SYRIE

SYRIE

RECENTES OFFENSIVES DU NOSRA ET D'AUTRES GROUPES TERRORISTES : LES RENSEIGNEMENTS REGIONAUX IMPLIQUES

Récentes offensives du Nosra et Cie : les renseignements régionaux impliqués

 Depuis 24 heures  24 mars 2017

ministereae1

 Moyent-Orient - Syrie

Rédaction du site

Le ministère syrien des Affaires étrangères a adressé deux messages au secrétaire général des Nations Unies et au Conseil de sécurité pour dénoncer l’offensive menée parle front al-Nosra et ses alliés à l’est de la capitale syrienne et dans la province de Hama dans le nord de la Syrie.

« Les informations dont nous disposons font part de preuves irréfutables sur l’implication de services de renseignements turcs, saoudiens et qataris dans ces événements », a accusé le ministère dans les deux lettres.
« Tout le monde sait aussi que ces deux derniers pays ont envoyé des millions de dollars au groupes armés pour les soudoyer afin qu’ils entreprennent ces offensives », a-t-il précisé. deux attaques presque simultanées ont été lancées depuis le dimanche dernier depuis la Ghouta orientale de Damas, où les insurgés ont tenté de briser le blocus qui leur est imposé et dans la province de Hama où les milices ont occupés quelques villages, avant d’être délogés de quelques uns.

« Ce qui explique aussi pourquoi les groupes de l’opposition armée soutenus par la Turquie s’étaient absentés de la dernière rencontre d’Astana et que les médias officiels de l’Arabie saoudite et du Qatar avaient salué cette absence », poursuit-il.

Selon lui, l’objectif principal de ces offensives est d’influer sur le cours des négociations de Genève et d’amortir les résultats des rencontres d’Astana.

« La province de Hama a fait l’objet d’attaques terroristes auxquelles ont participé en plus du front al-Nosra, Jaïsh al-Ezzat, Jaïsh al-Nasr, et Faïlak al-Cham », précisent aussi les deux textes, sachant que ces trois dernières milices participent en principe à l’accord de cessez-le-feu.

Branche d’Al-Qaïda en Syrie, le front al-Nosra, a opéré deux changements d’appellation : le premier vers le front Fateh al-Cham et le second en se fondant dans une coalition de milice, Hay’at Tahrir al-Cham (Instance de libération du Levant). Le but étant de simuler une séparation avec Al-Qaïda et d’éviter les sanctions qui en découlent.

Selon le ministère syrien, 60% des roquettes qui s’abattent sur la capitale syrienne proviennent des régions de la Ghouta orientale occupée par Jaïsh al-Islam, une milice wahhabite financée par l’Arabie saoudite.

http://french.almanar.com.lb/320010


 

L'ARMEE SYRIENNE LIBERE LE DERNIER BASTION DE DAECH AU N.O. DE RAQQA

Des soldats syriens célébrant la victoire

L'armée syrienne libère le dernier bastion de Daech au nord-ouest de Raqqa

© Photo. Vanessa Beeley

INTERNATIONAL

URL courte

Dossier:

Situation en Syrie (printemps 2017) (92)

345290

Les troupes syriennes poursuivent leur avancée vers la «capitale» de Daech Raqqa. Vendredi, ses soldats ont délogé les terroristes du dernier bastion de l'État islamique au nord-ouest de cette ville.

Les troupes de l'armée syrienne ont établi vendredi le contrôle sur la ville de Dayr Hafir, dans la province d'Alep, a appris l'agence Sputnik auprès d'une source renseignée.

Selon l'interlocuteur de l'agence, une série de combats acharnés opposant les troupes de l'armée syrienne à l'organisation terroriste Daech ont précédé la libération de la ville.

Situé entre Alep et l'Euphrate, Dayr Hafir, est le dernier grand bastion de Daech sur la route de l'armée syrienne vers Raqqa, capitale de l'organisation terroriste. Elle a été occupée par des extrémistes suite à leur expulsion de Manbidj et d'Al-Bab.

 

Jobar, image d'illustration

© SPUTNIK. ILIYA PITALEV

L’armée syrienne établit un contrôle total sur une zone industrielle à l’est de Damas

Comme l'a déclaré le Président Bachar el-Assad, la libération de Raqqa sera le prochain objectif de l'armée syrienne.

https://fr.sputniknews.com/international/201703241030611596-syrie-armee-liberation-raqqa/


 

L'ARMEE SYRIENNE CONTROLE TOTALEMENT UNE ZONE INDUSTRIELLE A L'EST DE DAMAS

Jobar, image d'illustration

L’armée syrienne établit un contrôle total sur une zone industrielle à l’est de Damas

© Sputnik. Iliya Pitalev

INTERNATIONAL

URL courte

Dossier:

Situation en Syrie (printemps 2017) (91)

71056211

Dans un communiqué diffusé vendredi, l’armée syrienne dit avoir entièrement délogé les extrémistes d’une zone industrielle de l’est de Damas. Les troupes gouvernementales poursuivent leur offensive contre l’ennemi qui concède d’importantes pertes.

Les unités d'élite de l'armée syrienne ont rétabli le contrôle sur tous les sites d'une zone industrielle de l'est de Damas précédemment occupée par les terroristes du Front al-Nosra, rapportent les forces armées du pays dans un communiqué.

« Les unités de nos forces armées en coopération avec les détachements des alliés ont repris le contrôle de tous les sites et complexes de bâtiments où s'étaient précédemment retranchés des terroristes du Front al-Nosra », a indiqué la source dans un communiqué dont Sputnik dispose d'une copie.

 

Province de Hama, image d'illustration

© AP PHOTO/

L’armée syrienne contient les attaques d’al-Nosra à Hama (Vidéo)

Le site en question est situé dans le nord du faubourg de Jobar.

 

Le communiqué précise que l'armée continue à poursuivre l'ennemi qui recule à l'intérieur de Jobar, précisant que les extrémistes concédaient des pertes considérables.

« Au cours de ces dernières 48 heures, cette zone industrielle s'est transformée en cimetière pour des centaines de terroristes qui y ont été éliminés », souligne la source.

https://fr.sputniknews.com/international/201703241030608604-nosra-damas-armee-controle/


 

CE MERCREDI 22 MARS DES DIZAINES DE CIVILS TUES LORS DE RAIDS AERIENS US

Syrie : raid aérien des États-Unis sur une école

Wed Mar 22, 2017 2:5PM

En octobre 2016, des dizaines d’enfants et d’enseignants sont morts lors d’un raid aérien qui visait une école dans la province d’Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie. ©Getty Images

En octobre 2016, des dizaines d’enfants et d’enseignants sont morts lors d’un raid aérien qui visait une école dans la province d’Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie. ©Getty Images

Des dizaines de civils syriens ont été tués, ce mercredi 22 mars, dans des raids aériens attribués aux avions de la coalition américaine, sur des zones résidentielles près de la ville de Raqqa.

Le raid a presque démoli tout le bâtiment de l’école de la ville de Mansoura située à l’ouest de Raqqa, qui abritait 50 familles déplacées, selon SANA. Le total des victimes s’élèverait à 200 morts et des dizaines de blessés graves.

Les sources locales ont affirmé que la coalition américaine a effectué à l’aube un raid aérien qui a visé l’école Dadiya Dakhiliya, qui se trouve à 30 km à l’ouest de Raqqa et qui abritait 50 familles issues des provinces d’Alep, de Raqqa et de Homs.

Lundi soir, les bombardiers américains avaient attaqué la cité industrielle et les pompes à gaz de la ville stratégique d’al-Tabaqa, faisant 8 victimes civiles.

Selon les médias syriens, il n’y aurait aucun moyen de soigner les blessés dans les zones occupées par Daech les ponts et les voies ont été détruits et il n’existe pas d’hôpital au sud de Raqqa.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme, proche des groupes rebelles, a annoncé que l’attaque contre l’école à Raqqa a fait au moins 11 morts, sans faire allusion à l’identité des assaillants.

Les bavures de la coalition américaine en Syrie sont nombreuses. La dernière datait du 12 mars. Elle avait visé Kasrat, au sud de Raqqa, faisant 19 victimes civiles. 

http://presstv.com/DetailFr/2017/03/22/515256/Syrie-raid-arien-des-tatsUnis-sur-une-cole


 

L'ARMEE US INTERVIENT A TABAQA EN BOMBARDANT TOUT SUR SON PASSAGE TUANT PLUS DE 200 CIVILS EN 15 JOURS

Raqqa: les militaires US interviennent directement à Tabaqa, et bombardent tout sur leur chemin:plus de 200 civils tués en 2 semaines

 Depuis 2 heures  22 mars 2017

parachutage_tabaqa

 Moyent-Orient - Spécial notre site - Syrie

Rédaction du site

parachutage_tabaqa1Dans la bataille pour déloger la milice wahhabite terroriste Daesh , des centaines de militaires américains ont fait une descente dans la province ouest de la ville de Tabaqa, située dans la province occidentale de Raqqa.

En même temps, la Coalition internationale conduite contre Daesh par les Etats-Unis mène sur le terrain la politique de la terre brûlée, bombardant sans répit tout ce qui bouge: leur dernière cible à été mardi une école de déplacés où plus de 100 victimés sont à déplorer.

Selon le groupe de militants « Raqa is Being Slaughtered Silently » (RBSS), qui publie des informations depuis Raqqa, 500 militaires américians ont été parachutés sur les villages d’Abou Hourayra , Al-Karine, Al-Mouchayrifeh, situés dans la région de Chamiyya .

Par la suite, des chars et des véhicules ont été dépêchés sur les lieux, en empruntant un pont martime que la milice à majorité kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS) venait d’établir, entre le chateau de Jaabar, et cette région.

Version américaine

carte_raqqa_tabaqa3Selon la version américaine des faits, «des « forces de la coalition » apportent un soutien « de transport aérien et de feu rapproché » à une offensive des FDS sur un barrage qui ferme le lac Assad, à l’ouest de Raqa, a dit à l’AFP le major Adrian Rankine-Galloway, un porte-parole du Pentagone.

Auparavant, un responsable de la défense américain a précisé à l’AFP que les forces américaines avaient utilisé de l’artillerie dans cette opération.

Selon un commandant des FDS en Syrie, des forces de la coalition ont été héliportées mercredi, en prélude à un assaut.

« Les forces américaines et les FDS ont mené une opération d’héliportage à 15 km à l’ouest de la ville de Tabqa », qui surplombe l’Euphrate, a dit ce responsable.

Le barrage de Tabqa est un important quartier général de leaders de Daesh et abritait sa plus importante prison, où auraient été incarcérés des otages occidentaux.
La ville représente une importante ligne de défense pour l’EI, à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Raqa, objectif ultime des Américains et leurs alliés.

Selon un communiqué officiel de la campagne de Raqa, baptisée « Colère de l’Euphrate », l’opération a permis également de « couper la route Alep (plus à l’ouest)- Raqa – Deir Ezzor (plus à l’est) ».
Les FDS, une force arabo-kurde, ont lancé début novembre leur offensive sur Raqa. Avec le soutien aérien de la coalition, elles sont parvenues à couper les principaux axes de communication de la ville avec l’extérieur, et se trouvent désormais près de la ville.
La coalition estime que de 3.000 à 4.000 jihadistes sont retranchés dans cette ville de 300.000 habitants, et s’attend à des combats très difficiles pour la reprendre.
Les Etats-Unis viennent de déployer une batterie d’artillerie des Marines en Syrie pour soutenir cette offensive.

Bombardements sans merci

raid_coalition_raqqa_ecole_maysaloune1En parallèle, la coalition menée par les USA bombarde sans merci la ville de Tabaqa, détruisant tout sur son chemin: 25 raids ont été recensés ces dernières heures, selon RBSS. Une boulangerie électrique, un hôpital de fortune, un réservoir d’eau et une école en ont fait les frais ces dernières heures, faisant des dizaines de tués parmi les civils.raqqa_ecole_albadia

Ces 24 dernières heures, le nombre des tués civils s’est élevé à plus de 20.

Mais c’est le bombardement de l’école a été le plus meurtrier.

« La coalition américaine a effectué à l’aube (de mardi)  un raid aérien visant l’école AlBadia
qui se trouve au sud de la ville de Mansoureh située à 30 kilomètres à l’ouest de Raqqa. Le bombardement a fait des dizaines de morts et de blessés parmi les civils, pour la plupart des femmes et des enfants », apprend-on de l’agence syrienne SANA, rapporte Sputnik. Le raid a presque complètement détruit le bâtiment de l’école qui abritait 50 familles issues dstatistiques_raqqaes provinces d’Alep, de Raqqa et de Homs.

Une ferme détruite par la Coalition
Une ferme détruite par la Coalition

 

Le RBSS fait état de plus de 100 tués, alors que l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), cité par l’AFP rend compte d’au moins 33 civils ayant péri.

 

raid_coalition_raqqa_ecole_maysaloune00Sur son compte Facebook,  le groupe RBSS a constaté cette multiplication des raids de la coalition contre les civils . Entre le 8 et le 21 mars, 101 civils ont péri dans ses 123 raids, a-t-il recensé. Ce chiffre n’inclut pas celui des victimes du bombardement de l’école mardi
Le nombre des victimes tués par elle dépasse de loin celui de ceux qui ont péri dans des raids turcs, de l’ordre de trois, des Forces démocratiques syrienne, trois aussi ou par Daesh, 12.

Le convoi de habitants de Raqqa en fuite
Le convoi de habitants de Raqqa en fuite

Même les convois des habitants ceux qui tentent de fuir la province vers les zones occupées par les Kurdes ne sont pas épargnés: le 8 mars, l’un de ces convois a été pris pour cible, tuant 18 civils.

La boulangerie électrique détruite par la Coalition
La boulangerie électrique détruite par la Coalition

Toujours selon RBSS, tous les hôpitaux de la ville sont désormais hors de service et comme tous les ponts ont été détruits , également par la coalition menée par les USA, les civils n’arrivent pas à transporter leur blessés . « Pour les habitants de Raqqa, ce qui les attend c’est la mort qui vient du ciel, en allusion aux avions de la Coalition et de ses alliés des FDS », rapporte RBSS.

La province de Raqqa occupée par Daesh fait l’objet d’une course entre les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance à majorité kurde soutenue par la coalition internationale, et l’armée syrienne qui avance en direction de Deir Hafer, à la limite avec la province ouest de Raqqa.

Source: Divers

http://french.almanar.com.lb/315071


 

LE PRESIDENT ASSAD MET EN GARDE LA COALITION US

Assad : toute intervention à Raqqa sans l’accord de Damas est une agression

Tue Mar 21, 2017 3:32PM


Le président syrien, Bachar al-Assad. (Photo d’archives)

Le président syrien, Bachar al-Assad. (Photo d’archives)

Le président syrien a expliqué que le gouvernement syrien était décidé à mettre fin lui-même à la guerre par le biais de la lutte contre le terrorisme et qu’il n’avait pas besoin d’une action militaire étrangère sur son sol sans coordination préalable avec Damas, que cela soit à Raqqa ou ailleurs.

Bachar al-Assad a en effet déclaré dans une rencontre avec une délégation parlementaire russe présidée par Vladimir Vassilov, le vice-président de la Douma, que Damas était ferme sur sa position quant à la résolution de la crise par le biais de la lutte contre le terrorisme et par la voie politique.

Assad a rappelé que Damas accueillait favorablement les échanges avec toutes les parties en conflit, mais à la condition expresse que ces dernières déposent les armes et qu’elles respectent la loi.

Le président syrien a par ailleurs condamné l’intrusion de certains pays dans les affaires internes de son pays, ainsi que le soutien de ces derniers aux groupes terroristes sévissant sur le sol syrien.

Bachar al-Assad a alors expliqué : « Damas considère comme une agression toute action militaire entreprise sans l’accord des responsables syriens, que cela soit à Raqqa ou ailleurs. »

Assad a affirmé par ailleurs : « La coalition de Washington n’a jamais cherché à lutter sérieusement contre Daech et c’est pour cette raison qu’il est utile de connaître ses véritables intentions en ce qui concerne la bataille à Raqqa. »

http://presstv.com/DetailFr/2017/03/21/515150/Assad-met-en-garde-la-coalition-amricaine


 

UN DRONE ISRAELIEN ABATTU AU GOLAN SYRIEN

Syrie : Un drone israélien abattu au Golan, moins de 48 heures après les menaces de Lieberman

 Depuis 5 heures  21 mars 2017

Syrie : Un drone israélien abattu au Golan, moins de 48 heures après les menaces de Lieberman
Syrie : Un drone israélien abattu au Golan, moins de 48 heures après les menaces de Lieberman

 Moyent-Orient - Spécial notre site - Syrie

drone3
Drone israélien abattu au Golan syrien

Après Gaza, Naplouse, le Liban, cette fois-ci c’est en Syrie que l’armée d’occupation a perdu son quatrième drone depuis le début de cette année.

L’armée syrienne a abattu un drone israélien après avoir violé l’espace aérien syrien près de la province de Quneitra, non loin des hauteurs du Golan occupé (sud), c’est ce qu’a affirmé le correspondant d’AlManar en Syrie.

drone2Cette attaque intervient après les menaces proférées dimanche par le ministre israélien de la guerre, Avigdor Lieberman. Ce dernier a promis de détruire les batteries de défense antiaérienne syriennes, s’ils osent cibler une nouvelle fois les avions israéliens survolant la Syrie !

L’armée d’occupation israélienne a affirmé avoir perdu contact avec l’un de ses drones, de type Skylark, dans la nuit de lundi à mardi au sud de la Syrie, ont rapporté la 2ème et la 10ème chaine de télévision israélienne, citées par le quotidien arabe AlQuds al-Arabi. Et d’ajouter : l’armée (d’occupation) a ouvert une enquête sur les causes de cet incident, sans fournir d’autres détails.

drone1Dans ce contexte, le quotidien israélien Yediot Aharonot a confirmé que l’appareil s’est écrasé dans la localité Al Samadaniya-est, à Quneitra, indique le site iranien francophone PressTV.

Le drone abattu est un drone de surveillance qui peut être lancé par une ou deux personnes. Une fois en l’air, le Skylark est propulsé par un moteur à hélice.

Une caméra transmet en direct des images vers les opérateurs restés en lieu sûr. Selon l’armée d’occupation israélienne, en vol, le système est quasi indétectable. Son autonomie annoncée est de trois heures. Son plafond est de 15 000 pieds et sa portée de 20 à 40 km. Le Skylark permet de suivre des mouvements de troupes au sol ou de préparer des tirs d’artillerie. Les données recueillies par les drones légers sont directement analysées et transmises aux troupes en première ligne.

Rappelons que cet appareil israélien est le second à être abattu par les forces syriennes et leurs alliés.  Vendredi, un missile S-200 de l’armée syrienne a abattu un chasseur israélien après avoir frappé une base militaire syrienne dans la périphérie de Palmyre.

Source: Divers

http://french.almanar.com.lb/312541


 

FERMETE DU PRESIDENT ASSAD FACE AUX MENACES D' "ISRAËL" DE DETRUIRE LES MISSILES SOL-AIR SYRIENS

Bachar el-Assad

Assad fait fi des menaces israéliennes de détruire ses systèmes sol-air

© AFP 2017 Joseph Eid

INTERNATIONAL

URL courte

283047521

Bachar el-Assad est ferme quant à sa décision de protéger son pays malgré la récente menace du ministre israélien de la Défense de détruire les systèmes sol-air syriens en cas de nouvelles attaques contre des avions israéliens en Syrie.

Protéger les frontières nationales est le devoir des autorités syriennes même si Israël entend détruire des systèmes sol-air syriens, a déclaré lundi le président syrien Bachar el-Assad devant les journalistes russes.

« Protéger nos frontières est notre droit et devoir. Si nous ne le faisons pas, le peuple syrien devra nous condamner […]. Nous ne devons pas nous poser la question [protéger les frontières ou non, ndlr], peu importe les déclarations des autorités israéliennes. Notre politique ne dépend pas de leurs déclarations. C'est notre droit et devoir », a indiqué M. Assad à la question de savoir si Damas continuerait de protéger ses frontières malgré les menaces du ministre israélien de la défense Avigdor Liebermann.

 

F-15 E israélien. Archive photo

© AFP 2017 THOMAS COEX

Politique israélienne en Syrie, les masques tombent

L'aviation israélienne a mené vendredi un raid aérien en Syrie contre un transfert d'armes destinées, selon Israël, au Hezbollah libanais. Cette attaque a provoqué en riposte un tir de missile syrien contre un des avions israéliens. Alors que les militaires syriens affirment avoir abattu l'appareil, Israël nie les faits.

 

Le président syrien a également espéré que la Russie œuvrerait aussi pour éviter de nouvelles attaques israéliennes en Syrie.

« Nous avons appris que l'ambassadeur d'Israël a été convoqué lundi au ministère russe des Affaires étrangères pour discuter de la violation par Israël de la souveraineté syrienne. Je crois que la Syrie peut jouer un rôle important dans ce domaine. La politique russe repose sur les normes internationales, la Charte des Nations unies et les résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu. La Russie pourrait en discuter avec les Israéliens en s'appuyant sur ces critères et faire de sorte qu'Israël n'attaque pas la Syrie », a ajouté le président.

La Russie a convoqué lundi l'ambassadeur d'Israël à Moscou pour discuter de l'attaque suite à une série de frappes aériennes israéliennes près de Palmyre visant des cibles du Hezbollah.

https://fr.sputniknews.com/international/201703201030543673-syrie-israel-menaces-protection-frontieres-assad/


 

UNE BASE MILITAIRE RUSSE INSTALLEE A AFRIN, DANS LE NORD DE LA SYRIE ?

​Installation d’une base militaire russe à Afrin ?

Mon Mar 20, 2017 6:25PM

Des membres des YPG, à la périphérie du canton à majorité kurde d’Afrin, au nord d’Alep. (Photo d’archives). ©RUDAW

Des membres des YPG, à la périphérie du canton à majorité kurde d’Afrin, au nord d’Alep. (Photo d’archives). ©RUDAW

Des sources affiliées à Moscou viennent de faire état d’une décision de la Russie de créer une base militaire dans le nord de la Syrie.

Selon la chaîne de télévision al-Arabiya, c’est un responsable militaire kurde membre des unités de protection du peuple, YPG, qui a rapporté que la Russie avait le projet de faire monter cette base dans la ville syrienne d’Afrin.

Ce responsable kurde a ajouté que les YPG et Moscou avaient convenu de la mise en place d’une base militaire dans l’objectif de lutter contre le terrorisme.

Le média Qassioun, affilié à l’opposition syrienne a rapporté en citant des témoins oculaires qu’un convoi de véhicules militaires avec des drapeaux russes avançait en direction de la région Kafar Janah.

Selon ces témoins, le convoi comprenait 2 chars, plusieurs 4x4 et quelques voitures.

Or, le ministère russe de la Défense a démenti cet après-midi cette information en annonçant que Moscou projetait simplement de transférer une partie du « centre de réconciliation de Hmeimim» dans un lieu situé pas loin d’Afrin.

http://presstv.com/DetailFr/2017/03/20/515067/Base-militaire-russe--Afrin


 

L'ATTAQUE SURPRISE D'AL NOSRA CONTRE JOBAR EST COMPARABLE A UN SUICIDE COLLECTIF

Jobar : suicide collectif?

Mon Mar 20, 2017 5:54PM

De violents combats ont eu lieu toute la journée de dimanche à Damas après une attaque-surprise de takfiristes vers le centre de la capitale syrienne.©RFI

De violents combats ont eu lieu toute la journée de dimanche à Damas après une attaque-surprise de takfiristes vers le centre de la capitale syrienne.©RFI

Issa Zaher, expert syrien des questions militaires et stratégiques en s’intéressant aux toutes dernières évolutions des champs de bataille à Jobar a comparé la vaste attaque-surprise menée par le front al-Nosra contre les positions de l’armée syrienne à un suicide collectif.

Dans une interview accordée à l’agence de presse iranienne Fars, l'analyste syrien a fait les remarques suivantes :

" Les dernières évolutions des batailles à Damas et plus précisément à Jobar mais aussi le vaste assaut mené par le front al-Nosra contre les positions de l’armée régulière de la Syrie visant à reprendre le contrôle de la situation à al-Abassine et et al-Krajat , font penser que les terroristes se sont livrés à un véritable suicide collectif."

"Après avoir laissé derrière eux de nombreux morts et blessés tout au long de ces années, l’armée syrienne a rendu toute la zone impénétrable aux tentatives d’infiltrations des terroristes."

Les groupes terroristes actuellement déployés dans les cités périphériques de Damas comme Jobar, Ghaboun, Hersta ainsi que la ville de Doma sont encerclés par les forces de l’armée syrienne, ajoute l'expert qui pense que par cet acte suicidaire, les terroristes ont cherché à attirer sur eux  l'attention des forces syrienne  pour laisser respirer les autres groupes terroristes.

" Cette tentative d’al-Nosra est survenue seulement quelques heures après la transgression de l'espace aérien syrien par les chasseurs israéliens. L'attaque a été repoussée par la défense aérienne de l’armée syrienne ", a-t-il expliqué avant d'ajouter : " Ce qui s’est produit hier à Jobar était une tentative avortée des mercenaires du régime sioniste en Syrie qui ont essayé de se faire passer pour des takfiristes afin de mettre sous pression Damas et l’axe de la Résistance au moment où Israël se prépare à attaquer le Hezbollah. Toute attaque du régime israélien contre le Hezbollah et le Liban mettra sur la table de nouveaux scénarios concernant la région." 

http://presstv.com/DetailFr/2017/03/20/515058/Le-suicidaire-Al-Nosra