les propriétés des civils devraient être laissés intactes et ne pas faire l’objet de confiscations.

Doumeir évacuée

arsenal_doumeir

Le 19 avril, c’est la localité al-Doumeir qui avait été évacuée : selon Média de guerre, 31 bus ont emmené 1694 miliciens de Jaïsh al-Islam et les membres de leurs familles à Jarablus.

Les soldats syriens y ont découvert un arsenal important contenant notamment des missiles de fabrication américaine, d’après l’agence syrienne Sana.
L’arsenal contenait des roquettes de fabrication artisanale, un lance-roquettes multiples Grad, de nombreux projectiles pour lance-roquettes, des mortiers, des dizaines d’engins explosifs, des grenades, plusieurs missiles de fabrication américaine TOW, des mines, des boîtes d’explosifs, des détonateurs télécommandés et des plateformes de tirs de roquettes artisanales.

L’armée syrienne a également découvert des locaux ayant appartenu aux miliciens de Jaïsh al-Islam, y compris des ateliers de fabrication d’engins explosifs et de roquettes, ainsi que des sous-sols qui avaient servi de prison.

Selon l’agence russe Sputnik, pour cette milice pro saoudienne, Doumeir a été un centre d’approvisionnement et de contrôle de la région de Qalamoun Est.

Ghouta occidentale: la bataille lancée

camp_yarmouk1

Dans La Ghouta occidentale,  l’accord a été impossible et l’opération militaire destinée à libérer les deux localités de Hajar Assouad et le camp Yarmouk se poursuit.

Selon Média de guerre de l’armée syrienne, cette dernière a entrepris ce samedi matin l’assaut de Hajar Assouad. Ces derniers jours, elle avait entamé la prise du camp de Yarmouk et s’est emparé d’un certain nombre de ses blocs.

Ces deux localitées situées dans  le sud de la capitale sont occupées par la milices wahhabite terroriste Daech, qui a grossi ses rangs en accueillant des miliciens de l’Armée syrienne libre convertis.

hajar_assouad

Source: Divers

     

https://french.almanar.com.lb/864235


 

EN ROUTE POUR DOUMA, LES INSPECTEURS DE L'OIAC CHERCHENT A LIMITER LE NOMBRE DES LIEUX A INSPECTER

Urgent

Les inspecteurs de l'OIAC sont en route pour Douma

© Sputnik .

INTERNATIONAL

URL courte

18170

Les inspecteurs de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) sont en route pour Douma, a déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

 

Ghouta orientale (image d'illustration)

© REUTERS / BASSAM KHABIEH

Les inspecteurs de l’OIAC ne veulent pas rencontrer les résidents de Douma

Les experts de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) sont partis pour Douma ce dimanche matin, 21 avril, selon la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

 

«Selon les informations dont nous disposons, durant la matinée du 21 avril, la mission spéciale de l'OIAC sur l'établissement des faits d'un recours aux armes chimiques en Syrie est en route pour Douma [Ghouta orientale, ndlr] pour rejoindre les lieux du recours présumé à des produits chimiques toxiques», a fait savoir la porte-parole de la Diplomatie russe.

Maria Zakharova a ajouté que les tentatives des spécialistes de l'OIAC pour limiter le nombre des lieux à inspecter, ainsi que le cercle des personnes à interroger, est particulièrement préoccupant.

Et de poursuivre:

«Nous attendons que les inspecteurs de l'Organisation mènent une enquête la plus impartiale possible qui permettra d'établir toutes les circonstances de ce qui s'est passé à Douma et qu'ils rendent un rapport objectif dans les meilleurs délais».

Dans le même temps, Maria Zakharova a souligné le fait que la mission arrive sur les lieux 11 longs jours après que le Secrétariat technique de l'OIAC a reçu la demande officielle de Damas sur l'envoi d'enquêteurs.

«Nous considérons de tels délais dans une affaire d'une telle résonance, quelles qu'en soient les raisons, sont inadmissibles», a-t-elle souligné.

Et d'expliquer que ce n'était pas seulement la partie syrienne qui assurait la sécurité des employés de l'OIAC, mais aussi le commandement du contingent militaire russe en Syrie.

Et de conclure:
«Nous sommes indignés par la déformation et la corruption des faits sciemment réalisées qui caractérisent tant les propos de personnalités officielles d'un certain nombre de pays occidentaux».

 

région de Qalamoun

© REUTERS / BASSAM KHABIEH

Des missiles US découverts dans un arsenal des radicaux au nord-est de Damas

Dans la nuit du 13 au 14 avril, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont attaqué des sites d'infrastructures militaires de la Syrie. Les pays occidentaux soutiennent qu'une attaque chimique a eu lieu le 7 avril dans la ville de Douma, près de la capitale syrienne. La Russie a démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma publiées par les Casques blancs sur les réseaux sociaux.

 

Damas a qualifié les accusations contre l'armée syrienne liées aux armes chimiques de peu convaincantes. La partie syrienne a plus d'une fois souligné que tout son arsenal chimique avait été évacué du pays en 2014 sous le contrôle de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

https://fr.sputniknews.com/international/201804211036049471-experts-ghouta-armes-chimiques/


 

LE PSYCHOPATHE SECRETAIRE D'ETAT A LA DEFENSE US JAMES MATTIS PRECISE DANS QUEL CAS LES USA POURRAIENT ENCORE FRAPPER LA SYRIE

James Mattis, chef du Pentagone

Le Pentagone précise dans quel cas les USA pourraient de nouveau frapper la Syrie

© REUTERS / Yuri Gripas

INTERNATIONAL

URL courte

Dossier:

Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (102)

25038

Le secrétaire américain à la Défense a conseillé à Bachar el-Assad de prendre en compte la leçon que les États-Unis, la France et le Royaume-Uni lui ont donnée dans la nuit du 13 au 14 avril. Sinon, une nouvelle attaque n’est pas exclue.

Les États-Unis sont prêts à mener de nouvelles actions militaires contre la Syrie, si le Président syrien Bachar el-Assad néglige le message de la frappe du 14 avril, a déclaré le secrétaire américain à la Défense James Mattis.

«Il est mal avisé de négliger le message de la communauté internationale et nous sommes prêts à prendre toutes les mesures qui s'imposeront dans l'avenir», a martelé le chef du Pentagone lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue japonais Itsunori Onodera.

 

Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

Les contradictions de Donald Trump sur la Syrie

Il a mis en avant le soutien universel de ce qu'il a qualifié d'«attaque regrettable mais nécessaire» contre les sites de la production présumée des armes chimiques.

 

Dans la nuit du 13 au 14 avril, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont porté des frappes contre des sites syriens où, selon eux, pourraient être fabriqués des armes chimiques. Sur 103 missiles tirés, 71 ont été interceptés par la DCA syrienne, selon le ministre russe de la Défense. Le bombardement a été mené suite à l'attaque chimique qui aurait été perpétrée le 7 avril à Douma, près de Damas, selon les pays occidentaux.

https://fr.sputniknews.com/international/201804211036048990-pentagone-usa-frappes-syrie/


 

L'AMATEURISME DES CASQUES BLANCS : MASQUES A GAZ, CASQUES BLANCS ET ACCESSOIRES DE TOURNAGE JETES A LA DECHARGE

masque à gaz

Mauvaise hâte: les Casques blancs jettent leurs accessoires de tournage à la décharge

CC0 / pixabay

INTERNATIONAL

URL courte

251202

Un habitant de Douma a découvert à la décharge publique des masques à gaz, dont ceux fabriqués dans les pays occidentaux, des vêtements et … des casques blancs, symboles de l’organisation éponyme. Son témoignage a été diffusé par la chaîne russe Zvezda.

Oumar, habitant de la ville syrienne de Douma où le 7 avril a été prétendument effectuée une attaque chimique, a raconté à des journalistes russes de la chaîne de télévision Zvezda qu'il avait découvert les accessoires de tournage dont se sont débarrassés les radicaux.

«Un camion des terroristes s'est arrêté à la décharge. Deux individus vêtus de l'uniforme de Jaych al-Islam en sont sortis et ont laissé plusieurs sacs. Après qu'ils sont partis, j'ai décidé d'y aller pour regarder qui ils ont exécuté cette fois et jeté à la décharge, ce qui s'était souvent passé pendant les dix jours avant leur départ de Douma. Lorsque j'ai ouvert ces sacs, j'ai vu des masques à gaz et une certaine poudre», a-t-il dit.

Selon la chaîne russe, il pourrait s'agir des accessoires utilisés par les Casques blancslors du tournage de la vidéo de la présumée attaque chimique du 7 avril.

De nombreux habitants de Douma ont déclaré que l'attaque chimique ne pouvait pas avoir réellement eu lieu.

«Le lieu où, selon eux, a été perpétrée l'attaque chimique se trouve près de ma maison. Si cette attaque s'était vraiment produite, elle aurait eu des répercussions sur nous… Même si nous n'étions pas morts, nous aurions été intoxiqués ou nous aurions senti quelque odeur. Mais nous n'avons rien senti et nous sommes tous sains», a confié aux journalistes russes Abou Azzab qui habite à Douma avec sa femme et ses quatre enfants.

Auparavant, deux enfants avaient raconté avoir participé au tournage des scènes de la présumée attaque chimique. Selon eux, les hommes de Jaych al-Islam leur ont promisdes dattes et des biscuits s'ils exécutaient leurs ordres.

Le ministère russe des Affaires étrangères a également fait savoir que des conteneurs avec du chlore en provenance d'Allemagne et des grenades fumigènes fabriquées à Salisbury avaient été découverts lors de la libération de Douma.

Dans la nuit du 13 au 14 avril, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont porté des frappes contre la Syrie. Sur 103 missiles tirés, 71 ont été interceptés par la DCA syrienne, a indiqué le ministre russe de la Défense. Le bombardement a été mené au prétexte d'une opération visant à éliminer de prétendues armes chimiques syriennes, suite à l'attaque chimique qui aurait été perpétrée le 7 avril à Douma, près de Damas, selon les pays occidentaux.

 

LA RUSSIE A DE NOUVELLES PREUVES DE FABRICATION D'ARMES CHIMIQUES PAR LES TERRORISTES EN SYRIE

Russie: nouvelles preuves de fabrication d’armes chimiques par les terroristes en Syrie

Fri Apr 20, 2018 5:36PM

Des experts de l’OIAC en mission de travail en Syrie. ©AP/Illustration

Des experts de l’OIAC en mission de travail en Syrie. ©AP/Illustration

Selon des preuves avancées par l'armée russe, le groupe terroriste Jaysh al-Islam produirait des armes chimiques en Syrie.

Le ministre russe de la Défense a déclaré vendredi que les frappes occidentales sur la Syrie n’avaient pas ramené la stabilité dans le pays, selon l’agence de presse Fars News .

« Je tiens à souligner que ces frappes aériennes se sont déroulées à un moment inopportun ; c'est-à-dire deux jours avant que nous ne terminions les opérations dans la Ghouta orientale », a-t-il déclaré lors d'une rencontre avec l'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura.

Il a souligné que les frappes américaines, britanniques et françaises n'ont pas réussi à stabiliser la Syrie.

Par ailleurs, l'armée russe affirme, preuves à l’appui, que les groupes rebelles armés détenaient une quantité considérable de produits chimiques comme l’hexamine qui entre dans la composition des armes chimiques. « Des analyses d'échantillons prélevés sur les sites de la Ghouta orientale en Syrie montrent qu'ils contiennent des marqueurs chimiques comme l’hexamine », a annoncé un responsable militaire russe.

Cela prouve bien que les terroristes de Jaysh al-Islam produisent des gaz toxiques dans la ville de Douma, rapporte Sputnik.

Pour rappel, le 7 avril dernier, suite à l'avancée de l'armée syrienne dans la ville de Douma dans la Ghouta orientale, l’opposition syrienne a accusé le gouvernement de Damas d’avoir mené une attaque chimique contre la région. Une semaine plus tard, cette allégation sans fondement a ouvert la voie à une attaque en Syrie des États-Unis menées en coordination avec la Grande-Bretagne et la France.

La Syrie et la Russie rejettent catégoriquement les accusations d’attaque chimique à Douma.  

http://www.presstv.com/DetailFr/2018/04/20/559141/Russie-nouvelles-preuves-de-fabrication-darmes-chimiques-par-les-terroristes-en-Syrie


 

UN NOUVEAU PLAN US POUR DEMEMBRER LA SYRIE

Nouveau plan américain pour démembrer la Syrie

Fri Apr 20, 2018 4:43PM

Nouveau plan US pour démembrer la Syrie. (Illustration)

Nouveau plan US pour démembrer la Syrie. (Illustration)

Des sources diplomatiques et militaires russes font état de la mise en application d’un nouveau plan commandité par les États-Unis pour démembrer la Syrie.

La chaîne Al-Mayadeen citant certaines sources diplomatiques et militaires russes a annoncé cette nouvelle, sans manquer de rappeler que des groupes armés projetaient de lancer une vaste opération militaire dans le but de former un gouvernement indépendant vis-à-vis de Damas, avec Deraa comme capitale. À en croire ces sources, un point de passage a été établi entre Israël et la Jordanie pour transférer des armes lourdes vers les régions sous contrôle des groupes armés.

« Tout comme la région située à l’est de l’Euphrate contrôlée par les Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par les États-Unis, un nouveau gouvernement sera mis en place avec Deraa comme capitale. Il est fort probable que l’attaque chimique présumée à Douma soit évoquée par l’Occident pour justifier sa nouvelle agression contre la Syrie », ont-elles précisé.

Le journaliste d’Al-Mayadeen a déclaré que Moscou avait déjà mis en garde contre la mise en application d’un tel scénario.

 

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov s'entretient avec son homologue autrichienne Karin Kneissl lors de leur rencontre à Moscou le 20 avril 2018. ©AFP

 

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a révélé que l’Occident et les groupes armés présents en Syrie s’étaient entendus pour coordonner leurs attaques contre la Syrie.

Lors d’une conférence de presse avec son homologue autrichien, M. Lavrov a déclaré que les États-Unis tentaient de se faire des alliés pour mieux morceler et détruire la Syrie.

 

PressTV-La Syrie sera rayée de la carte ?

Les USA campent sur l’est de l’Euphrate avec comme but de démembrer la Syrie.

Sur le terrain, des individus armés déployés dans la province de Homs ont tenté de lancer une offensive, mais l’armée syrienne a réussi à neutraliser leur action qui s’effectuait en même temps que les raids aériens du trio USA/France/Grande-Bretagne.

Des rapports provenant des services de renseignement russe révèlent qu'un point de passage a été créé au triangle frontalier entre la Syrie, la Jordanie et Israël, dans la province syrienne de Deraa et que des armes lourdes, des artilleries, des lance-missiles et des blindés militaires sont transités vers la Syrie.

De l’avis des Russes, les aides humanitaires acheminées de la Jordanie vers la province de Deraa ne sont que des convois d’armes pour équiper les groupes terroristes et armés. Ils estiment que les Américains ne ménagent aucun effort pour coordonner les travaux entre les groupes armés dans le sud de la Syrie dans l’objectif de séparer de vastes pans du territoire syrien et de former un État indépendant vis-à-vis de Damas.

Le porte-parole du Pentagone Peter Cook a fait part devant les journalistes, ce vendredi 20 avril, d'un programme du département de la Défense pour se servir des Kurdes syriens pour former des États locaux dans certaines régions de la Syrie.

PressTV-L’Amérique veut démembrer la Syrie

« Tout en envoyant des militaires à l’est de l’Euphrate, les États-Unis visent à démembrer la Syrie », affirme un responsable iranien.

http://www.presstv.com/DetailFr/2018/04/20/559138/Syrie-Isral-USA-Deraa-dmembrement