AU MOINS 19 PILOTES US TUES DANS UNE OPERATION CONTRE DAESH EN SYRIE

 

 

L’armée de l’air des Etats-Unis a perdu au moins 19 hommes en Syrie, lors d’une opération contre l’organisation terroriste «Daech», a affirmé lors d’un briefing la secrétaire générale des forces aéroportées américaines, Deborah Lee James.

«Nous avons perdu 19 pilotes, dont huit d’entre eux ont péri en victimes de l’action ennemie», a-t-elle indiqué lors du briefing à Pentagone.

Le 10 septembre 2014, le président américain Barack Obama a annoncé la création d’une coalition internationale contre «Daech». A cette époque, les Etats-Unis avaient déjà effectué des frappes en Irak. Dans ce pays, les bombardements de la coalition sont menés avec l’autorisation de Bagdad alors qu’ils ne disposent pas, en Syrie, de mandat du gouvernement.

Dans le même contexte, l'administration Obama va publier un bilan de ses frappes anti-terroristes menées à travers le monde mentionnant le nombre d'ennemis tués mais aussi le nombre de victimes civiles, a annoncé lundi à Washington un haut responsable.

La publication de ce bilan répond aux promesses du président Barack Obama en 2013 d'imposer plus de transparence sur cette guerre souvent opaque contre les réseaux extrémistes, menée fréquemment avec des drones et qui fait aussi des victimes civiles.

«Dans les prochaines semaines, l'administration va publier une estimation du nombre de victimes combattantes et non combattantes résultant des frappes» menées dans le cadre des opérations anti-terroristes des Etats-Unis, a indiqué lundi Lisa Monaco, la conseillère pour la sécurité du président Obama.

Mme Monaco a précisé que ce bilan ne concernerait que les zones où les Etats-Unis ne sont pas en situation "d'hostilités actives", c'est à dire en situation de guerre.

L'annonce de la publication arrive au moment où les Etats-Unis ont tué samedi par drones «plus de 150» combattants extrémistes shebab qui préparaient une attaque «de grande ampleur» depuis un camp situé à quelque 200 kilomètres au nord de Mogadiscio. 

Depuis sa prise de fonction en 2009, Barack Obama a beaucoup compté sur les attaques de drones pour éliminer les chefs d'Al-Qaïda et d'autres groupes extrémistes, depuis les zones tribales du Pakistan jusqu'à la Somalie et au Yémen.

Ces opérations menées par l'armée américaine ou la CIA sont critiquées par des organisations de défense des droits de l'homme, qui dénoncent notamment les victimes civiles et s'interrogent sur leur efficacité réelle dans la lutte contre le terrorisme.

Selon le rapport du cercle de réflexion, le Stimson Center, plus d'une dizaine de pays dans le monde abriteraient des bases de drones américains, dont l'Afghanistan, Djibouti, l'Ethiopie, le Koweït, le Niger, les Philippines, le Qatar, les Seychelles, l'Arabie saoudite, la Turquie ou les Emirats.

Source : agences et rédaction

 

08-03-2016 | 14:22

 

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=17700&cid=347#.Vt9UeubXqSo


 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau