SUD D’ALEP : BAS LES MASQUES !!!

Sud d'Alep : les masques tombent...

Thu Jun 23, 2016 11:50AM

  1. Accueil
  2. Moyen Orient

Un soldat syrien portant la photo du président Bachar al-Assad sur son uniforme. (Photo d'archives)

Un soldat syrien portant la photo du président Bachar al-Assad sur son uniforme. (Photo d'archives)

La banlieue sud d'Alep est depuis peu le théâtre de violents affrontements entre les parties qui s'en tenaient jusqu'ici à se battre les unes contre les autres "par procuration".

Selon le journal libanais As-Safir, qui revient sur cette récente évolution, les officiers saoudiens et turcs sont désormais présents à Alep, ville que Washington et ses alliés ont submergée d'armes et de munitions. 

As-Safir écrit : "Cela fait près d'une semaine que l'armée syrienne et ses alliés de la Résistance mènent d'intenses combats pour défendre le sud d'Alep. Il s'agit du premier front où Saoudiens et Iraniens s'affrontent directement, sans avoir à passer par des intermédiaires. En réalité, les officiers turcs et saoudiens sont présents dans les camps du CENTCOM en Turquie." 

Avant que ces combats n'éclatent, les Américains et les Saoudiens ont profité de la trêve pour bien armer les terroristes. Les batailles sortent donc peu à peu de leur logique de guerre par procuration, qui recourait à des mercenaires pro-qataris, pro-saoudiens, pro-américains et pro-turcs, pour devenir des confrontations directes entre les parties en lice. Le premier signe de ce grand chamboulement : l'arrivée des forces spéciales américaines dans la province. 

Dans le camp d'en face, certaines informations font état du retour ces dernières heures de la flotte russe dans la base aérienne de Hmemim, une flotte composée de 24 chasseurs Soukhoï et de 12 bombardiers. Après l'annonce de la trêve, ces appareils avaient quitté la Syrie. 

Selon les toutes dernières informations, les combats ont commencé lundi matin et se sont poursuivis pendant 70 heures sans discontinuer. 

Les forces saoudiennes et turques, secondées par Ahrar al-Cham, le Front al-Nosra, le parti islamique turkmène, le bataillon 13 et des milices totalisant quelque 2.500 terroristes, ont lancé une offensive d'envergure contre le sud d'Alep. 

Les combats sont intenses, vu que la Turquie et l'Arabie se sont directement impliquées, armes sophistiquées à l'appui. Leurs services de renseignement et leurs cellules d'opérations à Antioche, au Jebel Aqra et à Alexandrette tournent à plein régime. 

Les ennemis d'Assad comptent sur la présence des officiers turcs et saoudiens pour améliorer la qualité des combats des mercenaires, et mettre de l'ordre dans les rangs dispersés de ces derniers. Il s'agit pour Riyad et Ankara d'apprendre aux terroristes le b.a.-ba des combats symétriques, le pilotage des drones et le maniement d'armements sophistiqués. 

Tout au long de la trêve, Riyad a continué à fournir des missiles TAW aux terroristes du sud d'Alep. Ces derniers jours, les miliciens ont utilisé 40 missiles de ce type pour leur seule bataille dans la banlieue de Hama. On se rappelle qu'il y a peu, Riyad a acheté plus de 13.000 missiles TAW à hauteur de 960 millions de dollars et ce, pour les milices terroristes en Syrie. Seuls 10% de ces missiles ont gagné jusqu'ici la Syrie et il reste donc aux Saoudiens quelque 20.000 engins qui reposent dans leurs stocks d'armes. 

Dans la gamme missilière qu'utilisent les terroristes, les experts ont identifié des engins d'une portée de 2.500 mètres. Ces missiles, les Américains les avaient achetés à la Bulgarie ; et au moment même où les Russes ont commencé leurs opérations en Syrie, ces missiles sont tombés entre les mains des miliciens. Il s'agit d'engins anti-blindés que les terroristes utilisent à Alep contre les cibles humaines ou encore contre les fortifications. Chaque missile de ce type coûte 30.000 dollars. 

Une milice proche de Daech, Jund al-Aqsa, aurait quant à elle accédé à des obus de mortier 152 mm. Ces engins font partie de l'arsenal militaire turc construit dans les années 50 et on les retrouve désormais dans le sud d'Alep. 

Une chose est sûre : les tireurs de ficelles ont fini par sortir de l'ombre... 

http://presstv.com/DetailFr/2016/06/23/471779/Sud-dAlep-les-masques-tombent   


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau