TURQUIE

LA TURQUIE TRANSFÉRE DU MATERIEL MILITAIRE VERS LA FRONTIÈRE SYRIENNE… AVEC LA COMPLICITÉ DE POUTINE DONT LA BOSSE DU COMMERCE SE DÉPLOIE TOUS AZIMUTS

 la zone de désescalade d’Idlib

La Turquie transfère du matériel militaire vers la frontière syrienne

© Sputnik . Mikhail Voskresenski

INTERNATIONAL

URL courte

8720

Plusieurs véhicules blindés turcs ont atteint la zone frontalière entre la Turquie et la province syrienne d’Idlib, où un cessez-le-feu unilatéral concernant l’armée syrienne vient d’être proclamé.

L’armée turque poursuit le transfert de son matériel militaire vers sa frontière avec la Syrie, relate vendredi 30 août l’agence officielle turque Anadolu.

 

Char de l'armée syrienne

© SPUTNIK . BASSEM HADDAD

L’armée russe met en place un cessez-le-feu unilatéral à Idlib

Selon cette source, une colonne de chars et de véhicules blindés provenant de différentes unités militaires du pays ont atteint la région d’Antakya située dans une zone frontalière entre le gouvernorat syrien d’Idlib et la province turque de Hatay. La colonne est partie en direction des unités militaires déployées à la frontière syrienne, tout en respectant les mesures de sécurité.

 

L'armée russe a annoncé vendredi qu'un cessez-le-feu unilatéral, concernant uniquement l'armée syrienne, entrera en vigueur samedi 31 août dans la région d'Idlib, dans le nord-ouest du pays, en proie aux combats.

L'ensemble de ce secteur est censé être protégé par un accord sur une «zone démilitarisée», dévoilé en septembre 2018 par la Turquie et la Russie. Le Président Recep Tayyip Erdogan a de nouveau dénoncé une offensive «inacceptable» dans cette zone, prévenant que des centaines de milliers de déplacés syriens se rapprochaient de la frontière turque.

https://fr.sputniknews.com/international/201908301042014246-la-turquie-transfere-du-materiel-militaire-vers-la-frontiere-syrienne/


 

TURQUIE : LES S-400 RUSSES SERONT OPÉRATIONNELS DES AVRIL 2020. CE N'EST PAS UNE BONNE NOUVELLE... SURTOUT POUR LA SYRIE

Turquie: les S-400 russes seront opérationnels dès avril 2020

folder_openAsie access_timedepuis 2 jours

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

La Turquie pourra commencer à utiliser les systèmes anti-aériens russes S-400, dont la livraison a démarré mi-juillet, dès avril 2020, a déclaré vendredi le président Recep Tayyip Erdogan.

«Au printemps prochain, si Dieu le veut en avril 2020, nous serons en mesure de commencer à utiliser activement les (S-400)», a déclaré le chef de l'Etat turc lors d'un discours télévisé.

Ankara a acheté les systèmes russes malgré les protestations de Washington, qui estime notamment que les S-400 ne sont pas compatibles avec les dispositifs de l'Otan, dont la Turquie est membre.

Les Etats-Unis ont par ailleurs annoncé la semaine dernière l'exclusion de la Turquie du programme d'avions furtifs F-35, estimant que celui-ci ne peut coexister avec les S-400. Washington juge que l'achat de ces systèmes de défense russes par Ankara met en danger les secrets technologiques du F-35, dont la Turquie veut aussi se doter.

«Vous ne nous donnez pas les F-35 ? Très bien, excusez-moi, mais dans ce cas nous prendrons des mesures à ce sujet et nous tournerons vers d'autres», a affirmé M. Erdogan, soulignant qu'aucune «menace ou sanction» n'empêchera la Turquie «d'assurer sa sécurité».

https://french.alahednews.com.lb/32095/341


 

LE CAMELEON ERDOGAN ANNONCE QUE LA TURQUIE PRODUIRA CONJOINTEMEMENT DES SYSTEMES S-500 AVEC LA RUSSIE

La Turquie annonce qu’elle produira des systèmes S-500 avec la Russie

 Depuis 12 heures  19 mai 2019

s-500

 Monde islamique - Turquie

 

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé samedi que la Turquie et la Russie produiraient conjointement des systèmes S-500 de défense antiaérienne et antibalistique, après la controverse sur l’achat par Ankara de systèmes russes S-400.

L’accord portant sur l’achat par la Turquie de systèmes S-400 a mis à rude épreuve les relations déjà tendues avec les Etats-Unis.

Washington a averti à plusieurs reprises Ankara des risques de sanctions qui découleraient de cet achat.

« Il n’est absolument pas question que (la Turquie) recule sur l’achat des S-400. C’est une affaire conclue », a déclaré M. Erdogan à Istanbul.

« Il y aura une production conjointe de S-500 après les S-400 », a affirmé le président turc devant un auditoire de jeunes qui l’interrogeaient.

Washington estime que l’accord avec Moscou conclu par la Turquie, qui est membre de l’Otan, est une menace pour la défense occidentale. Les Etats-Unis ont sommé Ankara de choisir entre le système de défense russe et les avions de chasse américains F-35, dont la Turquie souhaite également acquérir 100 exemplaires.

Les Etats-Unis ont suspendu début avril les livraisons d’équipements au sol liés à l’utilisation du F-35, un appareil conçu pour communiquer en temps réel avec les systèmes militaires de l’Otan, dont ceux de défense antiaérienne et antimissiles.

Mais M. Erdogan a persisté dans sa volonté d’acquérir le système russe S-400.

Les Etats-Unis craignent que la technologie dont sont dotées les systèmes S-400 ne serve à collecter des données technologiques sur les avions militaires de l’Otan et que la Russie puisse y accéder.

Selon M. Erdogan, des études techniques menées par la Turquie montrent que les S-400 et les F-35 sont compatibles.

Le président turc a affirmé que « tôt ou tard » la Turquie recevrait les F-35.

Il a aussi répété que les S-400 devaient lui être livrés en juillet. « Mais cela pourrait être avancé », a-t-il ajouté.

Les relations entre les alliés de l’Otan, la Turquie et les Etats-Unis se sont tendues sur de multiples questions.

Parmi elles, le soutien américain aux Unités de protection du peuple (YPG), un groupe armé kurde en Syrie, considéré comme terroriste par Ankara, ainsi que le refus des Etats-Unis d’extrader un prédicateur musulman, Fethullah Gulen, accusé de la tentative de coup d’Etat contre M. Erdogan en 2016.

Source: Avec AFP

http://french.almanar.com.lb/1368083


 

MUNICIPALES EN TURQUIE : CINGLANT CAMOUFLET POUR LE CAMELEON ERDOGAN BATTU A ANKARA ET ISTANBUL

Erdogan perd Istanbul et Ankara aux municipales

International

Erdogan perd Istanbul et Ankara aux municipales

 01 Avril 2019 09:37

Une large  défaite  pour le président turc, Recep Tayyip Erdogan. Dimanche 31 mars, à l’issue d’élections, son Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur) a perdu la main sur Ankara, la capitale, et Istanbul, le poumon économique et financier du pays, selon près de 99 % de bulletins dépouillés.
Depuis vingt-cinq ans, les deux plus grandes villes de Turquie étaient des fiefs imprenables de l’AKP.

https://www.mosaiquefm.net/fr/actualites-internationales/521296/erdogan-perd-istanbul-et-ankara-aux-municipales