RENCONTRE A VIENNE SUR LA SYRIE : DERNIERES CONSULTATIONS IRAN/RUSSIE

 

 

Nov 10, 2015 06:17 UTC

IRIB- La crise en Syrie est à l’agenda de sa visite en Russie.

Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères pour le département arabo-africain, Hossein Amir Abdollahian s’entretiendra à Moscou avec le vice-ministre russe des Affaires étrangères, représentant du président Poutine pour les affaires du Moyen-Orient des développements de la région et de la crise syrienne. Des échanges de vue sur la Syrie et le Yémen aussi bien que sur la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme constituent les principaux sujets des entretiens des deux hommes. En tant que deux pays importants et influents dans les évolutions de la Syrie, l’Iran et la Russie qui partagent des positions communes vis-à-vis des évolutions en Syrie, procèdent toujours à des consultations à divers niveaux pour la solution de la crise dans ce pays. Il est vrai que l’axe Moscou/Téhéran joue un rôle positif dans le règlement de cette crise, via des méthodes politiques axées sur le rôle du peuple. Cette position commune irano-russe s’est de plus en plus manifestée lors de la réunion de Vienne où les agissements diplomatiques s’étaient accélérés au sujet de l’affaire syrienne, en raison de la collaboration de ces deux pays. Ainsi, le plan du retrait de Bachar el-Assad a été éliminé de l’ordre du jour tandis que la lutte sérieuse contre le terrorisme a été inclue à la déclaration en 9 articles, en tant que premier pas vers la solution de la crise syrienne.
Il va de soi que le peuple et l’armée syriens sont en lutte contre le terrorisme et le renforcement du front national syrien pour éradiquer le terrorisme doit être la priorité de tout plan et toute réunion portant sur la Syrie. C’est en partant de cette approche logique et sans aucune condition, que l’Iran participe aux conférences de Vienne et procède, dans ce même droit fil, à des consultations avec la Russie.

L’Iran et la Russie ont la ferme conviction que seul le peuple syrien peut décider de son sort et pour cela il faut préparer le terrain à la tenue des élections démocratiques via desquelles les Syriens décideront de leur sort et de l’avenir politique de leur pays. Or, tenir compte du rôle du peuple dans la détermination du sort de son pays et donner la priorité à la lutte efficace et sérieuse contre le terrorisme constituent la solution véritable à la crise syrienne. La réunion de Vienne n’est pas le lieu où l'on décide du poste de Bachar el-Assad mais de la lutte sérieuse et définitive contre le terrorisme ce dont la Russie a déjà fait preuve par ses frappes aériennes contre les positions des terroristes et l'Iran en renforçant son rôle de conseiller.
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau