SYRIE : L'INTERVENTION ARMEE RUSSE A PERMIS D'INVERSER LA SITUATION

Syrie/Lavrov: L’intervention militaire russe a permis de renverser la situation
L’équipe du site

L'intervention menée depuis fin septembre par l'armée russe en Syrie a permis de "renverser la situation", a estimé mardi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov lors d'une conférence de presse à Moscou.

"Les actions des forces aériennes russes effectuées à la demande des autorités syriennes ont vraiment aidé à renverser la situation dans le pays et à réduire l'espace contrôlé par les terroristes", a déclaré M. Lavrov, en référence notamment aux takfiristes de Daesh et du Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda.

"Suite à cela, le tableau de ce qui se passe dans le pays est devenu beaucoup plus clair, permettant de voir qui lutte contre les takfiristes, qui les soutient et qui essaie de les utiliser pour atteindre ses objectifs unilatéraux et égoïstes", a ajouté le chef de la diplomatie russe.

Lundi soir, l'armée russe avait annoncé sa dernière série de bombardements en Syrie, affirmant avoir bombardé 484 "cibles terroristes" vendredi, samedi et dimanche, permettant aux forces syriennes de faire des "progrès significatifs lors de leur offensive dans le nord de la région de Lattaquié (ouest)" et de libérer "plus de 92 kilomètres carrés et 28 localités, dont la localité de Rabia, d'importance stratégique pour les futures opérations".

Contrôlée depuis 2012 par des groupes takfiristes, dont le Front Al-Nosra, Rabia est un carrefour d'approvisionnement reliant la frontière turque aux places fortes rebelles.

Sa conquête permet au pouvoir syrien de renforcer son contrôle sur la province de Lattaquié, fief du président Bachar al-Assad.

Poutine n'a ni demandé à Assad de partir ni proposé l'asile

Sur un autre plan, Lavrov a déclaré que le président russe Vladimir Poutine n'a ni demandé à son homologue syrien Bachar al-Assad de quitter le pouvoir ni proposé un asile politique en Russie.

"Ce n'est pas vrai. Une conversation de ce genre avec le président Assad n'a pas été nécessaire", a assuré M. Lavrov, interrogé sur un article du Financial Times évoquant une tentative fin 2015 de la Russie de convaincre le président syrien de quitter le pouvoir.

"Personne n'a demandé un asile politique et personne n'a rien proposé", y compris lors de la rencontre fin octobre à Moscou entre Vladimir Poutine et Bachar al-Assad.

Avec AFP + Sputnik

 

Source: Agences

26-01-2016 - 10:41 Dernière mise à jour 26-01-2016 - 12:53 | 293 vus
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau