USA

USA

EN RAISON DE L’ETAT PITOYABLE DE LEURS NAVIRES DE TRANSPORT LES USA RISQUENT UNE DÉFAITE LORS D’UN CONFLIT MILITAIRE EN EURASIE

Le roulier USNS Pililaau

Forbes nomme le maillon faible de l’US Navy en cas de guerre

© CC BY 2.0 / The U.S. Army/Sgt. Stephen Proctor

INTERNATIONAL

URL courte

14291

S'abonner

Les États-Unis risquent d’essuyer une défaite lors d’un éventuel conflit militaire en Eurasie en raison de l’état pitoyable de leurs navires de transport, estime le magazine Forbes.

Les 65 rouliers de l’US Navy sont vétustes et seuls 40% d’entre eux sont prêts à accomplir des missions, ce qui pourrait conduire à une défaite des États-Unis si une guerre commence en Eurasie, estime Forbes.

«Les États-Unis pourraient perdre une guerre en Eurasie par faute de transport maritime en temps opportun […]. Certains navires sont si vieux qu'il devient difficile de trouver des marins certifiés pour faire fonctionner leurs systèmes de propulsion à vapeur. Un récent exercice a révélé que seuls deux navires de transport sur cinq étaient prêts à prendre la mer et à accomplir l'ensemble des missions requises», affirme Forbes.

Défi logistique d’une guerre à l’autre bout du monde

Dans le même temps, le magazine rappelle que les opérations militaires actuellement du Pentagone se déroulent loin des côtes américaines. Cela implique le transfert d’effectifs, de matériels et d’équipements sur des milliers de kilomètres, alors que «les ennemis de l'Amérique combattent généralement près de chez eux», selon Forbes.

 

Un F/A-18 lors de son atterrissage

© AP PHOTO / KIM HONG-JI

Les pilotes de la Marine US n’auraient pas les compétences nécessaires face aux Russes, selon le National Interest

Comme la plupart des armes et équipements sont trop lourds pour être transportés par avion, près de 90% de ces livraisons doivent donc être effectuées par la mer.

 

Le commandement des Navy SEALs, forces spéciales de la Marine, essaie de remédier à la situation en maintenant une quinzaine de navires chargés d’équipements près des zones de guerre probables. En cas de conflit, la Marine pourrait aussi exploiter des cargos civils, mais cela ne permettra pas de réapprovisionner vite les troupes si une guerre éclate, note le magazine.

Les adversaires potentiels au courant du problème de l’US Navy?

Selon Forbes, les «ennemis de l’Amérique» connaissent bien ce point faible de la Marine des États-Unis:

«La Russie a récemment commencé à organiser des exercices de sous-marins dans l’Atlantique ce qui permet de supposer qu’en cas de conflit entre l’est et l’ouest, tous les rouliers ne pourront pas atteindre leurs destinations

Le magazine appelle le Congrès à lancer la modernisation des rouliers destinés aux missions militaires et à acheter de nouveaux navires, sinon les États-Unis ne seront pas prêts pour les «situations d’urgence qui se créeront inévitablement à l’étranger ces prochaines années».

https://fr.sputniknews.com/international/202001251042959730-forbes-nomme-le-maillon-faible-de-lus-navy-en-cas-de-guerre/


 

AUX USA, DETECTION D'UN PREMIER CAS DE CORONA VIRUS CHINOIS

Détection du premier cas d’infection au niveau Corona virus chinois aux USA

Par

Le Corona virus chinois gagne en virulence et a été détecté aux USA.

L’épidémie de pneumonies au Corona virus qui vient de se déclencher dans la province chinoise de Wuhan commence à s’étendre hors d’Asie.

Un premier cas de coronavirus de Wuhan vient d’être détecté ce mardi 12 janvier de l’autre côté du Pacifique, aux USA, selon « CNN » et le « New York Times ».

Ce premier cas aux Etats-unis concerne une personne dans l’Etat de Washington, près de Seattle, qui avait été hospitalisé la semaine passée après un récent voyage à Wuhan, la ville d’où est partie la contagion. Les résultats des tests ont été positifs au virus en question. Pour l’instant, des cas ont été signalés dans les pays suivants :

  • Chine (Wuhan, Pékin, Shangai, Shenzhen…)
  • Taïwan
  • Japon
  • Thaïlande
  • Corée du Sud
  • Etats-unis

Lundi soir, le bilan provisoire de l’épidémie était de  218 cas. Le virus a également été détecté en Corée du Sud chez une Chinoise arrivée dimanche par avion depuis Wuhan. Elle a été placée en quarantaine.

Le virus suscite des inquiétudes croissantes après le décès d’au moins six personnes depuis le début de l’épidémie et une augmentation significative du nombre de nouveaux cas à Wuhan (près de 140, le total atteignant désormais 198). Neuf patients sont dans un état critique.

https://www.tunisienumerique.com/detection-du-premier-cas-dinfection-au-niveau-corona-virus-chinois-aux-usa/


 

LE PARTI COMMUNISTE DES ETATS-UNIS ET LE MOUVEMENT OUVRIER : 100 ANS DE SOLIDARITÉ

Le Parti communiste des USA et le mouvement ouvrier : 100 ans de solidarité
PAR : PARTI COMMUNISTE USA| 10 JANVIER 2020
Le CPUSA et le mouvement ouvrier : 100 ans de solidarité
 

Malgré les défis que représentent le travail pour le socialisme, la paix et la justice sociale dans la première puissance impérialiste du monde, le Parti communiste des Etats-Unis a joué un rôle dynamique pendant 100 ans dans la croissance et les luttes du mouvement ouvrier de notre pays. Cet épisode des Classes marxistes est présenté par Carl Wood, compagnon électricien à la retraite et militant syndical.

Image : 1936 Grève assise de Flint

source :  http://www.cpusa.org/party_voices/the-cpusa-and-the-labor-movement-100-years-of-solidarity/

Tag(s) : #USA#Communiste


 

Partager cet article

APRES L'ASSASSINAT DE SOLEIMANI, REVENDIQUE PAR LES USA, CEUX DE POUTINE ET DE XI JINPING ?

http://french.presstv.com/Detail/2020/01/16/616331/Pompeo-Apres-Soleimani-Poutine-et-Xi-Jinping

E-Press du 16 janvier 2020

Thu Jan 16, 2020 12:39PM

Une affiche du martyr Qassem Soleimani lors d’un mémorial aux victimes de l'accident d'un avion ukrainien, à l'Université de Téhéran, le 14 janvier 2020. ©AFP

00:0007:17HD

SHARETwitterEmbed

CLOSED CAPTIONSNo subtitles

QUALITYAuto480p (244k)480p (444k)720p (844k)1080p (2244k)

Une affiche du martyr Qassem Soleimani lors d’un mémorial aux victimes de l'accident d'un avion ukrainien, à l'Université de Téhéran, le 14 janvier 2020. ©AFP

Regardez et téléchargez cette vidéo sur Urmedium.com 

Au sommaire :

1- Le secrétaire d'État américain a menacé la Russie du scénario iranien.

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a menacé la Russie et la Chine d’un scénario  comme celui qui a abouti à l’élimination du général iranien Qassem Soleimani, assurant que Washington était tout à fait disposé à prendre une telle mesure. 

Selon Mike Pompeo, la liquidation de Soleimani marque le début de la nouvelle stratégie américaine ayant pour objectif de dissuader ses adversaires. Et cela s'appliquera désormais non seulement à l'Iran, mais aussi à la Russie :

"Une plus grande stratégie" se cache derrière le meurtre de Soleimani, le commandant de la Force Qods, assure le secrétaire général américain.

"Le président Trump et ceux d'entre nous qui font parti de son équipe de sécurité nationale ont rétabli une stratégie dissuasive, et il s’agit d’une réelle dissuasion contre la République islamique d'Iran", a-t-il dit.

"Votre adversaire doit comprendre non seulement que vous avez la capacité d'infliger des pertes [matérielles et humaines] mais que vous êtes réellement disposé à le faire", a-t-il indiqué ajoutant que l'accord nucléaire iranien de 2015 dont Trump s'était retiré en 2018, avait enhardi Téhéran [..].

Pompeo a également souligné l'accroissement des exercices navals américains dans la mer de Chine méridionale en réponse à la militarisation des îles revendiquées par la Chine et l'imposition de droits de douane par Trump sur les importations chinoises comme deux aspects de la stratégie de dissuasion de l'administration. "Nous rétablissons la crédibilité de la dissuasion", a-t-il déclaré.

La Russie n’a pas tardé à répliquer à la déclaration de Pompeo, soulignant que de telles déclarations sont inacceptables et que la Russie ne se laissera pas impressionner:

"Laissez Pompeo accrocher une liste de menaces sur sa poitrine et marcher avec ça dans le département d'État. Ce n'est pas une conversation sérieuse, de telles choses ne fonctionnent pas avec la Russie. L'élimination de militaires russes de haut rang en Russie ou à l'étranger sera évidemment lourde de conséquence et sera l’élément déclencheur d'un conflit entre les puissances nucléaires. Washington sera assez sage pour éviter ça", cite le magazine Sight, citant le journaliste russe Igor Korotchenko.

Quant aux propos de Pompeo prétendant que les USA se considèrent actuellement en position de force sur l’Iran, il faut noter que la stratégie de "dissuasion réelle" - qui s'applique également à la Russie et à la Chine – dont se targue le secrétaire d'État américain - est en parfaite contradiction avec son affirmation précédente selon laquelle le général Iranien a été tué en raison d'une menace imminente pour les États-Unis.

Qassem Soleimani a été tué dans le cadre d'une stratégie plus large visant à contenir les défis des opposants américains, qui s'applique également à la Chine et à la Russie,  a déclaré lundi Mike Pompeo selon Reuters.

2- Nucléaire iranien: la troïka européenne - l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni - dans une situation sans issue

Les cosignataires européens de l’accord nucléaire - l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni - n’ont jamais fait rien de substantiel pour le bon fonctionnement du PGAC, a rappelé un autre interlocuteur de Sputnik, Hassan Mohammadi, spécialiste iranien de l'énergie nucléaire et rédacteur en chef du site Iranians National Hope.

"Les Européens se sont abstenus de réagir aux nouvelles sanctions américaines, en se rangeant ainsi du côté de Trump. C’est pourquoi le fait qu’ils veulent lancer ce mécanisme ne changera rien pour l’Iran. Les Européens n’ont jamais été sincèrement attachés à leurs propres engagements dans le cadre du Plan d'action global commun", a relevé l’expert.

3- Violence policière en France: open-bar à l’impunité ! 

Après plus d'une année de mobilisation sociale dans la rue en France, le bilan des blessés par les forces de l’ordre est lourd. Face aux images de violences relayées sur les réseaux sociaux, Emmanuel Macron et le gouvernement semblent enfin ouvrir les yeux. 

L’essayiste Philippe Pascot, auteur de Mensonges d’État (Éd. Max Milo) et fervent soutien des Gilets jaunes, revient la dessus.

http://french.presstv.com/Detail/2020/01/16/616331/Pompeo-Apres-Soleimani-Poutine-et-Xi-Jinping


 

PLUS DE LA MOITIE DES AMÉRICAINS DÉSAPPROUVENT LA POLITIQUE DE TRUMP A L’ÉGARD DE L'IRAN

Donald Trump

Une majorité d’Américains désapprouvent la politique de Trump à l’égard de l’Iran, selon un sondage

© AP Photo / Andrew Harnik

INTERNATIONAL

URL courte

5102

S'abonner

Plus de la moitié des Américains désapprouvent la façon dont Donald Trump gère la situation concernant l’Iran et se croient moins en sécurité après la frappe du Pentagone qui a tué le général iranien Qassem Soleimani à Bagdad, selon un sondage réalisé par Ipsos et la chaîne de télévision ABC News.

Au moins 56% des Américains affirment être contre les actions de Washington à l’égard de l’Iran, a annoncé l’entreprise Ipsos qui avait organisé un sondage à ce sujet avec la chaîne de télévision américaine ABC News les 10-11 janvier.

Dans le même temps, 43% des personnes approuvent la politique de Donald Trump dans ce domaine.

Sécurité aux États-Unis après le meurtre du général iranien

52% des personnes interrogées déclarent que la frappe du Pentagone à Bagdad, qui s’est terminée par la mort du chef de la Force iranienne Al-Qods, Qassem Soleimani, a entraîné une baisse du niveau de sécurité aux États-Unis, selon Ipsos.

 

Washington Post

© AP PHOTO / PABLO MARTINEZ MONSIVAIS

Le jour où les USA ont tué Soleimani, ils auraient aussi visé un autre haut responsable iranien

Un quart des sondés estiment toutefois être plus en sécurité après la mort du général iranien, alors que 22% croient que l’opération spéciale décidée par Donald Trump n’aurait aucun effet sur la situation aux États-Unis.

 

Une guerre à grande échelle contre l’Iran?

Au moins 41% des personnes se sont dites plutôt préoccupées par la possibilité d’une guerre à grande échelle contre l'Iran.

32% des sondés redoutent un conflit avec Téhéran suite à l’aggravation des relations entre les deux pays.

Mais ce risque ne préoccupe presque pas 20% des Américains, et pour 7%, ce n’est pas un problème du tout.

Selon Ipsos, le sondage a été réalisé auprès de 525 adultes, en anglais et en espagnol. La marge d’erreur statistique ne dépasse pas 4,8%.

https://fr.sputniknews.com/international/202001121042892345-une-majorite-damericains-desapprouvent-la-politique-de-trump-a-legard-de-liran-selon-un-sondage/


 

AUX ETATS-UNIS, DES VOIX S’ÉLÈVENT CONTRE LA POLITIQUE ANTI-CUBAINE DE L'ADMINISTRATION TRUMP

 

La Havane, 11 jan. (RHC).- Kathy Castor, élue démocrate au Congrès des Etats-Unis a dénoncé les dommages que cause aussi bien aux familles cubaines que nord-américaines la politique de l’administration Trump à l’égard de Cuba.

Peu après l’annonce de nouvelles restrictions des vols sur notre pays, Kathy Castor a réagi sur Twitter. «Qui se verra affecté par cela? Familles, mères, pères, sœurs, frères, fils, filles. L’administration Trump est en train de blesser la Floride et les familles cubano-américaines… de nouveau»

Mike Pompeo a en effet annoncé ce vendredi la suspension des vols charters publics entre les Etats-Unis et Cuba, à l’exception de l’aéroport international José Marti de La Havane.

En plus de cette mesure qui entrera en vigueur dans un délai de 60 jours, Mike Pompeo a annoncé la restriction du nombre de vols charters sur la capitale du pays.

Les vols commerciaux réguliers entre les Etats-Unis entre 9 aéroports de provinces cubaines sont suspendus depuis le 10 décembre dernier, une décision qui avait soulevé une vague de critiques.

De son côté, Ben Rodhes, ex-conseiller adjoint pour la sécurité nationale des Etats-Unis sous le mandat de Barack Obama, a signalé que la restriction des vols charters sur Cuba «nuira au peuple cubain et aux familles cubano-américaines et empêchera que les Étasuniens voyagent là où ils veulent de rendre».

La décision annoncée vendredi par le secrétaire d’État nord-américain à l’encontre de Cuba a        également été critiquée par des journalistes dont Mary Murray, de la chaîne de télévision NBC News.

«Nous devrions œuvrer pour réconcilier la famille cubaine non pour maintenir les familles séparées » a-t-elle souligné sur Twitter.

De son côté, José Ramón Cabañas, ambassadeur de Cuba aux Etats-Unis a tweeté : «Les Etats-Unis restreignent davantage les voyages aériens à Cuba. Le fait est que plus de visiteurs utiliseront les vols intérieurs de la compagnie aérienne Cubana ou d’autres compagnies de l’île pour le transport local »

D’après le diplomate, le grand but de cette mesure est de limiter le nombre de personnes qui voient de leurs propres yeux la réalité de la plus grande des Antilles.

 

Source : Prensa Latina.

Edité par Francisco Rodríguez Aranega
source :  http://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/211635-des-voix-s%E2%80%99elevent-aux-etats-unis-contre-la-politique-anti-cubaine-de-l%E2%80%99administration-trump


 

L’OTAN, BRAS ARME DE IMPÉRIALISME US, D’ACCORD AVEC TRUMP POUR QUE LES ALLIES S’IMPLIQUENT DAVANTAGE AU MOYEN-ORIENT

L’Otan d’accord avec Trump pour que les Alliés s’impliquent «davantage» au Moyen-Orient

 Depuis 2 heures  9 janvier 2020

otan

 Irak - Monde arabe

 

Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, a convenu mercredi lors d’un entretien téléphonique avec Donald Trump que les Alliés pourraient «contribuer davantage» au Moyen-Orient, comme le réclame le Président américain, selon l’AFP.

Lors de cet appel, M. Trump «a demandé» à M. Stoltenberg une plus grande implication de l’Otan dans la région et les deux hommes se sont accordés sur le fait «que l’Otan pourrait contribuer davantage à la stabilité régionale», selon un communiqué de l’Alliance.

«Ils ont également décidé de rester en contact étroit sur cette question», est-il précisé.

Dans une allocution solennelle depuis la Maison-Blanche avant cet échange, le Président américain avait demandé mercredi à l’Otan de s’impliquer «beaucoup plus» dans la région, où les tensions s’accroissent.

L’Iran a tiré dans la nuit de mardi à mercredi des missiles sur des bases abritant des soldats américains en Irak, en représailles à l’élimination par Washington du général Qassem Soleimani à Bagdad. Au total, 22 missiles sol-sol se sont abattus sur les bases d’Aïn al-Assad (ouest) et Erbil (nord), où sont stationnés certains des 5.200 soldats américains déployés en Irak.

M. Trump a depuis joué la carte de l’apaisement annonçant l’imposition immédiate de nouvelles sanctions économiques contre la République islamique, mais pas de réponse militaire, éloignant, pour l’heure, le spectre d’une escalade régionale, voire d’une guerre ouverte entre Washington et Téhéran.

L’Otan a condamné dans l’après-midi ces tirs de missiles iraniens, et a réitéré son appel à la retenue.
«L’Otan exhorte l’Iran à s’abstenir de toute nouvelle violence», a affirmé Jens Stoltenberg sur Twitter.

En raison des tensions croissantes dans la région, l’Alliance a suspendu samedi dernier ses opérations d’entraînement de l’armée irakienne. Et mardi, l’organisation a annoncé qu’une partie du personnel qui y est stationné serait temporairement transféré à l’étranger pour des raisons de sécurité.

Depuis octobre 2018, l’Alliance entraînait les forces irakiennes à la demande de Bagdad pour empêcher le retour de Daech.

Source: Sputnik

http://french.almanar.com.lb/1612272


 

LE SÉNAT US VIENT DE VOTER POUR UNE TROISIÈME GUERRE MONDIALE

Le Sénat des États-Unis vient de voter pour une Troisième Guerre Mondiale

PARTAGER SUR:FacebookTwitter Linked In

Email

 

par Drago Bosnic.

Le Congrès US a adopté un projet de défense pour 2020 qui comprend de nouvelles sanctions contre les entrepreneurs qui aident à construire le gazoduc Nord Stream 2 de Gazprom, dans le but d’en empêcher l’achèvement toujours attendu cette année.

Le Sénat US a voté un budget de défense de 738 milliards de dollars, qui comprend des sanctions sur le gazoduc Nord Stream 2 et une assistance militaire à l’Ukraine, selon les résultats du vote, a rapporté Sputnik. Le vote du Sénat contrôlé par les Républicains a été de 61 voix contre 6 en faveur de la Loi d’Autorisation de la Défense Nationale (NDAA).

Cette loi prévoit des sanctions obligatoires sur Nord Stream 2 et Turkstream et interdit la coopération militaire avec la Russie. Le projet de loi sanctionne également la Turquie pour son acquisition de systèmes de défense aérienne russes S-400 et interdit le transfert de jets F-35 vers le pays.

Le projet de loi crée également une sixième branche de l’armée US, la Force de l’Espace, et prévoit 71,5 milliards de dollars pour les guerres étrangères en cours ou « opérations de contingence à l’étranger ». Le projet de loi exige en outre que des rapports soient fournis sur la menace posée par la Chine et ses relations militaires avec la Russie, proclamant également que le Congrès soutient Hong Kong sans équivoque.

Le projet de loi comprend également une disposition visant à imposer des sanctions aux troupes du gouvernement syrien pour des crimes de guerre présumés commis pendant le conflit du pays. Le budget de la défense pour 2020 a déjà été adopté par la Chambre basse du Congrès, et après l’approbation du Sénat, le document devrait être signé par le Président Donald Trump.

Il a déjà déclaré qu’il est prêt à signer immédiatement le document. Le budget de la défense comprendrait des fonds pour « contrer la Russie » dans divers domaines, des sanctions contre Nord Stream 2, ainsi que l’allocation de 300 millions de dollars pour « aider l’Ukraine ».

L’opérateur du projet de gazoduc Nord Stream 2, Nord Stream 2 AG, a annoncé plus tôt dans la journée, qu’il prévoyait d’achever le gazoduc en quelques mois, mais n’avait pas l’intention de spéculer sur la date d’achèvement.

Auparavant, le tabloïd Bild avait rapporté, en référence à un document interne du ministère allemand des affaires économiques et de l’énergie, que Berlin s’attendait à ce que Nord Stream 2 soit achevé dans les 30 jours afin d’éviter les sanctions US.

La semaine dernière, le Ministre russe des Affaires Étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré dans une conférence de presse après avoir rencontré Trump que les sanctions US n’entraveraient pas la construction du projet de gazoduc Nord Stream 2. Nord Stream 2 est une entreprise commune entre Gazprom et cinq sociétés européennes : ENGIE en France, OMV en Autriche, Royal Dutch Shell au Royaume-Uni et aux Pays-Bas, et Uniper et Wintershall en Allemagne.

Le gazoduc, long de 1200 km, transportera jusqu’à 55 milliards de mètres cubes de gaz par an de la Russie vers l’Allemagne, en passant par les eaux territoriales ou les Zones Économiques Exclusives du Danemark, de la Finlande, de l’Allemagne, de la Russie et de la Suède.

L’Allemagne s’est faite la championne de ce gazoduc depuis le début du projet, malgré la forte opposition de Washington. Fin mai, la chancelière Angela Merkel a réitéré son soutien au projet Nord Stream 2 lors d’une conférence de la Fédération des Industries Allemandes, déclarant que le gazoduc est une nécessité pour l’Allemagne compte tenu de ses aspirations à renoncer à l’énergie nucléaire et au charbon.

Les États-Unis ont menacé de sanctions toutes les personnes impliquées tout en promouvant leur propre gaz naturel liquéfié sur le marché européen. L’Ukraine s’oppose aussi activement au Nord Stream 2, craignant de perdre les revenus du transit du gaz russe. La Russie a déclaré à plusieurs reprises que le projet est strictement commercial et compétitif et qu’il n’implique pas l’annulation du transit du gaz russe via l’Ukraine vers l’UE.

source : US Senate Just Voted for Potential WW3

traduit par Réseau International

https://reseauinternational.net/le-senat-des-etats-unis-vient-de-voter-pour-une-troisieme-guerre-mondiale/


 

LE BUDGET MILITAIRE US EST EQUIVALENT A CELUI DE TOUS LES AUTRES PAYS DU MONDE RÉUNIS

Des militaires US

Le budget militaire US pour 2020 est «comparable» à celui de tous les autres pays du monde réunis

© Sputnik . David Hizanichvili

INTERNATIONAL

URL courte

16352

S'abonner

Le budget de la Défense 2020 approuvé par le Président américain est 16 fois plus important que celui de la Russie, a annoncé le 24 décembre le ministre de la Défense Sergueï Choïgou lors d’une session de son ministère. Les 738 milliards alloués par les USA équivalent presque au budget militaire de tous les autres pays du monde cumulés.

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a comparé le budget de la Défense 2020 des États-Unis à celui des autres pays, dont la Russie.

«Le budget militaire des États-Unis en 2020 s’élève pour la première fois à presque 750 milliards de dollars. C’est comparable au budget militaire annuel cumulé de tous les pays du monde et [il est, ndlr] 16 fois plus que celui de la Russie», a indiqué M.Choïgou le 24 décembre au cours d’une session au sein du ministère russe de la Défense.

Le ministre a également souligné que le budget de la Défense russe chutera à la 9e place, tandis qu’en 2019 il occupait la 8e.

Montant record

 

Su-35

© SPUTNIK . ALEXEY KUDENKO

Le budget de la Défense US pourrait pousser Ankara à acheter des Sukhoi russes

Le 20 décembre, Donald Trump a signé une loi sur le budget de Défense américain pour l’année fiscale 2020. Il a ainsi approuvé un montant de 738 milliards de dollars. En 2019, celui-ci était de 716 milliards de dollars.

 

Le document consacre entre autres un article spécial sur la nécessité de faire face à la Russie, à la Chine et à d’autres menaces. Ainsi, la loi impose des sanctions contre les gazoducs Nord Stream 2 et Turkish Stream, et interdit la livraison de chasseurs F-35 à la Turquie en raison de l’achat par Ankara de systèmes antiaériens russes S-400. Enfin, elle débloque l’octroi de 300 millions de dollars d’aide militaire à l’Ukraine.

https://fr.sputniknews.com/international/201912241042652377-le-budget-militaire-us-pour-2020-est-comparable-a-celui-de-tous-les-autres-pays-du-monde-reunis/


 

LES FUTURES GUERRES LANCÉES PAR LES USA ATTEINDRONT LES BASES MILITAIRES US Y COMPRIS CELLES SITUÉES SUR LE SOL AMÉRICAIN

Foreign Policy : les futures guerres lancées par Washington s’étendront jusqu’aux USA

Wed Nov 27, 2019 6:9PM

Le 9M729 est l'un des plus récents missiles de croisière de la Russie. ©Reuters

Le 9M729 est l'un des plus récents missiles de croisière de la Russie. ©Reuters

Les progrès réalisés en matière des équipements militaires ont fait accéder la Chine et la Russie à de nouvelles technologies susceptibles de détruire les bases militaires et les réseaux logistiques de l’Amérique, même ceux se trouvant sur le sol américain.  

Au cours de la majeure partie de son histoire, les États-Unis ont eu le luxe de mener leurs guerres dans des zones sûres ; c’est-à-dire dans des contrées lointaines, vient d’écrire Foreign Policy qui explique que depuis plus de deux siècles, aucune bataille internationale majeure n’a eu lieu sur le territoire américain et pas plus dans son voisinage et que même le bombardement du Pearl Harbor par le Japon pendant la Seconde Guerre mondiale s’est fait loin du sol des États-Unis. Le journal ajoute qu’au cours des dernières décennies, même les bases américaines installées dans d’autres États n’ont été que très peu confrontées à des menaces.

« Cette grande immunité a permis un mode particulier de guerre pour l’Amérique impliquant des assauts massifs lancés depuis des sanctuaires presque inatteignables. Lors des récentes guerres en Afghanistan, en Irak, en Libye et en Serbie par exemple, l’armée américaine a utilisé des bases sécurisées et des réseaux logistiques s’étendant du centre des États-Unis aux frontières de l’ennemi. Dans ces vastes espaces sécurisés, les militaires ont pu mener leurs batailles de manière stratégique et organiser des frappes aériennes et aux missiles avec une grande efficacité. En conséquence, les résultats des guerres immédiates ou leurs conséquences n’ont jamais été mis en doute ».

Toutefois, précise l’auteur de l’article de Foreign Policy : « Dans les guerres futures, les nouvelles technologies pourraient permettre à de grandes puissances rivales, telles que la Chine et la Russie, de mener des attaques précises et dévastatrices sur les bases militaires et les réseaux logistiques américains, y compris ceux situés aux États-Unis. Ceci est rendu possible grâce aux progrès réalisés dans les domaines de l’aérospatiale, de la robotique, de l’apprentissage automatique, de l’impression 3D et des nanomatériaux créant de nouvelles classes de missiles et des drones mortels qui peuvent être lancés de manière discrète, parcourir de grandes distances et supporter des forces massives, le tout pour une fraction du coût des technologies traditionnelles ».

Le journaliste étaie son raisonnement de la sorte :

« Les nouveaux missiles hypersoniques, par exemple, associent la vitesse et la portée des missiles balistiques à la maniabilité et à la précision des missiles de croisière. Les véhicules aériens sans pilote (drones) et les planeurs sous-marins ont atteint une portée transocéanique. Les algorithmes peuvent coordonner des essaims de plus de 1000 drones. Les imprimantes 3D au carbone peuvent produire 1 000 corps de drones par jour pour moins de 10 dollars par copie et les nanomatériaux peuvent équiper les drones d’ogives deux fois plus puissantes que les explosifs classiques.

La diffusion de ces technologies rendra le mode de guerre actuel des États-Unis obsolète. Armées de vastes arsenaux de missiles à longue portée et de drones armés, la Chine et la Russie sont de plus en plus capables d’ignorer le sanctuaire militaire américain. Au cours des époques technologiques précédentes, une frappe des bases américaines nécessitait des raids audacieux, généralement trop petits et sporadiques pour contrecarrer la puissance de combat américaine ou alors des tirs de missiles nucléaires susceptibles de déclencher des représailles massives. Maintenant, la Chine et la Russie peuvent envoyer des hordes de missiles conventionnels et de drones pour saccager les réseaux américains, détruisant les plates-formes d’armes américaines, coupant les liaisons de communication américaines et éliminant les dépôts de carburant et de munitions essentiels ».

Et selon Foreign Policy, les Américains ne pourront pas faire face à de telles attaques : « L’armée américaine aurait du mal à réagir rapidement à de telles attaques, car elle n’y est pas préparée. La plupart des bases n’ont que peu, voire pas du tout, de systèmes de défense antimissile et d’abris renforcés. Les avions de combat et les navires de guerre sont souvent garés à découvert, côte à côte. Les communications entre les centres de commandement et les soldats sur le terrain reposent largement sur les satellites qui suivent des orbites prévisibles... La force logistique américaine comprend principalement des navires à vapeur non armés dont la plupart doivent être mis hors service d’ici 15 ans. Les navires de guerre et les sous-marins américains ne peuvent pas être rechargés en mer. Ils doivent donc faire la navette entre le théâtre de guerre et une poignée de navires, passant sur les des ports se trouvant sur le sol américain et ceux se trouvant sur les territoires des alliés américains ». 

Par ailleurs, l’armée américaine dépend de plus en plus des systèmes militaires qui ont besoin de bases militaires sécurisées et de réseaux logistiques pour contrer les capacités anti-accès de la Chine et de la Russie (A2/AD), ce qui aggrave encore davantage la situation pour les États-Unis. Par exemple, les États-Unis utilisent le B-21 qui n’est pas encore opérationnel et ce, alors même que la Russie et la Chine sont déjà capables de détruire ce système aérien.

Guerre anti-Iran: ce qui attend les USA!

Guerre anti-Iran: ce qui attend les USA!

6 400 milliards de dollars et plus de 800 000 morts, voici le coût de la soi-disant lutte anti-terroriste des États-Unis.

http://french.presstv.com/Detail/2019/11/27/612280/LAmrique-devra-bientt-se-battre-sur-son-propre-sol