Syrie - alep

Alep, zone de guerre. Ici des civils en fuite le 16 novembre 2014. – AFP

En Syrie, la situation s’aggrave à Alep. Les combats se sont intensifiés ces dernières heures. Des quartiers chrétiens ont été attaqués notamment vendredi soir, par des missiles, faisant un nombre de victimes indéterminé. Jusqu’à présent, les chrétiens d’Alep étaient surtout ciblés par des attaques aux mortiers. Les missiles font beaucoup plus de dégâts et montrent que les rebelles disposent d’un armement de plus en plus menaçant. Dans ce contexte de chaos, la communauté des frères maristes d’Alep tente de venir en aide aux personnes sinistrées. Interrogé par Cyprien Viet, le frère Georges Sabé, qui ne sait pas précisément quels sont les groupes qui ont bombardé les quartiers chrétiens, lance un appel à l’aide au Pape et à la communauté internationale. Il estime que la ville pourrait bientôt tomber aux mains des djihadistes, tout comme Idleb, contrôlée depuis la fin du mois de mars par le Front Al-Nosra.
*

Témoignage du frère Georges Sabé

*
.
*
Nous ne savons pas les conséquences de tout cela et surtout nous ne savons pas comment va évoluer la situation dans les heures qui viennent. C’est vraiment dramatique tout ce qui est en train de se passer, les gens ont perdu leur maison, des gens qui avaient déjà été déplacés une première fois, une deuxième fois, se retrouvent pour une troisième fois dans la rue sans savoir où aller. Ce n’est pas possible que nous puissions continuer à vivre ce drame tel qu’il est, et tel qu’il se présente à toutes nos familles chrétiennes. C’est très grave ce qui est en train de se passer.Vous savez précisément qui sont les agresseurs ?

Nous savons que ce sont les rebelles, les opposants. Je ne peux pas dire si c’est le Front Al-Nosra ou bien si c’est d’autres rebelles mais nous savons que ce que des hommes armés sont en train de tirer actuellement, ce ne sont plus des mortiers, ce sont des missiles. Et les missiles ont une capacité de destruction terrible. Nous avions accepté, supporté que des mortiers tombent mais maintenant avec les missiles et donc une destruction massive de ces quartiers c’est une vraie menace pour les populations. A travers votre radio, je lance un appel à Sa Sainteté : il faut bouger. Nous avons accueilli en communauté des familles qui depuis hier, dans la nuit, ont dû évacuer leur maison pour essayer de trouver un refuge, et nous nous retrouvons dans une situation vraiment terrible. Je vous disais que je voulais faire un appel à Sa Sainteté : aidez-nous ! Aidez-nous ! S’il faut que les chrétiens restent au Moyen-Orient, s’il faut que nous restions à Alep en tant que chrétiens, on a besoin de toute l’aide, que ça soit publique, politique, humaine, pour sauvegarder la toute petite minorité qui reste à Alep.

Actuellement à Alep, est-ce que vous avez une idée du nombre de chrétiens qui restent à Alep, et du nombre de victimes de ces dernières attaques?

Je ne saurai pas vous dire le nombre exact parce qu’il y a une hémorragie terrible qui sévissait dans la ville depuis un certain temps. Mais je peux vous assurer que, aujourd’hui, beaucoup de personnes ont pris le chemin de partir de la ville après les évènements de la nuit. Beaucoup ont exprimé la volonté de quitter la ville et de partir. Je sais qu’il y a des gens qui sont encore sous les décombres, je sais qu’il y a des gens blessés qu’on emmène aux hôpitaux jusqu’à maintenant, mais il n’y a aucune statistique. La vision rappelle un peu une vision apocalyptique, de la capacité de détruire, et de faire peur, et de créer chez les gens une peur horrible. En tant que frères nous essayons dans la mesure du possible d’accueillir dans nos communautés des familles réfugiées, qui emmènent le peu de choses qu’il leur reste. On accueille les enfants, on accueille aussi les adultes pour essayer de sécuriser un peu  le drame qu’ils sont en train de vivre

Et la ville est vulnérable à une entrée des djihadistes? Une entrée des djihadistes en ville aujourd’hui ça vous parait possible ?  

Oui tout à fait, il y a des incursions en ville depuis une semaine, c’est très menaçant, ce qui s’est passé hier était un prélude à une avancée, et les gens ont vu l’exemple d’une autre ville du nord-ouest de la Syrie, Idleb, qui a été complètement envahie par les djihadistes. Les gens ont peur que ce soit d’un moment à l’autre une invasion totale avec  tout ce qui pourrait arriver comme conséquences. On a dans notre arrière-pensée les images de Mossoul et ça revient à la conscience de chacun de se voir dans les rues. Nous savons très bien que nous sommes encerclés de tous côtés. Ces forces pourraient détruire l’unique voie, l’unique chemin qui pourrait nous faire sortir de la ville.

C’est un Samedi Saint pour toute l’Église orthodoxe, et aujourd’hui nous sommes en train de vivre vraiment le drame de la Passion. Je ne sais pas si on peut parler pour la ville d’Alep d’une possible espérance. Nous sommes en train de subir vraiment un Calvaire. Et je voudrai aussi dire au Saint-Père, de tout mon coeur: nous avons besoin de vous !

Radio Vatican – 11/04/2015

URL: http://arretsurinfo.ch/des-quartiers-chretiens-pris-pour-cible-a-alep-en-syrie/