ALEP : DEBANDADE ET EFFONDREMENT DES TERRORISTES

Alep: L’effondrement des groupes terroristes s’accélère

Par Samer R. Zoughaib

L’Armée arabe syrienne et ses alliés sont entrés, ce jeudi 28 juillet, dans le quartier de Bani Zeid, où les terroristes sont en fuite. La grande bataille d’Alep, engagée il y a quelques semaines, tourne résolument en faveur de Damas. Elle aura des conséquences décisives sur le cours de la guerre.

Alep: L’effondrement des groupes terroristes s’accélère

Les développements militaires s’accélèrent à un rythme effréné autour et à l’intérieur d’Alep, deuxième ville de Syrie et capitale économique du pays. Les succès enregistrés en l’espace de quelques semaines seulement par l’Armée arabe syrienne (AAS) et ses alliés auront des répercussions décisives sur le cours de la guerre et sur les plans des Etats-Unis et de leurs auxiliaires régionaux, visant à partager la Syrie en zones d’influence échappant au contrôle du pouvoir central.

Comme l’ont annoncé à plusieurs reprises ces dernières semaines, le président Bachar al-Assad et le secrétaire général du Hezbollah, sayyed Hassan Nasrallah, le but de l’Etat syrien et de ses alliés est d’écraser les groupes terroristes, ce qui passe forcément par la libération totale d’Alep. Cet objectif est en passe d’être atteint, au vu des avancées rapides de l’armée syrienne et de l’effondrement des groupes terroristes.

La première phase de la grande bataille d’Alep a été de couper la principale voie d’approvisionnement, dite du Castello, qui permettait de ravitailler les extrémistes en hommes, armes, munitions et matériels, à partir de l’Ouest de la province d’Alep et de la région d’Idleb. Cette route longe le nord d’Alep pour déboucher sur les quartiers est, qui ploient sous le joug des terroristes depuis 2012. L’ouest de la ville, en revanche, est resté sous le contrôle des troupes gouvernementales. Après une vaste offensive, appuyée par l’aviation russe, l’AAS et ses alliés ont occupé les fermes d’al-Mallah et ont avancé vers le Castello, avant de s’arrêter à quelques centaines de mètres de la route –à portée de tirs-, pour renforcer leurs positions.

Hécatombe dans les rangs des terroristes

Les groupes terroristes (Le Front qaïdiste al-Nosra, Ahrar al-Cham, Noureddine Zenki, Ajnad al-Cham…) ont alors tenté plusieurs contre-attaques, qui se sont soldées par une véritable hécatombe dans leurs rangs. Ils ont perdu des centaines de combattants et des dizaines de véhicules.

La deuxième phase a été lancée à partir des quartiers ouest d’Alep en direction du Nord vers le rond-point dit du Leiramoun. Après de violents combats, l’armée syrienne a avancé vers les usines de cette région, empêchant définitivement toute possibilité de passage vers les quartiers est via des routes militaires percées par les terroristes. A l’heure d’écrire ces lignes, les unités de l’AAS venant du Castello et celles avançant du Leiramoun étaient sur le point d’opérer leur jonction.

Continuant sur leur lancée, l’armée syrienne et ses alliés ont commencé, mercredi 27 juillet, une vaste opération vers le quartier surélevé de Bani Zeid, d’où les terroristes pilonnaient depuis 2012 les quartiers ouest. Bani Zeid est une zone du nord d’Alep enclavée entre les quartiers ouest, contrôlés par les troupes gouvernementales, et Cheikh Maksoud, plus à l’est, contrôlé par les combattants kurdes. Bani Zeid était relié aux quartiers est par un couloir appelé al-Sakan al-Chababi (les foyers des jeunes).  

 Débâcle des terroristes à Bani Zeid

L’armée syrienne a donc avancé vers al-Sakan al-Chababi, pour encercler totalement Bani Zeid. Voyant l’étau se refermer, des dizaines de terroristes ont choisi de fuir en désordre vers les quartiers est, avant qu’il ne soit trop tard. Cette débandade a provoqué l’effondrement des lignes de défense des groupes extrémistes et l’armée syrienne est entrée, jeudi matin, dans Bani Zeid. Le nettoyage des dernières poches de résistance est en cours.

La rapidité avec laquelle l’armée syrienne et ses alliés ont agi a empêché les Etats-Unis, la France et les organisations soi-disant humanitaires, d’exploiter, comme à leur habitude, la carte des civils pris au piège dans les quartiers est, et qui sont utilisés comme boucliers humains par les groupes terroristes. Les médias inféodés aux gouvernements français et américain ont d’ailleurs commencé une vaste campagne médiatique dans ce sens.

Trois couloirs humanitaires

Cependant, les gouvernements russe et syrien ont lancé une contre-campagne, pour neutraliser les efforts occidentaux. Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a annoncé jeudi matin le lancement d'une «opération humanitaire de grande ampleur» à Alep, avec la création de couloirs humanitaires pour les civils et les combattants prêts à rendre les armes. M. Choïgou a précisé que trois couloirs humanitaires seraient formés avec les forces gouvernementales pour «les civils pris en otage par les terroristes ainsi que les combattants souhaitant déposer les armes».

Un quatrième doit être ouvert, dans le nord, sur la route du Castello, afin de permettre «le passage en sécurité des combattants armés», a-t-il ajouté, assurant qu'il s'agissait uniquement «d'assurer la sécurité des habitants d'Alep». Sergueï Choïgou a précisé que cette dernière mesure a été décidée après que les Etats-Unis se soient abstenus de donner des informations «permettant de faire la distinction entre les combattants du Front al-Nosra et ceux de l’Armée syrienne libre».    

«Nous avons à de nombreuses reprises appelé les parties s'opposant au cessez-le-feu mais chaque fois les combattant (extrémistes) ont violé la trêve, bombardé des zones habitées, attaqué les positions des forces gouvernementales», a dénoncé M. Choïgou. «Par conséquent, dans la ville d'Alep et dans ses environ, la situation humanitaire est devenue difficile», a ajouté le ministre, disant agir sur ordre du président Vladimir Poutine. Une aide alimentaire et médicale sera apportée dans les couloirs humanitaires, a-t-il précisé.

Assad décrète une amnistie

Effectivement, des dizaines de civils ont commencé, dès mercredi, à emprunter le couloir de Boustane al-Qasr, avant que les terroristes ne les empêchent de quitter les quartiers est. 

En parallèle, le président Bachar el-Assad a décrété ce jeudi une amnistie pour tous les rebelles qui rendraient les armes. «Toute personne portant les armes et étant recherchée par la justice est exemptée de la totalité de la peine si elle se rend et dépose les armes dans les trois mois suivant la date de publication de ce décret», indique le texte de la présidence reproduit par l'agence officielle Sana.

Signe de l’échec des plans américains dans le nord syrien, et plus particulièrement à Alep, le secrétaire US à la Défense, Ashton Carter, a annoncé, mercredi, que les Etats-Unis avaient l’intention de «réactiver le front sud», sous prétexte de la lutte contre «Daech». En réalité, les Américains, qui voient leurs cartes tomber les unes après les autres en Syrie, vont tenter de reproduire, dans le sud, ce qu’ils ont échoué au nord.

Mais leurs chances de succès sont encore plus minces dans la partie méridionale du pays.

Source : French.alahednews

28-07-2016 | 13:05

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=19444&cid=324

 


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau