SYRIE

SYRIE

SYRIE: REVENDIQUEE PAR DAECH, A MANBIJ, UNE EXPLOSION PRES D'UNE PATROUILLE US A FAIT AU MOINS 9 MORTS ET UNE VINGTAINE DE BLESSES

 

Militares US à Manbij en Syrie

Explosion à Manbij près d'une patrouille de la coalition, de 2 à 9 morts selon les médias

© AP Photo / Arab 24 network

INTERNATIONAL

URL courte

8182

Une explosion s'est produite à Manbij à proximité d'une patrouille de la coalition antiterroriste US, a annoncé mercredi le conseil militaire de la ville syrienne.

Une forte explosion est survenue mercredi dans la ville syrienne de Manbij à proximité d'une patrouille de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, faisant plusieurs blessés, a fait savoir le conseil militaire local via sa page Facebook.

 

Des policiers militaires russes en Syrie

© SPUTNIK . FIRAS ALAHMAD

La police militaire russe commence à patrouiller dans la zone de Manbij en Syrie

Selon une source sur place citée par la chaîne Al Jazeera, la déflagration survenue lors du passage d'une patrouille états-unienne a fait au moins neuf morts ainsi qu'une vingtaine de blessés. Aucune confirmation officielle de ces rapports n'est disponible pour le moment.

 

Des témoins oculaires ont annoncé à Sputnik que l'explosion s'était produite près d'un café où se trouvaient les chefs du conseil militaire et des membres d'une délégation étrangère. Les blessés sont évacués des lieux à bord d'un hélicoptère, selon ces mêmes sources.

Pour sa part, la chaîne de télévision Kurdistan 24 rapporte que deux militaires américains ont trouvé la mort dans l'attaque. Le journal turc Yeni Şafak parle de cinq victimes parmi les militaires US. La partie américaine n'a pour le moment émis aucun commentaire à ce sujet.

Les djihadistes de Daech* ont revendiqué l'attaque de Manbij via leur organe de propagande Amaq.

https://fr.sputniknews.com/international/201901161039655248-syrie-manbij-explosion/


 

LA RUSSIE MULTIPLIE LE NOMBRE DE SES SOLDATS EN SYRIE

Moscou renforce sa police militaire dans le nord de la Syrie

Tue Jan 15, 2019 5:47PM

Les forces de la police militaire russe en Syrie. (Photo d’archives)

Les forces de la police militaire russe en Syrie. (Photo d’archives)

Alors que les États-Unis annoncent vouloir retirer leurs troupes de Syrie, la Russie envisage d’augmenter le nombre des forces de sa police militaire déployées en Syrie.

Les forces de la police militaire russe, qui sont en charge de mener des missions de patrouille en Syrie, seront renforcées par l’envoi d’un nouveau bataillon dans le pays.

Les sources russes ont déclaré que le bataillon avait été envoyé en Syrie pour s’acquitter de « tâches spéciales ». La police militaire russe est présente en Syrie depuis décembre 2016. Elle a ensuite été envoyée à Alep pour assurer la sécurité de l’armée russe, des employés des hôpitaux mobiles et du personnel des convois humanitaires.

Les sources russes ont également rapporté que durant les trois derniers mois, le nombre des points de contrôle dans la zone démilitarisée d’Idlib et à Manbij avait été multiplié.

Nouvel avertissement russe à Ankara

Nouvel avertissement russe à Ankara

L’ambassadeur russe à Beyrouth a exprimé ses points de vue sur la Syrie, les interventions turques et la reconstruction du pays déchiré par la guerre dans une interview accordée au journal libanais Al-Akhbar.

Le 8 janvier, il a été signalé que la police militaire russe commençait à patrouiller dans la ville syrienne de Manbij, située à la frontière turque, et que celle-ci était sous le contrôle des forces gouvernementales syriennes après l’annonce du retrait des forces américaines de Syrie.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/01/15/585899/Syrie--la-Russie-multiplie-ses-militaires


SYRIE: LES TERRORISTES PREPARENT UNE NOUVELLE ATTAQUE CHIMIQUE AU NORD DE HAMA ET A IDLEB

15/01/2019

Moscou-SANA / Une source russe a indiqué que les réseaux terroristes se préparent à une nouvelle attaque aux armes chimiques contre les civils et les unités de l’armée arabe syrienne qui les protègent à Idleb.

Citée par l’agence de presse russe « Interfax », la source russe a souligné aujourd’hui que les terroristes se préparent à une attaque chimique contre la zone de Maarret No’man dans le gouvernorat d’Idleb et œuvrent pour stocker les agents chimiques dans des dépôts dans les deux gouvernorats d’Idleb et dans la banlieue nord de Lattaquié.

La source a fait noter que les réseaux terroristes « Ajnad Caucase », « Armée d’al-Izza » et « Parti du Turkestan » se préparent à mener des attaques aux armes chimiques contre les gouvernorats de Lattaquié, d’Idleb, Alep et Hama.

A.Chatta

https://sana.sy/fr/?p=141235&fbclid=IwAR2rGWq2tVfV8HXdCD5m61RZxzbCGkbup6JuAwGzWT56PBj3m84B39fEJU0


 

LES TROUPES US D'AL-TANF POUSSEES VERS LA SORTIE PAR LA SYRIE

La Syrie exige le retrait immédiat des troupes US d'al-Tanf

Mon Jan 14, 2019 2:44PM

Des membres du la 5e division des forces spéciales US effectuent un entraînement dans la base militaire d’al-Tanf dans le sud de la Syrie à la fin de 2017. ©U.S. ARMY

Des membres du la 5e division des forces spéciales US effectuent un entraînement dans la base militaire d’al-Tanf dans le sud de la Syrie à la fin de 2017. ©U.S. ARMY

« La plus grande base militaire américaine en Syrie, située à Al-Tanf, à la frontière entre la Syrie et la Jordanie, doit être fermée », a déclaré au journal russe Izvestia le service de presse du parti Baath au pouvoir en Irak. La Syrie exige que les États-Unis quittent l’ensemble de son territoire et la base située dans le sud du pays ne fera pas exception à la règle.

« Il n’y a toujours pas de contact direct entre les forces gouvernementales américaines et syriennes et l’effort de médiation est mené par l’armée russe », a déclaré le parti Baath.

L’ambassade des États-Unis a déclaré à Izvestia, citant une déclaration du secrétaire d’État Mike Pompeo, que l’armée américaine continuerait d’assurer la sécurité de la frontière syro-jordanienne près de la base et du camp de réfugiés de Rukban.

Selon certains rapports des médias américains, citant des responsables du Pentagone, Washington envisage de retirer les forces US de la base pendant un certain temps ou de les transférer sous le contrôle direct de l’armée jordanienne. Mais Damas est contre ce scénario, a déclaré le parti Baath.

Le président de la commission de la défense à la Douma (chambre basse du Parlement russe), ancien commandant des troupes parachutistes russes, le général Vladimir Chamanov a déclaré que la Turquie était un autre acteur influent qui désire prendre le contrôle de la base américaine.

Lire aussi: Pourquoi les USA s’accrochent à Al-Tanf ?

« Les Turcs veulent que cette base soit confiée à leur juridiction et ils discutent avec les Américains. Il n’y a pas eu de résultats jusqu’à présent ou nous ne les connaissons pas encore, a-t-il expliqué. Une autre option possible consiste à préserver la base en laissant un petit contingent de troupes là-bas. »

Frants Klintsevich, chef adjoint du Comité pour la défense et la sécurité de la chambre haute du Parlement de Russie, a souligné que la base américaine était illégale en Syrie et que les dirigeants syriens exigeaient le retrait de l’ensemble du contingent américain de leur territoire.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/01/14/585769/La-Syrie-exige-le-retrait-immediat-des-troupes-US-dal-Tanf


 

LE PACTE QUI ETERNISE LA PRESENCE DE L'IRAN EN SYRIE

Damas : « La présence iranienne restera nécessaire »

Sun Jan 13, 2019 2:53PM

Les drapeaux syrien, iranien et russe dans les mains des jeunes syriens, le 14 avril 2018 à Damas. ©AP

Les drapeaux syrien, iranien et russe dans les mains des jeunes syriens, le 14 avril 2018 à Damas. ©AP

La vice-ministre syrienne des Affaires économiques a fait état de la signature d’un accord stratégique entre Damas et Téhéran, appelé la mère des accords ou « Umm al-Ettefaqiyyat ». C’est sur la base de cet accord-cadre que vont se faire désormais les multiples coopérations en matière de commerce entre les deux pays.

La vice-ministre syrienne du Développement économique et des Relations économiques internationales, Rania Kader Ahmed, a annoncé que des pourparlers avaient eu lieu tout au long de l’année 2018 avant d’aboutir à la signature du texte qui liera pour un long moment l’Iran et la Syrie sur le plan économique.

« Nous considérons cet accord comme la mère des accords, car il va englober tous les secteurs de partenariat déjà engagés ou à engager entre les deux pays », a déclaré Mme Ahmed au site libanais Al-Ahed.

La coopération stratégique à long terme Téhéran-Damas vient d’être lancée sur la base d’un accord-cadre signé le 30 décembre 2018 à Téhéran, en présence du ministre syrien de l’Économie et du Commerce extérieur, Mohammad Samer Khalil, et du ministre iranien des Routes et de l’Urbanisme, Mohammad Eslami. ©SANA

Elle a ajouté que l’accord reflétait la volonté des deux pays de développer en permanence leurs relations économiques sur la base de leurs intérêts mutuels et que son sérieux résidait dans la mise en place d’un comité chargé de surveiller le respect des dispositions du texte et de trouver des solutions en cas de différends survenus à l’occasion de son exécution.

Elle a ajouté que cet accord englobait les échanges bancaires, douaniers et en matière d’investissement.

Mme Ahmed a affirmé aussi que la coopération bancaire était dans l’intérêt des deux pays, qui faisaient actuellement tous deux l’objet de sanctions sévères et que Damas avait toujours annoncé que la reconstruction syrienne allait se faire en priorité avec les pays amis, à la tête desquels l’Iran.

L’accord en question évoque aussi les différents projets de reconstruction du pays, dont on verra à l’avenir l’efficacité.

Contrats stratégiques Iran/Syrie

Contrats stratégiques Iran/Syrie

Selon le président syrien, le renforcement de la coopération économique entre l’Iran et la Syrie figure parmi les moyens de résistance les plus importants face aux plans occidentaux.

Il traite également de la création d’un fonds commun d’investissement irano-syrien qui montre clairement l’importance accordée au rôle de l’Iran dans la reconstruction de ce pays.  

Mme Ahmed a enfin rappelé qu’il existait un profond respect mutuel entre les Syriens et les Iraniens et que l’accord marquait le début d’une nouvelle ère dans leurs relations pour de longues années à venir.

Selon elle, la mise en œuvre de ce texte conduira à un essor de l’économie syrienne en matière bancaire, de construction de bâtiments, de transports, d’énergie et de tourisme.

La coopération stratégique Téhéran-Damas vient donc d’être lancée sur la base de cet accord-cadre signé le 30 décembre 2018 à Téhéran, en présence du ministre syrien de l’Économie et du Commerce extérieur, Mohammad Samer Khalil, et du ministre iranien des Routes et de l’Urbanisme, Mohammad Eslami.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/01/13/585674/Syrie-Laccord-qui-prennise-la-prsence-iranienne


 

LES USA TENTENT DE SABOTER LES NEGOCIATIONS ENTRE LE GOUVERNEMENT SYRIEN ET LES KURDES

Washington tente de faire échouer les négociations entre les Kurdes et Damas

 Depuis 5 heures  13 janvier 2019

ypg

 Moyent-Orient - Syrie

 

L’ancien conseiller médiatique des Unités de protection du peuple (YPG) dans la région d’Afrin a mis en garde contre les tentatives des États-Unis de saboter les négociations entre le gouvernement syrien et les Kurdes.

« Nous avons appris que James Jeffrey, représentant spécial des États-Unis pour la Syrie, avait envoyé des messages à l’adresse de l’administration autonome kurde dans le nord de la Syrie, lui conseillant de ne pas se presser pour participer aux négociations avec Damas et promettant des changements en leur faveur dans un proche avenir, notamment après la réunion de l’OTAN en février prochain », a affirmé à Ria Novosti Rizan Haddou, ancien conseiller médiatique des YPG à Afrin.

James Jeffrey a également évoqué la question de la zone d’exclusion aérienne dans le nord de la Syrie.

Rizan Haddou a qualifié les déclarations de Jeffrey d’inquiétantes. Il a mis en garde les négociateurs contre tout retard dans leur prise de décision. « Tout retard de décision n’est pas dans l’intérêt du Conseil démocratique syrien, bras politique de la coalition des Forces démocratiques syriennes (FDS), et risque de remettre en cause toute autonomie des Kurdes », a-t-il averti.

« Certains dirigeants kurdes attendent toujours des changements dans les décisions des États-Unis », a-t-il regretté, avant de souligner que les négociations des Kurdes avec Damas se poursuivaient dans une ambiance positive.

 

Source: PressTV

https://french.almanar.com.lb/1211465


 

QUE MIJOTENT LES USA CONTRE LE PRESIDENT ASSAD?

Que cache le retrait annoncé des troupes américaines de Syrie ?

Sat Jan 12, 2019 1:37PM

Des Forces démocratiques syriennes et des soldats américains lors d’une patrouille près de la frontière turco-syrienne à Hassaké, le 4 novembre 2018. ©Reuters

Des Forces démocratiques syriennes et des soldats américains lors d’une patrouille près de la frontière turco-syrienne à Hassaké, le 4 novembre 2018. ©Reuters

Vitaly Naoumkine, politologue et directeur de l’Institut d’études orientales de l’Académie des sciences de Russie, a commenté le retrait annoncé des troupes américaines de Syrie dans un entretien avec l’agence russe Sputnik. Sceptique sur cette décision de l’administration Trump, il a affirmé qu’elle annonçait un stratagème qui consiste à accuser une nouvelle fois Damas d’avoir recours aux armes chimiques avant de lancer une offensive contre les positions militaires de l’Iran, voire de renverser le système en place en Syrie.

Vitaly Naoumkine ©GCSP

« Un des signes avant-coureurs de ce scénario est les tâtonnements du président Trump, qui n’a toujours pas présenté de plan d’opération pour retirer les forces US et alliées. Cela lui laisse donc le temps de reformuler les accusations de recours aux armes chimiques contre le gouvernement de Bachar al-Assad pour légitimer de nouvelles frappes sur la Syrie et renverser le système en place. Toutes les prises de position de son administration ne servent que de couverture à des desseins encore plus ambitieux », a-t-il expliqué.

« On ignore qui remplacera les troupes américaines une fois qu’elles auront quitté la Syrie. La suite est incertaine. On ne sait même pas si ce retrait aura vraiment lieu. La question est largement débattue et il est impossible de prévoir qui remplacera les forces américaines », a ajouté M. Naoumkine, avant de préciser que l’armée syrienne, soutenue par la Russie, ferait tout pour préserver sa souveraineté sur l’est de l’Euphrate, une région qui, économiquement parlant, à tout pour plaire.

Lire aussi : Syrie : qui remplacera les USA ?

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/01/12/585591/Que-cache-le-retrait-annonc-des-troupes-US-de-Syrie


 

DES FORCES SYRIENNES ET RUSSES ENVOYEES EN RENFORT A IDLIB

Nouveaux convois militaires syriens et russes envoyés à Idlib

Thu Jan 10, 2019 6:8PM

Le convoi de l'armée syrienne. (Capture d'écran)

Le convoi de l'armée syrienne. (Capture d'écran)

Les forces russes et syriennes ont envoyé cette semaine des renforts dans la province d’Idlib après que les terroristes de Hayat Tahrir al-Cham eurent pris le contrôle de la quasi-totalité de la province aux éléments soutenus par la Turquie dans cette région.

Selon un nouveau rapport de l'agence de presse iranienne Fars News, des convois militaires russes et syriens ont été envoyés dans les zones démilitarisées situées le long des frontières provinciales des gouvernorats de Hama et d’Idlib.

« Des sources sur le terrain dans le nord de la Syrie ont annoncé jeudi qu’un convoi militaire russe, composé de plusieurs véhicules blindés, militaires, de génie et de transport de troupes, avait été envoyé dans le village stratégique de Salba, dans le sud de la ville de Hayalin, à l’ouest de Hama », a indiqué la même source.

Fars News a ajouté que l’armée syrienne avait également envoyé plusieurs convois militaires dans le nord de Hama et le sud d’Idlib, soulignant que plus de 250 membres de la cinquième division de l’armée syrienne avaient été dépêchés, ainsi que du matériel militaire en quantité importante, dont 15 véhicules militaires et des dizaines de camions transportant des armes et du matériel dans la ville stratégique d’al-Moshirfeh, au sud-est de la ville d’Abou Dali, dans le sud-est de la province d’Idlib.

Idlib: Ankara dans la nasse de Moscou?

Idlib : Ankara dans la nasse de Moscou ?

Pourquoi l’appel turc à l’adresse de la Russie et de l’Iran semble-t-il rester inaudible ?

Plus tôt cette semaine, l’armée syrienne a envoyé un important convoi de troupes du 100e régiment d’artillerie dans le nord de Hama après que Hayat Tahrir al-Cham eut saisi une grande partie de la plaine d’al-Ghaab.

Il y a deux jours, les forces russes ont créé une nouvelle base militaire sur la colline de Salba, dans le gouvernorat de Hama, y déployant des véhicules militaires et techniques. Ces mouvements inhabituels de Moscou ont provoqué la panique chez les groupes terroristes et leurs chefs de guerre.

Les terroristes qaïdistes de Hayat Tahrir al-Cham se sont emparés de la majeure partie de l’ouest d’Alep et du nord-ouest de Hama, que contrôlaient auparavant les pro-turcs de Harakat Nour al-Din al-Zenki. Al-Nosra se préparerait d’ailleurs à lancer une nouvelle attaque contre les derniers terroristes soutenus par la Turquie dans la campagne du sud d’Idlib. 

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/01/10/585422/Idlib-larme-syrienne-envoie-des-renforts


GOLAN SYRIEN OCCUPE: ALERTE ROUGE POUR "ISRAËL"

La Résistance irakienne se rapproche de la Résistance palestinienne

Wed Jan 9, 2019 10:23AM

Un combattant du mouvement la Résistance islamique de l'Irak, al-Nujaba (Photo d'illustration)

Un combattant du mouvement la Résistance islamique de l'Irak, al-Nujaba (Photo d'illustration)

Ce qui vient de se produire en Jordanie n'a rien de rassurant pour Israël : Le régime de Te-Aviv est-il sur le point de perdre définitivement le Golan? Lors d’une conférence de presse conjointe avec le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, ce mardi 8 janvier à Amman, le ministre jordanien des Affaires étrangères a déclaré que le Golan appartenait à la Syrie et qu’Israël devrait s’en retirer. 

Pour les analystes du Moyen-Orient, le ministre jordanien n'aurait jamais pu se prononcer de la sorte sans le feu vert implicite préalable des États-Unis dont le conseiller pour la sécurité, venait juste, au moment de ce point de presse, de quitter Israël. En effet, la tournée israélienne de John Bolton qui aurait du conduire ce dernier sur les hauteurs occupés du Golan, a manqué cette étape et ce n'est sans doute pas sans raison. Lors de ses entretiens avec le conseiller, Netanyahu a exigé que Washington fasse tout son possible pour faire reconnaître par la "communauté internationale" la souveraineté israélienne sur le Golan occupé, la réponse de Bolton s'est fait attendre. Pour un État syrien qui compte se faire restituer à tout prix le Golan, c'est plutôt une bonne nouvelle, surtout que les alliés de l'armée syrienne sont bien partants pour contribuer activement à la libération du Golan. 

Soulignant la nécessité du renforcement des relations entre les groupes de résistance dans la région face à une armée israélienne totalement "démoralisée", le secrétaire général d’al-Nujaba, dont le groupe est l'une des principales composantes des Hachd al-Chaabi, conseille aux Israéliens d'éviter toute confrontation militaire avec le Hezbollah et se garder bien de provoquer la Syrie. 

« Le régime d’Israël s'est affaibli. Il ne dispose pas de marge de manœuvre suffisamment grand et n'a plus d'initiative. Vu cette fragilité organique qui les paralysent, les Israéliens ne sont pas en mesure de déclencher une guerre et de faire face à la Résistance. Al-Nujaba est convaincs que toute guerre israélienne contre la Résistance finira par un cuisant échec israélien », a déclaré le secrétaire général du Hezbollah irakien, al-Nujaba, dont les combattants participent à une armée baptisée "Armée pour la libération du Golan" et qui "se tient prête à suivre l'État syrien quand ce dernier donnera l'ordre de la libération du Golan". Et al-Nujaba d'ajouter : « Comme nous l’avons vu dernièrement, Israël n’a tenu que deux jours face aux forces de la Résistance à Gaza. Si une guerre venait à éclater, l’axe de la Résistance remportera la victoire», a affirmé le Cheik Akram al-Kaabi pour qui Israël manque cruellement de soldats "motivés" et " compétents". 

Hudaydah: Nujaba prêt à s'engager

Hudaydah: Nujaba prêt à s'engager

Le secrétaire général du mouvement al-Nujaba, le cheikh Akram al-Kaabi, a déclaré : « Nous sommes prêts, si cela nous est possible, à envoyer des forces au Yémen. »

Plus loin dans ses propos, le secrétaire général d'al-Nujaba a brossé le tableau d'un "bloc de Résistance uni" qui agira en toute concordance, de "l'Irak au Liban en passant par la Syrie et la Palestine" si Israël commettait l'erreur de s'attaquer la Résistance.

« En ayant recours à "soft war" et en manipulant les groupes terroristes takfiristes qu'il a chargé de combattre pour lui mais par procuration, Tel-Aviv a déployé tous les efforts pour diviser les deux nations irakienne et palestinienne. Il s’agissait d’un plan perfide amorcé en Irak avant l'invasion US et qui s'est perpétué jusqu'à la victoire de la Résistance sur Daech et ses tentacules », a rappelé Kaabi qui se dit "convaincu qu’un renforcement des relations entre les groupes de résistance irakiens et palestiniens aura un impact important dans la région" : « À ce stade, il suffit de vaincre le plan historique des sionistes visant à diviser l’Iran et la Résistance palestinienne ». 

Plus loin dans ses propos, le commandant a rappelé le rôle axial de son mouvement dans la défaite de Daech : « Ayant pleinement participé à des opérations stratégiques menées dans toutes les provinces irakiennes, Al-Nujaba a joué un rôle décisif dans toutes les provinces irakiennes et il continuera à jouer ce même rôle à l'avenir, au risque de bien décevoir l'axe Washington-Tel-Aviv-Riyad ». 

PressTV-Irak : le message d’al-Nujaba aux USA

PressTV-Irak : le message d’al-Nujaba aux USA

Le Hezbollah irakien réagit à une demande d'indemnisation des États-Unis en compensation des coûts générés par l'occupation de l’Irak en 2003.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/01/09/585274/Rsistance-renforce-la-solidarit


 

SYRIE: D'ETRANGES EVADES DE LA POCHE DE DAECH PORTAIENT SUR EUX DES CENTAINES DE MILLIERS DE DOLLARS

Syrie: les évadés de la poche de Daech portent sur eux des centaines de milliers de dollars (OSDH)

 Depuis 4 heures  10 janvier 2019

Les miliciens de Daech qui se sont rendus aux FDS

 

Les miliciens de Daech qui se sont rendus aux FDS

 Moyent-Orient - Spécial notre site - Syrie

 

 

 

Rédaction du site

evades_daech

Un phénomène plutôt étrange se passe dans la province orientale de Deir Ezzor, parmi les civils qui fuient la dernière poche de Daech en direction des zones contrôlées par les Forces démocratiques syriennes (FDS) : ils portaient sur eux des sommes importantes d’argent, a révélé l’Observatoire syrien des droits de l’homme sur son site.

Chacun d’entre eux avait sur lui entre 100 mille et 500 mille dollars, assure l’OSDH, citant une source anonyme. Les fugitifs irakiens avaient chacun d’entre eux au moins 300 mille dollars.

Toujours selon cette instance de l’opposition syrienne pro occidentale siégeant à Londres, quelques 14.050 ont quitté la poche de la milice wahhabite terroriste depuis le mois de décembre 2018. Dont 12.000 depuis l’annonce du président américain le 19 décembre de retirer ses forces de Syrie. Certains d’entre eux avaient la nationalité irakienne, syrienne, russe, somalienne, philippine et autre.

Daech s’effondre

D’aucuns évadés ont confié pour l’OSDH que Daech est sur le point de s’effondrer et n’a plus les moyens de résister. Il compte pour repousser les attaques sur les engins piégés  plantés tout autour de la poche, ainsi que sur les voitures et les véhicules piégées sans oublier les kamikazes et les assaillants piégés.
Il exécute tous ceux qui tentent de fuir ou de sortir de cette poche au motif qu’ils veulent « sortir vers les pays de l’apostasie », ont indiqué aussi les rescapés, selon lesquels 3 éléments de Daech ont aussi été liquidés pour avoir aidé les civils à quitter la région.

Il est également question que de nombreux miliciens de Daech ont tenté de fuir parmi les civils en fuite.
550 d’entre eux ayant été reconnus par les civils ont été arrêtés, d’après l’OSDH.

Des daechistes se rendent

Le mercredi 9 janvier, 8 miliciens de Daech, tous de nationalités étrangères, se sont rendus de leur plein gré aux FDS, a indiqué le réseau Euphrate Press. Il s’agit de deux ouzbèques, un américain, un tadjik, un ukrainien, un kazakh, un russe et un allemand.

Le mardi 8 janvier, les forces de la Coalition internationale ont livré 5 éléments de Daech, en plus de 11 femmes et 30 enfants de nationalité kazakhe.
Selon le site de la télévision de l’opposition syrienne Orient-news, les FDS détiennent quelque 900 détenus daechistes, en plus de 584 femmes et 1248 enfants, appartenant à 48 nationalités. Aucune de leur patrie n’a exprimé la volonté de les restituer, à l’exception de la Russie qui a rapatrié des femmes et des enfants, souligne Orient-news.

 

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/1208473