LA RUSSIE PREOCCUPEE PAR LA PASSIVITE COMPLICE DU CAMELEON DE MISTURA

Syrie: la Russie préoccupée par la passivité de Mistura

La Russie est préoccupée par le fait que l'envoyé spécial de l'Onu pour la Syrie Staffan de Mistura rechigne à sa mission et ne convoque pas un nouveau round de négociations inter-syriennes.

Syrie: la Russie préoccupée par la passivité de Mistura

«Nous sommes préoccupés par le fait que ces derniers temps l'émissaire du secrétaire général de l'Onu Staffan de Mistura rechigne à sa tâche, ne convoque pas un nouveau round de négociations inter-syriennes et commence à faire des déclarations publiques invitant la Russie et les Etats-Unis à s'entendre sur la façon de mener les affaires en matière de règlement politique en Syrie, après quoi l'Onu réunira un nouveau round de négociations inter-syriennes. Une telle approche n'est pas correcte», a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à l'issue des négociations avec son homologue azerbaïdjanais.

Les dernières négociations inter-syriennes se sont tenues à Genève en avril dernier. En deux semaines l'émissaire de l'Onu Staffan de Mistura n'est pas parvenu à organiser de contacts directs entre les représentants de Damas et de l'opposition. Les consultations prévues pour le mois de mai n'ont pas eu lieu. Aucune date concrète n'est fixée en dépit de nombreux appels à leur reprise.

La Russie et la Turquie, des approches communes ?

D’autre part, Sergueï Lavrov a déclaré que la normalisation des relations entre la Turquie et la Russie rendrait les recherches de solutions à la crise syrienne plus efficaces.

«Tout cela aura un impact positif sur la situation dans la région. J'espère également que cela nous permettra de rechercher plus efficacement des approches communes visant à surmonter la crise syrienne, devant laquelle la Russie et la Turquie ont des positions différentes», a-t-il indiqué.

Lavrov a en outre souligné que sa rencontre avec le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu du 30 juin dernier à Sotchi s'était avérée fructueuse.

«(…) cela permet de compter sur le fait que nous aurons maintenant moins de malentendus avec nos partenaires turcs. Nous tenterons de négocier plus ouvertement au sujet de la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu et du Groupe de soutien international à la Syrie», a conclu le diplomate russe.

Source : agences et rédaction

12-07-2016 | 12:31

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=19223&cid=309#.V4VeK7iLQ2w   


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau