APPEL A LA SOLIDARITE FINANCIERE EN FAVEUR DE MUMIA

APPEL A LA SOLIDARITE FINANCIERE EN FAVEUR DE MUMIA

Pour mémoire, le jugement rendu récemment a rejeté la requête sollicitant l’accès au traitement contre l’hépatite C dont Mumia souffre terriblement depuis près de deux ans, et ce au prétexte que ses avocats s’étaient contentés de mettre en cause l’administration pénitentiaire sans désigner les personnes responsables de ce refus. Maître Robert Boyle, son avocat, vient donc de déposer un recours sous la forme d’une plainte les désignant personnellement. Il s’agit du Secrétaire des prisons de Pennsylvanie, de cinq autres hauts responsables de l’administration du service de santé pour les prisonniers et du docteur en charge du suivi médical de Mumia.

Rappelons également que les avocates qui ont assuré la défense de Mumia et obtenu sa sortie du couloir de la mort en 2011 ont saisi la justice pour demander la révision de son procès au regard d’une nouvelle jurisprudence de la Cour Suprême des Etats-Unis. Cette dernière vient en effet de juger inconstitutionnel la possibilité pour un magistrat d’être partie prenante d’une décision en première instance puis de l’être à nouveau en procédure d’appel, ce qui fut le cas lors du procès de Mumia.

Ces deux recours nécessitant beaucoup d’argent, nos amis américains sollicitent les soutiens à Mumia du monde entier. A cet effet, le Collectif français lance un appel à dons. Pour ce faire, vous trouverez un imprimé en pièce jointe vous permettant d’apporter votre contribution par chèque ou par carte bancaire. Il y a urgence à recueillir les fonds nécessaires sans lesquels Mumia n’aurait aucune chance d’obtenir le droit de se soigner et d'être libéré. Nous vous remercions par avance de votre générosité et de votre solidarité.

 

LES METHODES INHUMAINES DE LA PRISON DE SCI MAHANOY

Durant plusieurs semaines, Mumia et les prisonniers de SCI Mahanoy ont été contraints à faire leur toilette avec de l’eau impropre de couleur brune et d’odeur fétide, laissant des traces huileuses sur leurs corps. Durant la même période ils ne furent autorisés à boire que trois petites tasses d’eau potable au moment des repas. Le 25 septembre, les familles et les amis des prisonniers ont manifesté devant la prison en distribuant des tracts exigeant quil soit mis un terme à ces méthodes inhumaines et dégradantes. Le même jour, recevant la visite de ses amis (photo en pièce jointe), Mumia confirmait qu’il en était toujours ainsi et que la direction de la prison menaçait de représailles les prisonniers qui ont lancé l’alerte en extériorisant cette situation sanitaire dangereuse pour leur santé.

 

JOURNEE MONDIALE CONTRE LA PEINE DE MORT

A l’initiative d’une dizaine d’organisations abolitionnistes, avec le soutien de la ville de Paris, plus de 200 personnes ont participé le 8 octobre à des rencontres-débats et des animations culturelles. Cette 14ème édition de la journée mondiale, coïncidant cette année avec le 35èmeanniversaire de l’abolition en France, avait pour thématique « Exécuter est l’arme des terroristes, arrêtons le cycle de la violence ». L’occasion d’attirer l’attention de l’opinion sur l’instrumentalisation de la lutte contre le terrorisme pour justifier le recours à la peine de mort et aux violations des droits humains dans un plus grand nombre de pays. Rappelons que pour la communauté internationale(ONU) la peine de mort est non seulement inefficace comme mesure de prévention des crimes, qu’elle est source bien souvent d’erreurs judicaires et qu’elle constitue un acte cruel en violation avec les droits fondamentaux de l’Homme. Le Collectif français « LIBERONS MUMIA », partie prenante de l’événement, a présenté une exposition sur l’affaire emblématique du journaliste noir américain qui a déjà passé 35 ans en prison dont 30 dans le couloir de la mort.

 

 

COLLECTIF FRANCAIS "LIBERONS MUMIA !"

rassemblant une centaine d'organisations et de collectivités publiques

MEMBRE DE LA COALITION MONDIALE CONTRE LA PEINE DE MORT

Courriel : contact@mumiabujamal.com

Web : www.mumiabujamal.com


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau