DOUBLE FIASCO POUR LES TERRORISTES : ALEP ET DAMAS

Double fiasco des milices: dimanche noir pour les habitants d’Alep
L’équipe du site

Ce week-end, c'est un double fiasco que les milices combattant le pouvoir syrien ont essuyé aussi bien sur le front sud-ouest d’Alep, que dans la province est de Damas.

 Dans la province d’Alep, les milices de la cellule d’opération pour la conquête d’Alep, laquelle regroupe entre autre la branche d’Al-Qaïda le front al-Nosra, Ahrar al-Sham, et le mouvement Noureddine Zenkeni ont essuyé une défaite similaire à celle qu’elles avaient essuyée lors de l’attaque de Khan Toumane, au début de la semaine passée.

Elles avaient pourtant lancé une attaque de très grande envergure sur l’axe sud-ouest de la ville, à partir du quartier Rachidine-4 en direction

 

des quartiers ouest d’Alep, de la banlieue d’Assad et de Familiy House.

Selon le quotidien libanais al-Akhbar, les miliciens ont tenté de s’infiltrer dans la ville à travers les tuyaux des égouts. Ils ont tué deux soldats avant d’être repérés et abattus. 20 miliciens ont péri et non 5 comme l’a indiqué l’OSDH, indique al-Akhbar.

S’en est suivi un bombardement aérien et de l’artillerie contre leurs positions au cour duquel leurs pertes sont importantes.

63 civils tués

Hélas, les civils aleppins ont le plus pâti de ces combats lorsque les milices en battant retraite ont riposté à leur échec en bombardant les quartiers loyalistes. Dimanche, « des obus tirés par les insurgés contre les zones gouvernementales ont tué 10 civils, dont une femme et deux enfants », a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’homme, rapporte l’AFP.

Toujours selon l’OSDH, depuis vendredi, ce sont au moins 63 civils qui ont été tués à Alep, qui vit de nouveau au rythme des raids aériens et des tirs d'obus, après des semaines d'un calme relatif lié à la trêve entrée en vigueur à l'initiative des Etats-Unis et de la Russie le 27 février.

Fiasco pour Jaïch al-Islam

Un autre fiasco a été infligé à la milice Jaïch al-Islam, soutenue par l’Arabie saoudite, laquelle tentait de récupérer la région de Bala, dans la Ghouta orientale à l’est de Damas, et qui venait d’être sécurisée par l’armée syrienne. Selon al-Akhbar, la milice a perdu un bon nombre de ses combattants dans cette manœuvre qui s’est soldée par un échec.

Ahrar al-Sham dans le collimateur

Dans la province d’Idleb, la milice Ahrar al-Sham alliée du front al-Nosra fait apparemment l’objet d’un règlement de compte interne.  

Une attaque suicide contre son siège dans la localité de Bannach a fauché la vie à un certain nombre de ses chefs militaires, dont le chef de son état-major Islam Abou Hussein ainsi que les deux chefs militaires Abou Abdallah al-Bannachi, et Abou Abdel Rahmane al-Hamwi.  

 

Source: Divers

25-04-2016 - 20:26 Dernière mise à jour 25-04-2016 - 20:26 | 1260 vus
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau