REFUGIES SYRIENS : HONTE AUX PAYS DU GOLFE !

Réfugiés syriens: honte aux pays du Golfe!, par Abdel Bari Atwan

Et les pays du Golfe, que font-ils?
 
Sep 16, 2015 16:15 UTC

Et les pays du Golfe, que font-ils?

IRIB- Des rivières de larmes de crocodile s’écoulent, dans les médias arabes, tandis que leurs scribouillards gaspillent de l’encre, en feignant d’éprouver de la peine,

face à la tragédie des réfugiés syriens, qui, pour tenter de survivre, risquent leur vie en mer ou dans des camions frigorifiques. Camp de Syriens réfugiés, au Liban - Photo : Getty/Nikolay Doychinov. Ils cherchent, uniquement, la survie, même pas une vie de dignité, après que tout ce qui leur est cher ait été détruit, mis en pièces, après que de nombreuses forces - à la fois, internes et externes - aient conspiré, pour ruiner leur pays et leur vie ... Sans oublier les centaines de milliers de personnes, qui ont été tuées. C’est un grand paradoxe que les Etats du Golfe - qui se sont le plus vantés de soutenir le peuple syrien et ont dépensé des milliards de dollars, pour armer l’opposition - soient les plus récalcitrants à accueillir les réfugiés, en provenance de Syrie, et leur ont claqué la porte au nez. Et ces pays sont, immensément, riches, avec d’énormes fonds souverains. Pendant ce temps, d’autres pays arabes, pauvres, ont accueilli des centaines de milliers de Syriens. Des pays, comme la Jordanie, le Liban et l’Egypte, qui sont accablés par d’immenses dettes et déficits budgétaires, ont ouvert leurs bras et compati à leur sort. Lesquels de ces pays, à votre avis, se comportent, conformément aux valeurs de l’arabisme et de l’Islam, de l’honneur et de la compassion ? Plusieurs pays européens ont reçu des centaines de milliers de Syriens et leur ont fourni aide et assistance, éducation et l’emploi. Ils leur ont accordé la citoyenneté et la résidence permanente, après quelques années, durant lesquelles ils se sont adaptés à leurs nouvelles communautés. Angela Merkel, la Chancelière allemande, s’est engagée à faire accueillir plus de 50.000 réfugiés, chaque année, en plus de 350 000 Syriens, soulignant l’engagement international, pour la justice et l’humanité. Son ministre de l’Intérieur, Thomas de Maser, a fait passer une loi visant à accélérer le traitement des réfugiés, en rendant le système moins bureaucratique. En réponse, l’une des télévisons «islamiques» s’est plainte que Mme Merkel dirigeait un parti chrétien et a exprimé la crainte que ces Syriens, qui trouvent un refuge sûr, en Allemagne, ne deviennent chrétiens. Au début de la crise, les journalistes, qui visitaient les camps de réfugiés, en Jordanie, où les familles syriennes avaient fui, pour se sauver des bombes et des bombardements, ont parlé d’honteuses cohortes de vieux loups lubriques, leurs poches remplies d’argent, rôdant dans les camps, avec des courtiers en chair humaine, à la recherche de jeunes filles mineures à acheter. Il y a des dizaines de reportages et de documentaires, qui confirment ce que nous disons. Des filles syriennes sont transformés en esclaves, tandis que leur gouvernement commet des massacres et verse de l’huile sur le feu, non pas, dans l’intérêt du peuple syrien, comme il le prétend, mais pour assouvir la haine du président syrien. Le Président Assad n’est pas le seul impliqué, dans la destruction de la Syrie. Suffisamment de preuves attestent que l’ingérence étrangère a pour objectif de fragmenter le pays, le long de lignes de faille sectaires. Après avoir vu les enfants de la Syrie se noyer, en haute mer, ou leurs restes décomposés, congelés dans des camions, vous vous attendriez à entendre des fatwas de nos clercs distingués, comme Qaradawi ou Al-Uraifi, exiger que l’Arabie saoudite, le Qatar, les Émirats arabes unis et le Koweït leur portent secours ? Ne sont-ils pas musulmans ? Ne sont-ils pas aussi sunnites ? Les Allemands «infidèles» organisent des manifestations contre le racisme et demandent que leur gouvernement reçoive les réfugiés syriens, sans restrictions ou obstacles. Nous avons vu les fans de football, dans les tribunes, brandissant des banderoles exigeant la même chose ... Alors pourquoi nos propres dirigeants régionaux les plus riches ne peuvent-ils offrir même le quart de cette aide ? Les Etats du Golfe refusent aux citoyens d’autres nations arabes les soins médicaux de base et l’éducation. Il n’est, donc, pas étonnant qu’ils ne veulent pas des immigrants syriens ... Comment pourraient-ils les accueillir ? Non seulement, ils ne souhaitent pas héberger ces réfugiés, mais ils interfèrent, activement, dans les affaires de leur pays, envoyant des armes et de l’argent, pour les détruire et semer les graines de conflits sectaires, faisant exploser la violence et poussant à l’exil, par désespoir. Comment peuvent-ils prétendre «aider» les Syriens, chez eux, mais les abandonner à l’étranger ? Si vous ne souhaitez pas honorer l’exigence humaine d’offrir l’hospitalité à ces réfugiés, alors, s’il vous plaît, cessez votre sinistre ingérence, dans leurs affaires. Ou prouvez-nous que nous avons tort...Cette crise n’est pas limitée à la Syrie. L’intervention militaire saoudienne, au Yémen, va produire ses propres vagues de réfugiés ... Où vont-ils fuir, et comment ? Nous ne faisons que le demander, mais nous savons que nous ne recevrons guère de réponses, si ce n’est les insultes et les professions de foi habituelles. Après la guerre du Koweït, en 1991, certains Irakiens ont cherché refuge, en Arabie saoudite, dont des soldats et leurs familles. Que leur est-il, ensuite, arrivé ? Ils ont été parqués, dans le camp de Rafha, au milieu du désert, sous un contrôle très rigoureux, puis, empêchés d’en repartir, pendant plus de cinq ans. Beaucoup ont été obligés de retourner, en désespoir de cause, dans l’Irak de Saddam Hussein - des Musulmans chiites, pour la plupart d’entre eux, qui se révoltèrent contre Saddam, comme le montre l’histoire. Les autorités saoudiennes ont payé des centaines de millions de dollars à des organisations des Nations Unies et à des ONG, pour que ces réfugiés soient accueillis, dans les pays occidentaux, comme la Suède, la Norvège et le Canada. Et pourtant, ils ne permettront à aucun d’entre eux de rester dans le Royaume saoudien. En revanche, Riyad était heureux d’accueillir 1,5 million de soldats américains, pour la guerre, au Koweït. Cela montre la différence de traitement entre nous et les Croisés européens. Il y a quelques années, on m’avait invité à prononcer plusieurs conférences, au Canada, dont une, dans la capitale d’Ottawa. Je fus surpris par le grand nombre de participants, qui se sont présentés, comme des «Koweïtiens», et quand je leur ai demandé comment cela se faisait, on m’a été répondu qu’ils avaient émigré, au Canada, pendant la crise, et obtenu la citoyenneté canadienne, mais qu’ils continuaient à se considérer, comme Koweïtiens, et qu’ils se souvenaient de leur pays avec nostalgie. Cette duplicité des riches pays arabes est la cause de la désillusion et de l’aliénation, parmi la jeunesse arabe, poussant certains d’entre eux vers des attitudes extrémistes, qui les rendent mûrs, pour un recrutement par des organisations, comme l’État islamique et Al-Qaïda, et les préparent à mener des «missions suicides». Il semble que nous, les Arabes, offrons les exemples les plus odieux du racisme, et non pas, ces Européens, qui nous rendent honteux de nous-mêmes, en sympathisant avec le réfugié syrien, qui porte ses enfants sur ses épaules, ainsi que le fardeau de la souffrance et de l’humiliation. Personne ne lui demande s’il est sunnite ou chiite, alaouite ou chrétien. Il est juste considéré comme un être humain qui a besoin d’aide.

 
 

 

 
 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau