USA

USA

LE TIME MAGAZINE REVELE QUE LA MARINE US VA CREER DES CENTRES DE RETENTION AUX USA POUR DES MILLIERS DE MIGRANTS

Le Pentagone va héberger les migrants dans des bases éloignées

Sat Jun 23, 2018 4:40PM

Des personnes détenues à la frontière américaine, dans des cages dans un établissement de McAllen, au Texas. ©Telegraph.co.uk

Des personnes détenues à la frontière américaine, dans des cages dans un établissement de McAllen, au Texas. ©Telegraph.co.uk

L’US Navy élabore des plans pour héberger des dizaines de milliers d’immigrants dans des bases éloignées des grandes villes.

Donald Trump a été confronté à des jours d’indignation contre la politique de « tolérance zéro » qui a vu des milliers d’enfants séparés de leurs parents avant de reculer et de signer un décret visant à garder les familles unies.

Le Time Magazine vient de révéler un document interne de la marine américaine qui va mettre en place de nouveaux centres de rétention aux États-Unis. Ce sont principalement des bases aériennes désaffectées qui devraient être utilisées. Il s’agit de pouvoir y détenir des dizaines de milliers de migrants supplémentaires à court terme.

Ce document est une réponse à la demande de l’administration Trump, qui a réclamé la mise à disposition de tout bâtiment pouvant être utilisé pour loger des migrants. En cas de manque de bâtiments, des tentes dites « temporaires » seront installées sur d’anciennes pistes d’atterrissage, selon Washington.

PressTV-Nouvelle concession US à Israël

Après leur échec de faire retirer le dossier israélien de l’ordre du jour du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, les États-Unis ont annoncé leur départ du CDH.

Dans ce document révélé par le magazine Time, l’US Navy envisage de construire un camp pour 47 000 personnes près de San Francisco et un autre pouvant abriter le même nombre de personnes dans le sud de la Californie. D’autres États sont également concernés : l’Arizona ou encore l’Alabama.

Le lieutenant-colonel Jamie Davis, un porte-parole du Pentagone, a déclaré : « Le département de la Défense mène une planification prudente et cherche des installations du DoD dans tout le pays si le département de la sécurité intérieure demande de l’aide pour loger des immigrants illégaux. »

Pour l’instant, ce document interne n’aurait pas été validé, selon le Pentagone. Mais dès qu’une demande officielle sera effectuée, il pourra être rapidement mis en œuvre. Des camps qui serviront à la fois à héberger des familles de migrants, mais également des mineurs entrés sur le territoire américain sans être accompagnés. Ceux-ci seraient 20 000 à l’heure actuelle, un chiffre qui ne cesse d’augmenter, martèle la Maison-Blanche.

PressTV-Ce qui se cache derrière les plans nazis de Trump

La Maison-Blanche a toujours défendu la politique de « tolérance zéro ».

http://www.presstv.com/DetailFr/2018/06/23/565864/USA-Pentagone-migrants-bases-militaires-Trump


MALGRE LE REFUS DU SENAT US, LA TURQUIE RECEVRA SES PREMIERS F-35 DES LE 21 JUIN

F-35

La date de la fourniture des premiers F-35 à Ankara désormais connue

CC BY-SA 2.0 / Tomás Del Coro / 12-5053 Lockheed F-35 Lightning ll AF-64

DÉFENSE

URL courte

967

Malgré la décision du Sénat américain de retirer la Turquie du programme de mise au point des chasseurs F-35, Ankara recevra ses premiers avions dès le 21 juin, selon le chef de la diplomatie turque.

La Turquie recevra ses premiers F-35 dès le 21 juin malgré les protestations du Congrès américain, a déclaré mercredi le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu.

 

Lockheed Martin F-35 Lightning II

© AP PHOTO / NORTHROP GRUMMAN

Les États-Unis privent la Turquie de leurs F-35 suite à l'achat de S-400 russes

Lockheed Martin Corporation, qui fabrique les avions F-35, a confirmé sa disposition à livrer les premiers chasseurs à Ankara le 21 juin. Au total, la Turquie souhaite acheter 100 avions de ce modèle.

 

Le Sénat des États-Unis a approuvé une variante du budget de la Défense pour 2019 qui prévoit l'arrêt de la participation de la Turquie au programme de production et d'utilisation du chasseur américain de cinquième génération F-35.

 

Recep Tayyip Erdogan

© SPUTNIK . ALEKSEÏ DROUJININE

Erdogan aurait proposé à Poutine de produire en commun des S-500

La semaine dernière, le ministre turc de la Défense, Nurettin Canikli, a qualifié de chantage l'exigence de Washington de renoncer à l'achat de systèmes de missile russes S-400 pour qu'Ankara puisse acheter des F-35. 800 millions de dollars ont déjà été virés aux États-Unis comme paiement pour les chasseurs, selon lui.

 

Mardi, le Premier ministre turc Binali Yildirim a déclaré que la Turquie allait trouver des alternatives suite à la décision du Sénat de suspendre la participation turque au programme de fabrication des chasseurs F-35.

https://fr.sputniknews.com/defense/201806201036871085-f35-turquie-usa/


 

LES USA SE RETIRENT DU CONSEIL DES DROITS DE L'HOMME DE L'ONU. AINSI, ILS VONT POUVOIR MULTIPLIER LEURS CRIMES DE GUERRE

Urgent

Les USA se retirent du Conseil des droits de l'Homme de l'Onu

© Sputnik .

INTERNATIONAL

URL courte

322

Les États-Unis ont annoncé leur retrait du Conseil des droits de l'Homme de l'Onu. Selon la représentante permanente des États-Unis à l’Onu Nikki Haley, Washington poursuivrait la lutte pour les droits de l’homme en dehors du conseil.

Les États-Unis se retirent du Conseil des droits de l'Homme (CDH) des Nations unies basé à Genève qui «sape leurs intérêts nationaux», d’après le secrétaire d’État Mike Pompeo.

Le retrait a été annoncé par le secrétaire d’État Mike Pompeo et l’ambassadrice américaine à l’Onu, Nikki Haley.

Selon Mme Haley, Washington poursuivrait la lutte pour les droits de l’homme en dehors du conseil.

De son côté, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a déclaré que le Conseil des droits de l'Homme de l'Onu ne défendait pas les droits de l'Homme, mais couvrait leur violation. Et de qualifier cette organisation d'«hypocrite».

Des représentants des autorités américaines ont plusieurs fois critiqué le Conseil. En 2017, Mme Haley a appelé à en exclure plusieurs membres. Le conseiller du Président américain pour la sécurité nationale John Bolton s’était prononcé contre la création de cette institution en 2006.

Détails à suivre 

https://fr.sputniknews.com/international/201806191036869838-usa-onu-droits-conseil/



 

LA RUSSIE REAGIT A L'ANNONCE DE LA CREATION DE LA FORCE ARMEE SPATIALE US

Image d'illustration

Moscou réagit à l’annonce de la création de la Force armée spatiale US

CC0 / qimono

INTERNATIONAL

URL courte

15929

Le projet américain de créer une Force armée spatiale risque de mettre la sécurité mondiale en péril, considère un sénateur russe qui rappelle que les États-Unis dérogent régulièrement aux accords et peuvent le faire avec le traité d'interdiction des armes nucléaires dans l’espace.

Si en créant leur Force armée spatiale, dont le projet a été annoncé lundi, les États-Unis violent le traité d'interdiction des armes nucléaires dans l’espace, la Russie en donnera une riposte rigoureuse, a déclaré dans un commentaire à Sputnik le sénateur Viktor Bondarev, président de la commission de la défense du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe).

«La militarisation de l’espace est une voie menant à la catastrophe. Certes, nous espérons que les élites politiques américaines ont encore des restes de conscience et de raison. Mais si les États-Unis se retirent du traité de 1967, interdisant les armes nucléaires dans l’espace, alors non seulement nous, mais aussi d’autres États y opposeront une réponse sévère», a-t-il déclaré.

Et d’ajouter que ce projet pouvait mettre en péril la sécurité et la stabilité internationales.

 

Espace

CC0 / PIXABAY/GUILLAUMEPREAT

Trump ordonne de former «immédiatement» la Force spatiale des USA

«Compte tenu du comportement américain dans toutes les autres sphères, le risque de dérogations flagrantes susceptibles de mettre en péril la sécurité et la stabilité internationales est majeur», a-t-il encore ajouté.

 

Le 18 juin, Donald Trump a ordonné au Pentagone de créer une Force spatiale en tant que nouvelle branche indépendante des Forces armées du pays. Selon ses dires, les États-Unis sont résolus à obtenir le leadership dans l’espace et n’envisagent pas de «traîner» derrière la Russie et la Chine.

https://fr.sputniknews.com/international/201806191036866218-russie-usa-force-spatiale/


 

LE PENTAGONE DEVOILE LE POINT FAIBLE DE LA DEFENSE US QUI NE PEUT FAIRE FACE AUX ARMEMENTS TRES SOPHISTIQUES RUSSES ET CHINOIS

Le Pentagone

Le Pentagone dévoile le point faible de la défense américaine

© AP Photo /

DÉFENSE

URL courte

9150

Le système de défense anti-missile américain n'est pas au niveau des menaces actuelles et ne peut pas faire efficacement face aux nouveaux types d'armements que mettent au point certains pays dont la Russie et la Chine, estime le général John Hyten, chef du commandement stratégique américain.

Les États-Unis doivent développer leur défense anti-missile compte tenu du fait que plusieurs pays continuent à élaborer des armements de plus en plus sophistiqués, écrit The National Interest citant le général, John Hyten, chef du commandement stratégique américain (STRATCOM).

Un hélicoptère US Black Hawk (image d'illustration)

© AFP 2018 MASSOUD HOSSAINI

Pentagone: les hélicoptères US Black Hawk inférieurs aux Mi-17 russes

 

«Des missiles prolifèrent et leur létalité s'accroît tandis que davantage de pays acquièrent un plus grand nombre de missiles et augment leur sophistication technique surtout pour contrer le système de défense antimissile américain», a-t-il déclaré.

Le général croit que le danger des missiles modernes est si grand que les tentatives actives pour les intercepter ne suffisent plus. Il a noté qu'après l'effondrement de l'Union soviétique, il n'y avait personne pour s'opposer aux États-Unis, mais aujourd'hui Washington ne devrait pas ignorer le potentiel militaire accru des autres pays.

«Nous ne pouvons pas réussir en investissant uniquement dans des capacités de défense antimissile actives. Nous devons renforcer et intégrer tous les piliers de la défense antimissile, y compris la capacité à vaincre les missiles adversaires avant leur lancement», a ajouté le général.

https://fr.sputniknews.com/defense/201806181036851320-pentagone-point-faible-defense-americaine/


 

APRES 40 ANS D'INCARCERATION, DEBBIE AFRICA ENFIN LIBRE !

Debbie AFRICA enfin libre !

 

Après 40 ans d'incarcération, Debbie AFRICA a quitté hier matin la prison de Cambridge Springs (Pennsylvanie) ... A l'heure où cette merveilleuse nouvelle nous est parvenue, Debbie était en route avec son fils Mike (né en prison) pour rejoindre sa famille à Philadelphie. 

Debbie est la première des 9 membres de la communauté afro-américaine MOVE à être libérée. Une délégation française lui avait rendu visite en mars dernier. Notre pensée va à Janet et Janine avec qui elle a passé ces quatre decennies dans la même prison et qui se sont vues refuser récemment toute libération conditionnelle. Notre pensée va également aux autres prisonniers qui, comme Debbie, Janet et Janine ont été condamnés collectivement et sans preuve à une peine de 100 ans de prison pour un meurtre dont l'assassin n'a jamais été identifié. Deux d'entre eux sont déjà morts en prison (Merle et Phil AFRICA) dans des conditions plus que suspectes et quatre autres (dont le mari de Debbie) sont toujours incarcérés. Pour en savoir plus sur cette scandaleuse affaire criminelle, cliquez sur ce lien : http://mumiabujamal.com/v2/on-a-move/

Mumia Abu-Jamal doit être particulièrement heureux de cette libération car en sa qualité de journaliste il fut le premier à prendre fait et cause pour cette communauté avant même qu'il ne soit lui même confronté à l'incroyable injustice que l'on sait, au point d'être condamné à mort pour un crime qu'il n'a pas commis.

Cette très bonne nouvelle ne peut que donner plus de force à la mobilisation de tous ceux qui soutiennent ces hommes et ces femmes et exigent leur libération. C'est l'objectif des initiatives qui auront lieu à Philadelphie en août prochain pour marquer les 40 ans d'incarcération des MOVE. Le Collectif français "LIBERONS MUMIA" apportera sa contribution solidaire à ces manifestations.

 

 

En cas de difficultés pour accéder au lien de cette page :

 

mettre le lien en surbrillance, faites un clic droit, puis un clic gauche sur "Ouvrir le lien hypertexte"

 

ou "Ouvrir le lien dans une nouvelle fenêtre" ou encore "Accédez à"

 

 

    

COLLECTIF FRANÇAIS "LIBÉRONS MUMIA !"

rassemblant une centaine d'organisations et de collectivités publiques

MEMBRE DE LA COALITION MONDIALE CONTRE LA PEINE DE MORT

Courriel : contact@mumiabujamal.com

Site Web:  www.mumiabujamal.com


 

USA : EN SIX SEMAINES 1995 ENFANTS DE MIGRANTS SANS PAPIERS SEPARES DE LEURS PARENTS

USA: près de 2.000 enfants séparés de leurs parents sans papiers en six semaines

 Par AFP , publié le , mis à jour à 

 

Un groupe de migrants du Honduras et du Guatemala, accompagnés d'un volontaire d'une association, franchissent la frontière depuis le Mexique pour aller réclamer l'asile politique aux Etats-Unis, le 15 juin 2018

Un groupe de migrants du Honduras et du Guatemala, accompagnés d'un volontaire d'une association, franchissent la frontière depuis le Mexique pour aller réclamer l'asile politique aux Etats-Unis, le 15 juin 2018

 

afp.com/Herika Martinez

Washington - L'administration Trump a révélé pour la première fois vendredi l'impact de sa nouvelle politique de tolérance zéro à la frontière avec le Mexique, où 2.000 enfants ont été séparés depuis mi-avril de leurs parents arrêtés pour être entrés illégalement aux Etats-Unis.

"Cette administration a dit clairement que nous n'allions plus ignorer la loi", a justifié un responsable du ministère de la Sécurité intérieure en présentant ces chiffres alors que le scandale enfle aux Etats-Unis, provoquant le malaise jusque dans les rangs républicains et l'indignation des démocrates et de puissants dirigeants religieux. 

"C'est une politique immorale, atroce", a tonné vendredi sur Twitter l'influente sénatrice démocrate Dianne Feinstein.  

Entre le 19 avril et le 31 mai, 1.995 mineurs ont été séparés de 1.940 adultes interpellés et détenus par la police des frontières dans l'attente de poursuites, ont expliqué les ministères de la Sécurité intérieure et de la Justice lors d'une conférence téléphonique.  

ADVERTISING

adikteev

"Nous affichons parmi les plus hautes normes de détention du monde pour les enfants", ont-ils affirmé, pour défendre les conditions d'accueil des mineurs.  

Fuyant en majorité l'Amérique centrale et sa violence endémique, des familles de migrants sont séparées depuis au moins octobre 2017 aux Etats-Unis. Nombre d'entre elles étaient venues demander l'asile, d'après l'opposition démocrate qui dénonce depuis des jours le manque de transparence sur cette question.  

Mais le rythme s'est nettement accéléré depuis début mai, lorsque le ministre américain de la Justice, Jeff Sessions, a dit que tous les migrants passant illégalement la frontière seraient arrêtés, accompagnés de mineurs ou pas. Or les enfants ne peuvent être envoyés dans la prison où sont détenus leurs proches, martèle-t-il, ce qui conduit aux séparations.  

- Tentes pour enfants - 

Le réseau existant d'une centaine de centres de rétention pour mineurs, qu'ils aient tenté de franchir seuls la frontière ou aient été séparés de leurs parents, commence à être débordé.  

Beaucoup s'inquiètent de voir ces enfants traumatisés hébergés dans des centres sans un accompagnement pédiatrique adapté. 

Mais face aux rumeurs "particulièrement indignes" de séparation en douce, sans avertir les parents, ou de mères arrachées à leur bébé pendant qu'elles les allaitaient, les responsables du gouvernement se sont montrés catégoriques: elles "sont complètement fausses".  

Quelque 1.500 garçons d'entre 10 et 17 ans sont déjà logés dans un ancien supermarché au Texas. Et dans la chaleur étouffante à la frontière mexicaine, les autorités montent des tentes climatisées pour faire face à l'affluence de mineurs.  

Un "centre temporaire de rétention" avait été érigé en 2016 au même endroit, près d'un poste-frontière à une cinquantaine de kilomètres de la ville d'El Paso, sous la présidence du démocrate Barack Obama. Il servait à loger des familles de migrants mais sans les séparer.  

- Malaise - 

Cette fois, la Maison Blanche revendique ouvertement sa politique, admettant sans détour vouloir ainsi décourager les clandestins. Sous Barack Obama, accusent-ils, les mineurs seuls ou les familles étaient relâchés dans l'attente de leur comparution devant un juge, ce qui aurait créé un effet d'appel.  

Loin de rougir face au tollé, le président américain s'en sert pour réclamer une vaste réforme sur l'immigration qui patine depuis des mois au Congrès, en mettant la pression sur l'opposition. 

"Les démocrates forcent la séparation des familles à la frontière avec leur agenda législatif horrible et cruel", a-t-il encore lancé vendredi dans un tweet.  

Divisés dans leur majorité, les républicains semblent finalement prêts à présenter la semaine prochaine deux propositions de loi: l'une satisfaisant leur aile dure et l'autre, encore en élaboration, tentant de réconcilier modérés et conservateurs mais incluant les demandes de Donald Trump, notamment une enveloppe de 25 milliards de dollars pour construire un mur à la frontière.  

Ce texte comprendra un amendement s'assurant "que les mineurs accompagnés appréhendés à la frontière ne soient pas séparés de leurs parents", selon une source républicaine.  

En attendant, les élus républicains ne cachent pas leur malaise dans les couloirs du Capitole. Et plusieurs responsables religieux ont dénoncé publiquement cette politique, dont l'influent prédicateur évangéliste Franklin Graham, lien privilégié vers un électorat crucial pour Donald Trump.  

Mais avec ses déclarations vendredi, "l'administration ne montre aucun signe de vouloir se rétracter", analyse Tom Jawetz, responsable des questions d'immigration pour le groupe de réflexion Center for American Progress, marqué à gauche. 

https://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/usa-pres-de-2-000-enfants-separes-de-leurs-parents-sans-papiers-en-six-semaines_2017744.html


 

POURQUOI L'ARME NUCLEAIRE EST INUTILE AUX USA ?

Explosion d'une bombe nucléaire

Voici pourquoi l’arme nucléaire est inutile aux USA

© Fotolia / Kremldepall

INTERNATIONAL

URL courte

103

En cas d’hiver nucléaire, qui sera le résultat du recours à l’arme atomique, les Américains souffriront de famine, et ce même si aucun pays ne répondait à une éventuelle attaque des États-Unis, ont conclu des chercheurs US cités par Science Alert.

L'utilisation par les États-Unis de l'arme nucléaire provoquera la mort de millions d'Américains même si le pays ne recevait pas de frappe de riposte, ont conclu des chercheurs de l'Université du Michigan cités par Science Alert.

 

Les radiations de la bombe H pourraient atteindre tous les continents, selon le WWF

© AFP 2018 JUNG YEON-JE

Les radiations de la bombe H pourraient atteindre tous les continents, selon le WWF

Les experts ont modélisé différentes situations pour conclure que la théorie selon laquelle la victoire sera remportée même en cas de frappe de la part de l'ennemi est fausse. Pire, d'après les pronostics les plus optimistes, l'hiver nucléaire global qui en résultera causera d'énormes dégâts à l'ensemble de l'humanité, y compris aux habitants des États-Unis.

 

Des précipitations radioactives tomberont partout dans le monde. Les nuages de centres et de fumée consécutifs empêcheront les rayons du Soleil d'atteindre la surface de la Terre, ce qui entraînera la famine dans la plupart des pays.

 

la guerre nucléaire

© SPUTNIK . РИА НОВОСТИ

La fin du monde n’aura pas lieu? Mythes et réalités sur la guerre nucléaire

Si les États-Unis actionnent 7.000 ogives nucléaires, jusqu'à 5 millions d'Américains mourront de faim, ont calculé les chercheurs. Selon eux, seulement un nombre d'ogives ne dépassant pas 100 épargnerait les Américains d'être victimes de la famine et ne causerait pas de perturbations fatales dans la chaîne alimentaire aux États-Unis.

 

Les chercheurs notent que leurs chiffres sont plutôt conservateurs, ce qui représente potentiellement une sous-estimation sérieuse du nombre d'Américains qui pourraient mourir de faim en cas de guerre nucléaire.

https://fr.sputniknews.com/international/201806151036808260-usa-nucleaire-guerre-danger/


 

TRUMP EXPLIQUE SA VOLTE-FACE SUR LE COMMUNIQUE FINAL DU G7

Donald Trump

Trump explique sa décision sur le communiqué final du G7

© REUTERS / Yves Herman

INTERNATIONAL

URL courte

12243

Donald Trump a fait volte-face ce week-end contre ses alliés d'Europe et du Canada, qu'il a menacés de droits de douanes alourdis, après un sommet du G7 qui s'est terminé en fiasco.

Samedi, Donald Trump a brusquement retiré son soutien au communiqué final du sommet de deux jours à La Malbaie (Québec, est du Canada), malgré le compromis qui avait été forgé de haute lutte sur les questions commerciales.

 

Donald Trump et Kim Jong-un

© AFP 2018 JUNG YEON-JE

Un plat à emporter pour Trump? Kim teste un nouveau restaurant à la veille du sommet

Sa délégation et lui-même avaient pourtant donné leur aval à ce document en 28 points péniblement négocié par le «Groupe des sept» (Etats-Unis, Canada, Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie, Japon).

 

Donald Trump a justifié ce camouflet infligé aux vieux alliés des Etats-Unis par des propos de Justin Trudeau, l'hôte du sommet, lors de sa conférence de presse de clôture.

Le Premier ministre du Canada, pays frappé comme l'Europe et le reste du monde de nouveaux droits de douanes américains sur l'acier et l'aluminium, a redit à cette occasion que ces taxes étaient «insultantes», au regard de l'histoire entre les deux pays. Comme l'Union européenne, il a confirmé des représailles pour juillet.

«Les Canadiens sont polis et raisonnables, mais nous ne nous laisserons pas bousculer», a déclaré le Premier ministre, qui avait auparavant loué le consensus trouvé par les sept sur une série de sujets. Un texte qui ne résolvait pas le conflit en cours, mais qui était salué par tous comme un pas vers la désescalade et le dialogue.

Quelques heures plus tard, piqué au vif par ces paroles, le milliardaire a tweeté, depuis Air Force One, qu'il avait ordonné à ses représentants de retirer le sceau américain du communiqué final.

 

Vladimir Poutine

SERVICE DE PRESSE DU PRÉSIDENT

Pourquoi Poutine est-il le seul leader mondial qui pourrait remercier Trump? CNN répond

Il a aussi traité Justin Trudeau de personne «malhonnête et faible», alors qu'il avait dit la veille que la relation bilatérale n'avait jamais été aussi bonne dans l'histoire des deux pays.

 

Surtout, Donald Trump a renouvelé sa menace de tarifs sur les voitures européennes et étrangères importées aux Etats-Unis. Un secteur qui pèse bien plus les deux métaux jusqu'à présent frappés.

Donald Trump a déclaré vendredi que la Russie devrait assister à la réunion du G7, alors qu'il se préparait à venir au Canada pour assister à une partie de ce sommet de trois jours, annonce Reuters. Le Président américain a souhaité ainsi revenir à nouveau au format G8, abandonné en 2014 après le rattachement de la Crimée à la Russie.

https://fr.sputniknews.com/international/201806101036735945-trump-communique-final-g-7-sabotage/


 

LES USA VONT CONSTRUIRE UNE BASE EN LIBYE

Les USA veulent créer une base en Libye

Sun Jun 3, 2018 5:34PM

Des forces spéciales américaines déployées en Afghanistan. ©US Navy

Des forces spéciales américaines déployées en Afghanistan. ©US Navy

Les agissements des États-Unis se multiplient en Libye. Ils seraient sur le point de déployer des troupes dans le pays pour soi-disant assurer la sécurité des prochaines élections et construire une base militaire, selon Fars News.

Un ancien porte-parole des organisations de la société civile, Ahmed al-Suwaï, a déclaré que cette entreprise n’était pas nouvelle et que la prolifération des armes en Libye représentait une menace sérieuse pour les forces américaines.

Dans une interview avec Sputnik, il a indiqué que les élections étaient un prétexte pour l’entrée de l’armée américaine en Libye, et ce en coordination avec des parties libyennes.

« Le peuple libyen n’acceptera la présence de forces étrangères dans son pays sous aucun prétexte. Il ne voudrait en aucun cas expérimenter de nouveau la situation qu’il a connue par le passé », a-t-il expliqué.

Une source au sein du commandement militaire américain pour l’Afrique (AFRICOM) a déclaré dans une interview avec Asharq Al-Awsat, que la question de l’aide apportée par l’armée américaine à la sécurisation des prochaines élections présidentielles et parlementaires en Libye était à l’ordre du jour.

Libye : mise en garde US à la Russie ?

Les avions US ont pris d’assaut samedi les régions du sud-ouest de la Libye.

http://www.presstv.com/DetailFr/2018/06/03/563798/Les-USA-veulent-crer-une-base-en-Libye