EXPLOITATION ODIEUSE PAR BHL DE LA MORT DU BEBE SYRIEN

Le bébé providentiel
 

Quel que soit l’évènement, si BHL s’en mêle, c’est que ça sent le soufre. Si, en plus, il y a une volonté acharnée du monde des médias de nous tirer des larmes, ce n’est même plus suspect, c’est la certitude qu’il y a une stratégie derrière.

Quand BHL et les médias se mobilisent avec tant de cœur et une synchronisation aussi parfaite, c’est qu’ils sont en mission. Rappelons-nous les enfants squelettiques du Biafra dans les années 60-70, quand la France voulait mobiliser l’opinion pour s’accaparer une partie du pétrole nigérian. Rappelons-nous encore les nourrissons Koweïtiens massacrés dans leurs couveuses par les soldats Irakiens, ou encore ces corps alignés d’enfants Syriens gazés pour faire porter le chapeau à Bachar Al Assad et son gouvernement.

Les exemples ne manquent pas et c’est systématiquement le même processus de manipulation des émotions qui est utilisé. Qu’est-ce qui fait que ça marche à tous les coups ? La peur de paraitre inhumain, ou d’être en « dysharmonie » avec les autres ?

Dans l’affaire des migrants, nous venons de passer une phase stratégique cruciale, celle de l’utilisation du pauvre petit enfant innocent. L’avantage de cette stratégie, c’est que tout résistant peut être lynché, car l’enfant devient « L’ENFANT » qui doit faire tout oublier, y compris les autres enfants écrabouillés par les bombes de l’OTAN en Libye, ou froidement massacrés par les terroristes en Syrie. Même les deux enfants morts le même jour à Paris dans un incendie criminel ne comptent pas. Cet ENFANT, comble de cynisme, porte un nom qui n’en est pas un, ou plutôt qui est tout un symbole : Aylan Kurdi, c’est à dire Aylan le Kurde. C’est facile à retenir et les Européens ont une certaine sympathie pour les Kurdes.

A croire que les centaines de milliers de plages qui bordent les centaines de milliers de kilomètres des côtes grecques et turques, et leurs innombrables îles, ne sont plus sillonnées que par des sauveteurs turcs et grecs qui ne se baladent jamais sans être accompagnés de leur photographe attitré.
Ainsi, quand ils trouvent le corps d’un petit enfant, leur premier geste le plus urgent n’est pas de vérifier que l’enfant est encore en vie pour, éventuellement lui porter secours, mais de dire au photographe de prendre des clichés qui pourront réveiller la conscience des plus récalcitrants des Européens face à la tragédie des migrants. C’est bien connu, une bonne image arrache plus de larmes que les faits.

Ensuite, et ensuite seulement, le sauveteur fera son boulot de sauveteur qui, dans le cas de l’enfant trouvé sur la plage de Bodrum en Turquie, consistait essentiellement à prendre dans ses bras un cadavre encore tout frais, ni rigide, ni cyanosé (peut-être était-il encore sauvable pendant les prises de vue ?). Encore un ou deux clichés avec l’enfant dans les bras, histoire d’insister un peu plus sur la nécessaire prise de conscience des Européens. Ce genre de photos a déjà fait ses preuves, Bernard Kouchner avec son sac de riz pourrait nous en parler.

Que sont devenus les Erythréens ? Personne n’en parle plus. Peut-être était-ce une stratégie entrant dans le plan global ? Peut-être voulait-on faire peur aux Européens avec une supposée invasion d’Africains, pour mieux faire accepter des migrants Moyen-Orientaux ? Qui sait ? Les médias disent que les nouveaux migrants viennent de Syrie. Mais sait-on qui ils sont vraiment ? Bizarrement ils semblent tous arriver via la Turquie, qui n’est pas un pays en guerre, ayant probablement transité par des camps de réfugiés contrôlés par les rebelles, quel que soit le nom qu’on leur donne. Pour quelle mission ont-ils été envoyés en Europe, avec le soutien des BHL et ses compagnons habituels ? Nous ne tarderons pas à le savoir.

Il suffit juste d’attendre.

Source: Réseau International

 

Source: Sites web

05-09-2015 - 14:47 Dernière mise à jour 05-09-2015 - 14:47 | 1449 vus
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau