OU VA LE MONDE ?

tourtaux-jacques Par Le 05/03/2022 0

Dans UKRAINE

5 mars 2022

"Propagandablitz" en Ukraine (Media Lens)

"La population américaine a été bombardée comme l’a été la population irakienne. C’était une guerre contre nous, une guerre de mensonges, de désinformation et d’omission de l’histoire. Ce genre de guerre, écrasante et dévastatrice, a été menée ici aux États-Unis pendant que la guerre du Golfe se déroulait là-bas" (Howard Zinn, "Power, History and Warfare", Open Magazine Pamphlet Series, n° 8, 1991, p. 12).

Quel sentiment étrange que de savoir que le missile de croisière que l’on voit plonger vers un aéroport et se transformer en une boule de flammes n’a pas été tiré par les forces américaines ou britanniques.

Des millions d’Occidentaux, élevés pour admirer le spectacle ultime de la puissance robotique et de la haute technologie, ont dû rapidement réprimer leur effroi devant le choc : c’était la guerre d’agression de la Russie, pas la "nôtre". Ce n’était pas une orgie de destruction approuvée et il ne fallait surtout pas la célébrer.

Rembobinez jusqu’en avril 2017 : sur des images vidéo montrant les missiles de croisière lancés par Trump sur des cibles en Syrie en réponse à des affirmations totalement non prouvées selon lesquelles la Syrie venait d’utiliser des armes chimiques, le présentateur de MSNBC Brian Williams s’est senti l’âme d’un poète :

’Nous voyons ces belles images la nuit depuis les ponts de ces deux navires de la marine américaine en Méditerranée orientale - je suis tenté de citer le grand Leonard Cohen : "Je suis guidé par la beauté de nos armes" - et ce sont de belles images d’armes redoutables effectuant ce qui est, pour eux, un bref vol...’

Les rédacteurs de télévision et de journaux pensent de même. Chaque fois que les États-Unis, le Royaume-Uni et l’OTAN lancent une guerre d’agression contre l’Irak, la Libye, la Syrie - qui que ce soit, où que ce soit - nos écrans de télévision et nos premières pages sont remplis de "belles images" de missiles lancés dans une lumière blanche pure depuis des navires. C’est le "choc et l’effroi" - nous imaginons même nos victimes "effrayées" par notre puissance.

En 1991, la "chaleur blanche" de nos armes robotisées était "belle" parce qu’elle signifiait que "nous" étions si sophistiqués, si civilisés, si compatissants, que seuls les palais et les bâtiments gouvernementaux de Saddam étaient "chirurgicalement" enlevés, pas les êtres humains. C’était un meurtre par un trou de serrure. Le trésor national de la BBC, David Dimbleby, s’est réjoui de cette gloire en direct à la télévision :

"N’est-il pas vrai que l’Amérique, du fait de la précision des armes que nous avons vues, est le seul policier mondial potentiel ?". (Cité par John Pilger, ’Hidden Agendas’, Vintage, 1998, p.45).

La force fait le droit ! Cela semblait réel pour Dimbleby, comme pour beaucoup de gens. En fait, c’était une fausse nouvelle. Sous les 88 500 tonnes de bombes qui ont suivi le lancement de la campagne aérienne le 17 janvier 1991 et l’attaque terrestre qui a suivi, 150 000 soldats irakiens et 50 000 civils ont été tués. Seuls 7 % des munitions étaient des bombes dites "intelligentes".

En revanche, le matin qui a suivi le lancement par la Russie de sa guerre d’agression contre l’Ukraine, les premières pages étaient couvertes, non pas de haute-technologie, mais du sang de civils blessés et des décombres de bâtiments civils détruits. Une revue de presse de la BBC explique :

Plusieurs unes montrent la photo d’une Ukrainienne - une enseignante nommée Helena - le visage ensanglanté et des bandages autour de la tête après qu’un immeuble ait été touché par une frappe aérienne russe.

"Son sang sur ses mains [de Poutine]", dit le Daily Mirror ; le Sun choisit le même titre.

’Nos’ guerres ne sont pas saluées par de tels titres, ni par des titres de la BBC de ce type :

"En images : Destruction et peur alors que la guerre frappe l’Ukraine".

La peur et la destruction que "nous" provoquons ne sont pas "notre" point de mire.

L’ancien journaliste du Guardian Jonathan Cook a noté :

"Wow ! Changement radical de politique à BBC News at Ten. On y parle avec enthousiasme de jeunes femmes - la résistance - qui fabriquent des bombes improvisées pour contrer l’avancée de la Russie. On peut supposer que les Palestiniens qui résistent à Israël peuvent maintenant s’attendre à une couverture festive similaire de la part des reporters de la BBC".

Un reportage vidéo de la BBC s’intitule :

"Conflit en Ukraine : Les femmes fabriquant des cocktails Molotov pour défendre leur ville".

Difficile à croire, mais le texte qui suit se lit comme suit :

"Sarah Rainsford, de la BBC, a parlé à un groupe de femmes qui fabriquaient des cocktails Molotov dans le parc".

Pendant toute la matinée du 2 mars, la page d’accueil de la BBC a montré un civil ukrainien lançant un cocktail Molotov allumé. Le titre adjacent :

"Des parachutistes et des roquettes russes attaquent Kharkiv - Ukraine".

En d’autres termes, des civils armés d’armes artisanales faisaient face à des troupes d’élite lourdement armées. Imaginez la réaction si, dans les premiers jours d’une invasion, la BBC avait titré une photo d’un civil à Bagdad ou à Kaboul résistant héroïquement aux forces américano-britanniques de la même manière.

Un autre article en première page de la BBC posait la question suivante :

"Invasion de l’Ukraine : Les attaques de la Russie sont-elles des crimes de guerre ?

La réponse est "oui", bien sûr - l’attaque de la Russie est un exemple classique du "crime suprême", la conduite d’une guerre d’agression. Il en va de même pour l’invasion et l’occupation de l’Irak par les États-Unis et le Royaume-Uni en 2003. Mais, bien sûr, l’idée qu’un tel article ait pu paraître au cours de la première semaine de cette invasion est totalement impensable.

Générer le Schwerpunkt de la Propagande

Le 27 février, les 26 premiers articles de la page d’accueil de la BBC étaient consacrés à l’attaque russe contre l’Ukraine. Le site de la BBC présente même habituellement une demi-douzaine d’articles sur l’Ukraine en haut de sa section sportive.

Le 28 février, le site du Guardian a ouvert sur le conflit, suivi de 20 liens supplémentaires vers des articles sur la crise ukrainienne. On retrouve un schéma similaire dans tous les médias d’information "grand public".

Le résultat inévitable de ce niveau de bombardement médiatique sur de nombreuses personnes : Le conflit en Ukraine est "notre" guerre - "Je suis du côté de l’Ukraine !".

L’analyste politique Ben Norton commente :

’L’intervention de la Russie en Ukraine a bénéficié de beaucoup plus de couverture, et de condamnations, en seulement 24 heures que la guerre américano-saoudienne au Yémen depuis son début il y a près de 7 ans... Les bombardements saoudiens soutenus par les États-Unis sont maintenant les pires depuis 2018’.

Ce n’est pas une mince affaire. Norton ajoute :

’On estime que 377 000 Yéménites sont morts dans la guerre américano-saoudienne contre leur pays, et environ 70 % des décès étaient des enfants de moins de 5 ans’.

Quelque 15,6 millions de Yéménites vivent dans une extrême pauvreté, et 8,6 millions souffrent de sous-nutrition. Un récent rapport des Nations unies met en garde :

"Si la guerre au Yémen se poursuit jusqu’en 2030, nous estimons que 1,3 million de personnes en mourront".

Plus de la moitié des avions de combat de l’Arabie saoudite utilisés pour les raids de bombardement sur le Yémen sont fournis par le Royaume-Uni. Le matériel fabriqué au Royaume-Uni comprend des avions Typhoon et Tornado, des bombes Paveway, des missiles Brimstone et Stormshadow, et des munitions à fragmentation. Campaign Against the Arms Trade rapporte :

Les chercheurs sur le terrain ont découvert des fragments d’armes qui prouvent l’utilisation d’armes fabriquées au Royaume-Uni dans des attaques contre des cibles civiles".

Malgré l’immensité de la catastrophe et la responsabilité juridique et morale évidente de la Grande-Bretagne, en 2017, The Independent rapportait :

’Plus de la moitié des Britanniques ne sont pas au courant de la "guerre oubliée" en cours au Yémen, malgré le soutien du gouvernement à une coalition militaire accusée de tuer des milliers de civils.

Un sondage YouGov, vu en exclusivité par The Independent, a montré que 49 % des personnes connaissaient la guerre civile en cours dans le pays, qui a tué plus de 10 000 personnes, déplacé trois millions d’autres et laissé 14 millions de personnes confrontées à la famine.

Le chiffre est encore plus bas dans la tranche d’âge des 18-24 ans, où seuls 37 % connaissent le conflit yéménite, qui entre dans sa troisième année d’effusion de sang.

The Independent ajoute :

On estime qu’au moins 75 personnes sont tuées ou blessées chaque jour dans le conflit, qui a poussé le pays au bord de la famine, 14 millions de personnes n’ayant pas d’accès stable à la nourriture".

Sur Twitter, le Dr Robert Allan a expliqué ce qui compte :

"En tant que citoyens payant des impôts et en tant que nation, nous sommes directement responsables de nos actions. Pas des actions des autres. Bien sûr, nous pouvons et devons souligner les crimes des nations et agir de manière appropriée et bienveillante (le bilan du Royaume-Uni à cet égard est horrible). En premier lieu - nous, l’OTAN, nos motivations et nos actions".

Nous pouvons être sûrs qu’Instagram, YouTube et Tik Tok ne seront jamais inondés du message "Je suis avec le Yémen".

Comme si le monde entier nous appartenait, notre rage vertueuse à l’égard de l’Ukraine est telle que nous oublions apparemment que nous ne sommes pas attaqués, que nous ne sommes pas bombardés, que nos soldats et nos civils ne sont pas tués. Pourtant, RT (anciennement Russia Today), Going Underground et Sputnik ont été fermés sur YouTube et Google comme si les États-Unis et le Royaume-Uni étaient directement attaqués, confrontés à une menace existentielle.

Certes, à Media Lens, nous accueillons favorablement l’idée que les puissants médias d’État doivent être empêchés de promouvoir la violence d’État. Il est absurde que des individus soient arrêtés et emprisonnés pour avoir menacé ou incité à la violence, alors que des journalistes appellent régulièrement à une violence massive, voire génocidaire, contre des pays entiers, sans aucune conséquence (avancement de carrière mis à part). Mais interdire les médias qui encouragent la violence d’État signifie interdire, non seulement la télévision russe, mais littéralement tous les diffuseurs et journaux américano-britanniques.

Confirmant l’hypocrisie, The Intercept a rapporté :
"

Facebook va temporairement permettre à ses milliards d’utilisateurs de faire l’éloge du bataillon d’Azov, une unité militaire néonazie ukrainienne dont il était auparavant interdit de discuter librement en vertu de la politique de l’entreprise relative aux individus et organisations dangereux, a appris The Intercept.

En 2014, le correspondant du Guardian en Europe centrale et orientale, Shaun Walker, a écrit :

’L’Azov, l’une des nombreuses brigades de volontaires à combattre aux côtés de l’armée ukrainienne dans l’est du pays, a développé une réputation d’intrépidité au combat....
.
Mais on craint de plus en plus que si l’Azov et les autres bataillons de volontaires constituent la force la plus puissante et la plus fiable de l’Ukraine sur le champ de bataille contre les séparatistes, ils représentent également la menace la plus sérieuse pour le gouvernement ukrainien, et peut-être même pour l’État, une fois le conflit terminé dans l’est du pays. L’Azov suscite une inquiétude particulière en raison des tendances d’extrême droite, voire néonazies, de nombre de ses membres".

Le rapport se poursuit :

"Beaucoup de ses membres ont des liens avec des groupes néonazis, et même ceux qui se sont moqués de l’idée qu’ils sont néonazis n’ont pas donné les démentis les plus convaincants".

Peut-être que les centaines de journalistes qui ont attaqué Jeremy Corbyn pour avoir remis en question le retrait d’une fresque murale prétendument antisémite - qui représentait un mélange de banquiers célèbres, juifs et non juifs , historiques et identifiables - avec le seul mot "Pourquoi ?", aimeraient faire un commentaire ?

D’après notre recherche ProQuest, le Guardian n’a fait aucune mention du bataillon néonazi Azov au cours de la semaine dernière - comme il l’aurait certainement fait si l’Ukraine était un ennemi officiel de l’Occident. ProQuest trouve un grand total de trois mentions du Bataillon d’Azov dans l’ensemble de la presse nationale britannique - deux en passant, avec un seul article substantiel dans le Daily Star - au cours des sept derniers jours. Une "discipline impressionnante", comme Noam Chomsky aime à le dire.

La Russie doit être brisée

La Grande-Bretagne et les États-Unis ont mené tant de guerres, si impitoyablement, pendant si longtemps, que les journalistes et les commentateurs occidentaux ont perdu tout sens de la proportion et de la retenue. Neil Mackay, ancien rédacteur en chef du Sunday Herald (2015-2018), a écrit dans The Herald :

’La Russie doit être brisée, dans l’espoir qu’en brisant le régime économiquement et en le rendant un État paria sur la scène mondiale, le peuple russe courageux et décent se soulèvera et extirpera Poutine du pouvoir.’

À défaut d’autre chose, le commentaire de Mackay indique à quel point la mort de 500 000 enfants de moins de cinq ans a eu peu d’impact lorsque les États-Unis et la Grande-Bretagne ont veillé à ce que l’économie irakienne soit "brisée" par 13 ans de sanctions génocidaires.

Pour avoir qualifié son commentaire d’"obscène", Mackay nous a instantanément bloqués sur Twitter. Sa demande brutale nous a rappelé le commentaire du chroniqueur Thomas Friedman dans le New York Times :

Qu’on le veuille ou non, nous sommes en guerre contre la nation serbe... et les enjeux doivent être très clairs : chaque semaine où vous ravagez le Kosovo est une décennie de plus où nous allons faire reculer votre pays en vous pulvérisant. Vous voulez retourner à 1950 ? Nous pouvons vous renvoyer à 1950. Vous voulez 1389 ? Nous pouvons vous offrir 1389 aussi".

Nous pouvons apprécier le "choc et l’effroi" de ce commentaire, si nous n’avons pas du tout le sentiment que les Serbes sont de véritables êtres humains capables de souffrir, d’aimer, de perdre et de mourir aussi profondément que nous.

Sur la chaîne britannique Channel 5, le pilier de la BBC Jeremy Vine a dit à un interlocuteur, Bill, de Manchester :

"Bill, Bill, la réalité brutale est que si vous mettez un uniforme pour Poutine et que vous allez faire sa guerre, vous méritez probablement de mourir, n’est-ce pas ?".

Contrairement à son célèbre intervieweur, Bill, qui n’est clairement pas un fan de Poutine, a conservé son humanité :

"Et vous ? ! Est-ce que les enfants méritent de mourir, à 18 ou 20 ans - appelés, conscrits - qui ne comprennent pas, qui ne saisissent pas les enjeux ?".

La réponse sage de Vine :

"C’est la vie ! C’est comme ça que ça se passe !

Nous savons tous ce qui serait arrivé à Vine s’il avait tenu des propos un tant soit peu comparables sur les forces américano-britanniques qui ont illégalement envahi l’Irak.

Le commentateur de MSNBC, Clint Watts, a observé :

La chose la plus étrange - le monde entier regarde une formation blindée russe massive foncer vers Kiev, nous encourageons l’Ukraine, mais nous nous retenons. Les forces aériennes de l’OTAN pourraient mettre fin à cette situation en 48 heures. On comprend les récriminations sur ce que ferait Poutine, mais on voit ce qui se prépare".

Le plus étrange, c’est que les commentateurs des médias s’imaginent par réflexe que les États-Unis, le Royaume-Uni et l’OTAN peuvent prétendre moralement ou légalement à agir comme une police mondiale ultra-violente.

Le professeur Michael McFaul de l’université de Stanford, qui sert également dans la 101e division ChaisePortée des médias, a semblé être en train de vivre plusieurs wargasmes lorsqu’il a tweeté :

"Plus de Stingers pour l’Ukraine ! Plus de Javelins ! Plus de drones !

Deux heures plus tard :

"Plus de NLAWs [missiles antichars], de Stingers (les meilleurs) et de Javelins pour l’Ukraine ! Maintenant !"

Faisant écho à Mackay, McFaul s’est emporté (puis a effacé) :

"Il n’y a plus de Russes "innocents" ou "neutres". Chacun doit faire un choix - soutenir ou s’opposer à cette guerre. Le seul moyen de mettre fin à cette guerre est que des centaines de milliers, et non des milliers, protestent contre cette guerre insensée. Poutine ne peut pas tous vous arrêter !"

Des mots courageux, en effet, venant de son bureau de l’Ivy League. Il est troublant de constater que McFaul était ambassadeur en Russie sous Barack Obama, largement considéré comme un saint.

L’ingérence scandaleuse et arrogante : la partie manquante de l’histoire

Comment en est-on arrivé là ? La couverture des médias institutionnels présente des omissions flagrantes.

En février 2014, après trois mois de manifestations violentes, aidées par les États-Unis, dont la plupart impliquaient des milices antigouvernementales néonazies, le président de l’Ukraine, Viktor Ianoukovitch, a fui Kiev pour la Russie. Fairness and Accuracy in Reporting (FAIR) fournit un certain contexte :

"Le 6 février 2014, alors que les manifestations antigouvernementales s’intensifiaient, une partie anonyme (dont beaucoup pensent qu’il s’agit de la Russie) a divulgué un appel entre la secrétaire d’État adjointe [Victoria] Nuland et l’ambassadeur américain en Ukraine Geoffrey Pyatt. Les deux responsables ont discuté de la question de savoir quels responsables de l’opposition pourraient faire partie d’un éventuel nouveau gouvernement. Ils ont convenu qu’Arseniy Yatsenyuk - Nuland l’appelait par son surnom "Yats" - devrait être aux commandes. Il a également été convenu de faire appel à quelqu’un de "haut niveau" pour faire avancer les choses. Cette personne était Joe Biden".

La BBC rapporte que Nuland a choisi le nouveau dirigeant ukrainien :

Je pense que "Yats" est le type qui a l’expérience économique, l’expérience du gouvernement.

FAIR poursuit :

"Des semaines plus tard, le 22 février, après qu’un massacre perpétré par des tireurs d’élite suspects ait fait monter la tension, le parlement ukrainien a rapidement démis Ianoukovitch de ses fonctions dans une manœuvre constitutionnellement douteuse. M. Ianoukovitch a ensuite fui le pays, qualifiant le renversement de coup d’État. Le 27 février, Yatsenyuk est devenu premier ministre".

Nous pouvons lire entre les lignes lorsque Nuland décrit comment les États-Unis ont investi "plus de 5 milliards de dollars" pour "assurer une Ukraine sûre, prospère et démocratique".

Dans un rare exemple de dissidence dans le Guardian, Ted Galen Carpenter, chercheur principal pour les études de défense et de politique étrangère à l’Institut Cato, a écrit cette semaine :

"L’ingérence scandaleusement arrogante de l’administration Obama dans les affaires politiques internes de l’Ukraine en 2013 et 2014 pour aider les manifestants à renverser le président élu et pro-russe de l’Ukraine a été la provocation la plus effrontée, et elle a fait monter les tensions en flèche. Moscou a immédiatement répondu en s’emparant de la Crimée et en l’annexant, et une nouvelle guerre froide s’est déclenchée avec éclat...’’

Carpenter conclut :

La tentative de Washington de faire de l’Ukraine un pion politique et militaire de l’OTAN (même en l’absence d’adhésion officielle du pays à l’alliance) pourrait finir par coûter cher au peuple ukrainien.

L’histoire montrera que la façon dont Washington a traité la Russie au cours des décennies qui ont suivi la disparition de l’Union soviétique a été une erreur politique aux proportions épiques. Il était tout à fait prévisible que l’expansion de l’OTAN conduirait finalement à une rupture tragique, peut-être violente, des relations avec Moscou. Des analystes perspicaces avaient mis en garde contre les conséquences probables, mais ces avertissements n’ont pas été entendus. Nous payons maintenant le prix de la myopie et de l’arrogance de la classe dirigeante américaine en matière de politique étrangère.

Quelques jours après le coup d’État de 2014, les troupes fidèles à la Russie ont pris le contrôle de la péninsule de Crimée, dans le sud de l’Ukraine. Comme l’a récemment expliqué Jonathan Steele, ancien correspondant à Moscou pour le Guardian :

’C’est la position de l’OTAN sur l’adhésion de l’Ukraine qui a déclenché la prise de contrôle de la Crimée par la Russie en 2014. Poutine craignait que le port de Sébastopol, siège de la flotte russe de la mer Noire, appartienne bientôt aux Américains.’’

Le magazine The New Yorker décrit le politologue John Mearsheimer comme "l’un des plus célèbres critiques de la politique étrangère américaine depuis la fin de la guerre froide" :

’Pendant des années, Mearsheimer a soutenu que les États-Unis, en poussant à l’expansion de l’OTAN vers l’est et en établissant des relations amicales avec l’Ukraine, ont augmenté la probabilité d’une guerre entre des puissances dotées de l’arme nucléaire et ont préparé le terrain pour la position agressive de Vladimir Poutine envers l’Ukraine’. En effet, en 2014, après l’annexion de la Crimée par la Russie, Mearsheimer a écrit que "les États-Unis et leurs alliés européens partagent la majeure partie de la responsabilité de cette crise."’’

Mearsheimer affirme que la Russie considère l’expansion de l’OTAN jusqu’à sa frontière avec l’Ukraine comme "une menace existentielle" :

" Si l’Ukraine devient une démocratie libérale pro-américaine, et un membre de l’OTAN, et un membre de l’U.E., les Russes considéreront cela comme catégoriquement inacceptable. S’il n’y avait pas d’expansion de l’OTAN et de l’UE, et que l’Ukraine devenait simplement une démocratie libérale et qu’elle était amie avec les États-Unis et l’Occident en général, elle pourrait probablement s’en sortir".

Mearsheimer ajoute :

’Je pense que les preuves sont claires : nous ne pensions pas qu’il [Poutine] était un agresseur avant le 22 février 2014. C’est une histoire que nous avons inventée afin de pouvoir le blâmer. Mon argument est que l’Occident, en particulier les États-Unis, est le principal responsable de ce désastre. Mais aucun décideur américain, et presque personne dans l’establishment de la politique étrangère américaine, ne voudra reconnaître cette ligne d’argumentation…’’

En 2014, John Kerry, alors secrétaire d’État américain, a eu le culot de proclamer à propos de la prise de contrôle de la Crimée par la Russie :

"Au XXIe siècle, on ne se comporte pas comme au XIXe siècle en envahissant un autre pays sous un prétexte complètement inventé".

Les correspondants de la BBC ont réussi à rapporter ces remarques de Kerry et d’autres, sans faire aucune référence aux invasions de l’Irak et de l’Afghanistan par l’Occident.

Ce schéma persiste aujourd’hui. Lorsque Fox News a récemment parlé de la crise russo-ukrainienne avec l’ancienne secrétaire d’État américaine, Condoleezza Rice, l’une des principales responsables des invasions-occupations illégales de l’Afghanistan et de l’Irak, elle a hoché la tête en signe d’accord solennel lorsque le présentateur a dit :

"Quand vous envahissez une nation souveraine, c’est un crime de guerre".

La dissonance cognitive requise pour s’engager dans cette discussion et la faire passer pour une analyse sérieuse est vraiment remarquable.

Noam Chomsky souligne une omission évidente dans la couverture médiatique occidentale de l’Ukraine, ou de toute autre crise impliquant l’OTAN :

"La question que nous devrions nous poser est la suivante : pourquoi l’OTAN a-t-elle même existé après 1990 ? Si l’OTAN devait mettre fin au communisme, pourquoi s’étend-elle maintenant jusqu’à la Russie ?".

La lecture des arguments dissidents ci-dessus et le rappel de l’avertissement lancé par le leader travailliste Sir Keir Starmer aux députés la semaine dernière donnent à réfléchir :

"Laissez-moi être très clair - Il n’y aura pas de place dans ce parti pour une fausse équivalence entre les actions de la Russie et celles de l’OTAN."

The Independent a rapporté que l’avertissement de Starmer est intervenu "après que des leaders de gauche - y compris des membres clés du cabinet fantôme de l’ère Jeremy Corbyn, John McDonnell et Diane Abbott - aient été menacés de se voir retirer le mandat si leurs noms n’étaient pas retirés d’une lettre de Stop the War qui accusait le gouvernement britannique de "posture agressive" et déclarait que l’OTAN "devrait mettre un terme à son expansion vers l’est"".

M. Starmer s’était auparavant exprimé en termes churchilliens sur Twitter :

"Des jours sombres nous attendent. Mais Poutine apprendra la même leçon que les tyrans européens du siècle dernier : que la détermination du monde est plus dure qu’il ne l’imagine et que le désir de liberté brûle plus fort que jamais. La lumière l’emportera".

Manifestement, cette liberté ne s’étend pas aux députés travaillistes élus qui critiquent l’OTAN.

Dans le Guardian, George Monbiot a contribué à la chasse aux sorcières, notant de manière inquiétante que les commentaires de John Pilger "semblaient faire écho au discours de Poutine la nuit précédente". En guise de preuve supplémentaire :

"La BBC rapporte que les affirmations de Pilger ont été largement partagées par des comptes diffusant de la propagande russe".

De façon remarquable, Monbiot n’a proposé aucun contre-argument aux "affirmations de Pilger", aucun fait, s’appuyant entièrement sur la diffamation par association. Il ne s’agissait pas de journalisme, mais d’une sinistre propagande à la McCarthy.

Plus tôt, Monbiot avait tweeté de manière acerbe :

"Ne laissez jamais @johnpilger vous persuader qu’il a une objection de principe à l’occupation et à l’invasion. Il semble être d’accord avec elles, tant que l’agresseur est la Russie, et non Israël, les États-Unis ou le Royaume-Uni".

En fait, pendant des années, Pilger a fait des reportages - souvent en secret et à grand risque - en Union soviétique et dans ses satellites européens. Un chapitre de son livre, "Heroes", est consacré à ses rencontres secrètes avec des dissidents soviétiques et au soutien qu’il leur a apporté (voir : John Pilger, "Heroes", Pan, 1987, pp. 431-440). Dans son film tourné clandestinement en 1977 sur la Tchécoslovaquie, "A Faraway Country", il décrit les oppresseurs du pays comme des "fascistes". Il commente :

"Les personnes que j’interroge dans ce film savent qu’elles prennent de grands risques rien qu’en me parlant, mais elles insistent pour s’exprimer. Tel est leur courage et leur engagement pour la liberté en Tchécoslovaquie".

Trois jours avant la publication de l’article de Monbiot dans le Guardian, Pilger avait tweeté à propos de l’Ukraine :

"L’invasion d’un État souverain est illégale et mauvaise. Ne pas comprendre les forces cyniques qui ont provoqué l’invasion de l’Ukraine, c’est insulter les victimes".

Pilger est l’un des journalistes les plus respectés de notre époque, précisément parce qu’il a adopté une position de principe et cohérente contre toutes les formes d’impérialisme, y compris l’impérialisme soviétique, l’impérialisme chinois (en particulier son soutien à Pol Pot), l’impérialisme indonésien (son invasion du Timor oriental), etc.

Conclusion - "Deux poids deux mesures" ?

Quels que soient l’histoire et le contexte de ce qui a précédé, l’invasion de l’Ukraine par la Russie est un crime international majeur et ses conséquences sont extrêmement graves.

Depuis plus de 20 ans, notre argument essentiel est que le public est bombardé de crimes des ennemis officiels par les médias "grand public", tandis que "nos" crimes sont ignorés, minimisés ou "justifiés". Des médias véritablement libres et indépendants seraient exactement aussi sévères et provocateurs à l’égard des actions et des politiques des États-Unis, du Royaume-Uni et de l’OTAN qu’à l’égard des actions et des politiques russes.

Souligner ce double standard flagrant n’est pas "faire le jeu Poutine", pas plus que souligner les tromperies de l’État et des entreprises sur l’Irak, la Libye et la Syrie ne signifiait que nous avions la moindre sympathie pour Saddam, Kadhafi ou Assad.

Comme Chomsky l’a souvent souligné, il est facile de condamner les crimes des ennemis officiels. Mais c’est un principe éthique de base que, d’abord et avant tout, nous devons demander des comptes aux gouvernements dont nous partageons la responsabilité politique et morale directe. C’est pourquoi nous nous concentrons si intensément sur les crimes de notre propre gouvernement et de ses principaux alliés.

Nous avons condamné la guerre d’agression de Poutine et soutenu les demandes de retrait immédiat. Nous ne sommes en aucun des partisans du gouvernement russe - nous vilipendons la tyrannie et la violence d’État de Poutine exactement autant que nous vilipendons la violence tyrannique et impériale de l’Occident. Nous avons clairement indiqué à plusieurs reprises que nous nous opposons à toute guerre, tout meurtre et toute haine. Notre conviction est que ces horreurs sont moins probables lorsque le journalisme abandonne son système de deux poids, deux mesures et conteste "nos" crimes de la même manière qu’il conteste "les leurs".

Chomsky a expliqué :

"Supposons que je critique l’Iran. Quel impact cela a-t-il ? Le seul impact que cela a, c’est de fortifier ceux qui veulent mener des politiques que je n’approuve pas, comme les bombardements".

Le fait que nous ajoutions une minuscule goutte de critique au tsunami de la haine occidentale mondiale, financée par des milliards de dollars, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, à l’égard de Poutine n’aboutit à rien d’autre qu’au résultat identifié par Chomsky. Si nous avons le moindre espoir d’avoir un impact positif sur le monde, c’est en contrant les illusions et la violence du gouvernement dont nous sommes moralement responsables.

Mais pourquoi nous exprimer maintenant, en particulier ? Ne devrions-nous pas simplement nous taire et " monter à bord " en temps de crise ? Non, car la guerre est un moment où les messages de propagande sont martelés avec force : "Nous sommes les gentils qui défendons la démocratie". C’est un moment essentiel pour examiner et remettre en question ces affirmations.

Ce que les critiques qualifient de "Whataboutism" est en fait un "Wearenobetterism". Si "nous" ne sommes pas meilleurs, ou si "nous" sommes en fait pires, alors où se situe "notre" juste indignation morale ? La "compassion" enracinée dans une profonde hypocrisie peut-elle être profondément ressentie ?

Les critiques qui rejettent les preuves de deux poids et deux mesures en les qualifiant de "futilités" défendent l’idée que "leurs" crimes doivent être condamnés sans réserve, mais pas ceux commis par "nous" et "nos" alliés. Les actions des ennemis officiels doivent être jugées selon une norme différente de celle selon laquelle nous nous jugeons nous-mêmes.

Comme nous l’avons fait remarquer sur Twitter :

"Repérer tous les commentateurs bien en vue qui condamnent l’agression de la Russie contre l’Ukraine...
...et qui gardent le silence sur ou soutiennent.. :
* Les invasions de l’Afghanistan et de l’Irak
* La destruction de la Libye par l’OTAN
* Le bombardement du Yémen par la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite
* L’écrasement des Palestiniens par l’apartheid israélien.

La question doit être posée : La réponse publique passionnée à un autre bombardement médiatique du type décrit par Howard Zinn au début de cette alerte est-elle une manifestation du pouvoir de la compassion humaine, ou une manifestation de pouvoir ?

Sommes-nous témoins d’une véritable préoccupation humaine, ou de la capacité des intérêts mondiaux des États et des entreprises à vendre essentiellement la même histoire, encore et encore ? Le même méchant : Milosevic, Ben Laden, Saddam, Kadhafi, Assad et Poutine ; les mêmes gentils : les États-Unis, le Royaume-Uni, l’OTAN et "nos" clients obéissants ; la même prétendue noble cause : la liberté, la démocratie, les droits de l’homme ; les mêmes moyens : la confrontation, la violence, un déluge de bombes et de missiles ("les meilleurs"). Et les mêmes résultats : contrôle de pays entiers, augmentation massive des budgets d’armement et contrôle des ressources naturelles.

En fin de compte, on nous demande de croire que le système d’État et d’entreprise qui a illégalement bombardé, droné, envahi, occupé et sanctionné tant de pays au cours des dernières décennies - un système qui répond même à la menace d’extinction de l’humanité par le changement climatique par du "Bla, bla, bla !" - est motivé par la compassion pour la souffrance des civils ukrainiens. Comme a écrit Erich Fromm :

"Être naïf et facilement trompé est inadmissible, aujourd’hui plus que jamais, alors que les contre-vérités dominantes peuvent conduire à une catastrophe parce qu’elles aveuglent les gens sur les dangers réels et les possibilités réelles. (Fromm, "The Art Of Being", Continuum, 1992, p.19)

DE et DC

Traduction "tellement simple à comprendre, tellement difficile à faire comprendre" par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://www.medialens.org/2022/doubling-down-on-double-standards-the-u...

URL de cet article 37808

  

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire