SYRIE : LE GOUVERNEMENT NE MENERA AUCUN DIALOGUE AVEC LES TERRORISTES

 

Le ministre syrien de l’information Omran Al-Zoabi a affirmé que la réunion de Vienne était le point le plus distingué dans les efforts politiques déployés pour parvenir à cesser la guerre contre la Syrie, l’ingérence étrangère dans ses affaires et l’afflux des terroristes sur son territoire.

«La réunion de Vienne était acceptable compte tenu de son contenu et de ses résultats», a dit Al-Zoabi dans une interview Al-Zoabi : le gouvernement syrien ne mènera aucun dialogue avec les terroristesaccordée mercredi soir à la télévision syrienne.

Le ministre a critiqué le communiqué de Vienne qui n’avait pas mentionné l’importance que certains pays cessent d’envoyer les miliciens et les armes, ainsi que le soutien logistique aux terroristes en Syrie.

Le ministre syrien a également affirmé que la cohérence armée-peuple est le garant de l'unité, de la souveraineté et de l’indépendance du pays, indiquant que l’armée régulière défend tous les Syriens et l’ensemble du territoire syrien face à l’offensive des ennemis.

Al-Zoabi a exprimé sa confiance en la capacité de l’Etat syrien d’imposer son autorité sur tout son territoire et de récupérer son rôle, soulignant que le Hezbollah, l’Irak, l’Iran et la Russie, qui constituent un seul front face au terrorisme, œuvrent en faveur de la stabilité et du maintien de la souveraineté des pays de la région.

Au sujet du dialogue inter-syrien, Al-Zoabi a insisté que le gouvernement est disposé à nouer un dialogue national qui regroupe tous les Syriens, de toute catégorie confondue, à l’exception de ceux qui sont impliqués dans le terrorisme.

«Le gouvernement syrien ne mènera aucun dialogue avec ceux qui avaient conspiré sur la Syrie et terrorisé les Syriens», a martelé Al-Zoabi qui a fait valoir que tout processus politique national réel ne pourrait commencer qu’à travers un dialogue inter-syrien qui aboutirait à un gouvernement d’unité nationale. Par conséquent, les résultats de la conférence du dialogue national entre «l’opposition» et l’Etat s’appliqueraient par le biais d’une direction syrienne et sur une plate-forme nationale.

Le ministre a signalé que le gouvernement n’a pas reçu jusqu’à l’instant les listes des noms «des oppositions» qui pourraient prendre part à la rencontre prévue de Moscou 3.

Al-Zoabi a ainsi indiqué que la délégation du gouvernement syrien à cette conférence y assistera sérieusement, appelant l’autre parti à être lui aussi sérieux et responsable pour l’intérêt de la Syrie.

Il a par ailleurs jugé de «délicate» la question de faire la distinction entre «terroriste et non terroriste», soulignant la nécessité d’éviter toute erreur à ce sujet.

Concernant la coalition internationale «anti-Daech», Omran Al-Zoabi a précisé qu'en envoyant une cinquantaine de conseillers dans la région, Washington voudrait dire qu'il est présent dans la région. Mais en effet cette décision ne changera rien car la coalition US n'agit pas sérieusement contre «Daech» en Syrie.

D’autre part, il a appelé la Turquie à fermer ses frontières devant les terroristes et à coopérer avec les pays qui affrontent le terrorisme en Syrie.

Al-Zoabi a enfin assuré que la Syrie n’acceptera jamais l’établissement des Emirats, des «Wilayas» ou des républiques sur son territoire parce qu’elle restera un Etat unifié et non pas une Fédération.

Source : agences et rédaction

05-11-2015 | 12:39
 
 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau