ALEP : ATTAQUES TERRORISTES TOUS AZIMUTS. UN HOPITAL DETRUIT

 
 
  Alep: Attaque sur tous les fronts. Un hôpital pour accouchement détruit
L’équipe du site

Un  hôpital et plusieurs quartiers résidentiels ont été pris pour cible ce mardi dans la ville d’Alep, au nord de la Syrie. Au moment où une offensive a été lancée par les milices sur tous les fronts, pour conquérir ses quartiers loyalistes, sans pour autant ne réaliser aucune avancée.

Situé à l’ouest d’Alep, dans le quartier al-Mouhafazat, l’hôpital Al-Dabbit destiné aux accouchements a essuyé un missile qui l’a détruit presque entièrement. C’est le cinquième hôpital pilonné depuis le lancement de l’attaque contre cette ville septentrionale, depuis une dizaine de jours.

La télévision panarabe al-Mayadeen évoque plusieurs dizaines de tués et de blessés. Alors que l’agence officielle Sana fait évoque un premier bilan de 3 tués, toutes des femmes et 17 blessés.

Par ailleurs, 11 civils habitants dans les quartiers loyalistes ont également péri ce lundi, dans le pilonnage des quartiers alMokabo, alMacharka, alAchrafiyyeh, asSyriane, et la rue al-Nil...

Selon al-Mayadeen, quelques 65 obus et roquettes ont été tirés sur ces endroits.

Les miliciens ont fait exploser une voiture piégée dans le quartier Jamiiyat al-Zahra, ont tiré a la mitrailleuse contre l’enceinte de l’université d’Alep.

Selon l’agence russe Sputnik, lundi, les troupes gouvernementales ont repoussé une importante offensive lancée par les jihadistes takfiristes qui ont attaqué Alep sur cinq fronts, avant de battre en retraite sous les frappes de l'aviation. 

Dans un communiqué, l’armée syrienne a fait état d’attaque lancée sur tous les axes, indiquant que le front al-Nosra, branche d’Al-Qaïda a apporté des renforts en provenance du gouvernorat d’Idleb qu’il occupe depuis 2014.

6.000 miliciens en provenance de la Turquie

Interrogé par notre chaine al-Manar, le ministre de l’information syrien Omrane al-Zoebi a révélé que 6.000 miliciens sont entrés en Syrie ces deux dernières semaines en provenance de la Turquie.

Zoebi a imputé l’escalade qui a eu lieu à Alep aux deux régimes saoudien et turc qui sont, selon lui, «  responsables de chaque goutte de sang qui coule» dans cette ville.

Plus de 250 personnes, dont 50 enfants ont péri depuis le lancement de l’attaque la semaine passée.

«  Il est clair que des ordres saoudiens et turcs ont été intimés aux milices armées pour lancer des attaques terroristes aussi bien contre l’armée syrienne que contre les civils à Alep », a ajouté Zoebi.

A savoir que les habitants de cette ville qui était la capitale économique de la Syrie ont opposé une résistance farouche à l’insurrection lancée contre le pouvoir syrien depuis 2011.

« Chaque fois que leurs tentatives de réaliser un exploit militaire se soldent par un échec, ils font exploser la situation dans d’autres régions », a-t-il dit aussi.

Le ministre syrien s’est également dit étonné du silence international à l’encontre des crimes commis par les groupes terroristes à Alep.  

L'assaut repoussé

Jusqu’à présent, l’assaut a été repoussé et aucune avancée n’a été réalisée par les milices qui combattent dans le cadre de la cellule d’opérations de la conquête d’Alep. Il s’agit surtout en plus du front al-Nosra, des Ahrar al-Sham, et Jaïch al-islam.

Lundi, les accrochages battaient leur plein sur le front de Seif al-Dawlé et al-Zabadiyyé, ainsi que sur les fronts externes Family-House, Rachidine-1, Jamiyat al-Zahra…

Selon al-Mayadeen, les miliciens ont piégé les tunnels reliant le quartier Layramoune à Jamiiyat al-Zahra à l’aide de 40 tonnes d’explosifs.  


 

http://french.almanar.com.lb/adetails.php?eid=301178&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=37&s1=1


 

 

   

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau