SYRIE : KOWEIRES, POINT D'APPUI POUR LA RECONQUETE D'ALEP

 
 

Par Samer R. Zoughaib

Le plus grand succès de la levée par l'armée syrienne et ses alliés du blocus imposé par les terroristes de «Daech» à l'aéroport de Koweires, à l'est d'Alep, n'est pas la libération de sa garnison de 1000 hommes. C'est la sécurisation d'une zone stratégique qui servira de point d'appui pour la reconquête du nord, du sud et de l'est de la province d'Alep.

Les efforts de l'armée syrienne pour venir en aide à la garnison de 1000 hommes de l'aéroport militaire de Koweires (35 kilomètres à l'est d'Alep), encerclés par les terroristes de «Daech», ont commencé il y a trois mois. Mais ils ont redoublé d'intensité début novembre avec l'entrée en jeu de l'aviation russe et l'arrivée de renforts syriens et alliés dans la région. En moins d'un mois, l'armée syrienne a réussi un véritable exploit. Elle a progressé de 23 kilomètres, en ouvrant une brèche large de 3 à 5 kilomètres, lui permettant de sécuriser un couloir de 110 kilomètres carrés pour lever le siège de cet aéroport stratégique, qui abrite la plus grande académie aérienne de Syrie.

Début octobre, sous l'impulsion de ses alliés, l'armée syrienne a abandonné l'obsession de la reconquête de vastes Koweires: point d'appui pour la reconquête d'Alepterritoires difficilement défendables. Elle a opté pour la progression rapide mais sur des fronts relativement réduits, en utilisant une grande puissance de feu. Elle s'est employée à détruire les forces ennemies pour mieux contrôler le terrain, et, par conséquent, être en mesure de mieux le défendre. Effectivement, cette nouvelle tactique lui a permis de faire échec aux offensives de diversion lancées par «Daech» sur la route Hama-Alep (au niveau de Ithriya-Khanasser), à l'est de la campagne de Hama, et à Sfeira, au sud-est d'Alep. C'est d'ailleurs de cette région que l'offensive pour briser le blocus de Koweires a commencé. L'armée syrienne et ses alliés ont pris une dizaine de villages et de localités, dont la position stratégique de Tall Sabhine, avant de foncer vers cheikh Ahmad, l'un des plus importants fiefs des terroristes à l'est d'Alep.

Après des combats farouches, «Daech» a été écrasé dans cette localité, située à deux kilomètres de l'aéroport seulement. Devant l'avancée fulgurante de l'armée syrienne, conduite par le célèbre colonel Souheil al-Hassan, surnommé «Le Tigre», les terroristes ont évacué sans combattre les villages d’Oum Arkilé et Dekouané. Il ne restait plus que la localité de Koweires-Charqui avant de briser le blocus. Là, les terroristes se sont accrochés mais ils n'ont pas fait le poids. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH, proche de l'opposition), «Daech» a perdu 60 combattants dans cette seule bataille.

Remise en service de l'aéroport

L'armée syrienne et ses alliés n'ont pas perdu du temps après la levée du blocus. Ils ont accentué les pressions sur «Daech», qui occupe la centrale thermique, au sud-est de l'aéroport, laquelle alimente la ville d'Alep et ses environs. Leur intention est clairement d'élargir la zone sécurisée auteur de l'aéroport, afin de le rendre opérationnel de nouveau pour qu'il puisse servir de point d'appui pour les futures opérations militaires.

Les prochains objectifs de l'armée syrienne sont les deux principaux fiefs de «Daech» à Alep: Deir Hafer, situé à 8 kilomètres à l'est de l'aéroport, et Al-Bab, à l'ouest, à mi-chemin entre Koweires et la ville d'Alep. L'attaque contre Al-Bab pourrait intervenir à partir de la banlieue de Cheikh Najjar, au nord d'Alep et Deir Hafer à partir du sud et de l'est.

Dans le même temps, l'armée syrienne poursuit sa progression dans la campagne au sud d'Alep, où elle a reconquis, jeudi 12 novembre, les villes de Hader et Al-Iss, deux bastions importants du «Front al-Nosra», la branche syrienne d'«Al-Qaïda». Ses prochains objectifs dans la région sont Zerbé et Icarda, ce qui lui permettra de contrôler plus de la moitié de la campagne du sud d'Alep.

Si ces offensives se développent comme prévu, l'armée syrienne et ses alliés pourraient ouvrir un nouveau front à l'ouest d'Alep, en direction des deux villes de Nobbol et Zahraa, encerclées depuis plus de trois ans par les terroristes. La frontière avec la Turquie ne sera plus, alors, qu'à un jet de pierre. Mais avant même d'avoir atteint ces objectifs, l'armée syrienne et ses alliés ont déjà renversé les équilibres en leur faveur. La suite n'est plus qu'une question de temps.

Source: french.alahednews

13-11-2015 | 16:07
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau