SYRIE : UNE CAMERA CACHEE MONTRE PALMYRE DEVASTEE PAR DAESH

 
Palmyre

Une caméra cachée montre une Palmyre dévastée par Daech

© AP Photo/ SANA via AP, File
Culture
URL courte
L'Etat islamique (EI) (878)
71561028

La ville syrienne de Palmyre, inscrite au Patrimoine de l'humanité de l'UNESCO, comptait 70.000 habitants et beaucoup de monuments historiques avant l'arrivée des islamistes en mai 2015.

L'édition suédoise Expressen a documenté, au moyen d'une caméra cachée à bord d'un bus, les destructions du patrimoine archéologique de la cité antique de Palmyre opérées par le groupe Etat islamique (EI ou Daech).

 

"Les terroristes de l'EI pensaient que 2 tonnes d'or étaient enfouies à Palmyre. Quand ils ont compris qu'il n'y avait rien, ils ont commencé à exécuter des gens et à détruire Palmyre", a déclaré Khalil Hariri, directeur du Musée de Palmyre et expert de la cité antique de Palmyre, dont les propos ont été recueillis par Expressen.

​En août 2015, les djihadistes ont torturé et décapité Khaled Assaad, 82 ans, l'ex-patron des Antiquités de la ville et l'un des meilleurs experts mondiaux, et ont mutilé son corps. Ils espéraient qu'il leur révèle l'emplacement du supposé trésor.

 

 

La Vallée des tombeaux de Palmyre dévastée par Daech
 
 
La Vallée des tombeaux de Palmyre dévastée par Daech

Le temple de Baalshamin, érigé il y a environ 2.000 ans et transformé en église chrétienne il y a 1.500 ans, ainsi que le temple de Bêl, souvent présenté comme le plus beau du Moyen-Orient, n'existent plus depuis août 2015. 

Les djihadistes ont fait sauter les plus belles tours funéraires de Palmyre, vieilles de 2.000 ans, en septembre dernier. 

"C'est une tragédie. Voir ce film est dur pour moi. Je savais que l'EI avait détruit Palmyre, mais c'est la première fois que je vois la ville depuis son occupation par Daech", note Khalil Hariri.

Arc de triomphe de Palmyre détruit par Daech
 
 
Arc de triomphe de Palmyre détruit par Daech

Le célèbre Arc de triomphe, icône de la cité antique de Palmyre, a été démoli en octobre. Situé non loin du Temple de Baalshamin, il marquait l'entrée de la célèbre rue à colonnades de la cité antique menant vers plusieurs temples, le théâtre, les sites funéraires et plus loin, vers le château de Fakhr-al-Din al-Maani du XIIIe siècle.

"Quand on évoque Palmyre, on pense aussitôt à l'Arc de triomphe. C'était le symbole de Palmyre", rappelle Khalil Harir.

 

Le lieu où se trouvait jadis le temple de Baalshamin à Palmyre
Capture d'écran/Expressen.se
 
Le lieu où se trouvait jadis le temple de Baalshamin à Palmyre
 
La plupart des habitants ont abandonné Palmyre après l'arrivée des islamistes le 21 mai 2015. L'armée gouvernementale syrienne, qui avait résisté à Daech pendant une quinzaine de jours à Palmyre, a battu en retraite vers Homs après avoir essuyé de lourdes pertes. Les islamistes ont exécuté plus de 500 habitants de la ville. Les maisons de ceux qui n'ont pas réussi à fuir l'EI sont marquées à la peinture – les islamistes ont établi leur propre système d'adresses pour mieux contrôler la population de la ville. 

 

En décembre 2014, l'Onu a affirmé que près de 300 sites majeurs avaient été détruits, endommagés ou pillés en Syrie, notamment à Alep et Palmyre, depuis mars 2011.


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau