AVIONS SU-30 RUSSES CONTRE F-15 ISRAELIENS ?

 
La bataille des airs aurait-elle commencé?!!

La bataille des airs aurait-elle commencé?!!

IRIB- Le site Strategika51 a publié, le 2 octobre une nouvelle, selon laquelle un “incident” avait eu lieu, dans la nuit du 1er au 2 octobre 2015 entre quatre F-15I israéliens et six Su-30SM russes, sans doute, dans une zone proche, (mais au large de la Syrie, par la mer), de la ville de Lattaquié, 

près de laquelle se trouve la base de Jablé/Hmimim où les Russes ont déployé une part importante de leur contingent aérien. Les F-15I israéliens, considérés comme de chasseurs lourds multi-rôles sembleraient, donc, avoir approché, par la mer, tandis que les Su-30SM, également, chasseurs lourds multi-rôles, auraient décollé et volé “en direction de Chypre”, c’est-à-dire, également, au-dessus de la mer, vers la trajectoire des avions israéliens. Le site précise que les Israéliens survolent, régulièrement, la région de Lattaquié et de la base de Jablé/Hmimim, depuis plusieurs mois, toujours, à partir d’un plan de vol, qui les fait survenir au-dessus de la zone syrienne, à partir de la mer. Le texte de Strategika51 décrit, ainsi, l’interception et les circonstances qui l’ont caractérisée : «Dans la nuit du 1er au 02 octobre 2015, six Sukhoi SU-30 SM russes ont décollé de la base aérienne syrienne de Hmimim, en direction de Chypre, avant d’intercepter en position d’attaque quatre  chasseurs israéliens F-15. Surpris par une situation aussi inattendue et, probablement, non préparés à un combat aérien avec l’un des meilleurs chasseurs polyvalents russes, les pilotes israéliens ont vite rebroussé chemin vers le Sud, en survolant, à très grande vitesse, le Liban. L’armée libanaise a annoncé, officiellement, à 2313 Z, (heure locale), que quatre “appareils ennemis”, (israéliens), avaient franchi l’espace aérien du Liban». Cet “incident” entre des avions de combat russes et israéliens a frappé de stupeur le commandement des forces aériennes israéliennes, lequel a estimé qu’un éventuel combat aérien entre les F-15 israéliens et les Su-30 russes aurait débouché sur la destruction des quatre appareils israéliens. Israël a, vivement, protesté, auprès de Moscou, de cet incident, mais les Russes ont exigé des explications, sur la présence d’avions de combat israéliens, en plein espace aérien syrien. Cet incident indique que la protection de l’espace aérien syrien est, désormais, sous la protection de l’arme aérienne russe. Ce qui cause des grincements de dents, à Washington». Cette “nouvelle” a été, quasiment, ignorée par la presse-Système et les agences de presse, y compris, israéliennes, même pour l’apprécier, d’une façon critique ou, éventuellement, pour la dénier ou la démentir. Elle a été reprise par quelques sites et blogs français, et, hors de France, surtout, par des sites et des blogs US. Parmi les reprises US, on mentionnera celle de Sic semper Tyrannis, le 3 octobre. Cette reprise est intéressante, parce que le blog est celui de Pat Lang, un ancien officier de renseignement US, et qu’il a une bonne réputation, dans le domaine de la sécurité nationale, chez les internautes, et qu’il est, largement, consulté par un public, effectivement, recruté, dans la communauté de sécurité nationale. Lang a repris une traduction intégrale du texte français et l’a assortie de ce commentaire : «Dunno, it sounds interesting.  If this is so, did the IAF intend to attack the Russian base?  Is Bibi really this blindly arrogant and stupid?  Did Washington greenlight this? » Cette information est intéressante, si on la prend comme telle (crédible, donc, comme décrivant un événement, qui s’est produit), alors qu’il n’y a aucun moyen direct de la confirmer et que le silence qui l’a entourée est loin de réduire son crédit, et même, au contraire, puisqu’on sait que la meilleure arme du Système contre l’information dissidente est le Système. Telle que cet “incident” d’interception est décrit, il nous semble que l’interprétation, selon laquelle les avions israéliens ont été “surpris” par l’interception des chasseurs russes et les pilotes non “préparés” à un éventuel combat, («Surpris par une situation aussi inattendue et probablement non préparés à un combat aérien avec l’un des meilleurs chasseurs polyvalents russes...»), nous paraît, largement, improbable ; il en est de même, selon nous, de l’interprétation de Lang, selon laquelle les F-15I avaient l’intention d’attaquer la base russe de Jablé/Hmimim. D’une façon très différente, l’affaire nous apparaîtrait, comme un “test” de l’armée israélienne, pour vérifier, d’abord, la politique réelle des Russes, à savoir, leur intention ou pas de jouer un rôle majeur, dans la défense aérienne de la Syrie, surtout, bien sûr, autour de leur base, et dans le contrôle de l’espace aérien syrien ; pour vérifier, ensuite, d’une façon opérationnelle concrète, les capacités de détection et de réaction des Russes, dans ce domaine de la défense aérienne et du contrôle de l’espace aérien syrien. Selon cette appréciation, on proposerait l’idée que les Russes ont, également, compris l’intrusion, (ou l’intention supposée d’intrusion),  des F-15I israéliens dans l’espace aérien syrien, comme un “test”, pour leur propre attitude, cela amenant une réaction, extrêmement, vive, puissante et offensive, (en position favorable de combat aérien), et, d’ailleurs, à la limite de la légalité, puisqu’il semble bien que l’interception ait été voulue, comme “agressivement dissuasive” ; selon nous, encore, il pourrait être plus probable que cette interception se soit passée, volontairement, (de la part des Russes), dans l’espace aérien international, avant que les Israéliens aient pu espérer entrer dans l’espace aérien syrien. (C’est ainsi que nous serions inclinés à mettre en doute les précisions, selon lesquelles «Israël a, vivement, protesté, auprès de Moscou, [à propos] de cet incident, mais les Russes ont exigé des explications, sur la présence d’avions de combat israéliens, en plein espace aérien syrien». Il y a une contradiction dans cette phrase : si les F-15I se trouvaient, dans l’espace aérien syrien, il ne peut être question de “vives protestations” israéliennes, pour la simple raison que les avions israéliens seraient, absolument, dans leur tort, et pas du tout les avions russes, qui bénéficient de l’autorisation du gouvernement syrien d’évoluer, dans l’espace aérien syrien. Par contre, ces “vives protestations” prennent toute leur logique et leur justification juridiques si l’interception s’est faite, dans l’espace aérien international). Dans ce cas, il s’agirait, donc, d’un “avertissement sans frais“ des Russes aux Israéliens, y compris avec les conditions de l’interception, un avertissement selon lequel la Russie avertirait qu'elle ne fera aucun cadeau à Israël, dans cette affaire syrienne, et que, pour ces deux “partenaires-adversaires”, dans les conditions de cette guerre, la légalité courante est mise de côté, au profit de l’efficacité. Les Russes connaissent bien les Israéliens et savent qu’ils ne respectent que la force ; quant aux Israéliens, ils auraient ainsi bien pu vérifier avec un tel incident qu’ils ont affaire aux Russes, qu’ils connaissent (et respectent autant qu’ils les craignent), dans leur attitude la plus “sérieuse”, sans aucun apprêt diplomatique, prêts à user de la force, sans hésitation, si leur propre sécurité est engagée. A notre sens, d’ailleurs, ce type d’incident ne risque pas d’affecter les relations israélo-russes, au niveau politique et diplomatique, (ce qui, de ce point de vue, explique le silence officiel des Israéliens et des Russes). Ces relations sont basées, à la fois, sur un respect mutuel, pour l’attitude ferme et réaliste de chacun des deux, pour la capacité de chacun à faire usage de la force, quand il le faut, pour la conscience de chacun de ses intérêts respectifs, qui fait qu’ils peuvent travailler, ensemble, avec “une main dans la main”, tout en se tenant en respect, d’une façon, éventuellement, un peu menaçante avec l’autre laissée libre. Les Russes, qui connaissent le peu d’appétence des Israéliens, pour la légalité internationale, auraient ainsi pu faire savoir aux Israéliens que, désormais, la “légalité internationale” doit être respectée, en Syrie, parce que la force russe y veille. Tout cela étant dit, pour fixer les choses, il reste que les Israéliens savent mesurer les puissances respectives et reconnaissent, dans la Russie, une puissance de première dimension. Dès lors, cette sorte de circonstance, telle qu’on la décrit, qu’elle ait eu lieu ou pas, ferait partie d’une reconnaissance opérationnelle implicite de ce que les Israéliens percevraient, actuellement, d’un point de vue théorique, qui est le grand changement stratégique en cours avec la Russie, prenant une place de plus en plus prépondérante, aux dépens des USA, au Moyen-Orient.  

dedefensa.org

Oct 07, 2015 18:01 UTC
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau