RAIDS RUSSES EN SYRIE : L'INTOX DE L'OSDH ACCUSE !!

Frappes russes en Syrie : la manipulation de l’OSDH bat son plein.
L’équipe du site

Depuis que les frappes russes ont été entamées en Syrie, les accusations de tuer des civils sont propulsées au devant de la scène médiatique d’une façon régulière.

La dernière étant qu’un hôpital de campagne dans la localité de Sarmine dans la province d'Idleb a été touché mardi dans un raid faisant 13 tués, dont un physiothérapeute et un gardien. Selon le journal égyptien al-Watan, cet hôpital de campagne est dirigé par l’Association médicale américano-syrienne.   

Or, c’est toujours la même instance qui profère ces accusations : l’Observatoire syrien des droits de l’homme, siégeant à Londres et accréditée par les puissances occidentales. Sa crédibilité a été de nombreuses fois entachée.

Dernièrement, elle a également rendu compte de la mort de trois Russes en Syrie. Interrogée sur cette information par RT, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, l’a qualifiée de «canular», indiquant que «l’Observatoire syrien des droits de l’homme était au centre de ces fausses informations».

Le 20 Octobre dernier elle avait prétendu que sur les 370 tués depuis le lancement des frappes, 127 sont civils.


Manipulation de l'OSDH

Depuis le début de la crise, l’OSDH s’était attelée à répertorier et rapporter les hostilités menées par les autorités syriennes, hors de leur contexte, sans jamais rapporter les agressions menées par les milices de l’opposition. C’est elle qui se charge de rapporter le nombre des victimes dans les attaques, citant de soi-disant sources syriennes sur le terrain. Pendant longtemps, elle a fait passer le nombre des tués au sein des forces gouvernementales et des civils loyalistes parmi ceux des tués rebelles, avant que les chiffres réels des militaires syriens ne soit rendu publics.

Force est de constater aussi que dans ses rapports sur les frappes menées par la Coalition internationale dirigée par les Américains, rarement l’OSDH rend compte de la mort de civil. Et lorsqu’elle le fait, c’est comme si c’est pour se donner un semblant d’objectivité.


Autre version sur Sarmine: des maisons


L’information sur Sarmine est d’autant plus douteuse qu’une autre instance de l’opposition syrienne, aussi incrédible, la Commission syrienne des droits de l’homme rend compte d’un bombardement de la ville Sarmine, et de la mort de 13 personnes, mais n’évoque nullement un hôpital de campagne.

Elle cite sur son site des maisons qui ont été détruites. L’organisation n’est pas non plus tout à fait sure que ce sont les avions russes et non syriens qui ont effectué les raids. Elle précise l’identité des tués, qui comme par hasard tous des hommes, comme s’il n’y avait pas de femmes dans ces maisons.

Dans la plupart des cas, les organisations de l’opposition armée syrienne présentent dans leurs rapports les miliciens morts dans les raids comme étant des civils.

Version russe

Pour sa part, le ministère  russe de la Défense a dit mercredi avoir bombardé un point de rassemblement des miliciens près de Sarmine, à 270 km au nord de Damas. Et ce dans le cadre d’un communiqué où sont mentionnées 46 sorties et 83 cibles "terroristes" bombardées en Syrie ces dernières 24 heures, dont des positions dans les provinces d'Idleb (nord-ouest), d'Alep (nord-ouest), de Deir Ezzor (est), de Damas et de Hama (centre).
 
 Selon le ministère, un atelier de fabrication d'obus et un dépôt d'explosifs du Front al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, ont notamment été détruits près d'Alep, ainsi qu’un camp d'entraînement des dépôts et plusieurs véhicules près de Khan Cheïkhoun, dans la province de Hama.
   
L'armée russe dit aussi avoir bombardé un poste de commandement de la milice wahhabite takfiriste Daesh (Etat islamique-EI), situé sur une montagne dans la province d'Idleb, depuis lequel les jihadistes ajustaient leurs tirs de mortier, ainsi.

Daesh et Nosra, vers la réconciliation ?

Le ministère russe avait rendu compte d’une alliance qui est en train d’être scellée entre Daesh et le front al-Nosra  contre l’armée syrienne.

"L'information concernant l'entame de discussions entre les chefs militaires de plusieurs unités importantes du groupe terroriste al-Nosra et les commandants de l'Etat islamique sur une alliance pour repousser l'offensive de l'armée syrienne a été obtenue par des écoutes radio", a déclaré le général Igor Konachenkov cité par RIA Novosti.



Progression au sud-est d'Alep


L’une des tactiques manipulatrices de l’OSDH est de minimiser les progressions réalisées par l’armée syrienne. Dans le secteur du sud d’Alep, elle a rendu compte de cinq villages qui ont été repris par elle depuis le début de la campagne, alors que le quotidien Al-Watan, proche du pouvoir, en a évoqué seize en plus de sept collines, selon l’AFP.

Pour ce jeudi, le correspondant d’al-Manar a fait état d’une progression importante dans cette région où 5 villages suppléentaires ont été libérés, au milieu de mises en gardes émises par la front al-Nosra contre toute personne collaborant avec le pouvoir syrien.

et d’un effondrement dans les rangs des miliciens. Le quotidien libanais al-akhbar assure pour sa part que les forces gouvernementales s’approchent de plus en plus de l’autoroute Alep-Damas et se trouvent désormais à 5km.

Vers la libération de l’aéroport de Kwayrès ?

Les avancées les plus importantes dans cette région se situent plus précisément dans la province Est d’Alep, dans les alentours de l’aéroport militaire de Kwayrès, seule base militaire dans cette région.

Assiégé depuis plus de trois ans et demi par Daesh, ( avant par le front al-Nosra, et l’Armée syrienne libre), il a été transformé en une citadelle impénétrable grâce à la résistance des 1.000 militaires syriens qui s’y trouvent. Ils ont ces derniers jours détruit une voiture piégée à  l’entrée de l’aéroport et 4 autres avant qu’elles n’atteignent leur but, selon une source de l’intérieur de l’aéroport cité par al-Akhbar.

Ces derniers jours, les positions de Daesh font l’objet d’un déluge de feu sans précédent aussi bien en provenance des troupes retranchées dans l’aéroport que des  troupes syriennes qui avancent vers lui.

Une brèche d’une longueur de 10 km a été ouverte dans un secteur occupé par Daesh

Mercredi, dans ce qui a semblé être une fuite de l’avant, Daesh a tenté une énième tentative d’assaut contre l’aérodrome, laquelle s’est de nouveau soldée par un échec.

Selon la télévision pan arabe al-Mayadeen, Daesh se trouve désormais retranché dans la centrale thermique qui se trouve dans cette région, au milieu de 16 réservoirs d’hydrogène.  

     

 

 

Source: Divers

22-10-2015 - 14:20 Dernière mise à jour 22-10-2015 - 16:35 | 664 vus
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau