COMPLICITE USA-EMIRATS POUR SEPARER LE SUD-YEMEN

 

 

IRIB- En se basant sur les déclarations des autorités émiraties ainsi que les évolutions sur le terrain, les experts ont affirmé que les divergences de vue entre l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis se poursuivent, au sujet du Yémen et qu’ils ne sont pas encore parvenus à s’y entendre.

Selon l’agence de presse Fars, les Emirats arabes unis (EAU) n’ont pas encore exprimé leur position envers les accusations selon lesquelles cet émirat du littoral du golfe Persique aurait envisagé de démembrer le Yémen, notamment après les propos des responsables, proches des EAU, concernant le démembrement du sud du Yémen comme dans les années précédentes, soit avant la cohésion du Yémen en 1990. Selon le site web « Yemen al-Ghad », les médias émiratis tentent de préparer l’opinion publique au démembrement du sud du Yémen et cette question va à rebours du point de vue du leader de la coalition arabe anti-yéménite, soit l’Arabie saoudite et d’autres membres de ladite coalition, et même la communauté internationale. Haydar Abou Bakr Al-Attas, conseiller du président démissionnaire yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, dernière personnalité yéménite, invitée de la chaîne émiratie « Sky News » a déclaré que l’unité yéménite réalisée en 1990, touchait à sa fin. De l’avis de certains analystes politiques, les Emirats arabes unis cherchent à s’emparer, militairement, d’Aden, Hadramaout, Shebwa et al-Mohra et d’autres provinces méridionales du Yémen et à ne pas s’approcher de Taëz. Tout cela met au grand jour la décision émiratie de diviser le Yémen en deux parties du Nord et du Sud. D’autant plus que les déclarations de l’adjoint de la police de Dubaï Zahi Khalfan révélaient le même projet, alors qu’il appelait sur son compte Twitter à la division du Yémen en trois parties du Nord, du Sud et du Centre. Mais ce qui est sûr, c’est qu’à l’heure actuelle et même à l’avenir, l’Arabie saoudite ne réfléchira pas du tout, au démembrement du Yémen, en vue de préserver sa sécurité stratégique, d’autant plus qu’elle partage des frontières septentrionale, méridionale et orientale avec le Yémen. Selon ce rapport, les experts ont mis en garde contre les exigences émiraties de s’emparer sur le plan militaire le sud yéménite et de créer des centres médiatiques et diplomatiques, à Aden, d’autant plus que des centaines de militaires émiratis, en coopération avec trois bataillons yéménites, supervisent, entièrement, la situation militaire et sécuritaire, à Aden. Ce dont ignorent les gens c’est que Mansour Hadi a donné le feu vert aux Emirats arabes unis d’avoir les mains libres à Aden, Hadramaout, Shebwa et al-Mohra et dans d’autres régions du sud yéménite. Le site web « Yemen al-Ghad », citant un responsable bien informé yéménite a ajouté que les Américains coopéraient avec Abu Dhabi en vue de combattre Al-Qaïda et que le commandant de la première zone militaire à Hadramaout avait été convoqué à Abu Dhabi, deux mois auparavant, en vue de faire les coordinations nécessaires.


Le site web « Yemen al-Ghad » a encore prétendu que la demande émiratie de séparer le Nord et le Sud du Yémen s’inscrivait dans l’objectif de renforcer l’ancien président yéménite Ali Abdallah Saleh et le Mouvement Ansarallah. La séparation du Nord à majorité zaydite des autres régions à majorité chaféite cristallise cette idée qu’Ansarallah et Ali Abdallah Saleh sont en relations avec Abu Dhabi et qu’elle s’effectue dans le sens du renforcement de ces deux parties, représentant une menace à l’Arabie saoudite !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau