SYRIE : LE GRAND RETOURNEMENT DE VESTE DES CHANCELLERIES EUROPEENNES

 

 

 

Sep 16, 2015 05:50 UTC

IRIB- Les différents points de vue des gouvernements européens à propos des derniers développements en Syrie vont bon train ces jours-ci, évoquant le changement de cap de l'Occident vis-à-vis de la Syrie, par rapport à leur prise de position d'antan qui consistait à supprimer Bachar Assad, le président légitime de ce pays du pouvoir.

Justement à ce propos, la plus récente prise de position, qui est celle du gouvernement allemand, insistant sur l'impératif du dialogue avec Bachar Assad, a retenu l'intérêt de l'opinion publique. Berlin s'est déclaré prêt à entamer le dialogue avec le président syrien pour mettre fin aux conflits qui sévissent depuis cinq ans dans ce pays.
Quant à l'Espagne, son ministre des AE, José Manuel Garcia a déclaré qu'il a entamé les consultations dans l'objectif de commencer les négocations avec Bachar Assad. Son homologue britannique, Philip Hammond a évoqué, dans des propos dignes de réflexion, le souhait de son pays de la pérennité de la présence du président syrien Bachar Assad sur la scène politique.
Bref, la reconnaissance de l'Occident du rôle et de la place de Bachar Assad au sein du futur ordre syrien est un signe manifeste de changement de cap occidental envers la Syrie, ce qui traduit la stabilisation de l'actuel Ordre syrien sous la direction de Bachar Assad. Il n'est pas encore loin ce temps où les chancelleries européenns battaient le tambour de la guerre contre la Syrie, exigeaient une zone d'exclusion aérienne et une action militaire contre ce pays avec ou sans l'aval de l'ONU. Et maintenant après cinq années de guerre imposée au peuple et au gouvernement syrien, sur fond d'armement des éléments takfiris terroristes, le Conseil de sécurité et les chancelleries européennes parlent de différentes issues politiques et le maintien du leadership en Syrie. Autrement dit la communauté internationale a reconnu que le règlement négocié en Syrie sans Assad est impossible. La présence d'Assad est nécessaire pour régler la crise syrienne. De tel changement de cap découle de la résistance sans faille de l'armée et du peuple syrien tout au long de ces cinq dernières années. Un message clair à l'Occident, aux pays arabes et à la Turquie qui, quoiqu'ils soient les artisans de la guerre en Syrie, ne sont pas pour autant les décideurs de la fin de la crise. La Résistance du peuple syrien a pratiquement basculé les équations de l'Occident envers la Syrie. Un processus qui cimente la position de Bachar Assad en tant président élu du peuple syrien.

http://francophone.sahartv.ir/infos/commentaire-i4133-syrie_le_grand_virage_des_chancelleries_europ%C3%A9ennes


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau