VIREMENT DE CUTI DOUTEUX DES USA, DE LA FRANCE, DE LA TURQUIE...?!

Changements atmosphériques sur la Syrie
 

Avec le départ de Cameron en tant que Premier ministre britannique, un autre politicien de haut rang qui disait qu’«Assad doit partir », quitte la scène politique. Le président syrien Assad est toujours en place et rien n’indique qu’il partira dans le proche avenir. Il semble que les faits réels ont, encore de nos jours, plus de poids que les lieux communs de la propagande de «changement de régime ».

Les faits restent si têtus qu’on commence à sentir à nouveau quelques variations dans l’atmosphère politique.

L’armée syrienne et ses alliés sont en train de fermer la seule route qui mène vers Alep-est. Pour cela ils doivent conduire une intense guérilla urbaine (vidéo) contre les terroristes djihadistes.

Selon un porte-parole du Pentagone cette partie d’Alep est détenue par al-Qaïda:
[C]’est principalement al-Nusra qui occupe Alep, et bien sûr, al-Nusra ne fait pas partie des groupes qui ont signé l’accord de cessation des hostilités.

Toutes les attaques contre la partie Est d’Alep sont par conséquent tout à fait légitimes et respectueuses du cessez-le-feu.

Malgré cela, une nouvelle campagne médiatique « d’indignation » va, sans nul doute, être menée pour condamner le « siège d’Alep » soi-disant créé par que ce blocage. Ces articles de propagande « indignés » comme celui d’aujourd’hui dans le Los Angeles Times, ne font même pas état du fait que l’ouest d’Alep, avec ses près de deux millions d’habitants, est du côté du gouvernement. Quand Ils parlent de « Alep » ils parlent seulement de la partie orientale. Ils exagèrent également le nombre de civils qu’il reste dans Alep-est, en disant qu’il y en a plusieurs centaines de milliers.

Le journaliste du Guardian, Martin Chulov, est allé à Alep-est plusieurs fois au cours des dernières années. Il y a un an, il y en avait beaucoup moins, selon lui:

"Il reste dans l’est d’Alep environ 40 000 personnes sur une population estimée avant la guerre à environ un million …"

Il est douteux que le nombre de personnes dans Alep-est ait augmenté depuis. Les combattants d’Alep-est et leurs familles ont aussi eu assez de temps pour se préparer à un siège.

Comme même l’article du LA Times l’admet :

"Anticipant un siège, les autorités locales ont stocké de la nourriture pour trois mois et des fournitures médicales pour trois à six mois, selon Sahloul".

Un article de Reuters le confirme:
"Les zones rebelles d’Alep ont stocké suffisamment d’approvisionnement pour survivre à plusieurs mois de siège …

Les articles alarmistes sur une famine imminente dans Alep-est qui ne manqueront pas d’être diffusés, sont d’ores et déjà  démystifiés.

Le changement d’atmosphère politique porte sur le fait que « l’Occident et la Russie se sont mis d’accord sur qui sont les groupes terroristes en Syrie qui doivent donc être combattus. C’est la conséquence d’un changement de l’opinion publique.

Amnesty international vient d’affirmer, avec six ans de retard, que plusieurs groupes de « rebelles modérés » soutenus par les États-Unis avaient torturé et enlevé des civils, et régulièrement commis des crimes de guerre. "Les rebelles modérés", qui ont récemment tenté une nouvelle offensive à Lattaquié s’annoncent ouvertement comme des djihadistes étrangers. Ahrar al Sham, qui, il n’y a pas longtemps écrivait des articles d’opinion pour des journaux «occidentaux », et qui prétendait être « modéré », menace maintenant des «modérés » soutenus par les Etasuniens dans le sud la Syrie parce qu’ils en ont assez du cessez-le-feu.

Le président français Hollande vient enfin de reconnaître qu’al-Qaïda est un ennemi clé en Syrie et qu’il faut le combattre:
« Nous devons nous coordonner pour poursuivre les actions contre Daesh mais aussi … prendre des mesures efficaces contre Al-Nusra, » a dit Hollande, en en appelant à la Russie et aux États-Unis.

En 2012, le gouvernement français saluait le rôle d’Al-Qaïda. Fabius, le ministre des Affaires étrangères, avait déclaré : « Nusra fait du bon boulot. »

Kerry, le Secrétaire d’Etat des États-Unis, non seulement reconnait le rôle d’Al-Qaïda, mais il élargit maintenant la qualification de terroriste à Ahrar al-Sham et à d’autres groupes salafistes:
« Il y a deux sous-groupes qui se sont créés à partir de Daesh et Jabhat al-Nusra, à savoir Jaysh al-Islam, Ahrar al-Sham – qui se battent parfois aux côtés des deux premiers  pour lutter contre le régime Assad,» a-t-il dit, se référant à deux groupes rebelles que les États-Unis n’avaient pas désignés comme des groupes terroristes jusqu’à présent.

C’est une concession très importante à la position de la Russie qui a pendant des mois a plaidé pour que ces groupes soient ajoutés à la liste terroriste des Nations Unies.

Il faut aussi noter que l’opposition syrienne de salon, parrainée par le duo Arabie saoudite/ Etats-Unis, est à nouveau prête à négocier avec le gouvernement syrien. Ce groupe avait rompu les négociations au cours du dernier round. Quelqu’un leur a maintenant ordonné de revenir dans le jeu.

Les Russes ont à nouveau démontré leur engagement envers la Syrie. Ils soutiennent non seulement l’armée syrienne dans le siège d’Alep-est, mais ils ont repris les frappes aériennes avec des bombardiers à longue portée qui décollent de Russie. C’est un signe certain que la Russie est plus que jamais prête à intensifier la lutte.

C’est probablement en Turquie que le plus grand changement a lieu. Après avoir mené une politique étrangère catastrophique, le Président Erdogan, à cause du choc causé par les récentes attaques terroristes sur le sol turc ajouté à une forte pression économique, a décidé de changer de cap. Il s’est séparé de son fidèle acolyte Davutoglu, et a tissé de meilleures relations avec la Russie et d’autres pays. Après qu’il a présenté ses excuses pour avoir abattu l’avion de chasse russe, la Russie a accepté de reprendre les relations et de lever quelques sanctions économiques contre la Turquie. Mais il faudra en faire plus avant que la Turquie ne retrouve une bonne réputation internationale. La Turquie a adouci son langage mais sa position réelle sur la Syrie n’a pas encore changé :

« La normalisation de la Syrie est possible, mais tout le monde doit faire des sacrifices pour y arriver. Nos partenaires stratégiques et les partenaires de la coalition doivent guérir les blessures en Syrie et prendre plus de responsabilités. Nous, en Turquie, nous faisons ce qu’il faut pour ouvrir les portes de la paix et de la sécurité », a déclaré Yildirim.

Mais Yıldırım a dit qu’il n’y aurait pas de rencontre avec la Syrie dans l’immédiat. « Il faut d’abord mettre fin à l’oppression et à la dictature.  Quel accord peut-on conclure avec un régime qui a tué plus d’un demi-million de ses habitants sans sourciller? Tout le monde est d’accord avec ça », a-t-il dit.

C’est toujours « Assad doit partir », mais il y a un léger changement de ton. La nouvelle position des Etats-Unis et de la France sur Al-Qaïda et Ahrar al-Sham, tant choyés par la Turquie, augmente la pression sur Ankara pour qu’il assouplisse sa position. Erdogan finira peut-être aussi par se rendre compte que, tout comme Cameron, il sera obligé de quitter la scène avant que le Dr Assad ne pense même à quitter son poste.

Tous les éléments ci-dessus ne sont en eux-mêmes que de légers changements de positions mais pris tous ensemble ils révèlent un changement significatif dans le climat politique qui règne sur la Syrie.
 

Par Moon of Alabama

Traduit par Arrêt sur Info

 

Source: Sites web

14-07-2016 - 15:41 Dernière mise à jour 14-07-2016 - 15:41 | 1463 vus

http://french.almanar.com.lb/adetails.php?fromval=1&cid=18&frid=18&eid=314598

 


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau