SYRIE : LES TERRORISTES TUENT 12 CIVILS A COUPS DE BONBONNES DE GAZ

Les bonbonnes de gaz des rebelles tuent 12 civils à Alep
L’équipe du site

12 civils aleppins dont 3 enfants sont tombés en martyre ce dimanche dans des tirs de bonbonnes de gaz et d’obus tirés sur plusieurs quartiers résidentiels, dont Aziziyyeh, et Aazamiyyeh, assuré le correspondant de notre chaine de télévision al-Manar en Syrie.

Cette ville fait l’objet de tirs quotidiens qui fauchent la vie des Aleppins et la transforment en un enfer.

Le canon d'enfer

Justement, Samedi, les miliciens de la brigade-16 retranchés dans l’un des quartiers aleppins de l’est  ont posté sur la Toile les images vidéo du bombardement du quartier d’Ashrafiyyeh, au moyen de ce qu’ils appellent « le canon de l’enfer », lequel lance des bonbonnes de gaz bourrées d’explosifs et de clous.

Le prétexte avancé pour pilonner ce quartier est qu’il abrite des chabbihas, termes employés par les rebelles pour designer les syriens loyalistes en général.

Par la suite, il a été question de raids aériens réalisés par l’armée syrienne contre le quartier Chaar occupé par les miliciens, et d'un certain nombre de tués et blessés.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, instance médiatique de l’opposition syrienne pro occidentale siégeant à Londres, les tués de ce bombardement seraient exclusivement des civils : 12 d’après son décompte qu’il dit établir sur des informations qui lui sont fournies par des éléments de l’insurrection sur place.

OSDH: information biaisée

A noter que cette instance s’est fait remarquer par sa couverture biaisée des événements syriens depuis leur début. Elle s’attelle sans répit à répandre que les victimes de l’armée syrienne sont constamment des civils (ou dans leur majeure partie) mais  jamais des rebelles ou des miliciens! Alors que presque jamais les victimes des bombardements de la coalition internationale en Syrie ne sont des civils.
Quant à ceux des attentats commis par les rebelles de l’insurrection, ils sont soit omis soit minimisés : dans son édition de ce dimanche, il n’est question que de 4 tués à Alep.

OSDH: des chiffres et des chiffres

Pour ce week-end, il a rendu compte de la mort au total de « 184 civils » des raids aériens effectués par l’armée syrienne contre plusieurs positions.
Parmi eux  128 hommes tués,  7 enfants, et 6 femmes. Pourquoi des hommes et non des miliciens, il ne l’explique pas.

Il en est ainsi pour les victimes du raid réalisé contre la région contrôlée par la branche d’Al-Qaïda le front al-Nosra à Jabal al-Zawiya,  dans le gouvernorat d’Idleb, où « 20 civils ont été  tués ».
Alors que selon l’agence officielle Sana, les positions visées dans le gouvernorat d’Idleb par l’aviation sont des repaires du Nosra.
Même son de cloche dans la couverture des raids effectués contre le village al-Bab, au nord de la province d’Alep, et contrôlé par la milice wahhabite takfiriste Daesh (Etat islamique) :  « 70 civils, dont des enfants » ont été abattus.
 
Dans les deux cas, comme par hasard ce sont des marchés qui sont visés par les avions de chasse syrien et non des attroupements de rebelles !
 
De plus, ses dépêches sur un même évènement diffèrent d’un papier à l’autre :

Sur les raids aériens contre la ville al-Chadadi, dans la province de  Hassaké, il parle d’abord de 22 citoyens tués dont un enfant, alors que dans un autre article il parle de 54 miliciens Daesh abattus ainsi que des membres de leurs familles.

   

OSDH: l'Iran veut remplacer sayed Nasrallah

L’une des informations insolites diffusées sur le site de cette organisation qui constitue la principale source d’information sur les évènements syriens par certaines agences internationales prétend que Moscou tourne le dos à Assad et l’Iran veut remplacer sayed Hassan Nasrallah.  
 
Ces informations de l’OSDH ont servi de prétexte pour le ministre britannique des Affaires étrangères Philip Hammond de dire qu’il est "horrifié par cette dernière attaque brutale menée par le régime d'Assad". Et  d’appeler selon lui «  à une transition politique pour un avenir dont Assad ne fera pas partie ». Il est également question que la Grande Bretagne allait envoyer davantage de forces pour entrainer « des éléments de l’opposition modérée ».

Incendie d'une clinique

27 personnes, essentiellement des enfants, ont été tuées et environ 30 blessées dimanche dans l'incendie accidentel d'une petite clinique dans le nord-est de la Syrie, a annoncé la télévision d'Etat.
 

L’incident a eu lieu « lorsqu'un réservoir de carburant a explosé à la clinique Maysalun à Qamichli", une ville kurde à la frontière avec la Turquie, dans la province de Hassaké, a indiqué la chaîne.
  

Citant un responsable local de police, l'agence de presse officielle Sana a rapporté qu'un "feu de branches sèches s'est propagé à un réservoir de carburant (...) ce qui a causé une explosion et un épais nuage de fumée noire". La clinique a également subi "d'importants dommages matériels".
  

Qamichli est contrôlée pour moitié par les forces régulières syriennes tandis que l'autre partie de la ville est sous le contrôle des forces kurdes.

 

SOurces: al-Manar, AFP, Sana, OSDH
 

 

Source: Divers

31-05-2015 - 20:00 Dernière mise à jour 31-05-2015 - 20:00 | 904 vus
 


 

 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau