OBAMA EST EN EMBUSCADE. POUTINE, CESSE TES ALLIANCES AVEC LE DIABLE

Jusqu'où Assad peut compter sur Poutine

Sun Sep 18, 2016 2:17PM

Les Présidents russe et Assad.

Les Présidents russe et Assad.

A peine 24 heures après les raids des avions de combat américains contre les positions de l'armée syrienne, le site "Panorama Al Charg al Aussat" évoque les liens qui existent entre ces frappes et les bombardements israéliens visant le sud de la Syrie. 

" Les bombardements américains à Deir ez-Zour qui ont coûté la vie à 62 soldats syriens se sont produits parallèlement aux frappes des chasseurs et des drones israéliens contre l'armée syrienne dans le nord de Quneitra, frappes qui ont fait un mort et 5 blessés dans les rangs de soldats syriens. Les frappes israéliennes ont eu lieu en représailles " aux missiles tirés depuis le territoire syriens", missiles effectivement par les terroristes. 

Ces évolutions interviennent dans le contexte où l'ASL, protégé par la Turquie, opère avec le feu vert américain dans le nord de la Syrie. L'armée turque s'est déployée dans une zone d'une superficie de plus de 800 kilomètres carrés au nord de la Syrie. Dès l'arrivée de l'armée syrienne et sans doute en toute coordination avec elle, les terroristes de Daech ont quitté les lieux, cédant la place aux terroristes de l'ASL. Les membres de cette milice terroriste sont censés agir à titre de soldats des Américains. 

Dans la foulée de cette incursion, l'armée turque continue à avancer sur le sol irakien et ce, sous prétexte de vouloir chasser les rebelles kurdes. Tous ces événements ne montrent qu'une chose : Nous sommes désormais en face d'un plan de substitution que les Américains ont peaufiné et qui implique à la fois la Turquie, les kurdes et les terroristes takfiristes. Ce plan vise à redessiner les frontières des pays de la région dont l'Irak et la Syrie. Les Etats Unis se préparent à provoquer des afflux d'immigrés, quelque un million. Des immigrés qui quitteront Raqqa et Mossoul après " la libération" de ces deux villes et qui s'orienteront vers d'autres pays du Moyen Orient voire vers l'Europe. 

En outre, les marines ont débarqué jeudi dans la ville de Tel Abyaz dans la banlieue nord de Raqqa. Ce sont les leaders de l'Union démocratique du Kurdistan qui ont ramené les militaires américains avec eux dans cette région et qui les ont autorisés à hisser leurs drapeaux en haut des bâtiments publics de Tal Abyaz, non loin des frontières turco-syriennes. Dans le même temps, les hélicoptères Apach et les drones de reconnaissance US survolent cette région dans un climat d'intenses tractations secrètes entre les kurdes et les militaires américains. 

Il semblerait que le projet américain de provoquer l'implosion de la Syrie est entré dans une nouvelle phase au détriment de la Russie qui s'est visiblement laissée flouer encore une fois. La trêve conclue samedi avec les Etats Unis n'a été qu'un leurre destiné à sauver "les terroristes" des mains de l'armée syrienne, ses alliés iraniens et de la Russie. Washington a voulu préserver certaines de ses cartes et ce, dans le contexte où certains des alliés les plus proches des Américains refusent désormais de faire la différence entre "bons et mauvais terroristes". 

Les Etats Unis et leurs alliés ne cessent de crier à la catastrophe humanitaire dans des régions assiégées par l'armée syrienne tout en jetant carrément aux oubliettes ces cités entières où les terroristes font régner la terreur. 

Une question se pose dès lors en toute acuité : " Comment Poutine ferme-t-il les yeux sur ces évidences ? Comment peut-il espérer croire encore aux promesses creuses d'un Obama qui a à son actif le bilan le plus sanguinaire qui soit ? 

Il est vrai que pour régler toutes les crises de la région, on ne peut compter systématiquement sur la Russie. Contrer les Etats Unis et l'Otan en Syrie appellent d'autres secours que ceux des Russes. Les S400 que la Russie a fait déployer en Syrie ne sont pas destinés à abattre les chasseurs américains ou israéliens. Moscou veut uniquement la peau d'Ankara. Une confrontation directe avec Washington ou Tel-Aviv aura des répercussions que Moscou veut éviter. 

La solution en Syrie est peut-être ailleurs. Elle passerait peut-être par l'Iran : C'est via des forces populaires bien actives et bien performantes en Irak, forces soutenues par l'Iran que Daech et Cie seront mis à l'échec, que la Syrie et l'Irak ne seront pas démembrés, que les Etats Unis ne pourront pas planter leurs bases permanentes dans la région et qu'enfin les forces d'occupation se verront dan l’obligation de quitter définitivement le Moyen Orient.  

http://presstv.com/DetailFr/2016/09/18/485298/Jusquo-Assad-peut-compter-sur-Poutine


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

Burdin
  • 1. Burdin | 20/09/2016

On comprend pourquoi le monstre Daech est né: la créature a été engendrée par l'Occident lui-même qui ne cesse de se comporter en maître absolu de la planète. Quand allons-nous cesser de traiter les pays du Moyen-Orient comme des pions sur un échiquier pour servir nos vils intérêts!

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau