L'ARMEE ATTAQUEE AU GAZ MOUTARDE PAR LES TERRORISTES DE DAESH

 

Le groupe terroriste «Daech» a attaqué l'armée syrienne au gaz moutarde près de la ville de Deir Ez-Zor (est), chef-lieu de la province éponyme frontalière de l'Irak, a rapporté l'agence officielle Sana lundi soir.

Syrie : «Daech» attaque l’armée au gaz moutarde dans l’est

«Les terroristes de Daech ont visé l'aéroport militaire de Deir Ez-Zor avec des obus contenant du gaz moutarde, provoquant des cas de suffocations», a indiqué l'agence.

De même la chaîne de télévision syrienne al-Ikhbaria a déclaré que «les terroristes ont utilisé des roquettes avec du gaz moutarde. Les combattants de Daech ont attaqué la base aérienne de Deir Ezzor avec des engins empoisonnés. Les soldats souffrent d’asphyxie».

La semaine dernière, The Wall Street Journal a raconté que les terroristes de «Daech» avaient appris à produire des «engins explosifs de nouvelle génération», y compris des «missiles chimiques», à l’université de Mossoul.

Le gaz moutarde - qui provoque des détresses respiratoires, une cécité momentanée et des cloques très douloureuses -, a déjà été utilisé par «Daech» en Syrie et en Irak, avaient rapporté à plusieurs reprises des responsables américains, des observateurs et des militants syriens.

La ville de Deir Ez-Zor est contrôlée à 60% par les terroristes de «Daech» qui tentent depuis 2014 de capturer l'aéroport militaire, situé au sud-est de la cité. Plus de 200.000 civils sont quasi-encerclés par l'organisation terroriste et des aides sont régulièrement larguées par les avions russes.

Sept civils tués lundi

Par ailleurs, le chef marocain de l’agence de lutte contre le terrorisme Abdelhak Khiame a prévenu de la menace croissante d’attaques aux armes chimiques planifiées par les terroristes de «Daech». Il a précisé que, parmi les 25 attaques déjouées par son unité au Maroc, l’une d’entre elle, en février 2016, impliquait l’emploi du gaz moutarde. Cette cellule de «Daech», qui avait passé du matériel illégalement depuis la Libye, s’apprêtait à lancer des attaques chimiques sur quatre villes en plus d’un attentat suicide.

«Il est très possible que Daech utilise ce processus pour cibler le Royaume-Uni et d’autres pays européens», a-t-il expliqué au tabloïd britannique The Sun.

D’autre part, sept civils dont trois femmes ont été tués lundi dans un bombardement de «Daech» sur deux quartiers tenus par le régime.

La province de Deir Ez-Zor est cruciale pour «Daech» car elle est située entre celle de Raqa, bastion du groupe et la frontière irakienne, contrôlée en grande majorité par ses terroristes.

Depuis quelques semaines, «Daech» est sous pression en Syrie et a notamment été chassé par l'armée syrienne appuyée par l'aviation russe de la ville antique de Palmyre et de la ville d'al-Qaryatayn, qui étaient parmi ses derniers fiefs de la province centrale de Homs.

Source : divers et rédaction

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau