4

 

Depuis que j’ai commencé à écrire l’analyse pour le mouvement de la liberté il y a plus de huit ans, j’ai toujours dit que nous saurions quand les mondialistes siffleraient la fin de la récréation. Ces criminels le feront en se montrant dans la lumière du jour et en avouant leurs crimes. A ce moment, ils ne craindront plus les répercussions ni que leurs plans soient obstrués.

Comme j’ai l’intention de le montrer dans cet épisode de ma série sur l’effondrement financier caché de l’Amérique, la fin du jeu est effectivement arrivé. À tout le moins, les élites internationales semblent penser que le succès est à leur portée, car ils exposent désormais ouvertement leur propre implication. Mais ils le font d’une manière qui tente de détourner le blâme ou de rationaliser leurs actions comme étant faites pour un « plus grand bien ».Dans la partie 4 (*) de cette série, j’ai discuté de la réalité du faux paradigme Est / Ouest et du fait que le « conflit » entre les intérêts occidentaux et orientaux n’est rien de plus qu’un théâtre Kabuki construit par les mondialistes et conçu pour hypnotiser les masses. Vous voyez, le problème avec la plupart des gens, c’est qu’ils ont tendance à laisser leur sens inné du tribalisme les conduire à prendre part à une guerre sans comprendre la racine fondamentale de cette guerre. Dans la plupart des cas, ils croient qu’un côté doit être «bon» et l’autre «mauvais». Les mondialistes comprennent cette faiblesse du collectivisme humaine, et ils l’exploitent aussi souvent que possible. Ils créent des conflits à partir du néant, conflits dans lesquels les deux parties sont contrôlées. Puis, ils ont laissé les masses tâtonner comme des idiots qui essaient de mettre la corde autour du cou de l’autre gars.

Le paradigme Est / Ouest est juste un autre dans une longue lignée de faux affrontements organisés par les élites, mais il est celui qui est le plus dangereux pour le mouvement de la liberté lui-même. Dans notre rage de destruction de la liberté et de la prospérité dans notre propre pays, certains d’entre nous en sont venus à penser que la source de toutes ces bulles impies au cœur de l’activité des entreprises et du gouvernement des États-Unis, vient de l’Est qui soutient toutes sortes de rébellions. C’est tout simplement absurde.
Récemment, un lecteur m’a envoyé un lien qui m’a rappelé des observations formulées par le représentant Louis T. McFadden, président du « House Banking Committee », le 4 mai 1933. Dans le sillage de son combat contre la Réserve fédérale, il a dit:

« … La signature perfide loin du droit américain à la conférence des 7 puissances à Londres en Juillet 1931 … met le Système fédéral de réserve sous le contrôle de la Banque des règlements internationaux. »

Même en 1933, il y avait quelques personnes qui pouvaient voir que la Réserve fédérale était juste un garçon de courses, un tueur à gages économique pour une entité plus puissante. Malheureusement, McFadden est mort en 1936 d’une thrombose coronarienne avant qu’il ne puisse faire des progrès dans sa croisade. La vérité qu’il mis en lumière aux yeux de tous, vit toujours; et c’est une vérité que beaucoup de gens ne veulent pas entendre. Il est plus facile de quantifier la menace de la Réserve fédérale. Il est plus facile de croire que la Fed contrôle l’ensemble du jeu ou (pour les citoyens à l’esprit le plus moutonnier) que la Fed soit un « organisme quasi-gouvernemental » inoffensif. Beaucoup d’entre nous dans le mouvement veulent croire que c’est la porte d’entrée vers le septième cercle de l’enfer parce que si la Fed meurt, alors nous gagnons. Et la Fed semble être « tuable », notamment à la lumière de certaines actions de la part de l’Orient.

Malheureusement, le problème est beaucoup plus complexe.

Comme exposé par McFadden, la Fed n’est qu’une tentacule, parmi d’autres rampant aux ordres d’une plus grande équipe de vampires. La Banque des règlements internationaux semble être l’oeil du Léviathan. J’ai été heureux de voir que la BRI gagne de plus en plus l’attention des médias alternatifs comme principale menace pour la stabilité du monde. Zero Hedge a publié récemment un article très intéressant sur la BRI et la cabale bancaire, extrait d’un livre d’Adam LeBor et intitulé  Meet The Secretive Group That Runs The World » / « Faites connaissance avec le groupe secret qui dirige la planète, la Banque des Règlements Internationaux« .

Bien sûr, ce n’est pas le premier exposé sur la BRI. Même Harper a publié un bout étonnamment honnête (enfin seulement la moitié de l’histoire) sur la banque, intitulé « Gestion du monde de l’argent« , en 1983. Dans ce document, le magazine affirme que « … le but éhonté des réunions mensuelles de ces élites est de coordonner et, si possible, de contrôler toutes les activités monétaires dans le monde industrialisé ».
Toute banque centrale qui finit sur la liste des membres de la BRI devrait être à toutes fins considérée comme un pion de la BRI. Cela comprend les banques centrales des pays de l’Est prétendument en opposition à la puissance occidentale. L’histoire des débuts de la BRI est tachée de sang, car ils ont financièrement joués des deux côtés lors de la Seconde Guerre mondiale et ont aidé le financement de l’appareil nazi. Gardez à l’esprit que l’Allemagne, le Japon et les Alliés étaient tous membres de la BRI en 1931 et en sont restés membres pendant toute la guerre. Les banquiers ont jetté les pays les uns contre les autres pour un temps très long, ils n’ont aucune loyauté particulière envers une nation particulière.

La BRI a dû se fondre en arrière-plan pour un temps après que son partenariat avec les fascistes ait été rendu public après la guerre. Ainsi, les élites formèrent encore une autre monstruosité, le Fonds monétaire international, pour prendre sa place aux yeux du public. Cependant, la BRI continue à ce jour à tirer les ficelles des banques centrales de la planète et, par extension, des gouvernements du monde.

La stratégie des conflits manigancés n’a pas changé. J’ai écrit de nombreux articles sur la collusion indéniable entre la Russie et le FMI, y compris le soutien de la Russie avide de la nouvelle monnaie de réserve mondiale du FMI, les droits de tirage spéciaux (DTS). Vous pouvez lire ces articles suivants

Vladimir Poutine et le Kremlin ont continué leur histoire d’amour avec le FMI depuis 2009, quand ils ont appelé les DTS à devenir la monnaie de réserve mondiale.

L’an dernier, Poutine a réaffirmé l’objectif des BRICS de s’impliquer davantage dans le système du FMI:

« Dans le cas BRICS, nous voyons un ensemble d’intérêts stratégiques coïncider. Tout d’abord, c »est la volonté commune de réformer le système monétaire et de financement international. Dans la présente forme, il est injuste pour les BRICS et pour les nouvelles économies en général. Nous devrions prendre une part plus active dans le FMI et dans le système de prise de décision de la Banque mondiale. Le système monétaire international lui-même dépend beaucoup du dollar américain, ou, pour être précis, de la politique monétaire et financière des autorités américaines. Les pays des BRICS veulent changer cette situation. »

J’ai également couvert l’éloignement des Chinois du dollar vers les bras du panier de monnaies du FMI depuis des années.

Le grand mensonge est aujourd’hui que la Chine et la Russie sont un anti-Nouvel Ordre Mondial. Pourtant, comme je l’ai expliqué dans mon dernier article, la Chine (et la Russie) n’ont cessé d’appeler à une conversion globale dans ce système de panier et des DTS, et ils veulent que ce système soit géré par le FMI. Le FMI, à son tour, a toujours appelé à la fin du dollar comme monnaie de réserve mondiale et s’est ouvertement rapproché d’institutions comme la nouvelle banque régionale asiatique, la AIIB, qui est dominée par la Chine, en dépit du fait que beaucoup de gens croient à tort que l’AIIB serait en quelque sorte une « concurrence » pour le FMI ou la Banque mondiale.

Cet extrait provient de l’international Business Times:

Le directeur général de la Banque mondiale Mulyani Indrawati a déclaré à Xinhua dans une interview :
« Nous sommes complètement ouvert à une coopération avec l’AIIB [sic]. Même maintenant, nous travaillons très étroitement au démarrage et regardons le réglage, les principes et le cadre de cette institution. »
Elle a également rejeté les inquiétudes que l’AIIB affronterait la Banque mondiale ou des banques régionales de développement existantes et a souligné que les besoins globaux d’infrastructure sont énormes et permettent d’accueillir de multiples organisations.

Intervenant à l’ouverture du Forum de développement de la Chine à Pékin, le directeur général du FMI Christine Lagarde a déclaré que le FMI serait « ravi » de coopérer avec l’AIIB, et les institutions ont un espace « massif » pour coopérer.

Plus d’informations sur l’histoire de la Chine et de son partenariat avec le Nouvel Ordre Mondial sont disponibles dans une excellente analyse vidéo de James Corbett.

Au niveau de la politique monétaire et bancaire internationale, il n’y a absolument aucune indication de conflit légitime entre l’Orient et l’Occident. Encore une fois, ces batailles sont seulement un théâtre pour les masses. Mais quels buts doit servir ce théâtre?

La fausse guerre économique entre Orient et Occident fournit une couverture et une justification pour le véritable objectif des internationalistes: la destruction du dollar comme monnaie de réserve mondiale et l’ascendant du système monétaire mondial à base de DTS. La phase finale des banquiers est, bien sûr, un gouvernement mondial. Il a été le rêve de longue date des socialistes fabiens imprégnant l’univers de la banque centrale. Un système de monnaie mondiale et une gestion économique centralisée sont la première étape des armes psychologiques contre le public. Si le monde fonctionne sur un mécanisme de change unique et une autorité économique unique, pourquoi ne pas avoir aussi un système gouvernemental unique ?

L’erreur que font de nombreux analystes des mouvements de la liberté, est l’hypothèse que les internationalistes sont en quelque sorte consacrés aux intérêts américains. L’idée que les mondialistes aient une loyauté quelconque pour quelque gouvernement souverain est une notion ridicule. Les Fabiens détestent les séparation entre les nations souveraines (autant qu’ils détestent les libertés individuelles), et ils cherchent à détruire finalement toutes ces limites pour l’amour d’un édifice financier-politique mondial unique.

Mais les élites ne peuvent pas simplement tuer le dollar et le remplacer purement et simplement. Ils ont besoin d’un tour de magie, un hologramme de fumée et de miroirs, un assistant sexy en maillot de bain et des feux d’artifice à gogo pendant qu’ils tireront du chapeau leur panier de DTS comme réserve mondiale. Le faux paradigme Est / Ouest est la distraction parfaite. Quelle meilleure façon de détruire le dollar et d’évoquer une nouvelle monnaie de réserve mondiale que d’opposer un bloc de nations que vous dominez contre l’autre bloc de nations que vous dominez aussi et blâmer la «barbarie du nationalisme souverain» pour la catastrophe économique qui en résultera, nationalisme qui est vous prévoyez aussi effacer en temps voulu ?

Les élites se préparent pour cet événement, et ils ne se contentent pas seulement de la déclencher puis de s’asseoir pour regarder. Ils espèrent également construire une nouvelle image d’eux-mêmes comme les prophètes qui ont tenté d’avertir le monde – les «sages» financiers qui seraient nos sauveteurs.
Les criminels viennent en pleine lumière, et ils portent des masques de sauveurs.

  • Alan Greenspan est maintenant tout à coup un ardent promoteur de la prudence économique, avertissant que « quelque chose de grand … un événement de marché significatif … » est sur le point de se produire, et que l’or est maintenant un bon investissement par opposition au dollar.
  • Janet Yellen a ouvertement reconnu que l’argent n’est pas un moyen efficace de stockage de la valeur.
  • Jamie Dimon se met à faire des pronostics, affirmant qu’une autre crise financière est à venir.
  • Le FMI avertit désormais fermement sur les « risques du shadow banking » apportant la catastrophe à l’environnement économique.
  • La Banque mondiale a été assez poli pour avertir le public que « le moment est venu de se préparer à la prochaine crise ».
  • La BRI produit maintenant des déclarations sur une base régulière pour prédire un éventuelle « renversement violent des marchés mondiaux », tout comme elle a commodément alerté le public de la possibilité d’un effondrement du crédit en 2007 juste avant la crise des produits dérivés.

Littéralement tous les élites et les piliers de bar discutent maintenant publiquement du danger d’un autre effondrement des marchés. C’est un renversement plutôt frappant quant il y a quelques années, la reprise était le tube des médias mainstream, que Bernanke était un héros, et la relance par la monnaie était la fontaine de jouvence. Comment pourraient-ils savoir qu’un tel événement vient? Ils ont construit les conditions par lesquelles un effondrement est inévitable, et maintenant ils veulent se purifier dans les eaux du lac Minnetonka et absoudre leurs institutions de toute la laideur a venir.

Je tiens à souligner, cependant, que les avertissements des banquier sur la volatilité et de la crise sont généralement donnés trop tard pour que la moyenne des gens puisse agir en conséquence. Je tiens également à souligner que le chœur croissant des voix mainstream prédisant une déstabilisation tendent également à marginaliser et à isoler les États-Unis et la Réserve fédérale comme la cause principale du problème. Les États-Unis ne sont rien d’autre qu’une vitrine pour les activités élitistes. Et la Réserve fédérale est un tentacule qui peut être sacrifiée si cela signifie la réalisation de la centralisation totale. Tous les signes et les preuves annoncent ce que le FMI appelle la « grande réinitialisation économique mondiale« . Les plans pour cette réinitialisation ne comprennent pas la prospérité des États-Unis ou un dollar florissante.

Brandon Smith | 16 avril 2015
Article original : www.altmarket.com
(*) Voir les 4 articles précédents:

Source: versouvaton.blogspot.fr/