Tunisie

LA TUNISIE CONDAMNE TOUTE FORME D'AGRESSION CONTRE LE PEUPLE PALESTINIEN ET CONTRE LA SYRIE

 

tunisie palestine

 

La Tunisie condamne l'agression subie par le peuple palestinien

 12 Novembre 2019 23:39

La Tunisie a condamné ce mardi, 12 novembre 2019, toutes les formes d'agression contre le peuple palestinien et chaque centimètre carré des terres arabes en Syrie ou ailleurs, tout en affirmant sa ferme position sur le problème central de la Palestine, avec Al Qods pour capitale.

Dans une déclaration publiée, le ministère des Affaires étrangères a fustigé "la grave escalade dans les territoires palestiniens occupés, qui a entraîné des martyrs à la suite d'attaques répétées des forces de l'occupation".

Dans ce contexte, la Tunisie a réaffirmé sa "position indéfectible de soutien au peuple palestinien frère dans sa lutte pour la restauration de ses droits légitimes", appelant la communauté internationale, en particulier les Nations unies, à "assumer ses responsabilités en fournissant la protection internationale nécessaire au peuple palestinien désarmé et en intervenant pour faire cesser les violations, les crimes et les attaques dont il est la cible".

Les forces d'occupation israéliennes ont lancé lundi une nouvelle agression contre la bande de Gaza, qui a entraîné plusieurs morts et blessés, dont un haut commandant du mouvement de résistance Jihad islamique Baha Abou Al-Ata, ainsi que sa femme.

mosaiquefm.net/fr/actualite-national-tunisie/638119/la-tunisie-condamne-l-agression-subie-par-le-peuple-palestinien


 

TUNISIE : LE JURISTE KAÏS SAÏD ÉLU PRESIDENT DE LA RÉPUBLIQUE TUNISIENNE

Tunisie : le juriste Kaïs Saïed élu président avec plus de 75% des voix

- Avec AFP

Tunisie : le juriste Kaïs Saïed élu président avec plus de 75% des voix

© FETHI BELAID Source: AFP

Kaïs Saïed, vainqueur de la présidentielle tunisienne.

 

Le constitutionnaliste Kaïs Saïed a remporté la présidentielle tunisienne avec 76,9% des voix, a annoncé la chaîne publique Wataniya, selon un sondage sortie des urnes qui confirme les résultats divulgués un peu plus tôt par un autre institut.

Selon un sondage de Sigma Conseil diffusé par la Wataniya, Kaïs Saïed, 61 ans, devance de plus de 50 points son adversaire Nabil Karoui, homme d'affaires poursuivi pour fraude fiscale, qui a obtenu 23,11% des voix. Les résultats officiels ne devraient pas être connus avant le 15 octobre.

Lire aussi

Kaïs Saïed (d) et Nabil Karoui (g), les deux candidats qualifiés pour le second tour de l’élection présidentielle tunisienne (image d'illustration)

Elections présidentielles en Tunisie : entre politique et spectacle

«Kaïs Saied, président de la république tunisienne», a écrit sur sa page Facebook officielle le parti d'inspiration islamiste Ennahdha, qui avait appelé à voter pour le constitutionnaliste aux convictions conservatrices. Ce mouvement, arrivé en tête des législatives du 6 octobre, a invité ses partisans à rejoindre l'avenue Bourguiba pour fêter la victoire.

Kaïs Saïed, un juriste connu pour son conservatisme sociétal, était arrivé en tête du premier tour le 15 septembre, avec 18,4%, après une campagne constituée de multiples visites de terrain et de pages animées par des partisans sur Facebook.

Son adversaire, fondateur de la chaîne privée Nessma TV, avait obtenu 15,6% au premier tour, depuis sa cellule de prison. Arrêté fin août sur des accusations de fraude fiscale, il avait obtenu sa remise en liberté le soir du 9 octobre, à quelques jours du second tour, et demeure poursuivi.

Lire aussi : Législatives tunisiennes : le parti islamiste Ennahdha en tête, la formation de Karoui deuxième

https://francais.rt.com/international/66823-tunisie-juriste-kais-saied-elu-president-avec-plus-de-75-voix


 

TUNISIE : LES ELECTIONS LÉGISLATIVES MARQUEES PAR UN FORT TAUX D'ABSTENTIONS. 58,7% DE CITOYENS REJETTENT CETTE MASCARADE

 

Les indépendants, grands gagnants des législatives en Tunisie

Des députés tunisiens lors d'une session parlementaire le 25 avril 2017.
© FETHI BELAID / AFP​

Par RFI Publié le 07-10-2019 Modifié le 07-10-2019 à 23:55

En Tunisie, les élections législatives du 7 octobre auront été marquées par un fort taux d'abstention et par l'émergence des candidats indépendants qui ont fait campagne sur le rejet de l'offre politique existante, ce qui pourrait compliquer la composition d'un gouvernement.

Les résultats officiels des élections législatives tunisiennes seront annoncés le 9 octobre. Le scrutin a été marqué par un faible taux de participation de 41% et par un morcellement du Parlement. Aucun parti n’est en mesure de gouverner seul. Le parti islamo-conservateur Ennahdha, que les projections placent en tête, ne remporterait que 40 à 46 sièges sur les 217 que compte l’Assemblée. L’autre enseignement du scrutin est l’arrivée massive de candidats indépendants qui pourraient être entre 75 et 85 au Bardo, lieu où siège l’Assemblée des représentants du peuple (ARP).

Mais ces indépendants ne constituent pas un groupe homogène, car ils sont issus des multiples courants traversant la société : islamiste, révolutionnaire, moderniste, populiste, centriste, RCDistes (Rassemblement constitutionnel démocratique, le parti de l'ex-président Ben Ali), société civile. En propulsant à l’Assemblée ces nouveaux visages dont beaucoup ont fait campagne sur le rejet du pouvoir en place, les électeurs ont clairement rejeté l’offre politique existante.

Ces nouveaux acteurs n’ont peu ou pas d’expérience politique. Ils entrent donc dans une période d’apprentissage du travail parlementaire après avoir été portés à leurs places par une colère populaire. Il leur sera donc probablement difficile d'intégrer une gouvernance avec Ennahdha qui a maintes fois exercé le pouvoir depuis la révolution. Or, quelle que soit la coalition obtenue, il faudra obligatoirement l’adhésion d’une partie des indépendants pour obtenir les 109 voix pour la formation du gouvernement.

Des observateurs craignent des difficultés qui pourront empêcher la formation d'un gouvernement ou l’aboutissement à un gouvernement faible qui regroupera des partis comme la coalition Karama dirigée par l'avocat islamiste populiste Seifeddine Makhlouf et qui est arrivée avec 18 sièges en troisième position directement après le parti islamiste Ennahdha et le parti Qalb Tounès de Nabil Karoui.

Karama est un groupement anarco-fasciste implanté partout en Tunisie.

Tunisie: le chercheur Zine El Abidine Hamda Cherif analyse les résultats des législatives

07-10-2019 - Par RFI

►À lire aussi : Législatives en Tunisie: abstention record, Ennahdha et Qalb Tounès en tête

 
 

http://www.rfi.fr/afrique/20191007-tunisie-elections-legislatives-independants-ennahdha?xtor=EPR-300-[Quotidienne_afrique]-20191008-[contenu]-1141106044976